Navigation – Plan du site

Karl-Gottfried Prasse

(1929-2018)
Salem Chaker

Entrées d’index

Mots clés :

Hommage
Haut de page

Texte intégral

Karl-G. Prasse (1929-2018)

(Photo de juin 2006, mise à la disposition de l’EB par Thierry Tillet).

L’école d’Amataltal (Niger).

(Photo de juin 2006, mise à la disposition de l’EB par Thierry Tillet.

L’école d’Amataltal (Niger).

(Photo de juin 2006, mise à la disposition de l’EB par Thierry Tillet.

1Karl-G. Prasse, linguiste berbérisant danois, spécialiste du touareg, est né le 14 août 1929 à Hambourg ; il est décédé le 12 avril 2018.

2Il était membre du conseil scientifique de l’Encyclopédie berbère depuis l’origine et y a contribué dès la version provisoire de la série : sa première contribution, « (Le) Ghadamsi », est parue dans le fascicule 8, de février 1973.

3Après une formation initiale en égyptologie, il exerce en tant que professeur de berbère (et dialectes arabes) à l’Université de Copenhague, de 1969 jusqu’à sa retraite en 1996. Cette émergence des Études berbères à Copenhague peut paraître quelque peu « exotique », mais elle a en fait à une certaine cohérence et correspond à une continuité scientifique car, avant Karl Prasse, un grand ethnologue danois, Johannes Nicolaisen, avait acclimaté au Danemark, dès les années 1950, le domaine touareg.

4Son œuvre et son apport aux études berbères et touarègues sont tout à fait considérables, décisifs mêmes. Ses travaux principaux, notamment son monumental Manuel de grammaire touarègue, ont porté sur le touareg Ahaggar (tamahăq), à partir des matériaux de Charles de Foucauld. Mais, très vite, son terrain s’est élargi aux parlers touaregs méridionaux du Niger (Aïr, Iwellemmende) et du Mali (Adrar des Ifoghas, Iwellemmeden…). Son implication dans le développement des études touarègues dans ces deux pays a été significatif, à travers la formation de chercheurs locaux, le pilotage et la publication de leurs travaux, également par son rôle de conseil dans les expériences de scolarisation et de codification de la langue touarègue. Karl Prasse n’a donc pas été seulement un grand érudit : son implication dans les études touarègues nigéro-maliennes a eu un impact social indéniable.

5Son œuvre est abondante et variée, mais au-delà des nombreuses éditions ou rééditions de textes touaregs qu’il a assurées, le cœur de son œuvre scientifique est la linguistique, avec un tropisme marqué pour la diachronie : depuis ses toute premières publications, dans tous ses travaux linguistiques, il y a toujours, explicitement ou implicitement, l’histoire et l’évolution de la langue, dans le cadre général de la linguistique historique et comparée chamito-sémitique. Ce qui rend d’ailleurs ses travaux parfois arides et difficiles d’accès : ainsi, derrière un titre quelque peu trompeur, son Manuel de grammaire touarègue est avant tout un essai de reconstruction du touareg, et plus largement du berbère, dans le cadre des données admises du chamito-sémitique. De fait, l’ancrage scientifique de Karl Prasse était plus celui de la linguistique historique et comparée de la première moitié du XXe siècle, tradition particulièrement bien ancrée dans le monde germanique et scandinave, que celui de la linguistique générale, structuraliste ou poststructuraliste.

6Son apport scientifique essentiel aura été de replacer dans le cadre de la linguistique chamito-sémitique les matériaux et outils, très sûrs, collectés et élaborés par Charles de Foucauld et d’en proposer une théorie d’ensemble, aussi bien au plan phonétique/phonologique que grammatical. Il a ainsi éclairé de manière décisive des matériaux, certes tout à fait fiables, mais dont l’analyse était largement faussée par des conceptions dépassées ou directement inspirées de la grammaire (traditionnelle) du français, tout à fait inadéquates pour rendre compte d’un système linguistique aussi différent que celui du touareg. Même si ses analyses ont fluctué en fonction de l’avancement de ses recherches et découvertes, il aura en particulier largement contribué à démêler l’écheveau complexe du système vocalique touareg, notamment en établissant l’existence de deux timbres vocaliques brefs dans la zone centrale ([ă] et [ǝ]), avec les implications importantes que cela a sur le système verbal ….

7Les outils linguistiques (et littéraires) qu’il nous laisse, en premier lieux son Manuel et son imposant Dictionnaire touareg-français (parlers méridionaux), qui résulte d’une collaboration fructueuse de longue durée avec deux chercheurs touaregs qu’il a formés, sont désormais des références obligées, au même titre que l’œuvre linguistique de Charles de Foucauld, pour quiconque s’intéresse au touareg et au berbère en général.

Haut de page

Bibliographie

Principales publications de Karl-G. Prasse (berbère et touareg uniquement) :

Ouvrages :

1969 : À propos de l'origine de H touareg (tahăggart), Copenhague, Munksgaard, 96 p.

– 1972-74 / 2009 - Manuel de grammaire touarègue (tahaggart), Copenhague, Akademisk Forlag, 1972 : I-III, Phonétique-Ecriture-Pronom ; 1974 : IV-V, Nom ; 1973 : VI-VII, Verbe. 2009 : VIII-IX, Syntaxe, Schwülper, Cargo Verlag.

– 1985 [avec Ekhya Ăgg-Elbosṭan ăg-Sidiyăn] : Tableaux morphologiques, dialecte touareg de l’Adrar du Mali, Copenhague, Akademisk Forlag, 62 p.

– [avec Ghoubeïd Alojaly et Ghabdouane Mohamed] : Lexique touareg – français, 2e édition revue et augmentée, Copenhague, Museum Tusculanum, 467 p.

– 2003 [avec Ghoubeïd Alojaly et Ghabdouane Mohamed] : Dictionnaire touareg – français, 2 vol., Copenhague, Museum Tusculanum, 1031 p.

– 2009 : Retranscription complète de : Textes touaregs en prose de Charles de Foucauld et A. de Calassanti-Motylinski (Alger, 1922), Copenhague, The Royal Danish Academy of Sciences and Letters, 150 p.

– 2010 : Retranscription complète de : Poésies touarègues I & II de Charles de Foucauld, Alger, 1930, Copenhague, The Royal Danish Academy of Sciences and Letters, 258 p.

– 2010 : Tuareg Elementary Course (Tahăggart), Köln, Rüdiger Köppe Verlag (Berber Studies : 29), 220 p.

Autres contributions (articles de revues et contributions à ouvrages collectifs) :

1957 : « Le problème berbère des radicales faibles », Mémorial André Basset, Paris, A. Maisonneuve, p. 121-130.

– 1958 : « L’origine du mot Amāziɣ », Acta Orientalia (Copenhague), XXIII, p. 197-200.

– 1959 : « Analyse sémantique des verbes dérivés par préfixe en touareg », Acta Orientalia, XXIV, p. 147-160. Version courte dans : GLECS, VIII, p. 66-68.

1959 : « L'accent des mots et des groupes accentuels en touareg », GLECS, VIII, p. 60-62.

– 1961 : « L’assassinat du colonel. Deux poèmes touaregs relevés par André Basset » (publication et commentaire), Acta Orientalia, XXVI, p. 21-27.

– 1963 : « Les affixes personnels du verbe berbère (touareg) », Acta Orientalia, XXVII, p. 11-21.

1966 : « Observations sur la phonétique de la tăneslemt, dialecte touareg des lgelIad », GLECS, X, p. 197-199.

– 1971 : « Die dialektale Einteilung des Tuareg und ihre Kriterien », Afrikanischen Sprachen und Kulturen – Ein Querschnitt, Hamburger Beiträge zur Afrika-Kunde, 14, (Festschrift Lukas), Hamburg, p. 201-208.

1974 / (1969) : « Établissement d'un nouveau phonème vocalique en berbère oriental ou saharien (touareg, etc.) : ă voyelle centrale distincte de ǝ », Actes du premier Congrès International de Linguistique Sémitique et Chamito-Sémitique (Paris, 1969), La Haye/Paris, Mouton, p. 87-89.

1975 : « The Reconstruction of Proto-Berber Short Vowels », Hamito-Semitic. Proceedings of the 1st Colloquium on Hamito-Semitic Linguistics (London, 1972), Paris/The Hague, p. 215-231.

– 1980 : « Les conjugaisons IV et XIII en touareg du Niger : verbes de qualité permanente », Études nigériennes, 2/2, p. 17-28.

1984 : « The origin of the vowels o and e in twareg and ghadamsi », Current Progress in Afro-Asiatic Linguistics, (Proceedings of the Third International Hamito-semitic Congress, march 1978), Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins Publishing C°, p. 317-326.

1986 : « The values of the tenses in Tuareg (Berber) », Orien­talia Suecana, p. 33-35.

– 1986 : « Chronologie relative des emprunts touaregs à l’arabe », Gli interscambi culturali e socio-economici fra l’Africa settentrionale e l’Europa mediterranéa (= Atti del congresso internazionale di Amalfi), p. 511-520.

1987 & 1994 : « Les principaux problèmes de l'orthographe touarègue », Études et Documents Berbères, 3, p. 60-66 & 11, p. 97-105 (version remaniée et développée du premier).

1987 : « Les consonnes palatalisées en touareg de l'Ayr », Littérature Orale Arabo-Berbère, 18, p. 95-200.

1991 : « New Light on the Origin of the Tuareg Vowels E and O », Proceedings of the fifth International Hamito-Semitic Congress 1987, vol. 1, Hamito-Semitic, Berber, Chadic, H. G. Mukarovsky (ed.), Vienne, p. 163-170.

– 1993 : « Du nouveau à propos de la vocalisation de la tahăggart », À la croisée des études libyco-berbères. Mélanges offerts à P. Galand-Pernet et L. Galand, Paris, Geuthner (GLECS, supplément : 15), p. 269-285.

 1999 : s.v. « Tawariḳ », Encyclopedia of Islam, vol. X, p. 379-381.

– 2002 : « L’origine des préfixes d’état en berbère », Articles de linguistique berbère. Mémorial Werner Vycichl, Paris, L’Harmattan, p. 373-390.

– 2002 [avec Amadou Diemdioda Dicko] : « Renseignements sur le touareg des Udalen », Acta Orientalia, 63, p. 7-30.

2003 : « La vocalisation du protoberbère », Selected Comparative-Historical Afrasian Linguistic Studies in Memory of Igor M. Diakonoff, M. L. Bender, G. Takács, D. L. Appleyard (eds) (= Lincom Studies in Aafroasiatic Linguistics, 14), Munich, p. 41-54.

Contributions à l’Encyclopédie berbère :

A318 « Auǧila », fasc. VII, 1989, p. 1050-1055

F36 « (El) Foqaha », fasc. XIX, 1997, p. 2886-2889

G36 « Ghadamès », fasc. XX, 1998, p. 3073-3078

P67 « Protoberbère », fasc. XXXVIII, 2015, p. 6481-6499

S66(a) « Siwa : Langue », fasc. XLIII, 2018, p. 7465-7468

S68. « Sokna : Langue », fasc. XLIII, 2018, p. 7476-7479

– « Touareg : langue », à paraître.

Par ailleurs K.-G. Prasse a publié ou dirigé plusieurs publications d’outils et de textes touaregs préparés par des chercheurs touaregs, du Niger ou du Mali, notamment :

– Ghoubeïd Alojaly, 1975 : Histoire des Kel-Denneg / Ăttarikh wa ǝn-Kǝl-Dǝnnǝg, Copenhague, Akademisk Forlag.

– Akhmadou Khamidoun, 1976 : Contes et récits des Kel-Denneg / Imăyyăn d-ǝlqissătǝn ǝn-Kǝl-Dǝnnǝg, Copenhague, Akademisk Forlag

– Ghoubeïd Alojaly : 1980 : Lexique touareg – français (Édition et révision, Introduction et tableaux morphologiques de K.-G. Prasse), Copenhague, Akademisk Forlag.

– Ghadouane Mohamed, 1989 / 1990 : Poèmes touaregs de l’Aïr, 1 (Textes touaregs) & 2 (Traduction), Copenhague, Museum Tusculanum Press, 425 p. / 626 p.  

– Ghadouane Mohamed, 1997 : Le récit de ma vie / ǝlqissăt ǝn-tǝmǝddurt-in, Copenhague, Museum Tusculanum Press.

– Ghadouane Mohamed, 2004 : Contes et récits des Kel-Ferwan / Imăyyăn d-ǝlqissăten ǝn-Kǝl-Fǝrwan, Schwülper, Cargo Verlag.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Salem Chaker, « Karl-Gottfried Prasse », in Encyclopédie berbère, Hommages..

Référence électronique

Salem Chaker, « Karl-Gottfried Prasse », in Encyclopédie berbère [En ligne], mis en ligne le 01 février 2019, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/2939

Haut de page

Auteur

Salem Chaker

Professeur émérite AMU IREMAM

Articles du même auteur

  • Lionel Galand [Texte intégral]
    (1920-2017) : Un maître discret et exigeant
    Paru dans Encyclopédie berbère, Hommages.
Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page