Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34Territoires de violences et dissi...[FOCALE] Ceuta et Melilla, espace...

Territoires de violences et dissidences versus initiatives locales et expériences de patrimonialisation

[FOCALE] Ceuta et Melilla, espace frontière sous tension

Ceuta and Melilla, border area under tension
Mohamed Berriane

Texte intégral

1Ceuta et Melilla – Sebta et Mlilia pour les Marocains –, sont deux villes-enclaves espagnoles en terre africaine, sur le littoral méditerranéen marocain. Elles représentent le double cas particulier de villes espagnoles enclavées dans le continent africain d’une part et de villes marocaines occupées par l’Espagne depuis le xve siècle et toujours revendiquées par le Maroc d’autre part. Cette situation, qui est le prolongement de la Reconquista achevée par les Rois catholiques au xve siècle et de l’expansion coloniale espagnole du xixe siècle, est intéressante à plus d’un titre. En effet, au-delà du conflit territorial que pose le processus de décolonisation toujours en cours, les deux villes représentent aujourd’hui, avec les villes marocaines limitrophes – le complexe Fnideq-Tétouan pour Ceuta et l’ensemble Nador-Bni Ansar pour Melilla –, des doublets urbains au fonctionnement transnational d’espaces-frontières élargis. Caractérisées par la présence historique de plusieurs groupes socio-cultuels (musulmans, chrétiens, juifs, hindous), les sociétés de ces enclaves se complexifient aujourd’hui avec la forte pression des immigrés africains qui essaient de les gagner pour atteindre l’Europe.

Une présence espagnole sur les côtes marocaines, prolongeant le mouvement de la Reconquista et de l’expansion coloniale

2Après la chute de Grenade en 1492, la reconquête chrétienne de l’Andalousie musulmane se poursuit sur la rive sud de la Méditerranée avec la prise de Melilla en 1497, alors que Ceuta avait été prise par les Portugais en 1415. Poursuivant cette offensive, l’Espagne s’implante sur différents sites côtiers du Maroc entre 1497 et 1541, sans parvenir à pénétrer les arrière-pays en raison d’une résistance et d’attaques incessantes des tribus de l’intérieur. Cette résistance conduit les Espagnols à rétrocéder plusieurs des sites occupés ; ils ne garderont que Melilla et les peñones [îlots ou rochers fortifiés] de Vélez de la Gomera et d’Alhucemas, tout en récupérant Ceuta, cédée par les Portugais en 1640. Enfin, en 1848, ils s’emparent de l’archipel des îles Chafarinas, situé au large de Melilla (Zurlo, 2005).

3Avec l’établissement du Protectorat espagnol sur le nord du Maroc entre 1912 et 1956, les deux villes de Ceuta et Melilla jouent le rôle de véritables têtes de pont de la pénétration coloniale espagnole qui débute par une guerre meurtrière contre la résistance d’Abd-el-Krim, entre 1921 et 1926. À l’avènement de l’Indépendance en 1956, le Maroc récupère la zone nord puis, entre 1958 et 1975, les territoires des Aït Baamrane autour d’Ifni, la zone sud du Protectorat de Tarfaya, la seguia el-Hamra et Oued Dahab. L’Espagne conserve néanmoins le contrôle de Ceuta et Melilla et des peñones que revendique depuis le Maroc.

4Les deux villes auront, jusqu’au milieu du xixe siècle, une double fonction militaire et carcérale ; elles sont, de ce fait, davantage des garnisons, avec une population de militaires et de déportés, que de véritables villes. Et ce n’est qu’en 1863, lorsqu’elles sont déclarées ports francs, que la population se diversifie, avec notamment le retour des Marocains musulmans et l’arrivée de juifs séfarades, et qu’une vie économique s’y structure, basée sur le commerce avec l’arrière-pays. Ceuta devient alors un véritable port et Melilla prend son essor grâce à l’exploitation du fer des mines d’Ouixane, près de Nador (Berriane, Hopfinger, 1999). Avec l’Indépendance du Maroc et le rétrécissement de leurs hinterlands, elles connaissent un fort déclin, mais se rattrapent grâce à la contrebande qui s’installe entre ces hinterlands et le reste du pays.

5Aujourd’hui, chacune des deux villes dépasse 80 000 habitants (86 026 pour Melilla et 84 519 pour Ceuta en 2015) sur des territoires très exigus (12,3 km2 pour Melilla et 19 km2 pour Ceuta), avec une population d’Espagnols et de Marocains vivant essentiellement du commerce, de quelques emplois dans l’Administration et l’Armée. Il va de soi que cette économie basée sur le seul commerce est extrêmement vulnérable comme en témoigne un taux de chômage d’environ 30 %. Considérées comme les portes de l’Europe pour l’immigration africaine, les deux villes subissent ces dernières années une très forte pression de l’immigration clandestine. Et, malgré un dispositif de surveillance très poussé (double clôture de barbelés de 12 km de long, miradors avec gardes-frontières armés, câbles souterrains reliés à des capteurs électroniques pour détecter le moindre bruit ou mouvement, système d’éclairage, caméras de vision nocturne, triple grillage, hélicoptère équipé de caméras thermiques, etc.), les tentatives groupées d’escalade des barrières par des immigrés munis de crochets et de chaussures cloutées ne s’arrêtent pas.

Le fonctionnement transnational d’un espace frontalier élargi

6L’existence d’une frontière internationale entre Nador et Melilla d’un côté et Fnideq et Ceuta de l’autre n’a jamais empêché que s’établissent entre les enclaves et les villes marocaines voisines des relations commerciales intenses, chacun des éléments des deux binômes pouvant difficilement vivre sans l’autre ; J.-F. Troin a, dans les années 1960, démontré la complexité et l’intensité des relations, dans les deux sens, entre Melilla et Nador (Troin, 1967).

7Cette situation s’explique par le statut particulier de ces deux villes : transformées en ports francs en 1863, elles bénéficient chacune, depuis 1955, d’une loi sur le régime économique et financier, promulguée par l’Espagne à la veille de l’Indépendance du Maroc, qui se traduit par des exemptions de droits de douane et autres impôts pour les marchandises introduites dans la ville. L’étroitesse des deux territoires et l’absence de matières premières n’ont pas permis le développement d’activités agricoles ou industrielles ; de ce fait, des facilités ont été accordées au négoce et la majorité des habitants vivent donc du commerce et des activités tertiaires qui occuperaient environ 76 % de la population active de chacune des deux villes, tout en fournissant 85 % du PIB des enclaves.

8L’unique taxe prélevée sur les marchandises introduites dans Ceuta et Melilla est insignifiante pour ce qui est des produits de première nécessité tels que les produits alimentaires. Les deux « bazars » à ciel ouvert que constituent Melilla et Ceuta sont donc orientés surtout vers le marché intérieur marocain, le différentiel de prix générant d’importants flux de marchandises en contrebande vers l’intérieur du pays.

9Les relations étroites entre les présides espagnols et la capitale du Rif oriental, Nador, à travers le poste frontière de Bni Ansar, d’un côté, et celles avec le pays Jbala, Tétouan, et le poste frontière de Fnideq de l’autre, se traduisent par une présence non négligeable de Marocains dans le secteur commercial des deux villes, par des flux de marchandises, de personnes et de services dans les deux sens et par la densification de réseaux familiaux qui dépassent souvent l’espace frontalier immédiat.

10Parmi les Marocains ou Espagnols d’origine marocaine résidant dans la ville, Ana Planet Contreras avait identifié en 1995 910 entrepreneurs à Melilla parmi une population d’origine marocaine évaluée à 17 000 personnes (Planet, 1998). Les activités les plus recherchées par ces investisseurs sont les commerces d’alimentation, de vêtements, de matériaux de construction, de voitures et de tabac et, secondairement, l’hôtellerie, le transport et la réparation. On distingue quatre types de commerçants parmi ces entrepreneurs de Melilla : les grandes maisons d’import-export qui alimentent la ville en articles électroniques en provenance des pays asiatiques, les commerçants qui se spécialisent dans les produits alimentaires de détail, les propriétaires de dépôts installés à proximité de la frontière avec le Maroc et les tenanciers de petits et moyens services comme des restaurants, cafés, etc.

11Et, même si la loi en vigueur dans les deux présides ne permet pas aux étrangers d’accéder à la propriété foncière et immobilière, les résidents marocains arrivent à contrôler en amont une partie du commerce avec le Maroc. Jusqu’en 1986, ils faisaient appel à des « hommes de paille » de nationalité espagnole et, lors du lancement par l’Espagne du processus extraordinaire de naturalisation, ils y ont répondu massivement. Par ailleurs, les habitants des deux provinces marocaines limitrophes sont dispensés de visa pour pénétrer sur les territoires des deux villes. Suite à cette évolution, les deux présides abritent aujourd’hui une forte communauté musulmane permanente – à laquelle il faut ajouter une minorité indienne venue de Gibraltar dès 1905, attirée par les possibilités de commerce qu’offrait le port franc – qui contrôle une grande partie du commerce de gros ou de détail. L’une et l’autre se chargent d’introduire dans l’arrière-pays les marchandises stockées dans les dépôts de l’enclave, tout en approvisionnant celle-ci en produits alimentaires.

12Les quantités de marchandises dont regorgent les villes de Nador, de Fnideq ou Tétouan, mais aussi les nombreux Souks Mlilia ou Souks Sebta qui existent dans la plupart des grandes villes du Maroc, ainsi que le va-et-vient frontalier incessant des petits passeurs, montrent que les échanges formels dont rendent compte les statistiques officielles ne constituent qu’une partie infime des transactions entre le Maroc et les deux villes. Les conditions indignes dans lesquelles travaillent les « femmes mulets » [mujeres mulas], porteuses de marchandises, sont souvent médiatisées.

13En plus du trafic visible réalisé avec le Maroc, il faut ajouter des échanges illégaux de contrebande dans le sens contraire, qui ne se limitent pas aux seuls produits alimentaires frais, ni aux seuls produits de contrebande. Ces échanges s’étendent également aux personnes, aux services et au travail régulier sous diverses formes et dans les deux sens. On peut citer les Espagnols de Melilla, contremaîtres de petites unités implantées dans la zone industrielle de Selouane, ou les Marocains de la même ville venant travailler à Bni Ansar, ou ceux de Ceuta qui traversent la frontière pour profiter des plages et des installations touristiques du littoral de Tétouan, ou encore ceux de Melilla qui arrivent en fin de semaine pour pratiquer la chasse dans l’arrière-pays de Nador, effectuer de petites réparations, fréquenter les nombreux petits restaurants, ou se livrer à des achats d’articles d’artisanat marocain.

14Les binômes Melilla/Bni Ansar et Ceuta/Fnideq se trouvant sur le chemin de la migration vers l’Europe illustrent la complexité de l’imbrication des effets de l’émigration et des retombées de la frontière et du fonctionnement des réseaux familiaux de part et d’autre. De l’analyse de nombreux entretiens réalisés dans le cadre d’une recherche sur la migration et la frontière se dégagent plusieurs types de situations (Berriane, Hopfinger, 1999). C’est ainsi que des liens très étroits peuvent exister entre le projet migratoire et l’activité du commerce parallèle du même individu et déboucher sur une multi-activité quasi généralisée. La pratique de l’activité commerciale, illégale ou légale, peut pousser l’individu à passer au statut d’émigré, ce passage permettant de contrôler l’approvisionnement. À l’inverse, l’émigration internationale et le déplacement entre différents espaces de part et d’autre de la frontière suggèrent l’idée d’ajouter à cette activité celle du commerce, soit par le biais d’une conversion de la même personne, soit par l’implication d’autres membres de la famille. La multi-activité dans la région se conçoit comme le souci de multiplier les mises dans un environnement incertain et de profiter au maximum d’une situation qui risque de ne pas durer.

15Ceci aboutit à de véritables entreprises familiales pour lesquelles les espaces frontaliers Nador-Melilla et Fnideq-Ceuta ne sont qu’un maillon dans un espace beaucoup plus large, les doublets urbains constitués de l’enclave et de la ville marocaine limitrophe deviennent alors le centre de gravité d’un espace-frontière qui englobe des villes se trouvant à des centaines, voire des milliers de kilomètres comme Barcelone, Amsterdam, Casablanca et Agadir. Ceci nous amène à nous interroger, à travers les cas de ces villes frontières, sur les notions d’espace frontalier et de proximité. Nous avons ici un exemple fort complexe de fonctionnement d’un espace frontalier où le jeu des rapports État central/initiative des acteurs locaux, débouchant sur un type de régulation assez original – l’État tolérant des activités illicites moyennant une paix sociale –, se superpose à des processus d’intégration par le bas par l’intermédiaire de réseaux transnationaux au fonctionnement assez inédit (Badie, 1995).

Les prémices d’un changement de système

  • 1 C’est en août 2018 qu’a été décidée la fermeture de la douane commerciale avec Melilla, alors que l (...)

16Cependant, ce fonctionnement assez particulier d’un espace frontalier atypique est très loin d’une situation de stabilité. Il y a tout d’abord la revendication par le Maroc des deux enclaves considérées comme non encore décolonisées. Il y a ensuite l’impact négatif de la contrebande massive sur le développement économique du Nord du Maroc. Il y a enfin la situation dramatique dans laquelle vivent certaines catégories sociales qui s’accrochent à ce commerce frontalier précaire, notamment les centaines de « femmes mulets ». Ces dernières, qui résident pour la plupart à Fnideq, M’diq, Martil ou Tétouan pour le cas de Ceuta, utilisent cette activité comme gagne-pain et vivent dans une forte vulnérabilité. L’ensemble se complique davantage à l’occasion de chaque crise diplomatique entre le Maroc et l’Espagne. La dernière de ces crises, à la fois diplomatique et migratoire, et la plus grave, est venue s’ajouter à la crise pandémique aboutissant au verrouillage des deux frontières depuis fin 20181 avec toutes les conséquences sur les entreprises et les commerçants côté espagnole et les populations qui vivaient de ce commerce côté marocain. Le fonctionnement transnational de l’espace frontalier est aujourd’hui sérieusement bloqué.

17En effet, si la rétrocession au Maroc des deux villes n’est pas encore à l’ordre du jour, le Maroc a intégré l’idée qu’il fallait entreprendre des actions pour que la situation socio-économique des régions du Nord se relève des effets de la contrebande. De ce fait, alors que commerçants et acteurs politiques des deux villes font pression pour la réouverture des frontières, le Maroc ne semble pas pressé pour un retour à la situation antérieure, même si les relations Maroc-Espagne se sont apaisées. Au contraire, il s’est rendu compte de la nécessité d’enclencher d’abord un processus de développement local et de reconversion de ces économies informelles nuisibles pour les structures économiques formelles. Et si les les frontières commencent aujourd’hui à s’entrouvrir avec de nouvelles conditions de fonctionnement de part et d’autre des lignes de frontières, une véritable stratégie de relance s’esquisse. En attendant, certains commerçants de Ceuta ont été contraints d’exporter leurs marchandises vers le Maroc à partir d’Almeria, Malaga ou Algésiras, et selon des canaux formels. D’autres, surtout ceux installés dans la zone frontière, sont tout simplement passés de l’autre côté de la frontière.

18Ces pratiques annoncent une transition vers des relations commerciales transfrontalières légales. Mais c’est surtout la nécessité d’offrir une alternative à toutes les catégories sociales vivant du système qui prévalait à la fermeture, à la suite de laquelle une stratégie de relance s’avérait indispensable. Les mégaprojets à forte dimension territoriale tel que le port de Tanger-Med – qui a marqué un tournant pour le Maroc du Nord – ou le futur Nador West Med qui vise la même dynamique à l’autre extrémité du Rif, constituent les bases de cette relance. Et si ces deux pôles, l’un actuel et l’autre programmé, sont handicapés par la quasi absence d’hinterlands riches et dynamiques, ils s’accompagnent dans leurs programmations de zones industrielles et commerciales pour pallier ce manque. Des plans de reconversion pour les « femmes mulets » ont été lancés, faisant bénéficier plus de 1 000 porteurs de formations et de financements pour le montage de microprojets. Et Tanger-Med Zones, filiale aménageur-développeur du groupe Tanger-Med, annonce le lancement d’un projet d’outlet dans l’une de ces zones commerciales, entre Tétouan et Mdiq. La première tranche de ce projet, prévu sur une superficie de 70 ha, devrait être livrée en avril 2022 et proposera un centre commercial, des aires de loisir et de restauration. Il faut rappeler que les déplacements de nombreux Marocains vers le nord pour des besoins de loisirs s’accompagnaient obligatoirement par des achats, autrefois effectués à Ceuta. Enfin, la même Tanger-Med Zones a déjà permis la création de 1 100 entreprises.

19Ceci annonce-t-il un renversement de tendance et l’installation de relations plus formelles et légales entre les deux enclaves et le Maroc ?

Haut de page

Bibliographie

Badie B., 1995, La fin des territoires. Essai sur le désordre international et l’utilité sociale du respect, Paris, Fayard.

Berriane M., Hopfinger H., 1999, Nador (Maroc). Petite ville parmi les grandes, Tours/Sanaa, Urbama/CFEY.

Planet A., 1998, Melilla y Ceuta. Espacios-frontera hispano-marroquíes, Ciudad autónoma de Melilla, Melilla.

Troin J.-F., 1967, « Le Nord-Est du Maroc. Mise au point régionale », Revue de Géographie du Maroc, no 12, p. 5-41.

Zurlo Y., 2005, Ceuta et Melilla. Histoire, représentations et devenir de deux enclaves espagnoles, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 C’est en août 2018 qu’a été décidée la fermeture de la douane commerciale avec Melilla, alors que le poste frontière de Ceuta a été fermé l’année suivante. La propagation de la Covid-19 a par la suite aggravé la situation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohamed Berriane, « [FOCALE] Ceuta et Melilla, espace frontière sous tension »Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 34 | 2022, mis en ligne le 16 décembre 2022, consulté le 21 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/emam/4361 ; DOI : https://doi.org/10.4000/emam.4361

Haut de page

Auteur

Mohamed Berriane

Professeur émérite en géographie, Université Mohammed v, Rabat et membre résident à vie de l’Académie Hassan ii des Sciences et Techniques
mohamed.berriane@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search