Navigation – Plan du site

AccueilVolumes37Panthère : Antiquité

P11

Panthère : Antiquité

Jean-Pierre Laporte
p. 6097-6102

Entrées d’index

Mots clés :

antiquité, chasse, zoologie
Haut de page

Texte intégral

1La panthère (ou léopard) est bien attestée pour les périodes historiques anciennes. Sur les peintures égyptiennes, les chefs libyens sont classiquement vêtus de peaux de panthère. Les auteurs grecs et romains citent des panthères à plusieurs reprises, sans que nous connaissions toujours leur origine géographique. Oppien (II, 571) fait bien la différence entre le tigre et la panthère, c’est-à-dire les rayures qui ornent le premier de la tête à la queue et les ocelles de la seconde ; il range la panthère parmi les animaux « sans force et sans courage », ce que les autres sources, semblent contredire. Pour sa part, Pline (Hist. Nat., XI, 111) écrit que dans toute l'espèce animale, c’est seulement chez les panthères (et les ours) que la femelle est plus courageuse que le mâle. Il précise ailleurs que ce dernier est identifié sous le nom de « bigarré » ou de pard, nom qu'il partage avec le tigre mâle (ibid., VIII, 23).

2Jadis très communes en Afrique et en Asie, les panthères sont souvent représentées sur les images antiques, dans lesquelles on ne reconnaît en revanche jamais le guépard (Gilbert 2013, p. 67, 68). L’habileté des jeunes chasseurs maures à débusquer les fauves de leur tanière était déjà bien connue lors de la seconde guerre punique (Silius Italicus, XVI, v. 534).

« La chasse aux fauves faisait partie intégrante de l’emploi du temps des jeunes Numides, y compris des notables, comme Salluste l’indique expressément en évoquant la jeunesse de Jugurtha : « Suivant l’antique usage de ce peuple, il pratiquait l’équitation, le lancer du javelot.... En outre, il passait la plupart de son temps à la chasse, il était le premier ou des premiers à frapper le lion ou les autres bêtes sauvages » (Salluste, Guerre de Jugurtha, VI, édition J. Hellegouarch, 1996, p. 135).

3Dès la fin de la République, les panthères se raréfièrent dans les provinces grecques (Plutarque, Cicéron, XXXVI, 5), ce qui dut accentuer le recours aux panthères africaines.

4Un certain nombre de ces animaux sont figurés sur des mosaïques d’Afrique, ainsi à Hippone, Carthage, Oudna, Bulla regia, Jijel, Djemila, etc. Il faut cependant rester prudent, et examiner chaque cas séparément dans la mesure où certaines étaient représentées comme de simples motifs religieux ou décoratifs, par exemple dans le cas de processions dionysiaques ou de part et d’autre d’un canthare.

5On chassait la panthère soit pour débarrasser les campagnards d’un animal dangereux pour eux-mêmes et leurs troupeaux, soit pour le sport, l’un n’excluant pas l’autre. Une mosaïque d’Oudna, qui montre divers aspects de la vie rurale et pastorale, présente trois chasseurs à cheval, armés de javelots, caracolant autour d’une panthère blessée d’un trait au flanc gauche. En haut à gauche, l’un d’eux, armé d’une lance, s’apprête à frapper (Précheur-Canonge 1960, pl. I). Chasser la panthère pouvait même être considéré comme un entraînement à la guerre. Aristide (Platon, de Leg., VII, 823, f, 824 ; Aymard 1951, p. 470), considérait la cynégétique comme une des parties de la science militaire.

6L’animal valait bien entendu plus cher vivant que mort. Il fallait le capturer, ce qui n’était pas une mince affaire.

7Les méthodes étaient le plus souvent connues dans l’ensemble du bassin méditerranéen. Les animaux pouvaient être capturés avec des pièges (Aymard 1951, p. 452-453). À différentes époques, des textes plus ou moins circonstanciés mentionnent la capture du félin (tout comme celle du lion) dans une fosse-piège soigneusement dissimulée (Xénophon, Cyn., XI ; Phèdre, Fab., III, 2, Pollux, Onomast., V, 82, cf. Aymard 1951, p. 46). Pline (Hist. Nat., VIII, 21, 59) rapporte d’après Démétrius le Naturaliste l’histoire d’une panthère dont les petits étaient tombés dans une fosse. Pour Oppien (Cynégétique, IV, 215), les seules différences avec la chasse au lion portent sur l’étendue moindre du trou et sur la nature de l’appât, non plus agneau ou chevreau, mais jeune chien auquel on liait les parties génitales pour le faire hurler ; la partie centrale de la fosse n’était plus une colonne de terre, mais un poteau de bois. Élien (H.A., XIII, 10) rapporte une technique de capture particulière à la Maurétanie. Les Maures édifiaient à cet effet une construction en pierre, en forme de cage dont l’entrée était constituée par une sorte de claie ou de natte. Attaché à un longue corde, un appât plus ou moins putréfié attirait le félin à l’intérieur ; celui-ci poussait la porte qui se refermait dès qu’il saisissait la viande (Aymard 1951, p. 451).

8La méthode apparemment la plus efficace, mais nécessitant de gros moyens et une organisation rigoureuse, était la battue et la capture au filet. Une mosaïque d’Hippone (Algérie antique, 2003, p. 184. Précheur-Canonge, 1960, p. 90) montre des fauves, lions, lionnes et panthères, mais aussi deux autruches, repoussés dans un filet où les avaient attirés des animaux domestiques attachés dans un enclos et protégés par les boucliers des veneurs ; des porteurs de torches effrayaient les fauves. Un système compliqué de pièges succédait aux filets. Une cage sur une charrette prenait livraison des futurs captifs, qui ne se laissaient pas faire puisqu’une panthère dévore l’un des assaillants. La tente montée et le marmiton de service semblent montrer qu’il s’agissait d’une expédition de capture.

9Pour Oppien (Cynégétique, IV, 320-353 ; Aymard 1951, p. 463-464), en « Libye », c’est-à-dire en Afrique du Nord, on employait aussi un curieux procédé : enivrer l’animal. Pour cela, les chasseurs choisissaient un point d’eau de peu d’étendue au milieu d’une vaste région désertique et y disposaient des vasques de vin. Il ne restait plus qu’à lier l’animal endormi.

10Les animaux capturés pouvaient être relâchés dans des parcs entourés de murs, tels que les décrivent Columelle (De re rustica, IX, 1) et Varron (De re rustica, III, 12). Des notables pouvaient venir y chasser des lions, des ours et des panthères (Aymard 1951, p. 495).

11Les chasses dans l’amphithéâtre étaient sans doute les plus consommatrices de panthères, et d’abord en Afrique. La mosaïque de Smirat (second quart du IIIe siècle après J.-C. ; Beschaouch 1966) célèbre l’une de ces venationes certainement menée dans la région. L’une des inscriptions précise le prix normal, denarios quingentis pro leopardo, 500 deniers par panthère soit un coût total de 2 000 deniers pour quatre animaux voués à la mort (l’évergète ayant finalement dû verser le double sous la pression de la foule).

12D’autres animaux étaient exportés pour servir dans les spectacles de l’amphithéâtre à Rome, passion ancienne du peuple-roi.

13Les panthères faisaient partie des bêtes féroces africaines, les « Africanae* » (Camps, EB, II, 1985, p. 217-221) recherchées notamment pour les venationes, les chasses dans l’amphithéâtre. Dès 186 avant J.-C, Fulvius Nobilior, pour fêter sa victoire sur les Étoliens, organisa pour le peuple de Rome une grande venatio de lions et de panthères (dont l’origine, africaine ou asiatique, n’est pas connue) (Aymard 1951, p. 74).

14Certes, un sénatus-consulte édicté en 83 avant J.-C. interdit l’importation de panthères en Italie, mais le tribun du peuple Cn. Aufidius le fit casser. Scaurus fut le premier à en offrir 150 durant les jeux célébrant son édilité, puis Pompée surenchérit avec 410 spécimens, et Auguste avec 420 en une seule venatio.

15En 39 après J.-C., Caligula fit égorger 500 ours et autant de lions et de panthères en deux jours seulement de jeux donnés en l’honneur de sa soeur Drusilla. Des panthères figuraient également parmi les 700 animaux tués dans les grandioses spectacles organisés à Rome à l’occasion du retour de Septime Sévère, de la dixième année de son règne et de ses victoires (Dion Cassius, LXXVI, 1). On distinguait à l'époque les léopards de Libye et ceux d'Asie ; ils sont en tout cas présentés séparément durant les jeux de Probus en 281.

16Certes, les philosophes condamnaient la chasse d’amphithéâtre comme une fausse gloire (Aymard 1951, p. 495), mais le public était enthousiaste. Les chasseurs de l'amphithéâtre étaient en général vainqueurs, mais le combat comportait de vrais risques, comme le montre la figuration d’un chasseur déchiqueté par une panthère sur une mosaïque d’El-Jem de la fin du IIe siècle après J.-C.

17Dans l'échelle des valeurs, combattre les bêtes féroces, dentatae, venait en tête bien sûr le lion, les panthères loin derrière, bien avant toutefois les herbivores comme le cerf qu’il n’était guère honorable de combattre. Même l’empereur pouvait, par exception, chasser la panthère ; des monnaies de Commode figurent une panthère frappée d’un javelot fiché dans sa poitrine (Aymard 1951, p. 545). Le lion était le fauve royal par excellence, mais pouvait provenir de différentes parties de l’Empire, alors que la panthère ne pouvait guère venir que d’Afrique, les autres régions où elles vivaient étant extérieures à l’Empire et trop éloignées.

18La demande pour l’approvisionnement des jeux romains était insatiable : une mosaïque de la villa Borghèse illustre un massacre de panthères au IVe siècle (Gilbert 2013, p. 112).

19Les panthères pouvaient également être utilisées pour l’exécution des condamnes. Sur une mosaïque d’El-Djem, une panthère saute au visage d’un condamné enchaîné que l’on pousse devant elle, (Gilbert 2013, p. 120). Sur une terre cuite du Louvre, une panthère a bondi et a saisi par la gorge un homme à moitié nu attaché sur un taureau (Gilbert 2013, p. 121).

20Certaines panthères pouvaient être apprivoisées. Une mosaïque de Sousse montre une panthère portant un remarquable collier d’or muni de pierreries (Laporte et Lavagne 2008). Il s’agissait sans doute d’une panthère apprivoisée. En 247-248, lors des Jeux qui marquèrent les mille ans de la Ville, Philippe l’Arabe montra de nombreux animaux apprivoisés, dont 60 lions et 30 léopards. Ceci ne leur épargnait pas la mort dans l’amphithéâtre lorsque ces bêtes avaient cessé de plaire.

Fig. 1. La panthère de la maison de Sorothus (Sousse) et son collier précieux, au moment de sa redécouverte au Musée Napoléonien d’Antibes.

Cliché J.-P. Laporte.

Fig. 2. Une chasse à la panthère sur une mosaïque tardive découverte dans des thermes de Castellum Tingitanum (Chlef). Cavalier, cheval et bouclier sont conformes à la tradition libyque représentée un demi-millénaire plus tôt sur les steles de type Abizar*. Au Musée d'Alger. Cliché Atelier de conservation et de restauration du Musée Départemental de l’Arles Antique.

21Si nous ne connaissons pas le sort réservé à la viande de ces animaux, les peaux de panthères étaient recherchées et faisaient l’objet d’un commerce révélé par l’Édit du Maximum de Dioclétien : 1 250 deniers pour une peau bien tannée, 1 000 pour une peau non préparée (infecta).

Haut de page

Bibliographie

Auteurs antiques

Oppien, éd. Louis L’Allier, Arrien et Oppien d’Apamée, L’Art de la Chasse, Cynégétiques, coll. La Roue à livres, Paris, Belles Lettres, 2009 p. 121 (cf. aussi p. 114-115, 116-117, 125-126, d’autres mentions de la panthère).

Pollux, Onomasticon, éd. E. Bethe, Teubner, Berlin, 1967, p. 283.

Travaux contemporains

Algérie Antique, 2003 – Catalogue de l’exposition d’Arles, éd. Claude Sintès et Ymona Rebahi, 319 p.

Aymard J., 1951 – Essai sur les chasses romaines des origines à la fin du siècle des Antonins (Cynegetica), BEFAR.

Beschaouch A., 1966 – « La mosaïque de la chasse à l'amphithéâtre découverte à Smirat en Tunisie », CRAI, p. 134-157.

Camps G., 1985 – « Africanae », EB, II, p. 217-221.

Hanoune R., 2009 – « Chasses en Afrique romaine. Le cas de Bulla Regia, », Chasses antiques, J. Trinquier et C. Vendries (éds.), Presses Universitaires de Rennes, p. 63-72.

Gilbert F., 2013 – Gladiateurs, chasseurs et condamnés à mort, Éd. Archéologie vivante, 173 p., nombreuses illustrations.

Laporte J.-P. et Lavagne H., 2006 – « Sousse : La domus de Sorothus et ses mosaïques », CRAI, (2008), p. 1327-1392

Précheur-Canonge Th., 1960 – La vie rurale en Afrique romaine, Paris, PUF.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. La panthère de la maison de Sorothus (Sousse) et son collier précieux, au moment de sa redécouverte au Musée Napoléonien d’Antibes.
Crédits Cliché J.-P. Laporte.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3405/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Légende Fig. 2. Une chasse à la panthère sur une mosaïque tardive découverte dans des thermes de Castellum Tingitanum (Chlef). Cavalier, cheval et bouclier sont conformes à la tradition libyque représentée un demi-millénaire plus tôt sur les steles de type Abizar*. Au Musée d'Alger. Cliché Atelier de conservation et de restauration du Musée Départemental de l’Arles Antique.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3405/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Laporte, « Panthère : Antiquité »Encyclopédie berbère, 37 | 2015, 6097-6102.

Référence électronique

Jean-Pierre Laporte, « Panthère : Antiquité »Encyclopédie berbère [En ligne], 37 | 2015, document P11, mis en ligne le 25 janvier 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3405 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3405

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Laporte

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search