Navigation – Plan du site

AccueilVolumes34Numides / Numidae

Entrées d’index

Mots clés :

Antiquité, Onomastique, Tribu
Haut de page

Texte intégral

1Des tribus restreintes de Numidae sont mentionnées çà et là, notamment par l’épigraphie, dans l’Afrique romaine, et même en dehors du cadre de la Numidie traditionnelle.

2On pensera d’abord tout naturellement à Thubursicu, dit Numidarum (Khamissa, à 32 km au sud-ouest de Souk Ahras, AAA, f. 18, no 297, cf.

3ILAlg I, 1268 : Nunidarum pour Numidarum !), où sont attestés deux personnages portant le titre de princeps gentis Numidarum (ILAlg, I, 1297 et 1341) ainsi que le culte d’un genius gentis Numidiae (ILAlg, I, 1226) par lequel la gens pourrait affirmer son éponymie par rapport à la région. La ville fut très probablement d’abord le lieu de rassemblement d’une tribu ou d’une confédération de tribus, comme il en fut sans doute de Capsa, Gightis ou Sufetula. Beaucoup plus à l’est, à Masculula (Hr Guergour, AATun., 1/50.000, f. 40 [XXXVIII], no 1), entre Le Kef et Chemtou, une inscription distingue les citoyens romains de résidents désignés comme « numides » (CIL VIII, 15.775). On connaît aussi des Numidae Chellenses à Hr Aïn Zouarine (AATun, 1/100 000, f. 29, entre les nos 79 et 86), à 10 km à l’ouest sud-ouest d’Assuras (Zanfour). On notera que ces trois sites sont en Proconsulaire, en dehors de la province de Numidie créée sous Septime Sévère.

4Beaucoup plus à l’ouest, la Table de Peutinger (segm. II, 5 – III, 1) porte au génitif, partitif semble-t-il, l’ethnonyme Numidarum à l’est de la voie Cuicul (Djemila)-Igilgili (Djidjelli) et plus près de ce port maurétanien que de Cuicul. L’implantation de Numides en Sitifienne est confirmée par deux bornes trouvées près d’El Guerria, à 3 km au sud-ouest de Bordj Medjana, à l’ouest de Bordj Bou Arreridj : un procurateur de Maurétanie Césarienne cantonne, sous Hadrien, une gens Numidarum (CIL, 8813 et 8814 ; AAA, f. 15, no 78). Encore sensiblement plus à l’ouest, dans la région de Sufasar (probablement à Amoura, Oued Chorfa, ex-Dollfusville, AAA, f. 13, no 75), a existé un évêché Numid(i)ensis, attesté en 411 et 484 (Lancel, p. 1439). La présence de Numides en Maurétanie peut s’expliquer de deux façons très différentes : elle peut rappeler qu’à l’origine, les Maures ont pu être considérés comme une catégorie de Numides (Polybe, III, 33, 15 ; Tite-Live, XXIV, 49, 5) et qu’en tout état de cause, les Masaesyles de l’Oranais étaient tenus pour des Numides et non pour des Maures (cf. N76. « Numidie préromaine ») ; mais il peut s’agir aussi d’éléments tribaux venus de la Numidie traditionnelle, soit par nomadisme, soit en raison d’un refoulement vers l’ouest et le sud-ouest pratiqué par l’autorité romaine. Reste à expliquer pourquoi le terme très général de « Numides » a été préféré au nom spécifique de la tribu. On observe un phénomène peut-être comparable pour les Afri* et pour les Mazices*.

Haut de page

Bibliographie

Desanges J., 1980 – « Permanence d’une structure indigène en marge de l’administration romaine : la Numidie traditionnelle », Ant. Afr. 15, (= Hommages à J. Lassus, II), p. 77-89.

Lancel S., 1991 – Actes de la Conférence de Carthage en 411, IV (= Sources chrétiennes, no 373), Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jehan Desanges, « Numides / Numidae »Encyclopédie berbère, 34 | 2012, 5668-5669.

Référence électronique

Jehan Desanges, « Numides / Numidae »Encyclopédie berbère [En ligne], 34 | 2012, document N77, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/2770 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.2770

Haut de page

Auteur

Jehan Desanges

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IREMAM
  • Logo INALCO
  • Logo AIBL
  • Logo Peeters
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search