Navigation – Plan du site

Lionel Galand

(1920-2017) : Un maître discret et exigeant
Salem Chaker

Entrées d’index

Mots clés :

Hommage
Haut de page

Texte intégral

1

Lionel Galand (1920-2017)

(Photo de 2012, aimablement mise à la disposition de l’EB par Mme Perrine Willemen-Galand, fille de Lionel).

2J’ai connu Lionel Galand à partir de l’année universitaire 1969-70 que j’ai passée à Paris, arrivant directement d’Alger. Je suivais, de manière plutôt irrégulière, ses cours aux « Langues’O » (INALCO), parallèlement à des études de linguistique générale et d’allemand à la Sorbonne. Ses cours avaient lieu dans la salle ‘André Basset’, perchée au quatrième étage de l’immeuble historique de la rue de Lille, où étaient entreposés la bibliothèque et le fonds d’archives Basset, alors gérés directement par le professeur de berbère. À l’époque, nous n’étions jamais plus de trois ou quatre étudiants dans la salle.

  • 1 En septembre 1970, sur la suggestion de Marceau Gast que je connaissais depuis Alger.
  • 2 Et je crois que l’EPHE n’était pas alors habilitée à délivrer des doctorats et devait obligatoireme (...)

3Après mon départ1 à Aix-en-Provence où le projet d’Encyclopédie berbère venait d’être lancé par Gabriel Camps, j’ai entretenu une relation très régulière avec L. Galand, en engageant un projet de mémoire de l’EPHE sous sa direction, mémoire rapidement transformé en projet de thèse de doctorat de 3e cycle, inscrite sous la direction conjointe de Denise François (Sorbonne, Paris-V) et Galand. À l’époque, les directeurs d’études et chargés de conférences de l’EPHE qui n’étaient pas docteurs d’État ne pouvaient pas formellement diriger des thèses2 et devaient passer par une codirection avec un universitaire. Mais, de fait, pour ce qui est de mon doctorat de 3e cycle (soutenu en octobre 1973), c’est Lionel Galand qui l’a intégralement dirigé. Mon doctorat d’État (décembre 1978, Paris-V) a également été codirigé par D. François et L. Galand, mais là, le rôle de Denise François a été nettement plus important.

4Pendant toute cette période, qui couvre à peu près une décennie (septembre 1969 – décembre 1978), j’ai entretenu une relation épistolaire très régulière avec Lionel Galand car, à l’époque, nous n’avions pas Internet, ni le téléphone mobile illimité – et le téléphone filaire coûtait cher, surtout pour des appels de longue distance, en l’occurrence de province ou d’Algérie (d’où il fallait encore passer par une opératrice !).

  • 3 En linguistique berbère, celle de Thomas Penchoen, soutenue en 1966-7, avait été dirigée par André (...)

5Le suivi de mes deux thèses s’est donc largement fait par courrier et je dispose encore d’une bonne cinquantaine de lettres dactylographiées, souvent longues de plusieurs pages, de Lionel Galand datant de cette période. Je me souviens très précisément que lors de la soutenance de mon doctorat de 3e cycle, Lionel Galand avait souligné qu’il fallait rajouter, au mémoire imprimé que je présentais, la conséquente liasse de lettres que nous avions échangées ! Il faut dire qu’au début des années 1970, j’étais son seul étudiant de doctorat et je crois bien que, soutenue en octobre 1973, ma thèse a été la première qu’il ait menée à son terme3. Dans le courant des années 1970, les choses ont bien sûr rapidement évolué avec l’arrivée progressive d’autres jeunes apprentis-chercheurs berbérisants, venus surtout du Maroc.

6De ces courriers ressort immédiatement un trait marquant de la personnalité de Lionel Galand : l’attention très précise qu’il apportait au suivi des travaux de ses étudiants. L’échange est toujours méthodique et approfondi, très direct aussi et sans concessions : tous les aspects du travail y sont discutés, disséqués et critiqués de manière détaillée, avec des orientations et suggestions explicites pour l’améliorer. Un suivi méticuleux, manifestant une forte implication personnelle et la volonté de mener l’étudiant à son meilleur niveau.

  • 4 De 1973 à 1977, il était directeur d’études « cumulant » à la IVe section de l’EPHE, son poste de t (...)
  • 5 J’ai définitivement quitté l’université d’Alger en octobre 1981.

7En 1977, alors que j’étais en poste à la faculté des Lettres d’Alger où j’enseignais la linguistique générale, Lionel Galand qui venait d’être titularisé comme directeur d’études non-cumulant à l’EPHE4 et abandonnait donc son poste à l’INALCO, m’a contacté pour me proposer de le remplacer. Je sais, par Galand lui-même, qu’il avait également sondé pour ce poste Thomas Penchoen (qui était en exercice à Los Angeles, UCLA) et Fernand Bentolila (qui avait déjà bien entamé sa carrière en linguistique générale à l’université de Paris-V), mais aucun des deux n’était vraiment intéressé par une carrière de berbérisant : c’était la grande époque de la linguistique structurale et les débuts de la linguistique générative, certainement plus valorisantes et offrant plus de visibilité au plan académique. J’ai donc été recruté comme Professeur associé de berbère au 1er octobre 1977 et ai exercé pendant deux années universitaires aux « Langues O’ » avant de rentrer, très provisoirement5, à Alger. Deux années universitaires qui m’ont permis d’achever et de soutenir ma thèse de doctorat d’État en décembre 1978, dans de très bonnes conditions et d’avoir une première expérience de l’Université française.

8On le voit, mes débuts dans la carrière de berbérisant doivent beaucoup à Lionel Galand : d’abord par un suivi attentif de mes deux thèses de doctorat, puis par un coup de pouce décisif sur le plan professionnel puisque c’est lui qui m’a mis le pied à l’étrier dans l’Université française.

9Au-delà de cette relation étroite de professeur à étudiant ou jeune chercheur en formation, je dois dire que j’ai, comme tous les berbérisants de ma génération, une dette scientifique immense vis-à-vis de Lionel Galand. Particulièrement forte dans mon cas car mes premiers travaux ont été de syntaxe : or, c’est indiscutablement dans ce domaine que l’apport scientifique de Galand a été décisif. Tous ses articles des années 1960-1970 en la matière sont absolument fondateurs et restent incontournables : ils ancrent définitivement la linguistique berbère dans la linguistique générale (structurale) et constituent des références centrales pour toute approche syntaxique, sur la structure des énoncés, sur la syntaxe du verbe, des pronoms et des autres paradigmes grammaticaux. Ils ont été des points d’appui essentiels pour tous mes travaux sur le verbe, la syntaxe des prédicats… Je dois dire que pour moi, qui ne me suis jamais considéré comme un linguiste « généraliste » mais toujours comme un berbérisant, les publications de Galand ont été l’interface efficace entre la linguistique générale et la linguistique berbère car son objet et son horizon ont toujours été le berbère et non une quelconque théorie prétendument générale. La théorie était chez lui au service de la description du berbère et non l’inverse, comme cela le deviendra ultérieurement chez nombre de linguistes. Et, de toutes façons, son ancrage théorique très éclectique, de Meillet à Benveniste en passant par Martinet, était toujours ancré dans la linguistique des langues et non dans quelque présupposé universaliste posé comme a priori. En ce sens, ses contributions ont été et restent toujours fécondes, pour la description du berbère comme pour la réflexion en linguistique générale. À ce point de vue, il se plaçait clairement dans la tradition de la Société de Linguistique de Paris pour laquelle l’ancrage dans les faits de langue prime sur la théorie, Société de Linguistique de Paris qui a d’ailleurs publié en 2002, aux Éditions Peeters, un ouvrage réunissant ses principaux articles de la période 1960-2000.

10L’autre versant considérable de son apport scientifique concerne les études libyques, qui ont toujours constitué un aspect, sans doute plus discret mais toujours présent, de ses travaux depuis les débuts. Il y a apporté toute la précision, la culture et la méthodologie acquises lors sa formation initiale dans les études classiques, entretenues par un compagnonnage durable avec les meilleurs spécialistes de l’Afrique du Nord antique. Il leur / nous a apporté, toujours avec une grande prudence, le regard du linguiste dans un domaine qui relevait jusque-là plutôt de l’archéologie et des études d’antiquité. Son article consacré à « L'alphabet libyque de Dougga » (1973) est un modèle de ce que l’approche rigoureuse du phonologue peut apporter à la connaissance du berbère antique.

11J’ai partagé, dès le début de mon activité scientifique, cet intérêt pour les matériaux libyques et la diachronie, et son approche de linguiste m’a beaucoup inspiré, en particulier par sa dimension structurale qui s’efforçait d’abord d’établir des systèmes, des correspondances régulières, plutôt que de s’aventurer dans des interprétations hypothétiques. Nous avons souvent été en désaccord en matière libyque et, plus généralement de diachronie, mais je peux affirmer que mon approche a toujours tendu à être un développement de la sienne. Notre principal point de divergence portait en fait sur l’utilisation des données berbères, qu’il hésitait toujours à mobiliser pour éclairer le libyque parce qu’il pensait que les rapprochements étaient trop aléatoires et indémontrables. Personnellement, dès 1973, je considérai au contraire qu’il était parfaitement légitime de recourir aux données structurales élémentaires du berbère, aux éléments que l’on peut considérer comme « pan-berbères » – et donc potentiellement anciens –, pour l’analyse des matériaux libyques. Au fond, ma démarche n’a été qu’une extension à la relation libyque-berbère de sa propre approche structurale.

12Après 1980, nos relations sont devenues moins denses – j’étais engagé dans ma propre carrière, loin de Paris, à Alger puis à Aix-en-Provence, avec des horizons et des préoccupations en grande partie différents de ceux de Galand. À travers mon implication dans l’Encyclopédie berbère et mes engagements personnels, j’étais sans doute beaucoup plus sensible que lui aux questions d’anthropologie, d’histoire sociale et politique des Berbères. Galand était fondamentalement un linguiste et un grammairien, marqué par sa formation première dans les études classiques, donc assez peu concerné par les questions de sociolinguistique, d’identité et de survie des Berbères et de leur langue. Il cultivait même un certain « apolitisme » de ce point de vue, qui transparaît clairement dans plusieurs de ses commentaires, en particulier dans ses chroniques bibliographiques, à propos des développements contemporains de la revendication berbère et de ses connexions ou implications politiques. Son engagement dans le berbère était avant tout scientifique. Ce qui n’excluait d’ailleurs pas des analyses et des jugements personnels incisifs sur des points d’histoire et de politique contemporaines ; je me souviens notamment de ses propos très lucides sur la fameuse et fumeuse « politique berbère de la France » pendant la période coloniale, dont il disait volontiers : « La France a fait exactement ce qu’il ne fallait pas faire : elle a beaucoup parlé mais n’a jamais rien fait ! ».

13Cette relative distance vis-à-vis des faits socio-politiques contemporains n’excluait pas non plus une grande bienveillance, voire sollicitude, pour les personnes, dont j’ai moi-même largement bénéficié, pendant la préparation de mes thèses et lors de mon arrivée à Paris en 1977.

  • 6 Je dois d’ailleurs souligner que la position de L. Galand vis-à-vis de l’Encyclopédie berbère a sen (...)

14Cette donnée – un rapport différent à l’objet – est sans doute l’un des paramètres qui expliquent que nos relations se soient distendues, voire même un peu crispées, après 1980. Manifestement, Galand comprenait mal le projet d’Encyclopédie berbère de Gabriel Camps, qu’il jugeait trop large, trop englobant, pas suffisamment centré sur les éléments définitoires du « berbère » : la langue, la littérature et la culture, c’est-à-dire, au plan des disciplines : la linguistique, les sciences de la littérature et l’ethnologie. Il s’en est souvent ouvert à moi, oralement et dans nos échanges écrits, ainsi qu’à bien d’autres collègues. Autant pour Camps, préhistorien qui portait sur son objet le regard de l’histoire et de l’anthropologie de la longue durée, « Afrique du Nord » était synonyme de « Berbérie », autant pour Galand, linguiste, ce sont d’abord les réalités linguistiques et culturelles berbères qui auraient dû s’imposer. Comme je le lui ai écrit dans un échange assez récent, je n’étais pas loin de partager ses réserves sur le sujet car l’approche très large de Camps portait en elle le risque d’une certaine dilution de la berbérité : comme me disait avec son humour discret feu Jacques Lanfry : – « le lapin est-il berbère ? », à quoi je répondais : – « Oui, à condition de traiter de la figure et du rôle du lapin dans la culture et la société berbères ! ». Et je me suis efforcé depuis que je dirige l’Encyclopédie berbère (2002), de rééquilibrer les choses, de les focaliser sur les éléments fondamentaux de la « berbérité », en rappelant toujours que l’Encyclopédie berbère n’est pas une encyclopédie de l’Afrique du Nord6.

15À un niveau plus personnel, notre relation a sans doute aussi pâti d’une différence sensible de tempérament : très tôt, Lionel Galand m’a reproché d’écrire trop vite, d’abuser souvent d’une grande facilité d’écriture au détriment de l’approfondissement des analyses, des lectures… Et certes, il avait bien souvent raison : je suis un Méditerranéen, enclin aux synthèses et conclusions rapides, alors que lui était un érudit plus « nordique », qui n’écrivait rien qu’il n’ait mis et remis cent fois sur le métier… Chacun de ses grands articles de syntaxe est un bijou de précision et de réflexion, dont chaque formulation a été soigneusement pesée et peaufinée. C’est évidemment ainsi que l’on construit des savoirs solides, qui résistent au temps et restent des références.

16Mais cela le conduisait aussi à des prudences étonnantes, un peu têtues – dont nous nous amusions souvent à Aix. Aix, où le projet d’Encyclopédie berbère nous poussait plutôt à la synthèse des savoirs, à l’hypothèse explicative, à l’établissement de connexions disciplinaires entre histoire et linguistique, ethnologie et histoire, ethnologie et linguistique… Je pense notamment à ses réticences, qu’il n’a abandonnées que tardivement, à admettre pleinement la continuité libyque-berbère, à sa prudence extrême dans ses analyses des matériaux libyques, à ses hésitations à admettre les notions (sémantique) de stativité et (syntaxique) de non-orientation du verbe, que j’avais mises en évidence dès ma thèse de 1973…

17Galand était un homme de rigueur scientifique qui n’avançait qu’à pas comptés sur le chemin de la connaissance, peu enclin aux hypothèses trop exploratoires. Il aimait s’en tenir aux données bien établies, solidement documentées. Il insistait toujours sur l’importance et la qualité des matériaux qui, disait-il, « resteront alors que nos analyses seront toujours fragiles et discutables ». Mais ses réticences, ses prudences – qui, certes, pouvaient m’exaspérer et que j’ai plus d’une fois contestées – ont toujours été pour moi un aiguillon fécond : elles m’ont aidé à approfondir mes analyses, à consolider mon argumentation et à mieux étayer ce qui, souvent, n’était que des intuitions.

  • 7 C’était un temps où « l’émigration kabyle » devenait « l’émigration algérienne », où « un village k (...)

18Mais il y a dans son parcours une forme d’engagement social, plus discrète, loin des prises de position publiques, qu’on doit lui reconnaître. Il a été l’un des très rares qui ont préservé la flamme discrète du domaine berbère dans le champ académique français, à une époque où il avait été fortement délégitimé par une décolonisation aux références arabo-islamistes exclusives et un anticolonialisme hégémonique dans les milieux intellectuels et universitaires… En un temps où le « Berbère » était a priori suspect, voire banni des sciences humaines et sociales françaises7, il a formé, ou contribué à former, un nombre considérable de berbérisants autochtones.

19Dans la discrétion feutrée de ses cours et séminaires, aux « Langues’O » puis à l’EPHE, il a été le principal « passeur » des Études berbères et a largement contribué à leur réappropriation par les Berbères.

20Pour moi, Lionel Galand est, avec André Basset, l’un des deux piliers des Études berbères du XXe siècle.

Haut de page

Bibliographie

- Élève de l'École normale supérieure : 1941-1945

- Agrégation de grammaire : 1945

- Membre de l'École Française de Rome : 1946 - 1948

- Professeur à l'Institut des Hautes Études Marocaines (Rabat) : 1948 - 1956

- Professeur délégué à l'ENLOV (« Langues’O ») : janvier-décembre 1956 puis Professeur titulaire (1957 - 1977)

- Directeur d'Études à l'EPHE IV° Section ("Libyque et berbère") à partir d'octobre 1973 ; "non cumulant" à partir de 1977 ; fin d’exercice : 1987.

- Membre du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques (Commission d'histoire et d'archéologie de l'Afrique du Nord)

Principales publications :

– « Langue et littérature berbères - Chronique des Études », Annuaire de l'Afrique du Nord (Paris, CNRS), vol. IV à XVIII, 1965 à 1979.

Ces chroniques, sauf les deux dernières (1978 et 1979), sont reprises dans :

Langues et littérature berbères. Vingt-cinq ans d'études berbères, Paris, Éditions du CNRS, 1979, 207 p.

– « Inscriptions libyques », Inscriptions antiques du Maroc, 1966, Paris, Éditions du CNRS, p. 1-79, XII pl.

– « Introduction grammaticale » à : Petites Sœurs de Jésus, Contes touaregs de l'Aïr, Paris, SELAF, 1974, p. 15-41.

– « Le berbère », Les langues dans le monde ancien et moderne, 3° partie, "Les langues Chamito-Sémitiques" (textes réunis par David Cohen), Paris, 1988, Éditions du CNRS, p. 207-242 + bibl. (p.303-306) + carte.

– [RILB] EPIGRAPHIE LIBYCO-BERBERE. La Lettre du RILB. Répertoire des Inscriptions Libyco-Berbères. Paris, EPHE (Section des sciences historiques et philologiques). (Directeur de la publication : L. Galand).

Son dernier ouvrage :

Regards sur le berbère, Milan, CSCSM, 2010, édité par les soins de Vermondo Brugnatelli, est une belle synthèse de sa vision d’ensemble du berbère.

Articles : une œuvre considérable en linguistique descriptive (morphosyntaxe surtout) et historique (libyque), publiée dans différents supports, linguistiques (= BSLP, GLECS, Cahiers Ferdinand de Saussure, Actes des Congrès Chamito-Sémitiques...) ou historiques (= BCTH, Antiquités Africaines...). Parmi cette abondante production, plusieurs études, de syntaxe notamment, ont eu un rôle décisif dans le développement des Études berbères.

Un grand nombre de ses articles ont été réunis dans son ouvrage :

Études de linguistique berbère, Louvain, Peeters (SLP), 2002.

De nombreuses notices nécrologiques ont été consacrées à Lionel Galand ; certaines sont accessibles en ligne. On pourra se reporter notamment à l’Annuaire de l’École Pratique des Hautes Études (IVe Section) et au Bulletin de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres.

Haut de page

Notes

1 En septembre 1970, sur la suggestion de Marceau Gast que je connaissais depuis Alger.

2 Et je crois que l’EPHE n’était pas alors habilitée à délivrer des doctorats et devait obligatoirement passer par une université.

3 En linguistique berbère, celle de Thomas Penchoen, soutenue en 1966-7, avait été dirigée par André Martinet à la Sorbonne.

4 De 1973 à 1977, il était directeur d’études « cumulant » à la IVe section de l’EPHE, son poste de titulaire étant à l’INALCO.

5 J’ai définitivement quitté l’université d’Alger en octobre 1981.

6 Je dois d’ailleurs souligner que la position de L. Galand vis-à-vis de l’Encyclopédie berbère a sensiblement évolué au cours des dernières années puisqu’il en a très régulièrement rendu compte, l’a soutenue au sein de l’Académie des Inscriptions des Belles Lettres et y a contribué (notice N78, fasc. XXXIV, 2012).

7 C’était un temps où « l’émigration kabyle » devenait « l’émigration algérienne », où « un village kabyle » devenait « un village algérien », où l’on pouvait écrire des ouvrages entiers de sociologie politique sur l’Algérie ou le Maroc contemporain sans même que le mot « berbère » y apparaisse… Un berbérisant était a priori un « berbériste », voire un suppôt attardé de la « politique berbère de la France », cela aussi bien en Afrique du Nord même que dans l’Université et la Recherche françaises.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Salem Chaker, « Lionel Galand », in Encyclopédie berbère, Hommages..

Référence électronique

Salem Chaker, « Lionel Galand », in Encyclopédie berbère [En ligne], mis en ligne le 01 février 2019, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/2934

Haut de page

Auteur

Salem Chaker

Professeur émérite AMU Iremam

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page