Navigation – Plan du site

AccueilVolumes36Notule complémentaire sur le nom ...

O30b

Notule complémentaire sur le nom berbère de l’oryx et autres antilopes

Salem Chaker
p. 5862-5864

Entrées d’index

Mots clés :

Linguistique
Haut de page

Texte intégral

1Sans surprise, le touareg est le dialecte berbère le plus riche et plus précis quant à la dénomination des antilopes ; il dispose au moins de quatre termes attestés dans toute son aire linguistique :

  • aməllal, plur. iməllālən (étymologiquement = « blanc »), antilope addax = Addax nasomaculatus Blainville (Dekeyser 1955, p. 376 et Prasse et al., II, p. 539). Le terme a été relevé pour le chleuh avec le sens de « gazelle » par Laoust (1936, p. 88).

  • ezəm (еһəт en Ahaggar), plur. izəmmən, antilope oryx = Oryx algazel algazel Oken (Dekeyser 1955, p. 382 et Prasse et al., II, p. 891).

  • edəri, plur. idərān, antilope damalisque ou bubale = Damaliscus korrigum Ogilby (Dekeyser 1955, p. 381 et Prasse et al., I, p. 112).

2Pour l’Ahaggar, Ch. de Foucauld commet une confusion manifeste en écrivant (Dictionnaire, I, p. 230) que ce mot (edəri) désigne l’antilope oryx alors qu’il n’identifie pas précisément ezəm/ehəm, dont il dit : « Nom d’une espèce d’antilope (arabe “ourg”). Tous les boucliers de l’Ahaggar sont en peau d’еһəт... » (Dictionnaire, II, p. 602).

3Le nom touareg de l’oryx est donc bien ezəm/izəmmən ou ezăm (Prasse et al.).

— enir / inīrən (ou ener/inerăn), qui désigne l’antilope dama (mohor en arabe) = Gazella dama, Pallas (Foucauld III, p. 699 ; Prasse et al., II, p. 622).

4Ce dernier terme est connu en berbère Nord, en l’occurrence en tachelhit du sud-ouest marocain, sous la forme anir / tanirt. Destaing (1920, p. 17) lui donne une signification générique (« antilope »), mais Roux, dans ses fichiers lexicographiques inédits, précise « gazelle mohor ». On soulignera que ce terme est attesté dans les sources manuscrites chleuh anciennes dès le XVIIe siècle (van den Boogert, no H707, p. 101 et no L59, p. 27).

5Il y a d’ailleurs tout lieu de penser que seul ce dernier terme, anir/tanirt, est fondamental et appartient au lexique commun berbère, non seulement du fait de sa présence à la fois en touareg et en chleuh, mais aussi parce que tous les autres noms de l’antilope semblent bien être des dénominations qualifiantes secondaires :

  • атəllаl est, à l’évidence, un adjectif qualificatif (« blanc ») ;

  • edəri, désigne aussi tout animal alezan doré, cheval, boeuf... ; la signification « antilope damalisque » est donc manifestement le figement/spécialisation secondaire d’une qualification ;

  • ezəm, du moins sa forme de singulier, évoque immédiatement le nom berbère Nord le plus répandu du lion*, izəm. Or, il est certain que le nom primitif du lion est (a)war/ahar, ce qui nous a poussé (Chaker, s.v. « Lion », EB XXVIII-XXIX, 2008), à formuler l’hypothèse que izəm/ezəm a d’abord référé à une couleur de robe, puis s’est spécialisé, en berbère Nord dans la désignation du lion et, en touareg dans la désignation de l’antilope oryx. Les formes de singulier du berbère Nord et du touareg se correspondent parfaitement : ezəm/ehəm est le correspondant touareg attendu de BN izəm ; la seule difficulté morphologique réside dans la divergence des pluriels : izmawən en BN (suffixe –awən) et izəmmən en touareg (suffixe régulier –əп + tension de la dernière radicale). Cette tension de la consonne finale du pluriel en touareg est peut-être à analyser comme un phénomène de compensation de l’ancienne radicale finale/w/, qui réapparaît en BN (izmawən) et permet de postuler une racine primitive *ZMW.

6Signalons enfin plusieurs autres dénominations qui paraissent très locales et isolées :

  • Touareg (Ayr) : ebăw, « antilope oryx » (Prasse et al., p. 58) ; afărya, « jeune ezăm (oryx) » (Prasse et al., p. 178).

  • Ghadamès (Lanfry, no 113) : abariḍ/būraḍ, « antilope (générique) », qui semble tout à fait isolé.

7→ Sur les aspects légendaires et mythologiques du personnage de Tanirt/Tenirt, voir “Tanirt”.

Haut de page

Bibliographie

Boogert (van den) N., 1998 - La révélation des énigmes. Lexiques arabo-berbères des XVIIe et XVIIIe siècles, Aix-en-Provence, CNRS/Université d’Aix-Marseille (Travaux de l’IREMAM : 19).

Dekeyser P.-L., 1955 – Les mammifères de l’Afrique Noire française, Dakar, IFAN.

Destaing E., Vocabulaire français-berbère (tachelhit du Sous), Paris, p. 204.

Foucauld Ch. de, 1950-52 – Dictionnaire touareg-français (dialecte de l’Ahaggar), Paris, Imprimerie Nationale, 4 tomes.

Foucauld (de) Ch. et Calassanti-Motylinski (de) A., 1984 – Textes touaregs en prose, édition critique avec traduction par S. Chaker, H. Claudot, M. Gast, Aix-en-Provence, EDISUD [cf. texte 108, « Antilopes »].

Lanfry J., 1973 – Ghadames II, Glossaire, Fort-National, Fdb.

Laoust E., 1936 – Cours de berbère marocain, Paris.

Naït-Zerrad K., Dictionnaire des racines berbères..., I, II, III, Paris/Louvain, Peeters, 1998, 1999, 2002 et base lexicale informatisée inédite.

Prasse K.-G. et al., 2003 – Dictionnaire touareg-français, Copenhague, Museum Tusculanum Press/University of Copenhaguen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Salem Chaker, « Notule complémentaire sur le nom berbère de l’oryx et autres antilopes »Encyclopédie berbère, 36 | 2013, 5862-5864.

Référence électronique

Salem Chaker, « Notule complémentaire sur le nom berbère de l’oryx et autres antilopes »Encyclopédie berbère [En ligne], 36 | 2013, document O30b, mis en ligne le 12 mars 2021, consulté le 11 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3164 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3164

Haut de page

Auteur

Salem Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IREMAM
  • Logo INALCO
  • Logo AIBL
  • Logo Peeters
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search