Navigation – Plan du site

AccueilVolumes34NNIF (Le point d’honneur masculin)

N61

NNIF (Le point d’honneur masculin)

Kamal Chachoua
p. 5560-5566

Entrées d’index

Mots clés :

Algérie, Ethnologie, Kabylie
Haut de page

Texte intégral

1En kabyle, le terme nnif, emprunté à l’arabe (dialectal : nnif ; arabe classique : ‘anf « nez ») renvoie à ce que le sens commun considère comme le siège du point d’honneur masculin (nnif) ; le nnif est le pendant de l’honneur féminin (lḥorma). On emploie également, plus rarement, le terme berbère tinzar (« narines »). En effet, par son exposition et sa centralité biologique, le nez figure comme l’organe principal qui imprime et oriente le jugement éthique et esthétique sur l’ensemble du visage et même sur la personnalité entière de l’individu. En langue arabe, le nez d’une montagne désigne son piton, sa partie visible, et le nez d’une tribu (‘anf al-qabīla) désigne son chef et/ou son saint patron (Kazimirski 1960). Comme l’esthétique du nez, qui ne doit être ni trop affirmé, comme un museau (aɣenjur), ni trop plat, à l’image d’une tuile (aqermud), l’éthique du nnif exige d’un homme d’honneur (aεerḍi) de n’être ni trop pointilleux avec son nnif jusqu a « avoir le nnif du diable » (nnif n cciṭan), c’est-à-dire, réagir à la moindre offense, ni trop laxiste jusqu’à friser le déshonneur. Affronter l’avenir, y faire face (qabel), s’attacher à son nnif (ṭṭef nnif) sont en effet deux attitudes complémentaires pour un homme d’honneur : « si tu as du nnif fais-moi/lui face ! » dit une expression kabyle. En effet, qabel, qui en kabyle est un verbe emprunté à l’arabe exprime l’idée de : « bien recevoir », « faire face à » (un invité, l’avenir, un événement imprévu) de manière digne, contrairement au verbe qleb (l’inverse littéral de qabel) qui signifie « tourner le dos », « reculer, se retourner ». Lqebla, la direction de la Mekke, est aussi dans l’inconscient culturel et linguistique, la direction de l’Est, de l’avenir, du levant, du bonheur, de la lumière, contrairement à l’Ouest (lɣerb) qui connote l’exil, la nuit, le couchant, la mort (Sayad 1999). En effet l’homme d’honneur doit se présenter, et à vrai dire, se dresser (ad ibedd, ad isbedd lqedd-is), face au monde et en face du monde, debout et droit, les yeux dans les yeux et doit se présenter de face comme la natte (agertil), nous dit le poète (Mammeri 1979, p. 190) :

Mon honneur à moi est telle la natte

ṭṭbiεa-inu am ugertil

Qui toujours montre

ur tettbeddil

La même face jusqu’à l’usure

f yiwen wudem ard iqqers

Les ennemis je les affronte à découvert

aεdaw nettqabal-it gg iɣil

Non par traîtrise

wal ad as nehtil

Pour un ami je mangerai le feu

f-feḥbib ad ččeɣ timess

2Une bonne part du lexique kabyle (et méditerranéen en général) qui exprime le déshonneur est tiré et/ou dérivé de celui de la nudité et/ou de la sexualité (« il m’a déshabillé », « plus aucun linge sur moi » ; d’un homme molesté, on dit « qu’il a été dénudé », yettuεerra). Il y a encore quelques décennies, il n’était pas rare de voir dans le Maghreb un homme montrer son sexe à un autre pour le déshonorer, tandis que les femmes, pour injurier ou offenser une autre femme frappent de leurs deux mains sur leur postérieur en disant : « tiens, voilà ! » ; parfois elles remontent leurs robes jusqu’aux hanches (acemmeṛ) : « Voilà ce que tu vaux ! », lancent-elles à l’adresse de leurs adversaires. Acemmeṛ se pratiquait aussi devant les hommes, quand une femme voulait humilier un homme ou quand elle voulait contraindre son mari au divorce : elle soulevait ses robes en un lieu public ; son mari était alors contraint de la répudier. D’autres gestes, connus dans tout le bassin méditerranéen comme le bras d’honneur et plusieurs autres injures montrent que la métaphore du sexe et du rapport sexuel condense et exprime le déshonneur ainsi que tous les phantasmes de la puissance et de la domination masculine (Bourdieu 1999). Il n’y a pas en Kabylie de pire humiliation pour un homme que de le féminiser : interpeller un homme par kemm, (« toi », fem.) au lieu de kečč, (« toi », masc.), le traiter de targazt ou de tarkaḥt, qui est la forme féminine de argaz, « homme » ; répandre des rumeurs d’homosexualité ou évoquer le prénom de sa sœur, de sa mère ou de sa femme devant lui suffit pour déclencher et déclarer (normalement) les foudres de son nnif. En effet la question de genre et de sexe est l’un des fondements – mais pas le seul, voir infra – de la dynamique du nnif et l’on sait bien que bien des conflits d’honneur impliquent une relation (complice ou conflictuelle) entre les deux genres sinon entre les deux sexes comme l’exprime joliment ce proverbe kabyle qui dit : « Quand elles glissent (= font un faux pas), ils sont salis » (ma ccḍent, ad xnunsen). C’est pourquoi on préfère écourter le célibat des filles et/ou précipiter leur mariage afin de se prémunir contre le risque des tentations sexuelles prénuptiales : « La honte, c’est la jeune fille », dit un proverbe kabyle, tandis que le gendre est appelé « le voile des hontes » (seṭṭar laεyub).

3De lourds impératifs découlent de la logique de l’honneur et des conséquences physiques qu’entraîne un accident de mœurs, le plus bénin, sur la vie et l’avenir de tous les partenaires qu’il implique. Un cas d’adultère avéré par exemple peut ruiner l’honneur de toute une lignée et même entraîner à la mort de plusieurs personnes. Il contraint l’homme coupable à l’exil et place le père, le frère aîné ou le mari de la femme, devant un double dilemme : s’il tue, il engage, ipso facto, la mécanique de la vengeance (tamgreṭ), s’il ne tue pas, il est déshonoré et banni. Quant à la femme, elle est ou bien tuée, ou bien répudiée (« montée sur un âne conduit par un nègre » chez ses parents ; Hanoteau & Letourneux, 1873/2003, t. III). C’est cette pression de l’opinion qui construit la dynamique de l’honneur et qui fait du nnif, une valeur personnelle et collective, public et privée, qui oblige (emporte [yebb°i-t, yewwi-t] dit l’expression kabyle) l’homme le plus dépourvu et le plus démuni d’orgueil, à réagir, bon gré malgré gré, avec un ego exacerbé. Le point d’honneur peut en effet pousser – en cas d’atteinte grave à l’honneur – un homme qui n’a jamais franchi le seuil de son village, à un exil définitif et pousser l’homme le plus vulnérable et pacifique au suicide et/ou au meurtre, comme il peut contraindre certains hommes à sacrifier l’amour des siens à l’honneur comme Sidi Cherif qui, dit-on, avait tué sa fille coupable, pour laver son honneur, d’où l’expression proverbiale : nnif n sidi Ccrif, « avoir le nnif de Sidi Cherif ».

4Tout conflit mettant en jeu le nnif n’est pas nécessairement une interaction et un affrontement entre genres (homme / femme) ou entre groupes (individus, familles, village, tribus). Car, le nnif peut aussi se jouer « de soi à soi », sans qu’il implique aucune partie extérieure. C’est le cas par exemple des déshonneurs intimes et secrets, toujours refoulés, qui vont des petits délits passifs et bénins comme les vols, le fait de répandre des rumeurs infondés et déshonorantes sur tel ou tel personne, jusqu’à des crimes comme les abus sexuels divers, l’inceste et les meurtres domestiques (les infanticides, suicides simulés ou maquillés, parricides, blessures et violences graves et invalidantes sur un membre de la famille (sœur, mère, petit frère, épouse notamment).

5Comme toute valeur relevant du capital symbolique, le nnif n’est pas une valeur qu’on peut hériter, partager, louer ou transmettre ; il n’est pas, non plus, une somme de percepts définis, ni un code de conduite explicitement constitués avec son guide, sa méthode et ses règles de validité, ses exceptions, fixées une fois pour toute. En effet, on ne reçoit pas, dans la prime éducation, ni d’apprentissage délibéré, ni d’enseignement précis et explicite sur le nnif. C’est toute la première éducation et toute l’enfance marquée par une chaîne de rites (circoncision, première coiffure, premier jour de marché, premier jeûne, assistance aux enterrements, présence à l’assemblée, à la tiwizi [entraide], etc.) qui constitue et institue le nnif comme élément et principe de vision et de division du monde social (homme/femme, dehors/dedans) et l’érige en une véritable loi que nul n’est sensé ignorer au risque de se voir déshonoré. Comme toute la logique de l’honneur, le nnif structure en effet l’ensemble des conduites morales ainsi que tous les domaines, économique, politique et juridique comme le montre l’esprit et la lettre des articles (leqwanen) du droit coutumier kabyle (Hanoteau & Letourneux 1873/2003, t III), ainsi que de nombreux contes et récits hagiographiques de la littérature orale. La poésie kabyle de la fin du XVIIIe siècle regorge d’évocations et de faits liés à l’honneur et au déshonneur des hommes et des tribus (Mammeri 1978). Ainsi, Yusef u Qasi, poète célèbre des At Jennad répond à un homme du village de Hendou qui voulait l’engager dans un défi :

Passe encore si tu es d’Abizar

Lukan segg ubiẓar meqqar

Nobles seigneurs

ssyadi leḥrar

Depuis toujours cavaliers

si zik nnsen d imnayen

Mais tu es de Hendou nul recours

imi si Hendu laqrar

C’est honte de t’abattre

ma ɣeḍleɣ-k d lεar

Honte deux fois d’être abattu par toi

ma tɣeḍleḍ-iyi d aεray en

6Une autre fois, pour se plaindre de ceux qui avaient porté atteinte à son honneur en ne respectant pas la protection qu’il avait donné (« Anaya », laεnaya ; cf. EB V, 1988) à des marchands ambulants qui traversaient la plaine des Amrawa pour aller vers Alger, Yucef u Qasi, vint à l’assemblée des At Jennad, la tête ceinte d’une corde en guise de turban (signe de deuil) et dit :

Cette semaine j’ai accompagné des marchands

Ddurt-a nedda d tejjar

Ben ali a brisé mon anaya

yerẓa-yaɣ laεnaya Ben Aεli

L’admettre c’est encourir l’opprobre

ma nsers-as nugad lεar

Le relever c’est s’exposer à trop d’épreuves

ma nrefd-it bezzaf umri

L’anaya est un volcan

laεnaya d adrar n nnar

Mais en elle gît l’honneur

lεazz degs i-gettili

Du nnif (point d’honneur) à tirrugza (virilité) ou l’honneur désenchanté

7Il n’y a pas de doute que la guerre d’indépendance fut une expérience éprouvante pour le nnif. En effet, les exactions qu’ont subi tous les hommes et toutes les femmes interrogés, frappés, torturés, dénudés et exécutés devant leurs enfants et quelquefois devant tout le village réuni, ont poussé beaucoup d’hommes à s’engager dans l’Armée de Libération Nationale, autant sinon d’avantage que ne l’aurait fait la propagande politique du Front de Libération Nationale. On sait aussi que de nombreuses désertions de maquisards et même des ralliements collectifs à l’armée française (Harkis) obéissaient plus à des litiges et des considérations d’honneur qu’à un engagement au service de l’armée française.

8Les exactions subies par ces hommes et ces femmes, ont finalement transformé les attitudes et les représentations des gens à l’égard du nnif en tant que valeur morale, individuelle et collective. C’est en effet les exactions et l’épreuve militaire et politique de la guerre d’indépendance qui ont « inventé » et placé l’honneur de la patrie devant et avant l’honneur éthique et moral local (nnif). D’ailleurs, les agressions morales et physiques de soldats français sur les femmes n’ont pas déshonoré les victimes, ni leurs familles ou leurs hommes. Au contraire, les violences et exactions subies se sont transformées, à l’indépendance, en source d’honneur et de reconnaissance éthique et politique.

9La montée de l’islamisme politique au début des années 1980, l’émergence du mouvement berbère en Kabylie, ainsi que les crises économiques et sociales, l’émigration ont fondamentalement changé les représentations identitaires des Kabyles ; elles ont provoqué un certain désenchantement social et moral qui a fait de certaines valeurs éthiques et morales, comme celle du nnif, une valeur non pas désuète, mais vidée de sa force morale et symbolique. L’extension, apparemment à partir des années 1970, de l’usage du terme kabyle tirrugza, « virilité » semble coïncider avec ce moment de désenchantement et semble même vouloir se substituer à celui du nnif perçu alors comme une valeur « intenable » dans le nouvel ordre social et moral émergeant. Tirrugza semble être un terme que le sens commun utilise pour qualifier ces « nouveaux hommes » qui mettent en scène leur virilité et leur masculinité. Comme pour attiser d’avantage encore ce désenchantement au profit des valeurs de la masculinité et donner plus d’envergure au déracinement éthique et moral, le sens commun s’emploi même à gratifier certaines femmes du terme tabergazt, « la femme masculine », pour opérer une double dénonciation : la dévirilisation des hommes d’une part et la masculinisation des femmes d’autre part. Un renversement du monde que rend bien cette expression kabyle qui dit : yegg°ra-d nnif ɣer tlawin, « le nnif est maintenant entre les mains des femmes ».

10Cependant, des phénomènes sociaux et économiques nouveaux tels que la fin de l’indivision, la généralisation du salariat, la crainte de la justice officielle, ont réduit (mais non pas éradiqué) l’espace du nnif au domaine strictement familial voire même conjugal, tandis que l’honneur collectif et indivis s’est élargi au-delà des frontières tribales et villageoises pour englober les identités politique, linguistique et religieuses, régionales et/ou nationales.

11Si la séparation des sexes n’est plus ce qu’elle était auparavant, grâce à l’essor de la scolarisation et de la mixité, néanmoins, une certaine rigueur physique et morale entoure toujours les relations entre les deux genres et le tabou de la virginité demeure encore le signe effectif de la ḥorma d’une femme. Ce n’est pas tout : en Kabylie, comme ailleurs au Maghreb, un nombre non négligeable de suicides, d’exils définitifs dissimulés derrière une émigration de travail, de nombreuses plaintes déposées dans les commissariats, de nombreux litiges portés devant la justice sont, directement ou indirectement motivés par des considérations liées au nnif. D’autres affaires de nnif, qui mêlent et alternent des histoires de sang et de sexe, restent confidentielles bien que connues de tous – « mensonge sociologique » auquel on doit l’économie de certaines vies. À tout cela, il faut ajouter les compétitions d’honneur « pacifique » entre deux voisins ou simplement deux hommes de même extraction sociale, du même âge, qui se « jalousent » (asem), jusqu’à l’affrontement physique quelquefois. La compétition d’honneur peut prendre une forme matérialiste, chacun mettant un point d’honneur à construire une maison avec le plus d’étages, à avoir la plus belle voiture, à organiser la fête la plus grandiose et la plus coûteuse (pour les mariages ou circoncisions) pour (se) convaincre qu’il est « mieux que l’Autre » ; « Autre » qui peut être le frère, le voisin, le cousin ou n’importe quel villageois de son âge ou de sa génération. Enfin « l’honneur » anime les discussions de jeunes enfants ou même des vieillards qui aiment opposer tel village (le leur si possible) à tel autre : qui aura la mosquée la plus belle, la fontaine la mieux arrangée, les ruelles les plus larges et les plus propres, ou celui qui possède d’avantage de diplômés et/ou de personnalités connues, etc.

12La majorité des hommes et femmes scolarisés n’ont plus le même attachement et la même susceptibilité que leurs parents à l’égard du code du nnif et de la ḥorma, mais continuent, néanmoins (sans le savoir ni le vouloir) à respecter, à préserver et ainsi à perpétuer, par intérêt réel ou symbolique, l’esprit et la lettre de l’ordre et du code ancien de l’honneur. D’autre part, la crise du célibat causée par le recul de l’âge du mariage dû à l’allongement des études et aux nouvelles exigences des jeunes générations ; l’ampleur du chômage des diplômés et la montée fulgurante de la courbe des divorces ont finalement desserré l’étau autour de la morale sexuelle et du code du nnif et de la ḥorma traditionnels et, par contrecoup, ouvert la voie à l’intégrisme moral et religieux.

13Arezki, un vieux paysan kabyle de plus de quatre-vingt ans qui aimait bien « suivre des yeux » les jeunes filles élégantes et « dévoilées » que les transports publics déposent en permanence sur la place du village s’était exclamé un jour à l’adresse d’un jeune célibataire qui lui parlait de la « fin du nnif » : – « Non, jeune homme, jadis, ce n’est pas le nnif qui était abondant, ce sont plutôt les transports qui nous manquaient ! ».

14→ Voir aussi : « Anaya » (EB VIII, 1988) ; « Honneur » (EB XXII, 2000) ; « Meurtre » (EB XXXI, 2010)

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu P., Esquisse d’une théorie de la pratique précédée de trois études d’ethnologie Kabyle, Genève, Droz, 1970.

Bourdieu P., Le sens pratique, Paris, Editions de Minuit, 1980

Bourdieu P., La domination masculine, Paris, Le Seuil, 1999.

Albera D., Blok A. et Bromberger Chr., L’anthropologie de la Méditerranée, MMSH, Maisonneuve & Larose, Paris, 2001.

Amrouche Fadhma Ait Mansour, Histoire de ma vie, Paris, Maspéro, 1976.

Jamous R., Honneur et baraka, Les structures traditionnelles dans le Rif Paris, Editions de la MSH, 1971.

Hanoteau A. & Letourneux A., La Kabylie et les coutumes kabyles, t. III, Paris, Bouchene, 2003 (1ère éd. : 1873).

Mammeri M., Poèmes kabyles anciens, Paris, Maspero, 1979.

Megherbi A., Omar Guetlatou, Alger, ENAL, 1982.

Féraoun M., La terre et le sang, Paris, Seuil, 1953.

Ouary M., Le grain dans la meule, Paris, Bouchene, 1997 (2e édition).

Pitt-Rivers J., Anthropologie de l’honneur. La mésaventure de Sichem, Paris, Hachette, 1997.

Rahmani S., « Le tir à la cible et le nnif en Kabylie », Revue africaine, t, XCIII, 1er et 2e trimestres 1949, p. 126-132.

Tillon G., Le Harem et les cousins, Paris, Le Seuil, 1966.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kamal Chachoua, « NNIF (Le point d’honneur masculin) »Encyclopédie berbère, 34 | 2012, 5560-5566.

Référence électronique

Kamal Chachoua, « NNIF (Le point d’honneur masculin) »Encyclopédie berbère [En ligne], 34 | 2012, document N61, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 02 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/2746 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.2746

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IREMAM
  • Logo INALCO
  • Logo AIBL
  • Logo Peeters
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search