Skip to navigation – Site map

HomeVolumes34Numides/ Numidæ : Note sur le nom...

N78

Numides/ Numidæ : Note sur le nom des Numides

Lionel Galand
p. 5670-5672

Index terms

Top of page

Full text

1Comme l’ont souligné G. Camps et J. Desanges, la forme latine du nom des Numides, Numidæ, diffère trop du grec Νομάδες, par son vocalisme et par son classement dans la 1ère déclinaison latine, pour en être une simple adaptation. Il est probable que Numidæ représente (peut-être maladroitement) un nom indigène, alors que les Grecs ont trouvé dans leur propre langue un mot dont la consonance et le sens de « bergers, nomades » se prêtaient à l’opération : c’est le processus bien connu de l’étymologie dite « populaire ».

2Une stèle libyque de la région de Souk Ahras (RIL 609) comporte trois lignes verticales, dirigées de bas en haut, dont la seconde est constituée par la séquence | || u ϟ ]] X ≡ (écrite ici de gauche à droite, chaque lettre gardant l’orientation qu’elle aurait en ligne verticale). Chabot transcrit cette ligne ainsi : NUMIDDTH. Les mots ne sont pas séparés et l’inscription n’est pas déchiffrée, mais il est tentant d’isoler l’élément NUMID et d’y voir la forme authentique du nom des Numides, employé comme ethnique ou comme simple anthroponyme. Cette conclusion séduisante ne peut être retenue qu’au prix d’une hypothèse. L’écriture libyque est en effet considérée comme une écriture alphabétique défective, qui, en principe, note seulement les consonnes et non les voyelles : on écrit ainsi MSNSN « Massinissa* ». Il est peu probable que, dans ce nom, le N final note la voyelle a, ce qui serait inattendu ; mais, comme « sonante », il a pu être mal perçu par les Latins, ou bien ces derniers l’auront sacrifié pour classer le nom dans une déclinaison à finale -a, propre à leur langue ; la remarque vaut aussi pour la finale de MKWSN « Micipsa* ». Une exception au caractère consonantique de l’écriture est peut-être fournie par la lettre ≡ (ou |||), qui pour certains auteurs représenterait une voyelle ; mais elle a aussi donné lieu à d’autres hypothèses et sa transcription par H dans le Recueil des inscriptions libyques ne doit pas faire illusion non plus. Les lettres ϟ et ||, qui nous intéressent ici, ont-elles parfois noté les voyelles i et u (français [ou]) ? On ne dispose pour en juger que du petit nombre de noms propres dont on possède à la fois la graphie libyque et une transcription latine ou grecque, évidemment sujette à caution. Jusqu’à maintenant aucun exemple ne paraît décisif. Les correspondances constatées dans les quelques bilingues latino-libyques entre ϟ libyque et I latin ne doivent pas faire illusion et s’expliquent par le fait que l’écriture des inscriptions latines n’a que la lettre I pour noter les deux articulations [y] et [i], de même que le V latin doit être lu tantôt [w] et tantôt [u]. On ne doit pas se laisser abuser non plus par les notations de Chabot qui, dans le Recueil des inscriptions libyques, a constamment transcrit les lettres libyques ϟ et || par des voyelles I et U, alors qu’il s’agit, dans les cas les mieux connus, des semi-consonnes Y et W, qui, en berbère et vraisemblablement en libyque, ont le même rôle que des consonnes, même si leur articulation est souvent cause de complications (c’est pourquoi l’appellation « semi-consonnes » est préférable ici à « semi-voyelles). C’est ainsi que l’élément || « fils (de) », qui précède un nom propre, devait représenter une articulation consonantique, puisqu’il est devenu ag en touareg, ce qui n’aurait pas eu lieu à partir d’une voyelle stable [u]. De même, les Latins n’auraient pas entendu [mikipsa], avec une consonne labiale [p], si le nom de ce roi, cité dans RIL 2 et transcrit MKUSN par Chabot, n’avait pas été MKWSN. Dans ces conditions, si l’on veut retrouver Numida dans la séquence NWMYD de RIL 609, il faut admettre que pour une fois la maladresse de Chabot est opportune et que les signes des semi-consonnes désignent ici les voyelles correspondantes : c’est le système bien connu des matres lectionis ou « mères de la lecture ». Pour l’instant, on n’a pas d’attestation sûre de ce système en libyque et la lecture NUMID en serait le seul exemple. S’il convient d’accueillir cette lecture avec prudence, on retiendra pourtant deux considérations qui peuvent la conforter :

  • On sait que la technique de l’écriture libyque a été influencée par celle du punique, qui justement a développé l’emploi des matres lectionis à partir de 150 av. J.-C. environ (Friedrich – Röllig 1970, §104) ;

  • L’écriture touarègue en tifinagh connaît aussi cet emploi.

3Le nom Numidæ appartient à la série des formes en NM, sur lesquelles Camps (1980, p. 152) a déjà attiré l’attention. Leur fréquence est due au fait que les deux consonnes appartiennent à la liste relativement restreinte des éléments qui, à côté des consonnes de la racine, peuvent jouer un rôle dans la formation des mots en sémitique et en berbère, et vraisemblablement en libyque. Mais l’analyse est toujours délicate, parce que ces mêmes consonnes peuvent aussi faire partie de la racine du mot au lieu d’être des formants, ce qui ouvre la porte à des hypothèses variées. Un cas intéressant est celui où les deux consonnes fonctionnent en association comme formants et où la suite NM représente en fait MM, la première labiale ayant subi une dissimilation à cause de la seconde, en vertu d’une « loi » phonétique très souvent vérifiée. Les exemples ne manquent pas, mais les parlers chleuhs du Maroc méridional en fournissent un qui se rapproche de Numidæ : c’est le nom anmaDu, pluriel inmuDa « voyageur » (la majuscule note une consonne tendue). n représente, après dissimilation, le formant m du nom d’agent *am-maDu correspondant au verbe MuDu « voyager » ; la seconde consonne m/M est elle aussi un formant, mais elle sert cette fois à dériver le verbe MuDu d’un verbe primaire Du « marcher, aller », qui est également connu en kabyle et dont une variante sans doute plus ancienne est révélée par le touareg idaw « aller ensemble » ; la notion de déplacement en groupe, qui conviendrait bien à des nomades ou à des transhumants, est soulignée par le formant nasal dans le kabyle myəDu « aller ensemble ». Pour autant, on ne croira pas qu’un nom conservé dans le Sud marocain soit justement celui qui, voici plus de deux millénaires, aurait servi à désigner les Numides, vus comme pasteurs « voyageurs ». Mais l’exemple permet de faire, avec précaution, l’hypothèse que le nom antique présentait une structure plus ou moins semblable à celle qui vient d’être décrite.

Fig. 1. L’inscription RIL 609 (Chabot, p. 137).

Top of page

Bibliography

Camps G., Aux origines de la Berbérie. Massinissa ou les débuts de l’histoire = Libyca / Archéologie Épigraphie, Alger, VIII, 1er semestre 1960.

Chabot J.-B., Recueil des inscriptions libyques, Paris, Imprimerie Nationale, 1940.

Friedrich J. & Röllig W., Phönizisch – punische Grammatik, Roma, 2e éd., 1970 (Analecta Orientalia, 46).

Top of page

List of illustrations

Caption Fig. 1. L’inscription RIL 609 (Chabot, p. 137).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/2771/img-1.jpg
File image/jpeg, 191k
Top of page

References

Bibliographical reference

Lionel Galand, “Numides/ Numidæ : Note sur le nom des Numides”Encyclopédie berbère, 34 | 2012, 5670-5672.

Electronic reference

Lionel Galand, “Numides/ Numidæ : Note sur le nom des Numides”Encyclopédie berbère [Online], 34 | 2012, document N78, Online since 15 March 2021, connection on 29 July 2021. URL: http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/2771; DOI: https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.2771

Top of page

About the author

Lionel Galand

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo IREMAM
  • Logo INALCO
  • Logo AIBL
  • Logo Peeters
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search