Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34Ankawa : nouvel épicentre du chri...

Ankawa : nouvel épicentre du christianisme irakien ?

Ankawa: new epicenter of Iraqi Christianity?
David Villeneuve

Résumés

Depuis l’invasion américaine de l’Irak, en 2003, la géographie du christianisme irakien a connu de nombreux changements. Parmi les plus remarquables d’entre eux figure la transformation de la municipalité d’Ankawa, banlieue chrétienne d’Erbil, capitale de la région autonome du Kurdistan irakien. En effet, cette dernière constitue désormais la nouvelle vitrine de la mosaïque chrétienne en Irak. Or, peut-on affirmer pour autant qu’Ankawa se soit substituée à Bagdad, capitale de l’Irak, en tant qu’épicentre de la chrétienté irakienne ? C’est qu’en dépit d’une diminution marquée du nombre de chrétiens à Bagdad, le maintien d’une présence significative dans la première ville d’Irak constitue toujours un enjeu majeur pour la communauté chrétienne du pays. Entre Erbil et Bagdad, les chrétiens irakiens apparaissent ainsi contraints d’opérer un acte d’équilibrisme [balancing act] afin de s’assurer d’un avenir en Irak.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En Irak, les conflits armés des deux dernières décennies ont considérablement affecté la répartition des populations chrétiennes sur le territoire. Jusqu’à maintenant, peu de chercheurs ont abordé la question de la réorganisation de l’établissement chrétien à l’échelle irakienne. Or, il découle des événements récents la nécessité de revisiter dans son ensemble le portrait géographique des chrétiens d’Irak (Girling, 2018). C’est qu’après l’invasion américaine de l’Irak, en 2003, les chrétiens ont déserté la capitale irakienne, Bagdad, alors en proie à l’extrême violence, par dizaines de milliers (Maisterra, 2015). Inversement, l’agglomération d’Ankawa, banlieue chrétienne d’Erbil, capitale de la région autonome du Kurdistan irakien, a vu sa population décupler en raison de l’afflux constant de déplacés originaires de Bagdad (Girling, 2008), mais également, dès 2005, en provenance de Mossoul, deuxième ville d’Irak, où la pression islamiste se faisait de plus en plus forte sur les chrétiens (Sako, 2015). Avec l’arrivée massive des 120 000 chrétiens de la plaine de Ninive, qui fuyaient l’avancée de l’État islamique (EI), en août 2014, Ankawa est apparue aux yeux du monde comme le cœur d’une communauté chrétienne irakienne en crise (Yacoub, 2014 ; Roussel, 2015).

  • 1 Dignitaires religieux, responsables d’ONG et habitants.
  • 2 Interprétation de propos recueillis auprès de différents prélats chaldéens en décembre 2018.

2Selon de nombreux intervenants rencontrés sur le terrain1, la ville d’Ankawa s’est aujourd’hui substituée à Bagdad en tant qu’épicentre du christianisme irakien. Pour étayer cette idée, il est avancé qu’un nouvel évêché de l’Église syriaque orthodoxe a été érigé en périphérie d’Erbil, sans compter l’amorce, à l’automne 2015, de la construction du futur patriarcat de l’Église apostolique assyrienne de l’Orient, de retour en Irak après environ 50 ans d’exil aux États-Unis (L’Orient-Le Jour, 2015). En effet, la transformation de la ville d’Ankawa allègue que le contexte spatio-politique dans lequel évoluent les chrétiens irakiens a radicalement changé après le renversement de Saddam Hussein. Pourtant, la capitale irakienne abrite toujours le siège de l’Église chaldéenne, institution chrétienne la plus influente d’Irak, soucieuse de conserver de bonnes relations avec le pouvoir central irakien dans l’intérêt des chrétiens du pays2. Mais à titre de porte-étendard de la cause chrétienne en Irak, les autorités chaldéennes avancent en terrain glissant. C’est que le Kurdistan irakien, qui entretient des liens très tendus avec Bagdad, a fait preuve d’une grande bienveillance à l’égard de la communauté chrétienne depuis 2003 (Hanish, 2011), qu’une proximité trop assumée avec le gouvernement central irakien risquerait de compromettre.

3Cet article, qui s’appuie sur une démarche d’enquête de terrain menée entre 2017 et 2019, au cours de laquelle quatre séjours d’une durée d’un peu plus d’un mois chacun ont été réalisés au nord de l’Irak, vise à exposer que la chrétienté irakienne est désormais contrainte d’opérer un acte d’équilibrisme [balancing act] entre Bagdad et Erbil afin d’assurer son avenir dans le pays. À cet effet, il est essentiel de mentionner que l’évolution rapide de la situation en Irak, tout comme la difficulté d’y faire de la recherche, ne rendent souvent que provisoires les différents constats établis.

Décortiquer la mosaïque des chrétiens irakiens

  • 3 Les estimations les plus faibles avancent le nombre de 150 000 chrétiens se trouvant toujours en Ir (...)

4Les chrétiens d’Irak forment un groupe de plus d’une dizaine d’Églises différentes. Cependant, l’histoire ne rattache directement que six d’entre elles au territoire irakien actuel : l’Église apostolique assyrienne de l’Orient, l’Ancienne Église de l’Orient, l’Église chaldéenne, l’Église syriaque orthodoxe, l’Église syriaque catholique, puis l’Église apostolique arménienne (Rassam, 2005 ; Galletti, 2010). Évalué à environ 1,3 million d’individus avant 2003 (Sako, 2015), le nombre de chrétiens évoluant toujours en Irak aujourd’hui s’avère très difficile à estimer3. Selon des données recueillies sur le terrain, en 2018, la taille de la communauté chrétienne irakienne se situerait entre 300 000 et 350 000 individus. Le tableau suivant détaille la répartition des chrétiens irakiens sur le plan religieux :

Tableau 1. Les chrétiens d’Irak par groupe religieux.

Églises

Proportion de fidèles parmi l’ensemble
des chrétiens irakiens (en %)

Églises orientales uniates (Églises de rite oriental rattachées à l’Église catholique romaine)

76,2

dont Église chaldéenne

66,8

dont Église syriaque catholique

9,4

Églises orientales autocéphales

21,6

dont Église syriaque orthodoxe

11,0

dont Église apostolique assyrienne de l’Orient
et Ancienne Église de l’Orient

7,9

dont Église apostolique arménienne

2,7

Autres Églises

2,2

Source : Données tirées de Sfeir (2008), qui n’établit toutefois pas de distinction entre l’Église apostolique assyrienne de l’Orient et l’Ancienne Église de l’Orient, pourtant séparées.

  • 4 Aussi connue sous le nom d’Église de Perse, ou encore d’Église nestorienne, dont sont issues l’Égli (...)
  • 5 Région antique qui couvrait la majeure partie du territoire irakien actuel. De nos jours, les fidèl (...)

5Regroupant plus des deux tiers des chrétiens d’Irak, l’Église chaldéenne fait office « d’Église nationale ». En effet, l’institution dispose des assises territoriales les plus solides et son patriarche actuel, Louis Raphaël 1er Sako, agit en tant que porte-parole de l’ensemble de la communauté chrétienne en Irak. L’Église chaldéenne tire son origine de l’Église de l’Orient4, dont elle s’est définitivement détachée, en plusieurs étapes, à partir de 1553, pour rejoindre l’Église catholique romaine. Néanmoins, la plus importante Église d’Irak conserve la liturgie syriaque orientale, rappelant sa filiation avec l’Église apostolique assyrienne de l’Orient et l’Ancienne Église de l’Orient (Teule, 2008). Tel que le reflète l’expression de « chrétiens de Mésopotamie »5, employée par Yousif (2014) pour se référer aux membres des trois entités issues de l’Église de l’Orient, les chrétiens ont toujours fait partie intégrante du décor irakien.

  • 6 Au Kurdistan irakien, les chrétiens appartiennent historiquement aux trois Églises sœurs (nées de l (...)

6Les nombreuses Églises présentes en Irak cultivent de nos jours des liens étroits, d’autant plus marqués dans un contexte d’adversité comme celui des dernières années (Yacoub, 2018). De cette manière, l’appartenance à une Église en particulier ne constitue plus un facteur déterminant afin d’étudier les chrétiens en tant qu’acteurs de la société irakienne actuelle (Heyberger, 2017). En revanche, s’intéresser distinctement à chacune des composantes de la famille chrétienne en Irak s’avère nécessaire pour comprendre l’évolution du rapport global de ses membres au territoire national depuis la chute de Saddam Hussein. Car avant 2003, la mosaïque que forment les chrétiens irakiens n’était observable que dans les grandes villes arabes du pays6. Encore, elle ne s’assemblait parfaitement qu’à Bagdad, où toutes les Églises étaient représentées et comptaient un nombre significatif d’adhérents (Yousif, 2014 ; Girling, 2018).

  • 7 L’Église syriaque catholique est née d’un schisme avec l’Église syriaque orthodoxe, achevé en 1783 (...)

7C’est qu’au nord de l’Irak, dans la plaine de Ninive comme au Kurdistan, la quasi-totalité des villages chrétiens se caractérisent par la mono-confessionnalité de leur population. Ainsi, dans le district de Sherkhan, à mi-chemin entre Mossoul et Duhok (Fig. 1), comme dans celui d’Amadiya, au nord-est de Duhok, les membres des communautés chaldéenne et assyrienne (Ancienne Église de l’Orient) vivent de manière séparée, à l’image du district de Zakho, au nord-ouest de Duhok, où les chaldéens, les assyriens (Église apostolique assyrienne de l’Orient) et les arméniens (Église apostolique arménienne) habitent également des hameaux distincts. Si une certaine mixité est observable dans les bourgades chrétiennes du district d’al-Hamdaniya, à l’est de Mossoul, dont les résidents se partagent entre l’Église syriaque catholique et l’Église syriaque orthodoxe, la cohabitation ne concerne que les membres de ces deux dernières Églises « sœurs »7, puisque les chaldéens résidant dans le secteur disposent de leur propre village.

  • 8 Selon des informations récoltées sur le terrain, si certains villages du district de Tel Keppe, peu (...)

8Par conséquent, lorsque les chrétiens de la capitale irakienne ont commencé à converger vers Ankawa après l’invasion américaine, pour s’y réfugier ou préparer leur départ définitif d’Irak, toutes les Églises irakiennes étaient représentées parmi les arrivants. Dans le même sens, quand les déplacés du sud de la plaine de Ninive (district d’al-Hamdaniya) ont gagné la banlieue d’Erbil, fuyant l’EI en 20148, les syriaques catholiques et les syriaques orthodoxes dominaient le contingent, affirmation confirmée par des dizaines de rencontres effectuées à travers Ankawa en 2017. Or, avant 2003, le faubourg chrétien de la capitale kurde se caractérisait par l’appartenance quasi exclusive de ses habitants à l’Église chaldéenne. Ainsi, qu’elle eût été temporaire ou appelée à durer, l’installation de milliers de déplacés à Ankawa a considérablement modifié le profil démographique de la ville.

Figure 1. L’Irak, le Kurdistan et la plaine de Ninive.

Figure 1. L’Irak, le Kurdistan et la plaine de Ninive.

Cartographie : D. Villeneuve. Carte reprise par Fl. Troin, CITERES-EMAM • 2022.

Ankawa, de bourgade chaldéenne à vitrine du christianisme en Irak

  • 9 Estimations basées sur des données récoltées sur le terrain en 2018.

9Selon ce qu’il est possible d’apprendre en visitant le Syriac Heritage Museum d’Ankawa, la ville d’Ankawa, qui portait jadis le nom de Beth Amka, existait déjà du temps de la période paléo-assyrienne (xxe au xive siècle av. JC). Aujourd’hui, il s’agit toujours d’une municipalité autonome, bien qu’elle se trouve complètement absorbée par l’agglomération d’Erbil. En effet, en l’absence de l’imposante statue de la Vierge Marie se dressant à la limite sud d’Ankawa depuis décembre 2014, il serait assez difficile de repérer une forme de démarcation entre les deux entités urbaines. Localement connue comme le « quartier chrétien d’Erbil », Ankawa constitue un secteur singulier au sein de l’aire métropolitaine de la capitale kurde. Principal point de rassemblement des étrangers vivant au Kurdistan irakien, la localité concentre un très grand nombre de restaurants, d’hôtels, de cafés, de clubs privés et de boutiques en tous genres, dont des magasins dans lesquels on trouve de l’alcool. S’y localisent également des écoles dispensant des cursus étrangers – français et britannique –, de même que les consulats généraux des États-Unis et de la République Tchèque. Essentiellement chrétienne, la population d’Ankawa avoisinait les 20 000 habitants en 2003, contre près de 50 000 aujourd’hui9.

  • 10 En plus d’un drapeau et d’un hymne national, les Kurdes irakiens se sont dotés de leur propre const (...)

10Ankawa a largement profité de l’essor économique d’Erbil et du Kurdistan irakien dans son ensemble après la Première Guerre du Golfe (1990-1991). En effet, la région autonome, que D. Natali (2010) qualifie de quasi indépendante10, a connu un développement soutenu dans les années 1990 et 2000, attirant investissements et travailleurs étrangers, rassurés par un climat de stabilité unique en Irak. Enfin, la municipalité d’Ankawa est entourée d’autoroutes modernes et se situe dans l’environnement immédiat de l’aéroport international d’Erbil, relié directement à plusieurs pays du Moyen-Orient et d’Europe, que les États membres de la coalition internationale engagés dans la guerre contre l’EI ont utilisé comme quartier général à compter de 2014.

  • 11 Équivalent d’un archidiocèse dans l’Église catholique romaine.

11Avant l’invasion américaine de l’Irak, Ankawa ne comptait que quatre églises, appartenant toutes à la communauté chaldéenne (Fig. 2) : la cathédrale Saint-Joseph, siège de l’archéparchie11 chaldéenne d’Erbil, l’église Saint-Georges, la plus ancienne, dont les soubassements datent du ixe siècle, l’église Saint-Élie et l’église Mart Schmouni, du nom d’une sainte particulièrement vénérée au Proche-Orient. Rapidement, ces lieux de culte ne suffisaient plus pour accueillir un nombre sans cesse croissant de fidèles, ne relevant plus uniquement, qui plus est, de l’Église chaldéenne. Après 2003, les Églises irakiennes ont ainsi amorcé la construction de nouveaux édifices religieux à Ankawa, où pouvaient être célébrés les offices et se rassembler les membres des différentes dénominations souvent dispersés à travers la ville.

Figure 2. Les églises d’Ankawa.

Figure 2. Les églises d’Ankawa.

Cartographie : D. Villeneuve. Carte reprise par Fl. Troin, CITERES-EMAM • 2022.

12La figure 2 est très révélatrice de la diversification d’Ankawa sur le plan confessionnel après l’invasion américaine de l’Irak. En effet, sur les huit nouvelles églises apparues dans la ville au cours des dernières années, seulement deux d’entre elles relèvent de l’Église chaldéenne. De plus, même en ajoutant les temples déjà en activité avant 2003, Ankawa abrite désormais autant de lieux de culte appartenant aux autres Églises irakiennes que n’en possède la communauté chaldéenne, qui constituait, de surcroît, le seul groupe numériquement significatif présent sur place il y a deux décennies à peine. Et si l’on considère que l’archéparchie chaldéenne d’Erbil a prêté l’église de Mart Schmouni à l’Église syriaque catholique, qui continue d’en faire usage à l’heure actuelle, il apparaît logique de se demander quelle proportion réelle occupe maintenant chaque groupe religieux parmi l’ensemble des habitants d’Ankawa. Toutefois, considérant le fait qu’il est toujours trop tôt pour parler d’un processus achevé de stabilisation des populations chrétiennes en Irak, la réalisation d’une étude en ce sens n’a que peu de chances de s’avérer concluante, au moins dans un horizon immédiat.

13De plus, certaines réalités peuvent induire en erreur. À titre d’illustration, un membre haut-placé de l’Église apostolique arménienne mentionnait, en 2019, qu’il y avait à Ankawa tout juste une cinquantaine de familles de sa communauté, même si cette dernière investissait dans la construction d’une nouvelle église. Sur ce point, il semble que les bonnes relations politiques et le financement en provenance de la diaspora expliquent en partie cette situation plutôt surprenante à première vue. En revanche, le parcours des syriaques orthodoxes de Mossoul, qui ont progressivement rejoint Ankawa à compter de 2006, s’avère plus représentatif de la tendance qu’il est possible d’observer sur le terrain. En effet, les premiers fidèles de l’Église syriaque orthodoxe à s’établir à Ankawa se sont rapidement dotés d’un centre communautaire, converti en église (Saint-Qardakh) pour les messes dominicales, lors des jours de fête, ou encore pour tous les événements importants de la vie religieuse. Après la conquête de Mossoul par l’EI, en juin 2014, l’évêché syriaque orthodoxe de la ville déménage en banlieue d’Erbil, d’où il poursuit depuis ses activités. Progressivement, la présence des membres de la communauté syriaque orthodoxe de Mossoul s’est inscrite dans le paysage d’Ankawa, comme en témoigne la mise en chantier d’une future cathédrale, en 2018, que l’on doit percevoir comme le signe d’une implantation durable.

  • 12 Le Babel College est un institut de formation théologique fréquenté par les futurs prêtres de toute (...)

14D’autres éléments illustrent la position renforcée de la ville d’Ankawa au regard de la chrétienté irakienne. L’établissement récent de différentes congrégations religieuses en périphérie d’Erbil, comme celles des Frères dominicains de Mossoul, ou encore des Sœurs chaldéennes de Bagdad, constituent de bons exemples. Mais certaines décisions, elles aussi motivées au départ par des considérations sécuritaires, se démarquent par leur dimension symbolique et laissent croire à une polarisation du christianisme irakien autour d’Ankawa. C’est particulièrement le cas du choix opéré par l’Église chaldéenne, en 2006, de déménager son grand séminaire, de même que le Babel College12, seule université de théologie chrétienne en Irak, de Bagdad vers la banlieue d’Erbil. Car depuis lors, les futurs prêtres d’Irak, appelés à devenir à terme de véritables chefs communautaires (Heyberger, 2017), n’ont plus l’opportunité de se familiariser avec les rouages de l’appareil étatique irakien en parallèle de leur formation ecclésiastique. Or, une rencontre au Séminaire chaldéen Saint-Pierre d’Ankawa, en 2019, a révélé que la majorité des aspirants à la prêtrise de la première Église d’Irak provenaient du Kurdistan irakien ou des zones se trouvant sous le contrôle direct des autorités kurdes, tel qu’en témoigne le tableau suivant :

Tableau 2. Les aspirants prêtres de l’Église chaldéenne par diocèse.

Diocèses

Entité politique ayant autorité
sur les différents diocèses

Nombre
d’aspirants prêtres

Erbil

Kurdistan irakien

5

Alqosh (nord de la plaine de Ninive)

Kurdistan irakien

4

Kirkouk
et Souleymaniya

Gouvernement central irakien (Kirkouk)
Kurdistan irakien (Souleymaniah)

2

Duhok

Kurdistan irakien

2

Mossoul

Gouvernement central irakien

1

Bagdad

Gouvernement central irakien

1

Bassorah

Gouvernement central irakien

1

Source : Rencontre au séminaire Saint-Pierre d’Ankawa, 2019.

  • 13 Les régions du Kurdistan irakien et de la plaine de Ninive ont toujours fourni un nombre important (...)

15Selon un évêque chaldéen rencontré au Kurdistan irakien, en 2019, le nombre de vocations constitue un bon indicateur de la vitalité des différentes communautés chrétiennes à travers l’Irak. À cet égard, il se dégage clairement que le dynamisme des diocèses du Kurdistan irakien surpasse celui des autres régions du pays13. En prenant un peu de recul, il pourrait apparaître tout à fait logique que le Séminaire Saint-Pierre et le Babel College aient été déplacés vers Ankawa, voire que le patriarcat de l’Église chaldéenne le soit également. Car ces hautes institutions du christianisme irakien se situent ainsi à deux pas du pouvoir kurde, dont relèvent la plupart des chrétiens irakiens depuis la fin de la guerre contre l’EI, officiellement décrétée par le gouvernement irakien à l’été 2017.

16Mais pour S. Salloum (2017), la question s’avère beaucoup plus complexe. D’abord, plusieurs régions sous l’autorité de Bagdad abritent toujours des chrétiens, qui se retrouveraient totalement isolés si l’essentiel de « l’activité chrétienne » émanait du Kurdistan irakien. Ensuite, une concentration en un même endroit de tous les hauts-lieux de l’infrastructure communautaire propre aux chrétiens d’Irak aurait tout d’un pari risqué, ne serait-ce que parce qu’il n’existe aucune garantie en ce qui concerne l’attitude que les Kurdes adopteront dans l’avenir à l’endroit des minorités qu’ils ont accueillies sur leur territoire au cours des dernières années. Enfin, de nombreuses localités chrétiennes, dans la plaine de Ninive notamment, se situent dans des secteurs dont Bagdad et Erbil se disputent la souveraineté depuis 1991, date à laquelle fut adopté le tracé de la « Ligne verte », établissant de manière officielle les limites de la région autonome du Kurdistan irakien (Roussel, 2014). À cet effet, l’offensive menée par l’armée irakienne visant à reprendre aux Kurdes le contrôle de la ville de Kirkouk et de certains districts du sud de la plaine de Ninive (dont celui d’al-Hamdaniya), en représailles au référendum sur l’indépendance du Kurdistan irakien organisé par les autorités kurdes en septembre 2017, laisse croire à de nombreux chrétiens rencontrés sur le terrain qu’ils ont potentiellement beaucoup à perdre à tout miser sur le camp des Kurdes.

Ankawa en voie de remplacer Bagdad ?

  • 14 Surnom donné à Bagdad par les Abbassides.

17La capitale irakienne entretient une relation de toujours avec le christianisme. Après la fondation de la ville par les Abbassides, en l’an 750 de notre ère, il est même attesté que la population chrétienne de Bagdad est demeurée plus importante que celle des musulmans jusqu’à la fin du premier millénaire (Samir, 2005). S’ils ont largement déserté la ville durant les siècles qui ont suivi, sans toutefois ne jamais l’abandonner complètement, les chrétiens ont effectué un retour marqué dans la capitale de l’Irak moderne durant la seconde moitié du xxe siècle (Labourt, 1904 ; Teule, 2008). En effet, avec le transfert du siège patriarcal de l’Église chaldéenne de Mossoul vers Bagdad, en 1950, s’est amorcée une expansion rapide de la communauté chrétienne dans la Cité de la paix14. Les chaldéens, qui se sont principalement installés dans les quartiers de Karrada et de Dora, situés en plein cœur de la ville, ont érigé à eux seuls plus d’une trentaine de paroisses. Solidement implantés dans leur milieu, les chrétiens représentaient des acteurs sociaux appréciés et respectés à Bagdad, tel que le relate K. Girling (2018, p. 187-188) au sujet des membres de l’Église chaldéenne :

“Combined with St Peter’s Seminary, various religious foundations, schools and St Raphael’s Hospital, the Chaldeans were integrated in all levels of Baghdadi cultural and social life, and were by far the strongest in terms of influence on city life among the non-Muslim populations”.

  • 15 Informations recueillies auprès de responsables de l’Église chaldéenne en 2019.

18Mais cet âge d’or pour les chrétiens de Bagdad semble aujourd’hui révolu. À cet égard, le patriarche Sako (2015) allègue que depuis l’invasion de l’Irak par les États-Unis, la communauté chrétienne de la capitale irakienne a perdu beaucoup de ses meilleurs éléments sur le plan socio-économique. De plus, plusieurs églises de Bagdad sont aujourd’hui fermées et de nombreux chrétiens n’osent plus se rendre à la messe dans les paroisses encore en activité par crainte pour leur sécurité15. La littérature ne présente aucune estimation en ce qui concerne la taille actuelle du contingent chrétien dans la première agglomération d’Irak. Toutefois, un croisement entre des données avancées par K. Girling (2018) jusqu’en 2012, et des informations récoltées sur le terrain en 2018, permet d’évaluer le nombre de chrétiens évoluant toujours à Bagdad à un peu plus de 100 000 personnes, contre au moins 500 000 avant 2003 (Sako, 2015).

19Comme le dénonce B. Heyberger (2013), la primauté souvent accordée au quantitatif dans l’étude des chrétiens du Proche-Orient laisse croire que ces derniers sont condamnés à l’immobilisme par la diminution de leurs effectifs. Or, la place occupée par la communauté chrétienne irakienne dans des domaines de la santé ou de l’éducation fait d’elle une composante sociale active à travers le pays et ce au-delà de ce qu’en disent les statistiques. En ce sens, Bagdad représente un centre hautement stratégique pour une chrétienté irakienne largement minoritaire et très affaiblie sur le plan numérique. Les propos tenus par un haut-responsable chaldéen rencontré sur le terrain, en 2018, exposent très bien la nécessité pour les chrétiens d’assurer une représentation dans la ville. Ainsi, le secteur de la capitale irakienne regroupant jusqu’à tout récemment les principales institutions de l’Église chaldéenne était comparé à un « petit Vatican » avec son patriarcat, son séminaire, son hôpital, ses couvents et ses écoles. Bien qu’un tel rapprochement fasse avant tout référence au foisonnement de l’activité chrétienne à Bagdad, à l’image de celui qu’il est possible d’observer au cœur de Rome, le rapprochement le plus intéressant concerne la nature même du Saint-Siège. C’est qu’en plus de son rôle strictement religieux, le Vatican entretient des liens diplomatiques avec les autres entités étatiques au nom des catholiques du monde entier. Or, à l’échelle qu’est la sienne, l’Église chaldéenne doit également se partager entre sa mission ecclésiastique et le maintien de bonnes relations avec le gouvernement irakien, ce qui, en revanche, n’est pas totalement nouveau.

20Car au cours de leur longue histoire, les populations chrétiennes de l’actuel Irak ont cherché la protection de leurs dirigeants à travers une proximité géographique avec le pouvoir. À l’opposé, lors des différents épisodes durant lesquels ils furent persécutés par les autorités en place, les chrétiens irakiens se sont pratiquement toujours réfugiés en région éloignée le temps de reconstruire leur organisation communautaire et de disparaître du radar de leurs bourreaux (Le Coz, 1995). Seulement, la violence qui s’est abattue sur les chrétiens d’Irak depuis les deux dernières décennies n’est pas directement attribuable au gouvernement irakien. Par conséquent, jamais n’a-t-il été question pour le patriarche de l’Église chaldéenne d’abandonner Bagdad, d’abord en guise de soutien aux chrétiens demeurés sur place, mais également afin de rester en contact étroit avec les dirigeants irakiens, enjeu majeur dans un pays en proie à l’instabilité (Sako, 2015).

21Comme les autres composantes de la société irakienne, les chrétiens ont rapidement été rattrapés par le climat de chaos généralisé dans lequel fut plongé leur pays après l’éviction de Saddam Hussein en 2003. Largement isolés lors de l’insurrection sunnite contre l’envahisseur américain, de 2004 à 2007, ou encore pris en étau entre les factions chiite et sunnite durant la guerre civile à caractère confessionnel qui a ensanglanté l’Irak de 2006 à 2008 (Marr, 2012 ; Benraad, 2015), les chrétiens ont connu leurs heures les plus sombres au lendemain de l’entrée en scène d’al-Qaïda en Irak, qui a multiplié les exactions contre la communauté chrétienne à compter de 2004 : menaces, rackets, sommations à partir, enlèvements, demandes de rançon, meurtres ou attentats contre les églises (Guitton, 2011 ; Luizard, 2015). Avec l’action combinée des milices armées islamistes, tant chiites que sunnites, qui usaient de la peur et de la barbarie pour spolier leurs biens aux chrétiens, ces derniers ont massivement fui une vie devenue insoutenable (Sleiman, 2006 ; Sako, 2015).

22Rencontré sur le terrain en 2019, un dignitaire chaldéen parlait d’« hémorragie » afin de qualifier le flot de départs ininterrompu des chrétiens de Bagdad et des autres grandes agglomérations du sud de l’Irak à compter de 2003. Sur ce point, plusieurs témoignages d’anciens habitants de la capitale irakienne recueillis à Ankawa en 2017 soulignent que les chrétiens de la ville n’ont eu d’autre choix que d’abandonner derrière eux tout ce qu’ils possédaient pour échapper aux menaces persistantes dont ils faisaient l’objet. Le même motif a également incité l’Église chaldéenne, en 2006, à opérer le déménagement du séminaire Saint-Pierre et du Babel College en périphérie d’Erbil. Et, près de quinze ans plus tard, rien n’indique qu’il soit question d’orchestrer le retour des deux institutions dans la capitale irakienne. Or, cela ne signifie pas pour autant que les autorités chaldéennes, au diapason avec les membres de la communauté qu’elles dirigent, se détournent de l’Irak central pour lui préférer la région du Kurdistan autonome.

  • 16 Comme le relate M. Galletti (2010), les habitants des multiples villages chrétiens qui parsèment le (...)
  • 17 Les jeunes déplacés chrétiens, scolarisés en arabe selon le cursus irakien, n’ont jamais pu intégre (...)
  • 18 Dans la plaine de Ninive ou à Mossoul.

23En effet, les chrétiens déplacés au Kurdistan irakien continuent, dans leur grande majorité, de s’identifier à l’Irak, pays dont ils parlent la langue, l’arabe, et partagent les us et coutumes16. Ainsi, beaucoup d’entre eux éprouvent d’importantes difficultés à s’intégrer à leur société d’accueil, notamment en raison des dimensions linguistique et culturelle. De plus, le seul milieu socio-économique d’Ankawa, minuscule îlot arabophone au cœur d’un univers idiomatique dominé par le kurde, ne parvient pas à absorber tous ces nouveaux venus, qui demeurent pour plusieurs sans travail, ou encore dans l’impossibilité de compléter leurs études17. Enfin, l’État irakien emploie toujours de nombreux chrétiens désormais établis au Kurdistan irakien, à la condition que ces derniers se rendent quotidiennement sur leur lieu de travail, le plus souvent situé dans des secteurs administrés par Bagdad18. Dans un contexte où les meilleures garanties d’avenir pour les chrétiens demeurés en Irak proviennent, au moins pour l’instant, du pouvoir kurde, les autorités chrétiennes évoluent donc en terrain miné. En témoignent les mois qui ont précédé le référendum sur l’indépendance du Kurdistan irakien, en septembre 2017, au cours desquels la « sympathie » des chaldéens pour un Irak uni s’est avérée difficile à formuler en des termes qui ne sauraient déplaire à Erbil sans froisser Bagdad, tel que l’évoquait un dignitaire de l’Église chaldéenne rencontré au Kurdistan irakien, en 2018.

Conclusion

  • 19 Équivalent du titre de patriarche.
  • 20 Information obtenue d’un haut dignitaire de l’Église apostolique assyrienne de l’Orient rencontré s (...)

24En 2015, comme premier engagement suivant son intronisation, qui marquait par le fait même le retour en Irak des hautes instances de l’Église apostolique assyrienne de l’Orient, le nouveau catholicos19 Mar Guewarguis iii a rendu visite au président de la région autonome du Kurdistan alors en exercice, Massoud Barzani, avant même d’avoir rencontré un représentant officiel de l’État irakien (L’Orient-Le Jour, 2015). Dans le contexte de rivalité opposant Erbil et Bagdad, il est possible de voir à travers cette séquence une démonstration de la faveur du plus haut dignitaire assyrien à l’endroit du gouvernement du Kurdistan irakien. Car il faut dire que ce dernier appuie financièrement la construction à proximité d’Erbil du nouveau siège patriarcal de l’Église apostolique assyrienne de l’Orient20, dont le territoire primaire se partage entre le Kurdistan du Nord (Turquie) et le Kurdistan du Sud (Irak). Mais il s’agit surtout d’une marque de réconciliation entre la communauté assyrienne et le pouvoir kurde, que l’histoire a maintes fois opposés (Yacoub, 1996). En ce sens, le retour du patriarcat assyrien au nord de l’Irak revêt une importante symbolique, puisqu’il apparaît clairement qu’entre chiites, sunnites et Kurdes, principaux acteurs politiques dans l’Irak post Saddam Hussein (Baban, 2015), la communauté assyrienne ait fait un choix assumé.

  • 21 Tout au long de son règne, le catholicos assyrien Mar Simon xxiii Ishaya s’opposera avec vigueur à (...)

25Contrairement à l’Église apostolique assyrienne de l’Orient, l’Église chaldéenne a prêté serment d’allégeance à l’État irakien au moment de la création du pays par les Anglais, en 192121. Or, cette position, toujours endossée, s’avère aujourd’hui pour le moins très délicate. C’est que l’« Église nationale d’Irak » est confrontée à la complexité de sa nouvelle organisation territoriale. En effet, certains des établissements parmi les plus importants du christianisme irakien sont désormais établis à Erbil, qui à l’image de Bagdad, est devenue un haut-lieu incontestable de la chrétienté irakienne. Après l’invasion américaine de l’Irak, en 2003, les autorités kurdes ont permis aux chrétiens irakiens d’éviter l’effondrement de leur infrastructure communautaire en accueillant sur leur sol populations et institutions. De ce fait, les dignitaires de la première Église d’Irak se retrouvent forcés de naviguer entre deux eaux, comme en témoigne le va-et-vient constant du patriarche chaldéen entre la capitale de l’Irak et celle de la région autonome du Kurdistan irakien.

26Le christianisme irakien évolue dorénavant selon un modèle bipolaire. Il apparaît ainsi tout naturel que le patriarcat chaldéen, en charge d’orchestrer la visite très attendue du pape François en sol irakien, en mars 2021, ait soigneusement prévu que le souverain pontife se rende à Bagdad comme à Erbil. En effet, la ville de Bagdad, dont le rayonnement s’étendait sur l’ensemble de la communauté chrétienne d’Irak jusqu’en 2003, partage aujourd’hui le rôle de centre avec Ankawa. Toutefois, l’affaiblissement pour le moins important de la présence chrétienne à Bagdad, tant numérique que symbolique, ne suffit pas pour affirmer que la banlieue d’Erbil a complètement remplacé la capitale irakienne. Car l’établissement chrétien à Ankawa demeure fragile, considérant le fait que les membres de la communauté chrétienne récemment arrivés au Kurdistan irakien éprouvent de la difficulté à s’intégrer, voire à s’y projeter dans l’avenir sans appréhension. En dehors d’Ankawa, il s’avère très compliqué pour les chrétiens arabophones de trouver du travail. Dans le même sens, l’emploi du kurde comme langue d’enseignement dans les écoles administrées par le Gouvernement régional du Kurdistan, comme l’application d’un programme éducatif qui diffère du cursus irakien, gênent considérablement le parcours des jeunes, et ce du primaire jusqu’à l’université.

  • 22 L’Université catholique d’Erbil offre un enseignement bilingue anglais-arabe.

27Pour contribuer à l’amélioration de la situation, l’archéparchie chaldéenne d’Erbil a financé, de concert avec des donateurs étrangers, l’établissement à Ankawa d’une université (Catholic University in Erbil)22, opérationnelle depuis décembre 2015, puis d’un hôpital universitaire (Maryamana Hospital), ouvert au début de l’année 2020, afin d’offrir davantage de perspectives aux jeunes chrétiens. Malgré la fierté qu’il éprouve devant ces deux initiatives, un prêtre chaldéen, rencontré en 2019, estime cependant que son Église n’en revient qu’à se substituer à l’État en menant de tels projets, et qu’il ne devrait normalement pas en être ainsi. Mais les chrétiens d’Irak ont été forcés de prendre en main leur destinée suite aux événements qui ont suivi l’invasion américaine de l’Irak. Plus que jamais, l’Église (chaldéenne) occupe donc un rôle majeur pour l’ensemble de la communauté formée par les chrétiens irakiens, peu importe leur confession.

28À compter de 2003, Ankawa a offert à la chrétienté irakienne un cadre spatial lui ayant permis de placer en sécurité certaines des institutions nécessaires à son fonctionnement. Mais dans la réalité irakienne, la ville ne représente qu’un havre au milieu d’une mer agitée. Véritable État dans l’État, l’Église chaldéenne fait ainsi preuve de la plus grande prudence sur le plan politique afin d’assurer l’avenir de la communauté dont elle est responsable. Vraisemblablement, cela passe par le fait d’opérer un habile jeu d’équilibre entre les principales forces en présence.

Haut de page

Bibliographie

Baban B.S., 2015, « La région du Kurdistan-Irak entre fédération et indépendance », Civitas Europa, vol. 1, no 34, p. 21-53.

Benraad M., 2015, L’Irak : de Babylone à l’État islamique, Paris, Le Cavalier bleu.

Bozarslan H., 2014, « Les Kurdes et l’option étatique », Politique étrangère, vol. été, no 2, p. 15-26.

Galletti M., 2010, Le Kurdistan et ses chrétiens, Paris, Éditions du Cerf.

Girling K., 2018, The Chaldean Catholic Church. Modern History, Ecclesiology and Church-State Relations, Londres, Routledge.

Guitton R., 2011, Ces chrétiens qu’on assassine, Montréal, Flammarion.

Hanish S., 2011, “Autonomy for Ethnic Minorities in Iraq: The Chaldo-Assyrian Case”, Digest of Middle East Studies, vol. 20, no 2, p. 161-177.

Heyberger B., 2013, Les chrétiens au Proche-Orient. De la compassion à la compréhension, Paris, Payot.

Heyberger B., 2017, Les chrétiens d’Orient, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? ».

L’Orient-Le Jour (Yacoub J.), 12 octobre 2015 : « La symbolique de l’enracinement, ou le retour du siège de l’Église assyrienne d’Orient en Irak ». https://www.lorientlejour.com/article/948998/la-symbolique-de-lenracinement-ou-le-retour-du-siege-de-leglise-assyrienne-dorient-en-irak.html [consulté le 14 juin 2022].

Labourt J., 1904, Le christianisme dans l’Empire perse sous la dynastie sassanide (224-632), Paris, Librairie Victor Lecoffre.

Le Coz R., 1995, L’Église de l’Orient : chrétiens d’Irak, d’Iran et de Turquie, Paris, Éditions du Cerf.

Luizard P.-J., 2015, Le piège Daech. L’État islamique ou le retour de l’Histoire, Paris, La Découverte.

Maisterra P., 2015, « Irak : Les chrétiens pris pour cible », Les Cahiers de l’Orient, vol. 1, no 177, p. 43-49.

Marr P., 2012 [3e éd.], The Modern History of Iraq, New York, Avalon Publishing.

Natali D., 2010, The Kurdish Quasi-State. Development and Dependency in Post-Gulf War Iraq (Modern Intellectual and Political History of the Middle East), Syracuse, Syracuse University Press.

Nicoll A., Delaney J., 2015, “Iraqi Kurdistan: the Essential Briefing”, Strategic Comments, vol. 21, no 2, p. iii-vi.

Rassam S., 2005, Christianity in Iraq: Its Origins and Development to the Present Day, Leominster, Gracewing.

Roussel C., 2014, « L’introuvable frontière du Kurdistan d’Irak », Politique étrangère, vol. été, no 2, p. 63-77.

Roussel C., 2015, « Nettoyage ethnique, déplacement de population et repeuplement dans le gouvernorat de Ninive (Mossoul, Nord-Irak) », Outre-Terre, vol. 3, no 44, p. 250-262.

Sako L.R., 2015, Ne nous oubliez pas ! Le SOS du patriarche des chrétiens d’Irak, Montrouge, Bayard.

Salloum S., 2017, At Crossroads. Iraqi Minorities After ISIS, Beyrouth, Masarat for Cultural and Media Development-Library of Minorities.

Samir K.S., 2005, « Les Suryan et la civilisation arabo-musulmane », Parole de l’Orient : revue semestrielle des études syriaques et arabes chrétiennes, vol. 30, p. 31-61.

Sfeir A. (dir.), 2008, Chrétiens d’Orient : et s’ils disparaissaient ? Montrouge, Bayard Éditions.

Sleiman J.-B., 2006, Dans le piège irakien. Le cri du cœur de l’archevêque de Bagdad, Paris, Presses de la Renaissance.

Teule H., 2008, Les Assyro-Chaldéens : chrétiens d’Irak, d’Iran et de Turquie, Turnhout, Brépols.

Yacoub J., 1996, Babylone chrétienne. Géopolitique de l’Église de Mésopotamie, Paris, Desclée de Brouwer.

Yacoub J., 2014, « Ninive endeuillée. Un des berceaux de la chrétienté », Revue d’éthique et de théologie morale, vol. 5, no 282, p. 105-112.

Yacoub J., 2018, Une diversité menacée. Les chrétiens d’Orient face au nationalisme arabe et à l’islamisme, Paris, Salvator.

Yousif E.-I., 2014, Les chrétiens de Mésopotamie, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 Dignitaires religieux, responsables d’ONG et habitants.

2 Interprétation de propos recueillis auprès de différents prélats chaldéens en décembre 2018.

3 Les estimations les plus faibles avancent le nombre de 150 000 chrétiens se trouvant toujours en Irak à l’heure actuelle, alors que les projections les plus généreuses suggèrent qu’ils seraient plutôt 400 000.

4 Aussi connue sous le nom d’Église de Perse, ou encore d’Église nestorienne, dont sont issues l’Église apostolique assyrienne de l’Orient, l’Ancienne Église de l’Orient et l’Église chaldéenne.

5 Région antique qui couvrait la majeure partie du territoire irakien actuel. De nos jours, les fidèles de l’Église chaldéenne sont communément appelés « chaldéens », alors que ceux de l’Église apostolique assyrienne de l’Orient et de l’Ancienne Église de l’Orient sont qualifiés d’« assyriens ».

6 Au Kurdistan irakien, les chrétiens appartiennent historiquement aux trois Églises sœurs (nées de l’Église de l’Orient) que sont l’Église chaldéenne, l’Église apostolique assyrienne de l’Orient ou l’Ancienne Église de l’Orient, auxquelles s’ajoute l’Église apostolique arménienne, introduite par les rescapés du génocide arménien, même si la présence arménienne en Irak est antérieure aux événements du génocide arménien s’étant déroulés entre 1915 et 1923 (Galletti, 2010).

7 L’Église syriaque catholique est née d’un schisme avec l’Église syriaque orthodoxe, achevé en 1783 (Teule, 2008).

8 Selon des informations récoltées sur le terrain, si certains villages du district de Tel Keppe, peuplé majoritairement de chaldéens, n’ont jamais été occupés par l’EI, les habitants des communautés ayant tout de même fui ont préféré se rendre dans les villages chrétiens épargnés des environs, dans la ville de Duhok, moins distante qu’Ankawa, ou encore ailleurs au Kurdistan irakien.

9 Estimations basées sur des données récoltées sur le terrain en 2018.

10 En plus d’un drapeau et d’un hymne national, les Kurdes irakiens se sont dotés de leur propre constitution, de même que d’un parlement distinct, se réunissant à Erbil, d’où le Gouvernement régional kurde (GRK) s’acquitte de la gestion de domaines variés comme la santé, l’éducation ou l’intérieur, sans avoir à rendre de comptes à Bagdad. Les Kurdes disposent également de leurs propres forces armées, les peshmergas, émettent directement des autorisations de séjour aux visiteurs internationaux et entretiennent des relations diplomatiques et commerciales avec plusieurs gouvernements étrangers (Bozarslan, 2014 ; Nicoll, Delaney, 2015).

11 Équivalent d’un archidiocèse dans l’Église catholique romaine.

12 Le Babel College est un institut de formation théologique fréquenté par les futurs prêtres de toutes les Églises présentes en Irak. Après la formation de trois ans qu’ils y reçoivent, tous les candidats à la prêtrise rejoignent le séminaire de leur Église respective (en Irak ou ailleurs) afin de compléter leur parcours.

13 Les régions du Kurdistan irakien et de la plaine de Ninive ont toujours fourni un nombre important d’aspirants à la prêtrise. Ce qui étonne surtout désormais réside dans le fait que si peu de futurs prêtres proviennent de la capitale irakienne.

14 Surnom donné à Bagdad par les Abbassides.

15 Informations recueillies auprès de responsables de l’Église chaldéenne en 2019.

16 Comme le relate M. Galletti (2010), les habitants des multiples villages chrétiens qui parsèment le Kurdistan irakien sont, quant à eux, parfaitement intégrés à l’environnement culturel kurde. Cependant, ces derniers demeurent largement minoritaires à l’échelle de l’Irak.

17 Les jeunes déplacés chrétiens, scolarisés en arabe selon le cursus irakien, n’ont jamais pu intégrer les différentes universités kurdes, faute de places disponibles d’une part, mais surtout pour cause de méconnaissance du kurde. Ainsi, beaucoup d’étudiants de l’Université de Mossoul ont dû interrompre leurs études durant toute la période où l’EI contrôlait la ville. Il est à noter qu’entre 2014 et 2018, l’archevêché chaldéen de Kirkouk a soutenu financièrement plusieurs centaines d’étudiants arabophones déplacés au Kurdistan, chrétiens comme musulmans, qui s’étaient réorientés vers l’Université de Kirkouk.

18 Dans la plaine de Ninive ou à Mossoul.

19 Équivalent du titre de patriarche.

20 Information obtenue d’un haut dignitaire de l’Église apostolique assyrienne de l’Orient rencontré sur le terrain en 2018.

21 Tout au long de son règne, le catholicos assyrien Mar Simon xxiii Ishaya s’opposera avec vigueur à l’État central irakien, ce qui finira par lui valoir l’expulsion du pays en 1933 (Yacoub, 1996).

22 L’Université catholique d’Erbil offre un enseignement bilingue anglais-arabe.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. L’Irak, le Kurdistan et la plaine de Ninive.
Crédits Cartographie : D. Villeneuve. Carte reprise par Fl. Troin, CITERES-EMAM • 2022.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3977/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Figure 2. Les églises d’Ankawa.
Crédits Cartographie : D. Villeneuve. Carte reprise par Fl. Troin, CITERES-EMAM • 2022.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3977/img-2.png
Fichier image/png, 2,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Villeneuve, « Ankawa : nouvel épicentre du christianisme irakien ? », Les Cahiers d’EMAM [En ligne],  | 2022, mis en ligne le 24 juin 2022, consulté le 25 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/emam/3977 ; DOI : https://doi.org/10.4000/emam.3977

Haut de page

Auteur

David Villeneuve

Maître de conférences en géographie à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) et membre du Centre interdisciplinaire de recherche sur l’Afrique et le Moyen-Orient (CIRAM)
david1_villeneuve@uqac.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search