Navigation – Plan du site

AccueilVolumes36Outre : Note linguistique complém...

O58

Outre : Note linguistique complémentaire (Noms berbères)

Salem Chaker
p. 5999-6004

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Les dénominations berbères de l’outre sont diversifiées mais, pour plusieurs d’entre elles, communes à l’ensemble du domaine. Elles distinguent généralement, et pas uniquement chez les nomades Touaregs, l’outre à eau, l’outre à denrées sèches, l’outre-baratte à lait, éventuellement l’outre à huile, à beurre frais, la vieille outre... Différenciations qui peuvent être considérées comme un indice net de l’importance de ce type de contenants et de celle de l’élevage (pastoral ?) et des technologies qui en découlent dans les sociétés berbères anciennes.

En touareg

2Comme attendu chez un groupement de nomades éleveurs, le touareg dispose d’un vocabulaire de l’outre riche et bien différencié (on indique d’abord les forme de la tamâhaq, puis celles du touareg méridional : TM) :

3 ăbayoɣ, plur. ibyaɣ : « outre (peau de chèvre ou de bouc préparée pour contenir de l’eau) ». tăbayoq (</tᾰbayoɣt/) : « petite outre » (Foucauld, I, p. 44)
TM : abăyoɣ, ibəyaɣ, « outre en peau de chèvre tannée avec son poil (pour l’eau, le beurre, la farine) (Prasse et al., I, p. 60).

4Racine ВҮƔ ; à noter que ce mot, avec cette signification, est spécifique au touareg où il désigne aussi une « ampoule, vessie, poche placentaire... ». Cela semble indiquer une signification première plus générale que « outre ». Le Maroc (chleuh, tamazight, rifain) connaît une forme abyaε, qui a des significations diverses : « sac en cuir, musette, sac de femme, outre, ventre femme enceinte... » (Naït-Zerrad 1998, p. 147), qui confirment un sens de base non spécialisé. Une correspondance touareg /ɣ/ > Maroc /ε/ n’est pas courante mais reste possible (cf. chleuh аrεат, « chameau », provenant de alɣem), surtout pour un terme qui paraît bien avoir de fortes connotations expressives.

5 ăǧiwīr, iǧiwār : « vieille outre » (Foucauld, I, p. 468)
TM : ne semble pas attesté. Racine GWR.

6 aǧədud, iǧdad : « vieille outre en peau mince et sans poils (vieille tanwārt presque usée » (Foucauld, I, p. 395). Souvent utilisée pour contenir les dattes pilées.
TM : agădod, igədad / tagădott, tigədad, « vieille outre usée » (Prasse et al. I, p. 199). Racine GDD.

7 anwar, inwārən : « outre en peau mince sans poils... sert à mettre le lait » (Foucauld, III, p. 1395)
TM : anwar / tanwart, « petite outre, en peau tannée et sans poils ; outre à lait » (Prasse II, p. 633). Racine NWR.

8 talukkit, tilukkātīn : « outre à beurre » (Foucauld, III, p. 1031) ; donné, sans doute à tort, par Foucauld comme emprunté à l’arabe.
TM : ne semble pas attesté, mais le verbe alek, « ê. suspendu », auquel talukkit pourrait être rattaché, est commun à l’ensemble de l'aire touarègue (Prasse et al, I, p. 470). Racine LK.

En berbère Nord

9On y distingue fondamentalement entre :

10– « Outre pour denrées sèches : grains, figues, semoule, farine » (en peau de mouton débarrassée de sa laine) :

tayləwt/taylut, masc. ayləw : Kabyle (Dallet, p. 920), Ouargla (Delheure, p. 243). Racine YLW.
awlək / iwlkan, tawləkt / tiwlkin Chleuh (Destaing, p. 207) ; tawlikt, tirukt, Rifain (Renisio, p. 439). Racine WLK.

11et

12– « Outre pour liquides, eau ou huile » (en peau de bouc, garnie de ses poils) :

Ayddid / iyddidən, est attesté en Kabyle (Dallet, p. 919) ; Chleuh (Destaing, p. 207) ; Tamazight (Mercier, p. 182) ; Rifain (Renisio, p. 439).
Certains parlers présentent une forme aǧəddid, agəddid : Mzab (Delheure, p. 67), Ouargla (Delheure, p. 94), à relier au touareg agedud. Racine YDD / GDD.

13Plusieurs dialectes distinguent :

14– « Outre-baratte à lait :

tagnart / tignarin, Tamazight (Mercier, p. 182) ; Racine GNR (< WNR/NWR).
tawwart/ tiwwarin, Ouargla (Delheure, p. 228) ; formes qui renvoient au touareg tanwart (même sens). Racine NWR > WWR.
tagəššult/tigwəšlin, Chleuh (Destaing, p. 207).

15– « Outre à huile »

abəṭṭan, ibəṭṭann, Tamazight (Mercier, p. 182).
agərḍ, igərḍan, tagərṭṭ, tigerḍin, Chleuh (Destaing, p. 207).

16– « Outre à beurre frais » : aslix, islixən, Ouargla (Delheure, p. 188).

17– « Outre vieille et usée » : agərbuz / agərbaz, « vieille outre usée » Tamazight (Mercier, p. 182) ; aɣərbuz / iɣərbaz, agərbuz / igərbaz, Chleuh (Destaing, p. 207).

18Il existe de nombreuses autres dénominations locales d’outres particulières, par la taille ou la destination : par ex. : Ouargla : ašibuṭṭ, tišibuṭin, « petite outre » (Delheure, p. 206)....

19On retiendra que l’on peut identifier au moins trois racines largement répandues dans l’ensemble du domaine berbère :

Fig. 1 : Outres vides et sac de peau (Ahaggar)

Cliché M. Gast, 1964.

Fig 2 : Outre pleine de grain (Idelès, Ahaggar)

Cliché M. Gast, 1966.

Fig 3 : Outre suspendue à un arbre, oued Tamanrasset (nomades du “Soudan” campés)

Cliché M. Gast, 1961.

20YDD/GDD, « outre (à eau) ». La forme YDD et la signification « outre à eau » sont clairement confirmées par le Zenaga : äydyed (Taine-Cheikh, p. 575).

21NWR, « outre-baratte à lait »

22YLW / WLK, « outre à provisions » : sans être certain, le lien entre les deux racines peut être envisagé. Une relation de YLW avec la racine YL(W ?), « posséder » (cf. kabyle ayla, « biens, possession », ayl « posséder, avoir droit sur »...) est également possible dans la mesure où taylewt contenait les provisions sèches, principalement les céréales, composante essentielle de la survie alimentaire.

La préparation des peaux et des outres (Kabylie) :

23Témoignage de Lğuhər n Aεmər Uḥεdduš (grand-mère maternelle de S. Chaker, décédée en 1979 – collecté en 1977 ; transcription et traduction de S.C.).

24La description rapportée ici fait référence à des pratiques que l’on peut situer vers 1920, le témoin étant alors âgé d’une dizaine d’années ; mais les circonstances déclenchantes de ces souvenirs – le sacrifice d’un bouc pour le creusement des fondations d’une maison – sont bien plus récentes et remontent à la fin des années 1970.

  • 1 tagwlla (var. tagəlla) est un terme pan-berbère dont la signification de base semble être « pâte à (...)
  • 2 uḍuḍ, désigne précisément cette préparation (pâte à l’huile) dans laquelle a macéré la peau et qui (...)
  • 3 La fête musulmane de l’Achoura* a lieu le 10 du mois de Muḥarram, soit une quarantaine de jours apr (...)

« [..] zlan aqəlwaš i llsas-nni mi ɣzan. Fkan-iyi agwlim-nni-inəs. [...] Rriɣ-as lməlḥ, zzit ; ad isəw zzit, ad yəqqar akken... rriɣ-t d taḥiduṛt. [...]
Qqarən-as tag
wlla, zzit d wəwrən mi ara yili ur as-tərriḍ ara lməlḥ. D tinna umi qqarən tagwlla. Ttarran-tt zik i təyləwt. A s-təkksəḍ taḍuṭṭ-nni, a t-tərreḍ d tayləwt, ad tərrəḍ deg-s timẓin, irdən...
Zzit-nni ad tsilqəq aḥdduf-nni. Mi s-tərriḍ tag
wlla, a t-təǧǧəḍ akkənni ad yəqqar ɣər tməss, a t-tšənšwəḍ ; yəttənšaw imir-n s sshala... uḍud i s-qqarən. Tayləwt-nni, a tt-təgrəḍ di zzit, ad təqqim alamma d taεašurt, a tt-tafəḍ d tazurant, tagwlla-nni tzuzər agw lim-nni. [...]
Di Ṣṣəhra ssəxdamən-tən mliḥ, tiylwin d iyddidən... Ttarran-as ddbəɣ : a dd-təkksəḍ tidəkt, a dd-tnəǧrəḍ tasaft, a tən-təddzəḍ akkənni ; ttarran-t i uyddid, ttaran-t i usag
wəm akkən ur dd-yəggar ara. A tən-tnəɣdəḍ, a tən-tərrəḍ dəgg waman, dɣa ad rəglən akkw imərǧan-nni...
Šfiɣ akka i s-txəddəm yəmma. »
« [...] Ils ont sacrifié un bouc pour les fondations (de la maison) quand ils les ont creusées. Ils m’en ont donné la peau. Je lui ai mis du sel et de l’huile, afin qu’elle boive l’huile et sèche ainsi. J’en ai fait cette peau (pour s’asseoir). [...]
On appelle cela tagwlla (pâte1), ce mélange d’huile et de farine quand on n’y met pas de sel. C’est cela que l’on appelle tagwlla On la mettait autrefois pour (préparer) les outres. On enlève la laine (de la peau) et on en fait une outre dans laquelle on conserve l’orge, le blé...
L’huile assouplit la peau. Quand on lui a appliqué la pâte, on laisse la peau sécher ainsi près du feu, puis on l’épile ; cela s’épile facilement alors... On appelle cela uḍuḍ2. Ensuite, on plonge l’outre dans l’huile, on l’y laisse jusqu’à l’Achoura3 ; on retrouve la peau bien épaisse, la pâte ayant épaissi la peau. [...] Au Sahara, on utilise encore beaucoup les outres (à denrées sèches / à eau)...
On leur met un tanin : on prend du lentisque, on taille de l’écorce de chêne et on les pile ensemble ; on utilise cette préparation pour les outres (à eau) et pour les amphores (à eau) pour qu’elles ne perdent pas. On met la préparation dans l’eau, alors tous les (petits) trous (de l’outre ou de l’amphore) se bouchent...
Je me souviens que ma mère faisait ainsi. »

Haut de page

Bibliographie

Dallet J.-M., Dictionnaire kabyle-français, Paris, SELAF/Peeters, 1982.

Delheure J., Dictionnaire mozabite-français, Paris, SELAF/Peeters, 1984.

Delheure J., Dictionnaire ouargli-français, Paris, SELAF/Peeters, 1987.

Destaing E., Vocabulaire français-berbère (Etude sur la tachelhit du Sous), Paris, Leroux, 1938.

Foucauld Ch. de, Dictionnaire touareg-français, 1952.

Gast M., Alimentation des populations de l’Ahaggar. Etude ethnographique, Paris, Arts et Métiers Graphiques, 1968, p. 371 à 388.

Huyghe G., Dictionnaire français-kabyle, Malines (Belgique), I. & A. Godenne, 1902-1903.

Huyghe G., Dictionnaire français-chaouia, Alger, A. Jourdan, 1906.

Mercier G., Vocabulaire et textes berbères dans le dialecte des Aït Izdeg, Rabat, René Céré, 1937.

Naït-Zerrad K., Dictionnaire des racines berbères (formes attestées), I, II, III, Paris/Louvain Peeters, 1998, 1999, 2002 + base lexicographique.

Prasse K.-G. et alii, Dictionnaire français-touareg, Museum Tuscululanum Press/University of Copenhague, 2003.

Taine-Cheikh C., Dictionnaire zénaga-français, Rüdiger Köppe Verlag (Berber Sudies, 20), Köln, 2008.

Haut de page

Notes

1 tagwlla (var. tagəlla) est un terme pan-berbère dont la signification de base semble être « pâte à pain, pain » (cf. l’expression kabyle tagwlla d lmelḥ, « partager) le pain et le sel »).

2 uḍuḍ, désigne précisément cette préparation (pâte à l’huile) dans laquelle a macéré la peau et qui prend rapidement une odeur nauséabonde (cf. Dallet, Dictionnaire kabyle-français, 1982, p. 171).

3 La fête musulmane de l’Achoura* a lieu le 10 du mois de Muḥarram, soit une quarantaine de jours après l’Aïd el-Kébir, « fête du mouton », à l’occasion de laquelle on a sacrifié une bête.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Outres vides et sac de peau (Ahaggar)
Crédits Cliché M. Gast, 1964.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/2877/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig 2 : Outre pleine de grain (Idelès, Ahaggar)
Crédits Cliché M. Gast, 1966.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/2877/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig 3 : Outre suspendue à un arbre, oued Tamanrasset (nomades du “Soudan” campés)
Crédits Cliché M. Gast, 1961.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/2877/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Salem Chaker, « Outre : Note linguistique complémentaire (Noms berbères) »Encyclopédie berbère, 36 | 2013, 5999-6004.

Référence électronique

Salem Chaker, « Outre : Note linguistique complémentaire (Noms berbères) »Encyclopédie berbère [En ligne], 36 | 2013, document O58, mis en ligne le 12 mars 2021, consulté le 13 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/2877 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.2877

Haut de page

Auteur

Salem Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IREMAM
  • Logo INALCO
  • Logo AIBL
  • Logo Peeters
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search