Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52Comptes rendusSneath David, Mongolia remade. Po...

Comptes rendus

Sneath David, Mongolia remade. Post-socialist National Culture, Political Economy, and Cosmopolitics

Amsterdam, Amsterdam University Press, North East Asian Studies, 2018, 226 pages, 9 illustrations n&b, ISBN 9789462989566
Isabelle Charleux
Référence(s) :

Sneath David, Mongolia remade. Post-socialist National Culture, Political Economy, and Cosmopolitics, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2018

Texte intégral

  • 1 Ce compte rendu précise les références originelles des articles et des chapitres qui étonnamment ne (...)

1Cet ouvrage rassemble dix chapitres sur la politique, la société, l’économie et la religion de la Mongolie des xxe et xxie siècles – à l’exception de l’introduction et de la conclusion, tous ont été publiés précédemment entre 2004 et 2014, sous forme d’articles ou de chapitres de livre1. Anthropologue renommé, David Sneath y analyse la société mongole à l’« âge du marché » (zah zeliin üje) après 1990, au prisme de théories anthropologiques. Si les thématiques abordées sont essentiellement contemporaines – la fabrique d’une culture et d’une identité nationales, les transformations de l’économie politique et la réintroduction de politiques cosmologiques –, l’auteur offre également une perspective historique afin de souligner des continuités, des parallèles ou encore des ruptures ou des réinventions.

  • 2 L’article originel publié en 2011 contenait une note indiquant qu’il reproduisait des extraits de l (...)
  • 3 Il est dommage que le présent ouvrage n’ait pas reproduit les deux cartes présentes dans le chapitr (...)

2À la suite de l’introduction (chapitre 1) qui propose un excellent résumé de l’histoire mongole, le chapitre 2 « Mapping and the headless state. Rethinking national populist concepts of Mongolia » (précédemment publié : Sneath 2011) reprend la thèse provocatrice de son ouvrage The Headless State (Sneath 2007a2) selon laquelle depuis les Xiongnu, les peuples des steppes ont toujours été des sociétés stratifiées dominées par des aristocraties héréditaires et établies sur des territoires comparables à des États. Le terme « mongol », par exemple, ne s’appliquait qu’aux descendants de Gengis khan, avant de devenir une catégorie ethno-nationale au xxe siècle. Il est donc impropre de parler de « tribus » et de « clans » : le mythe de sociétés tribales tire son origine de la théorie évolutionniste du xixe siècle qui voyait dans la parenté le principe organisateur de base des sociétés non étatiques. Comment alors « cartographier » les Mongols ? Doit-on les circonscrire aux citoyens mongols de la nation moderne ou y inclure les Mongols de Chine, les Oirats, les Kalmouks, les Bouriates, les Mongols du Yunnan, les descendants des Mongols en Afghanistan, ou encore l’empire Moghol3 ? La discussion passionnante convoque les débats occidentaux sur les notions d’état et de nation depuis le xixe siècle, sur l’historiographie marxiste, sur les conséquences des différentes traductions possibles du terme ulus (mo. cyr. uls : peuple, nation, État, domaine, apanage, etc.) et trace un parallèle entre la représentation des « tribus nomades » des steppes et celle des « invasions germaniques ». Les Germains n’ont pas « remplacé » les Romains qui auraient migré, de même que les Xianbei n’ont pas remplacé les Xiongnu : les populations locales ont pris l’identité politique de leurs nouveaux souverains. Pour D. Sneath, c’est le concept de « royaume dynastique » de Benedict Anderson qui s’avère le plus utile pour comprendre ces aristocraties des steppes et en particulier le « Grand ulus/royaume mongol » (sur ces débats, on se réfèrera notamment aux travaux de Christopher Atwood, Johan Elverskog et Lhamsuren Munkh-Erdene).

3Le chapitre 3, « The rural and the urban in pastoral Mongolia » (publié précédemment : Sneath 2005) analyse les processus d’urbanisation et de désurbanisation (un terme qui désigne des citadins qui se sont reconvertis dans l’élevage dans les années 1990, mais l’article a plus de quinze ans et c’est au contraire un exode rural massif vers les quartiers de yourtes de la banlieue d’Ulaanbaatar que l’on observe aujourd’hui). L’auteur évoque les différentes formes d’urbanisation et de sédentarisation présocialistes, puis la construction de centres de districts et l’urbanisation à l’époque socialiste. Il montre qu’à l’« âge du marché » le fossé se creuse entre citadins et ruraux, entre l’image de la ville, symbole de modernité, et celle de la campagne, préservant les « traditions ». Ces deux « pôles » sont néanmoins complémentaires et symbiotiques, comme en témoigne l’importance des relations qui les traversent.

4Le chapitre 4, intitulé « Proprietary regimes and sociotechnical systems. Rights over land in Mongolia’s ‘age of the market’ » (publié précédemment : Sneath 2004), étudie les changements de propriété de la terre et les controverses actuelles sur l’introduction de la propriété privée. Avant la période socialiste, l’emphase est mise sur l’usage des pâturages qui appartiennent aux esprits-maîtres du territoire (gazryn ezen). D. Sneath donne une description fine du pastoralisme comme « système sociotechnique » opérant à différents niveaux, de la famille aux nobles et aux monastères possédant de nombreux troupeaux, puis aux coopératives de la période socialiste (negdel). Les économies d’échelles des plus grandes structures permettaient de dégager des surplus et surtout de répartir les risques ; après 1990, l’atomisation des unités pastorales rend au contraire les éleveurs plus vulnérables aux catastrophes naturelles. D. Sneath étudie diverses tentatives de coopératives, d’assurances et d’associations pour conclure que c’est avant tout l’usage extensif de réseaux, familiaux et sociaux, qui fut vital pour permettre aux éleveurs d’accéder à des biens et services.

5Dans le chapitre 5, « Political mobilization and the construction of collective identity in Mongolia » (pulié précédemment : Sneath 2010), l’auteur reprend et prolonge le thème du chapitre 2 sur la construction de l’identité nationale et des minorités ethniques. Les notions de nation et de tradition deviennent des ressources tant pour les politiciens qui les convoquent dans des rituels politico-religieux, tels les rituels aux montagnes sacrées, que pour les mobilisations populaires (notamment « ethniques » et environnementales). D. Sneath analyse ensuite le rôle éventuel de l’appartenance ethnique, de la parenté et de l’origine géographique (la terre natale, nutag) dans différentes formes de mobilisations, réseaux, partis politiques, lobbys, conseils locaux et autres types de groupements.

6Dans le chapitre 6, « The “ age of the market” and the regime of debt. The role of credit in the transformation of pastoral Mongolia » (précédemment publié : Sneath 2012), l’auteur s’intéresse à l’expansion du crédit bancaire et de l’endettement généralisé pour faire face à des revenus aléatoires, et analyse le vocabulaire de la dette. Un retour sur l’histoire Qing permet de faire un parallèle avec les différents types de dettes contractées auprès de marchands chinois. Au xxie siècle, si l’endettement est encouragé pour faire face aux aléas, notamment les fluctuations des prix dues à l’insertion dans les marchés globaux et les catastrophes climatiques, et est vu par la Banque mondiale comme favorisant le développement et les investissements, il mène en réalité à un appauvrissement croissant des familles plus démunies.

7Le chapitre 7, « Reading the signs by Lenin’s light. Development, divination and metonymic fields in Mongolia » (publié précédemment : Sneath 2009), compare les champs métonymiques de deux objets apparemment contradictoires, l’électricité (emblème métonymique de la modernité) et la scapulomancie (pratique divinatoire à l’aide d’une omoplate de mouton), qui ont coexisté malgré la « colonisation de l’imagination » communiste. C’est parce que l’électricité était perçue comme une nouvelle technologie « magique » que la scapulomancie avait encore du sens à l’ère du progrès et de la modernité (sur les métaphores de la lumière, voir l’ouvrage récent d’Abrahms-Kavunenko 2019).

  • 4 Ce texte écrit entre 1649 et 1691, conservé à la Bibliothèque centrale de Mongolie à Ulaanbaatar, a (...)

8Les deux chapitres suivants portent sur les cairns rituels appelés « ovoo », qui avaient fait l’objet de son premier ouvrage basé sur des enquêtes menées en 1987-1988 dans les ligues du Shilingol et du Hulunbuir en Mongolie-Intérieure (Sneath 2000). Le chapitre 8, « Ritual idioms and spatial orders. Comparing the rites for Mongolian and Tibetan ‘local deities’ » (publié précédemment : Sneath 2007b) compare les cairns rituels du Tibet (tib. la rtse) et de Mongolie. D. Sneath y analyse un des plus anciens textes rituels connus4, antérieur d’environ cent ans aux célèbres textes rédigés par Mergen gegen Lubsangdambijalsan (1717-1766).

9Cet « idiome politico-rituel » – le rituel aux cairns (ovoo) étant une expression de l’ordre politique et cosmologique – est analysé plus en profondeur dans le chapitre 9, « Nationalising civilisational resources. Sacred mountains and cosmopolitical ritual in Mongolia » (publié précédemment : Sneath 2014). Reprenant de Marisol de la Cadena (2010) le concept de « cosmo-politique » (les « non-humains » étant des acteurs de l’arène politique), D. Sneath étudie les versions contemporaines des rites adressés aux esprits-maîtres du territoire et leur rôle dans la construction de la nation, la cosmologie étant utilisée comme ressource pour la construction d’une culture nationale (et nationaliste). Il décrit le rituel d’État à la montagne Altan Höhii (province de Hovd) qu’il a observé en 2009 et, au niveau micro-politique, les rituels de deux chamanes qui servent de mediums à des esprits-maîtres du territoire, ceux-ci s’exprimant à travers elles contre l’exploitation minière et la pollution, sur la base d’enquêtes menées en 2008 et 2011.

10Le chapitre final, « Mongolian capitalism », est une excellente analyse inédite de l’économie politique de la Mongolie contemporaine : D. Sneath tente de caractériser la forme particulière qui émerge après l’effondrement du système socialiste, qu’il propose de qualifier de « capitalisme oligarchique » comparable au « capitalisme patrimonial » de Thomas Piketty, dans lequel la richesse héritée domine l’économie. Il y évoque la privatisation des entreprises et des terres, la difficile émergence d’une classe moyenne et les inégalités qui se creusent entre les « super-riches » issus de l’alliance entre politiques et businessmen (une trentaine de familles) et une majorité de pauvres (près d’un tiers des Mongols vivant en-dessous du seuil de pauvreté en 2016), la dépendance croissante de la Mongolie des marchés globaux, la corruption et les reconfigurations des partis politiques, la croissance de l’économie informelle – notamment le « phénomène ninja » (mineurs illégaux) –, enfin, ce qu’il appelle le « nutagisme » (que l’on peut traduire par localisme), culte de la terre natale favorisant la constitution de réseaux locaux.

  • 5 On note également un manque de cohérence dans les transcriptions. Même au sein d’un même chapitre, (...)

11Les articles ont été réédités au format de l’ouvrage, avec une bibliographie unique en fin de volume ; un index aurait justement été utile à ce type de publication. Une telle collection d’articles entraîne d’inévitables répétitions, notamment sur la période socialiste et sur le culte des montagnes5. L’ouvrage, notamment l’analyse inédite du chapitre 10, sera particulièrement utile aux chercheurs et étudiants s’intéressant à la Mongolie contemporaine. Si la plupart des articles sont facilement consultables en bibliothèque, certains chapitres de livres sont plus difficiles à trouver. On peut néanmoins estimer que le prix de 85 € est excessif pour un ouvrage de 226 pages (d’autant plus que l’introduction est gratuitement téléchargeable sur le site de l’éditeur).

Haut de page

Bibliographie

Abrahms-Kavunenko, S. 2019 Enlightenment and the Gasping City. Mongolian Buddhism at a Time of Environmental Disarray (Ithaca/London, Cornell University Press).

Cadena, M. de la 2010 Indigenous cosmopolitics in the Andes. Conceptual reflections beyond politics, Cultural Anthropology 25(2), pp. 334-370.

Sneath, D. 2000 Changing Inner Mongolia. Pastoral Mongolian Society and the Chinese State (Oxford, New York, Auckland, Oxford University Press).
2004 Proprietary regimes and sociotechnical systems. Rights over land in Mongolia’s “age of the market”,
in K. Verdery & C. Humphrey (dirs), Property in Question. Value transformation in the global economy (Oxford/ New York, Berg), pp. 161-182.
2005 The rural and the urban in pastoral Mongolia,
in O. Bruun & N. Li (dirs), Mongolians from Country to City. Floating Boundaries, Pastoralism and City Life in the Mongol Lands (University of Hawaii Press, Honolulu), pp. 140-161.
2007a
The Headless State. Aristocratic Orders, Kinship Society, & Misrepresentations of Nomadic Inner Asia (New York, Columbia University Press).
2007b Ritual idioms and spatial orders. Comparing the rites for Mongolian and Tibetan “local deities”,
in U. E. Bulag & H. G. M. Diemberger (dirs), The Mongolia-Tibet Interface. Opening New Research Terrains in Inner Asia. Proceedings of the Tenth Seminar of the IATS, 2003 (Leiden/Boston, Brill, Brill’s Tibetan Studies Library 9), pp. 135-158.
2009 Reading the signs by Lenin’s light. Development, divination and metonymic fields in Mongolia,
Ethnos 74(1), pp. 72-90.
2010 Political mobilization and the construction of collective identity in Mongolia,
Central Asian Survey 29(3), pp. 251-267.
2011 Mapping and the Headless State. Rethinking national populist concepts of Mongolia,
in P. L. W. Sabloff (dir.), Mapping Mongolia. Situating Mongolia in the World from Geologic Time to the Present (Philadelphia, University of Pennsylvania Press), pp. 34-59.
2012 The “age of the market” and the regime of debt. The role of credit in the transformation of pastoral Mongolia,
Social Anthropology/Anthropologie Sociale 20(4), pp. 458-473.
2014 Nationalising civilisational resources. Sacred mountains and cosmopolitical ritual in Mongolia,
Asian Ethnicity 15(4), pp. 458-472.

Haut de page

Notes

1 Ce compte rendu précise les références originelles des articles et des chapitres qui étonnamment ne sont pas données dans le livre ; les éditeurs sont simplement remerciés page 7.

2 L’article originel publié en 2011 contenait une note indiquant qu’il reproduisait des extraits de l’ouvrage The Headless State ; cette note n’a pas été reproduite dans le chapitre 2 de l’ouvrage recensé ici.

3 Il est dommage que le présent ouvrage n’ait pas reproduit les deux cartes présentes dans le chapitre d’origine.

4 Ce texte écrit entre 1649 et 1691, conservé à la Bibliothèque centrale de Mongolie à Ulaanbaatar, a été publié par U. Erdenetuja en 2002. D. Sneath en donne une traduction en anglais en annexe de l’ouvrage, pp. 211-214.

5 On note également un manque de cohérence dans les transcriptions. Même au sein d’un même chapitre, l’auteur hésite entre différentes transcriptions du mongol classique et cyrillique (Zakhchin, Zakhachin p. 52 ; törö, törü, tör, pp. 44, 50, 51).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Charleux, « Sneath David, Mongolia remade. Post-socialist National Culture, Political Economy, and Cosmopolitics »Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines [En ligne], 52 | 2021, mis en ligne le 23 décembre 2021, consulté le 17 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/emscat/5507 ; DOI : https://doi.org/10.4000/emscat.5507

Haut de page

Auteur

Isabelle Charleux

GSRL, UMR 8582, CNRS - EPHE, PSL, Paris (France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo École Pratique des Hautes Études
  • Logo Université PSL
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search