Navigation – Plan du site

AccueilVolumes36Os / Iɣǝss (ethnolinguistique)

O33

Os / ǝss (ethnolinguistique)

Salem Chaker
p. 5881-5884

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il existe d’autres dénominations de l’os (par ex., tamazight du sud-est : aqzzuy, aqešbab, aqežmiž, (...)

1Le mot « os », iɣəss en berbère1, présente un grand intérêt linguistique, ethnolinguistique et anthropologique. Il fait partie de ces termes fondamentaux de l’anatomie (humaine, animale et végétale) caractérisés par une remarquable unité à travers l’ensemble du domaine berbère :

  • Kabyle : iɣəss, plur. iɣsan (Dallet, p. 629).

  • Chaoui : iɣs, plur. iɣsan (Huyghe, p. 462).

  • Chenoua : iɣəs, plur. iɣsan (Laoust, p. 139).

  • Chleuh : ixss, plur. ixsan (Destaing, p. 206) ; iɣs, plur. iɣsan (Laoust, p. 36 ; Jordan, p. 75).

  • Tamazight : iɣəss, plur. iɣsan (Mercier, p. 181) ; iɣəss, plur. iɣsan ou iɣəsswan (Taïfi, p. 207-8).

  • Rif : iɣəs, plur. iɣsan et ixss, plur. ixsan (Renisio, p. 360 ; Biarnay, p. 50).

  • Mzab : iɣəs et ixs, plur. iɣsan (Delheure 1984, p. 155).

  • Ouargla : iɣəs, plur. iɣəsan ou ixsan (Delheure 1987, p. 246).

  • Touareg (tamahaq) : éɣəs, plur. iɣəsān (Foucauld, IV, p. 1780-1) ; Touareg méridional : eɣᾰs, plur. iɣəsān (Prasse p. 305).

  • Ghadames : ɣəss, plur. ɣāsən (Lanfry, n° 1255).

  • Nefoussa : ɣəss, plur. iɣəssən (Calassanti-Motylinski, p. 143).

  • Zenaga : ?ss (Taine-Cheikh, p. 52).

2

3Il présente d’ailleurs des correspondances assez nettes avec des formes lexicales sémitiques (arabe), égyptiennes et tchadiques (cf. Prasse et al. 2002, p. 305) et appartient donc certainement au fonds lexical commun afro-asiatique.

4Le terme entre dans la formation des composés lexicaux les plus anciens et les plus communs à l’ensemble berbère :

  • iɣəsdis < iɣəss + dis (côté) = « côte », attesté en kabyle, chleuh (Laoust, p. 36 ; Jordan, p. 75), en rifain (Renisio, p. 360), en tamazight (Taïfi, p. 208)...

  • aɣ°əsmar / (t)aqəsmar(t) < aɣəs + mar (barbe/menton) = « mâchoire », attesté en kabyle, Chenoua (Laoust, p. 139), en chleuh (Laoust, p. 32) ; en rifain (Renisio, p. 360 ; Biarnay, p. 50)...

  • aqesbuḍ < aqəs + buḍ (tronc, ventre, nombril...) = « gigot, cuisse », kabyle (Dallet, p. 682-3).

5

6Par la forme de leur second élément, ces composés anciens confirment l’absence à date ancienne de la marque nominale initiale (a–/ta– ; cf. N62 « Nom/Nominal », EB XXXIV) et le lien étroit qui unit [ɣ] et [q] dans le système phonologique fondamental du berbère commun, où ces deux sons ne devaient être que des variantes (régionales et/ou contextuelles) d’un seul phonème. De même, le couple iɣəs(s)/ixs(s) confirme que la constrictive vélaire sourde [x] est - quand elle n’est pas empruntée à l’arabe - toujours secondaire en berbère et résulte de l’assourdissement de [ɣ] lorsque ce dernier entre en contact direct avec une sourde, consécutivement à la disparation d’un élément vocalique (ici le schwa) : iɣəss > iɣss > ixss (de même : iɣəf > iɣf > ixf « tête, extrémité »).

7Une forme féminine apparentée, taɣəssa, désigne « l’ensemble des os », « le squelette », « l’ossature », la « carcasse » (touareg : Foucauld, IV, p. 1781).

  • 2 Prasse (2002, p. 305) pose un /h/ (d’où *ƔSH), conformément à sa théorie reconstructive qui propose (...)

8Les différentes formes attestées, notamment le pluriel en –an (avec voyelle longue [ān]), la présence de la labio-vélarisation dans wəsmar, et la tension nette de la sifflante finale au singulier dans la plupart des attestations synchroniques doivent être interprétées comme la trace d’une ancienne consonne finale disparue, présentant sans doute le trait de labialité (=/w/ ?) : on posera donc une racine primitive *ƔS(W)/QS(W)2.

9Au plan sémantique, l’intérêt de ce mot n’est pas moins grand, puisqu’il désigne à la fois « l’os » et le « noyau » d’un fruit, qui sont donc associés comme « composant interne dur d’un animal, être humain ou d’un végétal » ; parfois même la « carapace » (Chenoua), la « charpente » (touareg).... Le sens « noyau » est certainement fondamental car très largement attesté à travers le domaine berbère (kabyle, tamazight, Mzab, Ouargla, Ghadamès, touareg méridional, zenaga...) et peut donc difficilement être considéré comme secondaire contrairement à ce qu’écrit Prasse (2002, p. 305 : « par extension »).

10Le terme désigne aussi dans la plupart des parlers kabyles le « levain » (Dallet, p. 629), comme si l’élément servant à faire lever la pâte en était « l’ossature, la charpente interne ».

11En anthropologie sociale, chez les Berbères marocains, le terme signifie « fraction de tribu » (Rif : Renisio, p. 360 ; Tamazight : Taïfi, p. 207-8 ; voir aussi Jamous 1981/2003), composante de afus*, « la main »*, qui lui désigne la tribu* ; iɣəss/ixss s’intégre ainsi dans un système symbolique assez cohérent où l’organisation sociale est dénommée/organisée en analogie avec le corps humain (tête, main, paume, doigt, ventre, dos...), et dont on retrouve les traces chez tous les Berbères, (cf. notices A83 « afus », EB II ; M16 « Main », EB XXX).

12En kabyle, dans le même champ anthropologique, le terme s’applique à tout lien de parenté :

Llan yəɣsan gar-asən : il y a des os entre eux = « ils ont des liens de parenté » (Dallet 1982, p. 629).

13L’importance symbolique des os est telle que le pluriel iɣsan réfère souvent à l’individu lui-même, à son essence d’être humain :

Kabyle : yəssarəd iɣsan-is = il a lavé ses os = « il s’est lavé », dans le sens de « il s’est purifié, il s’est régénéré par un bain purificateur, salvateur ». L’expression s’emploiera souvent en contexte religieux (pèlerinage notamment ; cf. plusieurs autres exemples dans Dallet, p. 629). Un emploi analogue est relevé pour la tamazight du Maroc central par Taïfi (issird iɣsan-nns, il a lavé ses os = « il a pris un bain », p. 207).

14Cette identification des os à la personne elle-même est confirmée, à l’autre bout du monde berbère, par les usages du touareg méridional (Iwellemmeden*, Ayr*) :

уеrẓa eɣăs-net, il brisé os-son = « il l’a insulté ».

15Iɣəss/iɣsan peut même remplacer le pan-berbère iman, « personne, âme, être humain », même dans les contextes où iman est quasiment grammaticalisé :

s ăɣăs(-net), avec os(-son) = « en personne, lui-même », (cf. kabyle s yiman-is). (Prasse 2002, p. 305 ; plusieurs exemples).

16Enfin, autre trace de l’importance socioculturelle de l’os/iɣəss : sa présence dans des formules de serments très anciennes, dans lesquelles on jure en évoquant les « os de ses ancêtres » :

s yiɣsan n baba... ! « Par les os de mon père... ! »
s wuzu n yiɣsan n baba... ! « Que les os de mon père soient détruits (par le feu, si)... ».

17(notations personnelles).

18On sera tenté d’y voir la trace ténue des pratiques funéraires protohistoriques, notamment celles du décharnement-décarnisation des cadavres, de la pratique fréquente des inhumations secondaires et de la conservation des os des défunts dans des vases funéraires comme à Tiddis*, peut-être même dans la demeure des vivants comme dans de nombreuses régions du monde (cf. Camps 1961, p. 481 à 501). On peut même se demander si les injures du français des “Pieds-noirs” du genre « La mort de tes os ! » n’en sont pas un lointain écho car l’on sait que les usages linguistiques des Français d’Algérie ont été profondément influencés par les langues locales, principalement l’arabe dialectal, qui lui-même est truffé d’interférences du substrat/adstrat berbère.

Haut de page

Bibliographie

Camps G., Monuments et rites funéraires protohistoriques (Aux origines de la Berbérie), Paris, AMG, 1961.

Biarnay S., Étude sur les dialectes berbères du Rif Paris, 1917.

Calassanti-Motylinski A. (de), Le Djebel Nefousa : transcription, traduction française et notes, avec une étude grammaticale, Paris, Leroux, 1898.

Dallet J.-M., Dictionnaire kabyle-français, Paris, SELAF/Peeters, 1982.

Delheure J., Dictionnaire mozabite-français, Paris, SELAF/Peeters, 1984.

Delheure J., Dictionnaire ouargli-français, Paris, SELAF/Peeters, 1987.

Destaing E., Vocabulaire français-berbère (Etude sur la tachelhit du Soûs), Paris, Leroux, 1938.

Foucauld Ch. de, Dictionnaire touareg-français, 1951-2.

Huyghe R.P. : Dictionnaire français-chaouia, Alger, 1906.

Jamous R., Honneur et Baraka, les structures sociales traditionnelles dans le Rif Paris. MSH/Cambridge University Press 2003 (1981).

Lanfry, Ghadames II. Glossaire, Alger, FDB/Le Fichier Périodique, 1973.

Laoust E., Etude sur le dialecte berbère du Chenou..., Paris, Leroux, 1912.

Laoust E., Mots et choses berbères, Paris, Challamel, 1920 (Rabat, SMER, 1983).

G. Mercier, Vocabulaire et textes berbères dans le dialecte des Aït Izdeg, Rabat, René Céré, 1937.

Prasse K.-G., Manuel de grammaire touarègue (tahaggart), Copenhague, Akademisk Forlag, 1974 : IV-V, Nom.

Prasse K.-G. et alii, Dictionnaire français-touareg, Museum Tuscululanum Press/University of Copenhague, 2003.

Renisio A., Etude sur les dialectes berbères des Beni Iznassen, du Rif..., Paris, 1932.

Taïfi M., Dictionnaire tamazight-français (parlers du Maroc central), Paris, L’Harmattan, 1991.

Taine-Cheikh C., Dictionnaire zénaga-français, Rüdiger Köppe Verlag (Berber Sudies, 20), Köln, 2008.

Haut de page

Notes

1 Il existe d’autres dénominations de l’os (par ex., tamazight du sud-est : aqzzuy, aqešbab, aqežmiž, aqžžiž) mais elles sont à la fois très locales et manifestement expressives, donc secondaires.

2 Prasse (2002, p. 305) pose un /h/ (d’où *ƔSH), conformément à sa théorie reconstructive qui propose de restituer des laryngales dans de nombreuses formes berbères réduites. Ce point mérite débat, mais en l’absence d’une théorie comparative globale berbère/chamito-sémitique, on doit considérer toutes ces reconstructions comme purement formelles et sans véritable réalité phonétique concrète.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Salem Chaker, « Os / ǝss (ethnolinguistique) »Encyclopédie berbère, 36 | 2013, 5881-5884.

Référence électronique

Salem Chaker, « Os / ǝss (ethnolinguistique) »Encyclopédie berbère [En ligne], 36 | 2013, document O33, mis en ligne le 12 mars 2021, consulté le 13 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/2840 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.2840

Haut de page

Auteur

Salem Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IREMAM
  • Logo INALCO
  • Logo AIBL
  • Logo Peeters
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search