Navigation – Plan du site

AccueilVolumes37Paléopathologie (des Hominidés de...

P04

Paléopathologie (des Hominidés de l'Afrique du Nord) : état sanitaire

Djillali Hadjouis
p. 6053-6066

Entrées d’index

Haut de page

Dédicace

En hommage au Dr Jean Dastugue
à ses travaux de paléopathologie consacrés à l’Afrique du Nord

Texte intégral

1La paléopathologie discipline médico-historique pour les uns, anthropoarchéo-historico-médicale pour les autres, acquit en France ses lettres de noblesse dès le XVIIIe siècle, lorsque le professeur Esper (1742-1810) reconnut un ostéosarcome sur un fémur d’ours des cavernes. Aujourd’hui presque tous les ensembles funéraires, aux populations démographiquement importantes, exigent des études sur leur état sanitaire. Celui-ci participe à la connaissance de l’environnement des peuplements (blessures, fractures par arme tranchante, états des dentitions et relation avec le milieu géographique au cours du Pléistocène ou, pour les plus récentes populations, identification des épidémies, maladies parasitaires et infectieuses lors de la première cohabitation avec les espèces animales d’élevage au cours de la néolithisation*). Ces données contribuent à la découverte de certaines affections méconnues et à leur répartition géographique. Les résultats présentés ici sont en partie ceux du Dr J. Dastugue, cette contribution lui rend un hommage posthume.

2En Afrique du Nord et plus particulièrement en Algérie et au Maroc, les premiers travaux de paléopathologie sont l’œuvre de Jules Le Baron, qui dès 1881 apportait dans sa thèse de médecine Lésions osseuses de l’homme préhistorique en France et en Algérie sa première contribution paléopathologique à l’état sanitaire de quelques individus de l’Algérie. Quelques années plus tard, ce sont les populations pharaoniques des nécropoles de Nagada, Thèbes et Ben Allam et celles de Haute-Egypte qui intéressèrent anthropologues et paléopathologistes (Zambaco-Pacha 1900, Lortet 1907).

3Ce n’est qu’à partir de 1959 que commencent des travaux approfondis de paléopathologie avec l’étude des individus de la nécropole de Taforalt au Maroc oriental, puis ceux au cours des années 1970, d’Afalou Bou Rhummel, de Columnata et des dolmens proto-historiques, en Algérie, dans le cadre du CRAPE, sous la direction de G. Camps. Ces recherches ont été réalisées par le Dr Jean Dastugue, ancien chirurgien orthopédique, qui dès le lancement en 1959 de l’Institut d’Anthropologie de la faculté de médecine de Caen, se consacra entièrement à la paléopathologie.

4Si dans les contributions paléopathologiques actuelles, l’accent est souvent mis sur la pathocénose (terme crée par Grmek en 1983 qui montre, entre autres, un ensemble d'états pathologiques présents au sein d'une population déterminée à un moment donné) du territoire en question, reconstituant à la fois la paléoécologie et la démographie du peuplement, en revanche dans les travaux de la fin du siècle dernier, d’ailleurs peu nombreux, ceux de J. Dastugue sur Taforalt et Columnata, ont été pionniers. Ses résultats appellent cependant des interprétations d’ordre démographique (Biraben 1970) et sanitaire (Dastugue 1970).

5J. Dastugue, qui a révisé les travaux paléopathologiques de l’Afrique du Nord reconnaît que, même dans des sites importants contemporains, les résultats et leur interprétation paléo-environnementale peuvent être différents, en l'absence de certains éléments osseux ou de leur mauvaise conservation. En effet, en matière de maladies dégénératives, l'auteur dira que la nécropole d'Afalou s'oppose à celle de Taforalt (Dastugue, 1975) parce que l'ostéo-arthrose est plus présente dans la deuxième ; en témoignent de nombreux segments rachidiens, à la spondylarthrose avancée, alors que dans la première, la bonne conservation des rachis fait défaut. A la lumière des connaissances disponibles dans ces régions, le classement des principales maladies et des traumatismes qui suit, suffit à montrer la diversité des affections, même rarissimes et contemporaines, ailleurs. Si les populations préhistoriques et proto-historiques ont retenu son attention, rien n’a été entrepris sur les sujets de périodes historiques.

6Des réserves sont à faire sur l’absence d’études concernant les populations nord africaines des périodes antiques, médiévale ou moderne. Il s’agit d’ensembles funéraires d'époques romaine et paléo-chrétienne de la nécropole orientale de Sétif, sommairement étudiées (Guéry 1985), de ceux de Tipasa et d'ailleurs. Il en va de même pour le Sahara, où certaines populations méditerranéennes et négroïdes telles que Tin Hinan, Talouak, Adrar Ahnet, Tesselit, In Aménas, Tit, Abalessa n’ont été étudiées que sur le plan anthropologique (Chamla 1968) et non paléopathologique ; il en est de même des inhumations de monuments funéraires de l'Ahaggar, néolithiques ou post-néolithiques selon Heddouche (2011), ou d’époque musulmane selon G. Camps (1986) : leurs sujets ont été réinhumés, sans analyse anthropo-paléopathologique. De nombreuses études sont à envisager à l’avenir.

Lésions dégénératives

7La lésion dégénérative, liée à l’âge ou à différentes fonctions (métier) touchant à la mobilité articulaire du corps humain, plutôt banale chez les populations sédentaires, contribue à la connaissance du mode de vie des populations. L’inflammation post-traumatique (voir traumatismes) notamment des articulations portantes, comme le bassin et le genou, fournit des informations sur l’état sanitaire.

8Les travaux sur les lésions dégénératives livrent une analyse très personnelle de l'auteur ; ils montrent que les caractères dégénératifs d'une population ancienne sont d’abord détectables sur le rachis plutôt que sur le squelette des membres. La raison en est que, lorsque les lésions des membres s’observent sur des adultes, ceux-là ont déjà la cinquantaine, âge qui semble bien avancé pour des populations pré- et protohistoriques, exceptionnellement présentes dans les sites. Lorsque l'arthrose est détectée sur de jeunes individus, elle est généralement consécutive à des malformations congénitales (luxations de la hanche surtout) ou à des traumatismes, exception faite pour les lésions vertébrales d'apparition souvent précoce (Dastugue 1979).

Lésions traumatiques

9Les traumatismes et les pathologies post-traumatiques liées à la gravité des séquelles se retrouvent sur bon nombre d’individus des principales populations d’Afrique du Nord. Toutefois l’origine et la gravité de certaines lésions, comme la luxation ou la sub-luxation de l’épaule ou de la hanche, ne sont pas toujours d’origine traumatique et peuvent être également congénitales.

10Sur les squelettes des hommes et des femmes d’Afalou, l’échelle des lésions traumatiques s’étend des plus sévères aux banales. Par exemple, la luxation invétérée de l’épaule du sujet Afalou no 3 a conduit cet individu à adopter d’autres gestes (cette luxation a donné lieu à de nouveaux rapports articulaires entre la tête de l’humérus et l’omoplate), qui ont à leur tour engendré des déformations osseuses de ces surfaces. Toujours sur ce sujet, une luxation traumatique du coude a complètement remodelé la surface articulaire et crée un aspect hypervascularisé, dégénératif et poli.

11Sur un autre individu d’Afalou, J. Dastugue a observé une luxation claviculaire sus-acromiale (autrement dit la disjonction entre la clavicule et l’acromion de l’omoplate). Cette lésion traumatique est le résultat de la rupture des ligaments et de la perte de contact articulaire entre la clavicule et l’omoplate. Cela a produit des altérations ostéo-articulaires (Dastugue 1975a).

12A Taforalt, les lésions dégénératives sont attestées ; sur un sujet on a pu observer la luxation du coude, elle présente à son articulation trochléaire un aspect lisse et éburné, beaucoup plus affirmé que sur d’autres luxations, dans ce cas l’indication post-traumatique est significative (Dastugue 1975b).

13Ailleurs, parmi les traumatismes identifiés sur le matériel osseux des deux gisements protohistoriques des environs de Constantine, sites de Chabet-el-Saïd et de Djebel-si-Tahar aux environs d’Aïn-el-Bey (fouilles Ph. Thomas 1880), on a reconnu à l’épaule une luxation invétérée bilatérale et au genou du même individu une dislocation (Dastugue 1973).

14Qu’elles soient consolidées par cal, ou non, les fractures sont plus ou moins nombreuses dans les populations d’Algérie. A Afalou, on retrouve des fractures des os de l’avant-bras, une fracture fibulaire, une fracture consolidée de métacarpien. Sur le squelette numéro 28 qui présente une arthrite ankylosante aux deux coudes et une hanche, on a constaté que s’ajoutait à l’ankylose du coude une fracture de l’avant-bras gauche (Dastugue 1975a).

15A Columnata, on a retrouvé deux côtes fracturées réunies par leur cal et une importante fracture du bassin. Cette lésion traumatique s’étend à l’os coxal, au sacrum (avec un tassement considérable) et présente une consolidation de l’os par un cal, ainsi que la synostose fémoro-cotyloidienne. La fracture du bassin résulte probablement d’une chute importante avec des séquelles de paralysie du membre droit (Dastugue 1970).

16La blessure est une lésion causée généralement par l’impact de projectiles tranchants ou perforants. A Columnata, P. Cadenat a fait une très impressionnante découverte. Sur la colonne vertébrale d’un adulte, dans le segment rachidien thoraco-lombaire, comprenant les vertèbres T12, L1 et L2, il a découvert, fichée sur la face antéro-latérale gauche de la première vertèbre lombaire, une pointe de lamelle à dos abattu en silex. L’absence de toute réaction inflammatoire post-traumatique plaide en faveur d’une blessure mortelle (Dastugue 1970).

17Parce que cliniquement elles présentent une étiologie floue, les entorses ont été longtemps mises de côté, et pourtant les zones péri-articulaires du genou et de la cheville de nombreux squelettes paléolithiques en présentent les symptômes. Dans la collection Broca (fouilles Ph. Thomas, 1880) des squelettes d’âge protohistorique ont conservé deux membres inférieurs présentant des entorses graves (Dastugue 1973a).

18Dans les sites du Sahara atlantique notamment, les squelettes provenant des nécropoles Tintan et Chami en Mauritanie, ne montrent pas de pathologie traumatique, ni de signe véritablement pathologique, si ce n’est la massivité et l’aspect hypertrophique de la plupart des pièces osseuses, faisant plus penser à une morphologie constitutionnelle des individus qu’un état pathologique (Dastugue 1979).

Lésions congénitales

19Parmi les diverses affections acquises à la naissance (maladies et anomalies), on retrouve des malformations dont la fréquence suggère des considérations d’ordre génétique touchant à l’endogamie. Au niveau de la pathologie rachidienne, on rencontre à Afalou la spondylolyse de la première vertèbre lombaire ; cette malformation correspond à l’ouverture ou déhiscence de l’arc vertébral, généralement retrouvée sur la L 5, on observe aussi un grand nombre de Spina bifida occulta (ouverture du canal rachidien du sacrum) dans la nécropole de Taforalt. Ces affections sont souvent associées à d’autres pathologies congénitales comme la patella emarginata (malformation de la rotule). A Columnata, un bloc congénital de deux vertèbres cervicales C5 et C6 est présent sur un individu. La malformation a contribué à souder les deux corps vertébraux.

20Même si elle est banale, la subluxation congénitale des deux hanches est présente à Afalou. La luxation condylaire de la mandibule très rare, et même unique durant les temps préhistoriques, a été reconnue sur la femme ibéromaurusienne de Taza 1. Il s’agit d’un déboitement des condyles et de la projection en avant de la mandibule. Cette luxation dont l’origine pourrait être également traumatique, a favorisé le développement de nouvelles surfaces articulaires (Hadjouis et al. 2000) (fig. 2).

21A Afalou sur la femme no 3 existe une pathologie rare, non exceptionnelle sur les hommes actuels. Il s’agit de l’ossification inter-thyro-hyoïdienne intervenue à l’état fœtal et qui s’est manifestée par la persistance de la barre cartilagineuse qui unit l’os hyoïde au cartilage thyroïdien chez le fœtus, au lieu de céder la place au ligament thyro-hyoïdien (fig. 1). L’ossification du cartilage produite ensuite a donné lieu à une rigidité peu compatible avec une déglutition normale (Dastugue 1973b).

Lésions infectieuses

22Rappelons que les maladies infectieuses relevant d’un contexte ostéoarchéologique sont classées dans deux domaines distincts des infections bactériennes : les ostéites spécifiques et les ostéites non spécifiques. Dans les premières, sont réunies les infections bactériennes les plus documentées comme les tréponématoses (Treponema pallidum), la tuberculose (bacille de Koch), ou la lèpre (bacille de Hansen). Dans les secondes, l’imprécision est fonction d’un manque de signes spécifiques excluant toute étiologie précise. Les formes d’ostéites non spécifiques les plus décrites sont la périostite et l’ostéomyélite ; elles sont souvent provoquées par des germes pyogènes banals (streptocoques, staphylocoques...). Pour certains auteurs, l’usage du terme ostéomyélite devrait être réservé à l’ostéite staphylococcique pour un usage médical et ne devrait pas être utilisé en paléopathologie (Dastugue et Gervais 1992). Aucune de ces formes infectieuses pour les périodes préhistoriques et protohistoriques n’est décrite en Afrique du Nord, pas plus que l’ostéochondrite disséquante et l’ostéochondrose de croissance, formes d’ostéonécrose aseptique (d’origine non microbienne), moins encore les cancers primitifs. En revanche, au cours de la période romaine, seuls les sites égyptiens de l’oasis de Kharga (Douch et Aïn-Labakha), situés à 700 km au sud du Caire, ont livré les restes de centaines d’individus à l’état de momies et de squelettes présentant les traces de maladies chroniques, notamment la tuberculose et la bilharziose à Aïn-Labakha : La première se traduisant par la présence de calcifications au niveau thoracique, la seconde par des calcifications hépatiques, spléniques et vésicales (Heim et Lichtenberg 2000). Par ailleurs à Douch, M.-F. De Pange (1998) a diagnostiqué un cas de lèpre, également peut-être la poliomyélite chez deux petites filles, un gliome du Chiasma et une tumeur très rare chez un enfant de 8 ans.

23L’argumentaire soulevé en introduction concernant l’absence d’analyses paléopathologiques sur des squelettes d’époque romaine et paléochrétienne retrouve ici tout son sens. Les maladies infectieuses, notamment la tuberculose d’origine épidémique (recherche biomoléculaire de Yersinia pestis) et parasitaires (recherche de Psalmodium falciparum) devraient être systématiquement recherchées depuis le Néolithique, dans les nouveaux ensembles funéraires fouillés. Car les zoonoses (maladies transmises par les animaux vecteurs de maladies parasitaires) développées à l’issue de la sédentarisation et de l’élevage des animaux domestiques, sont devenues de plus en plus importantes à partir du Néolithique et durent favoriser l’émergence de pathologies telles la gale, l’ascaris, la teigne chez le chien, la tuberculose bovine, la rougeole, la varicelle, la distomatose chez le bœuf, la fièvre de Malte, la petite douve chez la chèvre et le mouton, le ténia chez le porc, la grippe chez les oiseaux migrateurs, la peste chez les rongeurs. Si « la peste justinienne » qui apparaît au VIe siècle, est connue lors de la première pandémie en Palestine, en Syrie, à Constantinople et en Egypte (Méditerranée orientale), la thalassémie est connue également dans cette région méditerranéenne, notamment en Grèce, depuis l’Age du Bronze. Pour J. Biraben, l’ancienneté de la peste, avant sa pénétration en Europe, pourrait remonter au IIIe siècle avant notre ère. Ses traces sont retrouvées en Méditerranée tout le long de l’itinéraire correspondant à l’expansion phénicienne tardive, mais également liées à la conquête romaine. Comme on vient de le constater plus haut, la tuberculose n’est bien attestée qu’en Egypte grâce à l'ADN (M. Drancourt), la radiographie et la macroscopie, mais pas ailleurs ; on ne sait encore rien des autres maladies.

24Le projet mis en place en Algérie avec nos collègues archéologues de l’Institut d’Archéologie (Brahim Boussaadia, Université d'Alger 2), concerne la nécropole antique de Sidi Abdallah, et comporte une relecture ostéo-archéologique de l’ensemble des sites sépulcraux.

25Dans le domaine des infections alvéolo-dentaires concernant aussi bien des périodes anciennes que récentes, le problème est tout autre que pour les sujets actuels. En effet des analyses dentaires quasi-systématiques sont d’abord réalisées par des dentistes ou des orthodontistes qui examinent entre autres l’articulé dentaire. Concernant la carie et les autres infections (tartre, affections périapicales, parodonthopathies, kystes, périostite...), les résultats et la prévalence de ces lésions sont nuancés. Pour les sites anciens, les données les mieux documentées concernent ceux disposant d’effectifs assez importants, tels qu’Afalou, Columnata, Medjez II, Taza 1, Oued Guettara (Algérie), Taforalt (Maroc), Izriten (Cap Juby), Tintan, Chami (Mauritanie), Aïn-Labakha, Douch (Egypte).

26La carie. L'infection carieuse est importante dans la population d'Afalou mais ne concerne que la population adulte. Les caries délabrantes sont celles qui touchent un plus grand nombre d’hommes et de femmes, soit une vingtaine de cas. Quant à la carie du collet, on en a recensé une quinzaine. Ces types de caries concernent les molaires. La carie inter-proximale sur le bloc incisivo-canin est la moins fréquente (fig. 3).

27A Columnata, la carie est aussi fréquente chez les adultes des deux sexes mais n’est pas présente chez les enfants. 37 cas sont localisés au collet. Dans certains sites égyptiens de l’Oasis de Kharga, on a déjà établi 20 % de caries à Aïn Labakha, alors qu’elle est nulle à Douch.

28Le granulome péri-apical. Bien que les symptômes du granulome soient proches du kyste radiculaire, certains sont caractéristiques, comme l'apex radiculaire de la dent et sa périphérie qui sont résorbés. Parfois, au lieu de cette résorption, la racine apicale est bombée. Cinq cas ont été diagnostiqués dans la population d'Afalou dans les blocs prémolaire et molaire.

29Kystes alvéolo-dentaires et radiculaires. Concernant le kyste radiculaire, et dans le cas de dents enchâssées dans leurs alvéoles, seule la radiographie permet leur identification, alors que sur certaines dents isolées ou celles dont la racine apparaît à travers la corticale par le biais par exemple d'une fistulisation, leur détermination est souvent aisée. A Afalou, on retrouve 7 cas de kystes péri-apicaux dans les blocs prémolaire et molaire et 5 cas de kystes et abcès alvéolo-dentaires touchant également prémolaires et molaires. Dans la nécropole de Columnata, on retrouve un cas de kyste péri-apical au voisinage de la deuxième molaire mandibulaire. Les formes inflammatoires aiguës développées autour de la M1 inférieure droite du crâne Mechtoide de l’Oued Guettara s’orientent également vers le kyste alvéolo-dentaire ou l’abcès péri-apical.

30Parodonthopathies. Tous les blocs dentaires de la population d'Afalou sont touchés. Le bloc incisivo-canin est le plus concerné (plus de 10 individus), suivi du bloc prémolaire (7 individus) et le bloc molaire (8 individus). Une forme de parodontite est connue chez l’homme (H2) de Medjez II, de même que chez la femme de Taza 1. A Columnata, c’est plutôt la parodontose non inflammatoire qui est présente sur la denture de certains individus des deux sexes. Le spécimen néolithique de l’Oued Guettara est affecté au niveau mandibulaire des deux côtés par une parodontite.

31Périostite alvéolo-dentaire. A Afalou, 2 cas sont présents au bloc prémolaire ainsi que 2 autres cas, au bloc molaire. Ce diagnostic pourrait s’appliquer au sujet Afalou 33. Sur le spécimen de Taza 1, la périostite touche la Ml inférieure droite et pourrait s’appliquer à un des crânes féminins de Mechta el Arbi.

32Fistulisation. La perforation de la muqueuse et du mur vestibulaire de l'os maxillaire et mandibulaire est l’apanage de la fistulisation, rencontrée dans un grand nombre de lésions infectieuses alvéolo-dentaires. A Afalou, les fistules sont représentées chez 12 individus à la mandibule comme au maxillaire. Elles sont présentes sur certains crânes d’hommes et de femmes de Mechta el-Arbi, et l’homme de Medjez II.

33Les populations holocènes du Sahara atlantique étudiées par N. Petit-Maire et son équipe s’orientent vers un même constat. Que ce soit dans la nécropole d’Izriten (Cap Juby) (6100±120 BP), dans la Sebkha d’Amtal (1780±100 BP), ou dans les nécropoles de Tintan et Chami (Bassin sédimentaire marin quaternaire de Mauritanie), les lésions infectieuses dentaires, et les caries en particulier, sont rares ou exceptionnelles. Seule, la dune d’Izriten qui a livré trois tombes se singularise (tombe 2) par la présence de deux caries maxillo-mandibulaires et d’abondants dépôts tartriques sur toutes les dents de la tombe 1 (Petit-Maire, Charon, Ortlieb 1979 ; Petit-Maire et Charon 1979). Il est par ailleurs utile de rappeler que les caractéristiques du développement dentaire, ainsi que l’abrasion et l’articulé dentaire de ces populations du Sahara atlantique des nécropoles de Tintan et Chami, d’Izriten et de Mahariat, suggèrent de sérieuses interprétations quant à la relation génétique de ces populations dont certaines rappellent les Mechta-Afalou.

Les trépanations crâniennes

34Dans la tradition des découvertes spectaculaires du XIXe siècle, le cas de la trépanation crânienne tient une place capitale dans le domaine de la paléopathologie. Rappelons que c’est P. Broca qui décrivit le premier un sujet trépané in vivo ayant survécu. D’autres études ont signalé la découverte de crânes trépanés néolithiques. En Algérie, à la même époque, plusieurs auteurs décrivent l’usage et la technique de cette pratique chez les Berbères de l’Aurès. Mentions et cas repris récemment (Charon et Thillaud 2010).

35Très longtemps, l’ouverture des crânes humains était interprétée comme faisant partie d’un rituel magique. Les rondelles crâniennes sciées et perforées représentaient aux yeux de beaucoup d’Anciens des amulettes protectrices. L’usage du trépan est signalé dès la médecine antique pour les fractures, les contusions et les céphalées et on a constaté que plusieurs crânes trépanés étaient accompagnés de lésions osseuses importantes, symptomatiques de maladies infectieuses, montrant la nécessité thérapeutique de l’acte chirurgical. La cicatrisation osseuse, témoignage peut-être de la guérison, en tout cas de la survie de l’individu, s’observe à la périphérie de la perforation, celle-ci à bord oblique et net est le résultat d’un acte tranchant la table interne et créant un évasement régulier de la zone.

36J. Dastugue qui a étudié les trépanations de squelettes préhistoriques et protohistoriques du Maghreb, a reconnu deux types de trépanations. Le premier, appelé trépanation incomplète, est une forme non pénétrante, caractérisée par des excavations de la table externe de la voûte et recouvertes d’une pellicule d’os néoformé. Le second est une trépanation perforante, plus ou moins comblée par un processus cicatriciel.

37Ces deux types témoignent de la plus ancienne tradition chirurgicale pré- et protohistorique au Maghreb qui a perduré jusqu’à l’époque contemporaine, et que l’on a reconnue en Algérie sur les crânes de Chaouias et de Kabyles.

38Les grottes sépulcrales d’Afalou Bou Rhummel et de Taforalt ont livré les deux types de trépanation (2 cas à Taforalt et 2 cas à Afalou) (Dastugue 1962, Dastugue 1975). Par ailleurs, les monuments mégalithiques d’Algérie ont livré un grand nombre de sépultures aux crânes trépanés. Une dizaine de spécimens a été retrouvée dans les nécropoles de Roknia, du Djebel Mistiri, de Gastel près de Tébessa, de Beni Messous, près d’Alger, de la station de Bossuet près de Saïda, celle de Chabet-es-Saïd et du Djebel-si-Tahar près de Constantine, ainsi qu’un crâne provenant de la série des dolmens de Téboursouk en Tunisie (fouilles Carton et Trumet de Fontarce) (Dastugue 1973b).

Malformations cranio-faciales, dysmorphoses et troubles de la croissance

39Dans le but de rechercher des fonctionnalités biomécaniques qui agissent sur le complexe occluso-postural, une base de données appuyée par une analyse d’imagerie numérisée a été mise en place (Hadjouis 2002). Cette nouvelle lecture anatomique du crâne, de la face et de leurs rapports avec l’occlusion permet non seulement d’identifier des tableaux architecturaux cranio-faciaux et de suggérer les relations de cause à effet, mais également de distinguer les différentes dysmorphoses acquises au cours de la croissance. Dans une population donnée, aux effectifs plus ou moins importants, et grâce à cette méthodologie biomécanique et biodynamique, les différents centres articulaires situés bien en deçà du crâne vont livrer des informations considérables. Par cette approche, on sait aujourd’hui que l'équilibre postural chez les hominidés a été perturbé depuis l’acquisition de la station debout et que la perte de cet équilibre a mis en place une série d'asymétries dont la cause et l’effet sont soit dans une direction descendante, soit l’inverse. Ainsi, les asymétries cranio-faciales influencent le rachis et les ceintures mais surtout la mise en place de décalages occlusaux, de torsions du visage ou de rotation flexion latérale (Hadjouis 2000, 2006a, 2006b, 2008). Les nombreuses dysharmonies cranio-faciales avant et après l'âge de 6 ans que nous avons étudié sur les populations préhistoriques du Maghreb (Hadjouis 2003a, Hadjouis 2011a, Hadjouis et al. 2000a, Hadjouis et al. 2000b, Heim et al. 2011) sont dues généralement à une perte d’équilibre architectural cranio-facial par asymétrie ou par dysmorphoses (craniosténose, torsion, traumatismes, rotation flexion latérale) (fig. 4). Chez ces individus, la dysfonction du puzzle cranio-facial a entraîné un processus de croissance ralenti ou accéléré. Le processus d’éruption dentaire permanente n a fait que suivre ces deux dynamiques inverses. Cette nouvelle lecture s’appuie également sur une démarche transdisciplinaire expérimentée dès 1999, lors du colloque international « L’identité humaine en question » (Andrieux et al. 2000), renouvelée depuis, avec le colloque « Rythmes de croissance dentaire chez les hominidés fossiles et actuels », puis le symposium international « Ostéopathie et transdisciplinarité » (Hadjouis 2006, Hadjouis et Stubbe 2012).

40Par ailleurs, l’architecture cranio-faciale mise en relation avec l’occlusion révèle d’autres mécanismes, souvent méconnus ou négligés. C’est le cas des troubles de l’éruption dentaire, phénomène grandissant dans les populations contemporaines. Ainsi, au sein de la population d’Afalou, plusieurs individus ont montré des troubles dentaires concernant les trois types de dentition (temporaire, définitive et surnuméraire). Les anomalies portent sur les retards d'éruption, leur accélération, leur inclusion et leur caractère surnuméraire (Hadjouis 2011b). Comparativement au mode éruptif dentaire des populations actuelles, celle d’Afalou présente un phénomène un peu différent. Chez nos contemporains, l’enfant achève sa première dentition de lait en général autour de 13 ans et la première molaire définitive se met en place dès l’âge de 6 ans. Les exemples rencontrés chez les enfants du Paléolithique supérieur, un peu moins chez les Epipaléolithiques d’Algérie, sont en contradiction. Chez certains individus, les dents de la région antérieure (incisives surtout) paraissent en retard par rapport aux molaires. Dans le second, il semble que l'éruption de la troisième molaire soit plus précoce au Maghreb que chez d’autres populations du Paléolithique supérieur. Ces deux modes éruptifs, l'un accusant un retard, l'autre une accélération, se sont développés conjointement, à moins qu’il s’agisse plutôt d'un mécanisme éruptif beaucoup plus rapide sur les molaires, pendant que les dents antérieures ont suivi une éruption tout à fait classique et normale. Cette deuxième possibilité placerait alors la croissance dentaire des molaires selon le mode éruptif des Homo erectus, c'est-à-dire la première molaire sortirait autour de 4 ans et non selon la croissance traditionnelle des Sapiens. Ces cas ne sont pas isolés puisque d’autres exemples se retrouvent dans la population Mechtoïde de Columnata (Chamla 1970). En effet, chez trois enfants (6 à 10 ans, 6 ans et 14 à 18 mois), certains présentaient une avancée dans l'apparition de la deuxième molaire, alors que d'autres avaient les incisives lactéales tombées avant même l'apparition de M1.

Fig. 1. Ossification inter-thyro-hyoïdienne à l’état fœtal chez un individu d’Afalou, identifiée par le Dr J. Dastugue.

Fig. 2. La femme de l’abri-sous-roche Taza (type Mechta-Afalou) montrant une promandibulie (avancée de la mandibule) due une luxation mandibulaire.

© D. Hadjouis.

Fig. 3. Maladies alvéolo-dentaires chez l’homme d’Afalou : abcès apical et parodontose des blocs prémolaire et molaire et caries du collet des molaires du maxillaire.

© D. Hadjouis.

Fig. 4. Crâne d’Afalou en vue basicrânienne montrant une importante rotation flexion latérale, la face est en torsion à gauche. Noter que l’écaille occipitale est indemne.

© D. Hadjouis.

Conclusion

41Mis à part les cas pathologiques exceptionnels retrouvés dans des sites paléolithiques et néolithiques d'Afrique du Nord, tels que les trépanations et leurs pathologies, les luxations invétérées, les malformations cranio-faciales ou les maladies alvéolo-dentaires, le bilan sanitaire, dépendant d’une conservation squelettique partielle, porte sur un échantillon représentatif. Il faut attendre les périodes épipaléolithiques de l'Holocène pour pouvoir retrouver des synthèses sur l'environnement sanitaire, à l'instar de ce qui a été avancé sur les lésions dentaires des séries d'Afalou (Chamla 1969, Hadjouis 2011) de Taforalt (Poitra-Targowla 1962), de Columnata (Chamla 1969), de Tin Hanakaten (Aumassip et Heim 1989, Heim et al. 2011), de Wadi Halfa (Greene et Armelagos 1972) et de Hassi El Abiod (Dutour 1989, 2001). Ces recherches se poursuivent.

Haut de page

Bibliographie

Aumassip G. et Heim J-L., 1989 – « Les squelettes néolithiques de Tin Hanakaten, Tassili N’ajjer, Algérie », C. R. Acad. des Sc., Paris, série III, 309, p. 187-190.

Biraben J. N., 1970 – « La durée de vie moyenne des hommes de Columnata », in Chamla M.-Cl. (éd.), Les hommes épipaléolithiques de Columnata (Algérie occidentale). Étude anthropologique, Paris, AMG (Mémoires du CRAPE : XV, Alger), p. 127-132.

Camps-Fabrer H., 1975 – Un gisement capsien de faciès sétifien. Medjez II, El Eulma (Algérie), Paris, CNRS (Antiquités Africaines), 448 p.

Chamla M.-Cl., 1968 – Les populations anciennes du Sahara et des régions limitrophes. Étude des restes humains néolithiques et protohistoriques, Paris, AMG (Mémoires du CRAPE : IX), Alger, 197 p.

Chamla, M.-Cl., 1969 – « La carie dentaire chez les hommes préhistoriques d’Afrique du Nord, Epipaléolithique et Néolithique », L'Anthropologie, 73/7-8, p. 545-578.

Chamla M.-Cl., 1970 – Les hommes épipaléolithiques de Columnata (Algérie occidentale). Étude anthropologique, Paris, AMG (Mémoires du CRAPE : XV, Alger), 132 p.

Charon P. et Thillaud P.-L., 2010 – L’invention de la paléopathologie. Une anthologie de langue française (1820-1930), Publications de l’Union de Saint-Etienne, collection Antiquité, 690 p.

Charon M., Hugot H. et Petit-Maire N., 1974 – « Les restes humains de Meniet (Ahaggar) », Bulletin et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, t. 2, p. 293-310.

Dastugue J., 1962 – « Pathologie des hommes de Taforalt », in Ferembach, D. (éd.), La nécropole épipaléolithique de Taforalt (Maroc oriental). Étude des squelettes humains, Casablanca, p. 132-158.

Dastugue J., 1970 – « Pathologie des hommes de Columnata », in M.-Cl. Chamla, Les hommes épipaléolithiques de Columnata (Algérie occidentale), Paris, AMG (Mémoires du CRAPE : XV), p. 121-126

Dastugue J. 1973a – « Crânes protohistoriques trépanés ou pathologiques d'Afrique du Nord », L'Anthropologie, 77/1-2, p. 63-92.

Dastugue J. 1973b – « Sur un cas préhistorique d'ossification hyo-thyroïdienne », Journal de médecine de Caen, 8/3, p. 151-154.

Dastugue J., 1975a – « Pathologie des hommes épipaléolithiques d'Afalou-Bou-Rhummel (Algérie) », L'Anthropologie, 79/3, p. 483-506.

Dastugue J., 1975b – « Le diagnostic des luxations traumatiques sur les squelettes anciens », in Dos Arquivos de Anatomia E Antropologia, vol ; 1, Ano 1, p. 221-248.

Dastugue J., 1979 – “Pathologie des squelettes de Titan et Chami”, in Petit-Maire N. (éd.), Le Sahara atlantique à l'Holocène, peuplement et écologie, Paris, AMG (Mémoires du CRAPE : XXXVIII, Alger), p. 299-304.

Dastugue J. et Gervais V., 1992 – Paléopathologie du squelette humain, Paris, Éditions. Boubée, 249 p.

De Pange M.-F., 1998 – « La santé des Égyptiens d’il y a 2000 ans radiographiée », Le quotidien du médecin, no 6282, p. 32-33.

Dutour O., 1989 – Hommes fossiles du Sahara. Peuplements holocènes du Mali septentrional, Marseille, Éditions du CNRS, 342 p.

Dutour O., 2001 – « L’homme de Mechta Afalou au Maghreb et au Sahara. Aspects paléoanthropologiques et paléoécologiques », in L’homme maghrébin et son environnement depuis 100 000 ans, Actes du colloque international de Maghnia, Alger, CNRPAH, p. 131-142.

Ferembach D., 1962 – La nécropole épipaléolithique de Taforalt (Maroc oriental). Etude des squelettes humains, Casablanca, 175 p.

Greene D. et Armelagos G., 1972 – The Wadi Halfa mesolithic population. Res. Rep. Depart. Anthrop., II ; Amherst Univ. Massachussets, 98 p.

Grmek M., 1983 – « Les maladies à l’aube la civilisation occidentale. Recherches sur la réalité pathologique dans le monde grec préhistorique, archaïque et classique », Paris, Payot, 527 p.

Hadjouis D., 2002 – « Les hommes du Paléolithique supérieur d’Afalou Bou Rhummel (Bedjaia, Algérie). Interprétation nouvelle des cinétiques cranio-faciales et des effets de l’avulsion dentaire. Malformations crâniennes, troubles de la croissance, anomalies et maladies alvéolo-dentaires ». L’Anthropologie, 106, p. 337-375.

Hadjouis D., 2006 – « Les morphogenèses architecturales cranio-faciales chez Homo sapiens. Quand peut-on parler d’équilibre et de déséquilibre ? », Poster au colloque Rythmes de croissance et fonctions manducatrices chez les hommes fossiles et modernes, Conseil général du Val de Marne, Créteil, mars 2006.

Hadjouis D., 2011a – « Banques de données architecturales cranio-faciales et occlusales des hommes de Mechta-Afalou d’Algérie », in Actes du Colloque international de Préhistoire maghrébine, Tamanrasset 5-7 novembre 2007, Alger, CNRPAH (Travaux, n.s. : 1), p. 241-250.

Hadjouis D., 2011b – Les hommes de Mechta-Afalou d’Algérie. Architecture crâniofaciale, occlusion, biodynamique, paléopathologie. L’exemple des hommes paléolithiques d’Afalou-Bou-Rhummel, Alger, CNRPAH (Mémoires, n.s. : 14), 140 p.

Hadjouis D. et Stubbe L., 2012 – « Les enseignements de paléontologie, de paléoanthropologie et de paléopathologie, quel intérêt pour l’ostéopathie ? », Poster au Symposium international Ostéopathie et Transdisciplinarité, le squelette humain dans tous ses états, École Supérieure d’Ostéopathie de Paris-Marne la Vallée, 24-26 mai 2012.

Hadjouis D., Vignal J.-N., Medig M., Sahnouni M., Derradji A., 2000 – « Bio-dynamique cranio-faciale, paléopathologie et reconstitution faciale 2 D d’un crâne ibéromaurusien (grotte de Taza 1, Jijel, Algérie) », in P. Andrieux, D. Hadjouis, A. Dambricourt-Malassé (éd.), Actes du colloque de Créteil, p. 205-220.

Hadjouis D., Vignal J.-N., Michaut J.-F., Richebé J., Schuliar Y., 2000 – « Analyse architecturale, paléopathologie et reconstitution faciale 2 D et 3 D (sculpture) d’un crâne mechtoïde du Néolithique de l’Ouest algérien (Oued Guettara, Algérie), in P. Andrieux, D. Hadjouis, A. Dambricourt-Malassé, (éd.), Actes du colloque de Créteil, p. 221-236.

Heddouche A., 2011 – « Sur l’apport des monuments funéraires à la connaissance du peuplement et de l’environnement holocène de l’Ahaggar » in Actes du Colloque international de Préhistoire maghrébine, Tamanrasset 5-7 novembre 2007, Alger, CNRPAH (Travaux, n.s.), t. II, p. 259-274.

Heim J.-L., Hadjouis D. et Aumassip G., 2011 – « L’enfant néolithique (Homo 5) de Tin Hanakaten (Tassili des Ajjers, Algérie). Examen anthropologique et paléopathologique », in Actes du Colloque international de Préhistoire maghrébine, Tamanrasset 5-7 novembre 2007, Alger, CNRPAH (Travaux, n.s.), t. II, Alger) p. 27-40.

Le Baron J., 1881 – Lésions osseuses de l’homme préhistorique en France et en Algérie. Thèse de médecine, Paris, no 262.

Lortet L., 1907 – « Crâne syphilitique et nécropoles préhistoriques de la Haute Egypte », Bull. Soc. Anthropo. de Lyon, XXVI, p. 211-226.

Petit-Maire N., Charon M. et Orthlieb L., 1979 – « La dune d’Izriten », in Petit-Maire N. (éd.), Le Sahara atlantique à l'Holocène, peuplement et écologie, Alger, SNED (Mémoire XXVIII du CRAPE : Alger), p. 17-34.

Petit-Maire N. et Fleichier J.-P., 1979 – « La Sebkha Mahariat », in Petit-Maire N. (éd.), Le Sahara atlantique à l'Holocène, peuplement et écologie, Alger, SNED (Mémoires du CRAPE : Alger), p. 71-90.

Petit-Maire N. et Charon M., 1979 – « Les nécropoles de Tintan et Chami, contexte biologique, 1. Les restes humains », in Petit-Maire N. (éd.), Le Sahara atlantique à l'Holocène, peuplement et écologie, Alger, SNED (Mémoire XXVIII du CRAPE, Alger), p. 151-227.

Poitra-Targowla M.-J., 1962 – Pathologie dentaire et maxillaire de l’homme de Taforalt, in. Ferembach D. (éd.), La nécropole épipaléolithique de Taforalt (Maroc oriental). Étude des squelettes humains, Casablanca, p. 161-171.

Zambaco D. A. 1900 – « De quelques lésions pathologiques datant des temps des Pharaons », Bull. Acad. Médecine, 3e série, XLIV, 27, pp. 58-68.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Ossification inter-thyro-hyoïdienne à l’état fœtal chez un individu d’Afalou, identifiée par le Dr J. Dastugue.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3336/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Fig. 2. La femme de l’abri-sous-roche Taza (type Mechta-Afalou) montrant une promandibulie (avancée de la mandibule) due une luxation mandibulaire.
Crédits © D. Hadjouis.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3336/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Fig. 3. Maladies alvéolo-dentaires chez l’homme d’Afalou : abcès apical et parodontose des blocs prémolaire et molaire et caries du collet des molaires du maxillaire.
Crédits © D. Hadjouis.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3336/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Fig. 4. Crâne d’Afalou en vue basicrânienne montrant une importante rotation flexion latérale, la face est en torsion à gauche. Noter que l’écaille occipitale est indemne.
Crédits © D. Hadjouis.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3336/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Djillali Hadjouis, « Paléopathologie (des Hominidés de l'Afrique du Nord) : état sanitaire »Encyclopédie berbère, 37 | 2015, 6053-6066.

Référence électronique

Djillali Hadjouis, « Paléopathologie (des Hominidés de l'Afrique du Nord) : état sanitaire »Encyclopédie berbère [En ligne], 37 | 2015, document P04, mis en ligne le 25 janvier 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3336 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3336

Haut de page

Auteur

Djillali Hadjouis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search