Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Les stades de la Coupe du monde 2...

Les stades de la Coupe du monde 2022, reflets d’un Qatar à deux vitesses

The stadiums of the 2022 World Cup, reflections of a two-speed Qatar
Raphaël Le Magoariec

Résumés

Cette étude géopolitique a pour focale la question inédite des stades de la Coupe du monde 2022 au Qatar. La problématique quelque peu inhabituelle tendra à se questionner sur leur rôle, en tant que véritables protagonistes de cet événement sportif. À travers ce travail, il s’agit de comprendre comment le pouvoir qatarien conçoit ses nouvelles enceintes sportives. Elles s’avèrent être des éléments essentiels de sa communication internationale par une mise en scène de son territoire, mais aussi des lieux symboliques dans la construction de sa représentation au sein même du Golfe et de sa société. Futurs centres de l’attention en 2022, ces stades sont, par ailleurs, un révélateur des nombreux obstacles auxquels l’émirat est confronté dans l’orientation récente de sa politique étrangère à l’échelle mondiale. Reflets de l’accélération du temps politique de l’émirat, les stades témoignent également de l’écart qui persiste entre l’image mondiale que le pouvoir souhaite renvoyer du Qatar et les réalités internes à sa société. Enfin, par leur centralité lors de la prochaine Coupe du monde, ces stades mettent en exergue les luttes pour le leadership qui se jouent sur l’échiquier golfien. Au-delà de ces nouvelles enceintes sportives, il s’agit de donner une perspective historique et géopolitique au développement du sport au Qatar afin de s’approprier les grilles de lecture pour appréhender les enjeux et les logiques subtiles de l’intégration récente de l’émirat au sein même des sphères du sport spectacle.

Haut de page

Texte intégral

1Pendant un mois, tous les quatre ans, une grande partie de la planète vit au rythme de la Coupe du monde de football. Durant cette période, les regards du monde entier se braquent sur le territoire du pays choisi pour l’accueil de cette compétition. Dans ce schéma, le stade devient un protagoniste majeur de l’événement. Par la réalisation télévisée de la Fédération internationale de football association (FIFA), l’architecture du stade, au même titre que son emplacement, devient un élément de communication précieux qui prend toute son importance durant la compétition. En quête de reconnaissance sur la scène internationale, le Qatar a fait de la communication l’un des piliers de sa politique étrangère pour exister à l’échelle mondiale. Dans le développement de cette stratégie d’image, l’émirat a fait de l’industrie du sport spectacle en pleine croissance l’un des moteurs de son ouverture au monde. La Coupe du monde est un passage fondamental pour façonner son éclosion mondiale. Il est important de prendre le temps d’analyser la place qu’occupe le stade dans la conception de cet événement majeur pour le Qatar.

2Pour traiter de ce sujet nouveau dans le domaine de la recherche, nous nous sommes appuyés sur des études de terrain et des entretiens, en recoupant ce travail avec des lectures de sources primaires et secondaires portant sur le développement de l’émirat et du football au sein de sa société. D’une part, par ces études de terrain, il s’agissait de comprendre dans quel espace chaque stade s’intégrait, tout en analysant les localisations des stades plus anciens afin de décrypter les différentes dynamiques ayant émergé autour du football dans l’émirat et d’essayer d’appréhender comment le Qatar met en scène son territoire en adoptant les technologies et le savoir-faire de la FIFA en matière de réalisation d’images. D’autre part, des entretiens ont été menés, avec des acteurs de la sphère sportive qatarienne et un ancien membre de la FIFA afin d’alimenter notre réflexion sur la place du sport dans la société qatarienne et sur le rôle que poursuit une institution sportive dans l’organisation d’une compétition, en insistant plus particulièrement sur la mise en scène d’un pays ou d’une ville.

3L’objectif de cette étude est, tout d’abord, de mettre en perspective l’évolution du rôle qui est octroyé par le pouvoir au stade sur le territoire qatarien. Ensuite, la localisation et la forme des infrastructures dédiées à la Coupe du monde 2022 permettent de donner une lecture des visages que le Qatar souhaite offrir tant sur la scène nationale que mondiale. Mais, face aux différents scandales déclenchés par l’attribution de cet événement au Qatar, il s’avère intéressant d’analyser comment le stade est passé – pour l’émirat – d’un vecteur de communication positive à celui de contre-communication consistant à atténuer les effets négatifs sur l’organisation de la compétition et plus globalement sur l’image du pays. Enfin, cet événement majeur s’intègre à un climat régional tendu symbolisé par le blocus imposé au Qatar, depuis juin 2017, par plusieurs de ses États voisins. Cette action contraignante pèse notamment sur la politique étrangère du pays et plus particulièrement sur l’un de ses piliers, à savoir l’organisation de la Coupe du monde 2022. C’est pourquoi il faut accorder de l’importance à la place que prennent ces stades dans la communication de crise élaborée par l’émirat.

Du stade fonctionnel à la mise en scène du territoire

4En un siècle, le stade, en tant qu’enceinte sportive, a connu une véritable métamorphose, à la fois dans sa forme, mais également dans son usage. Dans la deuxième moitié du xxe siècle, le sport s’est encore un peu plus affirmé comme un spectacle. Le développement de cette industrie en devenir s’est notamment réalisé sous l’impulsion de ce que G. Vigarello nomme le « triomphe de l’image » (Vigarello, 2002), lequel se manifeste en partie par l’essor de la retransmission télévisée, à partir des années 1950, et qui agit sur la manière de penser le sport de haut niveau, tout en ayant un impact sur la façon de concevoir le stade. La définition du sport comme un spectacle transforme le stade en une scène qui participe pleinement à la théâtralisation de l’événement sportif. Désormais, le stade, qui est destiné à l’organisation des grands événements, qui était pensé avant l’émergence de l’image télévisée comme purement fonctionnel, avec une portée parfois symbolique, a peu à peu été défini, au tournant des années 1980, comme un stade vitrine. Plusieurs phénomènes ont participé à ce tournant dans la manière de concevoir l’événement sportif et l’infrastructure qui encadre son bon déroulement. La diffusion télévisée d’événements sportifs de plus en plus nombreux à partir des années 1970 conduit à l’émergence de la financiarisation du sport de haut niveau (Dietschy, 2010). Ce processus, qui commence à se mettre en place à partir des années 1980, dans un contexte économique international qui vit un tournant néolibéral, s’affirme dans les années 1990 (Andreff, 2015). Ces changements ont pour effet une professionnalisation croissante du sport. De ce fait le spectacle sportif s’accentue et s’adapte aux contours de l’image télévisée. Pour que ce domaine soit viable, il faut en effet que l’offre proposée soit à la hauteur, il faut désormais tenter de repousser les limites de la performance des athlètes pour que l’offre sportive crée la demande commerciale. Cette passion mondiale qui ne cesse de s’accroître autour du sport spectacle devient alors un vecteur de visibilité et d’intégration au système mondialisé. Ce phénomène augmente la concurrence autour des événements sportifs majeurs et leur attribution. Dans ce cadre, les villes ou pays doivent se distinguer tout particulièrement à travers leur dossier de candidature. Par sa centralité au cœur de l’événement, le stade devient un atout clé du dossier de candidature. Le stade vitrine représente un enjeu stratégique pour les pouvoirs qu’il convient alors de démarquer, d’une part, par son esthétique, d’autre part, par son ancrage géographique qui a dorénavant pour objectif de mettre en valeur un tissu urbain et d’impulser une dynamique de croissance économique autour de sa structure. Par le stade vitrine, c’est à présent l’attractivité, d’un pays ou d’une ville, qui se dessine. L’infrastructure sportive s’affirme désormais comme un enjeu stratégique.

Au Qatar, d’un espace de contrôle au stade vitrine

5Au Qatar, qui est un pays jeune en matière de sport professionnel, le stade a longtemps été perçu au travers du prisme de sa fonction d’espace de jeu, mais également de son aspect sécuritaire. Pour bien comprendre cela, il faut revenir à la période des années 1940. Dans l’émirat, le football est le sport britannique principal. Il se développe alors à cette époque essentiellement au travers de l’essor de l’industrie pétrolière. Ce secteur connaît son accroissement dans le pays au sortir de la Seconde Guerre mondiale autour des cités de Dukhan, sur la côte ouest du pays, et de Messaied, au sud de la côte est. À la fin des années 1940, des travailleurs expatriés pratiquent le football sur des terrains de sable et en terre battue. Des groupes s’y affrontent fréquemment pour l’unique plaisir du jeu. Les premiers clubs apparaissent toutefois réellement, au tournant des années 1950, autour des milieux pétroliers et marchands. Le premier club, Al-Najah, est alors créé à Doha en 1950. Lors de cette même décennie, de Doha à Dukhan, une vingtaine de clubs voient le jour. En plus du club d’Al-Najah, on peut notamment citer les clubs d’Al-Wahda, d’Al-Najma, d’Al-Tahrir, d’Al-Ourouba et d’Al-Istiqlal fondés à Doha (Al-’arab, 2014). Ces clubs se développent à cette période dans les quartiers résidentiels autour des magasins et de maisons (ibid.). Les cités pétrolières connaissent aussi l’émergence de formations issues essentiellement de groupes d’ouvriers expatriés : le club des employés de Messaied, le club de la société Shell, et le club de l’Union arabe de Dukhan (ibid.).

6Loin du professionnalisme d’aujourd’hui, il faut voir au travers de ces clubs des lieux de sociabilité qui nourrissent les discussions autour de nombreux sujets et notamment des sujets d’ordre politique (Kazerouni, 2017 ; Al-Kuwari, 2015). Ces entités sportives s’intègrent en effet dans un climat politique et social tendu. Le terrain, en tant que lieu de rassemblement, nourrit l’émergence des grands courants de pensée régionaux sur le territoire qatarien. Deux types d’acteurs insufflent ces mouvements au sein de la société qatarienne. Les expatriés, d’une part, en provenance de l’aire proche et moyen-orientale, amènent avec eux les luttes et tendances politiques qui s’affirment à l’époque dans leur pays, parmi lesquels le panarabisme. Ces idéaux intègrent, d’autre part, cette société par le biais de membres issus de familles de marchands et de notables ayant pour certains étudié au Caire. Ces derniers retranscrivent alors ces pensées dans le contexte social de l’émirat. En cette décennie 1950, les sociétés composites du Golfe commencent à connaître des tensions liées à la présence britannique et à celle des travailleurs expatriés. Les visions panarabistes et anti-impérialistes gagnent en popularité. Ces imaginaires politiques se manifestent notamment au travers des noms de plusieurs de ces nouveaux clubs sportifs. Sur fond d’espoirs panarabistes à l’échelle régionale, entretenus par les négociations entre les régimes Baath d’Irak et de Syrie avec l’Égypte de Gamal Abdel Nasser autour d’un projet de renouveau de la République arabe unie, les aspirations populaires au Qatar se trouvent être galvanisées au cours de l’année 1963. Dès le mois de février, des ouvriers expatriés, venant principalement d’Irak et du Yémen, manifestent leur soutien à cette initiative prise par les figures majeures de ce courant (Joyce, 2003). C’est au mois d’avril que l’agitation populaire devient la plus forte. L’opposition au régime prend forme autour du Front d’unité nationale (Commins, 2014). Ce mouvement panarabiste essentiellement composé de personnes marginalisées au sein de la famille régnante et des milieux de notables, mais également de travailleurs qatariens, et soutenu par de nombreux employés expatriés arabes, agite le pays durant trois semaines de grève. Plusieurs demandes sont alors formulées par ce groupe, dont celles d’un amoindrissement du pouvoir de la famille régnante, une arabisation des lieux de pouvoir et une amélioration des conditions de travail des ouvriers employés dans le secteur pétrolier. Durant ce mouvement, les terrains de football apparaissent comme des lieux de contestation de l’ordre établi (Al-Kuwari, 2015). Pour le pouvoir, qui répond favorablement à certaines demandes et qui dans le même temps réprime les initiateurs du mouvement, il lui faut à présent ancrer cette pratique sportive qui lui échappe.

7Dans les années 1960, on perçoit la volonté de l’État de reprendre le contrôle sur la pratique de ce sport, par la construction des premiers stades dans l’émirat, mais également par la création d’une fédération de football, d’un championnat et de clubs – Al-Sadd et Al-Rayyan – autour de membres appartenant à la famille régnante et à des familles proches du pouvoir. Trois stades sont ainsi construits suivant les routes de l’exploitation pétrolière : celui de Doha à proximité du souq Waqif (Fig. 1), ceux de Dukhan et de Messaied. À cette période, des matchs se jouent toutefois encore sur de simples terrains de jeu en sable sans infrastructures apparentes, à l’instar de celui du quartier d’Al-Nasr situé dans le sud-ouest de Doha (ibid.). Avec l’étalement urbain de Doha dû aux retombées financières de l’industrie pétrolière, à la sédentarisation des populations nomades et à l’accélération des arrivées de travailleurs expatriés dans l’émirat, d’autres stades pouvant accueillir un plus grand nombre de spectateurs sont logiquement construits dans les années 1970. Le club d’Al-Sadd se dote d’une enceinte, tout comme l’émirat qui lance le projet d’un plus grand stade sur l’axe Doha-Dukhan en périphérie de la capitale près de la localité d’Al-Rayyan, le stade Khalifa International (Fig. 2). À cette période, le sport suit la logique d’institutionnalisation du pouvoir, ce mouvement traduit le renforcement de la puissance étatique à l’échelle locale. Cette affirmation de l’autorité qatarienne reflète surtout l’impact provoqué par les retombées économiques du secteur pétrolier sur la conduite politique interne à la péninsule qatarienne, une dynamique qui s’intensifie au cours des années 1970, avec la hausse significative des prix du pétrole à la suite du choc pétrolier de 1973.

Figure 1. Le stade de Doha à proximité du souq Waqif et de la Corniche.

Figure 1. Le stade de Doha à proximité du souq Waqif et de la Corniche.

Cliché : R. Le Magoariec, 2018.

Figure 2. Khalifa International Stadium, au sein du quartier du sport, l’Aspire Zone.

Figure 2. Khalifa International Stadium, au sein du quartier du sport, l’Aspire Zone.

Cliché : R. Le Magoariec, 2018.

8Dans un premier temps, dans l’émirat, le stade est pensé comme un espace délimité ayant pour finalité de fixer la pratique physique sur le territoire dans un lieu connu des autorités. Cela permet dès lors à l’émirat de conjuguer l’essor du sport avec le contrôle par le pouvoir des populations fréquentant les clubs sportifs. Lieu populaire, l’enceinte sportive apparaît, par ailleurs, comme un objet politique de domination symbolique participant au travers du terrain et des tribunes à asseoir la puissance du pouvoir (Le Magoariec, 2018).

  • 1 Hamad Bin Khalifa Al-Thani renverse son père l’émir Khalifa Bin Hamad Al-Thani, le 27 juin 1995, pa (...)

9Dans un deuxième temps, avec l’arrivée aux affaires du pays, au début de la décennie 1990, d’une nouvelle génération de décideurs, incarnée par le futur émir Hamad Bin Khalifa Al-Thani (Kazerouni, 2017)1, la façon de percevoir le stade change. Cette conception est conforme à l’image que l’émirat souhaite mettre en valeur sur la scène internationale. Très marqué par l’invasion du Koweït par l’Irak, s’appuyant sur sa richesse économique issue de sa production d’hydrocarbures, le nouvel émir décide de développer une politique étrangère basée sur le soft power afin de permettre au Qatar d’exister aux yeux du monde entier (Kazerouni, 2017 ; Kamrava, 2013). Par ce biais, le Qatar souhaite être connu non plus seulement pour l’exploitation de ses hydrocarbures mais aussi pour la diversification de ses investissements dans tout un ensemble de secteurs reconnus au-delà de ses frontières, et ainsi multiplier ses relais d’influence en guise de protection de toute invasion d’États voisins (Kamrava, 2013). Cet objectif va de pair avec la volonté de l’émirat d’accroître son attractivité économique.

10Le sport spectacle alors en plein essor sur la scène internationale intègre cette nouvelle vision. Sous la direction du prince héritier Tamim Bin Hamad Al-Thani, la stratégie sportive qatarienne prend forme à partir des années 2000. Elle s’affirme désormais comme un domaine majeur de la politique de l’émirat qui se définit par un processus de décision très centralisé. Les grandes orientations de cette politique se prennent au sein du premier cercle de l’émir. Sous la coupe financière de celui-ci, le secteur sportif national tend désormais vers une professionnalisation. L’émirat intègre à cette même période l’agenda annuel de nombreux circuits sportifs de premier plan. Le stade entre pleinement dans la stratégie de communication de l’émirat. La construction de l’Aspire Zone, en 2004, représente l’emblème de cette nouvelle vision. Ce quartier du sport, au sein duquel l’émirat a intégré son programme sportif d’excellence, l’Aspire Academy (Le Magoariec, 2016), s’affirme pour l’émirat comme un objet de légitimation auprès des acteurs du sport mondial. Cette stratégie sportive se développe ainsi autour de deux axes majeurs. Cette politique prend, en premier lieu une orientation mondiale. À travers ce pan, le Qatar poursuit la volonté d’intensifier son influence et son attractivité auprès de la multitude d’acteurs internationaux qui fréquentent ce milieu. Contrairement à de nombreux secteurs économiques investis par l’émirat, le Qatar perçoit dans l’enceinte du sport spectacle, un porteur de son discours. L’industrie sportive, à la fois langage et produit de consommation planétaires, prend alors toute sa place dans la construction de la nouvelle stature de Doha comme « ville post-hydrocarbures » (Salama, Wiedmann, 2016). La Coupe du monde 2022, l’Aspire Zone (Fig. 3), le Paris Saint-Germain (PSG) au même titre que beIn Media Group apparaissent comme des éléments moteurs de ce versant politique. L’émirat conduit, en deuxième lieu la mise en place d’une stratégie sportive à l’échelle nationale. Par ce biais, le pouvoir envisage le sport comme un espace de rassemblement de sa population autour des défis de la mondialisation. Le terrain sportif permet au pouvoir de véhiculer auprès de ses nationaux, dans un premier temps, l’idée qu’il est possible de rivaliser avec les plus grandes nations du sport international, et de ce fait, d’insuffler un sentiment de fierté nationale souvent autour d’hommes clés de la famille régnante. Le développement de ses filières sportives d’excellence entre dans ce schéma. Le pouvoir conçoit, dans un deuxième temps, le sport comme un vecteur de dépassement de soi et de bien-être pour ses nationaux. Cette politique s’inscrit en théorie dans la préparation des Qatariens à l’économie post-hydrocarbures.

Figure 3. Terrain de football indoor du Dôme de l’Aspire Zone.

Figure 3. Terrain de football indoor du Dôme de l’Aspire Zone.

Cliché : R. Le Magoariec, 2018.

11L’octroi par la FIFA, en 2010, de la Coupe du monde 2022 au Qatar marque une nouvelle étape dans le développement de sa communication. L’accueil de cet événement majeur du sport mondial donne l’opportunité au pouvoir de mettre en récit son territoire par la construction de sept nouveaux stades et la rénovation du Khalifa International, soit au total huit stades vitrines. Comment le Qatar va-t-il s’ouvrir au monde au travers du stade ?

Le stade, reflet de la communication qatarienne

  • 2 L’Association of Tennis Professionals est l’organe qui organise le circuit mondial de tennis profes (...)
  • 3 Sous la forme d’un heritage village, des constructions neuves qui ont pour objectif de symboliser l (...)

12Parmi les différentes dynamiques qui animent les politiques sportives développées par l’émirat depuis la fin des années 1990 figure l’ouverture du territoire au monde. Au travers de ses institutions sportives et instances organisatrices, le pouvoir développe, par l’accueil d’événements sportifs mondiaux, une mise en scène de son territoire. Ainsi en a-t-il été lors de l’édition 2011 du tournoi de tennis ATP2 de Doha. Organisée en ouverture du tournoi, la célèbre exhibition qui s’est déroulée entre Rafael Nadal et Roger Federer, sur un terrain amphibie devant le quartier des affaires de West Bay, au cœur du souq Waqif, avant de se conclure sur l’amphithéâtre de la Katara3, le quartier culturel de Doha, en témoigne. Dans le sport spectacle, le terrain de jeu est désormais un vecteur de communication qui donne du sens à un territoire, ou plus globalement à un nom (Koch, 2018). Pour le Qatar, la Coupe du monde 2022 représente une opportunité d’élargir ce schéma à d’autres points clés qui jouent un rôle dans le développement de sa stratégie internationale et qui demeurent sur son territoire.

13À travers l’instance organisatrice de la Coupe du monde 2022, le Supreme Committee for Delivery and Legacy, le Qatar pense la réalisation de la prochaine Coupe du monde, comme à son habitude, par la mise en place d’un récit mêlant modernité et traditions. Dans ce cadre, la répartition spatiale des stades, au même titre que leur architecture, prend toute son importance. À l’origine, l’émirat avait réfléchi cet événement à partir de douze stades principalement concentrés à Doha, mais qui se répartissaient tout de même sur une plus grande partie du pays, allant du nord au sud de la côte orientale d’Al-Shamal à Al-Wakrah (Fig. 4). Cependant, pour des questions budgétaires, de réelle utilité future, et pour une Coupe du monde qui doit se jouer à 32 équipes, l’émirat a revu ce nombre à la baisse ; ainsi les stades qui devaient être construits dans les localités d’Umm Slal Muhammad, dans le nord du pays à Al-Shamal et à Doha, sur la structure du stade existant d’Al-Gharafa et près de la Qatar University, moins centraux dans la vision de l’émirat, ne verront pas le jour. Derrière cette décision, le pouvoir avance un argument d’ordre budgétaire lié à la question d’utilité de ces stades pour l’émirat. En effet, dans un pays où le football se vit davantage à travers les diffusions télévisées – excepté pour les quelques matchs avec un réel enjeu, à l’instar de la rencontre phare de l’émirat appelée « Al-klasiko », opposant le club d’Al-Rayyan SC à l’équipe d’Al-Sadd SC –, le nombre d’infrastructures nécessaire pour un tel événement demeure surdimensionné au vu des futurs besoins du pays. La taille de ces installations, avec une partie démontable pour certaines d’entre elles, reste imposante au regard de la faible affluence annuelle générée par le football qatarien auprès de sa population nationale. L’ensemble de ces stades offre surtout au Qatar une assise essentielle pour s’affirmer comme un acteur majeur du sport mondial. Cette volonté de limiter la construction de nouveaux stades dans le Nord peut également s’expliquer par le fait que le projet de pont avec Bahreïn, annoncé en 2004, est jusqu’à ce jour resté lettre morte. Si le pont Al-Sadaqa [le pont de l’Amitié] venait à être construit, il ouvrirait un axe important vers le nord. À présent, à l’exception du stade Al-Beyt qui se situe dans la petite ville côtière d’Al-Khor à 50 km au nord de Doha (Fig. 4), l’ensemble des stades est concentré à Doha ou dans sa périphérie. Les stades qui sont aujourd’hui en construction dans un Qatar en plein développement malgré l’embargo qui pèse sur l’économie de l’émirat, ont pour objectif d’être la vitrine du pays. Par le biais de ces stades, le Qatar a la volonté de se présenter au monde sous ses différents visages qui, durant l’événement, prendront tout leur sens à travers la voix ou la plume des journalistes du monde entier. De même, ces enceintes sportives pensées par l’émirat comme des lieux d’ouverture du territoire, sont tous munis d’une connectivité permettant au public l’accès à un réseau sans fil. On retrouve cette caractéristique au sein de l’ensemble des infrastructures stratégiques qui participe à l’essor des ambitions mondiales du Qatar. Le public devient ainsi un acteur majeur dans la diffusion de l’image de l’émirat.

Figure 4. Le Qatar : des premiers stades aux stades vitrines.

Figure 4. Le Qatar : des premiers stades aux stades vitrines.

Cartographie : R. Le Magoariec & Fl. Troin • CITERES 2o2o.

14Pour donner vie sur son sol au projet de Coupe du monde 2022, le Qatar s’offre les services de noms reconnus de l’urbanisme et de l’architecture. L’objectif est de s’adresser à un public planétaire et de séduire tout en correspondant – au travers de formes originales intégrant des éléments forts de la culture « golfienne » –, aux normes de l’architecture mondiale. Le cabinet d’architectes allemand Speer and Partners est ainsi chargé dans un premier temps de réfléchir à la répartition des stades sur le territoire. Ensuite, des architectes ou des cabinets habitués à la conception d’œuvres architecturales dans l’ensemble de la région, orchestrent la construction de ces nouvelles enceintes. Parmi ces protagonistes, plusieurs noms ressortent, le cabinet d’architectes britannique Foster & Partners en fait partie. Il est à l’origine des édifices du Central Market Place et du futur musée national Zayed d’Abu Dhabi. Ce cabinet a conçu pour le Qatar – avec le bureau d’architectes spécialisé dans la construction d’installations sportives, MANICA Architecture –, le projet du stade de Lusail destiné à accueillir le match d’ouverture du tournoi et sa finale. Le cabinet Pattern architects, auteur du récent stade Hazza Bin Zayed dans la ville du sud de l’émirat d’Abu Dhabi Al-Aïn, a quant à lui pensé pour l’occasion la construction du nouveau stade d’Al-Rayyan sur l’emplacement même de l’ancienne enceinte Ahmed Bin Ali du Al-Rayyan Sporting Club. Cette société participe, par ailleurs, à l’élaboration du stade du quartier d’Education City avec le cabinet espagnol Fenwick Irribaren Architects. Cette entité espagnole spécialisée en partie dans la conception d’infrastructures sportives gère également l’édification du projet de Ras Abou Aboud et qui sera, à la suite de l’événement, entièrement démonté. Enfin, parmi ces cabinets d’architectes, se distingue le bureau de l’architecte irako-britannique, Zaha Hadid, décédée en 2016, qui a planifié dans le sud de la périphérie de Doha la construction du stade d’Al-Wakrah, le stade Al-Janoub. Il est à noter que l’œuvre de l’architecte Ibrahim Jaidah, le stade d’Al-Thumama, ainsi que l’enceinte Al-Beyt d’Al-Khor (Fig. 5) dessinée par l’Aspire Zone Foundation, sont les deux seuls stades à avoir été imaginés par des entités qatariennes. Ces réalisations s’affirment dès lors comme une fierté pour le pays, reflet du savoir-faire de l’émirat sur la scène internationale au côté de plusieurs « starchitectes » étrangers.

Figure 5. Le stade Al-Beyt, situé en périphérie de la petite ville côtière d’Al-Khor, dans le nord de l’émirat.

Figure 5. Le stade Al-Beyt, situé en périphérie de la petite ville côtière d’Al-Khor, dans le nord de l’émirat.

Cliché : R. Le Magoariec, 2018.

15Un storytelling se met en place à partir du stade. Au Qatar, ce récit dévoile la grandeur passée de l’émirat et témoigne d’une société tournée vers l’avenir.

  • 4 Tirée de la culture hindouiste et bouddhiste, cette expression est aujourd’hui utilisée pour qualif (...)

16Figurer la modernité passe par l’innovation présente dans l’infrastructure de certains stades et par l’emplacement des enceintes sportives qui s’inscrivent en grande partie dans les quartiers mondialisés de l’émirat. Le Qatar se présente comme innovant par la construction de plusieurs de ses stades destinés à l’organisation de la Coupe du monde. En effet, face aux scandales qu’ont suscités à de nombreuses reprises ces dernières décennies des installations sportives construites uniquement pour un seul événement majeur, des infrastructures surnommées « Éléphants blancs »4, le Qatar a cherché d’autres solutions, pour bonifier son image et sa crédibilité auprès de la FIFA, en présentant des structures démontables. C’est le cas du stade de Ras Abou Aboud, une enceinte construite près du port de Doha à partir de conteneurs et qui sera à la fin de la compétition complètement démontée, tandis que plusieurs stades se verront retirer une partie de leurs tribunes. Ces tribunes permettent au Qatar d’adopter dans le même temps un discours philanthropique, puisqu’elles devraient être offertes par l’émirat à des pays qui se trouvent en manque d’installations sportives modernes. Cette recherche en innovation est en partie faite pour susciter les commentaires positifs à l’égard de l’émirat.

  • 5 En 2017, le Qatar reste le plus grand émetteur de CO2 par habitant, devançant les Émirats arabes un (...)
  • 6 Derrière l’image mondialisée d’un Qatar à la pointe de la technologie en matière de greentech, repr (...)

17Par ailleurs, la manière de concevoir la répartition des stades obéit à la volonté de faire de l’émirat une vitrine. Leur localisation entre ainsi en résonance avec la stratégie d’image poursuivie par le Qatar. Telle une partition, l’ensemble de ces stades compose la symphonie que l’émirat souhaite présenter à un public mondial. Par l’implantation de ces stades, le Qatar affiche un visage résolument moderne. Cette modernité se décline sous différentes formes, celles d’un État engagé dans le processus de transition énergétique, à l’image de l’Iconic Stadium de Lusail. Ce stade, qui accueillera la cérémonie et le match d’ouverture ainsi que la finale de la compétition, est intégré au tissu urbain de cette nouvelle ville. Cette enceinte a pour objectif de propager l’image d’un Qatar post-pétrole qui, bien que grand producteur d’hydrocarbures et faisant partie de la liste des plus gros pollueurs au monde au dioxyde de carbone5, ne se désintéresse pas pour autant des normes environnementales les plus actuelles, au travers de la nouvelle ville de Lusail, en cours de construction à 15 km au nord de Doha, qui est décrite comme la « ville du futur ». Présentée comme la première Coupe du monde de football promettant « un bilan carbone neutre », le thème de la lutte contre le dérèglement climatique a et continuera d’occuper une place importante dans la communication du Qatar et de la FIFA. Il s’agit d’un engagement qui masque toutefois le réel impact que peut avoir la construction de ces « nouvelles enclaves du soft power » (Hertog, 2019) dans leur ensemble sur les écosystèmes (Belkaïd, 2016 ; Hertog, 2019)6. Un portrait de l’émirat qui s’ouvre ensuite sur l’image libérale du pays. Le stade de l’Education City pour exposer le quartier de l’enseignement supérieur et de la recherche, le Khalifa International Stadium afin de mettre en lumière l’Aspire Zone, tandis que l’enceinte de Ras Abou Aboud donnera la possibilité à l’émirat de diffuser par la réalisation de plans aériens l’image d’un pays pleinement engagé dans la culture (Fig. 6). Par ces plans aériens, la production télévisée pourra ainsi orienter de temps à autre les caméras vers le Musée national du Qatar, l’œuvre de Jean Nouvel, et le Musée des Arts islamiques de Doha, dessiné par l’architecte Ieoh Ming Pei, alors qu’à l’horizon scintilleront de nuit les tours en verre du quartier des affaires de West Bay, le symbole de la puissance économique de l’émirat. L’image du dynamisme du pays se concrétise, par ailleurs, par la végétalisation du pourtour des enceintes de la Coupe du monde 2022.

Figure 6. Doha et la Coupe du monde 2022.

Figure 6. Doha et la Coupe du monde 2022.

Cartographie : R. Le Magoariec & Fl. Troin • CITERES 2o2o.

18Autour du stade Khalifa International est érigé, au début des années 2000, l’Aspire Zone. Composé d’installations sportives à la pointe de la technologie – ainsi que d’une clinique de renommée mondiale, Aspetar – le quartier du sport de Doha est conçu autour d’un parc parcouru par des pistes dédiées à la pratique de la course et de la marche. À l’instar de ce complexe récent, les stades de la Coupe du monde intègrent ce schéma de végétalisation de l’urbain qui tend à se développer à travers différents quartiers de la capitale. Le pourtour du stade apparaît dès lors comme un espace ouvert qui se caractérise par la multiplicité de ses usages. Par cette configuration spatiale, il s’agit, d’une part, de penser l’héritage futur que peut avoir cet événement sur la société de l’émirat. À l’échelle nationale, le stade apparaît ainsi comme un des moteurs de la diffusion de la pratique du sport bien-être. Cette idée se développe au sein d’un État où les décideurs sont très influencés par les penseurs du courant de psychologie positive, le « bien-être » est une notion clé, bien plus politique qu’apolitique, qui apparaît souvent dans leurs discours. Notion marketing, ce mot s’inscrit, d’autre part, dans le schéma de pensée du pouvoir pour développer mondialement l’image séduisante de la cité-État. Le pourtour de ces stades est un déterminant essentiel dans la définition de l’attractivité mondiale de l’émirat. Symbole de fraîcheur, reflet écologique, vecteur hygiéniste, la végétalisation exprime également le désir du Qatar de dévoiler une image dynamique de son territoire. Le visage sportif qui prend forme aux abords de plusieurs de ces nouvelles enceintes possède différentes significations. Il traduit, d’une part, la volonté du Qatar de promouvoir la pratique physique au sein même de sa société durement frappée par l’américanisation d’une partie de ses modes de vie, un phénomène qui a eu pour effet la détérioration de la santé de nombreux Qatariens. Ce visage dynamique s’inscrit, d’autre part, dans la construction du Qatar comme hub mondial, à l’image du parcours de golf situé à proximité du stade de l’Education City et qui renvoie à l’imaginaire affairiste, une tendance très à la mode dans l’ensemble du Golfe, grandement inspiré par le modèle de Dubaï.

  • 7 Le stade d’Al-Rayyan est construit sur l’ancienne structure du stade Ahmed Bin Ali.

19Enfin, ce qui apparaît clairement à travers la construction de ces stades, tant par leur architecture que par leur emplacement, c’est le fil conducteur que représente le récit national (Montigny, 1998 ; Dazi-Héni, 2006) dans la façon de penser le stade. Ce récit développé par le pouvoir, qui est déjà très présent dans l’espace public qatarien à travers plusieurs référents identitaires, intègre les infrastructures construites dans le cadre de cet événement ; c’est notamment ce qui se passe avec la mise en lumière d’une historiographie officielle qui se concentre autour de la famille régnante et de ses hommes forts. Les enceintes d’Al-Rayyan7 et de Lusail font écho à ce schéma. Au travers de ces stades, c’est en effet la figure d’un homme clé de la fondation du Qatar, Qasim Bin Mohammed Al-Thani, qui ressort. C’est au début du xxe siècle, sous son impulsion, que la localité d’Al-Rayyan devient le lieu principal de résidence de la famille régnante (Montigny, 2014), alors que ses forces armées ont remporté, en 1893, à proximité, une bataille majeure contre les Ottomans, une bataille qui est aujourd’hui considérée par l’histoire officielle comme l’acte fondateur de l’émirat. Au même titre qu’Al-Rayyan, Lusail, la « ville du futur », se caractérise par son fort, bâti dans le cadre du système défensif établi par Qasim Bin Mohammed Al-Thani afin d’assurer à l’émirat un minimum d’indépendance. Par la construction de stades dans ces lieux majeurs de l’histoire de la famille régnante, le pouvoir met en récit son territoire autour de la dynastie des Al-Thani. L’intégration de ces stades à ces territoires chargés de symbolique renvoie ainsi aux figures de Qasim Bin Mohammed Al-Thani et de Hamad Bin Khalifa Al-Thani. C’est le passage de témoin souvent conté par le récit officiel, entre ces deux personnalités de l’histoire du Qatar, entre le temps où la famille Al-Thani commençait à s’imposer sur la péninsule qatarienne et le tournant amorcé à la fin du xxe siècle sur la scène internationale, la Coupe du monde 2022 apparaissant comme l’apothéose de la politique volontariste d’Hamad Bin Khalifa Al-Thani. On retrouve ensuite dans l’architecture de plusieurs enceintes deux piliers majeurs de l’identité « golfienne » : l’identité bédouine d’une part, et l’identité marine d’autre part. Le stade d’Al-Rayyan témoigne de la vie passée des Bédouins dans le désert en s’inspirant de la forme des dunes de sable. À Al-Khor, c’est le stade Al-Beyt, en forme de tente, qui accueillera les spectateurs et téléspectateurs du monde entier (Fig. 5). L’architecture de ce stade rappelle la vie nomade de nombreuses populations de la péninsule qatarienne, à travers laquelle les instances souhaitent insister sur l’hospitalité de l’émirat. Situé à proximité de la mangrove qui caractérise la côte nord de la péninsule qatarienne, suivant l’idée développée à travers cette enceinte, le projet entourant ce stade inclut un lieu dédié à deux animaux emblématiques de la mobilité passée des Bédouins : le cheval et le chameau.

  • 8 Le dhow est un boutre, un voilier traditionnel présent sur l’ensemble du pourtour de la péninsule A (...)
  • 9 Selon les mots de l’émir Tamim Bin Hamad Al-Thani qui présente cet événement ainsi depuis mars 2015 (...)

20Pour sa part, la structure du stade d’Al-Wakrah, conçue par l’architecte Zaha Hadid, évoque par sa forme le corail et les dhow8, deux héritages de la vie des pêcheurs de perle et des marchands qui évoluaient sur les côtes de la péninsule qatarienne. Le stade est également un rappel du discours inclusif porté par les autorités qatariennes qui présentent cet événement comme la Coupe du monde « de tous les Arabes »9. Dès lors, le stade du quartier d’Al-Thumama, à Doha, qui représente une ghafiya, un tissu porté sur la tête par les hommes dans plusieurs pays arabes et musulmans, fait référence à cette volonté du pouvoir. Ces stades sont des vecteurs d’ouverture pour le Qatar, vecteurs qui ont pour objectif de projeter l’histoire de l’émirat et l’émirat dans l’Histoire. Ces référents identitaires prendront différentes significations en fonction des présentations qui en seront faites par les journalistes du monde entier et en fonction du public visé.

21Destinés à être le centre de l’attention mondiale pendant un mois de l’année 2022, et par ce biais un vecteur majeur de la communication officielle de l’émirat, ces stades ont en fin de compte joué un tout autre rôle en termes d’image. Ces enceintes sont devenues insidieusement le reflet des archaïsmes du système de travail de l’émirat, échappant ainsi à la stratégie de communication du Qatar.

Une stratégie de communication mondiale contrariée

22Le choix du Qatar par la FIFA pour organiser la Coupe du monde 2022 a, dès 2010, suscité de nombreuses réactions et polémiques, des critiques souvent reliées au système opaque de la FIFA sur fond de corruption de ses dirigeants. Ce choix provoque de nombreuses controverses à l’échelle mondiale, mais aussi à l’échelle régionale, réactions qu’il faut comprendre en regard de la compétition pour l’image qui se joue dans le Golfe. Les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite et Israël financent en effet des agences de communication occidentales pour déstabiliser le Qatar (Greenwald, 2014 ; Belkaïd, 2014 ; Dorsey, 2015) sur ce dossier. L’organisation de la Coupe du monde 2022, qui représente l’une des plus grandes réussites, si ce n’est la plus grande, de la diplomatie d’influence menée par l’émirat depuis 1995, devient dès lors une cible majeure de cette campagne médiatique. En plus de cette lutte de communication entre des pays du Golfe qui possèdent des agendas politiques très proches, la construction des stades met en lumière à partir de 2012 les conditions de vie désastreuses de milliers de travailleurs étrangers employés au Qatar.

  • 10 La kafāla : système de mise sous tutelle du travailleur étranger parrainé par un sponsor appelé kaf (...)

23Plusieurs ONG et l’Organisation internationale du travail (OIT) produisent des rapports et avertissent la FIFA, au même titre que de multiples médias qui s’emparent de ce sujet afin d’alerter l’opinion mondiale. La pression pèse aussitôt sur le pouvoir qatarien bloqué entre la FIFA et son système économique national, entre la volonté d’entrer rapidement dans la mondialisation et les archaïsmes de son secteur d’activité. Le Qatar, qui souhaite exister sur la scène internationale par l’intermédiaire d’une stratégie d’image conséquente, n’a pas prévu de plan de contre-communication immédiate. L’émirat peine à réagir. Dans une logique de transparence, l’instance organisatrice ouvre les stades aux médias et aux organisations internationales afin d’enrayer au mieux les nombreuses critiques qui visent le Qatar en attendant l’annonce de nouvelles mesures. Le pouvoir se trouve, en effet, dans l’obligation de rechercher un équilibre entre le système mondialisé et son système national. Il est contraint de trouver une solution pour améliorer son image tout en ne déstabilisant pas la bonne marche des 50 000 entreprises (Belkaïd, 2015) qui reposent sur la kafāla10 et qui participent pour partie à la stabilité socioéconomique du pays. Cette pratique méconnue d’une grande partie de l’opinion mondiale fait soudainement, avec l’attribution de la Coupe du monde au Qatar, les grands titres des médias.

  • 11 Depuis la rupture des relations diplomatiques avec le Qatar de l’Arabie saoudite, des Émirats arabe (...)

24Ce n’est qu’en 2014 que l’émirat avance enfin sa stratégie de contre-communication. Il annonce plusieurs mesures afin de désamorcer les tensions qui pèsent autour du dossier qatarien. Le directeur du Supreme Committee for Delivery and Legacy évoque alors la fin imminente de la kafāla. Au mois de décembre 2016, l’émirat entame ce processus, le pouvoir présente, en effet, sa nouvelle loi du travail comme l’abrogation de ce système. Ayant subi des scandales à répétition, le Qatar tente de redevenir acteur de sa propre communication. Doha souhaite mettre fin aux critiques mondiales associées à son nom et, de surcroît, se montrer comme le seul pays du Conseil de coopération du Golfe11 ayant mis un terme à ce système qui reste profondément enraciné dans ces sociétés. Bien que l’émirat ait conscience de la nécessité de faire évoluer les normes en vigueur dans le secteur du travail, il convient toutefois de noter que cette action menée par le Qatar ressemble davantage à une campagne de communication pour tenter de redorer son image par la suppression d’un mot, la kafāla.

25Dans les faits, ce système persiste dans l’émirat, ce que plusieurs ONG et articles de presse n’ont d’ailleurs pas manqué de souligner (Amnesty International, 2016 ; Belkaïd, 2017). D’une part, cette nouvelle loi impose toujours sur le plan juridique des contraintes majeures à la liberté des travailleurs migrants qui, par exemple, se trouvent toujours dans l’obligation d’obtenir l’autorisation de leur employeur pour changer de travail et ce, afin d’éviter des poursuites judiciaires. De même, pour leur sortie du territoire qatarien, ils restent soumis à l’obtention d’un visa de sortie auquel leur employeur peut s’opposer. En outre, cette loi n’encadre pas la question fondamentale de la restitution du passeport de l’employé étranger par l’employeur qui peut alors faire pression sur son employé par un simple refus (Amnesty International, 2016). D’autre part, l’administration qatarienne manque de moyens pour contrôler l’ensemble des entreprises officiant sur son territoire ; de plus, le rapport de force entre employeur et travailleur étranger apparaît déséquilibré avant même que ce dernier ait entamé une quelconque procédure à l’encontre de son employeur. En outre, quelle entreprise se risquerait à embaucher un employé qui a déjà mis en difficulté une des sociétés dans laquelle il travaillait par le passé, d’autant plus que la culture golfienne perçoit l’emploi fourni aux étrangers comme une sorte de don dont ils profitent (Belkaïd, 2017). Enfin, la nouvelle législation ne prend pas en compte l’ensemble des secteurs de travail, par exemple, les employés de maison ne peuvent pas faire appel à ces nouveaux outils juridiques (Amnesty International, 2019).

26Des déclarations fortes qui restent en réalité trop timides sur le plan juridique et administratif pour avoir un réel impact sur le terrain et pour interférer sur la relation entre employeur et employé étranger. Loin d’une abrogation de ce système, ces premières mesures s’apparentent plus à la mise en place d’un processus qui devrait aboutir sur la durée à une suppression de ces pratiques. Pour le pouvoir, il s’agit surtout d’afficher sa volonté de procéder à des réformes dans ce domaine sans imposer de mesures trop contraignantes à des entreprises qui participent à la fondation d’objectifs fondamentaux pour l’émirat, en l’occurrence les stades et infrastructures nécessaires à l’organisation de la Coupe du monde 2022. C’est pourquoi, l’émirat tente d’envoyer des signaux positifs, tant par sa politique de communication que par de nouvelles décisions, pour montrer sa résolution à poursuivre l’amélioration des conditions de vie d’une grande partie des employés étrangers travaillant sur son territoire. L’accueil à Doha, à partir de 2018, d’un bureau de l’OIT pour participer à une coopération technique avec l’administration qatarienne s’inscrit ainsi dans ce contexte.

27À deux années de l’accueil de la Coupe du monde, le 30 août 2020, Doha marque une nouvelle fois sa détermination à faire évoluer son droit du travail. Son ministère annonce alors le démantèlement du système de la kafāla accompagné de l’instauration d’un salaire minimum. Politique de communication ou réelle envie de modifier les contours de son tissu économique, sur le devant de la scène, le Qatar se trouve dans l’obligation d’impulser des changements majeurs pour améliorer une image détériorée. Vue de l’intérieur, cette décision peut être perçue sous un autre angle. Si cette nouvelle législation vient réellement se concrétiser sur le terrain, elle apparaîtra en effet pour le pouvoir comme une manière de marquer de sa domination les riches familles qatariennes qui composent son secteur privé. Par la suppression des lois interdisant aux employés étrangers de changer d’emplois sans l’aval de leur employeur, cette réforme du droit du travail se révèle être une nouvelle étape majeure dans le processus ouvrant à l’amélioration des conditions de vie des travailleurs étrangers. Elle permet toutefois encore aux employeurs de disposer d’outils de pression : le droit d’entamer des poursuites pénales pour délit de « fuite » pour tout employé étranger quittant leur emploi sans autorisation ainsi que la responsabilité de renouveler ou d’annuler les permis de séjour de leurs employés.

28Le stade, qui doit devenir un outil de communication mondiale, est en fin de compte le reflet des archaïsmes qui persistent au sein de la société qatarienne. Mais, à quelques années de l’ouverture de la Coupe du monde 2022, le stade prend une nouvelle forme dans la stratégie de l’émirat. Confronté, en effet, aux pressions politiques et économiques de plusieurs de ses voisins, le pouvoir intègre le stade à sa communication de crise.

Le stade, symbole de résistance

29À l’image des multiples tentatives de déstabilisation qu’a subi le Qatar sous la pression des Émirats arabes unis et de l’Arabie saoudite, l’organisation de la Coupe du monde 2022 cristallise les tensions. Au travers de l’accueil de cet événement, il se joue bien plus qu’une simple organisation, mais bien un maillon essentiel dans la volonté de l’émirat de gagner en leadership sur la scène régionale aux yeux du monde. Plus globalement, au travers de la Coupe du monde 2022, c’est la ligne politique adoptée par l’émir Hamad Bin Khalifa Al-Thani qui est visée.

30La mise en place, à son arrivée, d’une diplomatie se situant hors de l’orbite saoudienne, qui se fonde de plus sur l’accueil de nombreux grands événements internationaux, agace Riyad et les deux grandes principautés des Émirats arabes unis, à savoir Abu Dhabi et, dans une moindre mesure, Dubaï – des divergences qui s’accentuent d’autant plus au lendemain des révolutions arabes. Les deux camps se font face dans les capitales nord-africaines et proche-orientales alors en proie aux bouleversements politiques ; tandis que Doha opte pour la grille de lecture du changement d’acteurs, Riyad et Abu Dhabi, redoutant tout soulèvement, adoptent pour leur part une stratégie de contre-révolution (Krieg, 2019). Mais, avec le renversement, en 2013, du président égyptien et allié, Mohammed Morsi, le Qatar se met quelque peu en retrait sur la scène régionale en agissant désormais de manière plus discrète. Cependant, le Qatar vit un premier coup de pression de la part de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis et du Bahreïn, qui décident lors de l’année 2014 de rappeler leurs ambassadeurs. La situation rentre toutefois dans l’ordre bien que les discordes restent vives. Le changement d’hommes à la tête de l’Arabie saoudite symbolisé par la prise de pouvoir du prince héritier Mohammed Bin Salman Al-Saoud, à quoi il faut ajouter l’élection du président américain Donald Trump, modifient la configuration régionale. Les connexions entre le royaume saoudien et les Émirats arabes unis se renforcent sous l’impulsion des deux princes héritiers Mohammed Bin Zayed Al-Nahyan et Mohammed Bin Salman Al-Saoud. Les deux capitales se coordonnent pour remettre l’émirat du Qatar dans le rang et lancent d’un commun accord un embargo à son encontre afin de tenter d’agir sur les finances de l’émirat.

31Derrière cette décision coercitive, il s’agit notamment de peser sur le coût de l’organisation de la Coupe du monde 2022 et d’amener le Qatar à y renoncer. Cette nouvelle configuration oblige, en effet, le Qatar à repenser sa chaîne d’approvisionnement en matériaux pour pouvoir poursuivre la construction de ses stades et de son appareil logistique – métro, hôtels, routes, etc. – qui sont indispensables au bon accueil des différents acteurs qui participeront à cet événement mondial. En plus de vouloir saper un pan capital de la politique étrangère du Qatar, Riyad et Abu Dhabi affichent quelques mois plus tard leur volonté d’accueillir une partie de la compétition sur leur sol. Ces deux protagonistes tentent ainsi d’activer et d’imposer une idée formulée en 2010 par Sepp Blatter, alors président de la FIFA. Il déclarait ne pas fermer la porte à la possibilité de faire jouer plusieurs matchs du tournoi dans d’autres pays de la région. Il laissait toutefois la décision finale au Qatar. Il s’agissait d’une communication de la FIFA éminemment diplomatique, son président ne souhaitant pas froisser d’autres acteurs régionaux qui poursuivraient des ambitions similaires à celles de Doha.

32Dans cette zone géographique où le pouvoir est extrêmement personnifié, l’attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar éveille les égos des dirigeants saoudiens et émiriens. Ils ne supportent pas en effet que le Qatar ait obtenu un des deux plus grands événements sportifs planétaires. Bien que Doha ait présenté cet événement comme celui de tous les Arabes et habitants du Moyen-Orient, en expliquant de plus souhaiter partager une partie des retombées économiques par une réorientation des camps d’entraînement de plusieurs sélections et des spectateurs vers leur territoire, c’est bien l’émir Tamim Bin Hamad Al-Thani qui ouvrira la 22e édition de la Coupe du monde et le Qatar qui sera mis à l’honneur pendant un mois.

  • 12 Source : entretiens personnels, Doha, novembre 2018.
  • 13 Idem.
  • 14 Idem.

33L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis s’appuient ainsi sur l’embargo pour tenter de disqualifier le Qatar aux yeux de la FIFA dans l’objectif de récupérer une partie de l’accueil de cette compétition. Dès lors, le Qatar adapte sa stratégie à ces nouvelles pressions. Les stades de la Coupe du monde 2022 en construction prennent une nouvelle dimension politique. En réaction aux mesures diplomatiques de boycott prises à son encontre, le pouvoir a fait des stades destinés à l’organisation de la Coupe du monde un emblème de résistance. Face à ces pressions perçues par le pouvoir et la société qatarienne comme une agression envers la souveraineté étatique de l’émirat, le Qatar a mis en scène la poursuite de la construction des enceintes sportives. Par ce biais, l’émirat avait la volonté de mettre fin aux craintes et rumeurs apparues dès les mesures d’embargo établies par ses États riverains et qui pesaient alors sur la possible organisation de cette compétition. Dans ce contexte, le stade traduit pour le pouvoir l’expression de sa puissance, un Qatar qui maintient sa ligne politique malgré les attaques à répétition de ses pays voisins. Pour pouvoir relever ce défi, le pouvoir réoriente alors nombre de ses moyens financiers vers la construction des infrastructures dédiées à l’organisation de cette compétition12. Cela se ressent par exemple dans le domaine sportif, dans lequel les clubs nationaux et plusieurs fédérations perçoivent désormais moins d’argent de la part de l’émirat13. Le football reste cependant épargné par ces coupes budgétaires14. Les joueurs de la sélection doivent en effet poursuivre leur progression pour pouvoir bien figurer lors de leur Mondial. Dans le pays, tout est ainsi mis en œuvre pour que la Coupe du monde soit un succès sur tous les plans. L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis poursuivent toutefois leur lobbying auprès de la FIFA pour tenter d’obtenir une partie de la compétition sur leur sol.

34Pour mieux comprendre la situation, il faut à présent prendre en compte un autre acteur : la FIFA. La présidence de la FIFA a connu de nombreux bouleversements depuis l’octroi de la Coupe du monde 2022 au Qatar. Sepp Blatter, embourbé dans des scandales judiciaires, a laissé sa place en 2016 au secrétaire général de l’UEFA, l’Italo-suisse Gianni Infantino. Ce dernier arrive avec la volonté d’accroître les profits économiques de l’instance mondiale du football. Il propose ainsi d’élargir le format de la Coupe du monde en faisant passer le nombre de sélections participantes de 32 à 48. Cette proposition est entérinée par le Conseil de la FIFA réuni à Zurich en janvier 2017. La Coupe du Monde 2026 se disputera dès lors à 48 équipes. Les pouvoirs émiriens et saoudiens – qui connaissent l’intérêt du nouvel homme fort de la FIFA pour ce nouveau format – lui proposent de le mettre en place dès 2022. Le Qatar ayant construit le minimum de stades nécessaires pour organiser la Coupe du monde, à savoir huit, ne pourrait pas de ce fait organiser l’intégralité de la compétition. La FIFA serait alors dans l’obligation de l’élargir à d’autres pays de la région. Dans ce cadre, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis apparaissent – par les capacités de leurs infrastructures – comme les candidats les plus à même d’accueillir une partie de cette compétition. De nombreuses tractations ont lieu de 2017 à 2019, Gianni Infantino multipliant les voyages dans la région à la recherche d’une issue favorable. Malgré l’insistance de ces deux pays auprès de la FIFA et les espoirs de Gianni Infantino de trouver un terrain d’entente, le Qatar reste en position de force puisqu’il aura quoi qu’il en soit le dernier mot sur une possible ouverture de cette compétition à 48 équipes. Gianni Infantino et son entourage ont beau essayer d’imaginer tous les scenari possibles pour établir une possible Coupe du monde « régionale », ils se trouvent soit bloqués par des relations diplomatiques à l’arrêt, soit confrontés à des stades qui ne sont pas aux normes pour accueillir un tel événement. Aucune issue ne pouvant ainsi convenir au Qatar ou à la FIFA, Gianni Infantino annonce au mois de mai 2019 le maintien de la Coupe du monde 2022 dans l’émirat, sur un format à 32 équipes. Face à ce climat de tensions persistant autour de l’accueil de cette compétition majeure du football mondial, le Qatar a continué d’inscrire le stade au centre de sa communication. En tant que lieu central de la prochaine Coupe du monde, le stade est apparu comme un espace de légitimation du Qatar comme pays organisateur. Tout au long de cette période d’instabilité, plusieurs hautes personnalités ont fait un passage par leurs infrastructures en construction, à l’image du Premier ministre français, Édouard Philippe, qui a visité le stade d’Al-Wakrah en fin de travaux en mars 2019, ou encore de Gianni Infantino présent dans ce même stade en compagnie de l’émir, le 16 mai 2019, pour assister à son inauguration lors de la finale de la Coupe du Qatar 2019. Ces visites contribuent à asseoir la stature du Qatar comme seul pays organisateur de la Coupe du monde 2022.

Conclusion

35Centres de l’attention pendant un mois de compétition, les stades de la Coupe du monde 2022 contribuent à l’intégration du Qatar au système mondial. Ils participent ainsi de la stratégie de communication de l’émirat. Loin des premiers stades construits dans l’émirat, Doha conçoit ses nouvelles enceintes comme une vitrine. Au travers de leur architecture et emplacement, différents visages apparaissent. La réalisation télévisée de la FIFA aura pour objectif de les mettre en scène tout au long de l’événement. Par ce biais, c’est tout simplement le Qatar qui se montre toujours un peu plus à l’échelle mondiale, c’est également le Qatar qui met en récit son territoire. Cependant, l’attribution de cet événement au Qatar s’inscrit dans une lutte pour le leadership régional, une lutte qui s’intensifie dans le contexte des révolutions arabes. L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis voient d’un mauvais œil l’accueil de cette compétition par le Qatar. Pour saper la politique de Doha, ces deux États riverains qui poursuivent des ambitions similaires, élaborent à partir des années 2010 tout un ensemble de stratagèmes pour ternir l’image du Qatar et le disqualifier. L’embargo en est un, les pouvoirs émiriens et saoudiens s’appuient sur cette action diplomatique et économique, en espérant même pouvoir accueillir une partie de la compétition. Grâce à ses importantes ressources financières, le Qatar résiste à ces tentatives de déstabilisation. L’émirat concentre une importante partie de son budget à la réalisation des infrastructures nécessaires à la compétition. Visés par l’embargo, les stades de la Coupe du monde 2022 apparaissent dans ce contexte pour le Qatar comme un symbole de puissance par lequel l’émirat orchestre sa communication de crise. Mais, au-delà des luttes d’influence qui se jouent dans la région, un tel événement attire dans le même temps le regard de nombreux acteurs non-gouvernementaux.

36Ces enceintes en construction sont des espaces qui cristallisent en effet l’attention des médias et ONG, d’autant plus que le Qatar apparaît comme un choix surprenant dans l’attribution de cette compétition. Les ONG, qui alertent depuis plusieurs décennies sur le non-respect des droits de l’homme dans les secteurs du travail de plusieurs pays de la région, restent attentives aux conditions de vie des ouvriers employés sur les chantiers de la Coupe du monde 2022. Et très vite, des ONG ainsi que plusieurs reportages documentent les manquements criants dont souffre le secteur du travail qatarien en matière de droits de l’homme. Leurs travaux accablent le Qatar et font état, en 2019, de plus de 2 000 morts sur ces chantiers (Pattisson, 2019). La FIFA est mise sous pression par plusieurs organisations internationales, au même titre que le Qatar qui, dans une logique de transparence, ouvre ses chantiers à ces dernières et aux médias. Dans sa stratégie de contre-communication afin de temporiser sur ce dossier, Doha annonce l’amélioration prochaine des conditions de vie de ses nombreux travailleurs, qu’il met à exécution lors de l’année 2016 en prononçant la fin du système de la kafāla. Cette annonce reste toutefois en grande partie à l’état de communication, puisque dans les faits de nombreuses pratiques héritées de la kafāla sont toujours courantes dans la vie des ouvriers ; certains secteurs ne sont, par ailleurs, pas pris en compte par la nouvelle législation en vigueur. Par la voix du directeur du Supreme Committee for Delivery and Legacy, Hassan Al-Thawadi, l’émirat admet pour la première fois à la même période que des décès d’ouvriers étrangers se sont produits sur les chantiers de la Coupe du monde 2022. Un domaine du travail qui entre dans un nouveau temps, le 30 août 2020 : son ministère annonce, en effet, à cette date, le démantèlement pur et simple de ce système, et entérine, de surcroît, l’introduction d’un salaire minimum. Il s’agit d’un engagement fort qui laisse néanmoins aux employeurs des moyens leur maintenant encore le pouvoir de contraindre les travailleurs étrangers. Dans une région où de nombreuses politiques de communication de portée mondiale cherchent avant tout à masquer la réalité sociopolitique, les institutions internationales, les ONG et journalistes, scruteront de près l’application de cette nouvelle législation à deux ans de la Coupe du monde, et ce d’autant plus qu’elle s’inscrit dans un climat socioéconomique tendu par la Covid-19.

  • 15 Sources : entretiens personnels, Doha, novembre 2018.

37Pour décrypter cette situation, il est important de prendre en compte la variable du temps. Le tournant que connaît l’émirat, en juin 1995, a une incidence sur l’orientation politique du Qatar. Le nouveau pouvoir incarné par l’émir Hamad Bin Khalifa Al-Thani change notamment la façon de concevoir sa politique étrangère. Doha affiche désormais l’envie de devenir un acteur à part entière dans ce domaine. Le soft power devient son vecteur principal. L’objectif pour l’émirat est à présent d’exister par l’image à l’échelle mondiale, de devenir par ce biais une puissance régionale influente et attractive au-delà des réseaux énergétiques (Kazerouni, 2017). De ce fait, une accélération du politique se produit au sein même du pouvoir qui nourrit de grandes ambitions grâce aux retombées financières issues des hydrocarbures. L’émirat fait ainsi du sport spectacle une de ses priorités. Pour gagner en visibilité, le Qatar souhaite accueillir rapidement les plus grandes compétitions mondiales. Le pouvoir poursuit alors la volonté de se construire une stature internationale. C’est dans ce contexte qu’il obtient, en 2010, l’organisation de la Coupe du monde 2022. Toutefois, les temporalités s’entrechoquent entre son objectif de s’imposer rapidement sur la scène internationale et les pratiques qui ont cours, notamment au sein du secteur du travail qatarien. Ces différences de vitesse entre l’accélération de l’intégration du Qatar à la compétition mondiale qu’est la mondialisation et dans le même temps le manque d’avancées de la société qatarienne dans son rapport à certaines conceptions, à l’image des dérives qui se produisent dans les stades en construction, ont pour effet de créer un choc des valeurs qui est contreproductif pour l’image du Qatar à l’échelle mondiale. Dans sa conduite des affaires, l’émirat apparaît pressé15. Cette accélération soudaine du rythme politique de Doha sur l’échiquier international amène le pouvoir à commettre des erreurs. Investir le sport spectacle, un domaine qui nourrit de nombreuses passions et qui est médiatiquement très exposé, est de ce fait risqué pour l’image de l’émirat. Dans ce contexte, le Qatar attire l’attention et se dévoile.

38Grâce à sa puissance économique, le pouvoir poursuit en moins de deux décennies de grandes ambitions planétaires, il intègre ainsi en peu de temps des secteurs qui offrent une grande visibilité à l’échelle mondiale. Par sa recherche de leadership, le Qatar remet en cause l’ordre établi. Cette situation débouche sur de nombreuses accusations qui frappent l’émirat, tant en matière de corruption que de non-respect des droits de l’homme. Ce sont également des critiques portant sur le climat de la région, peu propice à l’organisation de tels événements sportifs, ou dans le cadre de la Coupe du monde 2022, la redéfinition du calendrier annuel du football mondial, qui fragilisent la politique du Qatar.

  • 16 Dans le cadre de l’organisation des championnats du monde d’athlétisme en plein air, on note histor (...)
  • 17 Nouveau nom de la fédération internationale d’athlétisme, anciennement International Association of (...)

39L’édition 2019 des championnats du monde d’athlétisme a laissé apparaître la complexité pour l’émirat d’intégrer le système sportif mondial. Doha investit, en effet, un domaine historiquement défini par des acteurs issus de pays européens ou nord-américains. Cette influence se ressent sur les périodes de compétition. Dans ce cadre, il est difficile pour le Qatar de trouver sa place. Doha, au mois d’octobre, n’offre pas les conditions adéquates pour courir en extérieur sur les bases des meilleures performances mondiales, et ce d’autant plus lorsqu’il s’agit d’athlètes venant de concourir tout l’été sur le continent européen. Cette organisation contrevient au credo du sport spectacle qui pousse à battre des records. Pour organiser cette compétition dans de bonnes conditions, les mois de novembre et de décembre auraient été idéaux, mais dans un sport qui se déroule en deux parties, indoor et outdoor, suivant le rythme des saisons européennes, de plus durant une année qui devait normalement précéder les Jeux Olympiques d’été de Tokyo, il était impensable de décaler ces championnats pour des questions de délai, de repos et de préparation physique des athlètes par rapport au calendrier établi16. Les différents agendas et intérêts s’entrechoquent, entre les sphères dirigeantes et la réalité du terrain sportif. Le temps politique du Qatar, les logiques néolibérales des dirigeants des fédérations internationales à la recherche de profits toujours plus démesurés, et ainsi intéressés par les facilités financières de plusieurs pays du Golfe au premier rang desquels le Qatar, rentrent en dissonance avec les logiques de la performance sportive des athlètes. Les scènes de détresse de nombreux athlètes lors de ces Championnats du monde 2019 en témoignent. Face à cette souffrance inhabituelle, ce sont les images du Qatar et de la World Athletics17 qui ont été ternies. Les prévisions d’une augmentation de la température de 0,65°C en moyenne sur la péninsule qatarienne par décennie (Al-Sarihi, 2018) peuvent toutefois venir questionner la stratégie sportive mondiale du Qatar sur le long terme, à l’échelle de son territoire.

  • 18 Il est peu probable que le Qatar ait recours à ses systèmes de climatisation dans le cadre de la Co (...)

40Avec la Coupe du monde 2022, le Qatar vient, par ailleurs, perturber le calendrier du football européen et remet ainsi en question les intérêts financiers de la Premier League pour laquelle la période de décembre représente une période cruciale pour l’attractivité de son championnat avec le Boxing Day. Le sport spectacle apparaît comme un secteur miné pour le Qatar. Ces faits questionnent plus globalement la souplesse des temporalités de ce domaine face à ces bouleversements récents. Ils révèlent surtout le conservatisme d’acteurs anciens du sport mondial perturbés par les changements que tentent d’imposer ces nouveaux acteurs. Pour être en capacité de pouvoir répondre aux contraintes temporelles imposées par les organes sportifs internationaux, au travers de ses nouvelles installations sportives, le Qatar propose par ailleurs des systèmes de climatisation18 afin de surmonter le climat aride de son territoire. L’opacité qui règne autour de leur fonctionnement questionne quant à leur consommation énergétique. À une période où l’urgence climatique s’impose de plus en plus dans l’agenda politique mondial, le Qatar est pointé du doigt pour son recours à ces technologies. Ces systèmes de climatisation apparaissent davantage comme un argument de plus dont tirent parti les détracteurs du Qatar. Nous pensons qu’il faut prendre du recul sur ce point pour bien comprendre que cette question dépasse amplement le cas-même du Qatar. Elle témoigne, en effet, d’une tendance plus générale qui concerne l’industrie sportive mondiale dont les engagements en faveur de la lutte contre le dérèglement climatique restent, aujourd’hui, trop timides. Le Qatar s’inscrit dans ce paysage mondial et suit les pratiques de ce système pour correspondre aux normes en vigueur.

41L’émirat gagne en visibilité mais sous le poids des scandales qui s’accumulent, sa réputation en pâtit. Au vu de la transformation rapide de son image à l’échelle mondiale, par le jeu d’acteurs internationaux qui luttent pour plus de transparence, d’acteurs du sport spectacle qui voient leurs intérêts remis en question et d’autres puissances régionales qui s’inscrivent dans une compétition de leadership avec l’émirat, ce sont les nombreuses contradictions du Qatar qui rejaillissent aux yeux du monde et l’handicapent dans la bonne réalisation de son agenda politique.

Haut de page

Bibliographie

Al-’arab, 2014, “Al-yaûm khitâm kâs ândîa qaṭar ‘lûûl’ baîstâd al-dôha”, 11/02/2014.

Al-Kuwari A., 2015, Al-’awsaj. Sîrat wa dhikrîat, Beyrouth, Al-Difaf Publishing.

Al-Sarihi A., 2018, “Prospects for Climate Change Integration into the GCC Economic Diversification Strategies”, LSE Middle East Centre Papers Series, 20.

Amnesty International, 2016, « New Name, Old System? Qatar New Employment Law and Abuse of Migrant Workers » [En ligne], mis en ligne année 2016, consulté le 08/10/2020. https://amnestyfr.cdn.prismic.io/amnestyfr%2F6b6eaa6f-9228-4cf6-88fd-fecf65d27adc_mde2252422016english.pdf/

Amnesty International, 2019, « Qatar. Les autorités doivent redoubler d’effort pour respecter leurs engagements en matière de droit du travail avant la Coupe du monde 2022 » [En ligne], mis en ligne le 05/02/2019, consulté le 08/10/2020. https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2019/02/qatarauthorities-must-step-up-efforts-to-honour-labour-rights-promises-before-2022-world-cup/

Andreff W., 2015, « La mondialisation économique du football », p. 159-168, in Zoudji B., Rey D. (dir.), Le Football dans tous ses états. Évolutions et questions d’actualité, Paris, De Broeck.

Beaugé G., 1986, « La kafala : un système de gestion transitoire de la main-d’œuvre et du capital dans les pays du Golfe », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 2, no 1, p. 109-122.

Belkaïd A., 2014, « Les dessous du Qatar bashing », Orient XXI [En ligne], mis en ligne le 13/10/2014, consulté le 08/10/2020. https://orientxxi.info/magazine/les-dessous-du-qatar-bashing,0717

Belkaïd A., 2015, « Des réformes à pas comptés pour les travailleurs au Qatar », Orient XXI [En ligne], mis en ligne le 08/09/2015, consulté le 08/10/2020. https://orientxxi.info/magazine/des-reformes-a-pas-comptes-pour-les-travailleurs-au-qatar,1011

Belkaïd A., 2016, « L’écologie, outil de communication du Golfe », Orient XXI [En ligne], mis en ligne le 07/11/2016, consulté le 08/10/2020. https://orientxxi.info/magazine/l-ecologie-outil-de-communication-du-golfe,1549

Belkaïd A., 2017, « Au Qatar, la kafala pèse toujours », Le Monde diplomatique « Manière de voir », no 156, décembre 2017-janvier 2018.

Commins D., 2014, The Gulf States. A Modern History, New York, I.B. Tauris.

Dazi-Héni F., 2006, Monarchies et sociétés d’Arabie. Le temps des confrontations, Paris, Presses de Sciences Po.

Dietschy P., 2010, Histoire du football, Paris, Perrin.

Dorsey J., 2015, “How Qatar is Its Own Worst Enemy”, The International Journal of the History of Sport, vol. 32, p. 422-439.

Greenwald G., 2014, “How former treasury officials and the UAE are manipulating american journalists”, The Intercept [En ligne], mis en ligne le 25/09/2014, consulté le 08/10/2020. https://theintercept.com/2014/09/25/uae-qatar-camstoll-group/

Hertog S., 2019, “A Quest for Significance. Gulf Oil Monarchies’ International Strategies and Their Urban Dimensions”, p. 276-299, in Molotch H., Ponzini D. (dir.), The New Arab Urban. Gulf Cities of Wealth, Ambition, and Distress, New York, New York University Press.

Joyce M., 2003, Ruling Shaykhs and Her Majesty’s Government, 1960-1969, Londres, Routledge.

Kamrava M., 2013 [rééd. 2015], Qatar. Small State, Big Politics, Ithaca-Londres, Cornell University Press.

Kazerouni A., 2017, Le Miroir des cheikhs. Musée et politique dans les principautés du golfe Persique, Paris, PUF.

Koch N., 2018, “The geopolitics of sports beyond soft power: Event ethnography and the 2016 Cycling World Championships in Qatar”, Sports in Society, p. 2010-2031.

Krieg A. (dir.), 2019, Divided Gulf. The Anatomy of a Crisis, Singapour, Palgrave Macmillan.

Le Magoariec R., 2016, « La stratégie du Qatar pour devenir un “grand” du football », Orient XXI [En ligne], mis en ligne le 10/11/2016, consulté le 08/10/2020. https://orientxxi.info/magazine/la-strategie-du-qatar-pour-devenir-un-grand-du-football,1562

Le Magoariec R., 2018, « Le football dans le Golfe à l’épreuve de la crise avec le Qatar », Orient XXI [En ligne], mis en ligne le 20/04/2018, consulté le 08/10/2020. https://orientxxi.info/magazine/de-l-union-a-la-discorde-une-histoire-politique-du-football-dans-le-golfe,2413

Montigny A., 1998, « Le turâth comme construction de l’identité nationale au Qatar », Monde Arabe Contemporain. Cahiers de recherche, p. 23-29.

Montigny A., 2014, « Les représentations du changement dans la société qatarie, d’un émir à l’autre (1972-2013) », Arabian humanities [En ligne], 3|2014, mis en ligne le 10 octobre 2014, consulté le 09 octobre 2020. http://journals.openedition.org/cy/2728

Pattisson P., 2019, “Sudden deaths of hundreds of migrant workers in Qatar not investigated”, The Guardian, 07/10/2019.

Pitron G., 2018, La Guerre des métaux rares. La face cachée de la transition énergétique et numérique, Paris, Les Liens qui libèrent.

Salama A.M., Wiedmann F., 2016, Demystifying Doha. On Architecture and Urbanism in an Emerging City, New York, Routledge.

Vigarello G., 2002, Du jeu ancien au show sportif. La naissance d’un mythe, Paris, Seuil.

Haut de page

Notes

1 Hamad Bin Khalifa Al-Thani renverse son père l’émir Khalifa Bin Hamad Al-Thani, le 27 juin 1995, par un coup d’État.

2 L’Association of Tennis Professionals est l’organe qui organise le circuit mondial de tennis professionnel réservé aux joueurs de tennis.

3 Sous la forme d’un heritage village, des constructions neuves qui ont pour objectif de symboliser la vie d’antan, ce nouveau quartier construit sur la côte au nord de Doha à proximité du récent quartier The Pearl, est dédié à la culture et aux loisirs. L’objectif de ce quartier est de mettre en avant des artistes en devenir à travers des galeries d’art – art contemporain et photographie –, mais cet ensemble vise également à promouvoir la musique classique avec son opéra et la cinématographie à travers le Doha Film Institute. Ce quartier participe ainsi de la politique culturelle que l’émirat développe.

4 Tirée de la culture hindouiste et bouddhiste, cette expression est aujourd’hui utilisée pour qualifier des infrastructures dont l’inutilité est avérée avant même leur construction, des installations dont l’entretien est très coûteux par rapport à leur taux d’occupation et qui de plus ne peuvent être démolies du fait de la symbolique de l’édifice.

5 En 2017, le Qatar reste le plus grand émetteur de CO2 par habitant, devançant les Émirats arabes unis : émission estimée à 49 tonnes d’équivalent CO2 par habitant (Source : globalcarbonatlas.org [consulté le 08/10/2020]).

6 Derrière l’image mondialisée d’un Qatar à la pointe de la technologie en matière de greentech, représentation d’un pays dynamique engagé dans la transition énergétique, il est important de prendre en compte que la construction de ces quartiers mondialisés et de ces infrastructures pèse de manière moins visible sur l’environnement local. Ainsi, outre la pollution de nappes souterraines à travers l’écoulement dans les sols des eaux usées issues des chantiers, il n’est pas rare de constater dans ce genre de projets le rejet de déchets dans les zones désertiques et dans les eaux maritimes (Belkaïd, 2016). De même, il faut noter que ce modèle de transition énergétique est très dépendant de la production de terres rares, une industrie polluante qui se répercute sur les écosystèmes d’autres régions du monde et souvent sur la santé des populations locales (Pitron, 2018).

7 Le stade d’Al-Rayyan est construit sur l’ancienne structure du stade Ahmed Bin Ali.

8 Le dhow est un boutre, un voilier traditionnel présent sur l’ensemble du pourtour de la péninsule Arabique qui permettait aux marins de cette région de naviguer.

9 Selon les mots de l’émir Tamim Bin Hamad Al-Thani qui présente cet événement ainsi depuis mars 2015, présentation qu’il a réaffirmée en juillet 2018, en Russie, à la fin de la Coupe du monde lors de la cérémonie de « passation du ballon » organisée par la FIFA. Dans ce cadre, il est important de rappeler que la Coupe du monde 2022 est la première édition de ce trophée organisée au Moyen-Orient et dans un pays arabe.

10 La kafāla : système de mise sous tutelle du travailleur étranger parrainé par un sponsor appelé kafīl, assurant la charge de garant des activités et comportements du travailleur sur le territoire qatarien. Le kafīl possède ainsi tous les droits sur son employé ; dans ce schéma de nombreux abus se produisent notamment à l’encontre des travailleurs non qualifiés (Beaugé, 1986).

11 Depuis la rupture des relations diplomatiques avec le Qatar de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis et du Bahreïn, en juin 2017, Doha ne siège plus au Conseil de coopération du Golfe (CCG) qui regroupe l’Arabie saoudite, les ÉAU, Bahreïn, Koweït, Oman et le Qatar. Toutefois, l’Arabie saoudite a convié au mois de mai 2019 l’émir du Qatar à la réunion annuelle du CCG, l’émir a alors chargé son Premier ministre d’aller le représenter lors de ce conseil à La Mecque.

12 Source : entretiens personnels, Doha, novembre 2018.

13 Idem.

14 Idem.

15 Sources : entretiens personnels, Doha, novembre 2018.

16 Dans le cadre de l’organisation des championnats du monde d’athlétisme en plein air, on note historiquement une polarisation autour du continent européen avec, depuis sa première édition en 1983, onze championnats dans cette zone. La zone Extrême-Orient suit l’Europe avec quatre organisations réparties entre le Japon, la Corée du Sud et la Chine. Enfin, l’Amérique du Nord prend la troisième place avec une organisation au Canada et les prochains championnats du monde qui se dérouleront en 2021 aux États-Unis dans la ville d’Eugene. À Doha, en 2019, c’était donc la première fois qu’un pays appartenant « au Sud de l’hémisphère Nord » organisait cette compétition.

17 Nouveau nom de la fédération internationale d’athlétisme, anciennement International Association of Athletics Federation (IAAF).

18 Il est peu probable que le Qatar ait recours à ses systèmes de climatisation dans le cadre de la Coupe du monde 2022. Cette technologie a été conçue pour la période allant de mi-avril à fin octobre, une période à laquelle températures élevées et humidité rendent le territoire qatarien peu propice aux efforts sportifs intenses.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le stade de Doha à proximité du souq Waqif et de la Corniche.
Crédits Cliché : R. Le Magoariec, 2018.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3402/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Titre Figure 2. Khalifa International Stadium, au sein du quartier du sport, l’Aspire Zone.
Crédits Cliché : R. Le Magoariec, 2018.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3402/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Titre Figure 3. Terrain de football indoor du Dôme de l’Aspire Zone.
Crédits Cliché : R. Le Magoariec, 2018.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3402/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Figure 4. Le Qatar : des premiers stades aux stades vitrines.
Crédits Cartographie : R. Le Magoariec & Fl. Troin • CITERES 2o2o.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3402/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Titre Figure 5. Le stade Al-Beyt, situé en périphérie de la petite ville côtière d’Al-Khor, dans le nord de l’émirat.
Crédits Cliché : R. Le Magoariec, 2018.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3402/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Titre Figure 6. Doha et la Coupe du monde 2022.
Crédits Cartographie : R. Le Magoariec & Fl. Troin • CITERES 2o2o.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3402/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Le Magoariec, « Les stades de la Coupe du monde 2022, reflets d’un Qatar à deux vitesses », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 33 | 2020, mis en ligne le 16 novembre 2020, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/emam/3402 ; DOI : https://doi.org/10.4000/emam.3402

Haut de page

Auteur

Raphaël Le Magoariec

Doctorant, Université de Tours & UMR 7324 CITERES, équipe EMAM
rlemagoariec@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search