Navigation – Plan du site

AccueilVolumes37Panthère : Note linguistique comp...

P13

Panthère : Note linguistique complémentaire

Salem Chaker
p. 6115-6120

Entrées d’index

Mots clés :

linguistique, zoologie
Haut de page

Texte intégral

[Nous remercions vivement Bernard Caron (CNRS) pour les informations extrêmement précises et fouillées qu’il nous a fournies sur les données haoussa et tchadiques ; mais également Jean-Charles Hilaire (INALCO) et Robert Nicolaï (Université de Nice), Christian Boudignon (helléniste de l’Université d’Aix-Marseille) ainsi que Kamal NaïtZerrad (INALCO), Meftaha Ameur et Abdellah Boumalk (IRCAM, Rabat) et Jean-Pierre Laporte pour les diverses informations complémentaires qu’ils nous ont apportées, leurs remarques et/ou suggestions.]

1Comme pour d’autres grands fauves (cf. L27b « Lion », EB XXVIII-XXIX, 2008), les dénominations de la panthère présentent en berbère une grande variabilité selon les régions ; variabilité de forme, mais aussi de référents : les termes relevés s’appliquent souvent de manière indistincte à d'autres fauves (guépard, hyène..., voire tigre et ogre !). On doit certainement imputer ces fluctuations à la relative rareté de l’animal, même à date ancienne, et surtout à l'émergence d’appellations secondaires, expressives ou qualificatives, car ces animaux redoutés favorisaient certainement l’apparition de dénominations euphémistiques et/ou expressives.

2Si l’on exclut les emprunts à l’arabe (par ex. chaoui : nnmer, Huyghe 1906, p. 469) et les formes locales, trois termes se partagent l’ensemble du domaine berbère contemporain : daməsa (touareg), agərzam et variantes (chleuh) et aɣilas et variantes (Algérie et Maroc du nord et central).

Touareg

3Daməsa (plur. daməsātən), Foucauld, I, p. 203 (il précise : « peu usité, Soudan » [i.e. Afrique sahélienne]).

4Daməsa (plur. daməsatăn), Prasse et al., I, p. 105 (« Léopard, panthère d’Afrique »).

  • 1 Principalement Bernard Caron, Directeur de Recherches au CNRS, spécialiste de linguistique haoussa.

5Le terme touareg, par sa forme, non canonique, et son isolement total dans l’ensemble berbère, paraît bien être un emprunt au haoussa : dààmisàà (ou dāmisā), « panthère, léopard », terme qui figure dans la principale référence lexicographique du domaine (Bargery 1934). Selon les spécialistes consultés1, le schème tonal du mot est canonique en haoussa et dààmisàà a la morphologie d’un dérivé qualifiant, déverbal ou nominal : aucun indice ne va dans le sens d’un emprunt par le haoussa au touareg et aucune des principales références de lexicographie comparative haoussa (Skinner 1996) et tchadique (Jungraithmayr & Ibriszimow 1994) n’envisage un emprunt au touareg.

6À l’intérieur du touareg, on pourrait cependant être tenté de le relier au verbe dəməssət, « être silencieux, ne faire aucun bruit » (Prasse et al., ibid.), ce qui peut avoir quelque vraisemblance pour cet animal furtif et discret. Daməsa serait alors une denomination qualifiante, secondaire, référant à un trait de comportement de l’animal. Mais, en raison de sa forme (verbe à suffixe dérivationnel -ət) et de son isolement dialectologique (le verbe est inconnu ailleurs, même en touareg du Nord), si lien il y avait entre les deux lexemes, il est probable que le verbe dəməssət serait une forme secondaire, dénominative, forgée à partir du nom de l’animal. Que le daməsa touareg soit un emprunt au haoussa est donc une quasi certitude.

7Signalons que Taïfi (1991, p. 431) relève pour le Maroc central amsədda, « panthère, chat sauvage » ; mais si la forme présente une certaine proximité phonique avec le daməsa touareg (avec métathèse complète), elle semble très isolée (parler des Ayt Izdeg) et doit plutôt être rapprochée de l’arabe asad, « lion », qui a donné en kabyle et en rifain le féminin tasədda « lionne ».

8D’autres appellations ont été relevées en touareg méridional :

wašil, « léopard, panthère d’Afrique » (Prasse et al., II, p. 837),
ănaba,
« léopard, panthère d’Afrique, panthère du sud » (Prasse et al., II, p. 582)

9Mais toutes semblent très locales, sans pendants, ni en berbère Nord, ni même en touareg du Nord (tamahăq) ; la seconde est cependant donnée (explicitement pour l’Ayr) par Foucauld (III, p. 1287) avec la seule signification de « grand bouc », sens relevé également par Prasse et al. pour le touareg de l’Ayr. Instabilité sémantique et localisme marqués font qu’aucun de ces deux termes touaregs ne peut a priori être considéré comme une dénomination fondamentale et ancienne de la panthère.

Chleuh

10Agərzam, (wa-) (pl. igərzamən) ; donné par Jordan 1934, p. 19 (« Léopard, guépard, panthère, ogre »), est confirmé par Destaing 1938, p. 209 et Destaing 1940, p. 355 (glossaire), qui précise : « panthère, guépard ». Voir aussi Naït-Zerrad, III, 2002, p. 901.

11Les parlers chleuhs méridionaux (Tata...) connaissent une variante wagərzam. Pour les deux formes (agərzam/wagərzam), la voyelle initiale /a/ est stable.

12Depuis les notations de Jordan et Destaing, l’évolution sémantique est sensible puisque A. Boumalk (Ircam, Rabat) nous signale (in litt.) : « agərzam signifie désormais « lion » en tachelhit. Le terme izm pour « lion » ne se trouve que dans les contes ou textes anciens (Awzal, Océan des pleurs). Actuellement, izm n’est plus employé que pour désigner « un homme courageux ».

  • 2 A. Boumalk attire notre attention sur le fait que ce phénomène d’infixation de sonantes (/r/, /1/, (...)

13Cette forme est peut-être un composé (gr + zm), dans lequel on pourrait identifier la racine ZM de izəm (« lion ») mais cette analyse est peu probable dans la mesure où la voyelle initiale /a/, toujours stable, semble indiquer un thème nominal homogène. Il s’agit plus vraisemblablement d’une forme expressive a infixe /r/, sur racine GZM, « couper », en référence aux crocs de l’animal (cf. un phénomène parallèle : agəlzim, « pioche » <GZM)2. Il est en tout cas à peu près exclu que la séquence consonantique GRZM puisse être une racine primitive : quelle que soit l’analyse étymologique retenue, agərzam. est certainement une dénomination secondaire expressive.

Kabyle

14aɣilas, iɣilasən : Dallet 2002 (p. 661 : « Panthère, hésitation sur une désignation précise ; homme courageux. Izəm aɣilas, « fauve »).

15Huyghe 1901 (p. 63) donne : « Hyène. S’applique aussi à quelques fauves de grande taille : tigre, panthère, etc. » ; mais son Dictionnaire français-kabyle, plus tardif (1902-1903), ne retient que « panthère » (p. 598).

16La signification « panthère » est celle qui est déjà donnée (1873) par Hanoteau & Letourneux (t. I, 2003, p. 173).

Chenoua

17aɣilas, « panthère » ; Laoust 1912 (p. 140).

Rifain

18aɣilas : A. Renisio 1932 (p. 440).

Tamazight (Maroc central)

19aɣilas, « panthère » : A. Roux (archives inédites d’Aix-en-Provence, base lexicographique S. Chaker). À noter que Roux pose aɣilas comme forme de base et aɣəlyas comme variante locale (Ayt Izdeg).

20aɣəlyas, aɣ°əlyas : est la seule forme relevée par Taïfi 1991 (p. 189) ; elle est déjà donnée par Laoust 1928 (p. 290) et Mercier 1937 (p. 283).

21D’après la documentation disponible et les vérifications effectuées par Meftaha Ameur (Ircam, Rabat), la forme aɣilas semble plus localisée alors que la forme aɣəlyas/aɣ°əlyas est beaucoup plus répandue.

22K. Naït-Zerrad (Inalco) nous signale également l’existence d’une variante aɣulas/aɣwulas dans les parlers du Maroc du sud-est (Tinghir, Kalaat Mgouna...), notation que l’on retrouve déjà en chleuh médiéval dans le manuscrit d’Ibn Tūnārt (aɣulas, MS 88a p. 25).

Zenaga

23aɣayniš : Taine-Cheikh 2008/2010 (p. 222/no 252). On pourrait y voir le correspondant local de aɣilas/aɣəlyas ; mais le rapprochement reste hypothétique car, si la correspondance berbère Nord /s/ > zenaga /š/ est solidement établie, le traitement /l/ > /n/ est beaucoup plus incertain, bien qu’un tel phénomène soit banal en phonétique générale (et berbère). L’identité du zenaga aɣayniš et du berbère Nord aɣilas/aɣəlyas n’est donc pas du tout assurée.

  • 3 K. Naït-Zerrad & S. Djemaï préparent actuellement l’édition de ce manuscrit qui fait partie des arc (...)

24La forme aɣilas/aɣəlyas/aɣulas..., par sa large distribution, en particulier sa présence sur toute l’aire où la panthère était encore fréquente au XIXe siècle (Kabylie, Algérie centrale, Rif, Moyen-Atlas), est indiscutablement la forme la plus pan-berbère, et sans doute la dénomination la plus ancienne de l'animal. D'autant qu’aɣilas (aɣ°ilas/aɣulas) est déjà mentionné dans le lexique chleuh ancien d’Al-Hīlālī (no 669) qui date du XVIIe siècle et dans le Lexique anonyme (no 55) (Van den Boogert 1998, p. 101 & 127), ces deux sources étant elles-mêmes fondées sur le dictionnaire, beaucoup plus ancien, d’Ibn Tūnārt qui vécut aux XIe -XIIe siècles3. Incidemment, cette attestation de aɣilas/aɣulas dans le lexique chleuh ancien confirme le caractère secondaire de la dénomination actuelle (agərzam) en usage dans ce dialecte.

25Mais la morphologie du mot et certains de ses emplois (kabyle, tamazight, rifain) conduisent cependant à penser qu’il s’agit plutôt d’une dénomination qualifiante, donc probablement secondaire.

26D’une part, la forme aɣilas est typiquement celle d’un adjectif* déverbal de scheme a-CiCaC : cf. aziwar, « gros » ; aridal, « boiteux », awinaɣ, « vairon »...(Prasse 1974, Type F.VII) ; ce qui autorise à poser qu’il s’agit bien d’une qualification – issue d’une racine verbale *ƔLS – liée à un trait physique de l'animal. On postulera la forme aɣilas comme primitive, à la fois en raison de sa normalité schématique (cf. supra), de l’ancienneté de ses attestations (sources médiévales), mais aussi de par son extension géographique très large (de la Kabylie au Haut-Atlas) ; les variantes à voyelle /u/ et/ou à labio-vélarisation (aɣ°ilas, aɣulas, aɣ°ulas) peuvent aisément s’expliquer par une influence de la vélaire /ɣ/. Quant à la variante à semi-voyelle /y/ (aɣəlyas), prédominante au Maroc central, elle semble correspondre à un schème d’adjectif expressif aCCCaC (aẓəlmaḍ, « gaucher » ; afərmaš ; « édenté »...) – celui que l’on retrouve dans agərzam – qui a pu exercer une attraction analogique.

27D’autre part, le kabyle connaît une expression, relevée par Dallet mais qui est en fait très courante dans la poésie, pour désigner un « homme courageux » : izəm aɣilas, « lion-panthère, lion panthérin », dans laquelle le second élément fonctionne, syntaxiquement et sémantiquement, comme un adjectif. Dans cet sequence, aɣilas qualifie le « lion » : l’expression kabyle est donc très probablement le reflet de l’ancien statut syntaxique et sémantique de aɣilas. Par ailleurs, Taïfi (1991, p. 189) signale que aɣilas/aɣəlyas peut designer (Ayt Ḥdiddu) des « épis de maïs aux grains jaunes et marrons », c’est-à-dire « tachetés, bigarrés ». On note également qu’en rifain (Ibeqqoyen), le féminin, taɣilast (réalisé [θaɣirasθ] désigne une « grosse chèvre de couleur noire et feu », c’est-à-dire à robe de deux couleurs (Biarnay 1917, p. 50). Incidemment, le simple fait que (t)aɣilas(t) puisse désigner un autre animal que le félin apporte la quasi certitude que le terme était un adjectif qui référait à une caractéristique physique ou comportementale. En touareg (méridional : Ayr et Iwellemmeden), un forme construite sur le même racine consonantique, aɣəllus, s’applique à « un nuage diffus, en lambeaux » (Prasse et al., t. I, p. 284/5). On a donc de solides indices convergents pour affirmer que l’adjectif aɣilas devait à l’origine avoir un sens proche de « bigarré, tacheté, moucheté... ». L’expression kabyle izəm aɣilas devait signifier primitivement « lion tacheté », et l’adjectif aɣilas s’est progressivement autonomisé pour devenir un substantif, ce qui n’a rien que de très normal au plan syntaxique puisque tout adjectif berbère peut aussi fonctionner comme substantif (cf. Chaker, notice A56 « Adjectif », EB II, 1985 ; N62, « Nom », EB XXXIV, 2012 et notice Q06 « Qualité », EB XXXVIII).

  • 4 À noter que l’étymologie du mot latin pardus, « panthère (mâle) » est controversée : les latinistes (...)

28Par ailleurs, il n’est pas du tout impossible qu’il y ait derrière cette expression kabyle curieuse, une simple traduction-calque du composé latin leopardus (< leopardus, « lion – panthère »)4.

Haut de page

Bibliographie

Bargery G. P. (R.P.), 1934 – A Hausa-English dictionary and English-Hausa vocabulary, London, Oxford University Press, 1934 (nombreuses éditions ultérieures) ; consultable sur Internet : http://maguzawa.dyndns.ws/.

Dallet J.-M., 1982 – Dictionnaire kabyle-français, Paris, SELAF.

Destaing É., 1938 – Vocabulaire français-berbère (tachelhit du Sous), Paris, Leroux.

Destaing É., 1940 – Textes berbères en parler des Chleuhs du Sous, Paris, Geuthner.

Foucauld Ch. de, 1951-2 – Dictionnaire touareg-français, 4 t., Paris, Imprimerie Nationale.

Jungraithmayr H. et Ibriszimow D., 1994 – Chadic Lexical Roots, Berlin, D. Reimer Verlag.

Huyghe G., 1901 – Dictionnaire kabyle-français, Paris/Alger, Imprimerie Nationale/A. Jourdan.

Huyghe G., 1902-1903 – Dictionnaire français-kabyle, Malines (Belgique), I. & A. Godenne.

Huyghe G., 1906 – Dictionnaire français-chaouia, Alger, A. Jourdan.

Laoust É., 1912 – Étude sur le dialecte berbère du Chenoua..., Paris, Leroux.

Laoust É., 1928/1939 – Cours de berbère marocain. Dialectes du Maroc central, Paris, Geuthner.

Mercier G., 1937 – Vocabulaire et textes berbères dans le dialecte des Aït Izdeg, Rabat, René Céré.

Naït-Zerrad K., 2002 – Dictionnaire des racines berbères (formes attestées), III, Paris/Louvain Peeters + Base lexicographique de travail.

Prasse K.-G. 1974 – Manuel de grammaire touarègue (tahaggart), IV-V. Nom, Copenhague, Akademisk Forlag.

Prasse K.-G. et alii, 2003 – Dictionnaire français-touareg, Museum Tusculanum Press/University of Copenhague.

Renisio A., 1932 – Étude sur les dialectes berbères des Beni Iznassen, du Rif.., Paris, Leroux.

Skinner N., 1996 – Hausa Comparative Dictionary, Köln, Rüdiger Köppe.

Taïfi M., 1991 – Dictionnaire tamazight-français (Parlers du Maroc central), Paris, L’Harmattan.

Taine-Cheikh C., 2008 & 2010 – Dictionnaire zénaga-français, & Dictionnaire français-zénaga, Köln, Rüdiger Köppe Verlag (Berber Sudies : 20 & 27).

Van den Boogert N., 1998 – La révélation des énigmes. Lexiques arabo-berbère des XVIIe et XVIIIe siècles, Aix-en-Provence, IREMAM (Travaux : 19).

Haut de page

Notes

1 Principalement Bernard Caron, Directeur de Recherches au CNRS, spécialiste de linguistique haoussa.

2 A. Boumalk attire notre attention sur le fait que ce phénomène d’infixation de sonantes (/r/, /1/, /n/) se retrouve sans doute dans d’autres noms d’animaux (aznkwḍ, « gazelle », agrniḍ, « perdrix du Sahara »).

3 K. Naït-Zerrad & S. Djemaï préparent actuellement l’édition de ce manuscrit qui fait partie des archives inédites d’Arsène Roux, déposées à la MMSH d’Aix-en-Provence.

4 À noter que l’étymologie du mot latin pardus, « panthère (mâle) » est controversée : les latinistes le donne comme emprunté au grec (< πάρδoς : Ernout & Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, p. 482), alors que les hellénistes le considère comme d’origine latine (Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, p. 857) ! Tout en évoquant la possibilité d’un emprunt à des langues indo-iraniennes...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Salem Chaker, « Panthère : Note linguistique complémentaire »Encyclopédie berbère, 37 | 2015, 6115-6120.

Référence électronique

Salem Chaker, « Panthère : Note linguistique complémentaire »Encyclopédie berbère [En ligne], 37 | 2015, document P13, mis en ligne le 25 janvier 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3426 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3426

Haut de page

Auteur

Salem Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search