Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Sharjah, la discrète (ou l’austér...

Sharjah, la discrète (ou l’austérité au service du progrès)

Discret Sharjah (austerity as a key to progress)
Marc Lavergne

Résumés

La ville de Sharjah, partie de la vaste agglomération côtière dominée par Dubaï, est en même temps la capitale d’un émirat composé d’éléments divers, hérités d’un passé glorieux, bien qu’elle semble aujourd’hui reléguée dans l’ombre de sa dynamique voisine. Comme dans l’ensemble des États du Golfe, l’étude de l’évolution des sociétés et des espaces urbains peut être facilitée par le recours à la lecture de la presse. Celle-ci révèle, au travers des faits divers, les ressorts de la vie quotidienne de la cité ; elle est aussi un outil de communication pour les autorités qui y déclinent leurs réalisations et leurs ambitions. Sharjah apparaît ainsi comme en quête d’une identité distincte, voire opposée à Dubaï, par le primat donné à l’éducation, à la culture et aux arts, par l’attachement aux racines arabes et musulmanes, et par le souci d’une bonne gouvernance. En témoigne l’attention accordée à la promotion des femmes ainsi qu’à la protection de l’environnement et à la nature.

Haut de page

Texte intégral

En marge ou en retrait ?

  • 1 La badawa peut être définie comme étant l’esprit communautaire comme fondement de la société bédoui (...)

1Au royaume, incarné par Dubaï, de l’image et de la communication triomphantes, censées susciter enthousiasme et confiance, donc engendrer croissance économique et succès individuels, Sharjah fait figure de franc-tireur, de reproche muet peut-être, devant cet abandon des vertus qui ont fait la résilience des peuples de la péninsule Arabique, au temps de l’austérité. La ville est-elle pour autant un anti Dubaï ? (Abboudi, 1994 ; Lavergne, 2018) : que révèle, d’où procède la différence de ces deux visages urbains de cités pourtant voisines, mais toujours séparées par une frontière invisible (Haeringer, Chiniara, 2004) ? La réponse qui vient à l’esprit peut être d’abord de la différence de moyens financiers, mais Dubaï ne jouit guère plus que Sharjah de rente pétrolière : vis-à-vis d’Abou Dhabi, les deux cités sont dans une même situation de dépendance. S’agit-il alors de compétence ? Dubaï a certes bénéficié de l’installation de commerçants iraniens qui ont fait la prospérité de la ville et de dirigeants qui en ont fait une « entreprise » globale (Lavergne, 2002, 2009 ; Kanna, 2011). Mais Sharjah a été, bien auparavant, la capitale d’un empire maritime, de part et d’autre du détroit d’Ormouz (Al-Rashid, 1981 ; Heard-Bey, 1999) source de pouvoir, de richesse et de prestige, jusqu’à l’irruption de la concurrence britannique au début du xixe siècle (Onley, 2007). Et elle garde jusqu’à aujourd’hui le souvenir de sa domination sur la péninsule du Moussandam, dans cette imbrication de territoires, d’allégeances et de tutelles complexes qui se lit encore dans le découpage des souverainetés, et qui dénote une aptitude ancienne à la gestion de peuples divers. Le fond de la différence entre Sharjah et Ras al-Khaymah (Dumortier, 2013), qui furent et demeurent toutes les deux sous la tutelle de la famille des Qawasim, et d’un autre côté Dubaï et Abou Dhabi, fondées par des branches de la tribu bédouine des Bani Yas, ne serait-il pas celle, fondamentale, identifiée par Ibn Khaldoun, de la badawa et de la hadara1 ?

2Plus que d’une opposition active ou d’un rejet, on est plutôt là, semble-t-il, en présence d’une conception différente de l’urbanité et de la vie en société, qui plonge ses racines dans les origines mêmes de ces deux cités. L’histoire trop souvent oblitérée des sociétés du Golfe se révèle peut-être là, dans des attitudes qui ne sont pas d’opposition, mais d’indifférence. Ainsi Sharjah explore-t-elle une autre voie, qui ne s’exprime pas tant dans l’urbanisme, l’architecture ou la banalisation du luxe que dans les attitudes sociales, elles-mêmes encouragées par le souverain, en phase avec l’héritage culturel et social ainsi qu’avec la condition matérielle de son émirat.

3Cet article se veut une tentative de réponse à cette question, à l’aide des outils accessibles au chercheur occidental dans une région où l’enquête de terrain ne peut se pratiquer que selon des modalités indirectes, et doit être complétée par d’autres éclairages.

Figure 1. Le Palais de justice, régulateur du commerce maritime.

Figure 1. Le Palais de justice, régulateur du commerce maritime.

Cliché : M. Lavergne, janvier 2017.

Particularités de la recherche en sciences humaines et sociales dans le Golfe en général et à Sharjah en particulier

4Le Golfe a longtemps été fermé, sauf exceptions (Zahlan, 1998), à la recherche en Sciences humaines et sociales, du fait du désintérêt de celles-ci, confortablement cantonnées aux études sur le plus proche Orient, et des difficultés d’accès à un univers qui ne semblait pas receler de complexité prometteuse. Il s’ouvre aujourd’hui, alors qu’il affronte avec vigueur les contradictions entre l’ancien et le moderne, la tradition et la modernité, considérées trop souvent comme l’envers et le revers d’une médaille pourtant toujours étroitement imbriqués. Or c’est plus à Sharjah qu’à Dubaï ou Abou Dhabi, dans le cadre des Émirats arabes unis, que les liens qui unissent le passé et l’avenir sont les plus apparents, au point même d’être mis en exergue et valorisés.

5La recherche sur ces terrains n’est pas aisée, à la fois parce que trop d’apparences attirent le regard, et que tant de fond est masqué, par des sociétés qui se protègent : le clivage entre les nationaux et les hôtes est jalousement défendu, accentué qu’il est par la différence des conditions et des niveaux de richesse, et par l’opacité des modes de fonctionnement et de gestion de ces sociétés ; elles préservent derrière l’adoption des titulatures et des fonctions importées, des ordres de légitimation et de hiérarchisation héritées bien plus opératoires, grâce à des mécanismes endogènes de sélection des compétences qui ont prouvé leur efficacité (Montigny-Kozlowska, 1982 ; Kazerouni, 2017).

6La multiplication des universités, des centres de recherche, des académies et des think tanks sur le modèle occidental est donc largement illusoire, d’autant qu’ils n’ont pas pour objet de se pencher sur le fonctionnement interne de ces sociétés.

7Pour le chercheur étranger, la solution est évidemment la présence au terrain ; mais quel terrain, dans un monde aseptisé, climatisé, banalisé, où les rencontres ne permettent que de voir la face officielle, mercantile ou administrative, de la réalité ? Il y faut du temps, de la patience, de la confiance, et encore tout cela ne suffit-il pas : l’individu en vis-à-vis n’est pas seul, il est comptable de ses actes, de ses contacts, devant une parentèle, une clientèle, tout un réseau de solidarités qu’il engage en entrebâillant la porte à l’étranger. Et lui-même est double, entre son visage public et sa vie privée ; dualité plus ou moins bien assumée, mais où toujours la part du privé, de l’intime, de la famille et du clan l’emporte, à la fois par intérêt et par conviction et loyauté, par fidélité et confiance dans des dirigeants garants de la prospérité et de la stabilité de leur peuple.

8Si cette présence au terrain est néanmoins indispensable, elle ne suffit donc pas, pas plus que les prospectus de papier glacé distribués par les hôtesses des stands des mastodontes locaux de l’immobilier ne reflètent la vie sociale de leurs dirigeants ou de leurs promoteurs.

  • 2 Même si certains espaces de libre opinion existent dans des publications telles qu’Al-Ittihad ou Al (...)

9C’est pourquoi la présentation ci-après s’appuie largement sur la lecture de la presse locale à partir d’une sélection aléatoire de titres en langue anglaise, recueillis au fil des années : ces journaux sont certes plus tournés vers les affaires internationales (avec un intérêt particulier pour les régions d’origine des lecteurs, le sous-continent indien et l’Extrême-Orient), le monde des affaires, la mode et les événements artistiques et sportifs. Mais ils sont aussi un vecteur d’informations à destination d’une clientèle occidentale ou orientale investie dans le « nouveau monde » globalisé, et le message qui y est véhiculé cherche à mettre en lumière les efforts des Émirats de se conformer aux tendances et aux aspirations « globales ». Les journaux de langue arabe tiennent en partie lieu de gazette locale, bien que diffusés au public arabophone, souvent même au-delà des frontières des Émirats. Ils accordent ainsi une place importante aux décisions et aux cérémonies officielles, ainsi qu’à l’actualité touchant Abou Dhabi et Dubaï, qui y est logiquement prépondérante. Pourtant, une lecture attentive peut fournir nombre d’informations précieuses sur la vie d’un émirat comme Sharjah. Tout ce qui est rapporté fait sens, qu’il s’agisse de faits divers, de décisions administratives, d’événements officiels ou de festivités2. À travers le courrier des lecteurs, les journaux reflètent les préoccupations des citadins, qu’ils soient ou non des citoyens de la Fédération.

Sharjah, une capitale d’empire déchue ?

10Sharjah est la troisième ville et le troisième émirat par la population (1,53 million d’habitants en 2015, dont 200 000 nationaux, sur les 9,4 millions que comptait la Fédération3). Elle régna sur cette côte de l’Oman, le Sahîl ‘Uman, opportunément baptisée « Côte des pirates » par les Britanniques, bien avant l’essor de Dubaï puis d’Abou Dhabi au xxe siècle (Heard-Bey, 1999).

  • 4 Il faudrait ajouter l’île d’Abou Moussa, aux abords du détroit d’Ormouz (voir Fig. 2), occupée par (...)

11Siège historique de l’empire maritime des Qawasim, qui s’étendit de l’Oman jusqu’aux rivages de l’Iran, elle garde une assise terrestre qui fait d’elle la tête d’un micro-État au sein de la Fédération. Outre la capitale, elle compte des oasis de plaine, des villages de montagne, des ports situés de part et d’autre de la chaîne des monts Hajar, des enclaves et des souverainetés partagées avec ses voisins : une cité et un État marqués par le poids de l’Histoire et la longue interaction avec les États et les tribus de ces régions longtemps isolées, le seul émirat dont le territoire regarde à la fois le golfe Persique et le golfe d’Oman, le seul aussi qui jouxte les territoires de ses six associés au sein de la Fédération (Fig. 2). Ces vestiges de la grandeur passée de l’empire des Qawasim contribuent à la personnalité de Sharjah, exprimant sa diversité humaine et ses potentialités variées. Ces dépendances, qui sont organisés en « région centrale » et « région orientale »4, contribuent également à la prospérité économique de l’émirat, sous l’impulsion de leurs municipalités.

Figure 2. Sharjah et les lambeaux de son empire maritime, entre Golfe et Océan.

Figure 2. Sharjah et les lambeaux de son empire maritime, entre Golfe et Océan.

Source : Explorer UAE Map, 1/750 000e.
Cartographie : Fl. Troin • CITERES 2o2o.

  • 5 Une exception toutefois : le cricket est pratiqué au plus haut niveau par une équipe locale de ress (...)
  • 6 À preuve, les retards dans les aménagements de l’espace public : “Sharjah’s Ansar mall footbridge c (...)

12Tandis que Dubaï, et de plus en plus Abou Dhabi, entretiennent une frénésie de superlatifs auxquels donnent prétexte les « événements » qui s’y succèdent tout au long de l’année, à Sharjah on n’est pas fervent de mises en scène ou de battage médiatique. Ici, pas de bruyant enthousiasme sportif, de stars internationales invitées à prix d’or5, de vedettes de la chanson ou du cinéma venues de Bollywood ou d’Occident. Pas non plus de tours audacieuses cherchant à se démarquer et à surpasser les voisines, peu d’hôtels fastueux ni de sièges de World Companies. La discrétion, voire une certaine austérité, est de mise, et même le front de mer ou les rives de la crique, n’ont pas été convertis aux loisirs et aux sports nautiques : Sharjah est pudique... et économe6.

13Si les dirigeants, et en premier lieu l’émir Cheikh Sultan bin Muhammad al-Qasimi qui règne depuis 1972, ne cherchent pas la vedette, ils sont en revanche plus présents dans les pages consacrées à l’actualité culturelle et éducative : la politique culturelle constitue en effet depuis 1979 la priorité affirmée de l’émirat. Mais, depuis 2009, cette priorité accordée à la promotion de l’identité arabe et islamique de l’émirat de pair avec le soutien accordé à l’accès à la culture par l’éducation et les arts, laisse place à une banalisation relative dans la recherche d’investissements et de développement économique : la crise de 2008 qui a brisé l’élan de Dubaï est passée par là, et la politique de Sharjah vise de plus en plus à assurer des compétences à sa jeunesse, et une attractivité accrue dans le domaine des nouvelles technologies.

Figure 3. Production d’un élève du musée-école de calligraphie islamique, de renommée mondiale.

Figure 3. Production d’un élève du musée-école de calligraphie islamique, de renommée mondiale.

Cliché : M. Lavergne, janvier 2017.

14Si les professions de foi, les annonces et les lancements de programmes et d’institutions dédiées à la préparation d’un avenir radieux foisonnent, à l’image de la frénésie de Dubaï, les entrefilets consacrés aux faits divers et aux difficultés du maintien de l’ordre viennent tempérer cette vision heureuse et harmonieuse sous la houlette de dirigeants dévoués et clairvoyants. Sharjah apparaît souvent dans la rubrique « faits divers » ; incidents, déviances et délits y sont relatés. Ils reflètent un aspect du quotidien de la vie des hôtes de Sharjah, celui des travailleurs immigrés venus d’Asie du Sud et d’Extrême-Orient, qui travaillent pour la plupart à Dubaï, mais qui trouvent ici des logements aux loyers plus abordables.

L’hébergement des travailleurs expatriés, une ressource essentielle mais peu valorisante

15Sharjah contraste avec Dubaï par la présence d’une population autochtone proportionnellement plus importante, tandis que les travailleurs immigrés sont en majorité issus de pays musulmans, soit arabes, soit voisins et depuis longtemps en contact avec les rives du Golfe, comme les Iraniens, les Baloutches et les Pakistanais. La sensation d’un kaléidoscope humain y est donc beaucoup moins forte qu’à Dubaï. Il s’agit sans doute là de la persistance de courants anciens, mais aussi de besoins différents en personnel expatrié, moins qualifié, l’absence de ressources pétrolières réduisant la nécessité (et la possibilité) de recruter de la main-d’œuvre dans le secteur tertiaire et tertiaire supérieur.

16Néanmoins, la fonction de cité-dortoir est la première ressource de Sharjah : la ville héberge en effet les travailleurs des chantiers, des ateliers, des magasins ou des bureaux de Dubaï ; dans le centre ancien et les périphéries récentes réside une nombreuse population d’hommes originaires en majorité du Pakistan, tandis que les classes moyennes trouvent des loyers plus abordables qu’à Dubaï dans les quartiers résidentiels qui s’étendent sur les dunes à l’est du centre (Lavergne, 2018) (Fig. 4).

Figure 4. Sharjah : de la vocation maritime au déploiement vers l’intérieur des nouvelles activités industrielles et tertiaries supérieures.

Figure 4. Sharjah : de la vocation maritime au déploiement vers l’intérieur des nouvelles activités industrielles et tertiaries supérieures.

Source : https://www.orangesmile.com/​travelguide/​sharjah/​high-resolution-maps.thm, OSM 2020 & M. Lavergne.
Cartographie : Fl. Troin & M. Lavergne • CITERES, novembre 2o2o.

17Si la grande majorité de ces travailleurs est employée à Dubaï, provoquant l’engorgement quotidien des migrations pendulaires, l’émirat lui-même en emploie un nombre important. Le tissu industriel de l’émirat est en effet disséminé sur plusieurs sites. Outre ses faubourgs en lisière de Dubaï, l’émirat possède :
– le port et la zone franche de Hamriyah, quasi enclavés au-delà de l’émirat d’Ajman, dont la cité-mère est intégrée dans la conurbation qui s’étend aujourd’hui de Jebel Ali à Hamriyah ;
– le terminal de porte-conteneurs en eau profonde de Khor Fakkan (Fig. 5) sur le golfe d’Oman, qui permet d’éviter le franchissement du détroit d’Ormouz ;
– la zone franche de l’aéroport international, voué pour l’essentiel au trafic aérien des marchandises (Fig. 4).

Figure 5. Le terminal de porte-conteneurs de Khor Fakkan, débouché des Émirats arabes unis sur le golfe d’Oman.

Figure 5. Le terminal de porte-conteneurs de Khor Fakkan, débouché des Émirats arabes unis sur le golfe d’Oman.

Cliché : M. Lavergne, février 2017.

18La production industrielle de l’émirat lui rapporte 20 % de son produit intérieur brut et représente à elle seule la moitié de celle de l’ensemble de la Fédération. On peut y ajouter pour mémoire les modestes destinations de tourisme intérieur de Masafi, source de l’eau minérale du même nom, dans les monts Hajar, et des plages de Khor Fakkan ou de Kalba, au nord et au sud de Foujairah, sur le littoral du golfe d’Oman. Au total, Sharjah, dont les gisements de pétrole offshore sont depuis longtemps épuisés, vit des revenus de son activité bien plus que des allocations du budget fédéral, c’est-à-dire des subventions d’Abou Dhabi.

  • 7 “Reckless Cyclists could lose bicycles”, Gulf News, 4 avril 2013.
  • 8 “Man held for offering illegal phone calls”, Gulf News, 4 avril 2013 ; “Nizwar Manufacturers held i (...)
  • 9 “Gang of car stealers busted”, Gulf Today, 19 mars 2017.
  • 10 “Policemen impersonators in detention”, Gulf Today, 15 janvier 2019 ; “Five suspects held for traff (...)
  • 11 “Runaway maids turning to prostitution”, Gulf News, 7 avril 2013 ; “Parents caught hawking underage (...)
  • 12 “Rent hike limitation in Sharjah”, Gulf News, 22 juin 2007.
  • 13 “Sharjah set to curb tobacco sales", Gulf News, 5 avril 2013. En avril 2013, l’émir, Cheikh Sultan, (...)

19La main-d’œuvre résidente est sujette aux tentations et aux drames de la misère et de l’exil : incivilités7, trafics8, vols9, bagarres10, prostitution11, crimes sexuels ou passionnels. Le gouvernement, la police et la Municipalité de Sharjah ont une attitude qui est modulée entre la répression, qui s’appuie sur la loi coranique en vigueur, et les réformes, de manière à maintenir un niveau de sécurité optimal, gage de l’attractivité de l’émirat et de la réputation de l’ensemble de la Fédération. Ainsi en est-il de l’attention portée au niveau des loyers12 ou à la santé publique13.

Ici comme ailleurs, le rôle éminent du souverain

Figure 6. Cheikh Sultan, étudiant en 1965 à la Faculté d’agronomie de l’Université du Caire.

Figure 6. Cheikh Sultan, étudiant en 1965 à la Faculté d’agronomie de l’Université du Caire.

Source : Mémoires du temps passé, 2009, trad. franç. 2012, Al Qasimi Publications, Sharjah.

  • 14 Ce qui lui confère un rang de doyen des souverains sur les rives du Golfe. Le sultan Qabous d’Oman (...)
  • 15 Cela explique son appellation de « Dr Cheikh » dans la titulature officielle (Al-Qasimi, 2015).

20Quelle part de cette orientation revient à la personnalité de l’émir, Cheikh Sultan bin Muhammad al-Qasimi ? Ici comme ailleurs dans la région, la personnalité du souverain est un élément-clé, et la durée de son règne, la conduite des affaires lors des événements historiques traversés, lui ont permis d’imprimer durablement sa marque. Mais, dans ce cas particulier, le personnage a une biographie exceptionnellement riche et liée aux grandes évolutions qu’a connu la région au xxe siècle. Et, chance exceptionnelle également, et révélatrice de la personnalité de son héros, elle a fait l’objet par ses soins d’une relation détaillée et vivante, sinon objective : une autobiographie en six volumes, excellemment traduite en français de surcroît, qui permet de parcourir l’histoire contemporaine de la région, tout autant que de découvrir le fonctionnement d’une société en proie aux évolutions des conditions de vie, et capable de prendre son destin en mains au milieu des tourments du xxe siècle (Al-Qasimi, 2010, 2011a, 2011b, 2012). Né en 1939, Cheikh Sultan préside aux destinées de l’émirat depuis 1972, peu après l’indépendance de son pays14 ; autre originalité déterminante, Cheikh Sultan a fait de « vraies » études supérieures, durant quatre années à la Faculté d’Agronomie de l’Université du Caire15 : des études menées en tant que modeste membre d’une famille de cheikhs d’une région désertique reculée et misérable. Il y a été un témoin et même un militant de l’épopée et de l’échec du combat de Gamal Abd el Nasser en faveur de l’unité du monde arabe, vivant sur place la cuisante défaite de la Guerre des Six Jours et la mort du raïs en septembre 1970. Comme toujours, cette initiation à l’éducation moderne, à la science et à la recherche, est autant le produit d’une histoire « nationale » et familiale que de son équation personnelle ; mais il est à l’origine, sans doute, du parcours différent de l’émirat et de la ville depuis la naissance de la Fédération – et l’irruption du pétrole. Si Cheikh Sultan est l’initiateur de la voie choisie par Sharjah, l’absence de ressources pétrolières a sans doute été un facteur qui a facilité cette quête du progrès et du développement des ressources humaines.

Fidélité à la tradition et quête des instruments de la modernité

21L’attention accordée par Sharjah au développement culturel et éducatif passe d’abord par la préservation et la mise en valeur du patrimoine : Sharjah a comme Dubaï un centre ancien, sur les bords de la crique, qui abritait ce que A. Kazerouni (2017, p. 23) appelle « le petit peuple des ports », à portée du fort, entouré de quelques maisons de commerce et de la mosquée. La mosquée chiite, édifiée en 1861, dresse encore sa façade de faïence bleue sur la rive de la crique, à proximité du souk : un vaste chantier est en cours pour muséifier toute la zone, qui est candidate à une inscription au Patrimoine de l’Humanité de l’Unesco, en concurrence voilée avec Dubaï (Fox et al., 2006).

Figure 7. Derrière la mosquée chiite Al Zahra, la husseiniyé (fondée en 1861) protégée par la police.

Figure 7. Derrière la mosquée chiite Al Zahra, la husseiniyé (fondée en 1861) protégée par la police.

Cliché : M. Lavergne, janvier 2017.

22Ce centre historique en cours de rénovation connaît une nouvelle vocation de cœur de la politique culturelle de l’émirat : ses bâtiments, entre la crique et le fort, les souks et la mosquée, sont transformés en musées, centres d’exposition, sièges administratifs des différents services voués à la promotion du patrimoine et de la culture. Mais d’autres infrastructures ont été créées, faisant appel à une architecture moderne, voire futuriste, qui ne le cède en rien à celle de Dubaï, pour accueillir festivals, amphithéâtres, cinémas, sur les bords de la crique et dans le centre.

Figure 8. Le chantier de restauration du « Cœur de Sharjah ».

Figure 8. Le chantier de restauration du « Cœur de Sharjah ».

Cliché : M. Lavergne, janvier 2017.

Figure 9. De la muséification à la gentrification du « Cœur de Sharjah ».

Figure 9. De la muséification à la gentrification du « Cœur de Sharjah ».

Cliché : M. Lavergne, janvier 2017.

23L’émirat compte ainsi plus d’une vingtaine de musées et une trentaine de salles de cinéma, soit à peu près autant que les émirats plus fortunés de Dubaï et d’Abu Dhabi. La programmation de ses activités est de qualité, ouverte aux tendances avant-gardistes, et son théâtre en plein air offre une scène inattendue à cet art qui fut pratiqué par l’émir dans sa jeunesse (Al-Qasimi, 2015). Il en va de même pour le cinéma, dont le succès contraste avec son interdiction en Arabie saoudite jusqu’en 2018, qui fut le symbole de l’entêtement wahhabite à l’assimiler à la futilité et au vice. Pour les dirigeants de Sharjah, le septième art, comme les autres, est autant un moyen d’éducation qu’une distraction.

Figure 10. Affiches de l’exposition “Hassan Sharif, I am the single work artist”, à la Sharjah Art Foundation (4 novembre 2017 au 3 février 2018).

Figure 10. Affiches de l’exposition “Hassan Sharif, I am the single work artist”, à la Sharjah Art Foundation (4 novembre 2017 au 3 février 2018).

Cliché : M. Lavergne, janvier 2017.

24Le paradoxe apparent est que l’émirat de Sharjah se veut le gardien de la culture et de la religion arabo-islamique, en réaction à la fois au salafisme de l’Arabie saoudite, traditionnellement hostile à la culture et à la protection du patrimoine, et aux orientations mondialisées des émirats pétroliers du Golfe, vecteurs d’une ouverture consumériste et déracinée : sur le plan politique, le gouvernement de l’émirat se situe sur une ligne proche des Frères musulmans, et sur le plan juridique et social, adhère à l’application de la Charia, interdisant par exemple la consommation d’alcool, tout en conservant un attachement (une nostalgie ?) envers le rêve d’union de la Nation arabe de l’époque nassérienne.

25La politique culturelle de Sharjah constitue donc un tout intégré : il ne s’agit pas ici comme dans d’autres émirats d’offrir une façade, une vitrine à la face du monde, d’en faire un outil de promotion à usage externe, mais avant tout de faire évoluer la société vers un progrès à la fois intellectuel et technique, pour lui donner les moyens d’affronter l’avenir sans se renier. Ce souci d’articulation se retrouve dans le primat accordé non pas tant aux réalisations matérielles comme l’architecture ou la mise en scène de l’espace urbain, qu’à la floraison d’initiatives immatérielles, ou couplant entre elles différentes préoccupations : culture et éducation vont ici de pair, de même que protection et mise en valeur du patrimoine historique et de l’environnement, éducation et développement technologique, art et relations internationales.

Stratégies de long terme et outils de mise en œuvre

  • 16 Gulf News, 2 mai 2013.
  • 17 “Sultan grants Dh 2m to support book publishers”, Gulf News, 2 mai 2013.
  • 18 “Khalid named Years” personality. Saudi Poet prince given title by SIBF in recognition of his contr (...)
  • 19 Gulf News, 28 et 29 octobre 2017.
  • 20 Khaleej Times, 29 octobre 2017.
  • 21 Gulf Today, 14 janvier 2019.

26Le premier souci de Cheikh Sultan est l’attention portée à la formation de la jeunesse. Cela passe, pour lui, par la priorité accordée à la lecture : “He says it’s important to instil love of reading in Children” relève-t-on16, ce qui dénote à la fois une conviction personnelle quant au développement intellectuel et moral qui va bien au-delà de préoccupations d’ordre économique et social, et un rapport paternel aux enfants et à son peuple. Les incitations à la lecture sont multiples : financement des maisons d’édition17, organisation de foires internationales, concours de poésie et, aujourd’hui, défense des droits d’auteur et soutien au livre électronique. Une Sharjah Book Authority organise chaque année la Sharjah International Book Fair :
– en 2015, la 34e édition a vu nommer « personnalité culturelle de l’année » le prince poète saoudien Khaled al-Fayçal, conseiller du roi Salman et gouverneur de La Mecque « pour son engagement constant en faveur des valeurs de tolérance et de modernisation, en encourageant le dialogue et l’interaction interculturels » : un exemple de soft power discret et efficace en faveur des éléments les plus ouverts des sociétés du Golfe18 ;
– en 2017, la 36e édition est consacrée à la promotion du livre électronique, tandis que la maison d’édition locale Kalimat présente plus de 50 nouveaux titres19, tandis que le Khaleej Times réalise un entretien d’une page avec le directeur de la Sharjah Book Authority20 ;
– en 2019, le 17e Festival de poésie arabe y est inauguré en présence du ministre marocain de la Culture et de la Communication et de Rajul Gandhi, président du parti du Congrès indien, tandis que Sharjah est l’invitée d’honneur de la 27e Foire mondiale du Livre à New Delhi21 ; prélude à sa consécration, lors de la 38e édition, comme capitale mondiale du Livre 2019 par l’Unesco – première ville du Golfe, la troisième du monde arabe et la dix-neuvième cité mondiale à se voir décerner cette distinction.

27On peut certes se poser la question de savoir si Sharjah est effectivement devenue le Quartier latin du Golfe, voire du monde arabe ; mais l’intention et les moyens mis en œuvre sont indéniables. C’est à Sharjah qu’avait été créée la première Université américaine des Émirats. Aujourd’hui, face à la prolifération des « universités » ou prétendues telles aux Émirats (au nombre de 125 environ !), Sharjah fait modeste figure. Mais l’Université de Sharjah a une bonne réputation, et ses progrès sont suivis avec attention par Cheikh Sultan, qui en est, comme il est de règle, le président.

  • 22 Gulf Today, 29 octobre 2017.
  • 23 « L’université de Sharjah : un des piliers du projet de renaissance culturelle de Sultan », entreti (...)

28Elle joue un rôle majeur dans la formation moderne de ses élites, avec une insistance nouvelle sur la recherche scientifique22, mais elle est en même temps chargée de maintenir et promouvoir les valeurs et la culture de l’émirat : l’enseignement en langue arabe y tient une large place, et elle abrite un département d’études islamiques, vecteur d’un islam enraciné dans l’histoire et la société, opposé à l’islam désincarné des salafistes d’Arabie saoudite23.

  • 24 “Communication is key: Sultan”, à l’occasion du 6eInternational Government Communication Forum, Sha (...)
  • 25 Rubu’ Qarn [Quart de siècle] set to brighten young leaders’ future”, Gulf Today, 17 janvier 2019.
  • 26 “IGCF to engage public on participatory governance”, Gulf Today, 20-21 mars 2019.

29Plus que le business and management à l’honneur dans les universités privées, l’intention ici est de former des élites à la fois ouvertes sur le monde et en phase avec les réalités de la société : il s’agit d’évoluer vers un modèle de gouvernance adapté aux besoins d’une société diversifiée et consciente. Pour cela, le maître-mot de la communication gouvernementale est la « gouvernance participative », pour un objectif de « développement durable ». On peut penser que se traduit ainsi la préoccupation d’une double fragilité : d’une part la faiblesse numérique et « qualitative » de la population formée, d’autre part celle d’une économie de rente. Celle du pétrole, bien sûr, qui se déverse sur Abou Dhabi, mais aussi celle du dynamisme de l’émirat voisin de Dubai. La mise en place d’une gouvernance « soft » passe par un événement comme l’International Governance Communication Forum24, ou la création d’un diplôme de « communication gouvernementale » [sic] par la fondation Rubu’Qarn (Quart de siècle) et la Foundation for Creating Leaders and Innovators25 ou par la campagne #Sharjah Ask26.

30Ces préoccupations concernant la transmission et l’adaptation du pouvoir n’excluent pas un intérêt croissant pour les sciences et techniques : la santé publique est en bonne place, avec comme dans les autres émirats des préoccupations liées à l’évolution du mode de vie urbain, la pollution et l’alimentation, des campagnes régulières de lutte contre le cancer, l’obésité, etc. Depuis 2009 et la crise des subprimes qui a frappé durement les émirats para-pétroliers comme Dubaï et par contrecoup Sharjah, une politique de promotion et de diversification industrielle à l’international s’est développée, avec l’organisation d’expositions destinées aux investisseurs et aux professionnels, tandis qu’un Sharjah Research Technology and Innovation Park a ouvert ses portes et essaie de nouer des partenariats externes.

  • 27 “Pink Caravan skydive for breast cancer awareness”, Gulf News, 28 octobre 2017.

31L’attention accordée à la formation de la jeunesse peut être mise en parallèle avec celle accordée à la promotion des femmes. L’émirat a été pionnier dans ce domaine sur ces rives du Golfe, depuis les années 1950, en écho au nationalisme arabe alors brandi de l’Égypte à l’Irak. Le souci de conserver les traditions et d’adhérer aux prescriptions coraniques va ici de pair avec une politique volontariste de promotion de la femme dans tous les domaines non seulement dans l’éducation, mais aussi dans le sport ou dans les affaires, à travers des associations telles que Sajaya Young Ladies of Sharjah, filiale de Roub’ al Qarn, la Sharjah Women’s Sport Foundation, le club des femmes d’affaires NAMA for Women Advancement Establishment, ou la lutte contre le cancer du sein27.

  • 28 “Sultan bin Ahmed is Big Heart Foundation’s Humanitarian Envoy”, Gulf News, 29 octobre 2017.

32Ces initiatives sont soutenues par les femmes qui ont joué de longue date un rôle éminent dans la gestion des affaires de l’émirat ou même au-delà, au niveau fédéral, parmi lesquelles on peut citer :
– Cheikha Jawahir bint Mohamed al-Qasimi, épouse de Cheikh Sultan, une des personnalités en vue des Émirats, pour son engagement humanitaire en faveur des réfugiés et des « personnes vulnérables », dans le monde entier à travers sa Big Heart Foundation (TBHF) lancée en juin 201528. Son Al Jawahir Reception and Convention Center est l’un des principaux lieux d’accueil d’événements de Sharjah.
– Cheikha Lubna bint Khaled bin Sultan al-Qasimi, nièce de Cheikh Sultan, aujourd’hui ministre fédérale de la Tolérance, fut ministre de l’Économie, puis de la Coopération internationale et du développement (2015) : c’est l’une des personnalités les plus influentes des Émirats.

  • 29 Gulf Today, 14 janvier 2019.
  • 30 “Emirati Girl becomes part of man(chester) city Drive”, Gulf Today, 14 mars 2019.

33Mais ces membres féminins de la famille régnante ne sont pas l’exception qui confirme la règle : bien d’autres seraient à citer, comme Amal Taeya, directrice générale de la Sharjah Museum Authority29, Hana Saif al-Suwaidi, présidente de l’Environmental Protection Authority (EPAA), Dre Rim Abderrahim bin Karam, présidente du NAMA for Women Advancement Establishment ou encore Modhi al-Ali, figure de proue d’une campagne destinée à encourager les jeunes filles à pratiquer le football30.

  • 31 « Le prince héritier de Sharjah assiste au mariage collectif de 55 couples aujourd’hui », Al-Khalij(...)

34Est-ce à contre-pied, ou au contraire dans le même sens, que doit se comprendre la pratique des mariages collectifs, encouragés par les autorités ? Ces cérémonies organisées par les autorités visent à réduire le coût devenu prohibitif des mariages des Émiriens avec des compatriotes, ce qui les conduit à épouser des étrangères au douaire moins onéreux31.

  • 32 “Sultan bin Ahmed opens Sir Bu Nair Festival”, EPAA, 19e Festival de Sir Bu Nair, Gulf Today, 14 ma (...)

35Ce tour d’horizon de la philosophie à l’œuvre dans l’émirat de Sharjah ne serait pas complet sans que l’on relevât le souci de la préservation de l’environnement ; rien qui soit propre à cet émirat, sinon la recherche de la cohérence et d’articulation des différents chantiers d’évolution : ainsi la campagne de nettoyage du port de pêche de Khor Fakkan a été organisée par la Sharjah Museum Authority (dirigée, on l’a vu, par une femme), façon de symboliser le lien entre la culture et l’environnement, avec comme objectif commun le développement touristique, sous le slogan “Sharjah, the smiling Emirate”. On retrouve cet objectif dans des opérations comme le festival de Sir Bu Nair, destiné à protéger l’environnement insulaire et maritime32. Plus globalement, Sharjah ambitionne de devenir en 2021 la première ville sans déchets du Moyen-Orient, grâce à un programme de conversion de déchets en énergie par l’élimination de 300 000 t de déchets par an, pour une économie de 450 000 t de CO2/an.

36Finalement, l’image qui se dessine – tant en suivant l’actualité de Sharjah qu’en se référant aux mémoires de Cheikh Sultan, et plus loin encore, aux travaux des historiens et des historiographes de la péninsule Arabique et du Golfe (Al-Rashid, 1981 ; Al-Qasimi, 1999, 2006) – est celle d’une concrétion étatique et d’une formation sociale ouvertes aux échanges et au métissage, donc au progrès, discrètes non pas par sentiment d’infériorité mais au contraire par assurance et inscription dans la durée. On peut dès lors supposer que l’essor exponentiel et quasi hystérique de certaines de ses voisines, à commencer par Dubaï, n’éveille chez elle qu’un sentiment de condescendance amusée. Loin des courses en tête, mais aussi des bulles spéculatives qui les accompagnent, Sharjah poursuit patiemment un parcours non pas de revanche, mais d’indépendance. Loin de considérer Dubaï ou Abu Dhabi, engagées dans une compétition d’ego et de domination de l’ensemble de la Fédération, comme ses rivales, elle semble les ignorer en se concentrant sur ses propres objectifs, dans les eaux calmes gagnées grâce un souverain de bonne volonté, après les soubresauts qui l’ont précédé.

Haut de page

Bibliographie

Abboudi H., 1994, « Sharjah ou le rêve d’un émirat idéal », Arabies, no 88, p. 44-56.

Al-Qasimi S., 1999, Power Struggles and Trade in the Gulf, Exeter, University of Exeter Press.

Al-Qasimi S., 2006, The Myth of Arab Piracy in the Gulf, Londres/New York, Routledge.

Al-Qasimi S., 2010, Prendre les rênes. Les années cruciales 1971-1977, Sharjah, Al-Qasimi Publications [trad. fr. 2013].

Al-Qasimi S., 2011a, My Early Life, Londres, Bloomsbury [trad. angl. 2009].

Al-Qasimi S., 2011b, Hasād al-sinīn. Thalāthūn ‘āmān min al-’amal al-thaqāfi fī al-Shāriqa [La Récolte des ans : trente années de l’action culturelle à Sharjah], Sharjah, Al Qasimi.

Al-Qasimi S., 2012, Les années de consolidation, 1979-1987, Sharjah, Al Qasimi [trad. fr. 2014].

Al-Qasimi S., 2015, Culture, éducation et changement, 1987-2004, Sharjah, Al Qasimi.

Al-Rashid Z., 1981, Su’udi Relations with Eastern Arabia and ‘Uman (1800-1871), Londres, Luzac and Company.

Baali F., 1988, Society, State, and Urbanism. Ibn Khaldun’s Sociological Thought, New York, State University of New York Press.

Dumortier B., 2013, « Ras al-Khaïmah, l’essor récent d’une ville moyenne du Golfe », Arabian Humanities [En ligne], 2|2013, mis en ligne le 12 novembre 2013, consulté le 12 octobre 2020. http://journals.openedition.org/cy/2575

Fox J.W., Mourtada-Sabbah N., Al-Mutawa M., 2006, “Heritage Revivalism In Sharjah”, p. 266-287, in Fox J.W., Mourtada-Sabbah N., Al-Mutawa M. (dir.), Globalization and the Gulf, Londres/New York, Routledge.

Haeringer P., Chiniara A., 2004, « Dubaï pour le monde et Sharjah pour tout le monde. Emphase mondialiste et réalisme domestique dans les Émirats arabes unis », Eurorient, no 17, p. 23-38.

Heard-Bey F., 1999, Les Émirats Arabes Unis, Paris, Karthala.

Kanna A., 2011, Dubai. The City as Corporation, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Kazerouni A., 2017, Le Miroir des cheikhs. Musée et politique dans les principautés du golfe Persique, Paris, PUF.

Lacoste Y., 1978, Ibn Khaldoun. Naissance de l’Histoire, passé du tiers monde, Paris, Maspéro.

Lavergne M., 2002, « Dubaï ou la métropolisation incomplète d’un pôle en relais de l’économie-monde », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 64|2002, mis en ligne le 15 juin 2004, consulté le 12 octobre 2020. http://journals.openedition.org/cdlm/80

Lavergne M., 2009, « Dubaï, utile ou futile ? Portrait d’une ville rêvée à l’heure de la crise », Hérodote, no 133, p. 32-57.

Lavergne M., 2018, « Sharjah, l’anti-Dubaï ? », Urbanisme, no 409 (Villes du Golfe, modèles urbains ?), p. 68-70.

Lavergne M., 2019, « Golfe arabique : de la ségrégation au “vivre-ensemble” ? », Hérodote, no 174, p. 193-208.

Megherbi A., 1977, La Pensée sociologique d’Ibn Khaldoun, Alger, SNED.

Montigny-Kozlowska A., 1982, « Histoire et changements sociaux au Qatar », p. 475-517, in Bonnenfant P. (dir.), La Péninsule Arabique d’aujourd’hui, tome 3, Paris, Éditions du CNRS.

Onley J., 2007, The Arabian Frontier of the British Raj. Merchants, Rulers, and the British in the Nineteenth-Century Gulf, Oxford, New York, Auckland, Oxford University Press.

Zahlan S., 1998, The Making of the Gulf Modern States. Kuwait, Bahrain, Qatar, the United Arab Emirates and Oman, Londres, Ithaca.

Haut de page

Notes

1 La badawa peut être définie comme étant l’esprit communautaire comme fondement de la société bédouine, et la hadara comme la citadinité/citoyenneté comme fondement de la vie urbaine (Baali, 1988 ; Lacoste, 1978 ; Megherbi, 1977). Sur cette opposition appliquée à Sharjah, voir Kazerouni, 2017, p. 173-174.

2 Même si certains espaces de libre opinion existent dans des publications telles qu’Al-Ittihad ou Al-Bayan ; l’auteur de cet article rédige ainsi une chronique géopolitique hebdomadaire dans le quotidien Al-Roeya [L’opinion] de Dubaï : https://www.alroeya.com/ [consulté le 27/10/2020].

3 https://www.worldometers.info/world-population/united-arab-emirates-population/ [consulté le 12/10/2020] ; actualisation 2020 : 1,68 million pour Sharjah, 9,8 millions pour les Émirats arabes unis.

4 Il faudrait ajouter l’île d’Abou Moussa, aux abords du détroit d’Ormouz (voir Fig. 2), occupée par l’armée iranienne depuis 1971.

5 Une exception toutefois : le cricket est pratiqué au plus haut niveau par une équipe locale de ressortissants du sous-continent indien (Gulf News, 23 juin 2007).

6 À preuve, les retards dans les aménagements de l’espace public : “Sharjah’s Ansar mall footbridge cheers up residents”, Gulf Today, 30 octobre 2017.

7 “Reckless Cyclists could lose bicycles”, Gulf News, 4 avril 2013.

8 “Man held for offering illegal phone calls”, Gulf News, 4 avril 2013 ; “Nizwar Manufacturers held in Sharjah”, Gulf Today, 2 avril 2013 ; “Men charged with bootlegging alcoholic drinks”, Gulf Today, 14 janvier 2019.

9 “Gang of car stealers busted”, Gulf Today, 19 mars 2017.

10 “Policemen impersonators in detention”, Gulf Today, 15 janvier 2019 ; “Five suspects held for trafficking in 14 amputees”, Gulf Today,14 mai 2018.

11 “Runaway maids turning to prostitution”, Gulf News, 7 avril 2013 ; “Parents caught hawking underage girls”, Gulf Today, 15 janvier 2019.

12 “Rent hike limitation in Sharjah”, Gulf News, 22 juin 2007.

13 “Sharjah set to curb tobacco sales", Gulf News, 5 avril 2013. En avril 2013, l’émir, Cheikh Sultan, a inauguré un centre de traitement du cancer du poumon, avec le soutien de l’Institut Gustave Roussy.

14 Ce qui lui confère un rang de doyen des souverains sur les rives du Golfe. Le sultan Qabous d’Oman est parvenu sur le trône en 1970, à l’âge de 18 ans, et peut donc se prévaloir d’une plus grande longévité malgré un âge moins avancé.

15 Cela explique son appellation de « Dr Cheikh » dans la titulature officielle (Al-Qasimi, 2015).

16 Gulf News, 2 mai 2013.

17 “Sultan grants Dh 2m to support book publishers”, Gulf News, 2 mai 2013.

18 “Khalid named Years” personality. Saudi Poet prince given title by SIBF in recognition of his contributions”, Gulf News, 25 octobre 2015.

19 Gulf News, 28 et 29 octobre 2017.

20 Khaleej Times, 29 octobre 2017.

21 Gulf Today, 14 janvier 2019.

22 Gulf Today, 29 octobre 2017.

23 « L’université de Sharjah : un des piliers du projet de renaissance culturelle de Sultan », entretien avec le Dr Sami Mahmoud, recteur de l’Université de Sharjah, Al-Khalij, 21 avril 2013.

24 “Communication is key: Sultan”, à l’occasion du 6e International Government Communication Forum, Sharjah, 22 mars 2017, avec des interventions d’Al Gore et du prix Nobel de la paix Mohamed Yunus, Gulf Today, 23 mars 2017.

25 Rubu’ Qarn [Quart de siècle] set to brighten young leaders’ future”, Gulf Today, 17 janvier 2019.

26 “IGCF to engage public on participatory governance”, Gulf Today, 20-21 mars 2019.

27 “Pink Caravan skydive for breast cancer awareness”, Gulf News, 28 octobre 2017.

28 “Sultan bin Ahmed is Big Heart Foundation’s Humanitarian Envoy”, Gulf News, 29 octobre 2017.

29 Gulf Today, 14 janvier 2019.

30 “Emirati Girl becomes part of man(chester) city Drive”, Gulf Today, 14 mars 2019.

31 « Le prince héritier de Sharjah assiste au mariage collectif de 55 couples aujourd’hui », Al-Khalij, 21 avril 2013.

32 “Sultan bin Ahmed opens Sir Bu Nair Festival”, EPAA, 19e Festival de Sir Bu Nair, Gulf Today, 14 mai 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le Palais de justice, régulateur du commerce maritime.
Crédits Cliché : M. Lavergne, janvier 2017.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3498/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Titre Figure 2. Sharjah et les lambeaux de son empire maritime, entre Golfe et Océan.
Crédits Source : Explorer UAE Map, 1/750 000e.Cartographie : Fl. Troin • CITERES 2o2o.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3498/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre Figure 3. Production d’un élève du musée-école de calligraphie islamique, de renommée mondiale.
Crédits Cliché : M. Lavergne, janvier 2017.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3498/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Titre Figure 4. Sharjah : de la vocation maritime au déploiement vers l’intérieur des nouvelles activités industrielles et tertiaries supérieures.
Crédits Source : https://www.orangesmile.com/​travelguide/​sharjah/​high-resolution-maps.thm, OSM 2020 & M. Lavergne.Cartographie : Fl. Troin & M. Lavergne • CITERES, novembre 2o2o.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3498/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 602k
Titre Figure 5. Le terminal de porte-conteneurs de Khor Fakkan, débouché des Émirats arabes unis sur le golfe d’Oman.
Crédits Cliché : M. Lavergne, février 2017.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3498/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Titre Figure 6. Cheikh Sultan, étudiant en 1965 à la Faculté d’agronomie de l’Université du Caire.
Crédits Source : Mémoires du temps passé, 2009, trad. franç. 2012, Al Qasimi Publications, Sharjah.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3498/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 7. Derrière la mosquée chiite Al Zahra, la husseiniyé (fondée en 1861) protégée par la police.
Crédits Cliché : M. Lavergne, janvier 2017.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3498/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 550k
Titre Figure 8. Le chantier de restauration du « Cœur de Sharjah ».
Crédits Cliché : M. Lavergne, janvier 2017.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3498/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 467k
Titre Figure 9. De la muséification à la gentrification du « Cœur de Sharjah ».
Crédits Cliché : M. Lavergne, janvier 2017.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3498/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Figure 10. Affiches de l’exposition “Hassan Sharif, I am the single work artist”, à la Sharjah Art Foundation (4 novembre 2017 au 3 février 2018).
Crédits Cliché : M. Lavergne, janvier 2017.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3498/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Lavergne, « Sharjah, la discrète (ou l’austérité au service du progrès) », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 33 | 2020, mis en ligne le 30 novembre 2020, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/emam/3498 ; DOI : https://doi.org/10.4000/emam.3498

Haut de page

Auteur

Marc Lavergne

Géographe, Directeur de recherche CNRS émérite, UMR 7324 CITERES, équipe EMAM
collongue@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search