Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34Autour de Tanger-Med : infrastruc...Aménager l’espace, déménager la p...

Autour de Tanger-Med : infrastructures mondialisées et territoires marginalisés

Aménager l’espace, déménager la prostitution : évolution des espaces dédiés aux plaisirs intimes et sexuels à Tanger

Planning the urban space, removing prostitution: the evolution of the areas dedicated to intimate and sexual pleasures in Tangier
Mériam Cheikh

Résumés

La reconfiguration de la région nord du Maroc a eu un impact non seulement pour les économies dites informelles et notamment les économies souterraines portées par la trilogie contrebande/cannabis/émigration, mais aussi pour les économies du divertissement et des services sexuels (prostitution). À Tanger, dès les années 2000, sous l’impulsion des politiques de requalification des quartiers centraux de la ville, l’espace social et les territoires de l’économie sexuelle ont connu de profonds changements. Les interventions urbanistiques, qui ont été régulières entre 2000 et 2015, ont affecté les établissements de divertissement, où se déploie une partie de l’économie de la prostitution de la ville, et transformé les modalités, d’une part, de penser et faire la fête à Tanger et, d’autre part, de gérer et présenter le travail sexuel. En revenant sur l’histoire et l’évolution de la géographie sexuelle tangéroise, cet article proposera de montrer comment les dynamiques de reconfigurations économiques et territoriales à Tanger ont contribué à redéfinir des pratiques prostitutionnelles, souvent abordées en des termes atemporelles et dégagées de toute inscription historique, mais aussi à spécifier peu à peu le travail sexuel pour le séparer plus nettement des pratiques festives où des enjeux sexuels et intimes, dénués de tout rapport économique visible, prennent place et préfigurent un Tanger festif « propre » et égalitaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction 

1Au mitan des années 2000, Tanger attire un grand nombre de travailleurs et travailleuses qui proposent leurs services dans les différents secteurs économiques re-dynamisés par les investissements dans la ville. Ces travailleuses, notamment, quittent pour la plupart des emplois dans leurs villes d’origine. Il s’agit souvent d’emplois dans l’industrie du textile desquels elles sont licenciées à la suite de fermetures d’usine. L’attrait pour cette ville à l’économie encensée et connaissant, après plusieurs décennies de stagnation, une croissance élevée (emplois, investissements, production et exportations augmentent entre 1994 et 2006) trouve une traduction difficile dans la réalité quotidienne de nouvelles arrivantes touchées par le creusement des inégalités (augmentation du taux de chômage et du coût de la vie) que cache mal une politique économique néolibérale axée sur le marché et les investissements transnationaux. Cette politique permet à la ville de s’insérer plus étroitement dans l’économie capitaliste mondiale (Kanai, Kutz, 2011), mais continue de désintégrer, par une flexibilisation du marché du travail et une détérioration des conditions de travail (Zemni, Bogaert, 2011), les trajectoires professionnelles que ces femmes avaient enclenchées dans le secteur industriel. Nombreuses sont celles qui se tournent alors vers d’autres secteurs économiques notamment l’économie intime conduisant certaines à une professionnalisation dans les métiers du sexe.

  • 1 En Europe, c’est par exemple le cas des Pays-Bas ou de la Belgique.
  • 2 Les autres activités, massages, pornographie, escorting, vente de sexe virtuel restent invisibilisé (...)

2La prostitution est considérée au Maroc comme une violation de la norme religieuse et de la norme juridique. Pour les pouvoirs publics, elle a vocation à être éradiquée pour maintenir un ordre moral en accord avec les valeurs de piété de la société. En matière de législation de la prostitution, le Maroc est ce qu’on peut appeler un pays prohibitionniste. La prostitution y est interdite, ce qui signifie que tous les acteurs du système prostitutionnel – les prostituées, les clients et les proxénètes – sont criminalisés. Une des particularités d’un tel système est de renvoyer à la clandestinité les pratiques prostitutionnelles et leurs acteurs. Aucun espace spécifique ne leur est réservé ainsi qu’on le note dans les pays réglementaristes1. Elles prennent place là où les rencontres sont facilitées à savoir les espaces de l’économie nocturne tournée vers le divertissement de toutes et tous : bars, discothèques, cabarets. Par conséquent, l’analyse spatiale de la prostitution, principale activité de l’industrie du sexe au Maroc2, passe par une compréhension du développement de cette économie nocturne et en particulier du bâti qui l’abrite et des commerces qui dissimulent l’achat et la vente de sexe : tel est le cas du commerce d’alcool. De manière générale, au Maroc, là où il y a de l’alcool il peut y avoir de la prostitution. Et, la gestion des débits de boisson (leur emplacement, leur réglementation) entraîne une gestion de fait de la visibilité des pratiques prostitutionnelles. Aussi, toute modification des espaces où se concentrent les lieux servant de l’alcool et dédiés au divertissement entraîne un réaménagement spatial de l’activité prostitutionnelle : réaménager les espaces festifs c’est intervenir sur une activité normalement vouée à l’éradication selon les dispositions juridiques prohibitionnistes.

  • 3 Les eros center sont des établissements dédiés aux métiers de l’érotisme et du sexe où exercent les (...)
  • 4 Pour la définition de indoor, voir en infra.

3La littérature sur les industries du sexe, notamment dans les pays du Nord, a montré combien les géographies du sexe sont le résultat d’une longue histoire de l’appréhension par l’État de la « chose sexuelle » publique séparant les zones morales selon leurs finalités : aux périphéries urbaines la quiétude reflétant l’idéal hétérosexuel de la famille nucléaire et aux centres-villes les débordements inhérents aux lieux de passages et de rencontres éphémères, et aux interstices spatiaux et sociaux qui se forment au cœur de l’activité économique d’une ville définie par les flux (d’argent, de personnes, d’activités). Ces géographies sexuelles sont également remodelées à mesure que les visions sur les zones morales évoluent : à la présence éclatée des industries sexuelles (sex-shop, clubs de strip-tease, pornographie, centres de massage, etc.) se substitue, en ce début de xxie siècle, une concentration des multiples services existant dans des espaces semi-publics ou privés (eros center, massage parlour3, prostitution indoor4, Internet, etc.) (Maginn, Steinmetz, 2015). Ce passage d’une industrie du sexe visible (trottoirs, red-light districts) à une sexualité commerciale moins visible va de pair avec l’évolution de la sexualité. Les mobilisations pour la « libération sexuelle » ayant entraîné des visions moins paternalistes de la sexualité hors mariage et non-hétérosexuelle, l’achat et la vente de sexe se sont modifiés (Bernstein, 2001, 2007) et davantage privatisés. En bref, les géographies sexuelles sont à la fois le résultat, d’une part, d’un souci politique de maintenir des zones morales selon les ordres moraux du moment et, d’autre part, des éthiques sexuelles émanant de ces moralités ré-agencées.

  • 5 Cet article se base sur une ethnographie longitudinale menée à Tanger dans le cadre d’une thèse de (...)

4Dans le sillage de ces travaux, la lecture ici proposée de la géographie prostitutionnelle au Maroc passera par l’analyse du développement urbanistique et celui, qui lui est tributaire, du secteur de l’économie nocturne. L’évolution de la géographie du commerce sexuel est une conséquence des politiques en matière d’investissement urbanistique (immobilier, rénovation urbaine et mise à niveau, assainissement) et des économies qu’il suscite (tourisme, divertissement, alcool). La compréhension de cette géographie se fera également par un retour sur les usages spatiaux pour mieux voir ce qui se joue dans cette zone morale où, entre festif et divertissement, loge la prostitution. En revenant sur l’histoire et l’évolution de la géographie prostitutionnelle tangéroise, il s’agira de démontrer – et c’est ce que postule cet article – comment les dynamiques de reconfigurations économiques et territoriales à Tanger ont contribué à (re)définir les espaces de l’économie nocturne, souvent abordées en des termes atemporelles et dégagées de toute inscription historique. Ces dynamiques ont aussi contribué à spécifier peu à peu le travail sexuel pour le séparer plus nettement des pratiques festives où des enjeux sexuels et intimes, dénués de tout rapport économique visible, prennent place et préfigurent un Tanger festif « propre » et égalitaire. Je reviendrai dans les deux premières sections sur la construction des espaces concrets où se pratique la prostitution dans la ville et leur inscription sociale dans les géographies sexuelles de l’époque internationale aux années 1990. Puis, dans les deux dernières sections, j’illustrerai comment l’assainissement urbain, dans le Maroc des réformes économiques, facilite l’assainissement moral et inaugure de nouveaux rapports à l’intime dans la ville qui hiérarchisent entre modernes désirables et indésirables5.

Tanger : cité mondiale de la fête

5C’est souvent par le festif que la dimension sexuelle de l’urbain est envisagée. Il est coutume de penser en effet que la sexualisation des villes – c’est-à-dire le développement de commerces liés au sexe (prostitution, bordels, hôtels de passes, peep-show, etc.) – est la conséquence de la concentration financière et des styles de vie qu’adoptent certains détenteurs de ces capitaux. Toutefois, quand bien même cette dimension festive génère des profits économiques importants, ce récréatif profitable a souvent été pensé à part de la sphère économique « sérieuse » (Zelizer, 2006) car les gains qui en sont issus mettent en scène le privé des gens. Pourtant, la sexualité constitue un moteur fabriquant la ville au même titre que les secteurs industriel et financier. Les industries du sexe qu’elle draine sont bien plus qu’un simple effet de la concentration de flux financiers, commerciaux et de flux d’une diversité de personnes. Elles jouent un rôle central dans l’économie mondiale et dans la création des villes globales (Maginn, Steinmetz, 2014). C’est ce qui, en dépit d’ordres moraux prônant chasteté et respectabilité, explique la ténacité des géographies morales. Elles possèdent, comme nous invite à le penser P. Hubbard (2011), leur propre centre financier, zone touristique, connexion aux transports (train, avion). Tanger garde la trace de cette centralité de la sexualité comme moteur de la fabrique économique de la ville. Le développement économique par le sexuel semble y être un reliquat du passé colonial. Le cosmopolitisme – circulation et adhésion à des univers culturels et moraux distincts – est sans doute la notion rendant le mieux compte de cette spécificité tant la production et la consommation de services sexuels y a joué un rôle important. Cette partie propose une analyse socio-historique de l’évolution des espaces de l’économie nocturne à Tanger de l’entre-deux-guerres à la fin des années 1990. C’est le long de deux axes principaux de la ville moderne historique que le pôle économique nocturne à Tanger est situé : la Corniche (connue également sous le nom d’avenue d’Espagne puis d’avenue Mohammed vi) longeant la baie, son port et sa plage, appelée l-playa, et le boulevard Pasteur axe perpendiculaire reliant le quartier côtier au centre-ville appelé l-bulevar. L-playa et l-bulevar, deux termes dérivés de l’espagnol, concentrent depuis l’ère coloniale toute l’animation nocturne de la ville : restaurants, bars, cafés, salons de thé, discothèques et hôtels longent ces deux artères. Durant mon enquête entre 2008 et 2015, ces locaux étaient majoritairement situés dans des immeubles datant de l’époque internationale.

6Essentiellement ville de garnisons militaires, ce n’est qu’au xixe siècle que Tanger devient un pôle économique attractif. Le commerce y connaît une croissance considérable : des commerçants étrangers s’y installent, la ville devient la capitale diplomatique du sultan, et en 1880 elle obtient le monopole de l’importation du tabac et de l’opium. À cette même époque, le tourisme européen qui se développe fait très vite la réputation de la ville qui attire les visiteurs prolongeant ainsi depuis Gibraltar et les côtes sud de l’Espagne leur découverte du détroit (Clément, 1996). Déjà ville-monde, ni totalement soumise au makhzen ni totalement acquise aux étrangers, c’est néanmoins la période dite « internationale » qui est souvent vue comme la première expérience tangéroise de la globalité. Renforcée par le statut politique spécifique de l’internationalisation, cette globalité l’est aussi par le paysage sexuel et festif qui se dessine au fur et à mesure des développements urbanistiques. L’implantation de l’économie nocturne est ainsi inséparable de l’histoire du bâti. Cette articulation se retrouve dans les narrations sur la ville et en particulier celles sur la fête et le licencieux dont les descriptions des espaces permettent de tracer l’évolution des géographies festives (intimes et sexuelles de fait). Tanger est loin d’être la seule ville dont le cosmopolitisme est intrinsèquement lié au développement économique du récréatif sexuel. D’autres villes de la Méditerranée et de manière générale des empires coloniaux connaissent selon des modalités différentes un développement similaire (Hammad, 2016 ; Kozma, 2017 ; Takla, 2018). Il en va ainsi, que l’on pense à la mise en tourisme du monde colonial (Zytnicki, Kazdaghli, 2009) et aux moyens, notamment picturaux, déployés pour susciter la circulation des personnes à des fins de plaisir (Sebbar et al., 2006 ; Blanchard, 2007) ou bien encore à la sexualisation des territoires coloniaux avec l’aménagement de quartiers réservés et de la publicité qui en est faite dans les métropoles, l’encadrement de la circulation des personnes prostituées, la hiérarchisation sur base raciale de l’accès aux commerces sexuels et le contrôle stricte des mixités conjugales (Taraud, 2003b). ‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬

  • 6 Ces constructions viennent prolonger les premiers bâtiments dressés en 1909 en dehors de la Casbah (...)
  • 7 Lieu du pouvoir, le Petit Socco abritera les représentations des différentes légations étrangères j (...)

7Ces établissements apparaissent donc durant la période coloniale à la faveur des investissements immobiliers d’abord dans les années 1930, en dépit du « marasme économique » (Perrier, 2021), puis après la seconde guerre mondiale. Les constructions hôtelières et balnéaires de la Corniche érigées dans les années 19306 (Bravo Nieto, 2001) supplanteront les lieux de plaisir situés dans l’enceinte médiévale de la ville sur la place du Petit Socco (Cheikh, 2020a), centre névralgique de Tanger du début du xixe siècle jusqu’à l’entre-deux guerres7. Elles seront jusqu’en 2015 les lieux phares du divertissement tangérois et connaîtront plusieurs phases de développement notamment entre 1945 et 1960 alors que la ville, zone défiscalisée, attire plusieurs holdings internationales qui nourrissent la spéculation immobilière. Les phases suivantes se tiendront après l’indépendance, d’abord à la fin des années 1960 puis durant les années 1980 et enfin à la fin des années 1990. À chacune de ces phases, le tourisme et son économie de la détente et de la fête fait figure de clé de voûte. Avec l’afflux de nouvelles populations et le développement des jeux, il est l’unique chance qui se présente à Tanger pour sortir de son atrophie économique à en croire les mots de certains décideurs de l’époque (Perrier, 2021). Ce qui illustre l’hypothèse formulée ci-dessus considérant que le festif et le sexuel ne sont pas des effets des économies urbaines en tout genre mais constituent une politique économique à part entière.

8Tout au long de cette période internationale, la population de la ville ne cesse de croître. Après la seconde guerre mondiale, elle double sous l’effet notamment de l’exode rural. Tanger devient très vite le symbole de la ville libérale par excellence où les capitaux circulent librement et les mœurs sont réputées permissives. La présence de certains représentants de la contre-culture beatnik jouera un rôle dans la réputation globale de la ville comme lieu de tous les plaisirs et de toutes les inversions morales (Caraës, Fernandez, 2003 ; Edwards, 2005 ; Dodi, 2010). La plage et la baie deviennent des lieux à la mode, immortalisés par la littérature locale et étrangère qui fait de la ville et de sa fête un motif littéraire à part présent jusqu’aujourd’hui dans les mémoires nostalgiques renouvelées sur Tanger. « Les jambes nues font leur apparition, les couples irréguliers aussi » lit-on par exemple à propos de la plage tangéroise décrite dans le nouveau roman espagnol (Nouhaud, 1998). Le divertissement diurne (autour de la plage de la baie) et nocturne (poursuite de la fête dans les balnéaires) vise d’abord la jeunesse tangéroise d’origine européenne, l’élite cosmopolite, les classes supérieures musulmanes et juives locales ainsi que les touristes. Y gravitent, toutefois, des personnes issues des classes défavorisées pour lesquels la fête peut être un moyen de capitaliser sur sa personne (sa sexualité, ses services d’accompagnement, etc.). La marginalité coloniale constituée par les sujets de l’empire alimente le capitalisme sexuel, lequel ne manque pas d’être soumis aux mesures de réglementation en vigueur.

  • 8 L’appréhension des présences féminines dans les cafés maures en termes de « femmes publiques » par (...)

9Bien que le réglementarisme français soit le cadre de gestion officielle de la prostitution dans l’ensemble du Maroc et que des lieux soit strictement réservés à la pratique de cette dernière les pratiques qui se développent dans les établissements des bâtiments modernes de la Corniche ne sont pas stricto sensu prostitutionnelles et les personnes monnayant leur sexualité échappent parfois au contrôle et à l’enfermement promus par le régime réglementaire (Taraud, 2003a). L’économie festive, diurne et nocturne, de manière générale est le dispositif qui facilite une multitude de pratiques prostitutionnelles avec ou sans contrôle des pouvoirs coloniaux. C’est d’ailleurs ce que montre la résistance des lieux festifs précoloniaux (cafés maures puis leur modernisation en cafés dansant) (Miller, 2005) à l’instauration du système français largement mis en échec par des populations de fêtards et de femmes capitalisant sur leur sensualité (danseuses) et sexualité (prostituées) qui essaient de se soustraire aux définitions strictes que les autorités font de leurs pratiques8. À différentes périodes, on note combien les espaces de l’économie nocturne et les industries du sexe qu’elles abritent – réglementées ou non – sont le produit des forces du marché où s’inventent de nouvelles subjectivités.

  • 9 L’hétéronormativité renvoie aux rapports sexuels, intimes et de genre qui ont lieu dans le cadre d’ (...)

10Dès l’entre-deux-guerres, les espaces de l’économie nocturne qui se développent à Tanger contribuent à rappeler les normes sexuelles définissant à la fois l’hétéronormativité9 et l’ordre racial. Dans une ville internationale à la jonction entre empires coloniaux et métropoles coloniales, ces normes se déclinent selon deux ordres. D’un côté, se trouve l’ordre moral colonial qui hiérarchise les races et tente, afin de garantir une pureté raciale, de limiter la mixité sexuelle aux rapports prostitutionnels. De l’autre, se trouve l’ordre moral, à la fois local et colonial, qui divise et hiérarchise entre les sexes le long d’une ligne de démarcation séparant entre femmes vertueuses et femmes vicieuses, toutes disponibles à la reproduction patriarcale de la ville. Le mariage est pour les deux le lieu légitime où se nouent les rapports hétérosexuels. Chacun de ces deux ordres rappelle que si la sexualité produit la ville, elle le fait de deux manières : par l’espace privé de la chambre conjugale au sein du foyer familial et par l’espace public des différentes formes de prostibules. Avec l’Indépendance, ces ordres moraux se re-configurent à la faveur de l’économie d’une ville qui continuera d’être porté par le festif et le sexuel.

Marocanisation post-indépendante de l’économie nocturne

11Dans une ville marquée, à l’époque coloniale, par la cherté de la vie et le manque de débouchés économiques et sociales (Perrier, 2021), si les plaisirs coloniaux se sont traduits pour les colonisés par une insertion dans le tissu économique marqué par la production de services sexuels, le simple changement de pouvoir aurait quant à lui éradiqué ces déviances apportées par la colonisation. Prostitution et vies nocturnes dissolues constituent un des thèmes centraux des discours et initiatives du mouvement nationaliste, particulièrement actifs dans le Nord. Des pièces de théâtre sont conçues pour mettre en garde contre les maladies urbaines de la fête et de la prostitution vouées à disparaître une fois l’indépendance acquise (Mateo Dieste, 2012). En ces lendemains d’Indépendance, la « nationalisation du lien social » (Rivet, 1997) oblige la retenue dans la dénonciation des maux sociaux. Au niveau national, les statistiques sont utilisées pour démontrer la rupture avec les mœurs dépravées imputées à la colonisation, qui se traduit notamment par la prétendue éradication de la prostitution dans tout le pays (Bennani-Mesdali, 1967 ; Adam, 1972). À l’échelle spatiale, toutefois, l’héritage des économies festives de la colonisation (tourisme, lieux de fête et de détente), se lit dans les lieux des plaisirs de la période post-indépendante qui occupent les mêmes locaux et mettent en relief une continuité plutôt qu’une rupture morale entre les deux périodes. Une continuité surtout spatiale qui rend compte de la vivacité et de l’attrait de ces établissements, peu à peu constitutive d’un divertissement local marocain. La disparition graduelle d’une vie nocturne pensée d’abord par et pour les étrangers – bien que dans les faits la disproportion numérique entre les communautés implique l’inverse – marque quant à elle la transformation sociale qui survient à mesure que les Marocain·e·s s’emparent de la fête de leur ville.

  • 10 L’idée d’une prostitution alimentant exclusivement les désirs d’hommes étrangers est fortement ancr (...)

12Le tourisme est à l’ordre de tous les agendas des politiques économiques pour désenclaver une ville qui a du mal à décoller malgré le maintien des incitatifs fiscaux après la fin du régime international en 1956. Il faut, une fois de plus, entendre par tourisme « économie festive et sexuelle » qui rend possible l’expérience hédoniste qu’une telle activité promet. Entre le milieu des années 1960 et le début des années 1990, des projets axés sur le tourisme sont donc entrepris (Kanai, Kutz, 2011). Mais, en vain, l’attractivité de la ville baisse irrémédiablement. Les établissements de nuit dont les fameux balnéaires de la Corniche accusent alors une diminution drastique de leur activité ainsi que le souligne le Journal de Tanger : sur la vingtaine de balnéaires, seulement quelques-uns d’entre eux restent ouverts toute l’année (Cheikh, 2020a). Même si certaines enseignes proposent des vedettes et des spectacles locales, signifiant ainsi plus ouvertement la conscience qu’elles ont de leur clientèle réelle à savoir des Marocain·e·s plutôt que des touristes étrangers, leur attrait semble très faible. Les économies nocturnes ne sont plus que l’apanage d’une population de fêtard spécifique. Leur reconfiguration se fait notamment à la faveur de l’émergence d’une nouvelle figure hégémonique de l’économie locale. Si les jet-setters, les beatniks, les touristes, les colons et les immigré·e·s européen·e·s symbolisaient les acteurs visibles (avec du poids économique) de la fête internationale, les beznazas vont peu à peu symboliser outrancièrement celle du Tanger nationalisée. Entrepreneurs de la culture et de la revente de la drogue ou businessmen gravitant autour du trafic de cannabis, qui s’installe dès les années 1970 (Mouna, 2010 ; El Omari, Toufiq, 2008 ; Chouvy, 2008) sur les décombres de l’économie cannabique et tabagique du passé, ils font la réputation des espaces nocturnes qui, selon la presse locale, entraine vers le bas celle de toute la ville. C’est aussi à une marocanisation de la prostitution qu’on assiste, c’est-à-dire à un commerce essentiellement animé par et pour des nationaux10 et qui va repenser les fonctions premières des complexes immobiliers initialement prévus pour le tourisme.

  • 11 Des formes similaires perdureront à l’époque coloniale et tenteront de se substituer au réglementar (...)
  • 12 Cette catégorisation est évidemment idéal typique car les deux peuvent se chevaucher notamment dans (...)

13Les études sur la prostitution distinguent généralement deux grandes catégories spatiales : la prostitution indoor et la prostitution outdoor. Utilisées notamment pour décrire l’activité prostitutionnelle dans les pays postindustriels (Europe, Amérique du Nord), ces deux termes servent à différencier entre les pratiques du commerce sexuel et celles se déroulant dehors, généralement sur les trottoirs, les parcs et les bois, les grands axes routiers. Les secondes sont associées à l’ère des économies capitalistes industrielles du xxe siècle par opposition à la privatisation des premières associées quant à elles aux économies capitalistes néolibérales marquées notamment par les nouvelles technologies numériques (réseaux sociaux, forums, sites, etc.) favorisant de nouveaux modes relationnels. Ces deux modalités de la spatialisation du commerce sexuel existent au Maroc. La prostitution dans les espaces de divertissement où l’alcool est commercialisé est loin de constituer la seule forme de l’activité. Si la pratique indoor est plus ancienne et connaît une histoire pré-coloniale11 dans les pays à majorité musulmane où les prostitutions sont intégrées à la ville (Ozbek, 2010 ; Sariyannis, 2008), la pratique outdoor est plus récente12. La première a lieu dans des espaces privatifs tels que des appartements servant officieusement de bordel ou de locatif de passes, les hôtels, les habitations privées tandis que la seconde est, comme susmentionné, étroitement liée aux commerces des boissons alcooliques. Toutefois, sans lien avec les débits de boisson, existe une prostitution de rue plus ou moins visible qui opère de jour comme de nuit sur les places d’embauche [mawqif] où une main-d’œuvre se propose au travail à la journée ou à la tâche aux potentiels employeurs venus recruter pour divers travaux (maçonnerie, construction, agriculture, jardinage, restauration, ménage, etc.). Symbole de la crise de l’emploi au Maroc depuis les années 1980, l’espace du mawqif illustre la perméabilité aux économies intimes qu’implique la flexibilisation du marché du travail notamment féminin. S’y est développé une zone morale où des économies sexuelles pallient, dans les interstices temporels de l’attente, la raréfaction de l’emploi stable. Si les jeunes femmes de cette enquête ne sont pas passées par ces places, leurs expériences hachées de l’emploi a facilité leur capitalisation du sexuel. Toutes ont régulièrement répétées cette phrase signifiant la dérégulation du travail : « Il [recruteur/patron] m’a appelé et m’a dit pas la peine de venir travailler demain. » Sur ces marchés aux employé·e·s, le sexe est une des activités que des demandeuses d’emploi peuvent proposer soit aux clients extérieurs soit aux acolytes masculins à la recherche d’un travail comme elles (Carmona Benito, 2008 ; Cheikh, 2006 ; Laoudi, 2003).

14Sous l’impulsion de la marocanisation évoquée ci-dessus, la reconfiguration va signifier une lecture essentiellement prostitutionnelle des espaces de l’économie nocturne où se logeait jusque-là la prostitution, invisibilisant leur dimension festive – comme si celle-ci ne pouvait être possible que dans le cadre du tourisme ou de la présence étrangère. Toutefois grâce à l’examen attentif des publicités pour les lieux nocturnes dans le principal quotidien local, Le Journal de Tanger, il est possible de tracer la présence du festif. Dès les années 1980, on note la centralité acquise par la culture populaire marocaine, notamment avec la venue à Tanger de stars nationales du sha’bî (les chanteuses Najat Aatabou ou Raymonde ou les orchestres tels Botbol et les troupes de Cheikhates). L’invisibilisation, d’une part, et la localisation du festif au travers des stars nationales qui contribuent à créer une scène festive sporadique, d’autre part, annoncent une réorganisation progressive des espaces de l’économie festive qui ne se fait plus sur base raciale comme à l’époque coloniale mais sur base sociale. La proximité dans certains lieux, avec ce qui est vu comme de « la prostitution traditionnelle » incommode. Ce n’est plus l’existence de zones morales illicites qui dérange, mais la dangereuse contamination potentielle entre des univers sociaux où le festif – désormais accessible honorablement aux deux sexes – devient une déclinaison de son appartenance de classe. La contamination est concomitante de l’apparition sur la scène festive nocturne d’usagères femmes non liées à la prostitution mais liée à l’intimité légitimée et légitimante, définie par l’appartenance à la classe constitutive des nouveaux usages des nouveaux espaces de la nuit. Les requalifications spatiales des décennies 1990 et 2000 se feront avec comme toile de fond les nouveaux idéaux démocratiques de la fête qui s’élèvent dans les consciences des entrepreneurs de la pensée sur la ville : journalistes, intellectuels et planificateurs locaux vont assainir par mots et par projets la ville qui vivra une nouvelle version de la globalité.

Une modernité assainie

15Du début des années 2000 jusqu’à aujourd’hui, suivant en cela la nouvelle donne néolibérale, Tanger et sa région sont soumises à d’importantes transformations. L’urbanisme de projet (Cattedra, 2010) est au cœur du développement et le tourisme demeure la stratégie de développement dominante pour l’économie nationale. Tanger, à l’instar des autres grandes villes du pays, est vouée à y jouer un rôle central et à devenir attractive pour le marché global (Bogaert, 2018). Il s’agit de suivre l’exemple d’autres villes globales et d’internationaliser la ville (Berry-Chikhaoui, 2007) avec la création, une trentaine de kilomètres plus à l’est, du grand port de conteneurisation de Tanger-Med, le développement des zones industrielles existantes à la périphérie, la création de nouvelles zones franches et la rénovation des quartiers du centre-ville. Tanger s’oriente alors vers une économie d’externalisation et concentre tous ses efforts sur « l’entrepreneuriat managérial » qui met au centre la spéculation entrepreneuriale, fait de la ville une marchandise et achève de réduire, dans la lignée des réajustements structuraux des années 1980, les politiques de redistribution collective. La nouvelle organisation des centres régionaux d’investissement (facilitant la création d’entreprises) provoque en 2004 une augmentation de plus de 300 % du nombre d’entreprises créées par rapport à l’année précédente. L’internationalisation passe par une normalisation de l’espace suivant les standards internationaux du réaménagement urbain (marina, hôtels, promenade, centre d’affaires Tangier City Center, résidences de standing, parcs, plaines et commerces de loisirs). En plus de l’industrialisation, la nouvelle gouvernance vise également à relancer le tourisme et à diversifier ses provenances (national, international) et ses objectifs (affaires, loisirs) (Cheikh, 2020 ; Kanai, Kutz, 2011).

16Entre 2000 et 2015, les deux principaux espaces de l’économie nocturne de Tanger (la Corniche ou l-playa et le l-bulevar) connaîtront trois rénovations. Il s’agit d’aérer les espaces et de les dégager de leur image criminelle. Esthétiquement, cela se matérialise avec la destruction de la voie ferrée (repère populeux et point d’attente des jeunes candidats à l’émigration clandestine) qui séparait la plage de la Corniche, le déplacement de la gare ferroviaire, la destruction des dépassements dans le bâti des anciens balnéaires (discothèques, bars et cafés) bouchant la vue sur la mer et l’embellissement de l’avenue d’Espagne, rebaptisée avenue Mohammed vi en 2006. Ces transformations multiples sont à l’image du processus néolibéral décrit par K. Bogaert (2018, p. 76) et pour qui le néolibéralisme est moins l’application d’une doctrine économique prédéterminée à l’avance, mais plutôt la production en continu de changements sociaux remodelés selon les réponses apportées aux défis et aux problèmes qui se posent chemin faisant. Les devenirs et les usages de fait de certains bâtiments construits dans le cadre de projets urbanistiques constituent un exemple éloquent de ces processus néolibéraux. Sensés favoriser le tourisme, ils serviront en définitive, comme nous allons le voir, à matérialiser des zones morales à la marocaine dont la spécificité vient de la mixité entre festif et prostitutionnel. Ce qui fait une zone morale (où se situent les quartiers rouges) ou permet de qualifier un lieu de moralement « déviant », c’est-à-dire un lieu dédié à la « débauche » (prostitution notamment), c’est sa notoriété. La qualité déviante des lieux, comme des personnes, est une question d’étiquetage et de reconnaissance comme tel par des entrepreneurs de morale mais aussi des usagers, des planificateurs, des garants de la sécurité et de l’ordre moral. Dans le Tanger du début du xxie siècle, Bulevar et playa sont des quartiers notoirement liés à la prostitution.

Figure 1. Les espaces du divertissement et de la prostitution du centre-ville tangérois.

Figure 1. Les espaces du divertissement et de la prostitution du centre-ville tangérois.

Photographies : M. Cheikh. Cartographie : Fl. Troin • CITERES 2022.

  • 13 Hawmât shayatîn en marocain, le quartier doit ce nom au fait d’être, depuis l’après-guerre, un li (...)

17Très animé tout au long de l’année, le Bulevar est le théâtre du paseo, promenade vespérale mise à la mode à l’époque internationale par les populations étrangères qui occupaient les grands immeubles à appartements des alentours (El Kouche, Samrakandi, 1996). Dans les ruelles adjacentes dont les noms espagnols apparaissent encore sur certaines enseignes des débits de boisson (bars, cabarets et discothèques), se situe ce que les locaux appellent le « quartier des Diables »13. Des lieux dont les noms rappellent le prestige international d’antan (Hôtel de Paris, Les Ambassadeurs, Morocco Palace) attirent aujourd’hui une clientèle modeste et souvent en état d’ébriété, de nuit comme, parfois, de jour. Ouvriers, chauffeurs de taxi, petits commerçants, prolétaires de la drogue, étrangers, ouvrières travesties en amantes tarifées, prostituées professionnelles, accompagnatrices, petites amies, affairistes, artistes et flambeurs d’une nuit se mêlent aux gardiens de voitures, mendiants et marchands ambulants (de fleurs, de friandises, de cacahuètes ou de mouchoirs) qui interceptent, aux abords des entrées des bars, quelques débordements d’argent. Espace prioritaire de la requalification urbaine, ce quartier connaît une tentative de redressement moral. La rénovation des rues (nouveaux pavés, ravalement des façades et peinture, tentative d’introduction de commerces non-tournés vers l’économie nocturne, installation de mobilier urbains, éclairage, etc.) viseront à redonner une image familiale. Faisant suite aux plaintes successives du voisinage durant les décennies précédentes, il est alors question de rendre le quartier aux « honnêtes » personnes et notamment aux habitants des classes moyennes habitant les appartements situés aux étages supérieurs des établissements nocturnes. Dès 2006, il devient possible d’emprunter des axes jusque-là évités en raison de leur mauvaise réputation et de s’approprier un espace ostensiblement occupé par la clientèle des débits de boissons. Dans le quartier des Diables, l’offre des plaisirs vise les catégories populaires en raison du type de boissons servi (vin, dit rouj, et bières plutôt qu’alcool fort) et des tarifs pratiqués par les tenanciers (en 2009, une bière y coûte environ 20 dirhams, soit moins de la moitié du prix demandé sur la Corniche).

18En contraste avec les décennies 1970 et 1980, la Corniche, qui concentre le gros des 200 boîtes de nuit, bars et cabarets que compte Tanger en 2008, connaît quant à elle une mise à niveau du côté de sa clientèle. Le festif propre qui tentait de s’y imposer concurrence de plus en plus les espaces abritant les transactions sexuelles. Si dans le quartier des Diables, les hôtels de passes se situent au-dessus des lieux de rencontre, du côté de la plage, un quartier résidentiel se spécialise peu à peu dans le locatif de passes. Il s’agit de Marbel, qui reflète bien ce processus par lequel les projets d’aménagements urbains contribuent à façonner les espaces des industries du sexe. Initialement voués au tourisme international, les logements de Marbel sont dans les années 1980 progressivement proposés pour des locations de courte durée à des nationaux, qu’il s’agisse de Marocaines de l’intérieur en quête de fraîcheur durant la canicule estivale ou de Marocaines résidant à l’étranger (Berriane, 1998). Situé à l’extrémité orientale de la plage municipale, le projet de développement urbain Marbel, est généralement l’aboutissement d’une nuit qui a commencé dans les discothèques et bars de la corniche ou, plus rarement, dans ceux du quartier des Diables. À partir des années 1990, parallèlement au développement du tourisme national, le quartier est réputé abriter des « immeubles de passe et de la nuitée ». Régulièrement visé par l’intervention de la police, le site est érigé en problème social par la presse. Entre les années 1980 et 2015, les articles portant sur la prostitution à Marbel dépassent largement en nombre ceux qui concernent d’autres secteurs mal famés comme le quartier des Diables. Cette double orientation vers le tourisme national et prostitutionnel sera confortée, au xxie siècle, par le développement des plateformes en ligne de location saisonnière comme Homeholidays ou Tripadvisor. Les télécommunications ont eu des impacts socio-spatiaux significatifs sur la structure, l’organisation et les mobilités des personnes facilitant d’autres expressions et issues de l’intimité tarifée entre Européens d’origine marocaine et locales (Cheikh, 2018).

  • 14 En logeant des personnes non-mariées, gérants et propriétaires encourent de grands risques, notamme (...)

19L’apparition de Marbel comme quartier rouge, désengorge les hôtels de passe du centre-ville et surtout permet la formation d’un commerce du sexe indépendant c’est-à-dire échappant au contrôle étatique. En effet, les hôtels ordinaires sont soumis à l’obligation de ne louer des chambres qu’aux personnes mariées dès lors que l’une d’entre elles est de nationalité marocaine, ce qui implique un coût élevé pour la réalisation des passes. En effet, les établissements situés en face des discothèques de la plage et servant à la prostitution surtout en hiver, durant la période touristique creuse, exigent des clients et des prostituées qu’ils paient pour deux chambres afin de contourner l’interdiction. Ne prenant ainsi pas de risque14, ils laissent à leurs clientes la responsabilité des infractions à la bonne moralité en cas de contrôle policier et de flagrant délit (plutôt rares). Cette pratique onéreuse a néanmoins favorisé le développement du locatif de passes situé dans des appartements privés que la police des mœurs ne peut contrôler constamment. Marbel est donc le résultat de deux politiques de nature différentes et aux objectifs distincts. D’un côté, se trouve la politique du développement urbanistique qui échoue à valoriser ce complexe qui le sera finalement par une des dimensions de l’économie touristique, la prostitution. De l’autre, il y a la politique des mœurs qui pousse au retranchement indoor et à l’intensification du locatif de passes et ce bien qu’un commissariat soit installé dans le quartier en 2002. Privé et donc moins appréhendable, ce locatif, auquel le nom de bordel ou de maisons de passes est parfois donné, peut être considéré sans méjuger et en dépit d’une absence des chiffres, comme le secteur principal de la prostitution. Quoiqu’il en soit, il demeure un secteur du tourisme mis en avant. Afin de prouver le renouveau de la ville et favoriser flux et investissements, les commentateurs économiques n’hésitent pas à inclure dans le comptage des nuitées celles des appartements privés dont celles de Marbel (Cheikh, 2020).

  • 15 Cosmopolite renvoie ici non pas à l’élite internationale de la ville uniquement mais englobe toutes (...)

20Marbel est un bel exemple des effets d’une politique urbaine qui assainit les quartiers et favorise, sans que les raisons morales soient au cœur de la prise de décision urbanistique, des zones reconnaissables du travail sexuel. La concentration en un lieu donné apparaît plus clairement après la destruction de tous les balnéaires et la création d’une marina sur la corniche. En 2015, l’ensemble des discothèques et cabarets sont rasés et un lieu spécifique à la sortie de la ville leur sera dévolu, ce qui pourrait contribuer à réduire l’éclatement des lieux de prostitution dans la ville. L’imbrication que nous postulons entre économie de la ville et sexualité démontre toutefois que des résistances au cloisonnement de la part des acteurs économiques modèrent les tentatives à la spécialisation spatiale. Si en majorité les lieux nocturnes quittent leur ancien emplacement, un seul établissement, le plus rentable et ayant fait la réputation prostitutionnelle globale de la ville, sera reconstruit sur une portion retirée de la nouvelle Marina. Ce lieu enclavé, ainsi que le site Marbel et le nouvel espace de l’économie nocturne prévu à l’extérieur du centre-ville forment les nouveaux espaces de la prostitution désormais à l’abri des regards. L’économie globale localisée (Requena et al., 2018) a réussi à réaliser ce que n’avaient pas réussi à faire la construction de hauts murs – entourant les balnéaires jusqu’en 2005 –, la mise en place de systèmes de camouflage (rideaux, paravents, vitres fumées) – classique de l’aménagement des espaces immoraux au Maroc (Chaudat, 2020) – ou encore la gestion spatiale des personnes, abordée ci-dessous. Cette redistribution spatiale des économies sexuelles n’est pas simplement le produit d’une politique urbanistique uniforme calquée sur le modèle mondial. Elle est réalisée sur les vestiges d’une histoire de l’espace nocturne qui est passée en un siècle (1920-2020) de la hiérarchisation raciale et sociale d’une production d’un sexuel prétendument cosmopolite15 à la hiérarchisation sociale d’une sexualité marocanisée suivant des lignes de classes. Toutefois, un retour sur les lieux en juin 2022 démontre que la spécialisation spatiale qui était en train de se dessiner n’a été que de courte durée puisque à l’entrée de l’été les anciens balnéaires étaient en cours de réinstallation sous l’esplanade afin d’accueillir les estivaliers (touristes et Marocains résidant à l’étranger – MRE). Demeurant à l’abri des regards, ils réinvestissent à la fois leurs anciens noms mais aussi les emplacements historiques (Fig. 2). Nous pouvons supposer que ce retour qui n’était pas à l’ordre du jour avant 2020 est peut-être un des effets négatifs que la pandémie de la Covid-19 a eu sur l’économie de la ville qui reste tributaire de l’industrie du divertissement.

Figure 2. Retour inattendu des discothèques de la Corniche, fermées définitivement en 2015.

Figure 2. Retour inattendu des discothèques de la Corniche, fermées définitivement en 2015.

Photographies : M. Cheikh, 2009 et juin 2022.

21La réorganisation de la stratification sociale au Maroc, avec l’émergence d’une classe moyenne sous l’impulsion des politiques de modernisation (alphabétisation, éducation universitaire, emplois qualifié), entraîne l’apparition de nouveaux désirs qui s’expriment dans la consommation. Les loisirs deviennent peu à peu au fil des décennies des objets de consommation. Ils impliquent un nouveau rapport à l’espace des publics de plus en plus mixtes : femmes et hommes utilisent l’espace à des fins de détente (cafés, restaurants, parcs, plages, promenades urbaines, etc.). L’espace public devient alors un champ de lutte pour le maintien de sa bonne moralité. Aussi, à l’assainissement urbain des voies, des façades et des fonctions immobilières correspond un autre, celui des mœurs et des personnes. Assainissement urbain et assainissement moral reflètent les nouveaux rapports à l’intime qui constituent la ville et l’urbanité. Les aménagements spatiaux remodèlent les configurations sociales, laissant se former de nouveaux espaces sociaux de l’intimité et de la sexualité (Gaissad, 2020). La progressive séparation entre festif moral et festif immoral s’opère d’abord pour l’élite au cours des décennies après l’indépendance puis, dès les années 1990, pour une population plus large acquise à l’idéal démocratique du divertissement hétérosexuel. La tolérance de la participation des femmes à la bonne fête, celle qui se fait sans l’attente d’échanges monétaires, y fait figure de marqueur de distinction : l’envers de cette acceptation moderne étant l’intolérance à l’égard de la présence du sexe commercialisé dans les espaces d’économie nocturne. Cette intolérance prend racine dans l’introduction progressive de nouveaux idéaux moraux au Maroc qui bousculent l’appréhension des mondes de la nuit. Soumis à une opération de reconquête telle qu’elle transparaît dans les débats publics sur les nuits tangéroises (Cheikh, 2020), ils correspondront peu à peu, jusqu’à la veille de leur complète démolition, à l’idéal du festif pur et de l’amusement pour soi désintéressé.

Hétéronormativité marocaine néolibérale

  • 16 Pour un retour sur la nostalgie du Tanger mythique, voir Aïdi (2019).

22Contrairement à ce que les projets pour le développement touristique pourraient laisser croire, le Tanger des années 2000, est loin d’être une ville tournée vers le divertissement des étrangers. Si le moteur de la nostalgie tourne à plein régime – on ne compte plus les reportages dédiés à l’exceptionnalité du Tanger international16 – la ville n’est pas la réplique du Tanger colonial. Elle demeure, toutefois, une ville de divertissement et de loisirs. Ce qui est moins dit est qu’elle l’est pour toutes les catégories sociales de la population. C’est peut-être ce qui constitue un des éléments de la réussite du discours sur la nostalgie lequel fonctionne sur l’aspect interlope de la ville. Avant la rénovation et la destruction de tout ce qui contribuait à créer des espaces clos, cachés, obscurs – un des objectifs de la rénovation sous le gouverneur Mohamed Hassad est d’ouvrir la ville – le mélange des populations sur la scène festive frappait avec force les premiers visiteurs à tel point qu’elle a constitué un des thèmes littéraires. Après, s’installe progressivement une distinction entre le festif pour la fête et le festif où se loge le commerce sexuel. L’effet en est la division de plus en plus clair entre les lieux et leurs objectifs selon fête et prostitution. À destination d’une clientèle plus dotée et issue des classes moyennes et supérieures, les établissements veillent eux-mêmes à offrir des espaces festifs dénués de toute prostitution ou, à l’inverse, à se spécialiser dans un divertissement abritant toutes formes de transactions sexuelles. Certains établissements trient sur le volet les présences féminines, d’autres veillent à ce que les pratiques prostitutionnelles demeurent invisibles et silencieuses et d’autres au contraire accueillent et cadrent officieusement un travail sexuel qui fait fi des raisons multiples de pratiquer des femmes.

23La consolidation d’une clientèle de l’économie nocturne va faciliter l’assainissement moral et social, de la Corniche en particulier, selon les idéaux modernes de la vie nocturne. Concernant l’assainissement social, il convient de revenir sur l’arrivée d’une population d’« indésirables ». De même qu’à l’époque internationale, le développement économique de la ville dès les années 1990 attire une population provenant cette fois-ci de ce que les Tangérois appellent l’intérieur ou d-dakhīl. L’appel d’une main-d’œuvre ouvrière va susciter l’arrivée en ville de jeunes femmes se proposant à l’embauche dans les usines des zones franches ou dans les services. Issues des premières vagues de la féminisation massive du marché du travail, conséquence des coupes budgétaires après les politiques d’ajustements structurels, la plupart des jeunes femmes de cette enquête ont eu des expériences professionnelles dans le secteur industriel (textile notamment) avant de venir s’installer dans le Nord. La flexibilisation susmentionnée qui dérégule le marché de l’emploi dans l’ensemble du pays pousse de nombreuses ouvrières en provenance de Salé, Casablanca, Agadir et leurs alentours à tenter leur chance à Tanger. La précarité est ce qui les y amène. Il faut ici comprendre par précarité à la fois le manque en termes de revenu mais aussi le manque de moyens ou de capitaux pour s’insérer sur le marché matrimonial. Ces deux pannes au niveau de l’insertion sociale des jeunes femmes aggravent les inégalités et expliquent en partie leur entrée graduelle dans l’industrie du sexe. En partie seulement parce que la reconfiguration des économies de loisirs, véhiculant l’idéal démocratique de consommation hédoniste, ne parle pas qu’aux classes favorisées. À l’expérience personnelle de la migration et du travail féminin s’ajoute celle de la ville que l’on habite seule ou en colocation avec des amies ou parfois avec un concubin. Ces expériences reconfigurent les formes d’identification à la ville, d’usages urbains et d’inscription citadine.

24Le divertissement notamment nocturne est une de ces formes. La modernité par le festif introduit une séparation de plus en plus nette entre les espaces hétéronormatifs et les espaces du commerce sexuel. Par hétéronormatif, j’entends ici les espaces sur lesquels est projeté un idéal relationnel entre les sexes. Les établissements nocturnes sont des espaces qui privilégient une certaine idée des rapports intimes entre les sexes. Ces rapports dépendent du credo moral dominant. Dans le cadre de l’indistinction entre prostitution et fête dans les établissements nocturnes, l’idéal moral qui est projeté sur ces espaces est celui de rapports de genre à la faveur des hommes. Ces derniers accèdent librement à des femmes « déliées » et « déviantes », tandis que leurs fiancées et épouses « vertueuses » demeurent à la maison où elles cultivent leur capital de femmes de « bonne famille ». L’espace festif est pensé pour la fête licencieuse des hommes dont il faudrait contenir les débordements instinctifs. La nécessité de distinguer entre les pratiques abritées par les espaces nocturnes se fait avec l’émergence d’un idéal moral moderne où les femmes sont tolérées en tant que consommatrices de fête. Afin de protéger la « vertu » de ces modernes de « bonne famille » éprises de divertissement nocturne, il convient de nettoyer les lieux et d’en exclure celles qui pourraient venir monnayer leurs services sexuels ou de les tenir à distance dans une gestion spatiale de l’urgence consistant à créer un cordon sanitaire imaginaire entre les vertueuses égarées dans des lieux de joie ou à les placer dans des endroits stratégiques. Ce qui est pris en compte dans ces petits aménagements intérieurs ou ces règlements définitifs sur le type de clientèle acceptée à l’entrée, c’est l’évolution des mœurs à Tanger mais aussi dans le reste du pays. Ils reflètent l’actualité de l’hétérosexualité monogame au Maroc où le divertissement et l’intimité avant le mariage deviennent petit à petit une norme sociale.

25Le déménagement progressif de la prostitution, qui culmine en 2015 avec la destruction susmentionnée de tous les établissements de la corniche, a participé de la mise en place d’un divertissement fondé sur une éthique des relations entre les sexes éloignée de l’idéal de piété constituant également une des valeurs centrales de la société marocaine. Cette éthique vante les vertus du couple hétérosexuel et de la conjugalité basée sur des principes d’égal accès à l’amusement, aux lieux de la fête sans être considérée pour une prostituée lorsqu’on est une femme. Les espaces de la fête dédié au sexe et à l’intime bon teint deviennent l’antichambre de la conjugalité hétérosexuelle. La mise à niveau de Tanger est la vitrine de la modernité assainie voulue par les pouvoirs et par les nouvelles classes sociales en mesure d’incarner la globalité. On passe avec cet assainissement moderne d’un ordre moral à un ordre social puisque ce renouvellement spatial affecte l’intimité et la sexualité des personnes précaires notamment des jeunes femmes actrices sous des modalités très diverses des économies sexuelles de la ville. En séparant entre les fêtardes vertueuses et les non-vertueuses, on a structuré une stratification de l’intime par les appartenances sociales : aux femmes respectables la capacité à s’amuser dignement – avec moralité et sans recourir à l’argent ; aux précaires l’incapacité d’être considérée au-delà de la capitalisation qu’elles font de leur sexualité.

26À Tanger, cette stratification est concrètement soutenue par la transformation du travail policier en charge de l’assainissement moral qui apparaît, sous la pression des revendications citoyennes locales dès la décennie 1990. Les brigades des mœurs en charge du contrôle moral de la chaussée, qu’elles imposent au moyen des articles du code pénal interdisant la sexualité hors mariage (article 490), intégreront dans leurs pratiques d’arrestations le filtre séparant entre femmes vertueuses non mariées et les autres. Ces dernières, appartenant aux franges défavorisées des classes populaires, voient leurs usages des espaces de l’économie nocturne toujours suspectés. Même lorsque leurs présences n’ont d’autres objectifs que la fête le soupçon demeure à leur égard (Cheikh, 2020). Par ailleurs, cette logique créant de nouvelles catégories autour de la fête et de l’amour selon des lignes hétéronormatives, empêche de saisir les formes d’une sexualité et d’une intimité, où les façons de faire du passé s’actualisent, et d’intégrer des catégories alternatives de lien entre les sexes où l’argent prédomine. Les zones morales en se privatisant dans des espaces comme ceux de Marbel, ont permis que résiste une fête qui conjugue amitié et prostitution, une fête des pauvres. Dans le privé des appartements loués à la nuitée, les usages d’un quartier des diables et de quelques balnéaires ayant fait le choix (jusqu’à leur disparition en 2015) de maintenir le commerce du sexe, sont prolongés.

Conclusion

27Le réaménagement urbain néolibéral de Tanger offre une perspective matérielle essentielle pour comprendre la production de l’intimité et de la sexualité selon des lignes de classe et de genre rendues visibles par les nouveaux espaces urbains ré-agencés. Le choix de cette porte d’entrée a l’avantage de montrer les liens qu’il y a entre la fabrication d’espaces dédiés au divertissement et aux loisirs et l’élaboration de subjectivités intimes légitimes ou illégitimes. D’une part, la nouvelle impulsion de croissance de la ville a non seulement échoué à surmonter les défis sociaux et spatiaux hérité des politiques développementalistes et du passé colonial, elle a contribué à une aggravation des inégalités. D’autre part, cette impulsion en re-configurant les économies locales de loisirs et de divertissement a fragmenté sur une ligne de classe et de genre les formes d’identification à la ville, d’usages urbains et d’inscription citadine. Une question finale se pose : est-ce que la rénovation des espaces urbains, dans une logique d’optimisation de la ville néolibérale qui s’accompagne comme cela a été démontré d’une marginalisation des groupes sociaux, aboutit à une marginalisation de certains groupes féminins et à un renforcement du lien entre prostitution et filles pauvres dans les pays comme le Maroc ? En d’autres termes est-ce que filles pauvres et divertissement sont deux termes incompatibles ? Comment penser le divertissement de ces jeunes femmes sans l’imputer à la prostitution ? Comment rendre compte de cette dimension importante aux yeux des « filles qui sortent » se divertir, trouver un mari afin de devenir respectable et – dans l’attente – capitalise sur leur sexualité et leur intimité de manière plus ou moins professionnelle ? La gestion urbanistique y répond en partie.

Haut de page

Bibliographie

Adam A., 1972, Casablanca. Essai sur la transformation de la société marocaine au contact de l’Occident, Paris, Éditions du CNRS.

Aidi H., 2019, “So Why Did I Defend Paul Bowles?”, The New York Review, 20/12/2019. https://www.nybooks.com/daily/2019/12/20/so-why-did-i-defend-paul-bowles/

Bennani-Mesdali K., 1967, « Quelques considérations sur la prostitution au Maroc », Revue tunisienne de Sciences sociales, no 11 (4).

Bernstein E., 2001, “The Meaning of the Purchase: Desire, Demand and the Commerce of Sex”, Ethnography, vol. 2, no 3, p. 389-420. https://doi.org/10.1177/14661380122230975

Bernstein E., 2007, “Buying and Selling the ‘Girlfriend Experience’. The Social and Subjective Contours of Market Intimacy”, p. 186-202, in Padilla M.B., Hirsch J.S., Muñoz-Laboy M., Sember R.E., Parker R.G., Love and Globalization: Transformations of Intimacy in the Contemporary World, Nashville, Vanderbilt University Press.

Berriane M., 1998, « La baie de Tanger (Maroc). Aménagement touristique ou opération immobilière ? », Les Cahiers d’Urbama, no 14, p. 91-103.

Berry-Chikhaoui I., 2007, « Les citadins face aux enjeux d’internationalisation de la ville. Casablanca et Marseille : où est le Nord ? Où est le Sud ? », Autrepart, 2007/1, no 41, p. 149-163. https://doi.org/10.3917/autr.041.0149

Blanchard P., 2007, « Le Maroc dans l’affiche française (1906-1956). Entre monde médiéval et colonie idéale », Mélanges de la Casa de Velázquez, no 37-1 | 2007, p. 131-154. https://doi.org/10.4000/mcv.3175

Bogaert K., 2018, Globalized Authoritarianism: Megaprojects, Slums, and Class Relations in Urban Morocco, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Bravo Nieto A., 2001, Arquitectura y urbanismo español en el norte de Marruecos, Séville, Junta de Andalucía.

Caraës M.-H., Fernandez J., 2003, Tanger ou la Dérive littéraire. Essai sur la colonisation d’un lieu : Barthes, Bowles, Burroughs, Capote, Genet, Morand… Paris, Publisud.

Carmona Benito S., 2008, La prostitution dans les rues de Casablanca, Casablanca, Toubkal.

Cattedra R., 2010, « Les grands projets urbains à la conquête des périphéries », Les Cahiers d’EMAM, no 19, p. 58-72. https://journals.openedition.org/emam/114

Chaudat P., 2020, « Les usages de l’alcool à Meknès (Maroc) : entre interdits, censure et autocensure », L’Année du Maghreb, 22 | 2020, p. 263-274. https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.6596

Cheikh M., 2006, Échanges sexuels et prostitutions au Maroc. Autonomisation et rapports de genre, Mémoire de master 2 en Anthropologie, Université de Provence.

Cheikh M., 2018, « De l’amour tarifé au don d’amour. Intimité et sexualité entre filles qui “sortent” et garçons de la diaspora marocaine », Migrations Société, 2018/3, no 173, p. 51-64. https://doi.org/10.3917/migra.173.0051

Cheikh M., 2020, Les filles qui sortent. Jeunesse, sexualité et prostitution au Maroc, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles.

Chouvy P.-A., 2008, « Production de cannabis et de haschich au Maroc : contexte et enjeux », L’espace politique, 4 | 2008-1. http://journals.openedition.org/espacepolitique/59

Clément J.-F., 1996, « Tanger avant le statut international de 1923 », Horizons Maghrébins. Le droit à la mémoire, no 31-32, p. 10-16. https://doi.org/10.3406/horma.1996.1544

Dodi C.A., 2010, Villes invisibles de la Méditerranée. Naples, Alexandrie et Tanger, Paris, L’Harmattan.

Edwards B.T., 2005, Morocco Bound. Disorienting America’s Maghreb, from Casablanca to the Marrakech Express, Durham, Duke University Press.

El Kouche B., Samrakandi M.H., 1996, « Tanger au miroir d’elle-même », Horizons Maghrébins. Le droit à la mémoire, no 31-32, p. 6-8. https://www.persee.fr/doc/horma_0984-2616_1996_num_31_1_1542

El Omari F., Toufiq J., 2008, « Le cannabis au Maroc : historique et épidémiologie », p. 137-146, in Streel E., Chinet L. (dir.), Cannabis. Approches thérapeutiques contemporaines, Bruxelles, De Boeck.

Ennaji M., 1994, Soldats, Domestiques et Concubines. L’esclavage au Maroc au xixe siècle, Paris, Balland.

Gaissad L., 2020, Hommes en chasse. Chroniques territoriales d’une sexualité secrète, Paris/Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre.

Hammad H., 2016, Industrial Sexuality. Gender, Urbanization, and Social Transformation in Egypt, Austin, University of Texas Press.

Hubbard P., 2011, Cities and Sexualities, Abingdon/New York, Routledge.

Kanai M., Kutz W., 2011, “Entrepreneurialism in the Globalising City-Region of Tangier, Morocco”, Tijdschrift voor economische en sociale geografie, vol. 102, issue 3, p. 346-360. https://doi.org/10.1111/j.1467-9663.2010.00622.x

Kozma L., 2017, Global Women, Colonial Ports. Prostitution in the Interwar Middle East, New York, State University of New York Press (Suny Press).

Laoudi M., 2003, Petits entrepreneurs de la pauvreté et activités marchandes de rue à Casablanca (Maroc), Thèse de doctorat en Géographie, sous la dir. de G. Simon, Université de Poitiers.

Maginn P.J., Steinmetz C., 2014, “Cosmo-sexual Sydney. Global city status, urban cosmopolitanism and the (sub)urban sexscape”, p. 19-43, in Maginn P., Steinmetz C. (ed.), (Sub)Urban Sexscapes. Geographies and Regulation of the Sex Industry, New York, Routledge.

Mateo Dieste J.L., 2012, “Representing Modernity: The Nationalist Theatre in Colonial Northern Morocco”, Journal of Islamic Studies, vol. 23, no 2, p. 199-224. https://doi.org/10.1093/jis/ets040

Miller S.G., 2005, “Finding Order in the Moroccan City: The Ḥubus of the Great Mosque of Tangier as an Agent of Urban Change”, Muqarnas, vol. 22, p. 265-283.

Mouna K., 2010, Le bled du kif. Économie et pouvoir chez les Ketama du Rif, Paris, Ibis Press.

Nouhaud D., 1998, « Expériences du temps et lieux d’indétermination : La vida perra de Juanita Narboni de A. Vázquez, Amado monstruo de J. Tomeo », p. 135-148, in Lissorgues Y. (dir.), La rénovation du roman espagnol depuis 1975, Toulouse, Presses universitaires du Mirail (PUM).

Ozbek M., 2010, “The Regulation of Prostitution in Beyoğlu (1875-1915)”, Middle Eastern Studies, vol. 6, no 4, p. 555-568.

Perrier A., 2021, « Tanger, ville fermée. Le sabotage économique d’une ville internationale par la France et l’Espagne (1912-1956) », 20 & 21. Revue d’histoire, 2021/2, no 150, p. 65-79. https://doi.org/10.3917/vin.150.0065

Requena A.T., Soriano-Miras R.M., Solís M., Kopinak K., 2018, Localized Global Economies on the Northern Borderlands of Mexico and Morocco, New York, Palgrave Macmillan.

Rivet D., 1997, « Carlier Omar, Entre Nation et jihâd. Histoire sociale des radicalismes algériens », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 55, p. 168-170.

Sariyannis M., 2008, “Prostitution in Ottoman Istanbul, Late Sixteenth-Early Eighteenth Century”, Turcica, no 40, p. 37-65.

Sebbar L., Taraud C., Belorgey J.-M., 2006, Femmes d’Afrique du Nord. Cartes postales (1885-1930), Saint-Pourçain-sur-Sioule, Bleu autour.

Soum-Pouyalet F., 2007, Le Corps, la Voix, le Voile. Cheikhat marocaines, Paris, CNRS Éditions.

Taferssiti R., 2012, « Tanger, la ville mythique », p. 261-320, in Bossio S.N., Un rapprochement entre les édifices historiques et patrimoniaux de Malaga, Tétouan, Nador, Tanger, Al Hoceima, Málaga, Servicio de Programas del Ayuntamiento de Málaga, Observatorio de Medio Ambiente Urbano (OMAU).

Takla N., 2018, “Murderous Economies: Sex Trafficking and Political Economic Change in Alexandria, Egypt, 1914-1921”, Égypte/Monde arabe, 17 | 2018, p. 23-47. https://journals.openedition.org/ema/

Taraud C., 2003a, « Jouer avec la marginalité : le cas des filles soumises “indigènes” du quartier réservé de Casablanca dans les années 1920-1950 », clio. Femmes, Genre, Histoire, p. 65-86. https://journals.openedition.org/clio/582

Taraud C., 2003b, La prostitution coloniale. Algérie, Tunisie, Maroc (1830-1962), Paris, Payot.

Zelizer V., 2006, « Viviana Zelizer, “l’argent social”. Entretien avec Florence Weber », Genèses, 2006/4, no 65, p. 126-137. https://doi.org/10.3917/gen.065.0126

Zemni S., Bogaert K., 2011, “Urban renewal and social development in Morocco in an age of neoliberal government”, Review of African Political Economy, vol. 38, issue 129, p. 403-417. https://doi.org/10.1080/03056244.2011.603180

Zytnicki C., Kazdaghli H. (dir.), 2009, Le tourisme dans l’empire français. Politiques, pratiques et imaginaires, Paris, Société française d’histoire des outre-mers.

Haut de page

Notes

1 En Europe, c’est par exemple le cas des Pays-Bas ou de la Belgique.

2 Les autres activités, massages, pornographie, escorting, vente de sexe virtuel restent invisibilisés et effectués en « auto-entrepreneur·e·s ».

3 Les eros center sont des établissements dédiés aux métiers de l’érotisme et du sexe où exercent les travailleureuses du sexe. Les massage parlour sont des lieux où sont proposés des massages avec des services de « finition » sexuels.

4 Pour la définition de indoor, voir en infra.

5 Cet article se base sur une ethnographie longitudinale menée à Tanger dans le cadre d’une thèse de doctorat, entre 2008 et 2015 sur les pratiques prostitutionnelles de jeunes femmes. L’ethnographie a consisté à partager des colocations avec de jeunes femmes pratiquant la prostitution (terme qu’elle préfère à celui de travail du sexe), à observer, fréquenter les lieux de prostitution et à analyser la gestion étatique de l’activité (travail de la police) : voir Cheikh, 2020.

6 Ces constructions viennent prolonger les premiers bâtiments dressés en 1909 en dehors de la Casbah et de sa médina, en face du port, dits « Immeubles Renshhaussen » (Taferssiti, 2012).

7 Lieu du pouvoir, le Petit Socco abritera les représentations des différentes légations étrangères jusqu’à la fin du statut administratif international de la ville même lorsque les activités économiques seront décentrées vers la ville nouvelle construite autour du boulevard Pasteur et de la Corniche.

8 L’appréhension des présences féminines dans les cafés maures en termes de « femmes publiques » par les commentateurs et les administrateurs coloniaux, insuffisamment remise en question par les historiens, mériterait une révision qui prendrait en compte les idées indigènes de « femmes libres » et leur évolution dans le contexte du système d’esclaves et de concubines existant jusque dans la première moitié du xxe siècle (Ennaji, 1994). Une articulation avec des catégories telles que celle de la cheikha – artiste complète longtemps réduite à la prostitution par le filtre du jugement colonial (Soum-Pouyalet, 2007) – aiderait à mieux définir les modalités normatives de la capitalisation sexuelle.

9 L’hétéronormativité renvoie aux rapports sexuels, intimes et de genre qui ont lieu dans le cadre d’une relation hétérosexuelle.

10 L’idée d’une prostitution alimentant exclusivement les désirs d’hommes étrangers est fortement ancrée mais ne résiste pas à l’examen de la réalité qui montre que les publics de la vente et l’achat de sexe sont exclusivement Marocain·e·s.

11 Des formes similaires perdureront à l’époque coloniale et tenteront de se substituer au réglementarisme français qui enferme, met en carte et organise la sexualité illégitime quitte à englober des pratiques plus lâches (Taraud, 2003, 2006).

12 Cette catégorisation est évidemment idéal typique car les deux peuvent se chevaucher notamment dans le cas d’un racolage outdoor et d’un service rendu indoor.

13 Hawmât shayatîn en marocain, le quartier doit ce nom au fait d’être, depuis l’après-guerre, un lieu associé aux transgressions morales (alcool, prostitution, homosexualité).

14 En logeant des personnes non-mariées, gérants et propriétaires encourent de grands risques, notamment celui d’être considérés comme proxénète ou comme établissement abritant la débauche.

15 Cosmopolite renvoie ici non pas à l’élite internationale de la ville uniquement mais englobe toutes personnes et communautés locales et étrangères constituant le tissu social tangérois : musulman·e·s, juif·ve·s, chrétien·ne·s, Européen·e·s, Marocain·e·s, etc.

16 Pour un retour sur la nostalgie du Tanger mythique, voir Aïdi (2019).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les espaces du divertissement et de la prostitution du centre-ville tangérois.
Crédits Photographies : M. Cheikh. Cartographie : Fl. Troin • CITERES 2022.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/4146/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 613k
Titre Figure 2. Retour inattendu des discothèques de la Corniche, fermées définitivement en 2015.
Crédits Photographies : M. Cheikh, 2009 et juin 2022.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/4146/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mériam Cheikh, « Aménager l’espace, déménager la prostitution : évolution des espaces dédiés aux plaisirs intimes et sexuels à Tanger »Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 34 | 2022, mis en ligne le 16 décembre 2022, consulté le 19 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/emam/4146 ; DOI : https://doi.org/10.4000/emam.4146

Haut de page

Auteur

Mériam Cheikh

Anthropologue, Inalco, Paris
meriamcheikh@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search