Skip to navigation – Site map

HomeVolumes34Ngoussa (ou N’Goussa)

N54

Ngoussa (ou N’Goussa)

Salem Chaker
p. 5550-5551

Index terms

Keywords :

Linguistique, Sahara
Top of page

Full text

1Ngoussa est une petite oasis (ksar) d’Algérie située à une vingtaine de km au nord de Ouargla*, chef-lieu de la wilaya du même nom. Ngoussa a actuellement statut de commune. Elle était jadis sur l’axe caravanier Touggourt-Ouargla, l’un des principaux points de départ vers le grand désert et l’Afrique sahélienne. L’économie traditionnelle reposait sur la palmeraie, la culture des céréales (blé, orge, sorgho, petit mil) et le commercer caravanier.

2Les statistiques officielles algériennes donnaient 1.700 habitant en 1966 ; 13.344 en 2002 ; la population actuelle doit légèrement dépasser les 20.000 habitants.

3Le peuplement local est berbérophone et utilise une variété de berbère, təggəngusit, très proche de celle Ouargla. Pour Jean Delheure (1988, Introduction), principale référence pour le berbère de cette région : « Le berbère de Ouargla [...] et celui de Ngoussa [...] ne font qu’un malgré quelques minimes particularités. ». Ces parlers sont, depuis longtemps (Basset 1893), considérés comme « zénètes » et, de fait, l’on y retrouve de nombreux traits linguistiques communs à l’ensemble des parlers berbères – souvent résiduels - de l’aire d’extension des Zénètes* médiévaux (Mzab*, sud-oranais, Oranie*, Est marocain...).

4Selon l’enquête, déjà ancienne, d’Alain Romey (1974), l’usage du berbère y est très vivace. Mais Delheure (ibid.) précise : « La plupart des berbérophones de Ouargla et de Ngoussa, surtout les hommes, sont bilingues, parlant aussi l’arabe dialectal saharien central » ; configuration sociolinguistique ancienne, qui se comprend fort bien vu l’environnement nomade nord-saharien à dominante arabophone et le statut d’étape caravanière de Ngoussa et Ouargla. La sédentarisation quasi totale des nomades de la région (Sa’id ‘Atba, Mekhadma, Chaanba...), tous arabophones, y a certainement renforcé le poids et l’usage de la langue arabe. De même que la proximité de Ouargla, devenue depuis le début des années 1960 capitale algérienne des hydrocarbures et une grande ville cosmopolite.

5L’ibadisme fut bien implanté à Ngoussa, comme dans toute la région : vers 911, Ya’qûb, dernier souverain Rostémide, fonda Sedrata à 10 km au sud d’Ouargla. L’ibadisme y recula rapidement à partir du XIIe siècle et a maintenant disparu. L’histoire de Ngoussa ne peut être dissociée de celle des groupes nomades, berbères zénètes, puis arabes et arabisés, de la région, et de celle de Ouargla avec laquelle elle est étroitement imbriquée. Elle en a souvent été un satellite ; parfois aussi, un concurrent sérieux, notamment sous le long règne des chioukhs/sultans Babia, qui imposèrent, aux XVIIe-XIXe siècles, la suprématie de Ngoussa sur Ouargla, en s’appuyant sur des alliances avec les tribus arabes nomades (Sa’id ‘Atba) de la région et/ou le soutien du Dey d’Alger.

6On trouvera quelques textes berbères de Ngoussa dans René Basset (1893), Biarnay (1908), Delheure (1988 et 1989) mais surtout dans Romey (1992/1974).

7La forme berbère primitive du nom était très probablement (nom masc. plur.) : Ngusən (ou Ingusən).

8→ Voir aussi « Ouargla » (O35 et O36).

Top of page

Bibliography

Abû Zakariyya, Chronique..., trad. Masqueray, Alger, 1878 ; trad. Le Tourneau, Revue africaine, 1960, 3-4 et 1961, 1-2.

Basset R., 1885 – « Les manuscrits arabes des bibliothèques des zaouïas de Aïn Madhi, Temacin, Ouargla et d’Adjadja », Bulletin de Correspondance Africaine (Alger), XII, p. 81-87.

Basset R., 1893 – Etude sur la zénatia du Mzab, de Ouargla et de l’Oued Rir’, Paris, Leroux (Publ. Ecole des Lettres d’Alger – Bulletin de Correspondance Africaine).

Biarnay S., 1908 – Etude sur le dialecte berbère de Ouargla, Paris, Leroux, 501 p.

Bisson J., 2003 – Mythes et réalités d’un désert convoités, Paris, L’Harmattan, 480 p.

Blanchet P., 1900 – « L’oasis et le pays de Ouargla », Annales de Géographie, 1900, t. 9, no 44. p. 141-158.

Delheure J., 1987a – Grammaire de la Teggargrent, berbère parlé à Ouargla, Paris, Pères Blancs.

Delheure J., 1987b – Dictionnaire Ouargli-Français. Agerraw n iwalen teggargrent-tarumit, Paris, SELAF, 493 p. (Maghreb-Sahara : 5).

Delheure J., 1988 – Vivre et mourir à Ouargla. Tameddurt t-tmettant wargren, Paris, SELAF, 436 p. (Maghreb-Sahara : 7).

Delheure J., 1989 – Contes et légendes berbères de Ouargla. Tinfusin, Paris, La Boîte à Documents, 403 p.

Le Thielleux J., 1983 – Ouargla, cité saharienne. Des origines au début du 20e siècle, Paris, Geuthner, 298 p. ; ill., phot., réf. bibl., 12 p.

Lewicki T., 1961-62 – Ibaditica, Varsovie, 2 vol.

Motylinski A. (de Calassanti), 1885 – « Bibliographie du Mzab. Les livres de la secte ibadhite », Bulletin de Correspondance Africaine, III, p. 15-30.

Romey A., 1975 – « Toponymie et culture orale d’une oasis de la ceinture préprésaharienne : Ngoussa », Libyca, XXIII, p. 243-256.

Romey A., 1992 – « Toponymie et culture en milieu saharien berbérophone », Lettre d’Information de l’Association Française pour l’Etude du Monde Arabe et Musulman (Paris), 7, p. 112-113.

Romey A., 1992 (1974) – Histoire, mémoire et sociétés. L’exemple de N’Goussa, oasis berbérophone du Sahara Ouargla, Paris/Alger, L’Harmattan/Awal, 176 p. [version publiée d’une thèse de 1974, Paris EPHE, VIe section, 226 p. dactylographiées. Comporte une partie conséquente de textes berbères avec traduction].

Romey A., 2004 – Les Sa’id ‘Atba de N’goussa. Histoire et état actuel de leur nomadisme, Paris, L’Harmattan.

Rouvillois-Brigol M., Messon C, Vallet J., 1973 – Oasis du Sahara Algérie, de l’Oued Righ, Ouargla, Tamentit, Paris, Institut Géographique National, VII p. + 118 p.

Rouvillois-Brigol M., 1975 – Le pays de Ouargla (Sahara alghérien). Variations et organisation d’un espace rural en milieu désertique, Paris, Sorbonne (Département de Géographie), 390 p.

Top of page

References

Bibliographical reference

Salem Chaker, “Ngoussa (ou N’Goussa)”Encyclopédie berbère, 34 | 2012, 5550-5551.

Electronic reference

Salem Chaker, “Ngoussa (ou N’Goussa)”Encyclopédie berbère [Online], 34 | 2012, document N54, Online since 15 December 2020, connection on 30 July 2021. URL: http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/2738; DOI: https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.2738

Top of page

About the author

Salem Chaker

By this author

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo IREMAM
  • Logo INALCO
  • Logo AIBL
  • Logo Peeters
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search