Navigation – Plan du site
Un demi-siècle

La revue a un demi-siècle

Roberte Hamayon

Texte intégral

1C’est des turbulences de mai 1968 qu’est né le projet de la revue. C’était l’année d’ouverture de l’enseignement du mongol moderne, prévu par le protocole d’échange signé deux ans auparavant avec la Mongolie. L’École des Langues’O était fermée, mais juste en face, rue de Lille, habitait Marguerite, une élève assidue. Son appartement offrit une porte de sortie à cet insolite début d’enseignement. Son accueil eut le don de rassurer le professeur A. Luvsandendev qui inaugurait la fonction de lecteur, auteur d’un dictionnaire mongol-russe au demeurant accoutumé à cacher ses émotions. Il eut aussi le don d’inciter chacun des étudiants à poursuivre ses rêves, de cavalcade pour Niloufar, de pays sans mer pour Pierre, ancien marin au long cours, d’un orient méconnu pour Jean-Philippe, Alain, Sarah et d’autres, qui comptent parmi les premiers contributeurs de la revue. Il eut enfin le don de rassurer la novice que j’étais, propulsée enseignante sans y avoir été préparée, parce que Françoise Aubin, qui devait s’en charger était tombée malade et… qu’il n’y avait personne d’autre ! Je revenais juste d’un premier terrain de 8 mois en Mongolie, j’avais encore un pied au département d’Asie au Musée de l’Homme (les objets achetés pour son compte allaient arriver) et déjà l’autre au Laboratoire d’ethnologie de Nanterre, dont le fondateur, Éric de Dampierre, encourageait les publications. Voilà qui pouvait pallier un peu les défaillances de l’enseignement (ni grammaire, ni manuel, ni dictionnaire, ni enseignant formé…) tout en donnant un but à l’apprentissage de la langue et en ouvrant d’autres perspectives.

2C’est en 1970 qu’est sorti le premier numéro. Nous portions les feuilles tapées sur nos machines à écrire dans le bâtiment C de Nanterre jusqu’à la machine offset du bâtiment F. Comme ne s’y trouvait ni agrafeuse ni colleuse, il fallait remporter les 300 tirages de chacune des feuilles A4. Nous les avons posées sur le siège arrière de ma 2 CV, et là, un coup de vent a fait voltiger les pages à travers le campus – le campus incarnait alors « Nanterre l’embourbée », loin de ressembler au parc qu’il est devenu. Déboire vite oublié : l’été même, le transsibérien emmenait sept étudiants au deuxième congrès des mongolisants à Oulan-Bator, grâce au soutien de la régie du tabac (la SEITA), qui reçut en retour quelques petites fioles de plusieurs variétés d’Ephedra, dont les Mongols tiraient le tabac à priser qu’ils se plaisaient à échanger.

3Telle une innocente aux mains pleines, la revue a continué, toujours très artisanale, avec l’aide de Marie-Lise Beffa, linguiste, et de Laurence Delaby, chercheur au département d’Asie du Musée de l’Homme. Les premiers numéros alternaient travaux d’étudiants que nous incitions à se lancer dans des travaux de recherche, et articles que nous traduisions du mongol ou du russe, sachant combien leurs auteurs, collègues rencontrés sur le terrain, seraient heureux de se faire un peu connaître en Occident. La couverture, conçue par Jean-Marc Chavy, dessinateur du laboratoire, à partir d’un dessin d’un lama nommé Lodoi, évoquait la grande fête mongole du Naadam, avec ses lutteurs, ses coursiers et ses archers.

4Peu à peu les choses ont changé. En 1973, le laboratoire a pris en charge la fabrication. La publication de la thèse de Laurence Delaby sur les « chamanes toungouses » (n° 7), en 1976, a permis à la revue de franchir une double étape : son nom est passé de Études mongoles à Études mongoles et sibériennes, et elle a reçu le soutien financier du CNRS l’année suivante.

5Plusieurs numéros thématiques (dont trois consacrés à des animaux, l’ours et le renard), et plusieurs monographies sont venues ensuite jalonner l’avancée de la revue vers la professionnalisation. Les numéros comportant des articles de nos collègues mongols et russes continuaient de fournir des cadeaux très bienvenus sur le terrain, ce qui entraînait en retour l’enrichissement de la bibliothèque de notre Centre. Le Centre était né avec la revue et portait le même nom qu’elle. Leur conjonction a contribué à faire exister comme domaine de recherche l’aire mongolo-sibérienne, restée si longtemps inaccessible, tandis que l’avènement de l’ordinateur (dans le numéro 17) a apporté aux EMS une véritable allure de publication.

6En 1988, alors que la direction du laboratoire m’accapare, les EMS se dotent d’un rédacteur en chef hors pair, Marie-Lise Beffa qui prépare les manuscrits avec la plus grande rigueur sur la forme comme sur le fond. La revue atteindra ainsi le niveau de qualité qui lui vaudra plus tard d’être classée en rang A par l’AERES. Soutenue par l’Université Paris-X (dont le concours remplace celui du CNRS à partir de 1993), elle publie de nombreux travaux sur le chamanisme, acquérant une place reconnue dans cette thématique.

7C’est en 2002 que la revue quitte l’Université Paris-X pour l’École Pratique des Hautes Études, qui depuis lors l’héberge et la soutient. Sous la direction de Katia Buffetrille, en 2004, elle se transforme, se développe et innove. Son domaine s’étend, incluant désormais le Tibet et l’Asie centrale – son nom s’allonge en Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines (EMSCAT). Décidée à paraître en ligne à partir de son numéro 40, elle donne naissance à une collection de monographies, qui porte le nom de « Nord-Asie » et compte aujourd’hui six volumes parus. C’est sur un beau doublet final lié aux études tibétaines (n° 50 et NA 6) que Katia Buffetrille quitte aujourd’hui le comité de rédaction, deux ans après avoir cessé de diriger la publication. Qu’elle soit chaleureusement remerciée du travail intense et efficace qu’elle a fourni pendant toutes ces années. Que soient aussi chaleureusement remerciés Isabelle Charleux, Jean-Luc Lambert et Charles Ramble, qui ont permis à la revue et la collection de perdurer en assurant ensemble les tâches de direction durant la période charnière de 2016 à 2018.

8Plus largement, je voudrais exprimer ma profonde gratitude à tous les membres du comité de rédaction qui ont participé avec générosité et efficacité aux travaux d’évaluation, de révision et d’édition grâce auxquels la revue a pu servir les recherches et les chercheurs du domaine durant cinq décennies, et la collection, prendre son envol. Pour finir, j’adresse mes remerciements et mes vœux les plus vifs à Sandrine Ruhlmann, qui assume désormais la direction, avec un comité de rédaction partiellement renouvelé. C’est en toute tranquillité que je quitterai le comité après ce numéro 50, en souhaitant à la revue un beau nouveau demi-siècle !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roberte Hamayon, « La revue a un demi-siècle », Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines [En ligne], 50 | 2019, mis en ligne le 04 mars 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/emscat/3730

Haut de page

Auteur

Roberte Hamayon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo École Pratique des Hautes Études
  • Logo Université PSL
  • OpenEdition Journals