Navigation – Plan du site

AccueilVolumes37Paléoanthropologie : Peuplements ...

P03

Paléoanthropologie : Peuplements de l’Afrique du Nord et du Sahara

Djillali Hadjouis
p. 6034-6053

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Les origines des Hommes Anatomiquement Modernes (HAM) en Afrique du Nord apparaissent aujourd’hui moins incertaines. De nouveaux travaux crâniologiques et odontologiques suggèrent des liens de parenté depuis les Homo ergaster Atlanthropus mauritanicus de Tighenif en Algérie, jusqu’aux Homo sapiens archaïques du Djebel Irhoud ou de Témara au Maroc. Les relations sont ensuite plus significatives qu’autrefois entre ces derniers Sapiens Archaïques et les HAM, puis les individus du type de Mechta-Afalou et leurs descendants, surtout quand les résultats se fondent sur des données biomoléculaires. En revanche, les relations entre les populations suivantes composées de Mechtoïdes et de Proto-Méditerranéens sont encore discutables.

2Considérant les vastes espaces géographiques (Nord de l’Afrique, Sahara, Iles Canaries), les données paléoclimatiques et leurs impacts, ces questions encore à l’étude s’appuient désormais sur une documentation plus fournie, traitée avec de nouvelles approches (imagerie, scanner) qui permettent de mieux appréhender les caractères des communautés installées depuis plus de 200 siècles.

Les Homo Sapiens Archaïques des régions septentrionales

3L’évolution des Hominidés nord-africains peut être suivie presque sans interruption au Maroc, ce n’est pas le cas en Algérie, malgré la présence de nombreux gisements moustériens, atériens. La présence physique des Homo sapiens archaïques, bien attestée dans les sites marocains du Djebel Irhoud, de Dar Es-Soltane 2, de Témara et d’El-Harhoura montre que leurs caractéristiques anthropologiques présentent des caractères évolutifs – sur place – qui pourraient bien caractériser une forme intermédiaire entre les derniers Homo erectus locaux ou Atlanthropus mauritanicus, du type peut-être de l’Homme de Rabat et les Hommes Anatomiquement Modernes de l’Afrique du Nord et du Sahara.

L’Homme du Djebel Irhoud

4Bien que les régions septentrionales n’aient jamais connu de colonisation par des Néandertaliens d’Europe, on a longtemps considéré le crâne de Djebel Irhoud comme un Néandertalien. Situé à 70 km à l’Est de Safi en direction de Marrakech, ce gisement du Dj. Irhoud à industrie moustérienne et non atérienne, livra (Ennouchi 1962) deux crânes adultes, privés de leurs mandibules, ainsi qu’une mandibule d’enfant. Bien que certains traits morphologiques crâniens de ces fossiles rappellent ceux des Néandertaliens classiques (aplatissement de la voûte, courbure de l’arrière du crâne) d’autres caractères montrent des différences notables. En effet, un redressement vertical du front, un prognathisme facial moins accusé, une région nasale peu proéminente, des sinus moins développés et des arcades orbitaires moins prononcées, représenteraient le fonds ancestral de certains Homo sapiens du Paléolithique supérieur du Maghreb. Cet hominidé est aujourd’hui considéré comme l’un des plus anciens Homo Sapiens archaïques de l’Afrique du Nord.

Les Hommes de Dar Es Soltane 2, El Harhoura 1 et 2, Témara

5Les formations dunaires des grottes du littoral atlantique marocain (Dar Es-Soltane 2 et El-Harhoura 1 et 2 (Debénath 1992, 2000, Debénath et al. 1982, Debénath et Sbihi-Alaoui 1979, Nespoulet 2005) et Témara (Roche 1976, 2001, Debénath et Lacombe 1986, Debénath 2000) ont livré des portions crâniennes et dentaires ; le spécimen de Dar Es-Soltane 2 est de meilleure conservation. Ses caractères morphologiques font apparaître un individu d’aspect robuste ayant une face basse et large, aux traits bien marqués. Les orbites sont larges, basses et rectangulaires et, bien que surmontées par des arcades sus-orbitaires importantes, elles diffèrent de celles des Néandertaliens par leur moindre massivité au niveau de la glabelle. La mandibule est robuste avec un corps épais, haut au niveau de la canine et bas dans la région molaire postérieure. Fait majeur : les gonions ne présentent pas le caractère extroversé qu’on retrouvera plus tard sur les Hommes de Mechta-Afalou. Les reliefs des insertions musculaires de la face sont bien marqués. Au total, les caractères du morphotype de culture Atérienne sont incontestablement ceux d’un Homo Sapiens archaïque ; cet archaïsme et la robustesse de certains traits constituent des différences importantes avec les Hommes de Mechta-Afalou.

6La grotte des Contrebandiers à Témara (sud de Rabat) a livré une mandibule portant des dents massives et volumineuses, proches de celles de l’Homme de Rabat (Homo erectus). L’absence d’autres caractères archaïques des Homo erectus comme le cingulum basal et l’atténuation du taurodontisme conduisent à suggérer une appartenance aux Homo sapiens archaïques. Avec un âge de plus de 115 000 ans, atteignant peut-être 130 000 ans, si l’on tient compte des nouvelles fouilles à Témara (Nespoulet et al. 2011). Ces hominidés atlantiques pourraient être parmi les derniers Sapiens archaïques de l’Afrique du Nord.

L’Homme de Haua Fteah en Libye

7Un niveau de ce site de Libye méditerranéenne a livré des restes humains fossiles de deux individus, une jeune femme et un adolescent, il a été daté d’environ 40 000 ans. La morphologie dentaire de la M3 évoque celle d’un Néandertalien et plus précisément celle d’un sujet de Tabun (Israël), en raison notamment d’un dessin cruciforme et non en Y et en l’absence de la fovea antérieure (Heim et Granat 2001).

Les Hommes Anatomiquement Modernes (HAM) des régions septentrionales

L’Homme de Mechta-Afalou

8Le vocable Mechta-Afalou est une construction toponymique faite à partir des sites algériens de Mechta el-Arbi et d’Afalou Bou Rhummel. C’est en effet dans l’escargotière du Capsien supérieur de Mechta el-Arbi, située près de Chelghoum El-Aïd, dans le Constantinois, que furent reconnus, au début du siècle dernier, les premiers vestiges humains (fouilles et récoltes de Mercier 1907, Debruge 1923, Debruge et Mercier 1912). Longtemps mis de côté en raison d’une identification erronée, les deux crânes (masculin no 3 et féminin no 4) parmi la trentaine d’individus recensés, furent réexaminés et présentés en 1934, à l’occasion de la publication des découvertes faites à Afalou Bou Rhummel (fouilles Arambourg 1928-1930) dans la région de Béjaia.

9Les fortes ressemblances morphologiques existant entre les populations d’Afalou et celles de Mechta el-Arbi ont permis à M. Boule et à H. Vallois de réunir ces deux populations pour former un seul type du nom de Mechta-Afalou, alors désigné comme étant des « Cromagnoïdes africains » (Arambourg et al. 1934). Cette terminologie européenne n’est plus en usage, les individus nord-africains sont désormais représentés par des hommes du type Mechta-Afalou, Homo sapiens ou hommes modernes.

L’escargotière de Mechta el-Arbi

10Importante escargotière du Capsien supérieur du Constantinois, reconnue par Mercier en 1907, fouillée par A. Debruge en 1923 et avec W. Pond en 1928 ; elle a été présentée en 1952 à l’occasion du IIè Congrès Panafricain de Préhistoire d’Alger. Son contexte culturel (lamelles à bords abattus, géométriques, coches-denticulés ; les objets en os poli (faucille, poignard aménagé dans un péroné humain) et les restes squelettiques humains (plus de 30 individus) en font un site de référence. En raison de l’antériorité de ces découvertes anthropologiques et malgré l’incontestable caractère Capsien de sa culture, ce site est connu pour avoir servi de diagnose au type humain de Mechta-Afalou. Cette diagnose se fonde sur deux squelettes, l’un masculin, no 3, l’autre féminin, no 4. Leurs caractères morphologiques sont ceux d’hommes modernes rappelant en effet les hommes de Cro-Magnon. Cependant la population inhumée dans le site de Mechta el-Arbi n’est pas apparue homogène. Certains traits du crâne notamment, bien qu’apparentés au type de Mechta paraissent fortement atténués (Mechta no 5, crâne no 3 de Cole et crâne de Mechta, IPH). Voilà pourquoi ces sujets ont été tardivement appelés Mechtoïdes atténués ou évolués (Briggs 1953, Chamla 1970).

La Grotte d’Afalou Bou Rhummel

11Principal abri sous roche no 3 de la série des grottes du massif des Beni-Segoual, il est situé dans la région côtière de Bejaia. Il fut identifié par le géologue A. Ehrmann en 1920. De 1928 à 1930, des fouilles sont programmées par C. Arambourg, à la demande de M. Boule, premier directeur de l’Institut de Paléontologie Humaine (IPH). Ces recherches ont révélé le caractère sépulcral de l’abri mettant en évidence une cinquantaine de squelettes dont 40 adultes et 10 juvéniles. La documentation anthropologique de ce site, déposée à l’IPH, a servi à établir la diagnose du nouveau type humain crée en tandem avec les documents de Mechta el-Arbi.

12Les faunes de vertébrés mammaliens et d’invertébrés (mollusques terrestres et marins) restent assez variées, mais peu nombreuses et sont constituées de Bos primigenius, Gazella dorcas, Ammotragus lervia, Sus scrofa algeriensis, Canis anthus, Vulpes vulpes atlantica, Ursus arctos larteti, Ursus arctos faidherbi, Macacus innus (Arambourg et al. 1934). Les nouvelles fouilles entreprises par S. Hachi (1983-1993) ont mis en évidence d’autres contextes conservés in situ et de nouvelles inhumations dans la couche V (corrélée au niveau I de C. Arambourg) et la couche X (corrélée au niveau III de C. Arambourg).

13Dix nouvelles inhumations (à l’étude) proviennent, pour neuf d’entre elles, de la couche V (corrélée au niveau I) et pour une de la couche X (corrélée au niveau III). Cette dernière est celle d’un adulte masculin. Les découvertes révèlent aussi l’existence de nombreux foyers d’un habitat remontant à plus de 15 000 BP (soit 16 577-15 243 cal BC ; Hachi 2006), conservant des témoins alimentaires tirés d’une faune variée bien conservée, accompagnés d’une industrie lithique (lamellaire) diversifiée et typique, d’une industrie osseuse caractéristique, de nombreux ornements ocrés, d’un matériel de broyage, et surtout, pour la première fois, d’un corpus de figurines zoomorphes et anthropomorphes en argile modelée et cuite (Hachi EB, II, 1985, p. 192-193 ; Hachi 1996 ; Hachi 2002, 2003, 2006 ; Hachi et Roubet 2003). Les datations au 14C effectuées sur charbons donnent :

  • pour la couche III sommitale 11 450 ± 230 BP (Lyon 3227) ;

  • pour la couche IV 12 020 ± 170 BP (Gif 6532), 12 400 ± 230 BP (Lyon 3228) et 13 120 ± 370 BP (Alger 0008) (Hachi 1996) ;

  • et pour la couche VII, 14 910 ±180 BP (Gif 9637) (Hachi 2002) qui ne représente pas la base de la séquence.

La grotte de Taforalt (Maroc oriental) : continuité anthropologique et culturelle

14Les Hommes de Mechta-Afalou de l’imposante série anthropologique de la grotte des Pigeons à Taforalt (près d’Oujda,) sont les contemporains des populations algériennes. Ils ont eux aussi transmis certains de leurs caractères à leurs descendants de Taforalt, de Dar Es-Soltane ou de Mougharet el-Aliya (Roche 1953, Balout 1954, Férembach 1962) que l’on retrouvera également parmi les actuelles populations berbères du Nord de l’Atlas marocain. En effet, une continuité génétique certaine existe entre les hommes de Taforalt et les populations locales, comme vient de le démontrer une étude biomoléculaire (Kéfi-Ben Attig et Béraud-Colomb, 2011) étayant certains travaux anthropologiques (Férembach 1962, Chamla 1975). Rappelons que la grotte des Pigeons à Taforalt a livré dans ses niveaux atériens des coquilles perforées et ocrées (Nassarius gibhosulus*) considérées parmi les plus anciennes au monde (-82 000 ans) (Bouzouggar et al. 2007 ; EB XXXIII, notice N14).

Répartition géographique des hommes de Mechta-Afalou au cours du Pléistocène supérieur et de l’Holocène

15A la fin du Pléistocène supérieur (fin du stade isotopique 2), se produit en Afrique du Nord une « évolution morphologique » des populations du type de Mechta-Afalou et une transmission de certains de leurs caractères aux Sapiens plus récents, en l’occurrence les Mechtoïdes (recherches en cours). Ces populations vont évoluer sur place, mais parmi d’autres, présentes à l’Holocène, au même moment, sur le territoire du Maghreb oriental – sans qu’on ait expliqué comment s’installent ces Proto-Méditerranéens. Toutes ces populations se répandent en Afrique du Nord, comme l’attestent près d’une cinquantaine de gisements épipaléolithiques, et de nombreuses sépultures. On distingue donc trois ensembles :

  • Celui des populations de la fin du Pléistocène supérieur, qui compose le type robuste originel de Mechta-Afalou, de culture ibéromaurusienne, présent sur le littoral, tellien d’abord, puis en zone atlasique, durant leur migration vers d’autres territoires méridionaux.

  • Celui des populations postérieures, d’âge Holocène, qui forme le groupe des Proto-Méditerranéens, de culture Capsienne, de type robuste chez les hommes et gracile chez les femmes, qui constitue des groupes ayant évolué dans le centre et l’Est de l’Algérie et en Tunisie.

  • Et celui des populations aux formes anthropologiques intermédiaires, dites Méchtoïdes, l’une est apparue en contexte ibéromaurusien (cas d’Afalou ci-dessus), d’autres plus récentes représentent des sous-types ; d’aspect généralement gracile. Celles-ci, géographiquement localisées dans le centre de l’Algérie et en Algérie orientale, ont été reconnues dans des gisements de cultures columnatienne (Columnata-Tiaret), puis capsienne.

16Le sous-type Mechtoïde s’est transmis à certaines populations néolithiques et protohistoriques donnant lieu à d’autres individus aux faciès souvent gracile. Cette « dérive génétique » (Hadjouis, à l’étude) a été observée en région septentrionale, d’ouest en est, du Maroc (Mechtoïdes des niveaux néolithiques de Taforalt), en Algérie centrale (Columnata-Tiaret), et en Algérie néolithique atlasique (H. des Nemencha* du Damous elAhmar*), puis en Algérie littorale (dolmens des environs d’Alger). Cette lignée Mechtoïde s’étendra à la vallée du Nil, au Sahara atlantique, central et méridional et aux Guanches de l’archipel des Canaries (cf. infra). Durant le Néolithique et les périodes protohistoriques cette diversité se réduira tout en conservant des caractères Mechtoïdes, que les populations contemporaines renferment dans leur stock génétique.

17Revenons au temps de l'Ibéromaurusien et du Capsien, et de leurs cultures fondamentales, si celles-ci sont distinctes, certains de leurs types humains ne le sont pas, aussi n’est-il pas exceptionnel de rencontrer des individus Proto-Méditerranéens dans des gisements ibéromaurusiens (sujet de sexe féminin à Rachgoun, Oranie), et même un sujet Mechtoïde dans des sites capsiens (Sétifien de Medjez II*). Le type même de Mechta-Afalou, comme cela a été signalé plus haut, ne provient-il pas du gisement Capsien supérieur de Mechta El-Arbi ? C’est surtout au cours de l’Holocène, au sein de la culture capsienne, que les populations acquièrent des morphologies composites. Aux deux types, l’un Mechta-Afalou et l’autre Proto-Méditerranéen, viennent s’ajouter diverses formes Mechtoïdes gracilisées (Chamla 1970, Cluzel 1973).

Caractéristiques morphologiques des Hommes de Mechta-Afalou

18M. Boule, H. Vallois et R. Verneau (1934) ont précisé les traits généraux de la population d’Afalou Bou Rhummel (Chamla 1985, EB II, p. 182-192). Des variations ont été signalées sans remettre en cause l’unité morphogénétique et sociale de ce peuplement. Cependant quatre soustypes de Mechta-Afalou sont distingués (Chamla 1970), deux sont représentatifs de l’ensemble du territoire septentrional (sous-type 2 et 3).

Les Mechtoïdes : population de transition ?

19L’appellation Mechtoide est attribuée à tous les individus présentant des caractères morphologiques gracilisés ou atténués, apparentés au type ancestral de Mechta-Afalou. Cette gracilisation se met en place dès la fin du Pléistocène supérieur dans la culture Ibéromaurusienne et s’installe au cours de l’Holocène durant le développement de la civilisation capsienne entre le VIII et le VIe millénaire, au moment où se raréfie le type de Mechta-Afalou. On a constaté que les groupes Mechtoïdes atténués ou « évolués » post-ibéromaurusiens, présents dans les gisements ou niveaux du Columnatien, puis du Capsien, ne sont pas homogènes entre eux : on admet qu’ils durent avoir évolué indépendamment, à partir du type originel.

20Les morphologies composites des Mechtoides ont reçu des interprétations diverses. Pour Briggs, les différences reflètent l’influence d’un métissage avec les Proto-Méditerranéens Capsiens, hypothèse très discutée aujourd’hui. Il est vrai que cette constatation est apparue vraisemblable en Algérie orientale, et sur les Hautes plaines constantinoises qui ont vu s’établir des escargotières capsiennes au contact de la zone tellienne, occupée par les Mechta-Afalou. Pour Chamla, en Algérie centrale et orientale, la population post-ibéromaurusienne (présente à Columnata ; dans le Constantinois : grotte des Hyènes, crâne A, et à Mechta el-Arbi : femme no 3) est constituée de groupes humains Mechtoïdes graciles ou atténués, morphologiquement évolués.

21Par ailleurs, dans certains sites du Capsien supérieur, comme l’escargotière de Mechta-el-Arbi, trois types humains distincts ont été reconnus : il s’agit du type de Mechta-Afalou proprement dit, d’un type Mechtoïde évolué représenté par la femme no 3 de Cole, ainsi que de Proto-Méditerranéens. En zone capsienne, le site de Mechta el-arbi est le seul connu ayant été occupé par un représentant du type Afalou aux traits robustes. Tous les autres groupes humains du Capsien supérieur sont des Mechtoïdes évolués ou des Proto-Méditerranéens.

22Durant l’Holocène moyen, alors que le Néolithique se développe, porté par ces types humains, s’ajoutera en régions méridionales sub-atlasique et saharienne un type Négroïde (Tin-Hanakaten, ci-dessous).

23Par son effectif, la série anthropologique de Columnata (116 individus dont 48 adultes 68 enfants et adolescents de tous niveaux) représente le deuxième site épipaléolithique important du Maghreb après celui de la grotte sépulcrale de Taforalt au Maroc oriental (180 individus dont une centaine d’enfants, 39 hommes et 31 femmes). La grande majorité des sépultures provient des niveaux Columnatiens, alors qu’une dizaine de squelettes a été rattachée à l’Ibéromaurusien.

Fig. 1. Homme d’Afalou montrant les traits robustes de la face et la denture massive. Noter que cet individu a eu un traumatisme nasal et une inflammation post-traumatique de la région incisive due à une tentative ratée de l’avulsion des incisives supérieures

© D. Hadjouis.

Fig. 2. Femme d’Afalou montrant un net dimorphisme sexuel avec les hommes, aux caractères faciaux moins robustes

© D. Hadjouis.

Fig. 3. Une des caractéristiques faciales et dentaires des Mechta-Afalou : la poussée exceptionnelle en hauteur des dents inférieures en réponse à un vide dentaire du maxillaire. Ce phénomène a modifié la dynamique de croissance de cette région

© D. Hadjouis.

Fig. 4. Crâne d’enfant d’Afalou âgé d’environ 40 mois montrant un prognathisme alvéolo-dentaire. Noter la dentition psalidonte (recouvrement des incisives supérieures) chez l’enfant du Paléolithique supérieur mais qui va retomber en labidontie (bout à bout incisif) chez l’adulte

© D. Hadjouis.

24A Columnata, le niveau ibéromaurusien typique est surmonté d’un contexte épipaléolithique columnatien de transition, ayant subi une influence capsienne. Les préhistoriens se sont appuyés sur ces fortes ressemblances culturelles avec le Capsien, pour attribuer les différences morphologiques observées sur de nombreux squelettes à un métissage entre les individus Mechta-Afalou et Proto-Méditerranéens. Les études anthropologiques préfèrent souligner les différences significatives avec les populations typiquement Proto-Méditerranéennes, pour rattacher ces individus plutôt au groupe des Mechta-Afalou, tout en les distinguant en raison de caractères propres (autapomorphie). Cependant, la présence de l’avulsion dentaire mixte des incisives du maxillaire et de la mandibule, observée sur les individus columnatiens comme sur le Capsien, entretient un questionnement favorable à l’hypothèse d’une influence biologique. D’autres travaux sont nécessaires.

Les Proto-Méditerranéens et les Mechtoïdes des régions septentrionales

25Durant l’Holocène on voit s’installer en Afrique du Nord des individus Proto-Méditerranéens. Leur origine n’est pas élucidée. C’est vers le huitième millénaire qu’un deuxième type de population émerge aux caractères morphologiques nettement différents du type Mechta-Afalou. La dichotomie est telle que ces Proto-Méditerranéens apparaissent comme des hommes aux caractères plus modernes, même pour les individus les plus robustes. Certains auteurs ont admis une origine proche-orientale conforme à celle d’individus du Natoufien, présents en Syrie-Palestine, aux caractères proto-méditerranéens (Férembach 1986, 1989, 2001). La présence des deux types humains Mechtoïde et Proto-Méditerranéen dans les mêmes localités et la reconnaissance de certains rituels semblables chez les deux communautés, tels l’avulsion dentaire et la pratique de certaines inhumations, suggèrent vraisemblablement une cohabitation (fig. 5).

Définition et diagnose

26L’escargotière du Chacal de l’Aïn Dokkara située dans la région de Tébessa est le gisement princeps de l’Homme Capsien, premier type ProtoMéditerranéen reconnu par Vallois, dès sa découverte en 1947 (Balout 1949, Balout & Roubet 1970). M.-C. Chamla eut le mérite d’établir une diagnose anthropologique définissant l’ensemble des traits anatomiques des Capsiens, à l’aide d’autres spécimens (Chamla 1973).

27C’est ensuite la découverte en 1948 de l’Homme d’Aïn Meterchem en Tunisie, qui conduisit Vallois (1950), puis Balout, à reconnaitre en Afrique du Nord un type humain non Mechtoïde. Ces découvertes confirmèrent l’appartenance anthropologique d’autres individus aux Proto-Méditerranéens provenant des escargotières de Bekkaria, Aïoun Berriche, Meskiana, Aïn Bahir, Khanguet el-Mouhâad (Balout, 1954).

28Les fouilles de Verguet et de Camps-Fabrer (1962 et 1968) à Medjez* I et II près d’El-Eulma (région de Sétif) montrèrent que le peuplement ProtoMéditerranéen était important en Algérie orientale. La découverte d’une vingtaine de squelettes de tout âge devait contribuer à accroître le nombre total d’individus Capsiens. Les études mirent en place une diversité, conduisant à identifier deux sous-types issus d’un fonds ancestral unique : le sous-type dolicho et mésocéphale à face longue ortho-à mésognathe (Aïn-Meterchem, Gambetta no 1, Aïoun Beriche, Medjez II no 1 et 3 et la femme no 5 de Khanguet El-Mouhâad, Briggs 1953) et le sous-type à face courte ou moyenne (Homme de Aïn-Dokkara, les femmes de Rachgoun et de Medjez II no 2).

29On pourrait croire que la complexité de ces formes s’amenuise au fur et à mesure que les populations occidentales et orientales de l’Algérie évoluent vers le Néolithique et la Protohistoire. Mais n’oublions pas que nos connaissances actuelles restent insuffisantes. L’hypothèse (Hadjouis, travaux en cours) d’une « dérive génétique » Mechtoïde, découlant de leur expansion géographique jusqu’aux rivages atlantique du Sahara et aux Iles Canaries (cas des Guanches), pourrait s’expliquer comme résultant d’un fort isolement géographique. Tandis qu’au Maghreb oriental les Proto-Méditerranéens robustes, plus fréquemment présents au Néolithique purent évoluer vers des formes graciles, retrouvées dans les sépultures mégalithiques (Cluzel 1973). Ce sont eux qui constitueront l’un des fondements ancestraux du peuplement berbère historique. Certaines reconstitutions faciales de cet Homme moderne montrent un rapprochement facial avec les populations contemporaines (fig. 7).

Morphotypes des régions septentrionales au Néolithique

30Il faut bien l’admettre, durant le Paléolithique supérieur final, un seul peuplement occupe l’ensemble septentrional africain, il est du type de Mechta-Afalou. Les populations Mechtoïdes gracilisées qui apparaissent vers la fin de cette période à Afalou et un peu plus tard à Columnata vont perdurer durant l’Holocène (Epipaléolithique, Néolithique, Age des Métaux, périodes historiques) selon un rythme régressif des effectifs. Ce phénomène de diminution des populations (Hadjouis, recherches en cours) est dû aussi à un certain isolement géographique. En Algérie plusieurs gisements néolithiques ont montré une persistance génétique des caractères morphologiques de Mechta-Afalou. On la retrouve à l’Ouest dans les grottes (Oued Guettara, Rio Salado et peut-être El Cuartel, Polygone et Troglodytes) (Camps 1974, Hadjouis et al. 2000) mais aussi à l’Est (Djebel Fartas, Damous el-Ahmar) (Roubet 1968, 1979) (fig. 6).

Fig. 5. Morphologie crânienne des hommes du Paléolithique supérieur et de l’Epipaléolithique d’Algérie. En haut : face et profil d’homme de Mechta-el-Arbi, un des deux types des Mechta-Afalou. Au milieu : face et profil d’une femme de Mechta-el-Arbi. En bas : face et profil de l’homme d’Ain Dokkara, un des types des Protoméditerranéens. Noter les différences entre les hommes de Mechta-Afalou et les Protoméditerranéens

© D. Hadjouis.

Fig. 6. Crane de Mechtoïde néolithique de l’Oued Guettara. Les caractères ancestraux des Mechta-Afalou sont présents y compris la robustesse de certains traits (légers torus-sus-orbitaires, arcades zygomatiques et malaires puissants, dents massives)

© D. Hadjouis.

Fig. 7. Reconstitution faciale par E. Daynes d’un Mechta-Afalou montrant un morphotype rappelant les formes contemporaines de l’Afrique du Nord et de la Méditerranée

© P. Plailly

31Les Proto-Méditerranéens vont cohabiter avec les Mechtoïdes dès le VIIIe millénaire à l’Est comme à l’Ouest. Les cas de cohabitation sont reconnus dans le gisement Capsien supérieur de Mechta el-Arbi, puis dans le Sétifien de Medjez II, et dans l’Ibéromaurusien de Rachgoun. Ces populations ont fréquenté des espaces géographiques très étendus.

32Qu’en est-il de l’identification des peuplements holocènes au Maroc et en Tunisie ? Au Maroc, la présence de squelettes dans les fouilles récentes n’a pas donné lieu à identification des morphotypes Mechtoïde ou Proto-Méditerranéen, tous deux signalés autrement, à El-Harhoura 2 et à El-Mnasra. Le caractère de gracilité générale a été signalé sans autre précision (Nespoulet et al. 2011). En Tunisie, à El-Hergla, les individus découverts ont été comparés aux Proto-Méditerranéens robustes de Chamla (sépulture 2), mais n’ont pas été identifiés en tant que tels, l’absence d’avulsion des incisives, a été notée en figure 11 (Munoz et al. 2011).

Les Hommes du Sahara, Mechtoïdes, Méditerranéens, et Négroïdes

33Il y a 18 000 ans, un climat aride se développe sur les marges sahéliennes et sub-méditerranéennes actuelles déplaçant ainsi vers le Sud, à environ 300 km, la limite des dunes vives correspondant à l’isohyète 100 mm. La zone centrale hyperaride devient azoïque et certaines espèces animales se réfugient dans les massifs montagneux. A la fin du Pléistocène supérieur et durant la transition vers l’Holocène dès -9000 à -8000 ans, à la faveur d’une hausse des températures et des niveaux océaniques, l’ensemble du Sahara actuel s’est vu alimenté par des marécages et des lacs avec des précipitations plus importantes que celles d’aujourd’hui (400 mm au lieu de 60 mm dans la région d’Araouane au Mali, 250 mm au lieu de 5 dans celle de Taoudenni).

34Les changements (pulsations) climatiques intervenus durant cette phase qui a duré 4500 ans ont favorisé le développement d’une faune datée de 3400 à 9500 ans, faune sahélienne variée composée de l’hippopotame, du guibe d’eau (Limnotragus spekei), des poissons, des crocodiles et plusieurs grandes antilopes. Des environnements palustres ou lacustres ont été favorables à leur épanouissement. Les populations récemment identifiées se rattachent pour certaines aux Mechtoides et pour d’autres aux Négroïdes. Il en reste enfin d’autres non encore diagnostiquées.

Populations descendants du type de Mechta-Afalou

35La présence de populations Mechtoïdes en régions sahariennes et sahéliennes a longtemps attiré l’attention des chercheurs. Les découvertes récentes font apparaître leur vaste répartition et leur avancée jusqu’au 19e parallèle. La forte ressemblance morphologique des hommes du Sahara avec le type de Mechta-Afalou au Sahara malien (à Hassi El-Abiod, Dutour 1989, 2001), en Nubie soudanaise (au Djebel Sahaba et Wadi Halfa ; Anderson 1968, Greene et Armelagos 1972), en Haute-Égypte (à Wadi Kubbanyia) et en Mauritanie septentrionale, plaide en faveur d’une large diffusion géographique de ce peuplement sapiens, hors des limites littorales et telliennes de l’Afrique du Nord. Certaines particularités cultuelles subsistent comme l’absence d’avulsion dentaire dans la population de Wadi Haifa.

36Les populations holocènes du Sahara atlantique sont proches aussi du type Mechta-Afalou évolué. À Izriten (Cap Juby) (6100 ± 120 BP), dans la Sebkha d’Amtal (+1780 ± 100 BP) et de Mahariat ou dans les importantes nécropoles de Tintan et Chami (Bassin sédimentaire marin quaternaire de Mauritanie), (Petit-Maire, Charon, Ortlieb 1979 ; Petit-Maire et Charon 1979), les caractéristiques du développement dentaire, l’abrasion, l’articulé dentaire et l’appareil manducateur de ces populations du Sahara atlantique indiquent des relations génétiques avec le type de Mechta-Afalou. Cependant, au regard de certains caractères morphologiques (forte robustesse, gonions extroversés...) des populations néolithiques de Tintan (très robustes) et celles de Chami (plus atténuées), il est difficile de les rattacher à un sous-type ancestral précis (Mechta-Afalou ou soudanais robustes ?)

37Depuis quelques années de nouvelles découvertes ont été faites dans le massif granitique de la Téfédest (Ahaggar) par l’équipe du CNRPAH en collaboration avec l’université de Toulouse. A cette occasion, le gisement de Tan Aïnesnis, signalé pour la première fois en 1971 par J.-P. Maître a été fouillé et a livré, outre un matériel archéologique, une sépulture aux ossements crâniens et post-crâniens mal conservés (Hachi et al. 2011). Ce squelette, encore à l’étude, présente les caractères crâniens des Mechtoïdes : voûte moyenne, base du crâne fléchie, écaille temporale basse et allongée, apophyse mastoïde développée, orthognathisme du massif facial, éminence mentonnière, face plus ou moins longue et étroite, absence d’une proalvéolie, présence d’une saillie goniaque extroversée).

Populations Négroïdes et Méditerranéennes

38Des restes anthropologiques attribués à un type mélano-africain apparaissent dans les fouilles de l’Abri de Tin-Hanakaten (Tassili des Ajjers) dès 9620 BC. Le cas anthropologique de l’Enfant néolithique momifié (Homo 5) « offre une tendance assez nette, quoique atténuée en raison du jeune âge, au type négroide » (Heim et al 2011, p. 39) et (Aumassip 1984, Aumassip et Heim 1979) et sur les parois rupestres. Les récentes recherches du CNRPAH confirment l’existence de populations pastorales aux traits négroïdes (mélanodermes) et d’autres aux traits Méditerranéens (leucodermes) en s’appuyant sur de nombreux ensembles de représentations rupestres de communautés mixtes de pasteurs dans l’Immidir (Hachi et al 2011). Ces travaux se poursuivent actuellement.

Migrations des populations maghrébines vers les îles Canaries

39Sept îles composent l’archipel des Canaries, au large de la côte nord-ouest de l’Afrique : Palma, Gomera, Hierro, Tenerife, Grande Canarie, Fuerteventura et Lanzarote. Jusqu’à leur rattachement à l’Espagne au XVe siècle, les populations insulaires appelées Guanches avaient un mode de vie sédentaire, vivant de l’agriculture et de l’élevage de caprinés et de porcs, de la pêche et du ramassage des coquillages. Au vu des ressemblances morphologiques entre les Mechta-Afalou et les populations Guanches de l’archipel et compte tenu des connaissances de l’époque et de la concentration des Mechtoïdes vers le Maghreb central, A. Quatrefages et E. Hamy, puis R. Verneau annonçaient dès le XIXe siècle des liens génétiques entre les populations insulaires de l’archipel et celles des populations « cromagnoïdes » du continent voisin. En réalité, si cette hypothèse reste valide, en revanche les ethnies migrantes n’ont pas été uniquement des Mechtoïdes mais le résultat d’un brassage de populations nord-africaines et sub-sahariennes à composantes méditerranéennes et mechtoïde. En outre cette hypothèse d’un rapprochement anthropologique n’a été publiée qu’au cours des années 1930 peu avant la publication des hommes d’Afalou Bou Rhummel en 1934. A cette époque la découverte des squelettes de Mechta el-Arbi en 1912, n’avait pas encore conduit à préciser le statut de ces individus.

40D’autres chercheurs, non francophones, avaient émis l’hypothèse de l’existence de fonds ancestraux originaires de l’Afrique du Nord. Parmi eux, Hooton dès 1916 avait montré le caractère hétérogène des populations insulaires de l’archipel. En réalité les travaux ethnographiques et anthropologiques montraient une colonisation des îles par des vagues migratoires venues du Maghreb et du Sahara occidental, depuis le Néolithique jusqu’à l’Age du Bronze. L’île la plus orientale, Fuerteventura étant à une centaine de km du Cap Juby, on admit l’arrivée des premières ethnies du littoral atlantique provenant de l’oued Draa et de la Seguiet el-Hamra. Le métissage des populations Guanches s’est enrichi par la suite lors des migrations arabo-berbères et carthaginoises. Mercer (1980), se fondant sur les sources ethnographiques du XVe au XVIIe siècle et celles de la tradition orale des Guanches, ainsi que sur les analyses faites sur des momies, suggère une migration de Berbères du nord-ouest de d’Afrique pendant l’époque romaine. Les Berbères du Haut-Atlas marocain et de l’Atlas Tellien algérien résistant au pouvoir romain se seraient exilés sur les îles Canaries. Par ailleurs, les récentes recherches génétiques renforcent la filiation existant entre ces populations (Cavalli-Sforza et al. 1994) et du même coup confortent toutes les hypothèses de Hooton (1916), Irish (2001), Onrubia-Pintado (1987), Bermudez de Castro (1989).

41Partant de ces théories, Irish (2001) a étudié le matériel dentaire de plusieurs populations nord-africaines (Chaouias, Kabyles, Arabes bédouins de l’Algérie et du Maroc, Carthaginois, Égyptiens, Nubiens) et leur relation avec les populations des îles Canaries. Non seulement, ces recherches odontologiques montrent des modèles dentaires des Guanches très proches de ceux des Berbères de l’Algérie et du Maroc mais elles confortent aussi le rapprochement avec les populations de l’Afrique du Nord-Est. Cependant les ressemblances dentaires des Guanches avec les Égyptiens et les Nubiens, bien que présentes, sont moins évidentes.

42Même si en retrouvant dans le peuplement des Canaries (jusqu’à la fin des temps préhispaniques) un prolongement anthropologique mechtoïde, il n’est certainement pas le seul. D’autres traits sont représentés en relation avec les Proto-Méditerranéens.

43Bien des questions restent à résoudre : les sept îles ont-elles le même héritage anthropologique ? Quelle est la situation culturelle et anthropologique de la Palma, l’île la plus occidentale ?, Pourquoi ne retrouve-t-on aucune avulsion dentaire sur l’ensemble des populations des sept îles, alors que ce rite est resté présent au Maghreb jusqu’à la fin du Néolithique. De nouveaux travaux contribueront à préciser cela.

Conclusion

44Cette présentation synthétique des connaissances récemment actualisées souligne bien des insuffisances imputables aux sources documentaires et à leur état de conservation. Le peuplement protohistorique en relation avec le domaine dolménique, héritier des composantes anthropologiques citées, reste le plus difficile à caractériser en dépit des travaux déjà accomplis. Les investigations moléculaires (recherche de l’ADN) commencent à peine. Ce domaine d’étude exige de plus en plus de spécialistes. Dans l’avenir il est certain que les résultats actuels seront repris et précisés géographiquement et chronologiquement, en utilisant d’autres procédés de datations directes, non encore adoptés. De nombreux travaux en cours sont à croiser pour mieux comprendre l’originalité des peuplements anciens, typiquement africains et mieux apprécier les potentialités métissées que présentent les populations contemporaines sur le continent et les iles voisines.

Haut de page

Bibliographie

Arambourg, C., M. Boule, H. Vallois, R. Verneau, 1934 – Les grottes paléolithiques de Beni Segoual (Algérie). Arch. Inst. Paléont. Humaine, Mém. no 13, 242 p.

Anderson J., 1968 – “Late paleolithic skeletal remains from Nubia”, in F. Wendorf ed., Prehistory of Nubia, Dallas, SMU Press, p. 996-1040.

Aumassip G., 2003 – « Le site néolithique de Tin Hanakaten (Tassili Azjer, Sahara algérien) », in. Préhistoire de l’Algérie, Dossiers d’Archéologie, no 282, p. 72-78.

Aumassip G. et Heim J.-L., 1989 – « Les squelettes néolithiques de Tin Hanakaten, Tassili N’ajjer, Algérie », C. R. Acad. des Sc., Paris, série III, 309, p. 187-190.

Balout L., 1949 – « Découverte d’un squelette humain préhistorique dans la région de Tébessa », Bull. Soc. Hist. natur. de l’Afrique du Nord, t. 40, p. 193-195.

Balout L., 1954 – Les hommes préhistoriques du Maghreb et du Sahara. Inventaire descriptif et critique (Paléolithique, Epipaléolithique, Néolithique), Libyca, t. 2, 215 p.

Balout L., Roubet C., 1970 – « Datation radiométrique de l’Homme Capsien de l’Aïn Dokkara et de son gisement (« Escargotière du Chacal », région de Tébessa, Algérie) », Libyca, XVIII, p. 23-34

Bermudez De Castro J M., 1989 – “The Carabelli trait in human prehistoric populations of the Canary Islands”, Hum. Biol., 61, p. 117-131.

Bouzouggar A., Barton N., Vanhaeren, M., D’errico F., Collcutt, S., Higham T., Hodge E., Parfitt S., Rhodes E., Schwenninger J-L., Stringer C., Turner C., Ward S., Moutmir A. and Stambouli A., 2007 – “82,000 year-old shell beads from North Africa and implications for the origins of modern human behaviour”, Proceedings of the National Academy of Sciences (USA), 104 (24), p. 9964-9969.

Briggs C., 1953 – « Tête osseuse du Khanguet el Mouhaad (fouilles J. Morel) », Libyca, 1, p. 120-140.

Camps G., 1974 – Les civilisations préhistoriques de l’Afrique du Nord et du Sahara, Paris, Éds Doin, 366 p.

Camps-Fabrer H., 1975 – Un gisement capsien de faciès sétifien. Medjez II, El Eulma (Algérie), Paris, CNRS, 448 p.

Cavalli-Sforza L.L., Menozzi P., Piazza A., 1994 – The history and geography of Human genes, Princeton, Princeton University Press.

Chamla M.-C., 1968 – Les populations anciennes du Sahara et des régions limitrophes. Étude des restes humains néolithiques et protohistoriques, Paris, AMG (Mémoires du CRAPE : IX, Alger), 197 p.

Chamla, M.-C., 1970 – Les hommes épipaléolithiques de Columnata (Algérie occidentale). Étude anthropologique, Paris, AMG (Mémoires du CRAPE : XV, Alger), 132 p.

Chamla M.-C., 1973 – « Étude anthropologique de l’Homme capsien de l’Aïn Dokkara (Algérie orientale) », Libyca, XXI, p. 9-53.

Chamla M.-C., 1975 – « La diversité des types humains dans les gisements capsiens », in Camps-Fabrer H. (dir.), Un gisement capsien de faciès Sétifien : Medjez II, Paris, CNRS (Études d’Antiquités Africaines), p. 373-376

Charon M., Hugot H. & Petit-Maire N., 1974 – « Les restes humains de Meniet (Ahaggar) », Bulletin et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, t. 2, p. 293-310

Cluzel C., 1973 – « Évaluation de la gracilisation dentaire dans les anciennes populations du Maghreb », Libyca, XXI, p. 54-61.

Debénath A., 1992 – « Hommes et cultures matérielles de l’Atérien marocain », L’Anthropologie, 96, p. 711-720.

Debénath A., 2000 – « Le peuplement préhistorique du Maroc : Données récentes et problèmes », L’Anthropologie, 104, p. 131-145.

Debénath A., Raynal J.-P., Texier J.-P., 1982 – « Position stratigraphique des restes humains paléolithiques marocains sur la base des travaux récents », C. R. Acad. des Sc., Paris, 294, p. 1247-1250.

Debénath A. et Sbihi-Alaoui F. Z., 1979 – « Découverte de deux nouveaux gisements préhistoriques prés de Rabat (Maroc) », Bull. Soc. Préhist. Franç., 76, p. 11-14.

Debénath A. & Lacombe J.P., 1986 – « Remarques sur la double sépulture néolithique du gisement d’El Harhoura II (Province de Témara), Maroc », Archéologia, Porto, 13, p. 120-125.

Dutour O., 1989 – Hommes fossiles du Sahara. Peuplements holocènes du Mali septentrional, Marseille, Éds du CNRS, 342 p.

Dutour O., 2001 – « L’homme de Mechta Afalou au Maghreb et au Sahara. Aspects paléoanthropologiques et paléoécologiques », in L’homme maghrébin et son environnement depuis 100 000 ans, Actes du colloque international de Maghnia, Alger, CNRPAH, p. 131-142.

Ennouchi E., 1962 – « Un Néandertalien : l’homme de Djebel Irhoud (Maroc) », L’Anthropologie, 66/3-4, p. 279-299.

Ferembach D., 1962 – La nécropole épipaléolithique de Taforalt (Maroc oriental). Étude des squelettes humains, Casablanca, 175 p.

Ferembach D., 1986 – « Les hommes du Paléolithique supérieur autour du Bassin méditerranéen », L’Anthropologie, 90/3, p. 579-587.

Ferembach D., 2001 – « Évolution du peuplement du Maghreb des origines au Néolithique », in. L’homme maghrébin et son environnement depuis 100 000 ans, Actes du colloque international de Maghnia, Alger, CNRPAH, p. 123-130.

Greene D., Armelagos G., 1972 – The Wadi Halfa mesolithic population. Res. Rep. Depart. Anthrop., II ; Amherst Univ. Massachussets, 98 p.

Hachi S., 1996 – « L’Ibéromaurusien, découvertes des fouilles d’Afalou (Béjaia, Algérie) », L’Anthropologie, 100/1, p. 55-76.

Hachi S., Fröhlich F., Gendron-Badou A., Lumley H. de, Roubet C., Abdessadok S., 2002 – « Figurines du Paléolithique supérieur en matière minérale plastique cuite d’Afalou Bou Rhummel (Babors, Algérie). Premières analyses par spectroscopie d’absorption Infrarouge », L’Anthropologie, 106, p. 57-97.

Hachi S., 2003 – Aux origines des Arts premiers en Afrique du Nord : les figurines et les objets modelés en terre cuite de l’Abri-sous-roche préhistorique d’Afalou, Babors, Algérie (18 000-11 000BP), (Mémoires du CNRPAH, n.s. : 6), Alger, 173 p.

Hachi S., 2006 – « Du comportement symbolique des derniers chasseurs Mechta-Afalou d’Afrique du Nord », Palévol, 5, p. 429-440.

Hachi S. et Roubet C., 2003 – « Les inhumations en nécropole de l’homme de Mechta-Afalou, in La Préhistoire algérienne, Dossiers de l’Archéologie, no 282, Ed. Faton, p. 16-21.

Hachi S., Barbaza M., Moussaoui Y., Iddir S., Benslama L., Belambri R., 2011 – « Arts et Manières en Téfedest. Éléments pour un programme d’étude généralisée des vestiges culturels préhistoriques sahariens (artefacts, arts, occupations de l’espace) », in Actes du Colloque international de Préhistoire maghrébine, Tamanrasset 5-7novembre 2007, (Travaux du CNRPAH, n.s., Alger), t. II, p. 145-180.

Hadjouis D., 2002 – « Les hommes du Paléolithique supérieur d’Afalou Bou Rhummel (Bejaia, Algérie). Interprétation nouvelle des cinétiques cranio-faciales et des effets de l’avulsion dentaire. Malformations crâniennes, troubles de la croissance, anomalies et maladies alvéolo-dentaires », L’Anthropologie, 106, p. 337-375.

Hadjouis D., 2011a – « Banques de données architecturales cranio-faciales et occlusales des hommes de Mechta-Afalou d’Algérie, in Actes du Colloque international de Préhistoire maghrébine, Tamanrasset 5-7 novembre 2007, (Travaux du CNRPAH, n.s., Alger), t. I, p. 241-250.

Hadjouis D., 2011b – Les hommes de Mechta-Afalou d’Algérie. Architecture crânio-faciale, occlusion, biodynamique, paléopathologie. L’exemple des hommes paléolithiques d’Afalou-Bou-Rhummel, (Mémoires du CNRPAH, n.s. : 14, Alger), 140 p.

Hadjouis D., Vignal J-N., Medig M., Sahnouni M., Derradji A., 2000 – « Biodynamique cranio-faciale, paléopathologie et reconstitution faciale 2 D d’un crâne ibéromaurusien (grotte de Taza 1, Jijel, Algérie), in Andrieux P., Hadjouis D., Dambricourt-Malassé A., (éd.), Actes du colloque de Créteil, p. 205-220.

Hadjouis D., Vignal J-N., Michaut J-F., Richebé J., Schuliar Y., 2000 – « Analyse architecturale, paléopathologie et reconstitution faciale 2 D et 3 D (sculpture) d’un crâne mechtoïde du Néolithique de l’Ouest algérien (Oued Guettara, Algérie) », in Andrieux P., Hadjouis D., Dambricourt-Malassé A., (éd.), Actes du colloque de Créteil, p. 221-236.

Heim J-L., Hadjouis D. Aumassip, G., 2011 – « L’enfant néolithique (Homo 5) de Tin Hanakaten (Tassili des Ajjers, Algérie). Examen anthropologique et paléopathologique », Actes du Colloque international de Préhistoire maghrébine, Tamanrasset 5-7 novembre 2007, (Travaux du CNRPAH, n.s., Alger), t. II, p. 27-40.

Heim J.-L., Granat J., 2001 – « Croissance dentaire chez l’homme de Neandertal – Élaboration d’une nouvelle méthode d’estimation de leur âge dentaire », Biom. Hum. et Anthropol., 19/3-4, p. 205-215.

Hooton E A., 1916 – “Preliminary remarks on the archeology and physical anthropology of Tenerife”, Amer. Anthrop., 18, p. 358-365.

Irish J D., Hemphill B. E., 2001 – « Les Canaries ont-elles été colonisées par les Berbères d’Afrique du Nord ? Contribution de l’analyse odontométrique », in Hadjouis D. et Mafart B. (éd.), Paléo-Odontologie, analyses et méthodes d’étude, Artcom-Errance, p. 122-137.

Quatrefages A. de, Hamy E., 1882 – Crania ethnica, Baillière et fils, Paris, 2 vol.

Mercer J., 1980 – The Canary Islanders : Their Prehistory, Conquest and Survival, London, Rex Collings.

Mercier G., 1907 – « La station préhistorique de Châteaudun-du-Rhumel », Rec. des notices et mém. de la Soc. archéol. de Constantine, t. XLI, p. 172-182.

Debruge A., Mercier G., 1912 – « La station préhistorique de Mechta-Châteaudun », Rec. des notices et mém. de la Soc. archéol. de Constantine, t. XLVI, p. 287-307.

Debruge A., 1923 « L’escargotière de Mechta-el-Arbi (Aurignacien ancien). Reprise des fouilles en 1923 », Rec. des notices et mém. de la Soc. archéol. de Constantine, t. LV, p. 125.

Munoz O., Mulazzani S., Roudesli-Chebbi S., Candilio F., 2011 – « Pratiques funéraires et données biologiques pendant l’Holocène en Tunisie. Le cas de SHM-1 (Hergla, Tunisie orientale) », Actes du Colloque international de Préhistoire maghrébine, Tamanrasset 5-7 novembre 2007, (Travaux du CNRPAH, n.s., Alger), t. II, p. 315-332.

Nespoulet R., 2005 – « Les sites majeurs du Maroc atlantique entre Rabat et Témara », Archéologies, vingt ans de recherches françaises, Paris, ADPF, p. 218-224.

Nespoulet R., El Hajraoui A., Debénath A., Amani F., Ben Ncer A., Boudad L., Campmas E., Falgueres C., El Idrissi A., Lacombe J.P., Michel P., Oujaa A., Stoetzel E., 2011 – « Environnements, comportements et cultures humaines préhistoriques en Afrique du Nord. Apport des grottes d’El harhoura 2 et d’El Mnasra (région de Rabat-Témara, Maroc) à la question de l’émergence de l’homme anatomiquement moderne », Actes du Colloque international de Préhistoire maghrébine, Tamanrasset 5-7 novembre 2007, (Travaux du CNRPAH, n.s., Alger), t. I, p. 145-173.

Onrubia-Pentado J., 1987 – « Les cultures préhistoriques des Îles Canaries. État de la question », L’Anthropologie, t. 91, p. 653-678.

Petit-Maire N., Charon, M. et Orthlieb, L., 1979 – « La dune d’Izriten », in Petit-Maire N. (éd.), Le Sahara atlantique à l’Holocène, peuplement et écologie, Alger, SNED (Mémoires du CRAPE, Alger), p. 17-34.

Petit-Maire N., Fleichier J.P., 1979 – « La Sebkha Mahariat », in Petit-Maire N. (éd.), Le Sahara atlantique à l’Holocène, peuplement et écologie, Alger, SNED (Mémoires du CRAPE, Alger), p. 71-90.

Petit-Maire N., Charon M., 1979 – « Les nécropoles de Tintan et Chami, contexte biologique, 1. Les restes humains », in Petit-Maire N., (éd.), Le Sahara atlantique à l’Holocène, peuplement et écologie, Alger, SNED (Mémoires du CRAPE, Alger), p. 151-227.

Poitra-Targowla M.-J., 1962 – « Pathologie dentaire et maxillaire de l’homme de Taforalt », in Ferembach D. (éd.), La nécropole épipaléolithique de Taforalt (Maroc oriental). Etude des squelettes humains, Casablanca, p. 161-171.

Roche J., (1953) – « La grotte de Taforalt », L’Anthropologie, 57, p. 375-380.

Roche J., 1976 – « Chronostratigraphie des restes atériens de la grotte des Contrebandiers à Témara (Province de Rabat) », Bull. Mém. Soc. d’Anthrop., Paris, t. 3/13-2, p. 165-173.

Roubet C., 1968 – Le gisement de Damous el Ahmar et sa place dans le Néolithique de tradition capsienne, Paris, AMG (Travaux du CRAPE : Alger), 144 p.

Roubet C., 1979 – Économie pastorale préagricole en Algérie orientale : le Néolithique de tradition capsienne. Exemple l’Aurès, Paris, CNRS (Études d’Antiquités Africaines), 595 p.

Vallois H., 1950 – « Le squelette d’Aïn Méterchem », Atti del 1er Congr. Intern. di Prehistria eprotoistoria mediterran., Florence, p. 102-104.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Homme d’Afalou montrant les traits robustes de la face et la denture massive. Noter que cet individu a eu un traumatisme nasal et une inflammation post-traumatique de la région incisive due à une tentative ratée de l’avulsion des incisives supérieures
Crédits © D. Hadjouis.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3321/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Fig. 2. Femme d’Afalou montrant un net dimorphisme sexuel avec les hommes, aux caractères faciaux moins robustes
Crédits © D. Hadjouis.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3321/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 3. Une des caractéristiques faciales et dentaires des Mechta-Afalou : la poussée exceptionnelle en hauteur des dents inférieures en réponse à un vide dentaire du maxillaire. Ce phénomène a modifié la dynamique de croissance de cette région
Crédits © D. Hadjouis.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3321/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Fig. 4. Crâne d’enfant d’Afalou âgé d’environ 40 mois montrant un prognathisme alvéolo-dentaire. Noter la dentition psalidonte (recouvrement des incisives supérieures) chez l’enfant du Paléolithique supérieur mais qui va retomber en labidontie (bout à bout incisif) chez l’adulte
Crédits © D. Hadjouis.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3321/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 5. Morphologie crânienne des hommes du Paléolithique supérieur et de l’Epipaléolithique d’Algérie. En haut : face et profil d’homme de Mechta-el-Arbi, un des deux types des Mechta-Afalou. Au milieu : face et profil d’une femme de Mechta-el-Arbi. En bas : face et profil de l’homme d’Ain Dokkara, un des types des Protoméditerranéens. Noter les différences entre les hommes de Mechta-Afalou et les Protoméditerranéens
Crédits © D. Hadjouis.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3321/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Légende Fig. 6. Crane de Mechtoïde néolithique de l’Oued Guettara. Les caractères ancestraux des Mechta-Afalou sont présents y compris la robustesse de certains traits (légers torus-sus-orbitaires, arcades zygomatiques et malaires puissants, dents massives)
Crédits © D. Hadjouis.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3321/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Fig. 7. Reconstitution faciale par E. Daynes d’un Mechta-Afalou montrant un morphotype rappelant les formes contemporaines de l’Afrique du Nord et de la Méditerranée
Crédits © P. Plailly
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3321/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Djillali Hadjouis, « Paléoanthropologie : Peuplements de l’Afrique du Nord et du Sahara »Encyclopédie berbère, 37 | 2015, 6034-6053.

Référence électronique

Djillali Hadjouis, « Paléoanthropologie : Peuplements de l’Afrique du Nord et du Sahara »Encyclopédie berbère [En ligne], 37 | 2015, document P03, mis en ligne le 25 janvier 2024, consulté le 26 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3321 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3321

Haut de page

Auteur

Djillali Hadjouis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search