Navigation – Plan du site

AccueilCompléments électroniquesRésumés de thèsesLes modes d’habiter dans le Grand...

Les modes d’habiter dans le Grand Sfax (Tunisie)

Sami Ben Fguira

Texte intégral

Thèse de doctorat en Géographie, sous la direction d’Ali Bennasr (Professeur, Université de Sfax, Directeur du Laboratoire SYFACTE), soutenue le 9 décembre 2020 à l’Université de Sfax (Tunisie) – 360 pages

1Ce travail de thèse a pour objectif d’étudier et de comprendre les modes d’habiter dans le Grand Sfax. Il s’agit de s’interroger sur la capacité de la notion de « mode d’habiter », reprise ces dernières années dans les études urbaines françaises, à rendre compte des dynamiques contemporaines d’une ville du Sud. La mobilisation de la notion dans un contexte différent de celui où elle a été forgée doit permettre de la renouveler et de l’enrichir. La notion de mode d’habiter a émergé dans les années 1990 dans un contexte de naissance d’une idéologie anti-ville et d’un contre-modèle néo-rural. Ainsi, le mode d’habiter tient une part importante de ce qui fait la différence entre le rural et l’urbain dans les représentations collectives (Mathieu, 1996). La question des modes d’habiter a représenté à partir des années 2000 un axe de recherche privilégié en Sciences sociales en général et en Géographie sociale en particulier (Lazarotti, 2006). Le recours à la notion du mode d’habiter est né d’un souci de réfléchir et d’explorer un nouveau cadre théorique, plus approprié que celui existant car permettant de mieux prendre en considération les nouvelles pratiques habitantes de la société occidentale, influencées par la mobilité et se déployant dans des lieux multiples. Est ainsi mieux intégré à l’analyse le rôle de plus en plus décisif que jouent les mobilités géographiques dans la détermination de l’habiter et, plus largement, dans la compréhension des territorialités habitantes. En focalisant la recherche sur les modes d’habiter, une plus grande attention est accordée de fait aux acteurs ordinaires et à leur(s) capacité(s) à agir sur les espaces, tout comme les acteurs politiques, par exemple.

2Les travaux qui, partant de ces postulats, se sont inscrits à leur suite, ont entrepris de dépasser la compréhension de l’habiter en tant qu’il serait centré sur le seul lieu de résidence. Il s’avère que « l’habiter ne peut plus être posée comme question d’une seule modalité d’être avec l’espace, mais de multiples rapports à l’espace, mis au jour selon les intentionnalités et les pratiques » (Stock, 2007, p. 111). Si quelques travaux se réfèrent à une orientation écologique et cosmologique, la plupart des plus récents privilégient une entrée par les pratiques spatiales sur le territoire habité par les habitants. Ces analyses mettent en avant les pratiques, les représentations et les imaginaires que les habitants ont et se font de leurs territoires. Les modes d’habiter sont principalement envisagés dans la perspective d’une géographie de la quotidienneté, attentive aux pratiques et aux représentations d’un habitant-acteur qui serait de plus en plus libre et autonome.

  • 1 Voir en particulier D. Hamza (2010) et T. Megdiche (2010).

3Le choix de mobiliser la thématique des modes d’habiter pour notre thèse a été motivé par un certain nombre de raisons. La nécessité d’observer, de décrire et de penser les modes d’habiter dans le Grand Sfax s’est imposée à nous face à la quasi-absence de travaux de géographes qui envisagent la ville de Sfax du point de vue de ses habitants. À part quelques recherches1, la plupart des études géographiques portant sur le Grand Sfax privilégient une analyse classique de l’espace urbain (étapes de la croissance, typo-morphologies, etc.), en négligeant la question des différenciations socio spatiales. Dans ce travail, on essaiera donc de remédier à ces insuffisances en explorant la réalité de la ville de Sfax du point de vue du citadin qui l’habite, la pratique et se l’approprie. En effet, notre objectif est de parvenir à une meilleure compréhension de la diversité des modes d’habiter dans le Grand Sfax, à travers l’étude concrète des pratiques et des représentations spatiales qu’ont les habitants de leurs quartiers et de la ville.

  • 2 On dénomme ainsi la zone de vergers [jnens] établie à la périphérie de la ville de Sfax et qui s’ét (...)

4Notre hypothèse de départ est qu’il existe une certaine corrélation entre la morphologie et la sociologie des quartiers et le mode d’habiter. Ainsi, chaque zone d’habitat du Grand Sfax, en fonction de ses caractéristiques morphologiques et du profil socio-économique de ses résidents, conditionne les modes d’habiter de ceux-ci en influençant leurs pratiques spatiales et leurs représentations. La diversité des contextes morphologiques et résidentiels (la zone centrale, le péricentre à dominante populaire, la banlieue des Jnens2, et le périurbain) est susceptible de produire une variété de territorialités et de modes d’habiter. Il s’agit en d’autres termes d’étudier le degré d’interdépendance entre les territoires de la ville et les modes d’habiter. En retour, il importe d’évaluer et de mesurer le poids des stratégies résidentielles, pratiques et représentations des habitants dans la structuration et l’individualisation de ces espaces de résidence. Ainsi, les espaces se démarquent par une valeur particulière procédant du couplage des pratiques, représentations et identités attribuées par leurs habitants. Selon cette hypothèse, on peut avancer l’idée que la particularité de la configuration spatiale caractérisant l’agglomération sfaxienne est susceptible de générer une diversité des modes d’habiter. L’étude de ces modes d’habiter, dans notre cas d’étude, a privilégié une entrée par la compréhension des stratégies résidentielles, des pratiques spatiales et des représentations que les habitants des différents quartiers du Grand Sfax déploient dans leurs territoires du quotidien (le voisinage, le quartier de résidence, la ville). Au-delà des usages et des représentations, il importe d’appréhender le rôle de ces rapports dans la construction identitaire des habitants.

  • 3 Le programme Alceste (Analyse des lexèmes co-occurrents dans les énoncés simples d’un texte), conçu (...)

5Pour ce faire, nous avons privilégié une méthodologie qualitative reposant sur l’analyse d’un corpus de 109 entretiens réalisés auprès des habitants du Grand Sfax, menés en arabe dialectal, retranscrits et étudiés grâce au logiciel d’analyse lexicométrique Alceste3. La méthode de traitement adoptée procède par segmentations successives des textes. Elle repère les oppositions les plus fortes entre les mots du texte et extrait ensuite les classes d’énoncés représentatifs. Les grandes étapes du traitement du corpus consistent à « effectuer une segmentation automatique du corpus en unités de contexte et adopter une méthode spécifique de classification des textes qui permet d’extraire des thématiques du corpus intitulées mondes lexicaux par son concepteur » (Garnier, Guérin Pace, 2010).

6La thèse se compose de trois grandes parties, chacune divisée en plusieurs chapitres.

7La première partie vise à retracer l’univers conceptuel et théorique dans lequel s’inscrit notre recherche. Il s’agit de mettre en évidence quelques points majeurs, nécessaires à la compréhension globale de la recherche en ce qui concerne les notions mobilisées (habiter, mobilité, appropriation et identité), en relation, lorsque nécessaire, avec d’autres notions, moins centrales (fréquentation, représentation, voisinage…).

8Les deux premiers chapitres posent les bases théoriques de notre étude. Il s’agit dans un premier temps – Chap. 1. Les modes d’habiter, histoire et définition d’une notion – de revenir sur l’apport des différentes disciplines dans la construction de ce nouveau concept que veut être le mode d’habiter. Le chapitre 2 – Les modes d’habiter : histoire et définition d’une notion – est consacré à l’enrichissement sémantique et heuristique qu’a connu la question de l’habiter en géographie, à partir, plus particulièrement, des années 2000. Le chapitre 3 – Le Grand Sfax : morphogenèse et modèle d’urbanisation – a pour but la présentation de l’agglomération sfaxienne, objet de notre étude, en retraçant et en caractérisant les différentes étapes de son évolution morphologique, avant de présenter les différents ensembles (quartiers) qui la composent.

9La deuxième partie est divisée en trois chapitres. Le chapitre 4 – Le paysage urbain du Grand Sfax – décrit la morphologie urbaine actuelle de l’agglomération sfaxienne et propose une manière de comprendre son fonctionnement. D’une très grande diversité, la configuration actuelle de la ville de Sfax reflète les stratégies déployées par les différents acteurs de la ville, dont les plus importants sont les habitants. La présence d’une filière foncière familiale sélective et l’aspiration des habitants à la maison individuelle ont favorisé l’urbanisation horizontale et façonné la banlieue sfaxienne par l’émiettement des Jnens. L’absence d’une offre adaptée aux besoins de plus en plus croissants en matière de logement populaire a encouragé d’abord la prolifération dans les quartiers péricentraux de formes d’habitat spontané [r’bats], puis la périurbanisation non réglementaire, avant que celle-ci ne donne lieu à un étalement excessif des périphéries (Bennasr, 2006). Les gestionnaires de la ville ont cherché aussi, à travers quelques projets ambitieux dans les années 1980, à cantonner les quartiers d’habitat social sur les axes littoraux de la ville (Ben Fguira, 2010).

  • 4 Le mot borj désigne, en arabe littéral, une construction fortifiée.

10Le chapitre 5 – Évolution des formes d’habitat comme révélateur des évolutions des modes d’habiter – brosse un tableau descriptif des différents types et formes d’habitat caractérisant l’agglomération sfaxienne et leur évolution au fil du temps. En effet, l’analyse des mutations du cadre bâti et des caractéristiques physiques des différentes formes d’habitat est un premier indice révélateur de l’évolution des modes d’habiter et de l’émergence de nouveaux besoins des habitants et d’exigences de la part de ceux-ci. Les transformations de l’architecture domestique sont liées, quant à elles, et particulièrement dans notre cas d’étude, aux mutations de la structure familiale, aux transformations des pratiques socio-spatiales de ses membres et, par suite, de ses modes d’habiter. Une tendance générale d’individualisme est enregistrée au détriment d’une vie en commun au sein de la famille élargie. Progressivement, le borj4 et la maison à patio, les expressions spatiales par excellence de la vie en commun au sein de la famille élargie, ont cédé à la place à la villa, ainsi que, plus récemment, à l’appartement dans un immeuble collectif. L’évolution de l’architecture domestique révèle à son tour des mutations au niveau des pratiques et des représentations du logement, mais aussi du quartier et de la ville.

11Le sixième chapitre de la thèse – Pratiques d’appropriation matérielle – est consacré à l’analyse et la comparaison des modalités d’appropriation matérielle des logements et des espaces limitrophes dans les différents quartiers de la ville. L’examen de ces aspects s’est appuyé sur l’observation directe sur le terrain, qui nous a permis de saisir les développements les plus saillants témoignant d’une évolution des modes d’habiter. La généralisation des pratiques d’appropriation observée révèle souvent une certaine inadéquation entre l’habitat conçu d’une part, les besoins et les aspirations des habitants, d’autre part. Ainsi, la plupart des modalités d’appropriation matérielle mises en œuvre par les habitants visent à l’amélioration de l’habitabilité de l’espace domestique, particulièrement dans les quartiers populaires. Les habitants cherchent à agrandir la surface disponible pour moins subir l’exiguïté du logement initial, quitte à empiéter sur les espaces limitrophes et publics. Les débordements gagnés sur l’espace public, exploités comme lieux d’installation et de loisirs, semblent refléter « un comportement “populaire” et “rural” émanant d’un déficit de l’urbanité de ces habitants » (Navez-Bouchanine, 1990). En contrepartie, les pratiques d’appropriation inscrites dans l’habitat de la zone pavillonnaire traduisent la volonté des classes aisées d’exposer leur réussite socio-économique, leurs goûts et valeurs, mais aussi l’instauration de limites avec leur territoire de proximité à travers la multiplication des barrières. Ces pratiques révèlent la recherche d’un mode d’habiter privilégiant la tranquillité et le repli sur soi, ou la distanciation sociale envers les autres.

12La troisième partie de la thèse entreprend l’analyse textuelle des discours recueillis auprès des habitants. Cette partie comprend trois chapitres dont chacun traite d’une des thématiques dont l’analyse lexicométrique a révélé l’importance particulière.

13Le chapitre 7 – Stratégies résidentielles et choix de localisation – examine les stratégies résidentielles et les parcours des habitants, tout en s’efforçant d’identifier les principaux critères déterminant ces stratégies. Il nous a permis de mettre en évidence des degrés de liberté et des marges de choix très inégaux selon les catégories sociales. Un premier groupe favorisé rassemble les familles qui se considèrent de « souche » de la banlieue sfaxienne et les premiers habitants des hameaux périurbains. Disposant souvent d’un bien foncier, ces habitants préfèrent généralement rester dans le même environnement social, à proximité des parents et de la famille élargie. Cette stratégie résidentielle témoigne d’un profond ancrage territorial et un attachement à la terre de la famille. Pour les autres familles, issues souvent de l’immigration (du reste de la Tunisie), ne disposant pas de biens fonciers dans la ville de Sfax, elles sont amenées à faire des arbitrages entre l’accession à la propriété dans la périphérie lointaine ou l’installation à proximité des équipements et des services, ce qui garantit la scolarité des enfants, mais aussi l’accessibilité des lieux de travail.

  • 5 Arch peut signifier « souche, maison, famille ».

14Le chapitre 8 – Quartiers et ville entre représentations et sociabilités – explore d’abord les représentations que les habitants se forgent de leur quartier, en mettant en avant pour ce faire les sociabilités du voisinage. Les discours des habitants interrogés révèlent des disparités entre des quartiers où se tissent des liens forts de sociabilité, comme c’est le cas dans les quartiers de r’bats ou dans les noyaux périurbains. En contrepartie, d’autres propos d’habitants laissent deviner des relations de voisinage très limitées. C’est le cas tout particulièrement des quartiers de l’habitat collectif, ainsi que de quelques quartiers d’habitat social perçus souvent comme des cités dortoir. Pour ce qui est des représentations de ces mêmes habitants relatives à la ville de Sfax, ce même chapitre essaye de montrer comment elles participent d’un processus d’identification à cette ville. L’analyse du discours des habitants enquêtés semble dessiner deux profils d’habitants assez contrastés. Face aux Sfaxiens d’origine, occupant particulièrement la zone pavillonnaire, qui s’identifient prioritairement à la ville de Sfax, d’autres habitants issus de l’immigration mettent à distance Sfax, une ville dans laquelle ils ne se reconnaissent pas et qu’ils perçoivent plutôt comme une ville dortoir. Ces derniers déclarent une appartenance au lieu d’origine ou à la famille élargie [arch5] et, dans quelques cas assez rares, au quartier de résidence.

15Le chapitre 9 – Pratiques spatiales et mobilité des habitants de Sfax – est dédié à l’analyse des pratiques spatiales et des mobilités des habitants. Il commence par une analyse des pratiques spatiales au sein du territoire de proximité, autrement dit le quartier. Il s’intéresse ensuite aux pratiques multilocales, parmi lesquelles une attention particulière est accordée à la fréquentation de l’espace central (centre-ville). Avec des différences en termes d’appréciation et de satisfaction, la pratique et le rythme de fréquentation du centre-ville varient selon le profil socio-économique des habitants interrogés et leurs lieux de travail et de résidence. En somme, en analysant les pratiques et les représentations des habitants, nous pensons qu’il nous a été possible de rendre compte et d’expliquer comment se structurent et se différencient les modes d’habiter en fonction du type du quartier et du profil socio-économique des habitants interrogés.

16Notre thèse s’est donc proposée de contextualiser le concept de modes d’habiter pour en vérifier la pertinence – et l’applicabilité – dans une grande agglomération du Sud de la Méditerranée – où l’on a supposé que s’y manifestaient des pratiques spatiales différentes de celles du Nord. Établis grâce à une méthodologie innovante qui consiste en l’analyse textuelle des discours des habitants, nos résultats n’en demeurent pas moins exploratoires – nécessitant en tout cas d’être confirmés par des travaux du même type. L’analyse des discours des habitants révèle des modalités particulières de s’approprier matériellement et symboliquement leurs quartiers de résidence en particulier, et la ville de Sfax dans son ensemble. Les modes d’habiter varient en outre selon le lieu d’habitat, mais aussi selon la catégorie sociale et l’origine de l’habitant (urbaine ou rurale). Au-delà de la diversité des modes d’habiter, les résultats renvoient à la division sociale de l’espace et à la question de l’hospitalité de la ville de Sfax : la ville demeure marquée par la prégnance de sa communauté citadine, laquelle demeure, aujourd’hui encore, plutôt fermée sur elle-même, faisant ainsi obstacle à l’appropriation de l’espace urbain et à l’intégration sociale des « étrangers » à la ville.

Haut de page

Bibliographie

Ben Fguira S., 2006, L’habitat social programmé dans le Grand Sfax : étude du cas de la Cité Bahri. Mastère de recherche, Géographie, Faculté des Lettres et Sciences humaines de Sfax.

Bennasr A., 2006, Sfax : de la ville régionale au projet métropolitain, Mémoire HDR, Géographie, Faculté des Sciences humaines et sociales de Tunis.

Garnier B., Guérin-Pace F., 2010, Appliquer les méthodes de la statistique textuelle, Paris, Les Collections du CEPED.

Hamza D., 2010, L’espace social dans le centre de Sfax : organisation et pratiques spatiales, Thèse de doctorat, Géographie, Faculté des Sciences humaines et sociales de Tunis [en arabe].

Lazzarotti O., 2006, Habiter : la condition géographique, Paris, Belin.

Mathieu N., 1996, « Rural et urbain : unité et diversité dans les évolutions des modes d’habiter », p. 187-205, in Jollivet M., Eizner N. (dir.), L’Europe et ses campagnes, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques.

Megdiche T., 1985, Les processus de la croissance urbaine dans la périphérie de Sfax, Thèse de 3e cycle en Géographie, Université de Toulouse-Le Mirail.

Megdiche T., 2010, « L’évolution de la division sociale de l’espace à Sfax (Tunisie), p. 65-77, in Chevalier J., Bennasr A., Djellouli Y., Emelianoff C. (dir.), L’étalement urbain, un processus incontrôlable ? Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Navez-Bouchanine F., 1990, « L’espace limitrophe : entre le privé et le public, un no man’sland ? La pratique urbaine au Maroc », Espaces et Sociétés, vol. 62‑63, p. 135-159.

Stock M., 2007, « Théorie de l’habiter. Questionnements », p. 103-125, in Paquot T., Lussault M., Younès C., Habiter, le propre de l’humain, Paris, La Découverte.

Haut de page

Notes

1 Voir en particulier D. Hamza (2010) et T. Megdiche (2010).

2 On dénomme ainsi la zone de vergers [jnens] établie à la périphérie de la ville de Sfax et qui s’étend jusqu’au km 8. Elle est le lieu, depuis plusieurs décennies, d’un processus accéléré de mitage par des constructions qui, à la suite d’une densification favorisée par le morcellement constant qui s’opère dans le cadre d’une filière foncière familiale sélective, a fini par créer un tissu périurbain quasi continu. Ce processus est plus précisément analysé par T. Megdiche (1985).

3 Le programme Alceste (Analyse des lexèmes co-occurrents dans les énoncés simples d’un texte), conçu pour le traitement des données textuelles – et qui adopte pour effectuer ses analyses la méthode de la classification descendante hiérarchique (CDH) –, a été mis au point par Max Reinert (Université de Versailles). Dans la continuité de l’analyse des données développée par Benzécri, la méthode cherche à rendre compte de l’organisation interne d’un discours.

4 Le mot borj désigne, en arabe littéral, une construction fortifiée.

5 Arch peut signifier « souche, maison, famille ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sami Ben Fguira, « Les modes d’habiter dans le Grand Sfax (Tunisie) », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], Résumés de thèses, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 17 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/emam/3747

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search