Navigation – Plan du site

AccueilVolumes35Oasitae

Entrées d’index

Mots clés :

Antiquité, Egypte, Tribu
Haut de page

Texte intégral

1Les Oasitae sont mentionnés par Ptolémée (G. IV, 5, 12, Müller, p. 694), dans la partie sud-orientale du nome maréote et au voisinage des Nitriotae*. Ce sont les habitants des « oasis », un mot grec (‘Yσαεĩς [plur.] : île petite et île grande des Éthiopiens [sic] d’après Hécatée, cité par Stéphane de Byzance ;’Όασις [sing.] : Hérodote ; αὐάσεις [plur.] : Strabon) transposant laborieusement un mot égyptien, wḥ‘t, qui a d’abord désigné la moderne Balat dans l’oasis de Dakhla (Leclant, p. 56), avant de prendre une valeur beaucoup plus large. En un autre passage (IV, 5, 15, p. 699), Ptolémée groupe (comme Hécatée) sous le nom de région Oasitis la Petite Oasis (Baharia) et la Grande (Kharga). Logiquement, pour lui, les Oasitae devraient être les habitants de l’Oasitis. Mais depuis Strabon, le mot “oasis” est devenu aussi un nom commun.

2Au début du Ve siècle de notre ère, Orose (Hist. I, 2, 9), en évoquant cursivement l’ensemble de l’Afrique, fait état, en partant de la région du Catabathmos, des superiorum fines Auasitarum, les territoires des Auasites supérieurs (c’est-à-dire de l’intérieur des terres, supposées plus élevées à mesure qu’on s’éloigne de la mer et de son niveau). Depuis ces Auasites jusqu’à l’océan Méridional, s’étendent, toujours selon Orose, les déserts d’Éthiopie. On comprend mieux dès lors qu’Hécatée, un millénaire avant Orose, ait situé les oasis en Éthiopie même : en fait, on pratiquait depuis au moins la fin du IIIe millénaire avant notre ère (troisième expédition d’Herkhouf) l’itinéraire des oasis, comme alternative à l’itinéraire nilotique, pour parvenir en Nubie (Leclant, p. 56 ; Grimal, p. 104-105), et il en resta des traces durables dans la vulgate géographique. Les oasis furent par excellence un lieu de rencontre, et sans doute de métissage, entre Libyens* et Éthiopiens, cf. notice L22. Libyoaethiopes.

Haut de page

Bibliographie

Grimal N., Histoire de l’Égypte ancienne, Paris, 1988.

Janvier Y., La géographie d’Orose, Paris, 1982, p. 37 et 123.

Leclant J., « Oasis. Histoire d’un mot », À la croisée des études libyco-berbères. Mélanges offerts à Paulette Galand-Pernet et Lionel Galand, Paris, 1993, p. 55-60.

Wagner G., Les oasis d’Égypte à l’époque grecque, romaine et byzantine d’après les documents grecs, BdE IFAO, t. C, Le Caire, 1987 (en particulier, voir le riche développement consacré au nom « oasis » en grec et aux références grecques aux oasis du désert libyque, p. 121-140).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

J. Desanges, « Oasitae »Encyclopédie berbère, 35 | 2013, 5695.

Référence électronique

J. Desanges, « Oasitae »Encyclopédie berbère [En ligne], 35 | 2013, document O01, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/2790 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.2790

Haut de page

Auteur

J. Desanges

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IREMAM
  • Logo INALCO
  • Logo AIBL
  • Logo Peeters
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search