Navigation – Plan du site

AccueilVolumes35Origines berbères : Néolithisatio...

O27

Origines berbères : Néolithisation et berbérisation

Jorge Onrubia-Pintado
p. 5845-5855

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La thèse qui admet l’existence d’un lien étroit entre la diffusion du Néolithique* nord-africain et la dispersion des premiers berbérophones est sans doute celle qui bénéficie aujourd’hui du plus ample consensus parmi les hypothèses concernant les origines du peuplement et de la langue berbères. De façon significative et qu’ils soient partisans de la filiation « proche-orientale » ou défenseurs du berceau « africain » (cf. Chaker 1995b, 2006, Blench 2006, Frigi et al. 2010), nombre de chercheurs sont toujours d’accord pour insister sur cette interprétation, vieille de plusieurs décennies, qui s’obstine à placer parmi les lignages les plus reculés de la généalogie des Berbères les groupes humains qui auraient constitué les effectifs de ce qu’il est convenu d’appeler le « Néolithique de tradition capsienne ».

2Ce scénario historique, auquel j’ai moi-même adhéré de façon explicite (Onrubia-Pintado 2000 et 2002), tire ses arguments d’un faisceau de disciplines (linguistique, génétique, anthropobiologie, archéologie) qui, bien qu’elles rendent compte d’une seule et même réalité, divergent dans leurs modèles et leurs méthodes. Il n’est donc pas surprenant que leurs résultats soient parfois incohérents, voire contradictoires, et restent difficiles à évaluer pour les non spécialistes de chacun des savoirs concernés. Malgré tout, cette notice de l’EB nous fournit une excellente occasion de revenir sur cette question en essayant de mettre à contribution les données aujourd’hui disponibles.

Les premiers pasteurs et agriculteurs berbérophones. Les apports de la linguistique historique

3Comme cela est déjà suffisamment connu et à condition bien entendu d’admettre, même de façon nuancée, sa continuité par rapport au libyque, la filière de la langue berbère peut être remontée jusqu’aux XVe-XIVe siècles avant notre ère sur une base aussi fiable que les témoignages insérés dans les textes et documents écrits. De cette époque datent, en effet, les plus anciens témoins onomastiques en « vieux libyque », selon l’expression de F. Colin (1999), transmis par les sources égyptiennes.

4En amont de cette limite chronologique, les jalons qui balisent l’histoire du berbère doivent être empruntés à la reconstruction linguistique. Centre d’intérêt majeur de la linguistique historique et comparée, cette sous-discipline tente de bâtir des généalogies des langues à partir de comparaisons systématiques qui permettent de faire ressortir des correspondances récurrentes et significatives entre deux ou plusieurs langues, sur le plan morphologique, phonologique ou lexical. Une fois établis, ces apparentements s’intègrent dans des classifications à valeur génétique qui établissent l’existence de toute une série de groupes, branches, familles ou super-familles (phyla, sing. phylum) de langues.

5Mais la linguistique historique ne se contente pas d’établir des taxinomies de langues. Car elle se propose aussi de dater les processus évolutifs des familles linguistiques et, tout particulièrement, de fixer la chronologie des stades où divergent chacune de leurs composantes principales. Dans ce but, elle se sert aussi bien de la glottochronologie, méthode à vocation diachronique tirée de la lexico-statistique, que de l’examen de la « vie sociale » d’une série de mots considérés comme pourvus de fortes implications culturelles et, de ce fait, susceptibles d’être datés avec le concours d’autres disciplines, comme l’archéologie.

6L’accord est désormais bien établi sur le fait que la langue berbère (ou les langues berbères) fait (font) partie intégrante de la grande famille chamitosémitique (ou afro-asiatique) dont la composition précise ne fait cependant pas l’unanimité des spécialistes. Car, à côté du sémitique, de l’égyptien, du couchitique et du berbère, les quatre familles ou branches généralement acceptées, certains auteurs en placent d’autres comme le tchadique (Greenberg 1955/1963) et plus récemment, l’omotique (Diakonoff 1965/1988, Ehret 1999, Blench 2006). Sur la base de cet apparentement, et des donnés qui peuvent être tirées des analyses glottochronologiques et des reconstructions lexicales découlant de cette généalogie, il a été proposé de dater l’émergence du chamito-sémitique commun (ou proto-chamito-sémitique) entre le XVe et le Xe millénaire BP et, même, de la situer, suivant les diverses hypothèses, quelque part entre la Corne de l’Afrique, la vallée du Nil, le Sahara central et oriental, l’est maghrébin et le Proche-Orient (cf. Onrubia-Pintado 2002, Diamond et Bellwood 2003, Ehret et al. 2004, Blench 2006, Scheinfeldt et al. 2010, Ehret 2011).

7Inutile de dire qu’il ne manque pas de controverses et de critiques raisonnées à l’encontre de ce scénario historique. Mais, même fondées, ces réserves ne peuvent pas oblitérer le fait que, puisque son rattachement à la grande famille chamito-sémitique ne fait pas de doute, l’autonomie de la langue berbère devait être acquise longtemps avant que l’on assiste, à travers le témoignage des premiers textes écrits, au constat documentaire de la constitution des branches égyptienne et sémitique. C’est-à-dire, en somme, que son histoire comme ensemble linguistique différencié remonterait à bien plus de cinq millénaires et demi.

8De façon significative, la chronologie de cette autonomisation du berbère semble confortée par le vocabulaire des animaux domestiques (chèvre, mouton, bœuf...) et de la céréaliculture (orge, blé, mil...) dont le caractère incontestablement pan-berbère, l’indépendance par rapport au chamito-sémitique commun et, enfin, l’exclusion de toute possibilité d’un emprunt à une autre langue suggèrent une genèse locale et autonome, peut-être à partir de signifiés pré-néolithiques (Blench 2001, Chaker 2006). L’émergence progressive du berbère commun (ou proto-berbère) aurait ainsi sans doute précédé dans le nord de l’Afrique l’apparition des premiers pasteurs et paysans et le processus de sémanto-genèse de ces termes. Mais il reste à décider si cette irruption et la dispersion ultérieure de l’élevage et de l’agriculture ont aussi été accompagnées d’une diffusion postérieure, de la langue parlée par ces premiers pasteurs et paysans berbérophones. D’autant que la surprenante uniformité du berbère sur un espace aussi important a conduit certains chercheurs à évoquer la possibilité d’une fragmentation dialectale plus récente qui, d’après les différentes, et polémiques, reconstructions glottochronologiques proposées, serait en fait intervenue il y a entre 4.500 et 1.500 ans (cf. Onrubia-Pintado 2000 et 2002).

Autochtonie et acculturation dans le Néolithique nord-africain. Archéologie, paléoanthropologie, génétique

9La constatation d’une genèse locale et autonome, c’est-à-dire pleinement berbère, pour le lexique ayant trait à l’agriculture et à l’élevage n’implique nullement pas que les mutations économiques et sociales dont il est le résultat obéissent à des dynamiques essentiellement autochtones. Car toutes les évidences phénotypiques et génétiques aujourd’hui disponibles militent, au contraire, en faveur d’une origine exotique pour la plupart des premiers animaux et plantes domestiques attestés dans le nord de l’Afrique (Zeder 2008, Gifford-Gonzalez et Hanotte 2011). Il n’est plus possible de soutenir à l’heure actuelle l’hypothèse d’une genèse endogène nord-africaine de la domestication de la chèvre, du mouton, du blé ou de l’orge, même si cette dernière céréale connaît des variétés sauvages dans plusieurs régions de l’actuelle Libye où, fort curieusement, les sources grecques classiques situaient par ailleurs l’origine de sa culture (cf. Onrubia-Pintado 2000).

10La seule exception à cette domestication exogène pourrait être constituée par les bovins qui apparaissent dans le désert égyptien il y a dix millénaires. Il est évidemment difficile de déterminer la langue parlée par les pasteurs de ces troupeaux de bœufs, bientôt présents dans l’ensemble du Sahara oriental et central (Garcea 2004) où ils sont peut-être aussi à l’origine d’une céréaliculture du mil et du sorgho bien plus tardive. D’après C. Ehret (1999 et 2011), ils pourraient être soit de locuteurs d’une langue de la famille nilo-saharienne, soit des populations chamito-sémitiques. Mais dans ce dernier cas ils n’auraient qu’une relation assez lointaine avec les premiers berbérophones dont les premiers bovins seraient, comme leurs chèvres, moutons et pores, originaires du Proche-Orient.

11Contrairement au modèle simpliste des invasions ethniques cher à un certain diffusionnisme ou à celui non moins essentialiste qui privilégiait les évolutions locales en vase clos, nous savons aujourd’hui que la néolithisation du bassin méditerranéen est un processus complexe dont la cause ultime nous échappe et que nous ne connaissons que très imparfaitement (Zeder 2008, Lemmen et al. sous presse). Mais ce qui est sûr, c’est que dans cette dynamique intervient toute une série de mécanismes convergents dont le poids et la portée respectifs varient selon les contextes historiques précis : phénomènes de colonisation comportant des déplacements de populations, scénarios d’acculturation et de métissage avec acquisition sélective des nouveautés techniques, diffusions rapides multiples par voie maritime, vagues de diffusion terrestre à rythme variable...

12Pour l’ensemble du Maghreb, c’est dans la région littorale comprise entre la Péninsule Tingitane et l’Oranais que le processus de néolithisation, traditionnellement rattaché au début de ce qu’il est convenu d’appeler le « Néolithique méditerranéen », est à l’heure actuelle le mieux connu (Linstädter 2008). Ici l’introduction des céréales (blé et orge) et des animaux domestiques (chèvre et mouton, puis boeuf et porc) remonterait au VIe millénaire avant notre ère (Ballouche et Marinval 2003) et serait liée à une dynamique de colonisation maritime qui embrasse aussi, au même moment, l’Andalousie et le sud du Portugal. De toute évidence, l’activité de ces colons pasteurs et agriculteurs a lieu en parallèle avec celle des derniers groupes des chasseurs-cueilleurs (épipaléolithiques) locaux qui adoptent, au fur et à mesure de leurs besoins, la panoplie des nouveautés techno-économiques, apparemment d’abord la céramique et seulement plus tard l’élevage et l’agriculture.

13Le processus de néolithisation de l’autre extrémité du Maghreb, que nous pouvons englober par simple commodité sous le concept fourre-tout de « Néolithique de tradition capsienne », bénéficie pour l’instant d’une information beaucoup plus lacunaire. Les chèvres et peut-être les moutons sont attestés en Cyrénaïque et dans les Aurès dans la première moitié du VIe millénaire avant l’ère chrétienne (Gifford-Gonzalez et Hanotte 2011), mais la question reste entière quant à l’introduction des bœufs et aux premières domestications végétales. Pour ce qui est de celles-ci, il est intéressant de noter que les grains d’orge, et peut-être aussi ceux de blé, trouvés dans la grotte libyenne d’Haua Fteah, curieusement toujours dans des niveaux pré-néolithiques, sont des intrusions très récentes (Barker et al. 2009 et 2010). Les céréales (orge et blé), les légumineuses, les raisins ou les figues provenant aussi bien des sites numides de la Tunisie que des habitats garamantiques du Fezzan (Pelling 2005, Portillo et Albert, sous presse), dont la chronologie débute aux premiers siècles du Ier millénaire BP, restent les témoignages les plus anciens d’une agriculture méditerranéenne « indigène » dans cette région du nord de l’Afrique.

14Si, comme pour l’ensemble de la Méditerranée, toutes les données aujourd’hui disponibles concordent sur l’existence d’une ligne principale de diffusion de l’élevage et de l’agriculture dans le nord de l’Afrique allant d’est en ouest, il est, en revanche, impossible d’en déterminer les voies concrètes – sans doute multiples et complexes car très probablement caractérisées par des flux et reflux successifs – que ce phénomène a empruntées. Il semble néanmoins un peu plus aisé d’essayer de déterminer dans quelle mesure les changements socio-économiques et culturels propres à la néolithisation nord-africaine pourraient être mis en relation avec des modifications des scénarios démographiques préexistants. Pour ce faire, le concours de la paléoanthropologie et de la génétique des populations, qui fut son entrée remarquée sur la scène de la linguistique historique à la suite des travaux pionniers de L. Cavalli-Sforza (Cavalli-Sforza et al. 1996, Cavalli-Sforza 1997), s’avère indispensable.

15Compte tenu des difficultés que pose l’application des méthodes de la génétique moléculaire aux restes osseux anciens (« fossiles »), il n’est pas surprenant que l’essentiel des données paléoanthropologiques disponibles pour le Néolithique nord-africain provienne encore des recherches ostéo-métriques classiques. Et il n’est jamais inutile d’insister sur les difficultés que présente l’interprétation des différences métriques et physiques constatées par l’analyse des squelettes humains. Car, s’il est vrai que la morphologie squelettique, crânienne ou dentaire est génétiquement déterminée, il n’est pas moins certain qu’elle est commandée par des interactions complexes de gènes et par des facteurs de variabilité individuelle qui compliquent à l’extrême toute évaluation des résultats.

16Quoi qu’il en soit, le tableau susceptible d’être brossé à partir des restes humains néolithiques qui ont fait l’objet d’une étude plus ou moins approfondie est celui d’une population bigarrée (cf. Onrubia-Pintado 2002). Aux « mechtoïdes » ibéromaurusiens et aux « protoméditerranéens » capsiens, dont la parenté est à présent bien attestée tant du point de vue archéologique que paléoanthropologique, s’ajoutent, dans le Maghreb oriental, des individus appartenant à deux autres types anthropologiques : méditerranéens graciles et « négroïdes ». L’origine de ces derniers semble incontestablement méridionale. Ils pourraient s’apparenter aux populations « mélano-africaines » sahariennes attestées par la paléoanthropologie et l’art rupestre. Comme nous venons de le voir, ces pasteurs de bœufs pouvaient être des locuteurs d’une langue nilo-saharienne ou chamito-sémitique qui, après une phase d’aridité, ont repeuplé la région il y a au moins sept mille ans. La genèse des méditerranéens graciles, quant à elle, reste floue. Mais leurs différences squelettiques par rapport aux robustes « proto-méditerranéens » du Capsien porteraient plutôt à penser à une population différente cantonnée de préférence dans les régions maghrébines les plus orientales.

17De façon significative, cette mosaïque paléoanthropologique présente quelques affinités avec le scénario démographique qui peut être reconstruit à partir de l’analyse génétique des populations nord-africaines actuelles. Sur le plan moléculaire, cette étude de l’hérédité et de la diversité génétique repose sur différents marqueurs génétiques polymorphes : systèmes immunologiques (groupes sanguins, système majeur d’histocompatibilité HLA), enzymes et autres protéines, marqueurs sexuels spécifiques (ADN mitochondrial, chromosome Y).

18Il se trouve que l’interprétation de ces données génétiques est d’une complexité extrême. Aux problèmes posés par les échantillonnages, souvent peu systématiques et menés en dehors de critères anthropologiques précis, s’ajoutent les difficultés pour évaluer la portée réelle et le poids relatif des processus de différentiation génétique : taille des populations, isolement et dérive génétique, migrations et métissages, organisation sociale et matrimoniale... Il n’est donc pas surprenant que, suivant les marqueurs génétiques utilisés et les caractéristiques des échantillons choisis, les conclusions puissent être diamétralement opposées (Bosch et al. 2001 ; cf. Onrubia-Pintado 2002, Arredi et al. 2004, Larrouy 2004, Semino et al. 2004, Keita 2008 et 2010, Frigi et al. 2010, Fadhlaoui-Zid et al. sous presse). Ceci dit, une évidence s’impose avec force : l’hétérogénéité génétique des Berbères et l’impossibilité d’établir un profil génétique paléo-nord-africain.

19Quoi qu’il en soit, les marqueurs génétiques classiques et certains haplotypes du chromosome Y et de l’ADN mitochondrial suggèrent la perpétuation chez les Maghrébins (berbérophones et arabophones) d’un substrat génétique ancestral apporté par des hommes et des femmes originaires de l’est de l’Afrique dont la chronologie remonterait à une vingtaine de millénaires. Sur ce fonds de peuplement paléolithique seraient venus se greffer, en moindre nombre, avant et pendant le Néolithique, divers lignages masculins et féminins provenant aussi bien du Proche-Orient que du sud du Sahara. Ce tableau démographique correspondrait plutôt à des phénomènes de métissage qu’à des dynamiques d’évolution locale et se placerait, d’un point de vue génétique, entre l’est de l’Afrique subsaharienne et l’Eurasie.

20Globalement tout se passe comme si la néolithisation nord-africaine n’avait pas grandement modifié le panorama démographique préexistant car l’arrivée d’éventuels colons proche-orientaux, susceptible d’être prouvée aussi bien au niveau paléoanthropologique que génétique, semble peu significative. Nous aurions surtout affaire à une dynamique d’acculturation. Rien à voir donc avec une « invasion » ethnique avec remplacement brutal des populations locales, anéanties ou chassés par les vagues des nouveaux arrivés. Ce scénario démographique et historique peut être mis en relation avec des dynamiques de diffusion ou de substitution linguistique ? Dans quelle mesure contribue-t-il à expliquer l’émergence et la première dispersion de la langue berbère ?

La néolithisation et les scénarios historiques de l’origine et la diffusion du berbère

21Acquise dans des milieux déjà berbérophones par des dynamiques d’acculturation avec un faible apport génétique exogène, la domestication d’animaux et de plantes n’a certes pas comporté un remplacement démographique important dans les régions les plus septentrionales du Maghreb. Dans ces conditions il est difficile de soutenir qu’elle ait pu, en revanche, être à l’origine d’un phénomène de substitution linguistique généralisée.

22Ce constat n’est pas sans conséquences sur la question de la genèse de la langue berbère. Étant donné que cette néolithisation a eu lieu sur un substrat de groupes pré-néolithiques divers, rattachés au Capsien à l’est et à l’Épipaléolithique méditerranéen à l’ouest, mais génétiquement et culturellement liés dans leur ensemble aux Ibéromaurusiens, il est inévitable de se demander, comme semble faire S. Chaker (2006), si ce ne serait pas ces derniers qu’il faudrait placer à la tête de la généalogie des Berbères nord-africains. L’archéologie, la paléoanthropologie et la génétique convergeraient en effet sans trop de difficultés sur la possibilité d’identifier les bandes de chasseurs-cueilleurs ibéromaurusiennes à des populations originaires du nord-est de l’Afrique qui se seraient progressivement déplacées vers l’ouest il y a une vingtaine de millénaires. Et cette expansion sur des territoires alors désertés par les Atériens à la suite de la remarquable détérioration climatique liée à la dernière période glaciaire serait, à son tour, aisément susceptible d’être mise en relation avec une recolonisation linguistique qui pourrait expliquer de façon satisfaisante un fait assez éloquent : l’absence de toute trace toponymique pré-berbère dans le nord de l’Afrique (Allati 2002 ; Chaker 2006 et EB, notice O17).

23Mais, cette hypothèse présente deux inconvénients majeurs. Tout d’abord, la chronologie proposée pour l’émergence et la fragmentation ultérieure du chamito-sémitique commun (XVe-Xe millénaires avant notre ère) et, d’autre part, l’explication à donner à la surprenante uniformité que montrerait la langue berbère pendant vingt millénaires.

24Pour ce qui est de la chronologie du proto-chamito-sémitique, il ne faut pas oublier que la méthode glottochronologique et le comparatisme lexical sur lesquels repose cette datation, ne sont pas compatibles avec une différentiation du proto-berbère vieille de quelque 20.000 ans, et sont loin de susciter l’unanimité des spécialistes. Surtout lorsqu’ils se situent, comme ici, à la limite du seuil temporel que peuvent atteindre les reconstructions linguistiques.

25Quant à l’exceptionnelle homogénéité du berbère pendant une si longue période, la seule interprétation possible consisterait en admettre, avec R. Blench (2001 et 2006) et suivant le modèle des langues australiennes, que cette stabilité serait la conséquence d’un processus constant de flux et reflux linguistiques entre locuteurs de langues, dialectes ou parlers étroitement apparentés. Une telle dynamique pourrait donner comme résultat un enchevêtrement semblable à celui que l’on trouve actuellement au niveau des isoglosses lexicales et phonologiques de la langue berbère. L’indéniable constatation archéologique et historique de l’existence d’une forte mobilité démographique dans le nord de l’Afrique au cours des vingt derniers millénaires contribue à étayer cette interprétation.

26C’est précisément cette mobilité qui caractérise les premiers pasteurs et agriculteurs de l’Afrique méditerranéenne. Car, probables parents lointains des Ibéromaurusiens et en tout cas berbérophones de longue date, ils ont sans doute joué un rôle décisif dans la berbérisation des Atlas, du Maghreb présaharien et du Sahara. Dans un contexte d’expansion démographique favorisé par les nouveaux scénarios socio-économiques, l’exceptionnelle capacité d’adaptation de leurs troupeaux d’ovins leur a permis de sillonner et de peupler un environnement aride et à sécheresses cycliques. Mais il ne faut pas imaginer des migrations massives. Il s’agit assurément de déplacements graduels d’effectifs réduits prêts à intégrer, le cas échéant, les habitants préexistants par le biais de phénomènes d’acculturation et de métissage dont témoigneraient, par exemple, la multiplicité des faciès régionaux du « Néolithique de tradition capsienne » et la variabilité de ses techniques et de ses équipements matériels.

27A peine quelques siècles avant que les premières sources écrites égyptiennes fassent état de leur présence à l’ouest du delta du Nil, les pasteurs néolithiques berbérophones s’aventurent vers le cœur du Sahara. Il y a à peu près six mille ans leurs figurations, qui ne sont pas sans rappeler les types anthropologiques et les marques corporelles des Libyens* de l’iconographie pharaonique (Hachid 2000, p. 92-102), et celles de leurs moutons sont gravées ou peintes sur les parois rocheuses de l’Atlas saharien, du Tassili des Ajjer ou de l’Akakous (Le Quellec 2004, Achrati 2011). A peu près au même moment, ils atteignent le nord-est du massif de l’Aïr (Paris 1996) et probablement un millénaire plus tard, les contrées occidentales des territoires sahariens (Vernet 1993, Onrubia-Pintado 1996).

28→ Voir aussi “Apparentement” (A247), EB VI, 1989 et dossier “Néolithisation – Néolithique” (N40 à N49), EB XXXIV, 2012.

Haut de page

Bibliographie

Achrati A., 2011 – « The relationship between the Iheren-Tahilahi/Wa-n-Amil Art and the Algerian Saharan Atlas. The significance of Garet al-Khalwa », Sahara, 22, p. 153-154.

Allati A., 2002 – « Archéo-linguistique et préhistoire de l’Afrique du nord », in Histoire des Amazighs (Symposium international sur l’histoire des Berbères). L’histoire ancienne, vol. 1, Agadir-Rabat, Association de l’Université d’été d’Agadir-Bouregreg, p. 63-80.

Arredi B., Poloni E. S., Paracchini S., Zerjal T., Fathallah D. M., Makrelouf M., Pascali V. L., Novelletto A. et Tyler-Smith C. : 2004 – « A Predominantly Neolithic Origin for Y-Chromosomal DNA Variation in North Africa », American Journal of Human Genetics, 75, p. 338-345.

Ballouche A. et Marinval Ph., 2003 – « Données palynologiques et carpologiques sur la domestication des plantes et l’agriculture dans le Néolithique ancien du Maroc septentrional (site de Kaf Taht el-Ghar) », Revue d’Archéométrie, 27, p. 49-54.

Barker G., Antoniadou A., Barton H., Brooks I., Candy I., Drake N., Farr L., Hunt C., Abdulhamid Irahim A., Inglis R., Jones S., Morales J., Morley I., Mutri G., Rabett R., Reynolds T., Simpson D., Twati M. et White K., 2009 – « The Cyrenaican Prehistory Project 2009 : the third season of investigations of the Haua Fteah cave and its landscape, and further results from the 2007-2008 fieldwork »., Libyan Studies, 40, p. 55-94.

Barker G., Antoniadou A., Armitage S., Brooks I., Candy I., Connell K., Douka K., Drake N., Farr L., Hill E., Hunt C., Inglis R., Jones S., Lane C., Lucarini G., Meneely J., Morales J., Mutri G., Prendergast A., Rabett R., Reade H., Reynolds T., Russell N., Simpson D., Smith B., Stimpson C., Twati M. et White K., 2010 – « The Cyrenaican Prehistory Project 2010 : the fourth season of investigations of the Haua Fteah cave and its landscape, and further results from the 2007-2009 fieldwork », Libyan Studies, 41, p. 63-88.

Blench R., 2001 – « Types of language spread and their archaeological correlates : the example of Berber », Origini, XXIII, p. 169-189.

Blench R., 2006 – Archaeology, Language, and the African Past (The African Archaeology Series, X), Lanham, AltaMira Press.

Bosch E., Calafell F., Comas D., Oefner P.J., Underhill P.A. et Bertranpetit J., 2001 – « High-Resolution Analysis of Human Y-Chromosome Variation Shows a Sharp Discontinuity and Limited Gene Flow between Northwestern Africa and the Iberian Peninsula », American Journal of Human Genetics, 68, p. 1019-1029.

Cavalli-Sforza L.-L., 1997 – Genes, pueblosy lenguas, Barcelone, Crítica.

Cavalli-Sforza L.-L., Menozzi P. et Piazza A., 1996 – The history and geography of human genes, Princeton, Princeton University Press (nouv. éd. abrégée).

Chaker S., 1989 – « Apparentement (de la langue berbère) », Encyclopédie berbère, VI, p. 812-820.

Chaker S., 1995/a – « Linguistique et préhistoire : autour de quelques noms d’animaux domestiques en berbère », L’homme méditerranéen. Mélanges offerts à Gabriel Camps, Publications de l’Université de Provence, Aix, p. 259-264.

Chaker S., 1995/b – Linguistique berbère. Etudes de syntaxe et de diachronie, Paris/Louvain, Peeters, 275 p. Notamment chap. 15 : « Comparatisme et reconstruction. Domaine chamito-sémitique », chap. 16 : « La parenté chamito-sémitique du berbère : un faisceau d’indices convergents ».

Chaker S., 2006 – « Aux origines berbères : préhistoire et linguistique. Allochtonie/Autochtonie du peuplement et de la langue berbères ? », in Faits de langues. Les langues chamito-sémitiques (afro-asiatiques). Volume 2, Paris, Ophrys, p. 235-244.

Colin F., 1999 – « Le “vieux libyque” dans les sources égyptiennes (du Nouvel empire à l’époque romaine) et l’histoire des peuples libycophones dans le nord de l’Afrique », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, Afrique du Nord, nouv. sér., 25 (années 1996-1998), p. 13-18.

Diakonoff I. M., 1965/1988 – Semito-hamitic languages, Moscou. Réédition révisée : 1988, Afrasian languages, Moscou, Nauka.

Diamond J. et Bellwood P., 2003 – « Farmers and their Languages. The First Expansions », Science, 300, p. 597-603.

Ehret C., 1999 – « Who were the Rock Artist ? Identifying the Holocene populations of the Sahara », in NEWS 95 (Proceedings of the International Rock Art Congress North East West South). Symposium 13d : Rock Art and the Sahara, Turin, Centro Studi e Museo d’Arte Preistorica di Pinerolo (éd. HTLM – CDrom, ehlist1.jpg).

Ehret C., 2011 – History and the Testimony of Language, Berkeley-Los Angeles, University of California Press.

Ehret C., Keita S.O.Y. et Newman P., 2004 – « The Origins of Afroasiatic », Science, 306, p. 1680-1681.

Fadhlaoui-Zid K., Rodríguez-Botigué L., Naoui N., Benammar-Elgaaied A., Calafell F. et Comas D., sous presse – « Mitochondrial DNA Structure in North Africa Reveals Genetic Discontinuity in the Nile Valley », American Journal of Physical Anthropology (2011), doi : 10.1002/ajpa.21472.

Frigi S., Cherni L., Fadhlaoui-Zid K. et Benammar-Elgaaied A., 2010 – « Ancient Local Evolution of African mtDNA Haplogroups in Tunisian Berber Populations », Human Biology, 82 : 4, p. 367-384.

Garcea E.A.A., 2004 – « An Alternative Way Towards Food Production : The Perspective front the Libyan Sahara », Journal of World Prehistory, 18 : 2, p. 107-154.

Gifford-Gonzalez D. et Hanotte O., 2011 – « Domesticating Animals in Africa : Implications of Genetic and Archaeological Findings », Journal of World Prehistory, 24 : 1, p. 1-23.

Greenberg J., 1955 – Studies in African Linguistic Classification, New Haven.

Greenberg J., 1966 (1963), Languages of Africa, The Hague, Mouton.

Hachid M., 2000 – Les premiers Berbères. Entre Méditerranée, Tassili et Nil. Alger-Aix-en-Provence, Ina-Yas/Édisud.

Keita S. O., 2008 – « Geography, selected Afro-Asiatic families and Y chromosome lineage variation. An exploration in linguistics and phylogeography », in J.D. Bengtson (éd.), In Hot Pursuit of Language in Prehistory. Essays in the four fields of anthropology in honor of Harold Crane Fleming, Amsterdam, John Benjamin, p. 3-16.

Keita S.O.Y., 2010 – « Biocultural Emergence of the Amazigh (Berbers) in Africa : Comment on Frigi et al. (2010) », Human Biology, 82 : 4, p. 385-393.

Larrouy G., 2004 – « La place de l’Anthropobiologie dans l’étude du peuplement berbère. Affirmations, contradictions, conclusions », Antropo, 7, 1-10. www.didac.ehu.es/antropo

Le Quellec J.-L. : 2004 – « Une scène miniature incisée à Ti-n-Taborak (Akâkûs) et ses implications pour la chronologie des gravures rupestres du Sahara », Sahara, 15, p. 59-74.

Lemmen C., Gronenborn D. et Wirtz, K. W., sous presse – « A simulation of the Neolithic transition in Western Eurasia », Journal of Archaeological Science (2011), doi : 10.10l6/j.jas.2011.08.008.

Linstädter J., 2008 – « The Epipalaeolithic-Neolithic-Transition in the Mediterranean region of Northwest Africa », Quartär, 55, p. 41-62.

Onrubia-Pintado J., 1996 – « Archéo-écologie des occupations humaines holocènes du bassin côtier de Tarfaya », in J. Riser (éd.) : Le bassin de Tarfaya (Maroc atlantique ,28e Nord). Paléoenvironnements, Paléoanthropologie, Préhistoire, Paris, L’Harmattan, p. 237-249.

Onrubia-Pintado J., 2000 – « De etnogénesis bereber. Algunas consideraciones acerca del problema del origen de las primeras formaciones sociales bereberohablantes », in V. Moga-Romero et R. Raha-Ahmed (éds.) : Estudios Amaziges. Substratos y sinergias culturales (Biblioteca Amazige, 4), Melilla, Servicio de Publicaciones, p. 13-54 (version anglaise in A. Arnaiz-Villena éd., Prehistoric Iberia. Genetics, Anthropology, and Linguistics, New York, Kluwer Academic/Plenum Publishers, 2000).

Onrubia-Pintado J., 2002 – « Les premiers berbérophones : linguistique, génétique, anthropobiologie, archéologie », in Histoire des Amazighs (Symposium international sur l’histoire des Berbères). L’histoire ancienne, vol. 1, Agadir-Rabat, Association de l’Université d’été d’Agadir-Bouregreg, p. 43-61.

Paris F., 1996 – Les sépultures du Sahara nigérien du Néolithique à l’islamisation (Collection Études et Thèses), Paris, ORSTOM. 2 vols.

Pelling R., 2005 – « Garamantian agriculture and its significance in a wider North African context : The evidence of the plant remains from the Fazzan proproject», The Journal of North African Studies, 10 :3-4, p. 397-412.

Portillo M. et Albert R.M., sous presse – « Husbandry practices and livestock dung at the Numidian site of Althiburos (el Médéina, Kef Governorate, northern Tunisia) : the phytolith and spherulite evidence », Journal of Archaeological Science (2011), doi : 10.10l6/j.jas.2011.06.027.

Scheinfeldt L.B., Soi S. et Tishkoff S.A., 2010 – « Working toward a synthesis of archaeological, linguistic, and genetic data for inferring African population history», Proceedings of the National Academy of Sciences, 107, suppl. 2, p. 8931–8938.

Semino O., Magri C., Benuzzi G., Lin A.A., Al-zahery N., Battaglia V., Maccioni L., Triantaphyllidis C., Shen P., Oefner P.J., Zhivotovsky L.A., King R., Torroni A., Cavalli-Sforza L. L., Underhill P. ET Santachiara Benerecetti S., 2004 - « Origin, Diffusion, and Differentiation of Y-Chromosome Haplogroups E and J : Inferences on the Neolithization of Europe and Later Migratory Events in the Mediterranean Area », American Journal of Human Genetics, 74 :1023–1034.

Vernet R., 1993 – Préhistoire de la Mauritanie. Nouakchott, Centre Culturel Français A. de Saint Exupéry-Sépia.

Zeder Μ. A., 2008 – « Domestication and early agriculture in the Mediterranean Basin : Origins, diffusion, and impact », Proceedings of the National Academy of Sciences, 105 : 33, p. 11597-11604.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jorge Onrubia-Pintado, « Origines berbères : Néolithisation et berbérisation »Encyclopédie berbère, 35 | 2013, 5845-5855.

Référence électronique

Jorge Onrubia-Pintado, « Origines berbères : Néolithisation et berbérisation »Encyclopédie berbère [En ligne], 35 | 2013, document O27, mis en ligne le 12 mars 2021, consulté le 17 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/2830 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.2830

Haut de page

Auteur

Jorge Onrubia-Pintado

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IREMAM
  • Logo INALCO
  • Logo AIBL
  • Logo Peeters
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search