Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Notices des auteursCourtes notices bio-bibliographiq...

Texte intégral

Mohamed Abotera

1Mohamed Abotera, architecte, est diplômé de l’Université de Westminster (maîtrise en « Architecture, mondialisation et identité culturelle », 2017). Il est actuellement inscrit en thèse à l’Université d’Anvers et travaille sur « l’hégémonie urbaine ». En plus de ses activités d’enseignement, de recherche – sur les politiques spatiales, les territoires et la matérialité, les représentations et l’activisme urbain –, de gestion de projets culturels et ses consultations architecturales, il a co-fondé en 2011 la plateforme Madd. Elle héberge un collectif d’architectes et de chercheurs (en lien avec d’autres acteurs) qui promeuvent et expérimentent de nouveaux modèles de développement urbain.
yabotero@hotmail.com

Anahi Alviso-Marino

2Anahi Alviso-Marino est chercheuse en sociologie politique des arts visuels dans la Péninsule arabique. En 2019, elle est post-doctorante à l’École universitaire de recherche ArTeC et au Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris, CRESPPA (Université Paris 8). Ses recherches portent sur l’hybridation entre art et politique, principalement au Yémen, au Koweït, à Oman et aux Émirats arabes unis, et sur la production de connaissances en Sciences sociales au croisement de l’expression artistique et de la recherche-création. Elle a publié ses travaux dans des formats classiques, contribuant parmi d’autres à Modern Art of the Arab World: Primary Documents, sous la dir. de A. Lenssen, S.A. Rogers, N. Shabout (2018) ; Future Imperfect: Contemporary Art Practices and Cultural Institutions in the Middle East, sous la dir. de A. Downey (2017) ; Les Lieux de la colère. Occuper l’espace pour contester, de Madrid à Sanaa, sous la dir. de H. Combes, D. Garibay, C. Goirand (2016) ; ainsi qu’aux revues Participations, REMMM, Communication and the Public et Arabian Humanities. Par ailleurs, ses recherches ont été exposées dans des formats expérimentaux à Paris en 2018 au Palais de Tokyo (L’ennemi de mon ennemi, projet de Neïl Beloufa) et à Bétonsalon Centre d’Art et de Recherche en 2011 (De Menocchio nous savons beaucoup de choses). Sa thèse, en cours de réécriture en vue d’une publication chez Karthala (2021), a donné lieu à une exposition à la Villa Vassilieff à Paris en 2017 (Une histoire parmi d’autres. Les mondes de l’art au Yémen).
anahialvisomar@gmail.com

Deema al-Ghunaim

3Deema al-Ghunaim est architecte et artiste koweïtienne. Elle étudie les récits spatiaux et les modes de déplacement dans la ville. Elle est co-fondatrice d’une plateforme interdisciplinaire appelée Madeenah spécialisée dans les visites culturelles et les études géographiques. En 2012, elle a été co-commissaire de Kethra, un enregistrement sonore des lieux de rassemblement présenté à la Biennale d’architecture de Venise. Sa première exposition intitulée Tabouq était une vue photographique des bâtiments des années 1960 au Koweït, présentée sur la place Safat et dans le passage souterrain de Derwazat Abdulrazzaq.
deema@deemaalghunaim.com ; deemagh@gmail.com

Safa Ashoub

4Safa Ashoub est politologue, urbaniste de formation. Elle a travaillé dans le domaine du développement international pendant 12 ans, pour des organisations telles que GIZ, UN-Habitat et UN Women, ainsi que pour le cabinet ministériel égyptien. En 2010, elle obtient une double maîtrise en Coopération internationale dans le domaine du développement urbain à l’Université technique de Darmstadt (Allemagne) et en économie du développement à l’Université de Rome II (Italie). En 2012, elle obtient une troisième maîtrise en Sciences sociales et politiques (avec un accent sur les mouvements sociaux urbains) à l’Université d’Edimbourg (Royaume-Uni). Actuellement, elle est candidate au doctorat à la chaire de design et d’urbanisation urbaine de la Faculté VI de planification de l’environnement des bâtiments de la Technische Universität Berlin (TUB), avec un projet sur la transformation urbaine dans les villes post-printemps arabe. Elle enseigne et effectue des recherches sur le développement urbain durable, le genre et l’espace public. Ses recherches portent sur les mouvements sociaux, l’activisme urbain, les classes moyennes et les politiques de transition. Elle est également membre du réseau Amaken pour la création de « lieux » dans la région arabe : https://amakenplacemaking.org/​
safa.ashoub@gmail.com

Laure Assaf

5Laure Assaf est actuellement Assistant Professor of Arab Crossroads Studies and Anthropology à l’Université New York Abu Dhabi. Anthropologue et spécialiste de la région du Golfe et de la péninsule Arabique, ses recherches portent plus particulièrement sur les jeunesses, la ville et les migrations aux Émirats arabes unis.

6Elle a obtenu un doctorat en Anthropologie à l’Université Paris Nanterre, et une licence en langue arabe à l’Inalco. Ses recherches ont été publiées notamment dans les revues Population, Space and Place ; Arabian Humanities ; Ateliers d’Anthropologie et Echogéo. Elle travaille sur un projet de livre intitulé provisoirement Post-Oil Generations. Youth, Space, and Belonging in Abu Dhabi. Elle est également chercheure associée au CEFAS (Koweït).
laure.assaf@gmail.com

Zoé Champigny

7Zoé Champigny est doctorante en géographie à l’Université de Tours rattachée au laboratoire Cités, TERritoires, Environnement et Sociétés (CITERES, UMR 7324, CNRS & Univ. Tours), Équipe Monde Arabe et Méditerranée (EMAM). Sa thèse, sous la direction d’Anna Madoeuf et de Cyril Roussel, porte sur les (re)constructions d’Erbil, au Kurdistan d’Irak, et de Beyrouth. Après un Master centré sur les questions d’images et d’urbanisme au Kurdistan d’Irak, ses recherches interrogent à présent les processus et les enjeux des destructions, des constructions et des reconstructions après la guerre ou après un sinistre, en parallèle à la reconstruction d’une société meurtrie.
zoe.champigny@gmail.com

Marc Lavergne

8Marc Lavergne est directeur de recherche émérite au CNRS, membre de l’UMR CITERES, équipe EMAM. Docteur en géographie, diplômé de Sciences Po Paris et licencié d'arabe moderne, il rejoint en 1980 le laboratoire URBAMA (Urbanisation du Monde Arabe) de l’Université de Tours. Spécialiste des questions de développement économique et social, et des crises et conflits au Moyen-Orient et dans la Corne de l’Afrique, il a dirigé plusieurs instituts de recherche français à l'étranger, de Khartoum (1982-1987) à Beyrouth et Amman (1988-1990), puis au Caire (2008-2011). Il a notamment publié Le Soudan contemporain (1989), La Jordanie (1996), L’Oman contemporain (2002) chez Karthala, Égypte : l’an 2 de la révolution (2012) chez L’Harmattan, et de nombreux articles consacrés à la géopolitique du Golfe (Hérodote, Diplomatie, Urbanisme, Moyen-Orient...) sur laquelle il a dirigé les travaux de nombreux d’étudiants. Il publie une chronique hebdomadaire de géopolitique régionale dans le quotidien en langue arabe Al Roeya de Dubaï. Il a établi à Sharjah le cabinet Humanitarian Logistics, qui prolonge son engagement humanitaire de longue date comme administrateur de Médecins sans Frontières, puis d’Action contre la Faim. URL : https://www.alroeya.com/​author/​3263/​%D9%85%D8%A7%D8%B1%D9%83-%D9%84%D8%A7%D9%81%D9%8A%D8%B1%D9%86%D9%8A
www.marclavergne.unblog.fr
collongue@gmail.com

Raphaël Le Magoariec

9Raphaël Le Magoariec est géopolitologue, doctorant à l’Université de Tours, rattaché au laboratoire Cités, TERritoires, Environnement et Sociétés (CITERES, UMR 7324, CNRS & Univ. Tours), Équipe Monde Arabe et Méditerranée (EMAM). Il y a engagé une thèse sur la géopolitique des pays du Conseil de coopération du Golfe à travers le sport ; ses recherches portent plus particulièrement sur la place du sport dans la politique de ces États et au sein même de leur société comme en témoignent ses nombreuses publications dans Orient XXI : « La stratégie du Qatar pour devenir un “grand” du football » (10/11/2016) ; « Le sport, moyen d’émancipation des femmes au Qatar ? » (15/03/2017) ; « Le football dans le Golfe à l’épreuve de la crise avec le Qatar » (20/04/2018) ; « Sport dans le Golfe. La naturalisation une arme pour gagner » (08/05/2019) ; « Le cricket, improbable passion dans le Golfe » (27/02/2020) ; « Les pays du Golfe très à cheval sur les courses de chameaux » (07/07/2020) ; ainsi que dans Moyen-Orient Magazine : « Sport et images… ou la mise en scène des monarchies du Golfe », no 43 (juill.-sept. 2019). Il a également rédigé la notice « Sport » de l’Abécédaire de la ville au Maghreb et au Moyen-Orient, sous la dir. de B. Florin, A. Madoeuf, O. Sanmartin, R. Stadnicki, F. Troin, Tours, PUFR, 2020.
rlemagoariec@hotmail.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Courtes notices bio-bibliographiques des auteurs », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 33 | 2020, mis en ligne le 30 novembre 2020, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/emam/3538 ; DOI : https://doi.org/10.4000/emam.3538

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search