Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34Courtes notices bio-bibliographiq...Courtes notices bio-bibliographiq...

Courtes notices bio-bibliographiques des autrices et auteurs

Courtes notices bio-bibliographiques des autrices et des auteurs

Texte intégral

Coordinatrices & coordinateur
par ordre alphabétique

Bénédicte Florin

1Bénédicte Florin est maîtresse de conférences en géographie à l’Université de Tours et chercheuse à EMAM (Équipe Monde arabe et Méditerranée, UMR CITERES). Ses travaux portent sur le monde arabe et, notamment, au Caire, sur les mobilités résidentielles, la citadinité, le logement social, les villes nouvelles et les quartiers fermés. Depuis 2007, elle s’intéresse aux récupérateurs de déchets, aux systèmes de gestion des déchets et à ce service public en Égypte, au Maroc, en Turquie et en France. S’inscrivant dans le champ de la géographie humaine et sociale, son approche est qualitative, fondée sur des entretiens et des observations de terrain. Enfin, depuis plusieurs années, elle propose aux étudiants de 3e année de licence une série de cours magistraux en géographie régionale qui porte sur « Le Nord du Maroc : une région dans la mondialisation ? », s’appuyant sur la littérature scientifique et l’observation régulière d’une région qu’elle arpente depuis plus de vingt années. Dernier ouvrage, avec A. Madoeuf, O. Sanmartin, R. Stadnicki et F. Troin (dir.) : Abécédaire de la ville au Maghreb et au Moyen-Orient (PUFR, 2021).
benedicte.florin@univ-tours.fr

Aziz Iraki

2Aziz Iraki est architecte-géographe, professeur de l’Enseignement supérieur à l’nstitut national d’Aménagement et d’Urbanisme de Rabat. Ses travaux de recherche portent sur la gestion urbaine et l’émergence de nouveaux acteurs dans le champ urbain (ouvrages Des notables du Makhzen à l’épreuve de la « gouvernance » et plus récemment Les élites de proximité au Maroc), sur les mobilisations collectives et l’habitat social (ouvrage Habitat social au Maghreb et au Sénégal. Gouvernance urbaine et participation en questions). Il a dirigé ou participé à plusieurs programmes de recherche, et coordonné l’École doctorale « Urbanisme, gouvernance urbaine et territoires » (ouvrage collectif Gouverner les métropoles au Maroc. De l’exception aux conflits et arrangements). Il a également réalisé plusieurs évaluations de projets et programmes de développement au Maroc (infrastructures et équipements ruraux, tourisme rural, urbanisation des terres agricoles, programmes de lutte contre la pauvreté..). Aziz Iraki est aussi membre fondateur de l’Association Targa-Aide pour le développement et de l’Association marocaine de l’évaluation (des politiques publiques).
aziz_iraki@yahoo.fr

Nora Mareï

3Nora Mareï, géographe, docteure de l’Université de Nantes, est chercheuse au CNRS (UMR 8586 Prodig) et enseignante à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Sa thèse sur le détroit de Gibraltar (2012) analyse les transformations territoriales de ce carrefour international dans le contexte de mise en service de Tanger-Med et des enjeux de développement économique qui s’y rapportent. Ses recherches en cours portent sur les dynamiques contemporaines de fabrique des territoires dans la mondialisation avec une attention particulière aux métropoles, aux macro-régions et aux infrastructures portuaires et logistiques. Ses principaux terrains sont l’espace méditerranéen (Maroc, Espagne), l’Afrique de l’Ouest (Mauritanie, Sénégal) et le Moyen-Orient (Égypte). Elle a dirigé plusieurs ouvrages et publié de nombreux articles sur ces questions, l’ensemble est disponible sur sa page personnelle : https://www.prodig.cnrs.fr/​nora-marei/​
nora.marei@cnrs.fr

Autrices & auteurs
par ordre alphabétique

Kenza Afsahi

4Kenza Afsahi est maîtresse de conférences en sociologie à l’Université de Bordeaux et chercheuse au Centre Émile Durkheim (CNRS). Après avoir travaillé sur la production, elle étudie aujourd’hui le marché du cannabis dans son ensemble, en conjuguant l’offre et la demande. Elle s’intéresse particulièrement à la construction socio-économique des marchés, à la production et la circulation des savoirs, aux questions du travail invisible et domestique, en mettant l’accent sur les femmes et les intermédiaires, à l’environnement et aux ressources naturelles. Actuellement, elle coordonne un programme international de recherche (financé par la région Nouvelle-Aquitaine) sur la construction du marché du cannabis à usage médical dans trois pays (France, Maroc, Canada) avec une équipe interdisciplinaire. Elle est également co-responsable de l’axe de recherche « Sociologie de l’International » au Centre Émile Durkheim et est membre du comité de rédaction de Cannabis and cannabinoïd Journal et de la Revue Française des Méthodes Visuelles. Elle est également associée au Centre de recherche sociologique sur le droit et les établissements pénitentiaires (CNRS). À l’Université de Bordeaux, elle enseigne la sociologie de la déviance, la sociologie du marché du cannabis, la sociologie visuelle, les questions de l’implication des femmes dans le marché de la drogue et la criminalité environnementale.
kenza.afsahi@u-bordeaux.fr

Sirine Al Hachimi

5Sirine Al Hachimi est docteure en économie et gestion de l’École nationale de commerce et gestion de Tanger (ENCG), Université Abdelmalek Essaâdi. Intéressée particulièrement par les questions d’activités et d’emploi au Maroc, ses terrains portent sur la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima. Auteure d’une thèse (2021) sur Contribution à l’évaluation de la politique active de l’emploi au Maroc. Autre publication avec O. Belkheiri : “What methods to evaluate active labour markets programs: a systematic review” (International journal of scientific research and innovative technology, 2020).
sirine970@gmail.com

Omar Belkheiri

6Omar Belkheiri, docteur en économie de l’Université de Montpellier I, est actuellement enseignant-chercheur à l’École nationale de commerce et de gestion de Tanger (ENCG), Université Abdelmalek Essaâdi. Il dispose d’une connaissance particulière de l’activité économique industrielle de la région du nord du Maroc et s’intéresse à son histoire économique tout en ayant un regard de l’intérieur des entreprises internationales installées dans la région (à travers ses activités parallèles de consulting depuis plusieurs années). Publications : “Integration of the northern Morocco into globalization through industry. What’s good and what’s bad” (Revista Estudios Economia Aplicada, 2020) ; et, en 2019, avec Y. Benarrosh et S. Benmoussa, « Tanger : (ses) mondialisations, (ses) migrations, (son) urbanisation. Une ville qui pousse, des politiques qui suivent. Repérages et images », in Benarrosh Y. (dir.), « Le travail mondialisé au Maghreb. Approches interdisciplinaires ».
omar.belkheiri@gmail.com

Yolande Benarrosh

Yolande Benarrosh, sociologue et professeure émérite à l’Université d’Aix-Marseille, est membre de l’UMR 7064 Mesopolhis-MMSH. Ses recherches portent sur Tanger, sa mondialisation et ses métamorphoses territoriales, à partir du prisme du travail. Différentes entrées et enquêtes sont mobilisées à cet effet : implantation des multinationales, création de zones franches, migrations internes du travail, habitats ouvriers, extensions de la ville et de ses quartiers auto-construits, (ré)aménagement du territoire et politique urbaine, l’expérience de ces métamorphoses par les habitants. Dernières publications :
2019 : Le travail mondialisé au Maroc : approches interdisciplinaires, CJB/IRD Éditions/La Croisée des chemins.
> dont chapitre 13, « Tanger ou les fulgurances d’une décennie à travers ses habitants. D’une ville-monde endormie sur son mythe à Tanger-Métropole » ;
> dont chapitre 14, avec O. Belkheiri, « La transformation industrielle de la région Tanger Tétouan Al Hoceima. Des enjeux territoriaux en quelques “maux” ».
2021 : avec S. Ben Moussa, « Bir Chifa est à Tanger ? Histoire orale et ethno-photographies d’un quartier auto-construit et “intégré” à la ville », Makan.
ybenarrosh@gmail.com

Mohamed Berriane

7Mohamed Berriane est géographe, professeur émérite de l’Université Mohammed v de Rabat, membre résident à vie de l’Académie Hassan ii des Sciences et Techniques, membres de divers conseils et commissions scientifiques, ancien doyen de la Faculté des Lettres et des Sciences humaines de Rabat et ex-co-directeur du LMI MediTer (IRD). Par l’entrée du développement local et des mobilités, notamment leurs dimensions territoriales, il s’est intéressé à la problématique de l’émigration internationale des Marocains et au tourisme en tant qu’activités génératrices de revenus, ainsi qu’aux processus de patrimonialisation. Il dirige actuellement deux publications, à paraître fin 2022 et en 2023 : Une Nouvelle Géographie du Maroc, en 2 tomes, édition de l’Académie du Royaume du Maroc et Marocains de l’extérieur 2021, édition Fondation Hassan ii des Marocains résidant à l’étranger. Pour les autres références, voir https://um5a.academia.edu/​MohamedBerriane.
mohamed.berriane@yahoo.fr

Mériam Cheikh

8Mériam Cheikh est anthropologue spécialiste de la dissidence morale des jeunes des classes populaires au Maroc. Avant de rejoindre l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco), elle a effectué son doctorat au sein de l’Université Libre de Bruxelles et son post-doctorat au Department of Islamic and Middle Eastern Studies de l’Université d’Édimbourg en tant que Marie Skłodowska-Curie Fellow. Ses thèmes de recherche portent sur le genre et les sexualités, l’économie intime et le travail sexuel, les cultures juvéniles et la gestion étatique des déviances et faits délinquants. Elle est l’auteure de Les filles qui sortent. Jeunesse, sexualité et prostitution au Maroc (Éditions de l’Université de Bruxelles, 2020) et a codirigé plusieurs ouvrages dont Expériences du Genre. Intimités, marginalités, travail et migration (Karthala, 2014).
meriamcheikh@gmail.com

Pierre-Arnaud Chouvy

9Pierre-Arnaud Chouvy est géographe au CNRS (UMR 8586 Prodig). Ses travaux portent sur la production illégale de drogue et plus particulièrement sur les productions agricoles de drogue : opium et cannabis en Asie et cannabis au Maroc. Dernières publications en rapport avec le thème de ce dossier : “Why the concept of terroir matters for drug cannabis production” (GeoJournal, 2022) et « Le kif, l’avenir du Rif ? Variété de pays, terroir, labellisation, atouts d’une future légalisation » (Belgeo, 2020). Ses travaux peuvent être consultés sur www.geopium.org.
pachouvy@geopium.org

Eugénie Denarnaud

10Eugénie Denarnaud est enseignante-chercheuse en Sciences du paysage à l’École nationale supérieure de paysage Versailles-Marseille, associée au Laboratoire de recherche en projet de paysage (LAREP). Ses recherches portent sur l’exploration de la notion de frontière, de limite ou d’interstice à travers l’étude de l’impact des circulations maritimes sur les paysages de détroit et de passage (aspect social, culturel, géopolitique de la fabrique des territoires côtiers). Elle mène ses recherches dans le détroit de Gibraltar, notamment à Tanger (Maroc), où elle a étudié dans une approche environnementale la figure des jardins ordinaires urbains comme étant des révélateurs de connaissances vernaculaires du milieu ambiant, au sein et au-delà de la barrière du jardin, dans le grand paysage du détroit. S’ajoute à cela sa réflexion méthodologique autour de la compilation des matériaux issus du terrain et des croisements disciplinaires dont les sciences du paysage se nourrissent nécessairement.
Elle a écrit pour la revue Les Carnets du paysage « La Marche comme objet de connaissance » (2021), ainsi que « Pour une recherche-création en ethno-esthétique : pratiques d’herborisation et photographie », dans PlastiK (2020). Elle prépare actuellement un ouvrage avec le collectif Stevenson Mappa Naturae sur les représentations de la nature par la cartographie au sens large, à paraître en 2023 et un autre sur le phénomène de mondialisation accélérée que traverse la ville de Tanger dans une situation prépondérante dans le chemin de la circumnavigation, et sa résonance, qui se lit dans le paysage local (éditions Parenthèses).
eugenie.denarnaud@gmail.com

Khalid Ghailane

11Khalid Ghailane est doctorant en Urbanisme, Gouvernance urbaine et Territoires à l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme (INAU) de Rabat. Son sujet de thèse porte sur Le processus de production d’une image nouvelle de la ville de Chefchaouen (Rif occidental) par les acteurs locaux, sous la direction d’Aziz Iraki. Publication 2021 : Un père en mémoire. Fidélité au village et attachement à l’Andalousie [en arabe].
khalid.ghailane@gmail.com

Anissa Maâ

12Anissa Maâ est actuellement chargée de recherche FRS-FNRS (Université libre de Bruxelles, ULB) et chercheuse post-doctorante de la Fondation Wiener-Anspach au Oxford Department of International Development (Université d’Oxford). Elle est rattachée au Group for Research on Ethnic Relations, Migration and Equality (GERME, ULB), au Centre de recherche et études en politique internationale (REPI, ULB), affiliée au Laboratoire mixte international de recherche Mobilités, Voyages, Innovations et Dynamiques dans les Afriques méditerranéenne et subsaharienne (LMI MOVIDA, IRD) et à l’Institut Convergences Migrations (ICM, CNRS).
Publications récentes :
2019 : « “Signer la déportation”. Agencéité migrante et retours volontaires depuis le Maroc », Terrain.
2020 : « “Le retour incertain d’Aya et de Prince”. Penser l’incertitude et l’intermédiation des retours volontaires à partir d’une trajectoire féminine en instance de départ depuis le Maroc », Émulations, Revue de sciences sociales.
2021 : “Manufacturing collaboration in the deportation field: intermediation and the institutionalisation of the International Organisation for Migration’s ‘voluntary return’ programmes in Morocco”, The Journal of North African Studies.
2022 : avec S. Bava, « “Aimer et contrôler son prochain” ? Imbrications négociées des logiques compassionnelle et sécuritaire chez les acteurs confessionnels chrétiens dans l’industrie migratoire marocaine », Critique internationale.
2022 : avec J. Van Dessel et I.M. Savio Vammen, “Can Migrants do the (Border)Work? Conflicting Dynamics and Effects of ‘Peer-to-peer’ Intermediation in North and West Africa”, Journal of Borderlands Studies.
anissa.Maa@ulb.be

Khalid Mouna

13Khalid Mouna est anthropologue, professeur des universités à l’Université Moulay Ismail de Meknès. Professeur au Master “Crossing the Mediterranean: towards Investment and Integration (MIM)” à l’Université de Ca’Foscari à Venise, il a été également professeur invité dans plusieurs institutions : EHESS Paris, Université Paul-Valéry (Montpellier III), Université de Porto, et chercheur résidant à l’IEA de Nantes. Ses publications de recherche portent sur le cannabis, les marges, les migrations et la mobilisation sociale post-Printemps arabes. Il est l’auteur de deux ouvrages sur le Rif du Maroc : Le bled du kif. Économie et pouvoir chez les Ketama du Rif (Ibis Press, 2010) et Identité de la marge. Approche anthropologique du Rif (Peter Lang, 2018).
khalidmounapro@gmail.com

Badiha Nahhass

14Badiha Nahhass est docteure en sociologie et professeure assistante à l’Institut universitaire des études africaines, euro-méditerranéennes et ibéro-américaines (IEA) de l’Université Mohammed v de Rabat. Ses recherches portent sur la construction de l’appartenance nationale, la mémoire, les dynamiques sociales et les modes de gouvernement au Maroc, à partir du cas du Rif. Elle est membre fondatrice du Centre de recherche et d’études sur les sociétés contemporaines (CRESC). Parmi ses travaux récents : Le Rif : les méandres d’une réconciliation (2022) ; Le Rif : appartenance nationale dissidente et la formation de l’État (2019) ; Un musée pour gouverner la marginalité : les conflits de patrimonialisation dans le Rif (2016).
badihanahhass@gmail.com

Alain Piveteau

15Alain Piveteau, économiste, est chercheur à l’Institut de recherche sur le développement (IRD) dans les domaines de l’économie politique et la socio-économie du développement. Il travaille au sein du laboratoire « Les Afriques dans le Monde » (LAM) de Sciences-Po Bordeaux. Il a mené des recherches sur le développement économique territorial, le rôle des acteurs extra-étatiques (ONG et entreprises) et la décentralisation (Burkina Faso, Sénégal, Maroc). Au Maroc, il étudie depuis une quinzaine d’années la relation entre l’industrialisation de l’économie et les politiques publiques, aux échelles macro et méso-sectorielles (textile et automobile). Ses travaux récents portent sur les transformations du travail mondialisé et les politiques de protection sociale (Madagascar, Niger, Maroc). Il est l’auteur de livres, d’articles et de chapitres de livres sur les émergences capitalistes aux Suds, l’évaluation économique et la mondialisation.
alain.piveteau@ird.fr

Christoph H. Schwarz

16Christoph H. Schwarz est professeur assistant au Département d’interventions psycho-sociales et recherches en communication à la Faculté d’Éducation de l’Université d’Innsbruck (Autriche) ; il est également core-researcher du projet ERC StG The subsequent lives of Arab Revolutionaries (LIVE-AR), porté par L. Ruiz de Elvira (IRD, Ceped, Paris). Après son doctorat en sociologie à l’Université Goethe de Francfort, il a été chercheur au Centre d’Études sur le Proche et le Moyen-Orient de l’Université de Marburg (2014-2019), l’Université d’Illinois à Urbana Champaign (2019), l’Institut de recherches sociales à Francfort (2020) et le Centre de Théologie islamique à l’Université de Münster. Ses recherches portent sur la jeunesse et les relations intergénérationnelles, la migration, les mouvements sociaux, la socialisation politique et la mémoire collective. Son projet de recherche actuel porte sur le lien entre la socialisation politique et la répression transnational dans les migrations entre le Maghreb et le Moyen Orient et l’Europe.
Publications récentes :
2022 : “Collective memory and intergenerational transmission in social movements: The ‘grandparents’ movement’
iaioflautas, the indignados protests, and the Spanish transition, Memory Studies.
2021 : “Political Socialization and Intergenerational Transmission: Life Stories of Young Social Movement Activists in Morocco”,
Journal of North African Studies.
2021 : « Le ḥirak du Rif et la diaspora en Europe : espaces mentaux enchevêtrés », in Dihstelhoff J., Pardey C., Ouaissa R., Pannewick F. (eds.), Entanglements of the Maghreb. Cultural and Political Aspects of a Region in Motion.
2020 : “La socialización política transmediterránea: el movimiento Hirak, la diáspora marroquí y Europa como imaginario politico”, Quaderns de la Mediterrànea.
christoph.schwarz@uibk.ac.at

Jean-François Troin

17Jean-François Troin, géographe, professeur honoraire à l’Université de Tours, co-fondateur du laboratoire Urbama (centre spécialisé sur l’urbanisation du Monde arabe) a travaillé principalement sur le Maroc. Après une thèse d’État sur les marchés hebdomadaires – Les souks marocains, Édisud,1975 –, il s’est intéressé à la géographie régionale du Maroc (Maroc. Régions, pays, territoires, ouvrage collectif, Maisonneuve & Larose/Tarik, 2002). Ses recherches ont également porté sur l’évolution des espaces urbains (La conurbation littorale marocaine, Maghreb-Machrek, 1987) et, plus récemment, sur les transports et leur impact sur les villes marocaines (Révolution dans les transports et dessertes intensifiées, chap. 19 de la Nouvelle géographie du Maroc, sous la dir. de M. Berriane, en cours d’édition 2022).
jf-troin@orange.fr

Steffen Wippel

18Steffen Wippel est coordinateur du groupe des boursiers « Ressources et Durabilité » au Merian Centre for Advanced Studies in the Maghreb (MECAM) à Tunis, et chercheur associé au Center for Near and Middle Eastern Studies (CNMS) de la Philipps Universität Marburg en Allemagne. Il a présenté sa thèse de doctorat en 1996 et sa thèse d’habilitation en 2010 et fait des recherches dans divers universités et centres de recherche en Allemagne à Berlin, Erlangen, Leipzig, Marburg et au Danemark à Odense. Ses travaux portent sur les processus de régionalisation dans le Moyen-Orient et en Afrique du Nord (en particulier sur l’émergence des liens transrégionaux) et le développement urbain sous tous les aspects mondialisants, néolibéralisants et postmodernisants, notamment celui des villes « secondaires » et portuaires (études de cas au Maroc, à Oman et en Turquie). Depuis 2021, il est membre du comité scientifique de la nouvelle revue plurilingue Zeitschrift für Mittelmeerstudien. Parmi les nombreux ouvrages et articles qu’il a écrits, co-écrits, dirigés ou co-dirigés, on peut citer entre autres :
2004 : avec L. Marfaing, Les relations transsahariennes à l’époque contemporaine. Un espace en constante mutation
2014 : avec K. Bromber, C. Steiner et B. Krawietz, Under Construction: Logics of Urbanism in the Gulf Region.
2018 : avec A. Fischer-Tahir, Jenseits etablierter Meta-Geographien : Der Nahe Osten und Nordafrika in transregionaler Perspektive.
2019 : avec C. Steiner, numéro thématique “Urban Development” de la revue scientifique Middle East-Topics & Arguments (META).
2023 à paraître : Branding the Middle East: Communication Strategies and Image Building from Qom to Casablanca.
steffen.wippel@t-online.de

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Courtes notices bio-bibliographiques des autrices et des auteurs »Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 34 | 2022, mis en ligne le 16 décembre 2022, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/emam/4134 ; DOI : https://doi.org/10.4000/emam.4134

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search