Navigation – Plan du site

AccueilVolumes37Parenté : Les systèmes de parenté...

P14

Parenté : Les systèmes de parenté berbères

Dahbia Abrous
p. 6120-6125

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Le système de parenté berbère est essentiellement patrilinéaire mais il ne l'est pas de manière exclusive car il présente, selon les régions, des traces plus ou moins vivantes de matrilinéarité. Abordant ces « deux versants de la parenté berbère », G. Tillion affirme :

« Nous sommes [...] en présence d’un ensemble géographiquement, historiquement, linguistiquement homogène, dont le fond commun est évident, qui n’a jamais cessé de communiquer (car le Sahara fut toujours un lieu de passage) et nous y constatons dans le registre le plus fondamental [i.e. : celui de la parenté] quelque chose comme deux courants, deux versants. » (Tillion 1973, p. 43).

2Dans les régions situées au nord du Sahara, le système de parenté est, à l’instar de celui qui prévaut dans l’ensemble du monde méditerranéen, patrilinéaire. La filiation, à tous les niveaux de la structure sociale (famille restreinte, famille élargie, lignage), s’organise par voie exclusivement masculine, les enfants appartenant donc à la famille de leur père. La famille est également patriarcale, l’autorité y étant assumée par le plus âgé des hommes. Dans ces patrilignages, « la terre et le sang » ainsi que l’honneur sont indivis et représentent le sacré par excellence. Il est très courant, en Kabylie, de prêter serment par le sang qui unit : aḥeqq idammen iɣ-icerken : « Par le sang qui nous unit ! » ; dans le même ordre d’idées, quiconque trahit le sang (qui unit) (win ixedεen idammen) encourt la malédiction (deεwessu en kabyle). Le mariage avec la cousine parallèle patrilinéaire (la fille du frère du père), bien que préférentiel est loin d’être systématique ; l’endogamie au sein du lignage est, cependant, fréquente, tissant sur plusieurs générations des liens extrêmement étroits.

  • 1 On admet communément que l’exhérédation des femmes kabyles de l’héritage des biens fonciers a été d (...)

3En matière d’héritage, les biens, et surtout la terre, sont transmis par voie patrilinéaire ; le souci de conserver la terre dans le patrilignage entraine, dans une région où la terre est rare et la démographie élevée comme la Kabylie, l’exhérédation de la femme1, celle-ci conservant le droit d’usufruit en cas de nécessité (veuvage, divorce, répudiation).

4Ce système patrilinéaire coexiste, dans des modalités différentes selon les régions, avec un système matrilinéaire dans lequel la filiation et quelquefois la transmission des biens s’organisent par voie féminine.

5La matrilinéarité est encore bien vivante dans l’aire touarègue ; elle a survécu jusqu’aux années 1930-1940 sous forme de « vestiges » dans des régions patrilinéaires comme le Moyen-Atlas et les Aurès, il n’en subsiste plus que des traces ténues en Kabylie.

6En pays touareg, certains groupements sont matrilinéaires comme les Kel Ayr ou les Imededaghen (Claudot-Hawad 1993, p. 73), alors que d’autres sont patrilinéaires comme les Ifoghas de l’Adghagh et les suzerains Iwellemmeden (Claudot-Hawad 1993, p. 72-73) avec les conséquences qui en découlent en matière de filiation, de résidence et de transmission des biens ; la transmission du pouvoir politique, quant à elle, est devenue une question caduque en raison des profondes déstructurations qui ont bousculé la société touarègue depuis la conquête française ; dans les groupements patrilinéaires, cependant, « l’axe matrilinéaire demeure une référence primordiale et un enjeu important » (Claudot-Hawad 1993, p. 121).

7Dans l’Aurès et le Maroc Central, les observateurs, juristes et ethnologues, ont relevé et analysé des « vestiges de la parenté maternelle ». Les analyses de Mathéa Gaudry sur l’Aurès (Gaudry 1929) et celles de Marcy sur le Maroc Central (Marcy 1941-42) font apparaître des convergences entre ces deux régions en matière de filiation et de résidence. Cette filiation maternelle a été notée par Mathéa Gaudry pour l’enfant de la εazriya. Ce statut de εazriya était un statut transitoire que connaissait la femme divorcée ou veuve avant de se remarier ; il était synonyme d’indépendance économique, sociale et de liberté de mœurs.

8Loin de marginaliser la εazriya, ce statut lui conférait « un ascendant presque religieux » (Gaudry 1998, p. 125). L’enfant de la εazriya « est rattaché à la famille de sa mère et porte le nom de celle-ci. Si c’est un garçon, ses descendants eux-mêmes conservent le nom de l’ancêtre commune » (p. 128).

9Au Maroc Central, Marcy décrit une situation analogue pour la femme mariée dans le cadre du contrat dénommé amazzal. Ce type de contrat, lorsque le mari est dans « le dénuement matériel » stipule « le paiement en nature de la dot par le moyen d’un certain nombre d’années de travail, le mari établissant son domicile chez la femme ainsi épousée, qui n’abandonne par conséquent ni sa famille paternelle ni son clan... » (Marcy 1941-1942, p. 198). L’enfant né dans le cadre de cette union est rattaché à la famille de sa mère et il en porte généralement le nom (p. 206-207).

10Dans ces deux régions où ont été constatés ces « vestiges de la parenté maternelle » on notera l’importance du lait maternel comme vecteur de parenté : outre la colactation qui crée entre le frère et la sœur de lait un interdit de mariage stipulé par le droit musulman, on relève aussi bien pour l’Aurès que pour le Maroc Central l’adoption par « allaitement simulé » (Gaudry 1998, p. 108-109 et Marcy 1941-1942, p. 199) ; le lait maternel, entre deux groupes sociaux permet de sceller un pacte qui porte le nom très significatif de taḍa, dérivé nominal du verbe ṭṭeḍ, « téter », en berbère (Marcy 1941-42 et Belghezi 1998).

11En Kabylie, région de rigoureuse patrilinéarité, des traces très ténues, de matrilinéarité persistent. On les perçoit à des moments précis de la vie comme la naissance et le mariage ; il s’agit, en ces moments, de cadeaux rituels (souvent somptueux) offerts par la famille maternelle (Tillion 1973, p. 47 ; Bourdieu 2000, p. 42) ; quant à la place de l’oncle maternel, elle est importante dans la cérémonie de mariage (Amrouche 2010, p. 4618 ; Abrous 2010, p. 4622). En dehors de cet aspect rituel, les femmes, dans leur vie quotidienne, (re)constituent ce que l’on pourrait appeler des « matrilignées informelles » comprenant la grand-mère, ses filles, les filles de ses filles et d’autres parentes du versant maternel. Ces matrilignées qui n’ont aucune existence officielle mais qui sont soudées par une forte solidarité, aident la femme à faire face aux difficultés de l’existence et, notamment, aux aléas de sa vie dans sa belle-famille.

12Pour l’enfant, rattaché exclusivement à la lignée de son père, la famille de la mère est un havre de protection et d’affection ; lorsque l’on ôte une épine à un tout jeune enfant ou qu’on lui soigne une plaie, on lui demande de regarder vers la maison de ses oncles maternels (muqel ɣer xwal-ik !) pour y chercher du réconfort et atténuer la douleur.

  • 2 On peut également voir une trace lexicale – pan-berbère – de l’importance de la lignée maternelle d (...)

13On peut aussi lire des traces du « versant maternel » de la parenté dans la langue notamment à travers certaines expressions : on remarquera, à titre d’exemple, que le lien qui unit les marabouts aux Kabyles est décliné sur le mode de la parenté, les marabouts désignant les Kabyles comme leurs oncles maternels : xwal-nneɣ, leqbayel (voir notice « Politesse »). Lorsqu’est évoqué l’individu, alors qu’il est rattaché exclusivement à sa lignée paternelle, la référence à la lignée maternelle est souvent présente : de quelqu’un que l’on considère comme étant de bonne extraction, on dira : icettel, ixewwel (ixebb°el ou ixepp°el, suivant les prononciations locales), signifiant qu’il est issu de bonnes lignées aussi bien paternelle (icettel) que maternelle (ixewwel). Cette référence à la lignée maternelle2 peut être rappelée par la personne elle-même à sa parenté maternelle : ur aɣ-ttlaqabet a xwali, seg-wen id-nefruri ! = « Ne vous moquez pas de nous, oncles maternels, c’est de vous que nous descendons ! ».

14Des traces de matrilinéarité sont également présentes dans le lexique de base des termes de parenté non seulement kabyle mais pan-berbère ; ces traces sont très explicites dans des termes comme gma (mon frère) weltma (ma sœur), littéralement : fils de ma mère, fille de ma mère) ; une analyse étymologique de ce lexique de base (Chaker 2010, p. 4705-4709) confirme « le caractère matri-polaire d’un noyau central de la terminologie de la parenté berbère. Cela renvoie nécessairement à une strate ancienne de pratiques et de normes sociales matricentrées communes à l’ensemble du monde berbère, que seule la société touarègue a maintenues en vigueur. » (p. 4709).

15Ces données linguistiques rejoignent celles qui sont contenues dans les récits cosmogoniques collectés par Frobenius en Kabylie. Dans ces récits, la principale actante est une entité féminine : « la Première Mère du Monde », Yemma-s n ddunit en kabyle ; elle est à l’origine du soleil, de la lune et des étoiles ; elle modèle certains animaux domestiques (brebis, béliers, moutons), d’autres animaux résultent de métamorphose sur ses mauvais conseils ou dans un de ses accès de colère (voir notice « Porc-épic »). Cette Première Mère du Monde a un redoutable pouvoir de vie et de mort puisqu’elle est aussi à l'origine de la mort des humains après leur avoir donné naissance (Abrous 2004, p. 4088 à 4090).

16C’est la construction de maisons qui fonde l’ordre social, institue le mariage et légitime la domination masculine, mettant ainsi fin à la prééminence féminine. La seule trace de cette représentation matricentrée des origines réside dans la maison-même : il s’agit du pilier central, associé à la femme dans plusieurs régions du monde berbère que ce soit le pilier de la maison (tigejdit en kabyle) ou « le pilier de la tente » chez les Aït Khebbach (Gélard 2003) et les Touareg (Claudot-Hawad 1993, p. 120 et 2010, p. 4702).

17L’ordre lignager qui était un des fondements de l’organisation sociale berbère a été ébranlé par la conquête française et tous les bouleversements qu’elle a induits notamment sur le plan économique (destruction de la base foncière qui était une des assises de cette organisation, prolétarisation, émigration...). Toutes les régions n’ont pas été affectées de la même manière et selon la même chronologie par cette déstructuration mais, partout, ses effets sont perceptibles. Dans une région comme la Kabylie, la famille restreinte tend aujourd’hui à devenir le modèle dominant. La destruction des liens de parenté n’est cependant pas totale, ces liens sont réactivés lors des réjouissances (naissances, circoncisions, mariages...), mais aussi et surtout au moment du deuil où la solidarité du lignage reste sans faille.

18→ Voir aussi « Matriarcat » (M67a & b), EB XXXI, 2010 (H. Claudot-Hawad & S. Chaker).

Haut de page

Bibliographie

Abrous D., 2004 – « Kabylie : cosmogonie ». EB, XXVI, p. 4086-4092.

Abrous D., 2010 – « Mariage : Essai de synthèse sur les rituels du mariage berbère », EB, XXX, p. 4619-4625.

Amrouche T., 2010 – « Mariage (noces en Kabylie). [Témoignage] » EB, XXX., p. 4615-4618.

Belghezi H., 1998 – « Taḍa : un pacte sacré de pondération tribale », Études et Documents Berbères, 15-16, p. 141-151.

Boulifa, A.-S., 1925 – Le Djurdjura à travers l’histoire. Organisation et indépendance des Zouaoua…, Alger, J. Bringau.

Bourdieu P., 2000 (1972) – Esquisse d’une théorie de la pratique précédé de trois études d’ethnologie kabyle, Paris, Éd. du Seuil.

Chaker S., 2010 – « Matriarcat : note linguistique complémentaire », EB, XXXI, p. 4705-4709.

Claudot-Hawad H., 1993 – « Touaregs, portrait en fragments », Aix en Provence, Édisud.

Claudot-Hawad H., 2010 – « Matriarcat », Encyclopédie Berbère, XXXI, p. 4697-4705.

Gaudry M., 1998 (1929) – La femme chaouia de l’AurèsÉtude de sociologie berbère », Batna, Éd. Chihab-Awal (1ère éd. : Paris, Geuthner, 1929).

Gélard M.-L., 2003 – Le pilier de la tente. Rituels et représentation de l’honneur chez les Aït Khebbach (Tafilalt), Paris, MSH.

Lacoste-Dujardin C., 2005 – Dictionnaire de la culture berbère en Kabylie, Paris, La Découverte. Cf. notices : « Adoption », « Allaitement », « Cousin-cousine », « Enfant endormi », « Famille », « Généalogie », « Lignage », « Relations sociales ».

Marcy G., 1941-1942 – « Les vestiges de la parenté maternelle en droit coutumier berbère et le régime des successions touarègues », Revue Africaine, t. 85, 1941, p. 187-211.

Tillion G., 1973 – « Les deux versants de la parenté berbère », Actes du premier Congrès d’étude des cultures méditerranéennes d’influence arabo-berbère, Alger, SNED, p. 43-49.

Haut de page

Notes

1 On admet communément que l’exhérédation des femmes kabyles de l’héritage des biens fonciers a été décidée par plusieurs délibérations de confédérations de tribus précisément datées, et légitimées par les marabouts locaux : At Betrun : 1748/9, At Yiraten : après 1769... ; cf. Hanoteau & Letourneux, II, p. 201-202. En réalité, ces décisions « historiques » n’ont très certainement fait que confirmer et formaliser une pratique déjà en place depuis longtemps et largement répandue dans toutes les tribus kabyles (cf. Hanoteau & Letourneux, III, notamment, p. 201-202 et p. 204, note 4, qui cite une liste non exhaustive de tribus qui explicitent cette disposition dans leur code coutumier). La généralité même de cette disposition en Kabylie paraît peu compatible avec une chronologie qui ne la ferait remonter qu’à la deuxième moitié du XVIIIe siècle, et encore moins avec les raisons – tout à fait conjoncturelles et mineures – qui l’auraient motivée selon Boulifa (1925, chap. VII, p. 237, 238, 259-266). D’autant que ce type de dispositions, ainsi que le rappellent plus d’une fois Hanoteau & Letourneux, était très courant dans le droit des sociétés anciennes (Germains, Hébreux, Rome...). [S.C.].

2 On peut également voir une trace lexicale – pan-berbère – de l’importance de la lignée maternelle dans l’existence, dans tous les dialectes berbères Nord d’un terme classificatoire ayyaw (localement > aggaw), qui s’applique à tous les parents et alliés utérins : neveux et nièces, et toute personne appartenant à une entité – famille, village, tribu - à qui l’on a donné une femme en mariage. Ce terme est issu d’une racine pan-berbère YW < HYW, « engendrer », à l’origine de nombreux autres termes de parenté (chleuh : yiwi « fils », touareg : ahəya/ihəyawən, « descendant(s), petits-fils »), et bien sûr l’omniprésent u/w/aw/ag(g), « fils de », qui renvoient donc tous à l’origine à une relation d’engendrement, nécessairement féminine, quelle que soit leur signification locale actuelle. [S.C.].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dahbia Abrous, « Parenté : Les systèmes de parenté berbères »Encyclopédie berbère, 37 | 2015, 6120-6125.

Référence électronique

Dahbia Abrous, « Parenté : Les systèmes de parenté berbères »Encyclopédie berbère [En ligne], 37 | 2015, document P14, mis en ligne le 25 janvier 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3431 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3431

Haut de page

Auteur

Dahbia Abrous

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search