Navigation – Plan du site

AccueilVolumes35Olivier

Entrées d’index

Mots clés :

Agriculture, Botanique
Haut de page

Texte intégral

Qu’est ce que l’olivier ?

1L’olivier, de la famille des oléacées qui comprend les troènes, les lilas et les jasmins, est un arbre à tige pouvant atteindre 10 à 15 mètres et se divise en rameaux tortueux couverts d’une écorce lisse et grisâtre. Au feuillage persistant d’un vert gris, argenté dessous, cet arbre a une croissance lente et peut devenir centenaire voire pluricentenaire. Ses fleurs petites, d’un jaune verdâtre, apparaissent de mai à juin. Ses fruits, les olives noires à maturité, très amères mais rendues comestibles par diverses préparations, sont conservées ; écrasées, elles donnent une huile appréciée dans le monde entier. Capable de régénérer par rejet de souche, ce qui lui permet de se maintenir après un feu. Son pollen est dispersé par le vent, ses graines par les oiseaux, les petits mammifères et surtout par l’homme. Il est utilisé aussi comme bois de service et d’artisanat ou arbre fourrager (Photo).

2Arbre commun et caractéristique de la région méditerranéenne où il est cultivé depuis l’antiquité. Il présente des propriétés médicinales, ainsi, l’huile est sédative, cholagogue et diminue le risque de maladies cardio-vasculaires ; quant aux feuilles, elles sont diurétiques, fébrifuges et sont utilisées contre le diabète et l’hypertension (Pierre & Lis 1992). Dans l’antiquité, l’huile d’olive avait de nombreux usage : elle servait à l’éclairage, aux soins des corps ; dans la Grèce homérique, on enduisait d’huile les statues.

Photo. : Olivier de Laperrine dans l’oued Idikel (Taessa, Ahaggar). (F. Abdoun, 2008).

3L’olivier constitue des formations préforestières dans une ambiance thermophile avec le caroubier et le lentisque sur presque tout le pourtour méditerranéen, dégradées cependant, par l’action de l’homme et de ses troupeaux. Il peut végéter avec des chênaies sclérophylles, Thuya de Berbérie, genévrier rouge ou les pins méditerranéens. Il peut constituer aussi un peuplement pur s’il est protégé, tel est le cas du groupement forestier « maraboutique » dans le Rif marocain (Benabid 2000).

Géographie de l’olivier

4L’olivier est souvent et depuis longtemps considéré comme originaire de la région méditerranéenne. N’est-ce pas Athéna, déesse grecque qui fit naître le premier olivier prêt du puits d’eau salé jailli du lieu où Poséidon planta son trident pour assoir son pouvoir sur l’Attique. Le tribunal des olympiens décréta plus de droit sur le territoire à la déesse qui lui offrit le plus beau présent (Brosse 1993).

5La difficulté de la recherche de son aire d’origine se trouve amplifiée par sa domestication très ancienne.

6L’olivier sauvage aurait donné naissance aux milliers de races cultivées depuis des temps anciens, la culture serait originaire de Syrie-Palestine et de Crête notait Emberger (1960) dans le Traité de botanique. La spontanéité de l’olivier ainsi que l’origine des oliviers cultivés est, cependant, mise en doute. Chevalier (1948) considérait Olea europea comme espèce collective issue de culture, non connue à l’état sauvage, les formes sauvages (variété oleaster) dériveraient de l’espèce cultivée par l’abandon des cultures. Emberger propose d’envisager comme souche O. chrysophylla dont l’aire s’étend de l’Afrique du Sud à la Chine, et l’Orient comme origine de la culture.

7L’extension de l’olivier est fortement liée aux migrations humaines. Introduit au nouveau monde, il est devenu invasif en Australie et en Californie. Pour mieux comprendre l’histoire de cet arbre, plusieurs disciplines (botanique, génétique, paléoécologie, archéologie) sont mises à contribution.

  • 1 Macaronésie/macaronésien : terme biogéographique qui définit une subdivision géographique caractéri (...)

8D’abord, une révision de la systématique du genre Olea (Green 2002) a réduit le nombre de ses espèces. Les six espèces du genre Olea connues sur le pourtour méditerranéen, en Macaronésie1, en Afrique jusqu’en Chine, sont actuellement regroupées en un complexe de sous espèces d’Olea europea (voir carte). Quant à l’origine de ce taxon, pour les spécialistes, Olea est un des éléments africains xérophiles (Bruneau de Miré & Quézel 1961 ; Maley 1980 ; Quézel 2000), un vestige de la RandFlora caractéristique des zones arides (Monod 1957). Les résultats moléculaires (Besnard 2009) confortent l’hypothèse de l’appartenance à la lignée d’Afrique tropicale du complexe O. europea.

Histoire de l’olivier

9Les mouvements d’extension de l’aire de l’olivier ou de son retranchement dans des zones refuges s’expliquent par la dynamique climatique et tectonique. La migration de l’ancêtre d’Olea est probablement antérieure à la désertification du Sahara et date au moins du Pliocène (Médail et al. 2001). En Europe centrale et méditerranéenne, les premiers restes fossiles du genre Olea sont apparus au cours de l’ère tertiaire (Palamarev 1989). Dans la partie ouest du bassin méditerranéen, le pollen fossilisé d’Olea, encore rare au cours du Miocène (Suc 1989), est devenu plus fréquent durant le début du Pliocène (Médail et al. 2001). Cette migration d’Olea au Pliocène vers l’Europe a-t-elle été favorisée par la crise messénienne ? (Quézel 2000 ; Médail et al. 2001).

Carte : Répartition schématique des oliviers du groupe Olea europea, d’après Quézel, 2000.

10Vers la fin du Pliocène, la première glaciation majeure en Europe du Nord survient marquant le début des oscillations climatiques du Pléistocène, Olea survit (dans des zones refuges ?) et devient un élément majeur de la végétation méditerranéenne sclérophylle au cours des dix derniers millénaires (Terral et al. 2004). Le pollen d’Olea a été enregistré durant le dernier maximum glaciaire, dans des sites archéologiques, situés au sud-est de l’Espagne (Carrión et al. 2003). D’autres plantes thermophiles, comme le Pistachier lentisque, qui est aujourd’hui associé à Olea europaea, ont été identifiés durant le début de l’Holocène dans ce domaine (Pons et Reille 1988).

11Le pollen d’Olea europea est signalé aussi dans les diagrammes polliniques couvrant l’Holocène de quelques sites maghrébins. Ces proportions ne prennent de l’importance qu’à partir des trois derniers millénaires dans le Rif occidental, au dernier millénaire dans le massif de l’Akfadou ; en Kroumirie en revanche, c’est à partir d’environ 20 000 ans que sa présence est continue (Sémah & Renault-Miskovsky 2004).

12Des restes archéologiques de l’olivier l’associent à des établissements humains depuis 24 000 ans BP au Portugal, 7 500 ans BP, en Espagne et en France. Le bois d’olivier a été utilisé comme combustible bien avant sa culture ou sa domestication (Terral et al. 2004). Ces données archéologiques amènent certains auteurs à défendre l’hypothèse de l’existence d’un second foyer de domestication à l’ouest de la Méditerranée (Terral et al. 2004, Breton et al. 2006).

13Les données phylogéographiques montrent l’existence de deux pools génétiques en Méditerranée, une différenciation Est-Ouest, interprétée comme une conséquence d’un isolement des populations durant le Pléistocène (barrière désertique : Egypte-Libye et maritime : l’Adriatique) (Besnard 2009).

14Les approches génétiques moléculaires laissent penser que l’olivier du Maroc, assez proche d’O. europea subsp guanchica des Canaries, est issu d’une souche tropicale ainsi que les oliviers macaronésiens (Quézel et Médail, 2003). Le polymorphisme des génomes cytoplasmiques laisse entrevoir de possibles échanges entre l’Afrique tropicale et la Méditerranée dans les populations sahariennes. La sous espèce laperrini du Sahara central serait issue de l’hybridation entre des individus d’Afrique tropicale et du Nord de l’Afrique (Besnard et al. 2007).

15Les données paléobotaniques du Sahara sont disparates et très peu nombreuses. Pour ne citer que les travaux récents, dans le massif de la Taessa (Ahaggar) ou encore au Tassili des Ajjers, vers le milieu de l’Holocène, on peut dire qu’une steppe arborée à Olea et Pistacia atlantica colonisait les montagnes touarègues (Thinon et al. 1996, Abdoun 2002). Les pollens d’Olea sont présents dans la plus grande partie du dépôt de la grotte de Tin Hanakaten* qui couvre quasiment tout l’Holocène (Amrani 2003). L’analyse des macrorestes végétaux (charbons, fruits) localise, toutefois, l’olivier au niveau de la séquence 8 datée de 8 100 ans BP (Aumassip 1982-1983).

Conclusion

16La connaissance du passé éclaire le futur notamment dans le contexte des changements climatiques annoncés. Si actuellement, au Nord de la Méditerranée, la déprise agricole laisse s’exprimer les potentialités des végétaux (remontée de la limite supraforestière en montagne, expansion des chênes caducifoliés), au Sud, la désertification s’intensifie. Et quand les cédraies auront disparues comme il est prédit par modélisation (Cheddadi et al. 2009), nous verrons, peut être, des oliviers aller des étages thermo-méditerranéens, à l’assaut des sommets atlasiques.

17→ Voir aussi « Aliw (olivier sauvage) » (A167), EB IV, 1987 (S. Chaker) ; « Azemmur (olivier) » (A346), EB VIII, 1990 (S. Chaker) ; « Huile » (H62), EB XXIII, 2000 (H. Camps-Fabrer).

Haut de page

Bibliographie

Abdoun F., 2002 – Etude de la dynamiques spatio-temporelle des populations de Cupressus dupreziana A. Camus au Tassili n’Ajjer, Thèse de doctorat, Université Aix-Marseille III.

Amrani S., 2002 – Reconstitution palynologique des environnements holocènes de Tin Hanakaten (Tassili n’Ajjer, Sahara Central), Mém. Magister, Université d’Alger.

Aumassip G., Delibrias G., 1982-1983 – Ages des dépôts néolithiques du gisement de Ti-n-Hanakaten (Tassili-n-Ajjer. Algérie), Libyca 30-31, p. 207-211.

Benabid A., 2000 – Flore et écosystèmes du Maroc. Evaluation et préservation de la biodiversité, Paris, Ibis Press.

Brosse J., 1993 – Mythologie des arbres, Paris, Payot.

Besnard G., 2009 – Génétique des plantes en milieux méditerranéen et tropical, HDR, Université de Lille I.

Besnard G., Rubio de Casas R., Vargas P., 2007 – « Plastid and nuclear DNA polymorphism reveals historical processes of isolation and reticulation in the olive tree complex (Olea europaea L.) », J. Biogeogr., 34 p. 736-752.

Breton C., Médail F., Pinatel C., Bervillé A., 2006 – « De l’olivier à l’oléastre : origine et domestication de l’Olea europaea L. dans le Bassin méditerranéen », Cahiers Agricultures 15, 4, p. 329-336.

Bruneau de Miré P., Quézel P., 1961 – « Remarques taxonomiques et biogéographiques sur la flore des montagnes de la lisière méridionale du Sahara et plus spécialement du Tibesti et du Djebel Marra », J. Agric. Trop. Bot. Appl., 8 (4-5), p. 110-133.

Carrión J.S., Yll E. I., Walker M. J., Legaz A. L., Chaín C., López A., 2003 – « Glacial refugia of temperate, Mediterranean and Ibero-North African flora in south-eastern Spain : new evidence from cave pollen at two Neanderthal man sites », Global Ecology & Biogeography 12, p. 119-129.

Cheddadi R., Fady B., François L., Hajar L., Suc J.-P., Huang K., Demarteau M., Vendramin G. G., Ortu E., 2009 – « Putative glacial refugia of Cedrus atlantica deduced from Quaternary pollen records and modem genetic diversity ». J. Biogeogr. 36, 7, p. 1361-1371.

Chevalier A., 1948 – « L’origine de l’olivier cultivé et ses variations ». Rev. Intern. Bot. Appl. Agr. Trop. 28, p. 1-25.

Emberger L., 1960 – Traité de botanique, T.II, fasc. I. Paris, Masson.

Green P. S., 2002 – « A revision of Olea L. (Oleaceae) », Kew Bulletin 57, 1, p. 91-140.

Maley J., 1980 – « Les changements climatiques de la fin du Tertiaire en Afrique : leur conséquence sur l’apparition du Sahara et de sa végétation », In : The Sahara of the Nile Quaternary environments andprehistoric occupation in north Africa, M. A. J. Williams & H. Faure, Rotterdam, Balkema Publ., p. 63-86.

Médail F., Quézel P., Besnard G., Khadari B., 2001 – « Systematics, ecology and hylogeographic significance of Olea europaea L. subsp. maroccana (Greuter & Burdet) P. Vargas et al., a relictual olive tree in south-west Morocco », Bot. J. Linn. Soc. 137, p. 249-266.

Monod Th., 1957 – Les grandes subdivisions chorologiques de l’Afrique. CSA, Congrès Yagambi 24, 147 p.

Palamarev E., 1989 – « Paleobotanical evidences of the Tertiary history and origin of the Mediterranean sclerophyll dendroflora », P1. Syst. Evol. 162, p. 93-107.

Pierre M., Lis M., 1992 – Au bonheur des plantes, Paris, Le pré aux Clercs.

Pons A., Reille M., 1988 – « The Holocene and upper Pleistocene pollen record from Padul (Granada, Spain) : a new study », Palaeogeogr. Palaeoclim. Palaeoecol. 66, p. 243-263.

Quézel P., 2000 – Réflexion sur l’évolution de la flore et de la végétation au Maghreb méditerranéen, Paris, Ibis Press.

Quézel P., Médail F., 2003 – Ecologie et biogéographie des forêts du bassin méditerranéen, Elsevier.

Sémah A-M., Renault-Miskovsky J., 2004 – L’évolution de la végétation depuis deux millions d’années, Paris, Errance.

Suc J-P., 1989 – « Distribution latitudinale et étagement des associations végétales au Cénozoïque supérieur dans l’aire ouest-méditerranéenne », Bull. Soc. Géol. Fr. 5, p. 541-550.

Terral J-F., Badal E., Heinz C., Roiron P., Thiébault S., Figueiral I., 2004 – « A hydraulic conductivity model points to post-neogene survival of the mediterraean olive », Ecology, 85 (11), p. 3158-3165.

Thinon M., Ballouche A., Reille M., 1996 – « Holocene vegetation of the central Saharan mountains : the end of the myth », The Holocene 6, p. 452-462.

Haut de page

Notes

1 Macaronésie/macaronésien : terme biogéographique qui définit une subdivision géographique caractérisée par une flore particulière et qui englobe les îles Canaries, les Açores et une partie du Maroc atlantique.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Photo. : Olivier de Laperrine dans l’oued Idikel (Taessa, Ahaggar). (F. Abdoun, 2008).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/2810/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Carte : Répartition schématique des oliviers du groupe Olea europea, d’après Quézel, 2000.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/2810/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fatiha Abdoun, « Olivier »Encyclopédie berbère, 35 | 2013, 5724-5729.

Référence électronique

Fatiha Abdoun, « Olivier »Encyclopédie berbère [En ligne], 35 | 2013, document O14, mis en ligne le 12 mars 2021, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/2810 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.2810

Haut de page

Auteur

Fatiha Abdoun

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IREMAM
  • Logo INALCO
  • Logo AIBL
  • Logo Peeters
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search