Navigation – Plan du site

AccueilVolumes37Panthère (Léopard) : Paléontologie

P10

Panthère (Léopard) : Paléontologie

Brahim Ouchaou, Souhila Merzoug et Colette Roubet
p. 6092-6097

Entrées d’index

Mots clés :

paléontologie, zoologie
Haut de page

Texte intégral

1La panthère, ou léopard, appartient à la famille des Félidés (Felidae Fischer, 1817), sous-famille des Panthérinés (Pantherinae Pocock, 1817). Les Panthérinés, dont l’une des caractéristiques est leur capacité à rugir, correspondent aux « grands félins », par opposition aux « petits félins » ou sous-famille des Félinés (Felinae Fischer, 1817). Ils sont représentés au Maghreb par deux espèces, le lion (Panthera leo Linnaeus, 1758) et la panthère (Panthera pardus Linnaeus, 1758). Rappelons que le guépard (Acinonyx jubatus Schreber, 1775) ne fait pas partie de la sous-famille des Panthérinés. Cependant, il y a souvent confusion entre panthère et guépard (Camps-Fabrer 1999). Plusieurs noms berbères (aɣilas, aɣelyas, amayas, agerzam...) désignent aussi bien l’un que l’autre selon les régions (cf. Chaker, notice P13, ce fascicule).

2La panthère de l’Afrique du Nord qui a été considérée comme une sous-espèce distincte (Panthera pardus barbarus ou Panthera pardus panthera) est désormais classée dans la sous-espèce Panthera pardus pardus qui regroupe toutes les panthères africaines (Miththapala et al. 1996 ; Uphyrkina et al., 2001). Elle était assez fréquente au Maghreb jusqu’aux périodes historiques. Actuellement, elle est considérée au bord de l’extinction (Aulagnier et al. 2008). Une petite population semble persister dans le Haut-Atlas central marocain (Panouse 1957 ; Purroy 2010). En Algérie, des indices de la persistance de quelques individus dans la région de l’Ahaggar ont été avancés (Bysby et al. 2009), tandis que l’espèce a totalement disparu de Tunisie.

3La morphologie, la biologie, l’écologie et l’éthologie de la panthère africaine sont bien documentées (Myers 1976 ; Bailey 1993 ; Louis 2009). L’animal se caractérise par un corps assez massif, musculeux et bien proportionné. Le dimorphisme sexuel est très prononcé. La taille varie entre 0,9 et 1,3 m pour un poids de 30 à 70 kg. Le pelage est généralement fauve semé de rosettes noires. La coloration de base est claire dans les régions semi-désertiques, foncée en forêt équatoriale humide. La forme mélanique (panthère noire), n’a jamais été mentionnée au Maghreb. Cet animal territorialisé et solitaire, sauf en période d’accouplement, se reproduit toute l’année, les mâles sont attirés par les phéromones contenus dans l’urine des femelles en œstrus. La gestation dure trois mois. Les portées pouvant aller jusqu’à six petits subissent une grande mortalité, puisqu’un à deux petits seulement survivent. La maturité sexuelle est atteinte entre deux et trois ans. La durée de vie est d’environ 12 ans mais des individus de plus de 20 ans ont été observés en captivité. C’est un animal ubiquiste s’adaptant facilement à différents biotopes. Son alimentation, très éclectique, comporte des proies petites (lièvres, rongeurs, oiseaux) et grandes (antilopes*, sangliers*, magots). C’est un prédateur opportuniste qui chasse au sol à l’affût, mais peut surprendre sa proie en sautant d’un arbre. Sa méthode diffère de celle du guépard spécialisé dans la poursuite en milieux dégagés. Le développement de ses muscles pectoraux lui permet de soulever des proies plus lourdes que lui qu’il conserve et consomme sur des branches.

4Des ossements de panthères (fig. 1) ont été mentionnés dans plusieurs sites préhistoriques et protohistoriques maghrébins. Aucune trace de boucherie n’a été relevée sur ces restes. Ce qui permet d’avancer que leur présence n’est pas liée à la chasse par l’Homme mais semble indiquer que ces grottes ont été occupées en alternance par les Carnivores (dont la panthère) et les Hommes préhistoriques. Toutefois, la présence d’ossements intentionnellement fragmentés peut suggérer une récupération des restes de panthère par les préhistoriques probablement pour la fabrication d’outils (Merzoug 2005). Ci-dessous la liste des sites maghrébins, rattachés aux 20 derniers millénaires ayant livré des restes de la panthère.

5Au Maroc : Khneg Knadsa (Jodin 1956) ; Mugharet el-Khail et Mugharet es-Saifiya (Gilman 1975) ; Aïn Aghbal (Collina-Girard et al. 1997) ; Kaf taht el-Ghar, Ghar Khal et Kehf el-Baroud (Ouchaou et al. 2003) ; Ezzerka (Ouahbi et al. 2003) ; Ifri el-Baroud et Ifri n’Ammar (Mouhsine 2003) ; El-Harhoura II (Campmas et al. 2008) et Kehf el-Hammar (Ouchaou et al. 2013).

6En Algérie : Grotte des Hyènes (Debruge 1925), Grotte du Polygone (Doumergue 1927), Djebel Marhsel (Logeart et Vaufrey 1947), Grand Rocher (Souville 1953), Kef el-Ahmar (Vaufrey 1955), Tamar Hat (Merzoug 2005).

7En Tunisie : Bir Khanfous (Gobert 1914).

8Les félins constituent un thème assez fréquent dans les gravures rupestres du Maghreb. Dans la plupart des cas, l’identification se limite à les désigner comme « Félidés » ou « félins ». Toutefois, dans plusieurs cas marocains, tel que le bassin de Ghilen (Greisson 1975) et le Haut-Atlas, particulièrement l’Oukaimeden* et le Yagour* (Rodrigue 2006) les félins gravés (fig. 2) seraient essentiellement des panthères.

9L’attitude hostile perceptible dans les gravures où ce félin est associé à l’Homme est bien explicite dans une gravure, sans doute de l’âge du Bronze, du Yagour où sont associés Homme, fauve et arme :

« L’homme que la gravure peut indifféremment montrer couché sous le fauve ou debout devant lui, le bloc inamovible sur lequel est porté le dessin étant horizontal, est accompagné de son chien et d’un objet énigmatique. La main droite porte un coup au flanc de l’animal tandis qu’un poignard est déjà planté dans le ventre » (Rodrigue 2006).

10Dans les monts du Constantinois (Algérie orientale) une gravure relevée par G. Lefebvre (G. et L. Lefebvre 1967) dans le Kef Tassenga (station 4) présente une panthère suivant de près une vache et son jeune veau (fig. 3). La panthère, maigre, au cou tendu, à la longue queue enroulée se tient derrière ce couple qui ne la voit pas et flaire l’arrière-train de la vache. C’est probablement une femelle, ayant mis bas tant elle est maigre (courbe soulignant cet état). L’analyse sémiologique faite par C. Roubet montre que cette œuvre gravée se rattache sans aucun doute à la période pastorale, s.l. (Amara et Roubet 2014). La mise en scène vivante et inquiétante ne fait que suggérer la crainte ressentie par le pasteur témoin de la situation.

11Une autre gravure atlasique connue des monts des Ksour du sud-oranais (Vaufrey 1939) près d’Aïn Sfissifa, s’est longtemps passée de récit tant elle est explicite. L’œuvre présente une éléphante protégeant son petit tourné vers elle et que sa trompe enveloppe complètement, au moment où elle affronte sans crainte et avec détermination une puissante panthère agressive (fig. 4). Ni la haute taille de l’éléphante, ni le long développement de sa trompe protectrice n’intimident la panthère qui bande tous ses muscles du poitrail et de sa patte avant droite, pour bondir. Venant derrière elle, « on aperçoit à gauche et plus haut, l’extrémité de la trompe d’un autre éléphant participant à la même scène et tenant un objet symbolique coudé » souligne R.Vaufrey (Pl. XL1). Si, par la précision et le réalisme de son rendu graphique cette œuvre emblématique est la plus connue de l’Atlas saharien, d'autres du Kef Mektouba de Ksar el-Ahmar, s’inspirant du même thème (Vaufrey PL. XXXI, fig. 1 et 2) témoignent d’une constante présence en montagne de ce félin tant redouté des pasteurs. Ces représentations furent vraisemblablement gravées durant une phase ancienne de l’époque pastorale, incluse dans l’étage stylistiquement naturaliste.

Fig. 1. Quelques restes osseux de la panthère des sites préhistoriques maghrébins. La barre de l’échelle représente 1 cm. (1) et (2) quatrième prémolaire et première molaire inférieures (Néolithique d'El Harhoura 2) ; (3) métacarpien II (Ibéromaurusien de Tamar Hat) ; (4) métatarsien IV (Néolithique de Kaf-taht-el-Ghar) ; (5) calcanéum (Ibéromaurusien de Kehf el Hammar) ; (6) troisième phalange (Néolithique de Kaf-taht-el-Ghar).

(Clichés B. Ouchaou et S. Merzoug)

Fig. 2. Panthères dans les gravures du Maroc. (1) Grand Ghilen (cliché B. Ouchaou) ; (2) Yagour (relevé A. Rodrigue).

Fig. 3. Panthère suivant une vache et son veau, Kef Tassenga, station 4 (relevé G. Lefebvre 1967).

Fig. 4. Panthère affrontant une éléphante, station de l’Aïn Sfissifa (d’après Vaufrey 1939, Pl. XLI, Cl. Cahiers d’Art, Archives de l’Institut de Paléontologie Humaine).

Haut de page

Bibliographie

Amara I. & Roubet C., (2014) – « Le Tell Constantinois, cadre des représentations pariétales du pastoralisme durant l’Holocène (Algérie orientale) ». Actes du 4ème Colloque « L’Aurès dans son environnement régional, de la Préhistoire au Moyen Age » (Paris, Institut de France, 15-16 septembre 2011), AOURAS, no 8, p. 44-83.

Aulagnier S., Haffner P., Mitchell-Jones T., Moutou F., 2008 – Guide des mammifères d'Europe, d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Delachaux et Niestlé, Lausanne, 271 p.

Bailey T. N. 1993 – The African leopard : A study of the ecology and behaviour of a solitary felid. Columbia University Press, New York, 429 p.

Bysby G. B. J., Gottelli D., Wacher T., Marker L., Belbachir F., De Smet K., Belbachir-Bazi A., Fellous A., Belghoul M. & Durant S. M., 2009 – « Genetic analysis of scat reveals leopard Panthera pardus and cheetah Acinonyx jubatus in southern Algeria ». Fauna & Flora International, no 43 (3), p. 412-415

Campmas A., Michel P., Amani F., Cochard D., Costamagno S., Nespoulet R. & El Hajraoui M.-A., 2008 – « Comportement de subsistance à l’Atérien et au Néolithique au Maroc atlantique : premiers résultats de l’étude taphonomique et archéozoologique des faunes d’El Harhoura 2 (région de Témara, Maroc) ». Actes de la Quatrième Rencontre des Quaternaristes Marocains, Oujda, p. 236-254.

Camps-Fabrer H., 1999 – « Guépard ». Encyclopédie berbère, Édisud, Aix-en-Provence, no 21, p. 3231-3234

Chaker S, 2015 – « Panthère : note linguistique », ce volume.

Collina-Girard J., Cremades M. & Lavaure N., 1997 – « Analyse microscopique d’une pendeloque ibéromaurusienne gravée (abri Aïn Aghbal, Maroc oriental) ». Antiquités africaines, no 33, p. 9-18.

Debruge A., 1925 – « La grotte des Hyènes du Djebel Rocknia ». Recueil des Notices et Mémoires de la Société d'Archéologie de Constantine, no 56, p. 199-263.

Doumergue F., 1927 – « La grotte du Polygone (Oran) ». Bulletin de la Société de Géographie et d'Archéologie d'Oran, no 47, p. 205-254.

Gilman A., 1975 – The Later prehistoric of Tangier, Morocco. American School of Prehistoric Research, Harvard, Peabody Museum Bulletin, no 29, 181 p.

Gobert E., 1914 – « Introduction à la Paléthnographie tunisienne ». Cahiers d'Archéologie tunisienne, nouvelle série, no 2, p. 125-172.

Greisson D., 1975 – « Sites préhistoriques et gravures rupestres des Aït Bou Ichaouen (Maroc oriental) ». Bulletin d'Archéologie Marocaine, no 9, p. 103-144.

Jodin A., 1956 – « La grotte néolithique de « Khneg Kenadsa » à Tendrara (Maroc oriental) ». Bulletin d'Archéologie Marocaine, no 3, p. 249-313.

Lefebvre G. & Lefebvre L., 1967 – « Khanguet el-Hadjar », in Corpus des gravures et des peintures rupestres de la Région de Constantine. CRAPE, Paris, Masson, Mémoire VII, p. 13-99.

Logeart F. & Vaufrey R., 1947 – « Les gisements capsiens supérieurs et néolithiques d’Ain Mlila ». Bulletin de la Société de Géographie et d'Archéologie d'Oran no 68, p. 79-97.

Louis M., 2009 – « Les Carnivores d’Afrique francophone ». Manuel de gestion des aires protégées d’Afrique francophone, P. Tripet ed., (http://hal.archives-ouvertesfr/hal-00669157), p. 974-1071.

Merzoug S., 2005 – « Comportements de subsistance des ibéromaurusiens d’après l’analyse archéozoologique des Mammifères des sites de Tamar Hat, Taza 1 et Columnata (Algérie) ». Thèse de Doctorat, Muséum National d’Histoire Naturelle, Institut de Paléontologie Humaine, Paris, 414 p.

Miththapala S., Seidenticker J. & O’brien S. J., 1996 – « Phylogeographic subspecies recognition in leopards (Panthera pardus). Molecular genetic variation ». Conservation Biology, no 10 (4), p. 1115-1132.

Mouhsine T., 2003 – « Contribution à la connaissance de la faune du Pléistocéne supérieur du Rif oriental : la grotte Ifri N’Ammar. Paléontologie, Archéozoologie, Paléoécologie, Biochronologie et Biogéographie ». Thèse de 3e Cycle de l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine, Rabat, 305 p.

Myers N., 1976 – The Leopard Panthera pardus in Africa. International Union for Conservation of Nature and Natural Resource, Morges (Suisse), Monographie no 5, 79 p.

Ouahbi Y., Aberkan M. & Serre F., 2003 – « Recent Quaternary fossil mammals of Chrafate and Ez Zarka. The origin of modern fauna in the Northern Rif (NW Morocco, Northern Africa) ». Geologica Acta, no 3 (1), p. 277-288.

Ouchaou B., Amani F. & El Maâtaoui M., 2003 – « Liste des espèces de grands mammifères des gisements archéologiques holocènes du Nord du Maroc ». Notes et Mémoires du Service géologique du Maroc, no 452, p. 353-356.

Ouchaou B., Bouzouggar A. & Iken S., 2013 – « Les grands mammifères de Kehf el Hammar (oued Laou, Nord du Maroc), fouilles 2001-2003 ». Recueil des résumés de la 7ème Recontre des Quaternaristes Moracains, Agadir, p. 30-31.

Panouse J.-B., 1957 – Les Mammifères du Maroc, Primates, Carnivores, Pinnipèdes, Artiodactyles. Travaux de l'Institut Scientifique Chérifien, Rabat, série zoologie, no 5, 206 p.

Purroy F., 2010 – El leopardo del Atlas : Salsero y otras andanzas. EDILESA (Ediciones Leonessas), León, 256 p.

Rodrigue A., 2006 – « L’Homme et les fauves dans le Haut Atlas marocain ». Anthropozoologica, no 41 (2), p. 29-35.

Souville G., 1953 – « Les grottes à ossements et industries préhistoriques de l’Ouest d’Alger ». Libyca, no 1, p. 17-53.

Uphyrkina O., Johnson W. E., Quigley H., Miquelle D., Marker L., Bush M. & O’brien S. J., 2001 – « Phylogenetics, genome diversity and origin of modern leopard, Panthera pardus ». Molecular Ecology, no 10, p. 2617-2633.

Vaufrey R., 1939 – L'Art rupestre nord-africain. Archives de l’Institut de Paléontologie Humaine, Masson, Paris, no 20, 128 p.

Vaufrey R., 1955 – Préhistoire de l'Afrique, tome 1 : Maghreb. Masson, Paris, 458 p.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Quelques restes osseux de la panthère des sites préhistoriques maghrébins. La barre de l’échelle représente 1 cm. (1) et (2) quatrième prémolaire et première molaire inférieures (Néolithique d'El Harhoura 2) ; (3) métacarpien II (Ibéromaurusien de Tamar Hat) ; (4) métatarsien IV (Néolithique de Kaf-taht-el-Ghar) ; (5) calcanéum (Ibéromaurusien de Kehf el Hammar) ; (6) troisième phalange (Néolithique de Kaf-taht-el-Ghar).
Crédits (Clichés B. Ouchaou et S. Merzoug)
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3393/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Fig. 2. Panthères dans les gravures du Maroc. (1) Grand Ghilen (cliché B. Ouchaou) ; (2) Yagour (relevé A. Rodrigue).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3393/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Fig. 3. Panthère suivant une vache et son veau, Kef Tassenga, station 4 (relevé G. Lefebvre 1967).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3393/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Fig. 4. Panthère affrontant une éléphante, station de l’Aïn Sfissifa (d’après Vaufrey 1939, Pl. XLI, Cl. Cahiers d’Art, Archives de l’Institut de Paléontologie Humaine).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3393/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brahim Ouchaou, Souhila Merzoug et Colette Roubet, « Panthère (Léopard) : Paléontologie »Encyclopédie berbère, 37 | 2015, 6092-6097.

Référence électronique

Brahim Ouchaou, Souhila Merzoug et Colette Roubet, « Panthère (Léopard) : Paléontologie »Encyclopédie berbère [En ligne], 37 | 2015, document P10, mis en ligne le 25 janvier 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3393 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3393

Haut de page

Auteurs

Brahim Ouchaou

Articles du même auteur

Souhila Merzoug

Articles du même auteur

Colette Roubet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search