Navigation – Plan du site

AccueilVolumes37Panicum turgidum

P09

Panicum turgidum

Fatiha Abdoun et Houria Zenchi
p. 6087-6091

Texte intégral

1Plusieurs centaines de poacées sont regroupées sous le nom taxonomique Panicum. Il en existe de nombreuses espèces vivaces ou annuelles dont certaines sont cultivées. De l’Asie occidentale à l'Afrique du Nord à travers le Sahara, s’étend l’aire d’une de ces graminées remarquable par sa physionomie et primordiale dans la vie des nomades de ces régions.

2Panicum turgidum couvre, dans les territoires arides (sensu lato) d’Afrique du Nord et d’Arabie, des steppes d’une grande étendue. Il est appelé, selon Trabut (2006), goumchi, afezou (afeẓu, touareg), bou rokba, bokkar, merkba ou encore chouch. En Égypte et en Arabie, il est connu sous le nom thoumam ou ithmam (Batanouny 1981).

3Il s’agit de grosses touffes intriquées avec chaumes durs, atteignant 1,50 m de haut et 1 m de diamètre, glabres et épaissies aux nœuds d’où naissent un grand nombre de rameaux fascicules. Les inflorescences sont des panicules courtes portant des épillets de deux sortes : les uns à deux fleurs dont l’inférieure mâle, les autres, plus étroites à une seule fleur mâle (Battandier & Trabut 1902, Boulos 2005). Alors que la plante est d’un vert glauque, les anthères de couleur orange, dépassant les glumes, sont caractéristiques. La touffe peut cependant prendre une couleur rougeâtre suite à une sécheresse prolongée et reverdir après la pluie (Benchelah et al. 2011).

Fig. 1. Particule avec les anthères orangées caractéristiques de l’espèce Panicum turgidum (Photo. des auteurs).

Écologie

4Fréquent sur les petites dunes et regs ensablés et dans les oueds en association avec les acacias. Cette association (Acacia-Panicum) forme la savane désertique et la steppe sahélienne, paysages typiques et riches écosystèmes. Quelques touffes isolées peuvent être rencontrées jusqu’à 2 100 m d’altitude en Ahaggar (Maire 1933), à prêt de 3 200 m au Tibesti et descendre à-380 m dans la dépression de la mer Morte (Williams et Farias 1972).

Fig. 2. Répartition géographique établie par Williams et Farias (1972). Zones en pointillée et hachurées (à partir de la littérature), cercles noires : localisation au-delà de ces zones. Lignes : isohyètes 500mm et 250 mm.

5Habitat naturel pour de nombreux petits mammifères, reptiles et insectes, ses graines sont consommées par la petite gerbille, le mérion du désert, ainsi que les animaux domestiques comme la chèvre bédouine et le dromadaire (Gernigon-Spychalowicz et Khemmar 2003). C’est aussi une composante du régime alimentaire des grands mammifères sauvages tels que Addax nasomaculatus et Oryx dammah (Anthelme et al. 2007). Les oiseaux tels que Prinia à front écailleux y construisent un nid pour leurs petits (Bergier et al. 2012). Pour le criquet pèlerin, c’est une plante d’importance majeure qui lui procure abri, nourriture et lieu de grégarisation (Duranton et al. 2013).

Fig. 3. Savane désertique à Acacia tortilis ssp. Raddiana et Panicum turgidum (photo des auteurs).

Alimentation humaine

6Parce que spontané, pérenne, et assez abondant, le panicum constituait jusqu’à un passé très récent, la nourriture par excellence des nomades sahariens et en particulier des Touareg (Gast 2000). Les graines de Panicum ont été autrefois consommées. Des documents arabes du XIe siècle mentionnent que les habitants de certaines régions sahariennes mangeaient des grains obtenus à partir de sols non-cultivés. Dans la région du lac Tchad, les habitants, récoltaient les graines des graminées sauvages (dont Panicum) d’août à octobre. Une partie de ces récoltes était prélevée comme taxes par les troupes d’occupation française au début du XXe siècle (Williams et Farias 1972).

Vannerie

7Sa paille est utilisée dans la confection de l'esăber, une natte* qui forme le paravent de la tente touareg. Comme autre type de natte, des claies plus fines servent à filtrer le lait caillé ou encore pour faire sécher des préparations alimentaires sont toujours d’usage chez les nomades (Gast 2000 et la notice très complète de T. Benfoughal : « Nattes », N18, EB XXXIII, 2012). Ce type d’objets est retrouvé dans des sites archéologiques sous forme de fragments dont l’origine végétale (espèce) est identifiée à partir de l’anatomie des tissus observés au microscope électronique. Plusieurs sites holocènes (9000 à 3000 ans BP) de l’Acacus à la frontière algéro-libyenne, ont fourni des fragments de vanneries fabriquées à base de lanières de peaux et de paille de Panicum (Di Lernia et al. 2012).

Culture

8En Ahaggar, les tombeaux anciens renferment de la cendre de Panicum sur laquelle repose les ossements des morts et jusqu’au début du XXe siècle, et devant le manque de tissu pour se vêtir, les morts étaient ensevelis sur un lit de paille de Panicum et recouverts de cette même paille (Gast 2000).

Conclusion

9En se maintenant malgré les rigueurs climatiques récurrentes de l'Holocène final et de l'Actuel, réunis, cette plante témoigne de sa solide insertion territoriale et de l'accroissement de ses capacités adaptatives fondamentales les plus caractéristiques, issues d'une implantation multimillénaire. Ces référents biologiques, que sont ensemble Panicum et Acacia tortilis, installent dans ces territoires sahariens, deux forts marqueurs de résilience d'un écosystème steppique particulier, remontant à l'Holocène moyen, au moins, et offre une ressource naturelle renouvelable.

Haut de page

Bibliographie

Anthelme F., Michalet R., Saadou M., 2007 – “Positive associations involving the tussock grass Panicum turgidum Forssk. in the Aïr-Ténéré Reserve, Niger”, Journal of Arid Environments, 68, p. 348-362

Batanouny K.H., 1981 – Ecology andflora of Qatar, University of Qatar, Oxford, Alden Press, 245 p.

Battandier J. et Trabut L., 1902 – Flore analytique et synoptique de l’Algérie et de la Tunisie, Alger, Giralt Éditions, 460 p.

Benchelah A.C., Bouziane H., Maka M. Ouahès C., 2011 – Fleurs du Sahara. Voyage ethnobotanique avec les Touaregs du Tassili, Paris, Ibis Press, 256 p.

Bergier P., Thevenot M. et Qninba A., 2012 – « Notes naturalistes au Sahara Atlantique marocain », Go-South Bull, 9, p. 46-125

Boulos L., 2005 – Flora of Egypt. Vol. 4 : Monocotyledons, Cairo, Al Hadara Publishing, 617 p.

di Lernia S., Massamba N’siala I., Mercuri A. M., 2012 – “Saharan prehistoric basketry. Archaeological and archaeobotanical analysis of the early-middle Holocene assemblage from Takarkori (Acacus Mts., SW Libya)”, Journal of Archaeological Science, 39, p. 1837-1853.

Duranton J-F., Foucart A., Gay P-E., 2013 – Florule des biotopes du criquet pèlerin en Afrique de l’Ouest et du Nord-Ouest à l'usage des prospecteurs de la lutte antiacridienne, Alger/Montpellier, FAO-CLCPRO/CIRAD, 487 p.

Gast M., 2000 – Moissons du désert, Paris, Ibis Press, 160 p.

Gernigon-Spychalowicz Th. et Khemmar F., 2003 – Faune vertébrée de la Saoura, Alger, Casbah éditions, 96 p.

Maire R., 1933 – « Étude sur la flore et la végétation du Sahara central », Mém. Soc. Hist. Nat. Afr. Nord, Mission du Hoggar 2, p. 1-272

Trabut L., 2006 [1935] – Noms indigènes des plantes d’Afrique du Nord, Paris, Ibis Press, 355 p.

Williams, J.T. et Farias, R.M., 1972 – “Utilization and taxonomy of the desert. grass Panicum turgidum”, Economic Botany, 26(1), p. 13-20.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Particule avec les anthères orangées caractéristiques de l’espèce Panicum turgidum (Photo. des auteurs).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3390/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 2. Répartition géographique établie par Williams et Farias (1972). Zones en pointillée et hachurées (à partir de la littérature), cercles noires : localisation au-delà de ces zones. Lignes : isohyètes 500mm et 250 mm.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3390/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende Fig. 3. Savane désertique à Acacia tortilis ssp. Raddiana et Panicum turgidum (photo des auteurs).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3390/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fatiha Abdoun et Houria Zenchi, « Panicum turgidum »Encyclopédie berbère, 37 | 2015, 6087-6091.

Référence électronique

Fatiha Abdoun et Houria Zenchi, « Panicum turgidum »Encyclopédie berbère [En ligne], 37 | 2015, document P09, mis en ligne le 25 janvier 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3390 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3390

Haut de page

Auteurs

Fatiha Abdoun

Articles du même auteur

Houria Zenchi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search