Navigation – Plan du site

AccueilVolumes37Palmier-dattier : Antiquité

P06

Palmier-dattier : Antiquité

Jean-Pierre Laporte, N. Aïn Seba, J. Alexandropoulos, J. Desanges, M. Hachid et P. Trousset
p. 6076-6085

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Si le palmier-doum est attesté dans l'Antiquité, c’est le palmier-dattier qui a surtout retenu l’attention. Les palmiers-dattiers actuels sont issus d’une lente sélection génétique, et la production de dattes dépend presque entièrement d’une intervention humaine (cf. ci-dessus, notice P05). Dès lors se pose la question de son « introduction » en Afrique du Nord. Comme pour nombre d’autres sujets, on a été tenté de chercher une provenance moyen-orientale, ce qui tient, outre aux déterminations idéologiques habituelles, à l’état de la documentation dans la première moitié du XXe siècle. Gsell (Hérodote, 1915, p. 174 et Histoire, I, 1920, p. 239) avouait son ignorance, tout en notant qu’il n’était « pas invraisemblable » que cette culture se soit propagée d’est en ouest « à partir des oasis voisines de la vallée du Nil », notamment Siwa.

2Un peu plus tard, en 1923, E.-F. Gautier, tout à ses fulgurances hardies et approximatives, proposa de situer l’importation des palmiers-dattiers après la fin de la puissance romaine, pendant la période byzantine, voire aux premiers temps arabes, en la reliant à la question du chameau (Gautier 1923, p. 103 et 1927, p. 102, éd. 1964, p. 25). H.-I. Marrou (1933, p. 70) était tenté de le suivre, compte tenu de l’autorité de celui qui apparaissait alors aux yeux du grand public comme le maître incontesté des études sahariennes. Il en fut de même par la suite de nombre d’auteurs coloniaux, et, même, pour d’autres raisons, post- (et anti-)coloniaux. Près d’un siècle plus tard, on sourit des moqueries de Gautier (1927/1964, p. 187-188), à l’encontre de Basset, qui, « sur des bases linguistiques », avait prétendu que le chameau n’avait pas été utilisé par les Berbères antérieurement à l’arrivée de l’Islam (Basset, Zenatia, 1895, p. 69 sq.).

3D’autres se sont également risqués dans les hypothèses. En caricaturant quelque peu l’éventail des origines proposées, le palmier dattier aurait été apporté, suivant la spécialité de chaque auteur, par des Phéniciens, des Egyptiens, des soldats romains (sans doute passés par le Moyen-Orient), ou par des guerriers arabes. En ce qui concerne les Phéniciens, on a évoqué la dénomination grecque phoenix (le qualificatif dactylifera n’ayant été par ajouté par Linné qu’en 1734) sur laquelle nous revenons plus bas. Du côté des Égyptiens, les mots pan-berbères tayniwt, tini, etc. (voir notice P07) ont été rapprochés de vocables égyptiens anciens (Kossmann 2002, notamment p. 247). En revanche, l’appellation sporadique « palmier de Pharaoun » ne semble pas faire une allusion directe et contemporaine à un quelconque Pharaon égyptien, mais a pu tout aussi bien être reprise bien plus tard de la tradition islamique, tout comme les multiples allusions à Daqyus dans la toponymie nord-africaine renvoient à Trajan Dèce, non pas directement, mais par l’intermédiaire de la sourate XVIII, dite « de la caverne », qui évoque les Sept Dormants (chrétiens) d’Ephèse.

4Plutôt que les certitudes et les présentations flamboyantes de Gautier, mieux vaut sans doute reprendre le dossier à la base, avec prudence compte tenu de l’ampleur de ce que nous ignorons encore malgré le progrès des connaissances. Le panorama devient alors tout autre.

5La tendance semble aujourd’hui à envisager une origine autochtone, dans la mesure où une thèse récente (Gros-Balthazard 2012) tend à séparer génétiquement les palmiers africains et moyen-orientaux comme provenant de deux domestications différentes. Des témoignages pré- et protohistoriques existent en Afrique du Nord et on devra envisager que le palmier-dattier y soit un végétal autochtone, du moins à l'échelle des temps anthropiques. L’existence du mot pan-berbère tazdayt (voir notice P07) va dans le même sens.

6A ce jour, la plus ancienne mention connue est celle de pollen de palmier (dont la variété n’est toutefois pas connue) dans une couche archéologique remontant semble-t-il au paléolithique, dans l’oasis d’El Guettar, à 20 km à l’est de Gafsa. Une petite population nomade de chasseurs-cueilleurs moustériens s’y rassemblait autour d’une source, aujourd’hui asséchée, où ils consommaient notamment des dattes, dont on a retrouvé le pollen (Gruet 1959, p. 119-122).

Fig. 1. Palmiers dattiers sur une peinture du Tassili Azjer. Collectif 2001, fig. 118, p. 147.

Fig. 2. Peinture rupestre d’Aha (Nafeg, dans l’oued Djerat). En bas, un char et deux chevaux au « galop volant ». Relevé H. Lhote 1976, p. 40 (reproduit dans Hachid 2001, p. 208, fig. 294, 1).

7Le palmier apparaît de temps à autre dans les peintures du Tassili à l’époque caballine (fig. 1) ; c'est d’ailleurs presque le seul végétal à apparaître dans l'art rupestre saharien qui ne fait en général aucune allusion au paysage. Palmier et régime de dattes apparaissent dans une scène de l’époque des Têtes Rondes (la période la plus ancienne des peintures, contemporaine de la phase finale du Bubalin et précèdant le Bovidien).

8Des palmiers dattiers apparaissent à la période « garamantique* », vers 1300/1200 avant J.-C., notamment sur une peinture rupestre de l’oued Djerat (fig. 2). On peut d’ailleurs se demander si les hommes situés autour des palmiers-dattiers en cueillent les régimes ou assurent la pollinisation artificielle à l’aide de longues perches.

9Pendant les deux derniers millénaires avant J.-C., l'aridité des régions sahariennes s'intensifia, ce qui changea profondément les modes de vie. Le cheval laissa la place au dromadaire, les pasteurs abandonnèrent les bovins au profit des moutons et des chèvres. La variété des cultures adaptées au climat se restreignit. Le palmier-dattier prit alors une importance particulière dans certaines régions et notamment dans nombre d’oasis. La culture du palmier continua pendant la période cameline, et l’on voit même apparaître à Tin Anneuin (Acacus) la première image d’une palmeraie, apparemment enclose, même si quelques palmiers se trouvent à l’extérieur de la clôture (fig. 3).

Fig. 3. Peinture rupestre de Tin Anneuin (Tadrart Acacus) une palmeraie au 2e millénaire avant J.-C.

Cliché M. Hachid. D’après Hachid, Les premiers Berbères, 2001, p. 212, fig. 299.

10Le palmier nord-africain apparaît pour la première fois, dans un texte, au Ve siècle avant notre ère, chez l'historien grec Hérodote (IV. 183), à propos des Garamantes :

« À dix jours de voyage d'Augila, il y a également une colline de sel et une source d'eau, les palmiers y poussent abondamment comme ils le font près des autres collines de sel. Cette région est habitée par un peuple appelé Garamantes, un peuple très puissant qui recouvre le sel avec de la boue pour y semer ensuite ses cultures ».

11Les Nasamons venaient s’y approvisionner en dattes. Hérodote (IV, 181) parle également des irrigations que les Ammoniens [habitants de l’oasis de Siwa*, célèbre pour son temple à Ammon] faisaient dans leurs jardins réputés pour leurs palmiers.

12Un siècle plus tard, le philosophe grec Théophraste s’intéresse à tous les aspects de la culture du palmier dans le monde connu et le cite sous différents noms (Joret 1892). Il sait que la plante apprécie les sols salés, dans la mesure toutefois où ses racines ne sont pas en contact direct avec le sel (II, 6, 2, trad. S. Amigues, 2010, p. 50-31 ; même notation dans Pline, H.N., XIII, 38) qui consacre un paragraphe entier au nord de l’Afrique. En IV, 3, 1 (trad. Amigues, 2010, p. 154), il cite le « dattier, notamment chez les Nasamons et aux abords du sanctuaire ammonien », il s’agit probablement ici aussi de l’oasis d’Augila, et certainement de celle de Siwa. En IV, 3, 5 (trad. Amigues, 2010, p. 136) :

« Dans la partie de la Libye où il ne pleut pas, entre bien d’autres plantes poussent, dit-on, des palmiers grands et beaux ; néanmoins, dans les palmeraies, il y a de l'eau saumâtre et le sol est humide, à faible profondeur, en gros à partir de trois brasses, mais l’eau est ici tout à fait douce et bonne ; là pourtant à proximité immédiate, elle est salée ; en revanche, dans les autres zones de végétation, le sol est sec et aride ; il y a même des endroits où les puits ont une profondeur de cent brasses, ce qui oblige à monter l’eau avec des bêtes de somme, au moyen d’une corde tirée par une poulie ; aussi peut-on se demander comment ils ont été creusés jadis jusqu’à de telles profondeurs. L’existence de nappes d’eau dans le sous-sol des palmeraies, en particulier au sanctuaire d’Ammon [Siwa], aurait donc un caractère exceptionnel, qui tiendrait à ce que nous en avons dit ».

13Parfois représenté sur quelques rares stèles puniques, le palmier dattier l’est plus souvent sur différentes émissions monétaires de Carthage, depuis le Ve siècle jusqu’à la chute de la ville, soit seul, soit accosté d’un cheval ou d’une tête de cheval. Il peut y avoir à cela deux explications. Dans la religion punique, le palmier est un symbole de fécondité. D’un autre côté, cette image peut faire allusion au nom grec phoinix qui désigne à la fois le Phénicien et le palmier. C’est alors un signe de reconnaissance, donc un excellent thème pour figurer sur un moyen d’échange (Alexandropoulos 2000, p. 46). Pour les Carthaginois, cet emblème évoquait sans doute d’abord les villes puniques des deux Syrtes où le climat permettait d’obtenir des dattes, ce qui n’était pas le cas plus au nord.

Fig. 4. Quelques monnaies puniques au palmier. D.R.

14Curieusement, malgré leur punicisation* relative, les royaumes maures et numides ne se sont pas emparés de ce symbole, comme on peut le constater aisément dans les planches photographiques regroupées à la fin du volume de J. Alexandroupoulos (2000). Ceci pourrait peut-être signifier que les royaumes maures et numides ne s’étendaient guère vers le sud (même si l’on sait maintenant que l’Aurès faisait partie du royaume de Juba II*).

15Aux alentours de notre ère, Strabon (VIII, 17, 3, 23) évoque lui aussi Augila, « qui ressemble à Ammon [l’oasis de Siwa], en produisant des palmiers et aussi bien fournie en eau ». Quelques années plus tard, le palmier réapparaît sur des monnaies du roi Ptolémée* de Maurétanie (25 - 39 ap. J.-C.) ; il disparaît à la période romaine (sauf sur des monnaies de Vespasien, de Titus et de Nerva évoquant la victoire romaine sur les Juifs, donc dans un tour autre contexte).

16Vers le milieu du Ier siècle après J.-C., Pline l’Ancien s’est beaucoup intéressé au palmier dans ses différentes variétés (et parmi elles le dattier), dans ses différents territoires et dans ses divers modes de plantation et de culture (H.N., 1. XIII, c. VI à IX). En XIII, 111, il note que :

« L’Afrique intérieure, jusqu’aux Garamantes et aux déserts, produit des palmiers remarquables par leur grande taille et la douceur de leur fruits. Les plus célèbres sont aux environs du temple d’Hammon [Siwa] ».

17Il se montre plutôt sévère pour les dattes du nord de l’Afrique, « douces mais perdant rapidement leur saveur » (ibid. XIII, VI) par rapport à celles d’autres provenances, et notamment celles d’Arabie, les plus appréciées par le roi Juba (ibid., XIII, VII).

18Quoi qu’il en soit, Pline témoigne du fait que les Romains ont trouvé à leur arrivée en Afrique des oasis telles qu’on les connaît encore aujourd’hui. Dans un remarquable passage du livre XVIII, il dresse un tableau très complet de l’oasis de Tacape (Gabès), qui montre l’ancienneté du système de culture et de répartition des eaux au sein d’une oasis :

1. XVIII, LI. « On rencontre, quand on va aux Syrtes et à Leptis la Grande, une ville d'Afrique au milieu des sables ; on la nomme Tacape. Le sol, qui y est arrosé, jouit d'une fertilité merveilleuse dans un espace d'environ 3,000 pas (1000 m) en tous sens. Une source y coule, abondante, il est vrai, mais dont les eaux se distribuent aux habitants pendant un nombre fixé d'heures. Là, sous un palmier très élevé, croît un olivier, sous l'olivier un figuier, sous le figuier un grenadier, sous le grenadier une vigne : sous la vigne on sème du blé, puis des légumes, puis des herbes potagères, tous dans la même année, tous s'élevant à l'ombre les uns des autres. Quatre coudées en carré de ce sol, mesurées non les doigts étendus, mais à poing fermé, se vendent 4 deniers. Ce qu'il y a de plus étonnant, c'est que la vigne y porte deux fois et se vendange deux fois dans l'année. Si on n'en épuisait pas la fécondité du sol par une production multipliée, chaque récolte y périrait par l'exubérance. Le fait est qu'on y récolte toute l'année quelque chose ; et il est certain que les hommes n'en provoquent pas la fertilité ».

19Ce en quoi Pline se trompe, puisque l’on sait la somme de travail que demande le simple maintien en activité d’une oasis, pour le captage, la distribution, la répartition de l’eau.

  • 1 La forme latine Zarai correspond exactement à celle du Nom d’Action Verbale berbère (a)zăray, issu (...)

20Daté de 202 après J.-C., le tarif douanier de « Zaraï1 » (lieu de passage entre les hautes plaines constantinoises et les steppes du Hodna) énumère les droits à payer pour le passage de têtes de bétail et d’esclaves, de vêtements, de cuirs et peaux, et de produits alimentaires (CIL, VIII, 4508 et 18643). Ces taxes étaient de l’ordre de 2 ou 3 % de la valeur des produits. Les dattes étaient taxées palmae (pondo) c(entum), un quinaire (demi-denier) par cent livres. On a considéré que ce tarif témoignait pour l’essentiel d’échanges est-ouest (Darmon 1964, Trousset 2005, p. 368). P. Morizot (2009, p. 160-161) a fait observer à juste titre que le climat étant à peu près uniforme pour une même latitude, les échanges de produits végétaux avaient plus de chance d’être majoritairement nord-sud. Les dattes du tarif de Zaraï provenaient sans doute plutôt d’oasis sahariennes proches comme celles de Biskra, Bou Saada, et Laghouat, que du golfe de Gabès.

21Pour Baradez, les oasis du sud de l’Aurès, même celles de l’oued Djedi, étaient sans doute dépourvues de palmiers, comme aujourd’hui celle de N’gaous. Il ne croyait pas à une utilisation par les Romains de l’eau si précieuse pour assouvir la soif de palmiers, qui selon lui, n’étaient favorisés que là ou rien d’autre n’était possible. Cet auteur en prenait comme indices le nombre élevé des vestiges de pressoirs à huile et de moulins à grain autour d’El Kantara et la superficie des cultures antiques, vingt fois supérieure à celle de l’oasis actuelle. La grande palmeraie actuelle d’El Kantara, des régions sud, devait, toujours selon lui, être l’une des dernières où le palmier ait été implanté, « puisque c’est aujourd’hui encore une zone limite, les dattes ne murissant plus au nord du pont romain » (Baradez 1949, p. 200).

22Le palmier était cependant connu dans la région. C’est ainsi que dans les fouilles du camp de Gemellae*, fondé en 132 ap. J.-C., J. Baradez trouva une fresque « sur laquelle se voient parfaitement des palmiers peints, en couleur ocre sanguine pour le tronc et vert pour les palmes » (Baradez 1949, p. 199, n. 1), dont nous n’avons malheureusement pas de reproduction.

23Plus au nord, le palmier apparaît parfois sur les mosaïques, ainsi en arrière plan sur la mosaïque représentant la villa rurale du seigneur Julius, mais aussi les palmes dans les scènes de victoire et de combat.

24Suivant une symbolique méditerranéenne très ancienne, la palme symbolisait la victoire, la renommée, le triomphe sur la mort. A l’époque chrétienne, elle devint logiquement un attribut habituel de la Vierge Marie et des martyrs. On trouve ainsi deux palmiers représentés de part et d’autre de la croix sur une table d’autel d’Henchir el-Begueur, près de Tébessa.

Fig. 5. Mensal d’Henchir el-Begueur, CIL, VIII, 17608. D’après Dom H. Leclercq 1937, col. 949.

25Ni les dattes ni les palmiers n’apparaissent dans les Tablettes Albertini* (30 km à l’est de Bir el-Ater, sur la frontière algéro-tunisienne), en toute fin du Ve siècle. Il est vrai que l’on se trouve là dans une zone aujourd’hui steppique, voire semi-désertique, vouée dans l’antiquité à la culture du blé, de l’olivier et des arbres fruitiers, mentionnés explicitement dans les actes. Mais rien n’empêche que le palmier ait déjà poussé dans le thalweg où est installée l’actuelle palmeraie de Négrine.

26À l’époque musulmane, la culture du palmier-dattier prit un relief particulier, et devint un rouage essentiel de la mise en valeur des oasis (mais pas de toutes), pour lesquelles elle est abondamment documentée, à travers de nombreux récits de chroniqueurs, de voyageurs et de géographes. L’oasis et le palmier sont même devenus des symboles de la civilisation musulmane. Mais il ne faut pas oublier pour autant leur longue histoire préalable au sein du monde libyco-berbère le plus ancien, depuis l’oasis de Siwa jusqu’au sud de l’Atlas marocain.

Haut de page

Bibliographie

Auteurs antiques

Hérodote, Histoires, l. IV, Melpomène, éd. et trad. Ph.-E. Legrand, Paris, Budé, Belles Lettres, 1960.

Voir également l'édition avec commentaire par GSELL (S.), Textes relatifs à l’Histoire de l’Afrique du Nord, Alger, 1915.

Pline L’Ancien, Histoire naturelle, coll. Budé, Belles Lettres, Paris, livre XIII (trad. A. Ernout), 1956.

Strabon, Geography, l. VIII, éd. et trad. H.L. Jones, coll. Loeb, Harvard, 1982.

Théophraste, Recherches sur les plantes. A l’origine de la botanique, édition et traduction S. Amigues, Paris, Budé, Belles Lettres, 2003-2006, 2 t. Cette traduction peut maintenant être consultée, avec photographies et commentaire botanique moderne, dans la remarquable édition de S. Amigues, sous le même titre, parue aux éditions Belin en 2010.

Travaux modernes

Alexandropoulos J., 2000 – Les monnaies de l’Afrique antique. 400 av. J.-C. -40 ap. J.-C., Presses universitaires du Mirail, 507 p., 17 pl.

Baradez J., 1949 – Fossatum Africae, Vue aérienne de l’organisation romaine dans le sud-algérien, 1949, 380 p. ; notamment p. 199-201, ch. IV : « Les cultures pratiquées par la colonisation romaine des confins sahariens ».

Basset R., 1895 – Étude sur la Zenatia du Mzab, d’Ouargla, de l’oued Ghir, Publications de l’École des Belles Lettres d’Alger, Paris, Leroux, 162 p.

Camps G., 1995 – D21 « Dattes/Dattiers », EB, fasc. XV, p. 2234-2245.

Camps G., 1974 – Les civilisations préhistoriques de l’Afrique du Nord et du Sahara, Paris, Doin.

Collectif, 2001 – Promenade au Tassili Azjer, Association des amis du Tassili Azjer, Alger, éd. ANEP, fig. 118, p. 147.

Darmon J.-P., 1964 – « Notes sur le tarif de Zaraï », Cahiers de Tunisie, 47-48, 3e et 4e trimestre 1964, p. 7-23.

Gautier E.-F., 1927 (rééd. 1964) – Les siècles obscurs de l'Afrique du Nord, 432 p.

Gautier E.-F., 1923 – Le Sahara, Payot, Paris, 174 p.

Gros-Balthazard M., 2012 – Sur les origines, l’histoire évolutive et biogéographique du palmier-dattier (Phoenix dactylifera L.) : l’apport de la génétique et de la morphométrie ; Thèse de doctorat, Université de Montpellier II.

Gruet M., 1959 – « Le gisement d’El Guettar et sa flore », Libyca (anthropologie, préhistoire, ethnographie), t. VI-VII, 1958-1959, p. 79-126 (p. 119-121 pour la flore)

Gsell S., 1920 – Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, t. I.

Joret Ch., 1892 – « Les noms de palmiers qu’on rencontre dans Théophraste », CRAI, p. 315-316.

Hachid M., 2001 – Les premiers Berbères. Entre Méditerranée, Tassili et Nil, Alger/Aix-en-Provence/Alger, Edisud/Ina-Yas, 317 p. Notamment, p. 207-214 « Le Sahara est devenu un désert sauvé par... la datte et le dromadaire ».

Kossmann, M. G., 2002 – « Deux emprunts à l'égyptien ancien en berbère », Articles de linguistique berbère. Mémorial Werner Vycichl, Paris, L’Harmattan, p. 245-252.

Leclercq Dom H., 1937 : s.v. « Palme », Dictionnaire d’Archéologie chrétienne et de liturgie (DACL), XIII, 1, 1937, col. 947-961.

Lhote H, 1975 – Les gravures rupestres de l’oued Djerat (Tassili-n-Ajjer), t. I, Alger, SNED (Mémoires du CRAPE), 420 p.

Lhote H., 1976 – Vers d’autres Tassilis. Nouvelles découvertes au Sahara, Paris, Arthaud, 258 p.

Marrou H.-I., 1933 – « La collection Vulpillières à El Kantara », MEFR 50 p. 42-86.

Morizot P., 2009 – « Les échanges commerciaux entre la côte méditerranéenne et à l’intérieur du Maghreb au IIe siècle vus au travers du tarif de Zaraï », Actes du colloque de Bastia, 2003 (Paris, CTHS, 2009), p. 158-171.

Trousset P., 2005 – « Le tarif de Zaraï : essai sur les circuits commerciaux dans la zone présaharienne », Ant. Afr., 38-39, 2005, p. 355-373.

Haut de page

Notes

1 La forme latine Zarai correspond exactement à celle du Nom d’Action Verbale berbère (a)zăray, issu du verbe zry, « passer ». Zaray, signifie donc précisément « passage ». [S.C.].

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Palmiers dattiers sur une peinture du Tassili Azjer. Collectif 2001, fig. 118, p. 147.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3365/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 2. Peinture rupestre d’Aha (Nafeg, dans l’oued Djerat). En bas, un char et deux chevaux au « galop volant ». Relevé H. Lhote 1976, p. 40 (reproduit dans Hachid 2001, p. 208, fig. 294, 1).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3365/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende Fig. 3. Peinture rupestre de Tin Anneuin (Tadrart Acacus) une palmeraie au 2e millénaire avant J.-C.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3365/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Légende Fig. 4. Quelques monnaies puniques au palmier. D.R.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3365/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Fig. 5. Mensal d’Henchir el-Begueur, CIL, VIII, 17608. D’après Dom H. Leclercq 1937, col. 949.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3365/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Laporte, N. Aïn Seba, J. Alexandropoulos, J. Desanges, M. Hachid et P. Trousset, « Palmier-dattier : Antiquité »Encyclopédie berbère, 37 | 2015, 6076-6085.

Référence électronique

Jean-Pierre Laporte, N. Aïn Seba, J. Alexandropoulos, J. Desanges, M. Hachid et P. Trousset, « Palmier-dattier : Antiquité »Encyclopédie berbère [En ligne], 37 | 2015, document P06, mis en ligne le 25 janvier 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3365 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3365

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Laporte

Articles du même auteur

N. Aïn Seba

J. Alexandropoulos

Articles du même auteur

J. Desanges

Articles du même auteur

M. Hachid

Articles du même auteur

P. Trousset

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search