Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Les images de la (re)construction...

Les images de la (re)construction des villes du Kurdistan irakien. Créer et promouvoir le Kurdistan de demain : s’inscrire dans un système capitaliste

Images of cities (re)construction in Iraqi Kurdistan. Creating and promoting the Kurdistan of tomorrow: becoming part of a capitalist system
Zoé Champigny

Résumés

Après 2003 et jusqu’en 2014, la Région autonome du Kurdistan d’Irak a bénéficié d’un essor économique important, l’occasion de construire des villes à l’image de ses aspirations. Erbil apparaît alors comme pouvant devenir la « capitale kurde », expression d’un rêve d’indépendance politique, mais surtout économique, du Kurdistan. La modernité urbaine, en s’inscrivant dans un monde d’échanges capitalistiques, dont le grand modèle est Dubaï, devient un but. La ville est mise en scène, ses grands projets urbains sont théâtralisés, avec l’ambition de briller à l’international. Se développe dans la région un urbanisme de la démesure. Le projet urbain, même avorté ou inachevé, devient un outil marketing dont l’image est pensée à destination des investisseurs étrangers, de l’État central, ou encore des acteurs rivaux.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1Au Kurdistan, entre 1987 et 1988, le régime irakien mène une campagne anti-kurde nommée Al-Anfal. Cette campagne sera qualifiée par la suite de génocide et de crime contre l’humanité. Selon une étude du ministère de la Reconstruction et du Développement du gouvernement kurde, dans les trois gouvernorats de la Région autonome – Erbil, Duhok et Sulaymaniyah – 90 % des villages de la campagne kurde ont ainsi été « rayés de la carte » et de nombreux Kurdes tués. Ces actes interviennent dans le cadre d’une politique d’« arabisation », la population locale est déplacée et remplacée par des populations arabes. S’ajoutent des conflits opposant les deux partis politiques majeurs du Kurdistan, le Parti démocratique du Kurdistan (PDK), dont Massoud Barzani est la figure, et l’Union patriotique du Kurdistan (UPK), incarnée par Jalal Talabani (1933-2017), ou bien encore opposant le Kurdistan à l’État central et donnant lieu à de véritables sanctions économiques. Plus récemment, la région a aussi été l’un des principaux terrains de la guerre contre l’« État islamique », ce qui l’a profondément meurtri.

2La disparition de nombreux villages, les migrations ainsi que la création de camps destinés aux Kurdes ont considérablement modifié le paysage du Kurdistan. Pour la population, l’enjeu est aujourd’hui de se réapproprier la ville, ou les villages, tout en essayant de se détacher d’un passé trop pesant, ce qui se traduit indubitablement dans le paysage urbain et la manière de le concevoir.

3Depuis la Constitution de 2005, l’Irak est un État fédéral et le Kurdistan d’Irak possède le statut de Région autonome. Depuis les années 2000, le Kurdistan irakien fait l’objet d’un développement économique fulgurant grâce à une situation sécuritaire favorable qui l’avantage, alors que le reste du pays demeure plongé dans la violence, couplée au développement du secteur des hydrocarbures. Par ailleurs, une nouvelle législation, actée en 2006, est particulièrement favorable aux investissements et le Kurdistan voit l’arrivée de nombreux investisseurs étrangers. Selon l’Ambassade de France en Irak, en seulement quatre ans, de 2009 à 2013, la croissance de l’économie du Kurdistan a atteint 10 % en moyenne. Avec cet essor économique considérable, le Kurdistan d’Irak a pu se (re)construire en partie et Erbil, pendant cette période, s’est illustrée en tant que « capitale kurde » : de grands projets urbains s’y développent, conçus notamment dans le but d’attirer les investisseurs étrangers et de démontrer son autonomisation face à l’État central. Mais la (re)construction de la ville a été stoppée en raison des nouveaux conflits, contre l’« État islamique », qui a fait de Mossoul sa capitale et y a proclamé le califat en 2014. De nombreux bâtiments restent inachevés – ce qui donne lieu à l’installation de réfugiés – ou bien vides. Héritage de deux conflits, le sujet des (re)constructions en Irak s’inscrit dans une temporalité longue, doublement post-conflictuelle : les reconstructions sous le régime de Saddam Hussein étaient encore inachevées lors des attaques commises par Daesh.

4Dans ce contexte difficile, la (re)construction au Kurdistan d’Irak offre l’occasion de concevoir une nouvelle image de la ville. Il s’agira d’aborder l’évolution de la situation politique et économique kurde, qui a permis l’élaboration d’une manière spécifique de penser la ville comme symbole de modernité. L’urbanité de la ville kurde – c’est-à-dire la manière dont elle est produite, s’agence et s’habille architecturalement (Safar Zitoun, 2010) du point de vue des acteurs de l’urbanisme –, sera une idée centrale dans cet article. Erbil, par sa morphologie et son urbanisme projeté, virtuel (Lévy, 2004), incarne les aspirations achevées, inachevées ou manquées de la région : créer un haut-lieu du capitalisme, aussi indépendant que faire se peut de Bagdad, tout en valorisant ses propres histoire et traditions. Produire des projets urbains, c’est donc créer la vitrine du Kurdistan sur le modèle de Dubaï, et entrer dans un monde fondé sur les échanges. Nous verrons ainsi que la ville est mise en scène, les projets sont scénographiés pour attirer des investisseurs étrangers et dévoilent les rivalités entre la région et l’État central, les différents partis kurdes et les acteurs au sein d’une même ville.

L’urbanité kurde : un symbole, entre fantasme et réalité

Entre 2003 à 2014 : un espoir éphémère

5La position du Kurdistan d’Irak, carrefour commercial entre l’Europe et la Turquie au nord-ouest et entre l’Irak et l’Iran au sud et à l’ouest, l’ouverture de la région à des investissements étrangers après la guerre d’Irak de 2003 et la réintégration complète du Kurdistan dans l’économie pétrolière irakienne, ont contribué à un essor fulgurant des marchés économiques, mais aussi au développement du secteur de la construction, projetant les villes d’Erbil, de Dohuk et de Sulaymaniyah sur le devant de la scène (Fischer-Tahir, 2010). Les nouvelles capacités économiques et l’aspiration à briller à l’échelle internationale semblent avoir considérablement influencé le développement des villes kurdes, permettant ainsi leur développement et leur reconstruction.

De nouveaux enjeux : une expansion des villes et villages

6Sous la mandature britannique, au cours des années 1920 et 1930, l’Irak a connu un exode rural très important. En 1958 et en 1970 sont actées deux lois à destination des sans-abris irakiens, les encourageant à aller en ville ou du moins à s’en rapprocher. En 1958 est ainsi favorisée la construction de logements à bas coût, et se multiplient les créations d’associations destinées à aider à l’achat de biens immobiliers. À cela s’ajoutent des distributions de terrains, poursuivies dans la décennie 1970. C’est aussi au cours des années 1970, en raison du choc pétrolier, que les migrations vers les villes s’intensifient (Fischer-Tahir, 2010). La campagne Al-Anfal menée à la fin des années 1980 a sûrement elle aussi participé à ces migrations : la destruction de nombreux villages et le relogement des populations kurdes dans des camps a en effet entraîné un grand nombre de déplacements en direction des villes.

7Enfin, depuis 2003, et ce surtout à cause de la Seconde Guerre du Golfe, un nouveau mouvement considérable de populations vers les villes, mais aussi entre celles-ci, s’est produit. C’est ce qui explique que des villes telles que Erbil, Sulaymaniyah et Kirkouk connaissent le développement le plus rapide, dans la mesure où elles bénéficient des flux de déplacements humains particulièrement importants. Les villes apparaissent ainsi comme de véritables symboles de développement et de modernisation, attirant des populations en quête d’une vie meilleure. Par ailleurs, le Kurdistan d’Irak est devenu un espace de refuge pour de nombreux Kurdes, mais aussi d’autres communautés, tels les chrétiens de Syrie. Ces réfugiés proviennent notamment des pays frontaliers (Turquie, Iran et Syrie), mais sont aussi des déplacés internes irakiens (Pérouse, 1997) ; ils véhiculent de nouvelles problématiques pour les villes et sont, en partie, à l’origine de leur croissance démographique.

  • 1 M. Khayat est professeur adjoint au département dArchitecture de la Salahadin University dErbil e (...)

8L’architecte et universitaire Mahmood Khayat1 illustre ainsi la croissance d’Erbil par l’exemple du quartier d’Ainkawa, au nord de la ville, proche de l’aéroport : entre 2004 et 2005 et jusqu’en 2010, il fallait, d’après notre interlocuteur, franchir deux checkpoints, le premier pour sortir d’Erbil, le second pour arriver à Ainkawa. La ville a ainsi presque triplé de surface en une dizaine d’années, intégrant les quartiers extérieurs. Les changements sur le tissu urbain ont été radicaux.

2014 : la fin du rêve ?

  • 2 E. Mourad est urbaniste chez Khatib & Alami ; son entretien a eu lieu le 16 février 2018 à Beyrouth

9À partir de 2014, les projets urbains s’arrêtent les uns après les autres et les investisseurs fuient, les rêves d’un Kurdistan autonome s’amenuisent. Nous reprenons ici le titre de l’article de T. Boissière et Y. Morvan « Erbil ou le rêve inachevé d’une modernité urbaine » (2017), qui semble parfaitement décrire la situation actuelle de la ville. En effet, comme le confirme l’urbaniste E. Mourad2 : « On est arrivés jusqu’à la dernière phase du Master Plan et on a tout arrêté, au début il n’y avait pas d’argent et après c’était trop peu sécurisé ». L’année 2014 a effectivement et considérablement freiné la dynamique économique et urbaine d’Erbil. La perte de 17 % du budget fédéral alloué à la région, la chute de près de 50 % du prix du pétrole brut et la prise de Mossoul par l’« État islamique » menaçant considérablement Erbil, les capitaux et acteurs économiques étrangers se sont pour la plupart enfuis, remplacés par une arrivée massive de réfugiés (Boissière, Morvan, 2017). Les conséquences de ces événements sont quasi immédiates sur la ville où l’on observe l’abandon de nombreux projets immobiliers, notamment celui de Erbil Downtown, initié en 2013 par le groupe Emaar. Par ailleurs, les lieux de commerce à l’origine orientés vers les produits de consommation de luxe ont fini « par s’ouvrir à une forme de commerces au rabais » (Ibidem), reproduisant en quelque sorte les commerces de rue. Cependant, E. Mourad nous confie lors de l’entretien que « depuis deux mois, on commence à avoir des signes que des choses pourront redémarrer de nouveau. Ils discutent à nouveau avec Bagdad, mais avec un nez un peu plus bas qu’avant. […] Notre bureau a redémarré là-bas et ils m’ont appelé pour refaire mes visas pour reprendre les projets ».

10Le 25 septembre 2017 marque un nouveau tournant dans l’histoire du Kurdistan d’Irak. En effet, l’organisation d’un référendum pour l’indépendance de la Région autonome ravive les tensions entre celle-ci et Bagdad. Le rêve d’indépendance, concrétisé lors d’un vote obtenant une majorité de « oui », s’évanouit. En quelques jours, le Kurdistan se retrouve enserré dans un étau déployé à la fois par Bagdad et par les pays frontaliers tels que l’Iran et la Turquie. Alors que la lutte contre l’« État islamique » a porté les Kurdes au centre de l’attention internationale, a fait miroiter le « rêve kurde » et leur a permis la conquête de nouveaux territoires au détriment de l’État central, le rêve d’indépendance s’évanouit encore une fois.

La « ville kurde » : tentative de typologie

11Urbanité et ville au Kurdistan semblent être deux éléments majeurs à étudier pour comprendre, en partie, la société kurde. La ville possède de nombreux rôles politiques, sociaux et économiques, mais elle revêt aussi des symboles identitaires.

La ville : un espace de pouvoir et d’opposition

12La ville, au-delà de ses densité et bâtiments caractéristiques, apparaît comme un lieu de rassemblement, de pouvoir, au rôle politique majeur, d’autant plus lorsqu’elle est capitale, préfecture ou encore chef-lieu, dotée de fonctions politiques. Le rôle politique de la ville est indéniable et les villes du Kurdistan d’Irak n’échappent pas à cette valeur politique : Erbil est la capitale du Kurdistan d’Irak, mais aussi la principale ville du gouvernorat d’Erbil où est établi le siège du PDK ; Sulaymaniyah est la principale ville du gouvernorat éponyme ; tout comme Dohuk qui accueille le siège de l’UPK.

13C’est à Erbil, encore, que l’on retrouve les différents ministères, symboles d’une certaine autonomie politique et décisionnelle de la Région autonome. Erbil est ainsi synonyme de pouvoir. Si l’on considère le domaine de l’autonomie, il y a dans cette métropole une centralisation des capitaux, commerces et industries (Isin, 2009), l’entrevue d’une indépendance économique face à l’État central, enjeu majeur pour la région, qui vise à s’en détacher.

La « ville kurde » : symbole et expression de la modernité urbaine

14Selon A. Fischer-Tahir (2010), le Kurdistan expérimente une rural-urban hybridity, puisque la langue kurde n’est pas claire en ce qui concerne la différenciation des concepts d’« urbain » et de « rural ». Il n’existe, d’après elle, aucun terme correspondant au « rural » ou bien à la « ruralité ». De même, les technocrates kurdes, qui maîtrisent la langue arabe, tendent à utiliser des termes arabes pour définir ces notions. Ainsi, pour le mot « ville », les Kurdes emploient le terme de şar pouvant être traduit par civilized land (Fischer-Tahir, 2010).

15La ville est ainsi, d’un point de vue sémantique, attachée à l’idée de « civilisation moderne » dans le discours commun (Baduel, 2009). L’urbanité suggère alors d’atteindre un certain stade de développement urbain et de modernité (Fischer-Tahir, 2010). Pour sa part, le discours de la classe politique met en avant ce développement, en le justifiant par la construction d’un grand nombre d’universités, par exemple. Ces discours, associés à un vocabulaire évasif sur les concepts d’urbanité et de ruralité, ont un effet sur la manière dont les Kurdes vont considérer et percevoir la ville et donc la transformer.

16En effet, si dans la langue kurde, la ville apparaît comme un espace incarnant la modernité, cela influence la manière de concevoir la ville : elle doit être moderne, perçue sous le prisme d’une culture et de la culture, ce que l’architecture ou l’urbaniste doit représenter. Il s’agit ainsi d’incarner la « ville moderne », à l’image de grands modèles urbains, de la manière dont les Kurdes définissent et lisent cette modernité urbaine.

Erbil et Sulaymaniyah : deux identités urbaines, politiques et culturelles distinctes et opposées

17Il s’agira ici de livrer le discours et le regard des architectes et urbanistes étrangers, les « sachants » livrant un discours normalisant de la ville, parfois stigmatisant (Berry-Chikhaoui, 2009) sur les villes kurdes, puisque ce sont eux-mêmes qui conçoivent la ville, en donnant forme aux projections de leurs clients selon leurs propres représentations. D’après Edgar Mourad, « Erbil et Sulaymaniyah sont différentes, même politiquement » et, en effet, Erbil apparaît comme une ville beaucoup plus « traditionnelle » que Sulaymaniyah. Selon l’urbaniste, à « Erbil et Dohuk, c’était juste des gens des montagnes, des paysans, donc c’était toute la mentalité. Ils étaient plus ambitieux [en termes de projets urbains, davantage qu’à Sulaymaniyah] ». Par ailleurs, Erbil a été plus urbanisée selon lui, « pour être une ville de voitures, sans pour autant créer une ville avec une identité. C’est juste une ville avec des développements qui ont commencé horizontalement, puis soudainement un développement imparfait et très dense, répétitif ».

  • 3 Fadi Hindi est architecte et design manager chez Khatib & Alami ; son entretien a eu lieu le 16 fév (...)

18Si Edgar Mourad ne s’est que très peu rendu à Sulaymaniyah même, il a cependant visité des villes alentours, et il nous confie son ressenti sur la ville de Sulaymaniyah comme ayant été par le passé « un centre de modernisation, mais lié à la culture moderne en Iran [plus proche géographiquement et dont elle subit l’influence] surtout. Donc ils [à Sulaymaniyah] ont un background culturel plutôt de Kurdes en Iran, et ils sont plus urbanisés et open minded que les gens d’Erbil ». L’offre culturelle de Sulaymaniyah n’a rien à envier à Erbil car la ville semble en effet avoir misé sur les équipements culturels tels que les musées et des universités réputées. Erbil cherche d’ailleurs à pallier ces différences, en ayant pour projet la construction d’un musée : le Kurdistan Museum. Pour Edgar Mourad, la différence est telle entre les deux villes qu’il est plus difficile de travailler, selon lui, avec des responsables de Sulaymaniyah, dans la mesure où ils sont plus « cultivés » qu’à Erbil ; dans le domaine de l’ingénierie notamment, « ils savaient les choses et ils voulaient les faire eux-mêmes ». Fadi Hindi3, son collègue, confirme cette impression, en comparant notamment Sulaymaniyah à Beyrouth, en termes de culture, grâce à sa situation « au centre de multiples échanges avec l’Iran ». Selon l’architecte, Sulaymaniyah est aussi « plus structurée, car plus réglementée en termes de construction » qu’Erbil, ceci découlant sûrement de l’expertise et de l’expérience qu’elle y développe.

  • 4 Naji Assi était architecte associé chez SA47-Sabbag Architects, avant de fonder son propre cabinet, (...)

19Pour Naji Assi4, architecte, ce qui caractérise particulièrement Erbil, c’est à la fois l’architecture de la ville, la vie et la « dynamique » qui l’anime. Erbil apparaît comme un espace « de libertés », avec une échelle humaine et une animation de nuit comme de jour : « Ils font la fête, il y a des restaurants ». Cette « nature humaine qui est très chaleureuse et sensible », propre à Erbil, serait ainsi la résultante d’un mode de vie encore défini par la ruralité. Quant à l’architecture de la ville, il la décrit comme n’étant « pas de l’architecture savante [mais comme une architecture] très dure, c’est très maladroit, c’est très coloré. Il y a du pistache, de l’orange, du bleu et ça nous dépasse. Pour les architectes, c’est sûrement incompréhensible ».

Erbil : le rêve d’une capitale kurde

20Grâce à son essor économique, la Région autonome du Kurdistan d’Irak aspire à réaliser le « rêve kurde », dont Erbil serait la capitale, comme en témoigne l’omniprésence des drapeaux partout en ville et, notamment, dans les lieux destinés au tourisme. L’urbanisme et l’urbanisation d’Erbil ont ainsi été l’occasion d’imaginer une nouvelle fois la ville et de la façonner à l’image d’une capitale, moderne, dynamique et durable, inscrite dans un système mondialisé.

Le Master Plan d’Erbil : un urbanisme de la démesure ?

21Massoud Barzani, président du Gouvernement régional du Kurdistan (KRG) et leader du PDK, aurait plutôt favorisé le développement de la ville d’Erbil en y investissant la majorité des fonds qu’il obtenait. Si l’on prend l’exemple des investissements américains sur les projets commerciaux entre 2006 et 2013, on observe que 82 % de ceux-ci, c’est-à-dire 1,9 milliard de dollars sur un total de 2,3 alloués à la Région autonome, ont été injectés dans la ville d’Erbil. L’urbanisation d’Erbil a ainsi été l’occasion d’imaginer une ville et de la façonner à l’image de capitale, « moderne », dynamique et durable, inscrite dans un système mondialisé. Le projet de créer une Erbil, grande et rayonnante, mise au jour par son plan directeur, serait l’un des moyens de construire symboliquement, économiquement et politiquement la « capitale kurde », tout en valorisant ses capacités.

22Le Master Plan d’Erbil a été réalisé en 2007 par le bureau d’études libanais Dar al-Handasah (voir infra), qui propose des projections à l’horizon 2030. Le projet est vaste et l’augmentation de la population est attendue comme étant considérable puisque, selon les estimations de Khatib & Alami, elle va presque doubler : d’une estimation à 1,2 million d’habitants en 2015, elle pourrait atteindre 2,5 millions d’habitants en 2030. Par ailleurs, la surface du site est immense : l’aire du Master Plan s’élève à 110 km2, avec près de 9 000 hectares réservés à des projets résidentiels et des activités touristiques. Cet étalement urbain prévoit donc d’intégrer près de 80 villages préexistants à la ville.

23Est encore prévue la création d’une voie de chemin de fer qui parcourrait la ville du sud au nord-ouest, en longeant l’aéroport international. Le réseau routier est, lui aussi, au centre des attentions : imaginé en plusieurs couronnes, il répond cependant à un plan en damier se développant concentriquement du centre de la citadelle jusqu’à l’extérieur de la ville. Ce Master Plan a guidé le développement d’Erbil dans les cinq à dix années du « boom » économique, de 2005 à 2014. Erbil devient ainsi une ville modèle du capitalisme, attirant notamment les investisseurs.

Créer des hauts-lieux du capitalisme

24De nombreux projets de construction de quartiers entiers voient le jour, élaborés autour de deux aspects principaux : résidentiels et économiques, dirigés vers le tourisme et le tourisme d’affaires. Un grand nombre de quartiers mixtes résidentiels, commerciaux et d’affaires voient ainsi le jour, comme c’est le cas notamment pour le projet d’Erbil Downtown Master Plan réalisé par RNL design, une entreprise américaine possédant une filiale à Abu Dhabi. Ce projet concerne 54,9 hectares de la ville et il est présenté comme “The new business, commercial and residential center of the city” par la compagnie. En effet, il serait, entre autres, composé de deux hôtels, d’une tour de bureaux, de 4 000 unités résidentielles et d’une place qui deviendrait le nouveau « cœur social » du quartier. On peut encore prendre l’exemple de la Diplomatic City – dont le design a été réalisé par Makan Consulting Engineers –, un autre projet résidentiel qui s’étend sur une surface de 44 850 m2. À côté des appartements, on trouve dans ce projet la construction d’un hôtel et d’espaces commerciaux, qui s’accompagnent de loisirs et services tels qu’une piscine et un centre de remise en forme. Enfin, évoquons le projet faramineux d’Empire City, porté par l’entreprise Empire World à Erbil, composé à la fois d’appartements de luxe et de villas, mais aussi d’hôtels et de tours destinées aux affaires, comme c’est le cas pour les cinq tours de l’Empire Business Tower. Le projet achevé devrait notamment contenir 88 tours et 300 villas, pour un coût total estimé à 2,3 milliards de dollars.

Figure 1. Vue globale du projet Empire World à Erbil.

Figure 1. Vue globale du projet Empire World à Erbil.

Source : https://empireworld.com/​ [consulté le 23/10/2020].

Le projet de Green Belt : un projet singulier ancré dans l’écologie urbaine

25La Inner Green Belt of Erbil est un projet réalisé notamment par l’entreprise Khatib & Alami, auquel Edgar Mourad et Fadi Hindi ont participé, à la demande du ministère des Municipalités au Kurdistan. Ce travail a débuté en 2008, à partir du Master Plan de la ville d’Erbil.

26Le projet premier de Inner Green Belt of Erbil consiste en la création d’une forêt verte autour de la ville, tout en expropriant les habitants de la zone. En théorie, le concept de Forest Belt permet de limiter entre autres l’étalement urbain. Cependant il n’est pas rare de constater une augmentation des prix des terrains en ville et une densification à l’extérieur de la Green Belt. Le concept de Green Belt a été imaginé à la fin du xixe siècle, en réponse à une « urbanisation galopante » due à la révolution industrielle. Ce principe a tout d’abord été appliqué à Londres en 1944, avec une logique essentiellement esthétique et normative (Roussel [F.], 2016), avant d’être repris en Nouvelle-Zélande, au Canada et en Australie, puis de s’étendre en Asie. L’aspect écologique de la Green Belt n’apparaît qu’à la fin du xxe siècle, et il semblerait que, dans la conception de la Inner Green Belt of Erbil, ce sont avant tout les aspects esthétiques et pratiques qui priment.

27La zone choisie pour devenir la Green Belt comptant plus d’une quarantaine de villages, les urbanistes ont trouvé judicieuse l’idée d’inclure ces villages et leurs habitants au projet. Il s’agit de créer des zones agricoles, plutôt que de laisser faire une expropriation intensive pour la création d’un espace forestier. Khatib & Alami a constaté les difficultés auxquelles est confronté l’Irak, et particulièrement le Kurdistan, en termes d’agriculture et de nourriture (Walliser, 2010). En effet, plus de 80 % des produits agricoles que l’on trouve en Irak sont issus de l’importation. Avec les campagnes menées durant Al-Anfal et la destruction de nombreux villages, les surfaces agricoles et exploitations ont considérablement diminué, et certaines zones sont en grande insuffisance alimentaire. C’est notamment le cas de certains districts du gouvernorat de Sulaymaniyah, qui ont particulièrement subi les revers de l’opération (Fischer-Tahir, 2010).

28Ainsi, l’approche de l’équipe de Khatib & Alami a évolué pour devenir, selon les mots d’Edgar Mourad, « une approche économique d’agriculture périurbaine » consistant en la promotion d’une stratégie agricole qui pourrait profiter à la ville, en lui donnant l’accès à de la nourriture à la fois fraîche et locale. Le projet n’a pas abandonné les espaces récréatifs : terrain de golf, lieux de promenade, centres équestres et parcs. Ces éléments donnent une image d’identité verte et dynamique tout en préservant les villages typiques, témoignages du patrimoine kurde.

Figure 2. Erbil Inner Green Belt, Unit 44.

Figure 2. Erbil Inner Green Belt, Unit 44.

Source : http://www.unit44.net/​practice/​ecological-planning/​project-57bb6cc66f1a48-54465921 [consulté le 23/10/2020].

Produire l’urbain et ses images : créer la vitrine kurde

29Les projets urbains, notamment les grands projets, sont des éléments clefs du discours sur la ville. Par la création et la conception, puis par l’affichage des images de ces projets, jusqu’à leur construction, un message est transmis. La modernité urbaine triomphante est un message économique mais aussi politique.

Une circulation capitalistique des modèles urbains

Des grands modèles urbains : Erbil, le nouveau Dubaï ?

30En s’intéressant à l’urbain au Kurdistan d’Irak, on ne peut que difficilement omettre d’aborder toutes les références au modèle urbain qu’incarne Dubaï. Cette ville s’illustre en effet au Moyen-Orient, et dans le reste du monde, comme étant représentative de l’« hypermodernité » (Davis, 2007). Caractérisé par ses hautes tours, ses quartiers d’affaires et ses gigantesques centres commerciaux, le modèle dubaïote se diffuse comme étant celui d’une transition capitalistique réussie. C’est ce modèle que semblent suivre les villes kurdes en créant un urbanisme spectaculaire. On assiste, à partir de 2009, à une prolifération considérable d’espaces commerciaux, avec notamment la construction de shopping malls, devenus de nouveaux modes de consommation. Ainsi, près d’une quinzaine de projets de malls ont vu le jour à Erbil ; parmi eux, le Downtown, le Family Mall ou encore le Royal Mall.

31Il se met ainsi en place une « dubaïsation » d’Erbil (Boissière, Morvan, 2017), qui se traduit à la fois par une forte croissance fondée sur une économie pétrolière et gazière et par un fort développement du secteur de la construction. À la lecture des premières pages du Stage 2 (chapitre 2-7) du Master Plan d’Erbil de novembre 2006, il apparaît que la ville d’Erbil doit devenir “A major trading centre, similar to Dubai”. Edgar Mourad confirme d’ailleurs que :

« Si je veux donner un point de vue maintenant après quelques années [...] c’est que le plan directeur qui a été fait, ce n’était pas un plan parfait, mais très ambitieux, très subjectif, qui était une réponse à une fausse ambition de la classe politique kurde, à ce temps-ci, de faire après quelques années de répression, la capitale kurde. Donc ils voulaient faire le nouveau Dubaï en quelques années. »

Figure 3. Le projet Downtown Erbil par le groupe Emaar.

Figure 3. Le projet Downtown Erbil par le groupe Emaar.

Source : https://www.emaar.com/​ [consulté le 23/10/2020].

32Avec l’absence de prise en compte des caractéristiques locales, environnementales ou socio-culturelles qui produit des tours qui se ressemblent (Dessus et al., 2009), Erbil subit une uniformisation urbaine. Dubaï incarne, au-delà de l’hypercapitalisme et de l’hypermodernité, un urbanisme globalisé poussé à son paroxysme, modèle que les villes kurdes semblent poursuivre en concevant leurs villes.

Le Liban : une locomotive de l’urbanisme régional ?

33Dans un contexte de mondialisation intense, les urbanistes, architectes et ingénieurs libanais, tout comme les Turcs ou les Iraniens, semblent s’illustrer dans les pays du Golfe et au Kurdistan en tant que champions des penseurs et constructeurs de l’urbain (Boissière, Morvan, 2017). Les professionnels de l’urbain libanais constituent une « minorité intermédiaire », en mettant à profit leurs compétences en termes d’urbanisme et d’architecture, souvent acquises par une formation à l’étranger, en Europe ou au Moyen-Orient (Verdeil, 2010). Les Occidentaux, quant à eux, ne parviennent pas rivaliser dans le domaine de l’architecture au Kurdistan, même si certains s’y illustrent, comme DOS Architects, une entreprise londonienne qui a dessiné la piscine olympique d’Erbil, dont les travaux auraient dû débuter en 2013.

34L’exemple de l’entreprise libanaise Dar al-Handasah est particulièrement évocateur. Cette société internationale de conseil en conception, gestion et supervision de projets a été créée en 1956 au Liban et est la première du pays, et l’une des premières du Moyen-Orient à être fondée sur le modèle anglo-américain de bureau d’études d’ingénieurs. Cette entreprise, à l’origine du Master Plan d’Erbil 2030, s’affranchit de l’Occident en proposant à elle seule « toute une gamme de spécialités en vue de l’étude et de la réalisation de grands projets » (Nasr, 2005). Par ailleurs, Dar al-Handasah est orientée vers les pays du Sud, œuvrant en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie principalement, une manière de s’affirmer comme exportatrice de modèles urbains « à la libanaise ».

35Certaines des notions d’aménagement ou encore de gestion urbaine sont véhiculées par le biais de ces experts libanais. Producteurs d’images et diffuseurs de modèles urbains, ces professionnels sont au cœur d’un échange constant par des mobilités internationales. En somme, le grand modèle urbanistique projeté par les Kurdes sur leur ville est Dubaï et c’est sous ce prisme qu’ils conçoivent leur urbanisme. Cet idéal se voit alors réinterprété par des professionnels, eux-mêmes sous l’influence d’autres modèles.

Des professionnels privés et étrangers : la précarité de l’action urbanistique au Kurdistan

36Les villes du Kurdistan d’Irak ont été le théâtre d’un développement majeur et, ainsi, de la conception d’un grand nombre de projets. Naji Assi évoque un travail perpétuel, « il y avait tout le temps un projet sur lequel on travaillait qui pouvait tomber à l’eau, mais qui en générait d’autres », initié à la fois par les institutions publiques ou par les acteurs privés, chacun s’étant pris au jeu de la construction de masse. En plus d’être nombreux, les projets aspiraient à une échelle « insaisissable » selon Naji Assi. C’est le cas d’un projet résidentiel demandé par l’État et susceptible d’être reproduit à divers endroits, qui devait compter « 5 millions d’unités d’habitation ». La demande, en plus d’être constante et sans garantie d’aboutissement, est par ailleurs exigeante, imposant d’importantes limites temporelles.

37Naji Assi évoque notamment la difficulté de concrétiser des projets avec le peu d’informations dont il disposait. Concernant les projets d’hôpitaux par exemple, il avoue avoir « quelques chiffres, la superficie générale, le nombre de lits, etc. », mais très peu d’informations complémentaires. Pour l’architecte, « c’était tout le temps très difficile à concrétiser. Puisque lui [le client], il arrive avec un bout de papier, pas plus grand que ça [il montre la taille d’une demi-page], avec trois mots ». Il doit ainsi travailler dans « l’intuitif », avec le peu d’informations qu’il arrive à obtenir. De même, Naji Assi évoque des souvenirs avec son client : « Des fois je me chamaillais avec lui sur la limite du terrain, j’avais deux informations différentes pour une même chose : la limite d’un terrain ». En réalité, selon lui, il était plus facile de travailler sur des projets pour lesquels il y avait de grands opérateurs, comme Kempinski, puisqu’« eux, ils avaient des documents bien précis », facilitant ainsi son travail.

38L’accès au terrain du Kurdistan d’Irak semble, d’après les témoignages de ces professionnels libanais, ne jamais avoir cessé d’être difficile et dangereux. Edgar Mourad évoque le danger déjà ressenti lors de sa visite en 2008. Il confie une certaine tension et des difficultés pour obtenir des informations que l’« on ne pouvait pas avoir [...] très facilement, c’était toujours la corruption qui demandait de l’argent ». Quant à Naji Assi, alors même qu’il devait travailler sur « un projet de réhabilitation de quartiers autour de la citadelle d’Erbil », il indique n’avoir jamais pu l’entamer « parce que tout de suite après il y a eu des problèmes, on ne pouvait plus vraiment aller là-bas ». Il ajoute enfin : « J’ai passé près de deux ans à travailler sur Google Maps, c’est très frustrant, tu n’as aucune idée de l’échelle ». Il y avait donc bien une ouverture au Kurdistan d’Irak, un nombre de projets impressionnant, mais un terrain qualifié d’insaisissable pour les professionnels de l’urbain.

39C’est pourquoi Edgar Mourad confie avoir recouru à l’usage de drones en 2011 ou 2013 pour la première fois de sa carrière, au Kurdistan d’Irak. En effet, afin de repérer et étudier un terrain, « faire des surveys avec photographies aériennes », il avait besoin dun avion pour survoler la zone et réaliser les clichés. Cependant, Bagdad n’a jamais donné l’autorisation de réaliser ce vol. Après avoir tout essayé pour obtenir l’autorisation, il s’est décidé à utiliser des drones. L’interdiction de l’État central est contournée en obtenant un permis de sécurité du Kurdistan pour les utiliser et l’équipe choisit des drones de 80 centimètres afin de ne pas être vue. « Et ça a marché. On avait des permis de sécurité du Kurdistan, en quelque sorte on a résolu le truc contractuel avec le ministère, sans pour autant avoir le permis de Bagdad. Donc ça, c’est les aventures », ajoute-t-il, le sourire aux lèvres. Le contournement des interdictions de l’État central apparaît ainsi comme étant une victoire du Kurdistan, qui s’affirme politiquement.

40Enfin, s’additionnant aux difficultés de terrain, la plupart des projets entamés au Kurdistan d’Irak sont par ailleurs restés inachevés. Naji Assi évoque le cas du Candle Hotel, dont le projet était en excavation en 2011 mais aujourd’hui désaffecté à cause des révoltes qui ont débuté cette même année selon lui. Urbanisme au Kurdistan semble ainsi rimer avec défis, complexités et confusions, devenant l’illustration des problématiques internes et externes de la région.

Une mise en scène de l’espace urbain : promouvoir une ville théâtralisée

41L’urbanisme « de projet » est une innovation majeure en amnagement dans les grandes villes du Moyen-Orient. Cette démarche se doit d’être considérée dans un contexte global de mondialisation, qui donne lieu depuis les années 2000 à une multiplication exponentielle des grands projets « les uns effectivement raliss ou engags, les autres, en grand nombre, simplement annoncs » (Cattedra, 2010). La dimension marketing des projets est ainsi indéniable, même si ces derniers peuvent être avortés ; ce sont les actes de conception, d’annonce, de publicité, qui sont les principaux processus à étudier.

Mettre en valeur des hauts-lieux du passé : centre-ville d’Erbil et Buffer Zone

  • 5 Dara al-Yaqoobi est directeur de la Commission pour la revitalisation de la ci’tadelle d’Erbil (HCE (...)

42La citadelle d’Erbil est présentée comme étant un véritable symbole du Kurdistan. En effet, elle a été continuellement habitée depuis près de 6 000 ans, ce qui lui confère son caractère unique. Elle est par ailleurs un emblème de la survivance face à différents sièges au fil de son histoire. En 2004, le KRG s’intéresse à la citadelle et débute la planification de sa revitalisation. En 2007 est créée la Haute commission pour la revitalisation de la citadelle d’Erbil (HCECR) et des études sont menées. Trois ans plus tard, la citadelle est inscrite sur la Liste indicative du patrimoine mondial de l’Unesco puis, en juin 2014, sur celle du Patrimoine mondial de l’Unesco. Un partenariat est mis en place entre la HCECR et l’Unesco, qui entament un programme de conservation et de réhabilitation de la citadelle. Quand il évoque le projet de revitalisation de la citadelle d’Erbil, Dara al-Yaqoobi5, directeur de la HCECR, se réfère notamment aux grandes villes européennes, valorisant l’aspect historique et patrimonial de leur centre-ville. C’est d’ailleurs une entreprise italienne, ARS Progetti SPA, qui réalise un schéma directeur du centre-ville correspondant aux normes de l’Unesco.

43Avec le projet de revitalisation, le but est aussi de protéger le centre-ville de nouvelles transformations inadaptées : la Buffer Zone d’Erbil consiste en une zone tampon située autour de la citadelle, jusqu’à la 30 Meters Road. Elle est divisée en deux espaces. La Zone A concerne la zone la plus proche de la citadelle, elle est définie comme ayant le plus de valeur historique et patrimoniale ; la Zone B s’étale jusqu’à la 30 Meters Road et nécessite un degré de protection moins élevé. La Zone A est donc la zone historique, tandis que la Zone B, moins stricte, a pour but de ne pas rompre avec le paysage du centre-ville d’Erbil, en accord avec la citadelle. Il s’agit de lutter contre la création d’un centre-ville trop moderne, en rupture avec l’héritage patrimonial de la ville. Les constructions du centre-ville doivent ainsi respecter un certain nombre de normes architecturales, de hauteur, d’alignement des façades et de fonctions notamment, selon les différents quartiers composant la Buffer Zone. Ces normes ne semblent cependant être respectées qu’en façade, donnant un aspect artificiel, plastique.

Figure 4. Le centre-ville d’Erbil et sa Buffer Zone.

Figure 4. Le centre-ville d’Erbil et sa Buffer Zone.

Sources : ARS Progetti SPA, Google Maps & Ravin Azad.
Cartographie : Z. Champigny, 2019 & Fl. Troin • CITERES 2o2o.

  • 6 Ce livre à visée touristique, rédigé par la HCECR, présente les différentes étapes de la revitalisa (...)

44Cette valorisation du patrimoine par la citadelle d’Erbil peut aussi être remise en question avec la destruction des statues datant de l’époque de Saddam Hussein et de la grande porte. En effet, cette dernière s’est effondrée en 1957 et a été reconstruite à la fin des années 1970 (d’après le livre Highlights of Erbil Citadel6) dans un style moderne avec l’ajout de statues. Les constructions datant de cette époque sont jugées inappropriées par l’HCECR, après une consultation de la population, et démolies. Le projet de revitalisation est devenu l’occasion d’une nouvelle destruction puis reconstruction. Ces nouvelles constructions, de 2013 à 2014, résultent bien d’un choix : les créations de l’ère de Saddam Hussein ne sont pas considérées comme une partie intégrante de la citadelle ou comme des éléments de sa diversité patrimoniale, alors que la citadelle en elle-même est le résultat d’une longue histoire. C’est un morceau de l’histoire kurde qui est ainsi effacé.

Entre image artificielle et ville réelle : un surréalisme urbain kurde ?

45Étudier les projets urbains au Kurdistan d’Irak sous l’angle du marketing urbain s’avère instructif pour aborder cette région. La ville est un espace dont l’image doit être créée afin de favoriser son économie, en attirant notamment les investissements. Elle est ainsi à la fois produit et outil du marketing urbain. Les frontières entre artificialité et réalité sont brouillées, donnant lieu à ce que l’on pourrait nommer un « surréalisme urbain ».

46Si l’on considère le projet urbain et ses représentations, on considère la ville « à venir » (Rosemberg-Lasorne, 1997). L’image de projet constitue ainsi une image de la ville, ou du moins d’un espace urbain, projeté. Elle est alors la représentation d’un idéal, qui se révèlera forcément différent de la réalité physique, à la fois du lieu du projet, et du projet en lui-même une fois construit. On peut d’ailleurs remarquer que, bien souvent, le projet est isolé de tout cadre géographique référentiel permettant de le situer. Ce sont les panneaux publicitaires annonçant sa construction qui, sur le lieu même de son édifice, donnent par leur situation le cadre référentiel du projet.

Figure 5. Panneaux publicitaires devant des constructions abandonnées à Erbil.

Figure 5. Panneaux publicitaires devant des constructions abandonnées à Erbil.

Cliché : Z. Champigny, 2019.

47Par conséquent, un double rôle de l’urbaniste ou de l’architecte transparaît : celui de fabriquer la ville, mais aussi de la faire aimer, ce qui passe par le recours aux images notamment. En effet, afin de faire aimer la ville, il faut la présenter comme proposant une vie urbaine idéale, conviviale, dans un cadre marqué par la mixité, la créativité et la durabilité (Martouzet, 2014), d’où cette projection uniformisée d’images. Le projet urbain tel qu’il est représenté est ainsi lisse, presque surréaliste, en jouant avec l’imaginaire géographique. L’image de projet « en appelle au mythe de l’ailleurs ou au mythe de l’exception géographique » (Rosemberg-Lasorne, 1997). La ville doit donc apparaître comme étant « aimable » (Martouzet, 2014), ce que la modernité avec la globalisation, ses flux et un mouvement perpétuel des villes semble tendre à faire disparaître.

48Le projet urbain est un prolongement de la ville, telle qu’elle est pensée et imaginée pour le futur. L’imaginaire entre ainsi en ligne de compte dans sa conception ; or, cet imaginaire, bien qu’ayant quelques attaches avec la réalité, n’en est qu’une extension. Il apparaît alors comme étant, en quelque sorte, une réalité urbaine parallèle. Les projets urbains semblent cependant toujours plus adopter une image surréelle, leur création s’établissant dans un contexte de société de consommation, on assiste à une hyper consommation de l’urbain et de ses projets, notamment dans le cadre de projets eux-mêmes commerciaux. La ville et ses projets incarnent donc une image d’un système capitalisme dominant, insaisissable mais matérialisé ainsi.

Une scénographie des projets urbains lissée, à visée capitalistique : vendre des espaces dans la ville

49La ville est un « outil » économique et politique, dans lequel s’expriment des stratégies. L’image des projets urbains permet d’aborder ce que l’on pourrait nommer un « spectacle urbain ». En effet, la ville fait l’objet d’une mise en scène : d’abord les images de projets sont créées à destination d’un public, un potentiel investisseur, acheteur ou rival, avant d’être affichées dans la ville, annonçant ainsi un futur idéal et finalement réalisé, lorsque le projet aboutit.

50Afin de comprendre les destinataires des projets urbains, il faut d’abord considérer la manière dont les projets sont représentés, parfois avec des personnages à la clef, alors que c’est bien le bâtiment en lui-même qui devrait être au centre des préoccupations. Il faut avant tout comprendre qui, et pourquoi il est représenté, afin d’en saisir la logique. Il est intéressant de préciser que les images de personnages sur les projets urbains se rencontrent essentiellement lorsque les projets concernés sont résidentiels. Les projets d’hôtels donnent quant à eux rarement lieu à une mise en scène de personnages. Par contre, on peut en trouver sur les images d’espaces commerciaux, comme une invitation à venir consommer à l’ouverture du bâtiment. Ainsi « la mise en scne de la ville semble destinée avant tout aux habitants de la ville, de la région, pour faire accepter le projet de ville » (Rosemberg-Lasorne, 1997). Le logement, quant à lui, apparaît comme étant le seul bien accessible à l’acquisition individuelle (Moreno et al., 2013), il est logique de considérer que le bâtiment sera représenté dans un environnement peuplé, avec donc une représentation d’individus. Il s’agit donc de promouvoir un cadre de vie idéal mais aussi un nouveau mode de vie « moderne » et adapté aux investisseurs désirés, incarné par des personnages uniformisés auxquels on pourrait aisément s’identifier.

Figure 6. Projet Mem U Zin Housing Complex, Erbil.

Figure 6. Projet Mem U Zin Housing Complex, Erbil.

Source : Site de Eksen insaat. http://www.ekseninsaat.com/​urundetay-men-u-zin-housing-complex-10 [consulté le 23/10/2020].

Images de projets urbains : une illustration des aspirations et des dissensions régionales

Briller à l’international et attirer les investisseurs étrangers

51Afin de convaincre les investisseurs de venir tenter leur chance au Kurdistan, il faut avant tout mettre en place des outils de promotion territoriale, de manière à créer une image favorable du terrain d’investissement. Si cela peut s’exprimer par des discours ou par le biais d’internet, la ville en tant que telle et la ville dans ces projets en sont l’un des terrains favorisés (Poirot, Gérardin, 2010). Tout d’abord, dans la construction d’un cadre idéal, il faut valoriser le patrimoine, pour que la ville ait ainsi une identité propre. La notion de développement durable est devenue une dimension majeure dans l’attractivité des villes. En effet, depuis la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement (Rio, 1992), les villes ont mis en place des agendas respectant les principes du développement durable. Ce modèle de ville s’est considérablement ancré en Europe notamment, où il est devenu un idéal (Levy, 2009), l’idéal d’une ville durable. Ainsi, la mise en valeur d’espaces verts dans les représentations des projets urbains serait, entre autres, un moyen de capter l’attention et la sympathie des investisseurs étrangers.

Figure 7. Projet résidentiel à Erbil.

Figure 7. Projet résidentiel à Erbil.

Source : Kurdistan review de 2013-2014, publiée par le KRG. https://us.gov.krd/​media/​1462/​kurdistan-review-dec2013-jan2014.pdf [consulté le 23/10/2020].

52Le cadre de vie doit lui aussi être idéal pour contenter les investisseurs. D’un côté, le tourisme d’affaires doit être favorisé et offrir un cadre et des services agréables ; de l’autre, il faut réussir à garder les investisseurs sur place. Cela peut expliquer notamment la floraison d’hôtels de luxe qui ont été construits au Kurdistan d’Irak. On peut citer l’Hôtel Rotana à Erbil, le Tangram, le Cristal Hotel ou encore le Grand Millennium Hotel à Sulaymaniyah et le Rixos à Dohuk. Pour leur éventuelle installation, les investisseurs auront tendance à s’intéresser aux villages, des gated communities composées de villas luxueuses telles que l’American village ou l’Italian village.

Des acteurs rivaux au sein du Kurdistan et de ses villes : une illustration des dissensions internes

53Bien que les villes telles que Sulaymaniyah, ou encore Dohuk, aient vu naître un grand nombre de projets urbains, Erbil s’illustre particulièrement dans ce domaine, avec Massoud Barzani qui favorise son développement en y investissant la majorité des fonds qu’il obtient.

54Si chaque État, ville ou région, rivalise avec les autres pour construire une tour toujours plus haute et obtenir ainsi une reconnaissance internationale, l’enjeu de la taille peut aussi se lire à l’échelle de la ville elle-même, et de ses acteurs. Ainsi, Fadi Hindi dévoile l’exemple de la Korek Tower, projet mené par Khatib & Alami, tour à laquelle le « client a voulu ajouter des étages dans le but de dépasser la hauteur de la tour construite par ses voisins, alors même que les fondations du projet étaient déjà faites, ainsi que le plan de la structure ». Dès lors, l’image de la ville revêt un enjeu considérable dans la manière d’appréhender les conflits des acteurs de l’urbain au sein de la ville. La hauteur des constructions faisant ici office de témoignage, figée par l’esthétique du projet, d’une lutte pour la grandeur et ainsi, pour la reconnaissance. Pour cet exemple, c’est l’entreprise de téléphonie mobile Korek qui a mené le projet. Cette tour est supposée devenir la plus haute d’Irak, dépassant celle du Grand Millennium Hotel de Sulaymaniyah. Le bâtiment revêt donc ici une véritable fonction marketing.

Figure 8. Panneau publicitaire pour le projet de Korek Tower, Michael J. Totten.

Figure 8. Panneau publicitaire pour le projet de Korek Tower, Michael J. Totten.

Source : http://www.michaeltotten.com/​archives/​001055.html [consulté le 23/10/2020].

55Aussi, Edgar Mourad évoque la création de « projets très ambitieux [portés par la classe politique], parfois fictifs qui justifiaient le changement de fonction des terrains, de l’agriculture à l’urbain, et selon la loi d’investissement qui disait que si tu as un projet on peut te donner le profit. Ils étaient en train de distribuer des terrains pour rien aux investisseurs au dépit des agriculteurs. Disons que ça c’était le projet d’investissement ». Ces projets fictifs concernent surtout des projets résidentiels, ou à visée commerciale et touristique. Ils sont un moyen pour les proches du pouvoir d’acheter ou de s’assurer de la fidélité des investisseurs, mais aussi une façon de faire augmenter la valeur de ses propres terrains, en organisant ce qui va s’ériger à côté.

  • 7 R. Azad est urbaniste au sein du département de Planification territoriale du ministère des Municip (...)

56La corruption, au sein des élites politiques notamment, est très présente, en témoigne le centre commercial Nishtman Bazar Downtown Erbil. Ce bâtiment imposant, blanc et rouge, est visible depuis la grande porte de la citadelle. Il s’impose à la vue, rompant tous les efforts mis en place avec le parc et ses fontaines. Ravin Azad7 révèle qu’il a été créé par des membres du gouvernement, en contradiction avec le plan de régénération urbaine et de conservation patrimoniale de la Buffer Zone. Ce bâtiment est actuellement une des préoccupations majeures du département de Planification territoriale.

Figure 9. Le Nishtman Bazar Downtown Erbil vu de la citadelle.

Figure 9. Le Nishtman Bazar Downtown Erbil vu de la citadelle.

Cliché : Z. Champigny, 2019.

Figure 10. Le Nishtman Bazar Downtown Erbil depuis la Kirkuk Road.

Figure 10. Le Nishtman Bazar Downtown Erbil depuis la Kirkuk Road.

Cliché : Z. Champigny, 2019.

57Architecture et projets urbains deviennent ainsi de véritables armes qui parfois, bien que fictives, permettent à une élite dirigeante de s’accaparer des terrains tout en en changeant la fonction, d’agricole à une utilisation foncière. Ces projets sont donc au centre d’enjeux considérables de par leur instrumentalisation favorisée par un cadre juridique relativement souple et encourageant ces actions.

Conclusion

58La (re)construction au Kurdistan d’Irak, selon l’exemple d’Erbil, semble ainsi n’en être qu’à ses débuts : après une phase expérimentale, il s’agit de conquérir la discipline de l’urbanisme, pour reconquérir la ville. La ville est par ailleurs un argument idéal nécessaire au développement économique, car c’est par l’image de la ville que l’on obtient des capitaux. Le processus de création des images de projets au Kurdistan d’Irak est en outre dépendant d’un système mondialisé, dont on ne peut que difficilement se détacher, avec Dubaï érigé comme grand modèle régional. La création urbaine du Kurdistan est menée par un groupe très réduit d’acteurs, la plupart du temps liés aux institutions gouvernementales. La corruption est un frein à la mise en place d’un urbanisme dans « les règles de l’art ». En parallèle, on découvre un réel désintérêt pour la création urbaine par des acteurs locaux ne la maîtrisant pas. À partir de 2014, les projets urbains s’arrêtent les uns après les autres et les investisseurs fuient, les rêves de grandeur urbaine kurde semblent s’effacer.

59Cependant, en avril 2019, la reprise de nombreux projets est amorcée. Khatib & Alami confirme la relance de projets et la signature de nouveaux contrats. L’urbanisme au Kurdistan d’Irak est néanmoins limité par un certain nombre de difficultés auxquelles se heurtent les pouvoirs publics. Les lois pour l’investissement ont nui à son développement, avec un grand attrait pour le secteur résidentiel. De nombreuses habitations restent vides, ne correspondant pas aux besoins de la population, pour laquelle il n’existe pas de plan de logement. Plus récemment, avec les tensions entre l’Iran et l’Irak notamment, la région et la ville doivent de nouveau faire face à des instabilités, et donc possiblement à un nouvel impact sur son urbanisme.

Haut de page

Bibliographie

Al-Yaqoobi D., Michelmore D., Khasraw Tawfiq R. (dir.), 2016, Higlights of Erbil Citadel. History & Architecture, Visitor Guide, Erbil, HCECR.

Baduel P.R. (dir.), 2009, La Ville et lurbain dans le Monde arabe et en Europe. Acteurs, Organisations et Territoires, Tunis, IRMC.

Berry-Chikhaoui I., 2009, « Les notions de citadinité et d’urbanité dans l’analyse des villes du Monde arabe. Essai de clarification », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 18|2009, mis en ligne le 10/02/2012, consulté le 22/10/2020. URL : http://journals.openedition.org/emam/114 ; DOI : https://doi.org/10.4000/emam.114

Boissière T., Morvan Y., 2017, « Erbil ou le rêve inachevé d’une modernité urbaine », Urbanisme, no 406, p. 16-21.

Cattedra R., 2010, « Chapitre I. Les grands projets urbains à la conquête des périphéries », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 19|2010, mis en ligne le 10/02/2012, consulté le 22/10/2020. URL : http://journals.openedition.org/emam/114 ; DOI : https://doi.org/10.4000/emam.114

Davis M., 2007, Le Stade Dubaï du capitalisme, Paris, Les Prairies ordinaires.

Dessus D., Coste I., Orbach D., 2009, « La symbolique des gratte-ciels, par Denis Dessus, Isabelle Coste et David Orbach », Le Monde, Tribune [En ligne], mis en ligne le 09/07/2008, consulté le 15/10/2020. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/9269 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesrurales.9269

Fischer-Tahir A., 2010, “Representations of Peripheral Space in Iraqi Kurdistan”, Études Rurales [En ligne], 186|2010, mis en ligne le 11/03/2013, consulté le 22/10/2020. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/9269 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesrurales.9269

Isin E.F., 2009, « La ville comme lieu du social », Rue Descartes, no 63, p. 52-62 [En ligne], mis en ligne le 24/04/2009, consulté le 15/10/2020. https://doi.org/10.3917/rdes.063.0052

Levy A., 2009, « La “ville durable”. Paradoxes et limites d’une doctrine d’urbanisme émergente. Le cas Seine-Arche », Esprit, p. 136-153 [En ligne], mis en ligne 12/2019, consulté le 15/10/2020. URL : https://esprit.presse.fr/article/levy-albert/la-ville-durable-paradoxes-et-limites-d-une-doctrine-d-urbanisme-emergente-15562

Lévy J., 2004, « L’urbanité européenne : un patrimoine, un enjeu », Raison présente, no 151 (Les politiques de la ville), p. 91-101.

Martouzet D. (dir.), 2014, Ville aimable, Tours, PUFR.

Moreno P., Simonnot N., Siret D., 2013, « Ambiances à vendre : la représentation des personnages dans les supports de promotion des projets immobiliers », Cahiers thématiques du LACTH, no 12 (Représentations de l’architecture contemporaine), p. 121-129. halshs-01246934

Nasr J., 2005, « Saba Shiber, ‘Mr. Arab Planner’. Parcours professionnel d’un urbaniste au Moyen-Orient », Géocarrefour [En ligne], vol. 80/3|2005, mis en ligne le 01/03/2009, consulté le 22/10/2020. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/1175 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.1175

Pérouse J.-F., 1997, « Les Kurdes de Syrie et d’Irak : dénégation, déplacements et éclatement » Espace, populations, sociétés, 1997-1 (Les populations du monde arabe / People of the Arab Middle East), p. 73-84. URL : www.persee.fr/doc/espos_0755-7809_1997_num_15_1_1791 ; DOI : https://doi.org/10.3406/espos.1997.1791

Poirot J., Gérardin H., 2010, « L’attractivité des territoires : un concept multidimensionnel », Mondes en développement, no 149 [En ligne], mis en ligne le 20/04/2010, consulté le 15/10/2020. DOI : https://doi.org/10.3917/med.149.0027

Rosemberg-Lasorne M., 1997, « Marketing urbain et projet de ville : parole et représentations géographiques des acteurs », Cybergeo: European Journal og Geography [En ligne], Aménagement, Urbanisme, document 32, mis en ligne le 23/10/1997, consulté le 22/10/2020. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/1977 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.1977

Rosemberg M., 2000, Le Marketing urbain en questions, Paris, Economica.

Roussel C., 2014, « L’introuvable frontière du Kurdistan d’Irak », Politique étrangère, vol. été, no 2, p. 63-77.

Roussel C., 2015, « Le Kurdistan d’Irak, un espace de redéploiement des circuits commerciaux entre Turquie et Iran », Les Cahiers dEMAM [En ligne], 26|2015, mis en ligne le 17/07/2015, consulté le 22/10/2020. URL : http://journals.openedition.org/emam/1035 ; DOI : https://doi.org/10.4000/emam.1035

Roussel F., 2016, « Que nous dit la végétation de la cohérence spatiale, biologique et paysagère de la “ceinture verte” de la région Île-de-France ? », Projets de paysage [En ligne], 13|2015, mis en ligne le 31/12/2015, consulté le 22/10/2020. URL : https://journals.openedition.org/paysage/9843

Safar Zitoun M., 2010, « Urbanité(s) et citadinité(s) dans les grandes villes du Maghreb », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 19|2010, mis en ligne le 10 février 2012, consulté le 02 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/emam/107 ; DOI : https://doi.org/10.4000/emam.107

Verdeil É., 2005, « Expertises nomades au Sud. Éclairages sur la circulation des modèles urbains », Géocarrefour [En ligne], vol. 80/3|2005, mis en ligne le 13/03/2008, consulté le 22/10/2020. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/1143 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.1143

Verdeil É., 2010, « Ingénieurs et architectes : l’urbanisme comme ressource professionnelle », p. 225-248, in Verdeil É., Beyrouth et ses urbanistes. Une ville en plans (1946-1975), Beyrouth, Presses de l’Ifpo.

Walliser Y., 2010, « L’agriculture du Kurdistan irakien. Entre destruction et reconstruction », Études rurales [En ligne], 186|2010, mis en ligne le 11/03/2013, consulté le 22/10/2020. URL : https://journals.openedition.org/etudesrurales/9281 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesrurales.9281

Haut de page

Notes

1 M. Khayat est professeur adjoint au département dArchitecture de la Salahadin University dErbil et architecte consultant ; son entretien a eu lieu le 2 avril 2019 à Erbil.

2 E. Mourad est urbaniste chez Khatib & Alami ; son entretien a eu lieu le 16 février 2018 à Beyrouth.

3 Fadi Hindi est architecte et design manager chez Khatib & Alami ; son entretien a eu lieu le 16 février 2018 sous le conseil d’Edgar Mourad, avec lequel il travaille.

4 Naji Assi était architecte associé chez SA47-Sabbag Architects, avant de fonder son propre cabinet, Naji Assi Architects, à Beyrouth ; son entretien a eu lieu le 13 février 2018.

5 Dara al-Yaqoobi est directeur de la Commission pour la revitalisation de la ci’tadelle d’Erbil (HCECR) ; son entretien a eu lieu le 1er avril 2019.

6 Ce livre à visée touristique, rédigé par la HCECR, présente les différentes étapes de la revitalisation de la citadelle, ainsi que l’historique de certains bâtiments.

7 R. Azad est urbaniste au sein du département de Planification territoriale du ministère des Municipalités, du Tourisme et du Développement ; son entretien a eu lieu le 4 avril 2019.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Vue globale du projet Empire World à Erbil.
Crédits Source : https://empireworld.com/​ [consulté le 23/10/2020].
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3246/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Titre Figure 2. Erbil Inner Green Belt, Unit 44.
Crédits Source : http://www.unit44.net/​practice/​ecological-planning/​project-57bb6cc66f1a48-54465921 [consulté le 23/10/2020].
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3246/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Titre Figure 3. Le projet Downtown Erbil par le groupe Emaar.
Crédits Source : https://www.emaar.com/​ [consulté le 23/10/2020].
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3246/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Figure 4. Le centre-ville d’Erbil et sa Buffer Zone.
Crédits Sources : ARS Progetti SPA, Google Maps & Ravin Azad.Cartographie : Z. Champigny, 2019 & Fl. Troin • CITERES 2o2o.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3246/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Figure 5. Panneaux publicitaires devant des constructions abandonnées à Erbil.
Crédits Cliché : Z. Champigny, 2019.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3246/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre Figure 6. Projet Mem U Zin Housing Complex, Erbil.
Crédits Source : Site de Eksen insaat. http://www.ekseninsaat.com/​urundetay-men-u-zin-housing-complex-10 [consulté le 23/10/2020].
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3246/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 642k
Titre Figure 7. Projet résidentiel à Erbil.
Crédits Source : Kurdistan review de 2013-2014, publiée par le KRG. https://us.gov.krd/​media/​1462/​kurdistan-review-dec2013-jan2014.pdf [consulté le 23/10/2020].
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3246/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Titre Figure 8. Panneau publicitaire pour le projet de Korek Tower, Michael J. Totten.
Crédits Source : http://www.michaeltotten.com/​archives/​001055.html [consulté le 23/10/2020].
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3246/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Figure 9. Le Nishtman Bazar Downtown Erbil vu de la citadelle.
Crédits Cliché : Z. Champigny, 2019.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3246/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Titre Figure 10. Le Nishtman Bazar Downtown Erbil depuis la Kirkuk Road.
Crédits Cliché : Z. Champigny, 2019.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3246/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Zoé Champigny, « Les images de la (re)construction des villes du Kurdistan irakien. Créer et promouvoir le Kurdistan de demain : s’inscrire dans un système capitaliste », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 33 | 2020, mis en ligne le 03 novembre 2020, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/emam/3246 ; DOI : https://doi.org/10.4000/emam.3246

Haut de page

Auteur

Zoé Champigny

Doctorante en géographie, Université de Tours & UMR 7324 CITERES, équipe EMAM
zoe.champigny@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search