Navigation – Plan du site

AccueilVolumes37Palmier-dattier : Botanique et éc...

P05

Palmier-dattier : Botanique et écologie

Houria Zenchi et Fatiha Abdoun
p. 6067-6076

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Le palmier forme une famille de monocotylédones arborescentes des Arecaceae ou Palmae. On pourrait croire que c’est un arbre au sens botanique, mais il ne l’est absolument pas. Facilement reconnaissable à sa tige non ramifiée appelée stipe, ce dernier est surmonté d'un bouquet de feuilles pennées ou palmées. Son système radiculaire est du type fasciculé très développé. Selon Dowson (1982), cette famille comprend plus de 1500 espèces réparties en plus de 200 genres, dans les régions tropicales, subtropicales et tempérées chaudes, de l’Afrique aux Amériques et à l’Asie. Phœnix est l’un des genres les plus connus de cette famille, il comporte douze espèces dont six sont à fruits consommables : P. atlantica, P. reclinata, P. farinifera, P. humilis, P. acoulis et P. dactylifera (Munier 1973). Ce dernier, est de loin le plus connu de par sa domestication très ancienne et son rôle dans plusieurs civilisations ayant existé dans et autour du Sahara.

Qu’est-ce que le palmier-dattier ?

2Le Palmier-dattier ou dattier (Camps 1995) a été dénommé Phœnix dactylifera L. depuis 1734 par Linné. Phœnix est le nom du dattier chez les grecs de l’antiquité qui le considéraient comme l’arbre des phéniciens et dactylifera provient du grec, dactylus signifiant doigts, en raison de la forme allongée du fruit (Munier 1973). Phœnix dactylifera a un stipe cylindrique (fig. 1), pouvant atteindre 25 m de haut ou plus, il est recouvert depuis le pied et sur toute sa hauteur, de la base de chaque pétiole des anciennes palmes coupées, portant à son sommet un bourgeon terminal d’où sont issues les palmes. Ces dernières sont des feuilles composées pennées formant une couronne. Chaque année, il peut en apparaître entre 10 et 20 et jusqu’à 30, de 2 à 6 m de longueur, avec une durée de vie entre 3 et 7 ans. Un palmier adulte compte de 50 à 200 palmes environ. A l’aisselle de chaque palme, un bourgeon adventif peut donner naissance à une inflorescence (spathe sous forme de grappes d’épis protégés par une bractée ligneuse close et fusiforme). Sur le stipe, peut apparaitre un rejet à sa base, un gourmand dans la région moyenne. A croissance lente, sa durée de vie peut dépasser 100 ans. De plus, le palmier est dioïque. On ne connaît pas cette espèce à l'état sauvage.

Fig. 1. Un palmier-dattier et ses différentes parties (d’après Munier modifié par Peyron 1994).

3La reproduction se fait par semis et par rejet. Les rejets comportent les caractéristiques intégrales du pied mère et sont recherchés pour les plantations. Leur première floraison peut se faire au bout de 2 ou 3 ans. Elle est plus tardive pour les plants issus de semis. La pollinisation est souvent manuelle nécessitant l’intervention humaine. Le fruit est appelé datte, c’est une baie, de forme allongée, plus ou moins volumineuse, sa couleur est variable selon les variétés : jaune clair, jaune ambré translucide, brun prononcé, rouge ou noir. Sa consistance peut être molle, demi-molle ou dure, à chair sucrée entourant un « noyau » osseux qui est en fait la graine. Les dattes sont groupées en régimes qui peuvent contenir plus de 1000 fruits. Le palmier émet 10 à 20 régimes mesurant de 30 à 80 cm de longueur et peut produire en moyenne 100 kg par an (Munier 1973, Amorci 1975, Peyron 1994 et Sedra 2003).

Écologie

4Espèce thermophile, son activité végétative se manifeste à partir d’une température de +7 °C à +10 °C. La croissance maximale est atteinte à des températures de 32 °C, au dessus de cette température, l’activité végétative se stabilise, puis décroît à partir de 38 °-40 °C (Munier 1973). Il ne peut fleurir et fructifier que si la température moyenne journalière est au-dessus de 18 °C, selon les individus, les cultivars et les conditions climatiques locales. Le dattier tolère durant l’été les maxima les plus élevés de 56 °C pendant plusieurs jours sans paraître en souffrir, lorsqu’il est normalement alimenté en eau. Et il supporte des températures basses. L'humidité qui convient au palmier est celle moyennement faible souvent inférieure à 40 %.

5Le palmier-dattier peut se développer dans des sols de nature très variable, depuis le sable presque pur jusqu’à des sols à fortes teneurs en éléments fins. Il préfère les sols neutres, profonds, assez légers et normalement humides. Il redoute les terrains secs et les eaux stagnantes, de même qu’un taux de salinité supérieur à 20‰, celui-ci faisant diminuer la qualité et la quantité des dattes (Toutain 1969, Munier 1973 et Zaid 2002).

Fig. 2a, b et c. Vues anciennes (vers 1935 et 1950) des palmeraies en entonnoirs d’El-Oued

Clichés Gouvernement Général de l’Algérie. Fonds Inalco (Centre de Recherche Berbère).

6La culture du dattier est souvent localisée aux endroits où les ressources en eau peuvent subvenir à ses besoins en abaissant le niveau des palmeraies afin de les rapprocher de la nappe souterraine (palmeraies en entonnoir : ghout ; fig. 2a, b et c). Où bien, par irrigation à partir des nappes phréatiques et aquifères ascendantes ou artésiennes en utilisant des puits, des forages, et des foggaras* (système traditionnel d’irrigation).

Géographie du palmier-dattier

7Les limites extrêmes de la culture du dattier s’étendent sensiblement entre les 10 ° et 39 ° de latitude Nord, depuis Elche en Espagne jusqu’à la Somalie et au Turkménistan (fig. 3). Les zones les plus favorables sont comprises entre 24° et 34° de latitude Nord (Maroc, Algérie, Tunisie, Libye, Egypte, Irak...). Aux États-Unis la culture s’étend du 34° au 35° parallèle. Sachant qu’il existe dans l’hémisphère Sud : Australie et Amérique du Sud (Ben Abdallah 1990).

8Le palmier-dattier était primitivement cultivé dans les zones arides et semi-arides chaudes de l’Ancien Monde. Il fut propagé en dehors de son aire d’extension et de culture, non seulement comme arbre fruitier, mais aussi comme essence ornementale. Il fut introduit sur les côtes orientales de l’Afrique par les Arabes, bien avant les premiers voyages des navigateurs européens du XVe siècle dans ces parages, aux XVIIe et XVIIIe siècles, aux îles Comores et Mascareignes, ainsi qu’à Madagascar, au XIXe siècle en Australie, et en Afrique du Sud. Son introduction au Nouveau Monde, au début du XVIe siècle, a suivi de très près la découverte de ce continent. De nos jours le dattier fait l’objet d’une exploitation intensive en Afrique (Sahara et ses marges), au Moyen-Orient et aux États-Unis (Munier 1973).

Fig. 3. Aire géographique du palmier-dattier (Gros-Balthazard 2012).

Origine et domestication du dattier

9L’histoire et les origines de la domestication du dattier demeurent peu connues malgré les données archéologiques qui semblent attester de sa culture à partir de la fin du IVe millénaire avant notre ère (Gros-Balthazard 2012). Le centre d’origine naturel du dattier est imprécis, car aucune population sauvage n’est identifiée avec certitude (Terral et al. 2010). Les vestiges archéobotaniques les plus anciens attestant de la consommation de dattes, sont des graines carbonisées et minéralisées issues d’assemblages néolithiques en Arabie orientale qui ont été datées du VIe millénaire av. J.-C. (Beech 2003). Selon le même auteur, le statut du palmier-dattier n’est toutefois pas établi pour cette époque car, en l’état actuel des recherches, aucun caractère ne permet de différencier, dans le matériel archéobotanique, les dattes de palmier « sauvage » de celles du palmier cultivé. Parce que les dattes sont facilement conservables et transportables, la découverte de graines ne constitue pas une preuve de la culture du dattier, ni de l’existence d’une oasis. La culture du dattier dans la région du golfe persique peut néanmoins être datée antérieurement à -5000 ans (Pintaud 2010).

10L’étude génétique de dattiers d’origines diverses (Pakistan, Koweït et Égypte...) semble démontrer qu’au moins deux évènements de domestication ont eu lieu indépendamment : l’un en Afrique et l’autre au Moyen-Orient. Les formes cultivées ont ensuite diffusé, principalement du Moyen-Orient vers l’Afrique, mais aussi en sens contraire dans une moindre mesure (Gros-Balthazard 2012). La mise en œuvre actuelle d’une stratégie de recherche interdisciplinaire impliquant différentes approches scientifiques nouvelles complémentaires (archéobotanique, biologie moléculaire et archéogéographie...) augure d’appréhender plus efficacement la problématique des origines de la domestication du dattier, de sa diversification variétale et de la propagation au cours du temps de la phœniciculture depuis son (ou ses) centre(s) d’origine.

Phœniciculture, importance socio-économique et environnementale

11La culture du palmier-dattier ou phœniciculture constitue l’une des principales activités agricoles des zones sahariennes et présahariennes. Son aire de répartition est caractérisée par une aridité climatique très accentuée, et d’ailleurs, la limite nord de sa fructification est utilisée par les géographes pour marquer la limite septentrionale du Sahara. Dans ces conditions sévères et défavorables, le palmier-dattier, plante xérophile parfaitement adaptée aux climats arides secs et chauds, constitue pour ces régions l’armature des oasis. Il demeure l’arbre de la providence qui fournit non seulement des dattes, nourriture riche, de grande valeur énergétique et diététique (pâtes, farine, confiseries), pour les hommes et les animaux, mais également des productions diverses (bois d’œuvre, charpenterie, clôtures, vanneries, éventails, paniers... ; Djerbi 1991).

12Son rôle écologique tient à son aptitude à créer un microclimat sous ses frondaisons favorable à la vie des hommes et des animaux domestiques. La hiérarchie des cultures associées s’organise en trois strates de hauteur différente, dattiers, arbres fruitiers, cultures céréalières et maraîchères (fig. 4).

Fig. 4. Stratification des cultures sous le palmier à Ghardaïa en 2009

Cliché de H. Zenchi.

13L'eau d'irrigation est économisée par son rôle tampon des ardeurs du macroclimat. Il en découle une qualité appréciable du cadre de vie et des paysages (Abouraicha et al. 2010). La culture traditionnelle du dattier est polyvalente, la hiérarchie des cultures assure une multitude de variétés au cœur d’une seule palmeraie, caractéristique s’opposant à la culture moderne (fig. 5) monovariétale, ayant pour la variété cultivée certes une valeur commerciale très élevée. Cependant le palmier procure une variété de datte d'excellence : la Deglet Nour. La richesse variétale est très importante, en moyenne 3000 cultivars à l’échelle mondiale (Baaziz 2008).

Fig. 5. Palmeraie à culture moderne à Biskra en 2009

Cliché de H. Zenchi.

Pathologie du palmier-dattier

14Ce dattier est affecté par plusieurs maladies et ravageurs aussi bien anciens que nouvellement signalés par le Secrétariat de l'Organisation Européenne et Méditerranéenne pour la Protection des Plantes (OEPP), dont certains constituent une véritable menace pour la phœniciculture entraînant une baisse ou une perte totale de la production, voire la mort du palmier. Citons : la maladie du bayoud, (la plus redoutable dans les oasis d’Afrique du Nord due à un champignon (Fusarium oxysporum f.sp. albedinis’), le charançon rouge ou indien (Rynchophorus ferrugineus Olivier) ‘Red weevil’, le jaunissement mortel ‘lethal yellowing’ dû à un mycoplasme, la cochenille verte ‘Date Green Soft Scale Insect’, la maladie de Faraoun blanc ‘Faraoun disease’ et la maladie des feuilles cassantes ‘Bridle leaf disease’, pour ces deux dernières, l'agent causal n'est pas encore identifié (Sedra 2003, Zenchi 2011).

15Les cultivars présentent une résistance variable à ces pathologies. La super Deglet Nour est très peu résistante au bayoud. La richesse variétale a un intérêt évident au plan de la biodiversité mais, peu considérée au plan économique car la plupart de ces variétés posent des problèmes de conservation et de commercialisation. Elles intéressent cependant les scientifiques qui cherchent à sélectionner leur gène de résistance au bayoud pour le transmettre à la variété faisant l’objet de commerce international.

Pilier des civilisations sahariennes

16Aux aspects environnementaux et socioéconomiques s’ajoute l’aspect culturel. Il y a lieu de souligner que le palmier-dattier est un arbre de civilisation, le seul qui soit attesté sur les parois rupestres du Tassili (Lhote 1975, Hachid 2001) pour évoquer les paysages des zones semi-arides, arides à hyper-arides chaudes. Avec le dromadaire, il a permis à l'homme d'installer et de maintenir des centres de vie en milieux désertiques hostiles (fig. 6).

Fig. 6. Palmeraie et habitations des gorges du Ghoufi en 2007

Cliché de F. Abdoun.

17La civilisation oasienne a élaboré au fil du temps une architecture de terre spécifique, traduisant les structures de son organisation et les pratiques sociales, culturelles et cultuelles, qui constituent un patrimoine matériel et immatériel d'une grande importance faisant l’objet de mesure conservatoire et de classement par l’UNESCO. Ainsi, le patrimoine oasien a conservé des richesses architecturales et archéologiques : modes de construction traditionnels, grandes murailles, tours de guets, mosquées, mausolées, canaux d'irrigations (Anonyme 2011).

Conclusion

18Le palmier-dattier, symbole de fertilité et de prospérité des zones sahariennes et présahariennes, est une ressource naturelle renouvelable, mais face aux puits de pétrole, le demeurera-t-il encore longtemps ? Les hydrocarbures ressources fossiles non renouvelables offrent une croissance économique forte et non durable. Le système oasien traditionnel en revanche est fondé sur une exploitation rationnelle des ressources hydriques conjuguée à des savoirs et savoir faire ancestraux qui sont les fondements de sa durabilité.

Haut de page

Bibliographie

Abouraicha E-F., Jaiti F. & El Hadrami I., 2010 – « Problématique de la phœniciculture au Maroc. Présentation des acquis et des perspectives de recherche sur la maladie fatale du palmier-dattier, le bayoud », in F. Aberlenc-Bertossi F., Biotechnologies du palmier-dattier, Paris, IRD, p. 45-54.

Amorsi C., 1975 – « Le palmier-dattier en Algérie », Option méditerranéenne (Tlemcen), 25, 129 p.

Anonyme, 2011 – Oasis de Figuig, Category : Cultural, 3 p.

Baaziz M. & Bendib K., 2008 – « Les palmeraies du Maghreb. Quelle amélioration génétique dans un contexte d’érosion de la diversité génétique de Phœnix dactylifera L. ? », Colloque Biotechnologies végétales et gestion durable des résistances face à des stress biotiques et abiotiques, France.

Beech M., 2003 – “Archaeobotanical evidence for early date consumption in the Arabian Gulf. The Date palm : from traditional resource to green wealth”, Abu Dhabi, The Emirates Center for Strategic Studies and Research, p. 11-31.

Ben Abdallah A., 1990 – « La phœniciculture », Ciheam opt. Médit. Sér. A no 11, p. 105-120.

Camps G., 1995 – « Dattes/Dattiers », Encyclopédie Berbère, XV, p. 2234-2245.

Djerbi M., 1991 – Diseases of the date palm, PNUD/FAO, 101 p.

Dowson VHW., 1982 – “Date production and protection with special reference to North Africa and the Near East”, FAO, Technical Bulletin, no 35, p. 294

Gros-Balthazard M., 2012 – Sur les origines, l'histoire évolutive et biogéographique du palmier-dattier (Phœnix dactylifera L.) : l’apport de la génétique et de la morphométrie, Thèse de Doctorat, Montpellier II.

Hachid M., 2001 – Les premiers Berbères. Entre Méditerranée, Tassili et Nil, Alger/Aix-en-Provence, Ina-Yas/Edisud., 317 p.

Lhote H., 1975 – Les gravures rupestres de l’oued Djerat (Tassili-n-Ajjer), t. I (Mém. Crape), Alger, Sned, 420 p.

Munier P., 1973 – Le palmier-dattier, Paris, Maisonneuve & Larose, 221 p.

Peyron G., 1994 – Cultiver le palmier-dattier, Guide illustré de formation, Montpellier, GRIDAO, 110 p.

Pintaud J.-C. 2010 – « Modèle de domestication et structure de l’agrobiodiversité du palmier-dattier (Phœnix dactylifera L.) », in Aberlenc-Bertossi F., Biotechnologies du palmier-dattier, Paris, Ird, p. 107-111.

Sedra M-H., 2003 – Le Palmier-dattier, base de la mise en valeur des oasis au Maroc Techniques phoénicicoles et Création d’oasis, Marrakech, Inra, 210 p.

Terral J.-F., Ivorra S., Tito C., Newton C., Tengberg M., Pintaud J.-C., 2010 – « De la diversité actuelle aux vestiges archéologiques du palmier-dattier (Phœnix dactylifera L.). Développement de descripteurs géométriques des graines de dattes », in Biotechnologies du palmier-dattier, F. Aberlenc-Bertossi, Paris, Ird, p. 127-137.

Toutain G., 1967 – « Le palmier-dattier, culture et production », Al Awamia, 25 (4), p. 83-151.

Zaid A. & Wet P.F, 2002 – “Climatic requirements of date palm”, Chapter IV, Date palm cultivation, 56 (1), Rome, FAO, 13 p.

Zenchi H. 2011 – Impact des facteurs climatiques sur l’apparition et l’extension de la maladie de la feuille cassante chez le palmier-dattier (Phœnix dactylifera L.), Thèse de Magister, Ecologie et Environnement, Univ. Sci. Tech. Houari Boumediène, Alger, 108 p.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Un palmier-dattier et ses différentes parties (d’après Munier modifié par Peyron 1994).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3343/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Légende Fig. 2a, b et c. Vues anciennes (vers 1935 et 1950) des palmeraies en entonnoirs d’El-Oued
Crédits Clichés Gouvernement Général de l’Algérie. Fonds Inalco (Centre de Recherche Berbère).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3343/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende Fig. 3. Aire géographique du palmier-dattier (Gros-Balthazard 2012).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3343/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Fig. 4. Stratification des cultures sous le palmier à Ghardaïa en 2009
Crédits Cliché de H. Zenchi.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3343/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Fig. 5. Palmeraie à culture moderne à Biskra en 2009
Crédits Cliché de H. Zenchi.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3343/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Légende Fig. 6. Palmeraie et habitations des gorges du Ghoufi en 2007
Crédits Cliché de F. Abdoun.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3343/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Houria Zenchi et Fatiha Abdoun, « Palmier-dattier : Botanique et écologie »Encyclopédie berbère, 37 | 2015, 6067-6076.

Référence électronique

Houria Zenchi et Fatiha Abdoun, « Palmier-dattier : Botanique et écologie »Encyclopédie berbère [En ligne], 37 | 2015, document P05, mis en ligne le 25 janvier 2024, consulté le 26 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3343 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3343

Haut de page

Auteurs

Houria Zenchi

Articles du même auteur

Fatiha Abdoun

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search