Navigation – Plan du site

AccueilVolumes36Oulhassa (Tribu)

O48

Oulhassa (Tribu)

Abderrahmane Khelifa
p. 5975-5977

Entrées d’index

Mots clés :

Algérie, Moyen Âge, Tribu
Haut de page

Texte intégral

1Presque tous les généalogistes médiévaux s’accordent à dire que les Oulhassa descendent de Ituwaft ibn Nafzaou lequel est frère de Luwat. Abderrahmane Ibn Khaldoûn écrit que les Oulhassa sont descendants des Nefzaoua* et se composent d’un grand nombre de familles qui dérivent des deux aïeux : Tidghas et Dihya, tous les deux fils d’Oulhas. Yahia Ibn Khaldoûn affirme que leur père, Badza, était fils de Zadigh lui-même fils de Madhgis. Ils sont donc cousins des Nefoussa* et des Nefza*. Ils étaient sûrement nomades à l’origine quand ils occupaient la région de Constantine. Ibn Khaldoûn affirme qu’au départ, une fraction des Oulhassa se trouvait dans la plaine de Bouna (Annaba) : « Elle a des chevaux pour monture, ayant adopté non seulement la langue et l’habillement des Arabes, mais aussi tous les usages de ce peuple ». Ils se déplacèrent très tôt vers l’ouest près de l’embouchure de la Tafna où ils sont cantonnés à ce jour à l’est du massif des Traras, de part et d’autre de cette rivière (Oulhassa Cheraga = Oulhassa de l’est et Oulhassa Ghraba = Oulhassa de l’ouest). Ibn Khaldoûn la comptait au nombre des tribus qui payaient l’impôt. Les Oulhassa prenaient leurs chefs dans la famille Asker ibn Battan puis dans celle des Arîd, une des grandes familles de la tribu. A l’époque d’Ibn Khaldoûn, elle obéissait aux fils de Hazem ibn Cheddad ibn Hizam ibn Nasr ibn Malik ibn Arîd. Voisins des Kumiya, la tribu de Abd El-Mu’min ben Ali, ils participèrent à l’épopée almohade au XIIe siècle quand celui-ci fut placé à la tête du mouvement. Ils sont cités dans le Kitâb El-Ansâb comme faisant partie des Kumiya (Oulhassa de la montagne, Oulhassa de la plaine). Ibn Idhârî El-Marrakuchî affirme que Tarîq* Ibn Ziyad était qualifié de Laouatî, Nafzaouî, Oulhassî.

2Les Oulhassa se joignirent à l’ensemble des tribus qui habitaient le massif côtier s’étendant de l’oued Kiss à ProductIDla Tafnala Tafna pour former la confédération des Traras au XVe siècle. Les Oulhassa participèrent à la lutte contre les Espagnols quand ceux-ci vinrent occuper Oran (1508-1509) et Honaïne (1531). Sous la domination turque, ils refusèrent souvent de payer l’impôt. Ils prirent le parti de l’émir Abd El-Kader quand celui-ci organisa la résistance à la conquête française. L’émir s’appuya essentiellement sur Bou Hamîdî El-Oulhassî. Il avait fait ses études avec l’émir dans la zaouïa d’El-Guetna. Piesse et Canal le décrivent ainsi :

« Bou Hamidi avait quatre ans de plus que l’émir. C’était un savant légiste et un théologien érudit. Sa taille était élevée, son corps maigre, mais fortement musclé, son teint bronzé par le soleil, sa barbe noire et bien plantée. Ses yeux étaient remarquables par la longueur des cils qui atténuait l’éclat vif de son regard. Ses manières, toutefois, manquaient de distinction et était aussi rudes que son langage. Mais on s’accordait à lui reconnaître un grand esprit de justice et sa conduite n’était pas exempte de noblesse et de générosité à l’égard des Kouloughlis qu’il protégeait contre les rancunes des Arabes et la haine des Hadars. ».
« L’Emir fit de Tlemcen, le siège d’un de ses huit khalifalik qui fut confié à Bou Hamidi qui commanda à un corps de troupe de 2 500 hommes. Bou Hamidi était un des meilleurs cavaliers de son temps. Il maniait le sabre et le fusil avec une adresse merveilleuse et possédait de remarquables qualités militaires : courage, coup d’oeil prompt, présence d’esprit, activité infatigable. C’est lui qui a dirigé toutes les attaques contre les Français, à la Tafna, à Sidi Yaqub, à la Sikkak, dans les Traras et plus tard à Sidi Brahim ».

3Suite aux tractations franco-marocaines, l’Emir dépêcha Bou Hamidi auprès du Sultan et fut retenu à Fès.

4Actuellement les Oulhassa sont concentrés dans la daïra de Béni Saf, de part et d’autre de l’embouchure de la Tafna. C’est une population de cultivateurs qui exploite la plaine de Zidour.

Haut de page

Bibliographie

Documents inédits d’histoire almohade, publiés et traduits par E. Levi-Provençal, Paris, Geuthner, 1928.

El-Bekri, Description de l’Afrique septentrionale, traduction de Slane, Paris, Geuthner, 1965.

El-Idrîssî, Le Maghreb au XIIe siècle ,(VIe siècle de l’Hégire), texte établi et traduit d’après Nuzhat El-Mushtaq par M. Hadj Sadok, Alger, OPU, 1983.

El-Noweïri, Extraits dans Ibn Khaldoûn, Histoire des Berbères, tome I, traduction de Slane, Geuthner, 1978.

Ibn Idhârî El-Marrakuchî, Kitâb El-Bayân El-Maghrib fi Akhbâr El-Andalûs wa El-Maghrib, Leiden, Brill.

Ibn Khaldoûn A., Histoire des Berbères et des dynasties septentrionales de l’Afrique du Nord, traduction de Slane, Geuthner, Paris, 1978.

Ibn Khaldoûn Y., Histoire des Béni Abd el-Ouad, rois de Tlemcen, traduction A. Bel, Fontana, Alger, 1903.

(Anonyme du) Kitâb El-Istibçâr, traduction E. Fagnan in Recueil de la Société Archéologique de Constantine, 1898.

Mohammed ben Ibrahim ben Yahia Ançari κοτοβι (Watwat), Menahidj el-Fiker wa mebahidj el-iber (extraits inédits relatifs au Maghreb traduits par E. Fagnan), Alger, Carbonel, 1924.

Ibn Saïd El-Gharnâtî, in Extraits inédits sur le Maghreb, traduction E. Fagnan, Alger, Carbonel, 1924.

Khelifa A., Contribution à l’étude des villes du Maghreb central : Hunayn et son terroir, Thèse de Doctorat, Aix-en-Provence, 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abderrahmane Khelifa, « Oulhassa (Tribu) »Encyclopédie berbère, 36 | 2013, 5975-5977.

Référence électronique

Abderrahmane Khelifa, « Oulhassa (Tribu) »Encyclopédie berbère [En ligne], 36 | 2013, document O48, mis en ligne le 12 mars 2021, consulté le 13 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/2864 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.2864

Haut de page

Auteur

Abderrahmane Khelifa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IREMAM
  • Logo INALCO
  • Logo AIBL
  • Logo Peeters
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search