Navigation – Plan du site

AccueilVolumes37Panthère : Temps modernes

P12

Panthère : Temps modernes

Jean-Pierre Laporte, Saïd Doumane et Salem Chaker
p. 6102-6114

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Dans l'ensemble de l’Afrique du Nord, surtout dans les régions montagneuses et boisées, la faune sauvage était encore abondante jusqu’à la fin du XIXe siècle. La panthère y était commune, de même que le lynx, l’hyène, la genette... Même le lion y était présent, mais beaucoup moins abondant. En 1860, la chronique historique fait état de 61 panthères, de 50 hyènes et de 38 lions et lionceaux abattus sur tout le territoire de l’Algérie (Kitouni 2013).

2La panthère, qui se faisait rare dès le début du XVIIIe siècle, était pourtant redoutée comme en témoigne Thomas Shaw (p. 56) : « Le lion et la panthère tiennent le premier rang entre les bêtes féroces de ces contrées ». Il rapporte une tradition arabe selon laquelle leurs petits mourraient souvent d’infection lors de la poussée de leurs dents, « et c’est là la raison pour laquelle les lions et les panthères sont en moins grand nombre que les autres animaux sauvages ». Il poursuit de manière sans doute plus exacte :

« Quelle que soit la cause de cette diminution, soit qu’elle provienne en effet des obstacles qu’ils éprouvent de leur dentition, ou de ce que les Arabes sont plus répandus dans l'intérieur du pays qu’ils ne l’étaient anciennement, soit enfin que l’usage plus général des armes à feu ait donné aux habitants le moyen d’en détruire plus qu’on ne le faisait jadis, toujours est-il certain qu’on aurait maintenant beaucoup de peine à trouver la cinquième partie des bêtes féroces que l'on conduisait alors à Rome pour les donner en spectacle au peuple ».

3Plus que le piégeage, sinon sorti d’usage, du moins peu efficace, c’est en effet la diffusion des armes à feu modernes qui fut fatale à l’animal. Dès le milieu du XIXe siècle, l’administration française proposa des primes pour la destruction des fauves. Il s’agissait d’une chasse à l’affût avec des armes à feu moderne (avec balle conique en acier, et non plus en plomb) qui ne laissait aucune chance à l’animal, qui pouvait toutefois blesser très grièvement l’assaillant qui le croyait mort.

4Le plus « professionnel » des chasseurs de fauves français en Algérie fut sans doute Jules Gérard (1817-1864), à l’origine un militaire engagé dans la conquête, qui exerça son art de tueur de lions dans toute l’Algérie du nord, dès les années 1840. Il fut reconnu par les plus hautes autorités françaises et européennes (dont Napoléon III et l’empereur d’Autriche) qui lui offrirent présents et distinctions (fusils, armes de chasse). Vers 1845, il publia des récits de chasse dans la presse et des revues spécialisées, puis les réunit en 1855 dans un ouvrage maintes fois réédité (l’édition de 1856 fut illustrée de magnifiques gravures de Gustave Doré). Bien qu’il ne parle que de lions, ce livre donne une suite de récits forts intéressants, dont la dimension ethnographique n’est pas négligeable (coutumes et croyances « indigènes » autour des grands fauves). Il semble avoir inspiré, sur un mode drolatique, le Tartarin de Tarascon d’Alphonse Daudet (1872). Mais Gérard n’était pas le seul à parcourir les campagnes d’Algérie.

5À partir de 1844, c’est-à-dire à la même époque, Marguerite, l’un des premiers agents du bureau arabe de Teniet el-Had (Ouarsenis*), s’adonna lui aussi à la chasse aux lions et aux panthères notamment dans le djebel Ghirès (Marguerite 1869, p. 11). Dès cette époque, il n’y avait plus dans l’Ouarsenis qu’une douzaine de lions et de panthères, espèces en cours de disparition dès lors que la destruction était supérieure à la reproduction. La disparition précoce des lions amena l’attention des chasseurs sur les panthères.

6A partir de 1844 et jusqu’en 1859, au cours de plusieurs voyages en Algérie, un certain Charles-Laurent Bombonnel, né en 1816 à Spoy dans l’Aube, s’illustra en divers endroits du pays comme tueur de panthères et s'en vanta à juste titre, dans un livre Bombonnel, le tueur de panthères, paru en 1860 chez Hachette et qui connut un certain succès, au point d’être réédité a plusieurs reprises jusqu’en 1921. Il est cité avec estime par Alphonse Daudet dans son Tartarin de Tarascon (1872), héros fantasque et mythomane, dont il constitue l’antithèse efficace et discrète. Le littérateur le fait même rencontrer son prétendu héros au cours d’un voyage en diligence dans la région de Blida (chapitre « Où l'on voit un petit monsieur »). Tartarin, chasseur de lions, armé jusqu’aux dents, parle haut devant les dames de ses exploits imaginaires, rabaisse ceux de Bombonnel, simple chasseur de panthères, qu’il prétend connaître, en présence d’un petit monsieur discret, rabougri, a lunettes et parapluie. Lorsque ce dernier descend, en lui conseillant de rentrer chez lui, le cocher lui indique qu’il s’agissait de...Bombonnel lui-même. Une photographie d’époque montre ce dernier dans son costume de chasse qui l’a parfois fait prendre pour un soldat moscovite (sic).

Fig. 1. Bombonnel, chasseur de panthères.

Cliché Clavier, 8 rue Bab Azoun, Alger, vers 1858-1859. D.R.

7Dans son ouvrage, fort plaisant, bien que l’auteur se déclare peu instruit (« ayant usé de genoux de pantalons à la chasse que de fonds de culotte sur les bancs du collège que je n’ai jamais connus »), Bombonnel note que le félin – avec d’autres animaux sauvages : once, serval, hyène…– était très répandu dans les zones boisées, encore très étendue dans tout le nord de l’Algérie. Il est vrai qu’à cette époque la couverture forestière était importante dans toute la partie nord de l’Algérie, particulièrement en Kabylie et dans le constantinois, ce qui favorisait la reproduction d’une faune riche et variée. Certains animaux carnassiers causaient des dégâts considérables au cheptel des habitants :

« On parlait beaucoup de panthères qui ravageaient le territoire des tribus [...]. Le récit de leurs sanglants exploits était sur tous les journaux de la localité et dans toutes les bouches » (p. 41).

8Dépourvues de moyens efficaces pour lutter contre les méfaits de cet animal, de nombreuses tribus des alentours d’Alger (Baraki, Boumerdès, Bou Zegza, Beni Rached, Draâ el-Mizan...) firent appel à ce chasseur, déjà expérimenté et doté d’un fusil de chasse performant. Il en tua une dizaine entre 1853 et 1859 rien qu’aux portes d’Alger, ce qui lui fait dire que : « en Algérie, il y a des panthères partout » et qu’il suffisait de « s’armer d’une volonté inébranlable, d’une patience à toute épreuve et d’un bon fusil » (Bombonnel, p. 79).

9De courage aussi, comme le montre un passage de son récit où on le voit, simplement caché par quelques branches feuillées, attirer avec une chèvre attachée à un piquet, tirer un premier coup sur une panthère, qui le charge et ne s’écroule qu’au second tir. C’était une femelle de 2,85 m. Bombonnel précise que la grande panthère pèse de 200 à 400 livres (100 à 200 kg), et que la plus grande qu’il ait vue mesurait 3,20 m de la tête à l’extrémité de la queue (queue « qui mesure toujours le tiers de la longueur totale de la bête »). C’était donc un animal impressionnant.

10En 1844, Daumas et Fabar (La Grande Kabylie. Etudes historiques, ed. Hachette, 1847, c. XII, 1 : Les Zouaouas) décrivent une méthode moins risquée :

« Le lion est très rare dans le pays, à cause de la grande population : la panthère y est plus répandue. On la détruit souvent au moyen d’une espèce de machine infernale, composée de plusieurs fusils dont les canons entrecroisés abritent un morceau de viande correspondant à leurs batteries par des fils propres à en déterminer le jeu. L’animal, se plaçant en face pour tirer sa proie, produit lui-même l’explosion qui le tue ».

11Des sportsmen anglais vinrent à la rescousse dans un tout autre esprit, mais donnèrent en 1904 de précieux renseignements sur les pratiques habituelles en Algérie, entre le Tell et le grand désert. La récompense était toujours de 40 francs-or. En 10 ans, 1 100 panthères avaient été abattues, et il en restait encore. Dès que l’on signalait une panthère, le maire de la commune organisait une battue. Une quinzaine de chasseurs européens et une centaine de rabatteurs arabes encerclaient la zone et finissaient par acculer la bête, aussitôt fusillée, ce qui n’était pas sans danger. La panthère, qui d’habitude n’attaquait pas l’homme, le faisait dès qu’elle était blessée, en étant dangereuse même pour les cavaliers qu’elle pouvait poursuivre pendant des kilomètres, jusqu’à ce qu’un dernier tir ne l’achève. La panthère était également chassée en embuscade. Selon le même sportsman anonyme :

« un trou, muni d’un plan incliné à la partie inférieure était creusé à un angle de 45°, juste assez large pour cacher un homme. Puis vous vous y introduisez, et êtes couvert de branchages et de terre meuble, à l’exception d’une meurtrière à travers laquelle vous pouvez voir. Elle doit être assez large pour vous permettre d’y introduire aussi le canon de votre fusil. En face de ce trou, on attache un agneau, un chevreau, ou tout autre petit animal, vivant et lié ou fraichement tué. La panthère affamée vient se jeter sur sa proie, et vous n’avez plus qu’à viser. Les Arabes tuent aussi les lions et les panthères au moyen de fosses, munies d’un appât qui prend la forme d’une chèvre ou d’un mouton ».

12« Ce n’est pas du sport », écrit le même commentateur un peu dédaigneux (sans que l’on saisisse bien la sportivité de sa propre méthode), « mais il sert leur but, et délivre leurs troupeaux de la gueule mortelle de ces Rois de la Forêt. »

Fig. 2. “Panther hunting in Algeria”.

Cliché anonyme, Illustrated sporting and dramatic news, 10 sept. 1904, p. 68.

13À force de battues, de piégeage ou de chasse « sportive », l’animal se fit très rare. En Algérie du nord, l’animal vint à disparaître. Plusieurs localités se disputent l’honneur d’avoir été le lieu où la dernière panthère a été tuée. D’après l’Encyclopédie Larousse en ligne, la dernière aurait été tuée vers 1960 à la frontière tunisienne, près d’El Kala (La Calle).

14Aujourd’hui, il en reste quelques-unes au Maroc dans les forêts du versant nord du Haut-Atlas que la route traverse pour gagner Imilchil. Elles sont naturellement protégées.

15Au Sahara, dès le début du XIXe siècle, la panthère était peu fréquente. Cependant, après analyse par un laboratoire de Londres des fèces découvertes dans le parc de l’Ahaggar par une mission de l’Office du Parc National, les excréments que l’on supposait d’un guépard, ont révélé l’ADN d’une panthère (Malika Hachid, journal El Watan du 6/12/2006). La panthère est donc très rare, et très discrète, mais elle existe.

16Selon un témoignage transmis par J.-L. Bernezat, un nomade chamelier qui recherchait il y a quelques années ses chameaux dans l’oued Ti-n-Ginan (Tassili de l’Immidir), en aval du sillon intra-tassilien, remarqua tout à coup sous un acacia (tamat) un animal de forte taille qui ne se sauvait pas. S’en approchant, il lui demanda tout de go : – Ma tekânned direɣ ? – « Que fais-tu ici ? ». À ce moment, l’animal se leva et prit le large. Ce nomade, qui connaissait parfaitement le guépard, expliqua que la bête à laquelle il s’était adressé n’en était pas un, mais un animal qui lui ressemblait et qu’il voyait pour la première fois en Immidir. Il s’agissait peut-être d’une panthère.

À la poursuite de la dernière panthère kabyle

17Jusqu’au début du XXe siècle, la présence de la panthère est signalée dans toutes les forêts de Kabylie. La chronique historique rapporte de nombreux faits relatifs à cet animal qui semble y avoir trouvé un milieu favorable à son épanouissement. Ainsi, la presse tizi-ouzienne de l’époque (cf. De Crescenzo, Chroniques tizi-ouziennes) relate à plusieurs reprises et en plusieurs endroits la présence de la panthère. Quelques exemples : En 1887, un chasseur (M. Siméoni) abattit deux spécimens dans le Haut Sébaou ; dans la même année, à Yakouren, trois bergers tuèrent un autre individu qui s’était attaqué à leur troupeau de moutons. Dans la même région, près d’Azazga, deux panthères furent tuées en 1906, empoisonnées par un garde forestier (M. Barau) à l’aide de strychnine introduit dans le cadavre d’un chien. Dans la forêt de Mizrana, près de Tigzirt, la bête fut signalée par les chasseurs en 1897 et en 1918 par des bergers dont un bœuf avait été attaqué.

18En Kabylie, les panthères représentaient encore au début du XXe siècle un danger sensible pour les troupeaux, et même pour les humains (cf. Documents annexes, no 1). Elles étaient chassées assez systématiquement : des photographies de cette époque montrent des notables, kabyles et français, rassemblés autour d’une panthère abattue, ce qui montre à la fois l'importance et la rareté de l’événement. Des témoignages précis ont été donnés par M. Bugéja (1939, p. 13 ; cf. Documents annexe, no 2) pour les Beni Foughal, aux abords du cap Aokas, dans la forêt d’Acherit (aujourd’hui défrichée, entre le cap Aokas et le Souk el-Tnine, non loin de l’embouchure de l’oued Agrioun). Les panthères étaient tellement nombreuses que le gros gibier, et notamment les sangliers, se faisait rare. La récompense était de 40 francs pour l’abattage d’une panthère, le chasseur pouvant garder l’animal mort, et notamment sa peau. Au témoignage du même auteur (p. 13-14), la peau était recherchée pour la chasse aux perdrix, dite « au lisar » (cf. Document annexe, no 2b).

  • 1 Vers 1970, S. Chaker eut l’occasion de voir deux panthères naturalisées exposées dans la galerie du (...)

19La fin de la panthère en Kabylie est très débattue – la question est même devenue un enjeu politico-idéologique ! S’il est toujours difficile de dire quelle fut la « dernière » panthère tuée, il existe un certain nombre de témoignages1 précis sur ces animaux.

20Selon certains témoignages, la dernière panthère y aurait été tuée en 1957 près de la cascade de Kefrida (au sud-est de Bgayet/Bejaia). Mais si l’on s’en tient aux faits bien documentés, les deux dernières panthères de Kabylie semblent avoir été abattues par arme à feu en 1924 et 1927 dans le massif forestier de Sidi Ali u Bunab, situé au sud de la basse vallée du Sébaou et surplombant les villages coloniaux de Haussonvillers et de Camp du Maréchal (créés en 1873 et 1879) – aujourd’hui respectivement Naciria (et Laεzib n Zaεmum en kabyle) et Tadmaït – relevant de l’ancienne tribu des Iflissen u Mellil. Considérés comme des trophées, les corps empaillés de ces bêtes ont été conservés dans les mairies des deux localités ; celle de Camp du Maréchal/Tadmaït jusqu’en septembre 2005, date à laquelle elle est offerte au chef de l’Etat algérien (A. Bouteflika) lors d’une visite dans la région (décision prise, semble-t-il, par le chef de Daïra et le secrétaire général de l’Assemblée Populaire Communale), et entreposée depuis au Musée de l’Armée à Alger, et celle de Haussonvillers/Naciria encore visible au siège de la mairie de la dite localité. Le souvenir de ces panthères est encore très vivace chez les habitants de la région, notamment chez les personnes âgées.

21On rapporte que le tueur de la panthère de Tadmait, Muḥ n Saεid u Aεmer – Abid Hammou à l’état civil colonial (né le 05/07/1895 et décédé le 26/03/1931) – a rencontré l’animal au lieu dit Ibrunen, entre les villages forestiers Lâazib Igherbien et Iheddaden. Il n’était pas détenteur d’un permis de port d’arme, mais pour avoir ramené et offert la dépouille de l’animal à l’autorité communale, une dérogation lui fut accordée en guise de reconnaissance. Un journal de l’époque paraissant à Tizi-Ouzou, Le Petit Kabyle, en publia la photo et donna quelques caractéristiques : tuée le 17 mai 1924, poids : 65 kilos, taille : 2,40 m. de long, crocs et griffes énormes... (Chroniques tizi-ouziennes, t. 2, 2011).

22Celle de Naciria a été abattue en 1927 selon des témoignages recueillis auprès des anciens du village. Elle aurait attaqué un berger qui, cherchant à protéger son troupeau, reçut un coup de griffe ; il alerta alors le maire (M. Charles Laurentz) qui organisa une battue avec un petit groupe de chasseurs de sa localité. L’animal tué (par le facteur d’Haussonvillers, précisent les témoignages) fut empaillé au centre cynégétique d’Alger et retourné au village où il a été exposé au siège de la municipalité jusqu’à nos jours. Cette panthère, une femelle, présente les mêmes caractéristiques que celle de Tadmaït (un mâle) : robe jaunâtre mouchetée de taches noires, longueur de 2,80 m du museau au bout de la queue (la queue mesurant à elle seule 84 cm), hauteur de 62 cm à l’avant, de 58 cm à l’arrière, 11,5 cm d’envergure pour les griffes de la patte avant, 10,5 cm pour celles de la patte arrière ; on pourrait estimer son poids à environ 50 kg.

Fig. 3. La panthère de Tadmaït (actuellement au musée de l’Armée à Ager).

Cliché anonyme.

Fig. 4a et 4b. La panthère de Naciria (ex-Haussonvillers).

Clichés S. Doumane et H. Amiar (2013).

23Il convient remarquer que ces bêtes étaient devenues des véritables mascottes aux yeux des habitants de Tadmaït et de Naciria. Ainsi, la cession de la dépouille de la panthère de Tadmaït au chef de l’État algérien en 2005 a été mal perçue par la population locale. Le fils du chasseur, des citoyens, des associations et quelques élus ont essayé de s’opposer en vain à cette décision, vécue comme un acte de dépossession du patrimoine historique et zoologique de la région. Des démarches et des actions assez véhémentes (pétitions, manifestations...), ont été organisées pour demander la restitution de l’animal (voir les journaux algériens L’Expression du 21/09/2005, et El Watan du 22/09/2005...), sans résultats.

24Bien que la disparition de la panthère soit assez récente, sa trace dans l’imaginaire kabyle paraît mince. Son nom n’apparaît plus guère que dans l’expression figée izem aɣilas, « lion courageux », fréquente dans la poésie pour désigner un guerrier courageux (cf. Documents annexes no 4 et la notice linguistique de S. Chaker) ; c’est aussi maintenant un prénom donné à des garçons. Il ne semble pas mentionné en tant que tel dans les contes : le terme n’apparaît pas dans les index des travaux consacrés au conte kabyle, notamment dans l’étude d’ensemble de Lacoste-Dujardin (1970). Il est un peu plus connu au Maroc, où l’animal tient dans les contes le rôle du cyclope (EB, XIV, 1994, s.v. « Cyclope »).

Fig. 5. La panthère de Lakhdaria (ex Palestro), avec le chasseur, M. Lemichel, en 1912. Collection A. Marsot.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme, 1904 – “Panther hunting un Algeria”, The Illustrated Sporting and Dramatic News, 10 sept. 1904, p. 68.

Bombonnel, 1860 (1ère édit.) – Le tueur de panthères, ses chasses racontées par lui-même, Paris, Librairie Hachette et Cie ; nombreuses éditions ultérieures (plus d’une dizaine jusqu’en 1921).

Bugéja M., 1939 – Souvenirs d’un fonctionnaire colonial : 34 ans d’administration algérienne, Tanger, Éditions internationales, 190 p.

De Crescenzo, J., 2007 – Chroniques tizi-ouziennes, t. 1, 1844-1914, Alger, Édition Alpha.

De Crescenzo, J., 2011 – Chroniques tizi-ouziennes, t. 2, 1914-1928, Alger, Édition Alpha.

Gérard J., 1855 – Le tueur de lions, Paris, Hachette ; nombreuses éditions ultérieures.

Kitouni H., 2013 – La Kabylie orientale dans l’histoire, Alger, Casbah Éditions.

Marguerite A., 1869 – Chasses de l’Algérie. Notes sur les Arabes du Sud, Paris, Furne ; réédition Gandini, 2005, notamment p. 36-50, « Ma première panthère ».

Shaw (Dr Thomas), 2007 (1830) – Voyage dans la Régence d’Alger au XVIIIe siècle, traduit de l’anglais par E. Mc Carthy ; rééd. : Grand Alger Livres, 2007.

Presse algérienne

El Watan, quotidien algérien, 22/05/2005 : « Le cadeau de la colère ».

L’Expression, quotidien algérien, 21/05/2005 : « Le léopard de la colère ».

Haut de page

Annexe

[Avec les témoignages, compléments et précisions de nombreuses personnes, notamment : J.-L. Bernezat, M. Hachid, M. Kasmi, C. Lacoste-Dujardin ; F. Benouis et Albert Marsot ; J.-P. Frapolli et les documentalistes du CDHA d’Aix-en-Provence.

L’enquête sur les panthères de Tadmaït et Naciria n’aurait pu être menée à bien sans l’aide des personnes suivantes : M. Hassan Amiar, enseignant à l’université de Tizi-Ouzou qui a permis à S. Doumane de rencontrer à Tadmaït et Naciria plusieurs personnes détenant des informations ou des documents sur les panthères ; M. Boualem Chemala, président de l’APC de Naciria, qui l’a reçu et lui a permis de prendre des photos de la panthère empaillée se trouvant dans son bureau ; M. Saïd Abid, petit-fils du chasseur de la panthère de Tadmaït, qui lui a livré la version des faits circulant dans sa famille et donne des photos de son père à côté de la panthère et un extrait d’acte de naissance et de décès de son grand-père. Nous les remercions vivement toutes et tous pour leur aide.]

Documents divers

1. Le Petit Kabyle, publié en 1906 ; d’après Jean Pierre Frapolli, Histoire de FortNational, (manuscrit inédit), 2013, Bibliothèque du CDHA (Aix-en-Provence).

« La population de Kabylie vient d’être consternée par la mort tragique de Henri Cogno, qui est le fils de l’Administrateur de la Commune mixte. Afin de se soustraire aux fortes chaleurs, la famille avait établi un campement dans la forêt de Yakouren. Le soir, au moment du goûter, elle découvre le corps de leur enfant, les vêtements en lambeau, au corps affreusement mutilé par une panthère. »

2. Extraits de : Manuel Bugéja, Souvenirs d’un fonctionnaire colonial, 1939, Éditions internationales, Tanger.

a) Forêt d’Acherit et Cap Aokas

« La forêt d'Acherit, alors très peuplée d’arbres de diverses essences, notamment des chênes, avec un sous-bois très touffu envahi par des lauriers-sauce et les lauriers roses qui garnissaient même le bord des ravins, s’étendait sur un terrain quelque peu marécageux. Cette foret était un refuge de panthères. Je me souviens que, certain jour, les voyageurs qui se trouvaient dans la diligence, virent un de ces fauves traverser la route, se dirigeant vers la forêt de chênes-liège de Beni-M’hamed et Beni Hassen. Les chevaux, tremblants sur leurs jambes, restèrent un moment cloues sur place et il fallut force coups de fouet pour les décider à continuer la route.

Nous mêmes avons souvent constaté les traces du passage de panthères, au cours de promenades dans les environs du bordj. C’est ainsi qu’au cours d’une partie de chasse dans la plaine de Sidi-Réhane, il nous arriva de nous glisser, M. D’Audibert et moi, dans cette forêt impénétrable. Nous nous y trouvions depuis une demi-heure environ, quand tout à coup M. D’Audibert me dit :

– Bugéja ! Ne continuons pas. Il y a une panthère par là !

En effet, des traces fraiches d’un fauve se voyaient ça et là...

Au cours de mon séjour dans cette commune mixte [ndlr : commune mixte d’Oued Marsa, avec Cap Aokas comme chef-lieu de la commune], les indigènes de la région eurent la joie d’abattre quatre de ces fauves

[...]

Outre les peaux dont les indigènes eurent la libre disposition, on gratifia les chasseurs d'une prime de 40 francs qui fut versée par la commune.

Les Kabyles recherchaient les peaux de panthère pour pratiquer la chasse au “lisar”. Cette chasse consiste à se dissimuler dans une peau de panthère et à avancer lentement, presque en rampant, le fusil en joue. A cette vue, les perdrix accourent et se mettent a virevolter devant le fauve. Lorsque plusieurs se trouvent ainsi devant le champ visuel du chasseur, celui-ci décharge alors son arme. Il abat, de la sorte, à chaque fois, trois ou quatre perdrix. J’ai assisté plusieurs fois à cette sorte de chasse. Les résultats étaient toujours intéressants. A défaut de peaux de panthères, certains chasseurs kabyles se confectionnent avec de la toile peinte une imitation de peau de fauve, assez bien réussie.

A l’époque, le territoire de la Commune mixte était couvert de forêts de chènesliège magnifiques, et les panthères frayaient librement, et comme elles étaient peu chassées, leur reproduction devenait un problème inquiétant. Au douar Beni Hassein, le khodja du caïd en tua une à quelques pas de son habitation. »

b) Beni Foughal

« [...] M. Du Camper devant prendre une autre direction au retour, m’avait déclaré :

– Je voudrais bien que demain soir vous soyez de retour à Takinount. Je me devais d’accéder autant que possible à son désir. [...]

Je partis aussitôt. La nuit m’atteignit en route. Je me trouvais avec mon cavalier d’escorte aux Beni Foughal. Alors que j’en traversais la belle forêt, j’entendis un bruit insolite. Mon cheval s’arrêta net, se cabra, puis se mit à trembler de tous ses membres. Malgré les coups d’éperon, il refusait d’avancer. Je questionnais mon cavalier d’escorte sur la raison d’une telle obstination chez une bête d’habitude docile.

– Arrilès (il y a une panthère), me répondit-il.

A peine m’avait-il dit cela, que les broussailles s’agitèrent et qu’un indigène en émergea brusquement. Il était armé d’un fusil et d’un grand sabre. Parvenu à quelques pas de nos montures, mon cavalier d’escorte reconnut Amar Ben Habyles, caïd du douar de Beni Foughal et frère du caïd du Babor. Il était lancé à la poursuite d’une panthère qui venait de lui ravir un agneau. Il nous reconnut également et s’adressant à moi :

– Il ne faut pas continuer votre route. Vous aller dîner chez moi, mon habitation est à proximité. Vous y coucherez.

J’acceptai volontiers, car mon cheval ne s’était pas encore calmé et aussi parce qu’il est toujours prudent de suivre les conseils des indigènes du lieu... »

3. La panthère de Lakhdaria/Palestro.

Une panthère avait été tuée en 1912, par M. Lemichel à Palestro (aujourd’hui Lakhdaria), sur la montagne du Tigremoun. Elle avait attaqué un troupeau et blessé le petit berger kabyle qui tentait de le défendre. Après qu’il ait donné l’alerte, une première battue fut organisée par les habitants du village, qui repérèrent l’animal ; il fut blessé mais put s’échapper. Lors de la seconde battue, il fut retrouvé dans un buisson, gravement atteint, et définitivement abattu par une cartouche de gros plomb (environ 18 mm) tirée par un fusil à broche (toujours conservé par M. Marsot). M. Lemichel récupéra la dépouille et l’installa dans la salle à manger de sa demeure, où elle devint un objet de curiosité dans le village. M. Marsot conserve parmi ses souvenirs d’enfance, dans les années 1946/1948, la vision de son grand-père accueillant les cars de touristes américains qui visitaient l’Algérie, en ouvrant les fenêtres de la salle à manger pour le plus grand plaisir des visiteurs (la société qui organisait ces voyages avait programmé cet arrêt devenu rituel). Témoignage de M. Marsot.

4. Un chant féminin de la guerre d’indépendance algérienne (notation S. Chaker)

Ce chant appartient à la très abondante veine de chants féminins collectifs composés pendant la guerre et, surtout, au moment de l’indépendance de l’Algérie, et dont une très faible partie a été collectée.

Acu yuɣen Japuni*

mi yugi ad yečč imensi ?

Yemmut Ṭṭaher u Aεli

nɣan-t-idd si Lpari.

A yatma aqlaɣ nttru,

nɣan-aɣ izem aɣilas.

Mais qu’a donc Japonais*

pour refuser de manger son diner ?

Taher fils de Ali est mort

on nous l’a tué [sur ordre] de Paris.

Ô mes frères, nous sommes en pleurs

ils nous ont tué un guerrier valeureux [lion-panthère]

* « Japonais » était un maquisard de l’ALN, très connu, originaire de la commune/tribu d’Irjen (Tizi-Ouzou). Il semble qu’il devait son surnom étrange à sa participation à la guerre (française) d’Indochine.

Haut de page

Notes

1 Vers 1970, S. Chaker eut l’occasion de voir deux panthères naturalisées exposées dans la galerie du centre commercial et culturel de Tizi-Ouzon (près de l’ancienne mairie). Elles disparurent par la suite, pour ressortir récemment, sinon du bois quelles avaient quitté depuis bien longtemps, du moins de l’oubli, dans des circonstances curieuses relatées plus loin.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Bombonnel, chasseur de panthères.
Crédits Cliché Clavier, 8 rue Bab Azoun, Alger, vers 1858-1859. D.R.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3416/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende Fig. 2. “Panther hunting in Algeria”.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3416/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Légende Fig. 3. La panthère de Tadmaït (actuellement au musée de l’Armée à Ager).
Crédits Cliché anonyme.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3416/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 4a et 4b. La panthère de Naciria (ex-Haussonvillers).
Crédits Clichés S. Doumane et H. Amiar (2013).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3416/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Fig. 5. La panthère de Lakhdaria (ex Palestro), avec le chasseur, M. Lemichel, en 1912. Collection A. Marsot.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3416/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Laporte, Saïd Doumane et Salem Chaker, « Panthère : Temps modernes »Encyclopédie berbère, 37 | 2015, 6102-6114.

Référence électronique

Jean-Pierre Laporte, Saïd Doumane et Salem Chaker, « Panthère : Temps modernes »Encyclopédie berbère [En ligne], 37 | 2015, document P12, mis en ligne le 25 janvier 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3416 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3416

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Laporte

Articles du même auteur

Saïd Doumane

Salem Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search