Navigation – Plan du site

AccueilVolumes37Participe (formes régionales)

P16

Participe (formes régionales)

Jeannine Drouin
p. 6133-6149

Entrées d’index

Mots clés :

linguistique
Haut de page

Texte intégral

1La dénomination déjà ancienne de « participe », ou de « forme participiale » et de « forme verbo-nominale », a été retenue selon le modèle des études sémitiques et des langues anciennes et modernes. Dans une étude récente (2006), L. Galand rappelle, en citant A. Basset (1949, p. 35-36), que « le participe berbère n’est en aucune façon une forme nominale du verbe », que son caractère est purement verbal. Cette terminologie grammaticale étant bien établie et à défaut d’une autre, explicite et simple, le terme « participe », avec un contenu spécifique en berbère, est toujours employé.

2Dans le système verbal, le participe à des indices spécifiques qui, selon les parlers régionaux, neutralisent ou explicitent le genre et le nombre de l’antécédent. Il a pour fonction de déterminer, dans une proposition relative, un antécédent, avec ou sans référent, qui serait le complément explicatif (pseudo-sujet) dans une proposition non relative : l’homme écrit > l’homme qui écrit (Galand 1974b, p. 217 ; 1988a, p. 219) :

3 argaz Li yukrn lbhaym rad t amẓn ayt lmuḍε « l’homme qui a volé le bétail les gens du village l’arrêteront ».

4Dans certains parlers, il sert d’adjectif, déterminant le nom qui le précède :

5 ənayăɣ aḷem yolăɣän « j’ai vu un beau chameau » (= chameau étant beau)

6Cette valeur qualificative ne s’emploie pas à tous les aspects : il s’agit le plus souvent de verbes dits « de qualité », à la conjugaison spécifique et variable (L. Galand y revient en détails dans l’étude de 2006).

7Il est également employé dans la focalisation (rhématisation) :

  • Musa a z(a) inɣin tile « c’est Moussa qui égorgera la brebis (= M. ce devant égorgé...)

  • Musa a inɣăn tile « c’est M. qui a égorgé... (M. ce ayant égorgé...)

  • M. a inâqqin tile « c’est M. qui égorge habituellement... (M. ce égorgeant...)

  • inaḍăn a inɣăn/inăqqin... »ce sont les forgerons qui ont tué/tuent... »

8Le support de détermination non défini a neutralise en principe le genre et le nombre du référent au profit d’une forme unique masc. sing. mais, dans les usages, on constate que le participe s’accorde souvent avec le référent : on peut entendre :

inaḍăn a nâqqinen tile et non a inâqqin... (situation comparable au français « c’est » et « ce sont » quand le référent est au plur.).

9Puisque le berbère n’a pas de pronoms relatifs, on doit dans tous les cas considérer le support de la détermination – défini (wa/wi « celui/ceux », ta/ti « celle/celles »), indéfini (i/ti « un/une »), non-défini (a « ce ») – comme l’antécédent de la proposition relative, qu’il soit ou non accompagné de son propre référent ou que ce référent soit absent (ces supports de détermination ont des usages variés selon les parlers) :

tiḍiḍin ti ssânnin imẓad « les femmes qui savent (jouer du) violon (= celles sachant) » (v. Galand, 1974b, p. 216 et suiv.).

10Quand le référent est absent, c’est le support de détermination qui est « le noyau du syntagme » (Galand, 1988a, p. 232, § 4/20) :

i igân a wər iga shi-s ad ini a wər iney shi-s « un/quelqu’un qui a fait ce que son père n’a pas fait verra ce que son père n’a pas vu » (proverbe touareg).

11C’est cette forme participiale de la relative-sujet – le participe à valeur qualificative n’apparaissant pas à tous les aspects – que l’on va examiner aux trois formes aspectuelles, affirmatives et négatives : aoriste futur, inaccompli et accompli.

12L’ordre suivi correspond au degré de complexité croissant des formes, c’est-à-dire celles des parlers septentrionaux maghrébins puis celles des parlers touaregs sahariens et méridionaux : la taqbaylit d’Algérie et la tarifit du Maroc à forme unique, neutralisent le genre et le nombre ; la tamazight et la tachlelhiyt du Maroc distinguent le nombre à la forme affirmative ; le ghademsi, en territoire libyen, au carrefour tuniso-algérien, distingue genre et nombre.

13Pour les parlers touaregs, la tahaggart du Sahara algérien distingue le genre et le nombre, à la forme affirmative. Parmi les variantes multiples que l’on va voir pour les parlers nigériens et maliens – tawellemmet, tadghaq, taneslemt, tameseghlalt –, on retiendra particulièrement la variété et le fonctionnement complexe des modalités du participe aoriste-futur impliquant aussi un fonctionnement spécifique de la modalité de négation. Selon les cas, ce sont ces modalités – l’une ou l’autre en alternance – qui sont porteuses des marques participiales du verbe.

14Dans son ouvrage de synthèse, A. Basset (1952/1969, p. 22) avait résumé la situation de la forme participiale et ses variations majeures : le verbe se met au participe dans la proposition relative quand l’antécédent est sujet ; le jeu des désinences est soumis à des phénomènes de variations dialectales :

y---n : invariable en genre et en nombre (taqbaylit, chaouïa)
y---n / --- nin : invariable en genre mais variable en nombre (tachelhiyt)
y---n et t---t / ---nin : variable en genre et en nombre avec un pluriel commun (tahaggart).

15Depuis cette somme écrite en 1952, les parlers touaregs méridionaux sont mieux connus (cf. les travaux de Prasse), mais la forme participiale n’a pas fait l’objet de travaux spécifiques et systématiques, particulièrement pour les parlers sahéliens. Je me fonde donc sur mes propres enquêtes pour les parlers sahéliens, les autres ayant été décrits. Les exemples veulent montrer à la fois la variété de formes participiales et de la relative-sujet, qui détermine un référent, et la position des satellites du verbe – pronoms et particules de rection – classiquement post-posés au verbe dans une proposition indépendante et attirés devant le verbe dans la relative.

Parlers septentrionaux

1. Taqbaylit (kabyle)

16Ce parler du nord de l’Algérie comprend de nombreuses variantes dont on retiendra la forme la plus connue.

17On constate la neutralisation des oppositions personnelles, c’est-à-dire une forme unique, quel que soit l’antécédent, construite sur la 3e personne masc. sing. des différents thèmes verbaux. Les participes fém. et plur. ne sont attestés qu’à l’état de traces (Chaker, p. 119, 384) : à la forme affirmative y---n, à la forme négative ur n--- (selon les parlers, la négation est u, ud, ul, ur, wər, wəl) :

argaz ynɣan ism-is mḥnd « l’homme qui a tué, son nom est Mhend »
tam Ṭut ynɣan... « la femme qui a tué... »
irgazn / tilawin ynɣan... « les hommes / femmes qui ont tué... »

2. Chaouia

18De même, dans ce parler de l’Aurès, le participe ne varie ni en genre ni en nombre : à la forme affirmative i---n, à la forme negative ud ny--- (Penchoen, p. 87-88) :

gga ittagwadn rbbi « ceux qui craignent Dieu »
ta ud nyttuasswa « celle qui n’est pas irrigable »

19La négation post-fixée š/ša n’est pas toujours exprimée. Pour ur--- š (ici ud ---š), on peut également trouver la--- ša (Mercier, p. 25-26).

3. Tarifit (rifain)

20C’est le parler du Rif, au nord du Maroc. Les formes montrent une neutralisation du genre et du nombre, à la forme affirmative et négative, aux trois aspects :

21L’aoriste-futur négatif n’existant pas, il est remplacé par l’inaccompli nég. suivi de šra /ša / ši (Renisio 1932, p. 49-50) :

d šek ɣa iafen tasekkurt « c’est toi qui trouveras la perdrix »
wen ur itifen timuzunin « celui qui ne trouve pas (d’habitude) d’argent »
tamɣart ennin iufin aïdi « la femme qui trouva le chien »

22Dans l’interrogative-sujet, la forme de l’aoriste-futur n’est pas précédée de la particule modale (Renisio, p. 102) :

wi iufin tasekkurt ? « qui trouvera la perdrix ? »

4. Tachelhiyt (chleuh)

23Ce parler est situé au sud et au sud-ouest du Maroc.

24On constate l’existence d’une forme unique au sing. de l’accompli et de l’inaccompli, et une seule forme au plur. – sans distinction de genre. Le participe aoriste n’existant pas, en tient lieu la 3e pers. sing. de l’aoriste précédée de la modalité du futur rad, thème constant, invariable en genre et en nombre, quel que soit l’antécédent (Galand 1988a, p. 237) :

(ɣ)walli ra iskr « celui qui fera »
(ɣ)walli ur ra iskr « celui qui ne fera pas »
tamɣart
Li rad yuls « la femme qui recommencera »
tamɣart Li iTalsn / yulsn « la femme qui recommence / a recommencé »
irgazn Li Talsnin / ulsnin « les hommes qui recommencent / ont recommencé »

25On a signalé une forme rare du fém. qui serait au plur. ---int (Aspinion 1953, p. 159-160).

5. Tamazight (Maroc central)

26C’est un parler du Maroc Central aux réalisations variées dont les marques participiales témoignent des contacts avec la tashelhiyt au sud et la tarifit au nord.

27Une seule forme, au sing. et au plur., neutralise le genre aux différents aspects. Cette forme est constante après la modalité de négation. On note de nombreuses variantes régionales (v. Laoust 1939, p. 68-71) :

28• chez les Aït Ndir et les Aït Sgougou, le participe inaccompli sert de participe-futur mais, chez les Aït Sgougou, avec la modalité ɣa :

sg.

(ɣa) i –inacc.--n

ɣa i---n

i---n

pl.

(ɣa) -inacc.—nin

ɣa ---nin

---nin

29• chez les Zayans, le participe aoriste-futur se forme avec le thème de l’aoriste et les particules ɣra ou ra :

Ra / ɣra i---n

ɣra i---n

i---n

- --nin

---nin

---nin

30• chez les Aït Seghrouchen (Bentolila 1981, p. 174, 291) :

f. affirm.

ɣa i---n

ɣa i---n (si corresp à ad + inacc.)

i---n

Ø i---n (si corresp à La +-inacc.)

f. nég.

ur i---n (pour ɣa i--n)

ur i---n

uLa i---n (pour Ø i---n)

31• chez les Ichqern, le participe inacc. peut être précédé ou non de la particule modale da, comme dans les formes conjuguées (Drouin, inéd.) :

wla nna da itarun lɣllt « les arbres qui produisent des fruits »
unna itbbin ixfawn « celui qui a l’habitude de couper les têtes »
sbaḥn sidi rbbi nna itggan aynna ira « Gloire à Dieu qui fait ce qu’il veut »

32mais, dans l’interrogative :

ma da (i)kkatn ? « qui frappe (à la porte) ? « 

6. Teggargrent (Ouargla)

33Dans le parler de Ouargla, oasis du Nord-Sahara algérien, la forme du participe ne se différencie pas de la forme du verbe conjugué aux 3e pers. du sing. et du plur. : c’est la syntaxe de la phrase qui différencie les valeurs. Ce n’est qu’au pluriel qu’on distingue le genre (Biarnay 1908, p. 42, 68-70, 125) :

argaz i əššin « l’homme qui a mangé »
taidit i əššin « la chienne qui a mordu »
oun al add asən « celui-là qui viendra »
ten al add asen « celle qui viendra »
ini al add asen « ceux qui viendront »
tinin al add asent « celles qui viendront »

34Dans la recension plus récente du Dictionnaire Ouargli-français (Delheure 1987), on trouve les exemples suivants :

d ləḥẓaban ala ad siwlən akkat m-bab-əs...
« c’est une amulette-écrite qui répondra à la place du mort » (p. 401)

d nətta a yən-ssəssun taẓərbit
« c’est lui qui a étendu pour nous le tapis » (p. 307)

d lḥiyət i u ttwisəknin azɣar
« c’est une chose qui ne se montre pas dehors » (p. 294)

llan zzwayəl i rəḥḥərən f-fwadan-n-sən
« il y a des animaux qui marchent en se traînant sur le ventre » (p. 274)

...t tisədnan ag ttəqqənənt uɣləb
« ce sont surtout les femmes qui lient » (p. 401)

35La distinction de genre au plur. est à rapprocher de ce qu’Aspinion a rapporté comme « rare » en tamazight.

7. Ghademsi

36C’est le parler des Berbères de Ghadames, aux confins algéro-tuniso-libyens.

37Le participe distingue le genre au sing. mais non au plur., bien que cette différenciation du genre et du nombre semble tomber en désuétude, au profit de la forme unique du masc. sing. (Lanfry 1968, p. 322-337).

38A l’aoriste-futur, le participe emprunte le thème de l’inaccompli ou, s’il s’agit d’une éventualité, l’accompli avec la particule da : dans ce dernier cas, da + accompli, le participe s’accorde de façon facultative avec l’antécédent.

39A la forme négative, la marque suffixée est attirée devant le verbe et reste au contact de la particule de négation quand les satellites du verbe sont attirés également devant le verbe :

alamm-i wəl ən ifil inkeḍ-d algiyad ənnes « le chameau qui n’est pas parti a cassé son entrave »
wi wəl ən ak t idyebbi... « celui qui ne te l’a pas apporté »
wi d wəl nin_i d-usi... « ceux qui ne sont pas venus à moi... »
Lamtiyən-id d əbbunin iləmawen... « les Touaregs qui ont apporté des peaux...

40Cet inventaire limité de quelques spécificités régionales souligne la variété des formes participiales au nord du domaine. L’approche des parlers touaregs montre l’accentuation de cette diversité.

Parlers méridionaux / touaregs

41Hormis pour la tahaggart dont la documentation provient des textes publiés, j’ai enquêté systématiquement sur les autres parlers touaregs, maliens et nigériens, entre 1969 et 1985, en faisant varier formes aspectuelles affirmatives et négatives dans des constructions syntaxiques où interviennent les modalités et les satellites du verbe, pronoms et particules de rection.

42Ces enquêtes ont permis de recueillir un grand nombre d’exemples qui mettent en évidence des divergences à l’intérieur d’un même parler : s’agit-il d’idiolectes ? On pourrait parfois le penser chez certains locuteurs alors que chez d’autres, il semble bien qu’il s’agisse de formes concomitantes et concurrentes, témoignant d’une évolution continue.

43L’ordre de présentation des différents parlers est celui de la complexité croissante quant aux différenciations de genre, de nombre et du jeu des particules modales, ordre qui ne correspond pas toujours à une répartition géographique cohérente.

8. Tahaggart

44C’est, globalement, le parler des habitants du massif de l’Ahaggar et des alentours, au Sahara algérien.

45La documentation, recueillie au début du siècle par Ch. de Foucauld, a été reprise et classée par J.-M. Cortade (1969). Hanoteau avait précédé Foucauld et donne, à la fin du XIXe siècle, une description riche d’exemples. K.-G. Prasse a fait progresser les travaux dans une perspective diachronique.

46Le participe est formé sur les trois thèmes aspectuels différenciant le genre au sing. mais non au plur. A la forme négative, impliquant un inaccompli nég., la modalité ur/wər attire les marques suffixées devant le verbe dont elles peuvent être séparées par des satellites verbaux (comme en ghademsi) :

47Hanoteau donne également comme particules modales de l’aoriste-futur ad /ha / ɣa.

ahəl wa he ilkəmən « le jour qui devant suivre » (= le jour qui suivra)
ahəl
wa ilkəmən « le jour qui ayant suivi » (= le jour qui a suivi)
ihilan
wi dd-əglənin « les jours qui étant partis pour venir ici (=les jours à venir)
tallit
ta təglət « le mois/lune qui étant parti(e) (=le mois dernier) (Cortade : 260-264)
taməṭ
ta ur ət tən-d e tawi « la femme qui ne les apportera pas ici » (Foucauld, Dict. : III 1522)
ere ur ən igmiḍ əs təfuk e dəs ət-təggyəh « celui qui ne sort pas vers le soleil il (soleil) entrera dans lui » (Foucauld, Proverbe : 93 / 171)
inna Məss-inəɣ :
ere ur ən hi yəksuḍ iswəḍit daɣ gyitən in « Dieu dit : que celui qui ne me craint pas qu’il regarde la création » (Foucauld, Prov. 35 / 138).
ma kăy isəlmədăn azalay n ămagar wa ilân argal d wa ur ən t ila « qui t’a appris la différence d’un vieux chameau qui a une queue de celui qui n’en a pas » (Hanoteau, p. 149).

48On s’attendrait à trouver ere ur hi ən---pour ur ən hi---, et ur t ən ila pour ur ən t ila La place des pronoms peut être aléatoire.

49Il faut remarquer que dans Hanoteau et Foucauld, ainsi que dans l’Essai de grammaire repris par Cortade, la forme négative est notée ur ən i---, c’est à dire une notation dans laquelle, comme dans les parlers septentrionaux, la modalité de négation n’assume pas explicitement les désinences participiales post-thématiques (v. plus loin la position de K.-G. Prasse).

9. Tawellemmet / tayart

50Ce sont des parlers du Niger. Le premier est celui des Touaregs de la grande plaine de l’Azawagh, au centre du Niger, débordant la frontière nigéro-malienne à l’ouest qui coupe en deux une unité humaine et linguistique. Au Niger, ce parler comprend le plus grand nombre des locuteurs Touaregs et fait figure de référence et de norme pour ceux qui se trouvent à la périphérie orientale, dans l’Aḍar, vaste région haoussaphone en rapport étroit avec le Nigéria. Par rapport à cette norme que j’appelle tawellemmet 1, les réalisations différentes des marges constitueraient ici la tawellemmet 2. Il s’agit globalement de la tawellemmet des Kel-Denneg, celle des « Gens de l’est », la tawellemmet du Mali étant celle des Kel-Ataram, des « Gens de l’ouest ». Ce sont tous des Iwellemmeden, gens de la tawellemmet.

51La tayart, parler touareg du massif de l’Air au nord du Niger pré-saharien, ne présente pas de différence avec la tawellemmet en ce qui concerne les désinences participiales. On note seulement une variation phonétique pour la particule modale de l’aoriste-futur, ze et non za. Les variations morpho-syntaxiques et les variations lexicales propres à ce parler ne relèvent pas de cette notice.

52Les participes sont formés sur les quatre thèmes aspectuels – aoriste, inacc., acc. affirm. et nég., Les marques désinentielles distinguent le genre et le nombre, sauf au plur. Mes enquêtes recoupent les données rassemblées par M. Aghali-Zakara (1996, p. 56-66) auquel j’emprunte un certain nombre d’exemples systématiques :

Tawellemmet 1

53La forme négative neutralise genre et nombre ; la désinence préfixée du masc. i--- disparaît et la marque suffixée ---n attirée devant le verbe lui est préfixée :

barar wa tu z(a) eləsăn « le garçon qui le recommencera »
tabarart
ta tu za tələsăt « la fillette qui le recommencera »
bararăn/tibararen
win/ti tu za ləsnen « les garçons / fillettes qui le recommenceront »
...win /tin wər tu za nələs « ...ceux/celles qui ne le recommenceront pas »
barar
wa t iləsăn « le garçon qui l’a recommencé »
tabarart ta tu təlasăt « la fillette qui l’a recommencé »
bararăn / tibararen wi/ti tu lasnen « les garçons / filles qui l’ont recommencé »
...wi/ti wər tu nəles « ... ceux/celles qui ne l’ont pas recommencé »

54A l’aoriste, lorsque le pronom reste au contact du verbe, il semble que cette construction syntaxique, moins fréquente ou moins spontanée, puisse être considérée comme une constructon « marquée » :

barar wa za t iləsän

pour wa tu z(a) eləsăn

barar wa wər za tu nələs

pour wa wər tu za nələs

55C’est cette situation, où le satellite (ici le pron.) reste en contact avec le verbe, qui semble la plus usitée en tayart :... win ze ki ənɣinen « ... ceux qui te tueront » (Fraternité 1968, p. 98).

Tawellemmet 2

56Elle est celle des Kel-Eghlal de la lisière orientale de l’aire précédente. Elle est parlée par les anciens serviteurs de ce groupe qui ont, par ailleurs, un parler premier marginal que l’on verra plus loin, la tameseghlalt.

57La différenciation de genre au sing. n’est marquée que par la désinence suffixée alors que celle qui est préfixée est unique i---, quels que soient le genre et le nombre. La forme négative est conforme à ce que l’on vient de voir :

f. affirm.

sg. m.

za i--n

i---n

i---n

f.

za i---t

i---t

i---t

pl.

za i---(n)

i---nen

i---nen

f. nég.

ur za n---

ur n---

ur n---

10. Tadghaq (Adrar des Ifoghas)

58C’est le parler des habitants du massif de l’Adghagh des confins présahariens du nord-est du Mali.

59Comme pour la tawellemmet, on peut distinguer un parler normatif selon l’acception locale, et des réalisations aux marges du pôle dont les variations sont tributaires des contacts avec les parlers voisins : la tawellemmet des Kel-Ataram au sud et la taneslemt à l’ouest, que l’on verra plus loin.

60Je distingue donc, comme précédemment, la tadghaq 1, parler de l’Adghagh proprement dit et la tadghaq 2 qui m’a été indiquée comme représentant la norme mais qui paraît bien être le parler mixte d’un locuteur qui appartient, familialement, à la fois à la tawellemmet et à la tadghaq. Ces données seront à vérifier ultérieurement mais, telles qu’elles existent, elles montrent des emprunts à la taneslemt et des réaménagements.

Tadghaq 1

61L’aoriste, particulièrement, montre une similitude avec la tahaggart : unité linguistique qui va de pair avec les rapports humains séculaires entre l’Adghagh et l’Ahaggar. Quant à la forme négative, c’est la modalité de négation wər qui est porteuse des marques participiales post-thématiques attirées devant le verbe. Cette syntaxe des parlers sahariens et subsahariens occidentaux est fondamentalement différente de celle des parlers touaregs nigériens, à l’est. La différence de genre au sing, est conforme à ce que l’on a vu précédemment, ainsi que pour la place des satellites :

wa t-id e asen « celui qui viendra à lui ici »
ta t-id e tasat « celle qui viendra à lui ici »
wi/ti t-id e asənen « ceux/celles qui viendront à lui ici »
wa wərăn t-id e as « celui qui ne viendra pas à lui ici »
ta wərăt t-id e tas « celle qui ne viendra pas à lui ici »
wi/ti wərăn t-id e as « ceux/celles qui ne viendront pas à lui ici »

62On relève, pour tous les aspects, que la marque post-thématique du plur. ---nen est post-posée à la modalité de négation wər sous la forme ---- ăn/ăt et fait de wərăn/wərăt une forme figée sur le modèle de l’énoncé négatif du sing.

63Quand le verbe n’a pas d’alternance vocalique pré-radicale, comme dans les exemples précédents, la désinence préfixée du verbe est explicite à la forme négative masc. sing. et plur. :

t e ilməd « celui qui ne l’apprendra pas » (akatab « écriture »)
wi wərăn t e lməd « ceux qui ne l’apprendront pas »

64A l’inaccompli, les marques préfixées du fém. sont inconstantes.

Tadghaq 2

65Les variantes portent essentiellement sur l’aoriste-futur qui a une forme unique neutralisant le genre et le nombre aux formes affirmative et négative :

mar n--- / wər marn---
wa
/ ta /wi tăy mar nəlməd « celui/celle/ceux qui l’apprendra / apprendront »
wa /ta / wi wər tăy mar nəlməd « ...celui/celle/ceux qui ne l’apprendra / l’apprendont pas »

66La particule modale e/he de la tadghaq 1, a pour variante ici mar qui appartient à la taneslemt où elle est porteuse, par contre, des marques participiales au sing. et au plur. On n’a donc pas en tadghaq 2 le rôle de wər-- de la tadghaq 1, mais une syntaxe proche de la tawellemmet, wər étant séparé du verbe auquel la marque désinentielle est préfixée. On va voir, de plus, qu’avec cette modalité mar-- en taneslemt la place des satellites n’est pas la même :

ici wa wər tăy mar nəlməd pour wa tay u marin (i)lməd « celui qui ne l’apprendra pas », en taneslemt.

67Pour l’accompli et l’inaccompli, les formes données comme étant de la tadghaq sont en réalité semblables à la tawellemmet. La place des satellites est conforme à ce qu’on a vu pour ce parler, avec des hésitations à l’aoriste concernant la particule modale mar.

11. Taneslemt

68C’est le parler des Inesleman « lettrés en arabe », nom donné à ceux qui composent la très grande confédération des Kel-Entessar. Ils se répartissent sur une vaste région pluriethnique au nord du Mali, sur les deux rives du fleuve Niger, entre Goundam et Bourem, en amont et en aval de Tombouctou.

69Ce qui caractérise les formes participiales de ce parler est la modalité mar--- de l’aoriste, toujours porteuse des marques participiales du verbe qui distinguent les genres. Les réalisations de mar---sont les mêmes à la forme affirm. et nég. Aux deux autres thèmes, accompli et inaccompli, c’est la modalité de nég. ur-/wər--- qui joue le même rôle que mar--- (proche de l’inacc. et de l’acc. négatif de la tadghaq 1).

70Les exemples sont construits à partir de l’énoncé əlməd teghəre « apprends la lecture », əlməd tăt « apprends-la » :

wa tăt marin ilməd « celui qui l’apprendra »
wa tăt u marin ilməd « celui qui ne l’apprendra pas »
ta marit tăt (t)əlməd « celle qui l’apprendra »
ta u marit tăt təlməd « celle qui ne l’apprendra pas »
wi/ti tăt marin əlməd « ceux/celles qui l’apprendront »
wi/ti tăt u marin əlməd « ceux/celles qui ne l’apprendront pas »
wa tăt ilmadăn « celui qui l’a apprise »
wa tăt uren ilməd « celui qui ne l’a pas apprise »
ta tăt təlmadăt « celle qui l’a apprise »
ta tăt urăt təlməd « celle qui ne l’a pas apprise »
wi/ti tăt əlmadnen « ceux/celles qui l’ont apprise »
wi/ti tăt uren əlməd « ceux/celles qui ne l’ont pas apprise »

71La marque suffixée à mar--- de l’aoriste, ---it pour le fém., est la seule qui soit spécifique puisque ---in est valable pour le masc. sing. et plur,, affirmatifs et négatifs : marin et marit paraissent être des formes figées alors qu’aux deux autres thèmes les suffixes portés par ur/wər correspondent à ces marques classiques.

72La particule de négation réduite à u devant mar devient ur---/wər---, aux deux autres aspects, quand elle est étoffée par les suffixes.

73A l’aoriste, la désinence préfixée du fém. t--- est inconstante alors que son absence à l’inaccompli est conforme à ce que montre la conjugaison, comme en tadghaq :

ilâmmăd « il apprend »
Ølâmmăd « elle apprend »

74Les satellites précèdent généralement les modalités de l’aoriste mar--- et u mar---, mais au fém. ils peuvent s’interposer entre les modalités et le verbe :

ta marit tăt təlməd « celle qui l’apprendra »
wa tăt marin ilməd « celui qui l’apprendra »

75A l’inaccompli et à l’accompli nég., on peut constater au fém. la même instabilité quant à la place des satellites :

ta wərăt tăt ləmməd //ta tăt wərăt ləmməd « celle qui ne l’apprend pas ».

76Une autre enquête auprès de Kel-Entessar de la vallée du Tilemsi, au sud du massif de l’Adghagh, montre pour le fém. nég. de l’aoriste une autre construction qui s’apparente à la taneslemt par l’emploi de mar, mais c’est à wər que sont suffixées les désinences, comme chez les Chemenammas, groupe géographiquement proche :

wərăt mar Ø--- pour u marit t---

12. Chemenammas

77Les Chemenammas se répartissent enre Bourem et Gao, sur la rive gauche du fleuve Niger, en aval de Tombouctou.

78Les réalisations participiales de l’aoriste semblent être un compromis avec la taneslemt au sing. pour ce qui est de la particule modale mar--- / mad--- et au plur. u mar--- / wər ---mad. L’enquête n’a pas inclus, à l’époque, le jeu des satellites.

79On constate, comme précédemment mais de façon régulière, l’absence de désinence préfixée au fém., à l’aoriste et à l’inaccompli, ainsi que la similitude des thèmes négatifs pour ces deux aspects :

wa wərin mad issirid « celui qui ne lavera pas »
ta wərit ma(d) ssirid « celle qui ne lavera pas »
wi/ti wərin mad ssirid « ceux/celles qui ne laveront pas »
wa wərən issirid « celui qui ne lave pas »
ta wərit ssirid « celle qui ne lave pas »
wi/ti wərin ssirid « ceux/celles qui ne lavent pas »

80Les désinences préfixées au fém. n’existent qu’à l’accompli affirm. et nég.

13. Tameseghlalt

81Trouver une place à ce parler dans l’ensemble étudié est embarrassant.

82On a vu plus haut que la tawellemmet 2 était la langue seconde de ceux qui se nomment eux-mêmes eklan ən Kel-Eghlal « serviteurs des Kel Eghlal ». Les K. Eghlal sont des Inesleman dépendants directement des Kel Nan de l’Azawagh nigérien, Iwellemmeden de l’est ou Kel-Dinnig, dont la langue est la tawellemmet 1 de référence.

83On a souligné les particularismes de la tawellemmet 2 de ceux qui disent que la tameseghlalt est leur langue maternelle. Ils sont, par ailleurs, haoussaphones dans cette région de l’Aḍar où ils ont toujours été agriculteurs dans des villages de sédentaires. Ce parler, peu étudié, présente beaucoup de différences phonétiques, lexicales et syntaxiques avec la tawellemmet 1 qui est pour eux une langue prestigieuse (v. Drouin 1979-1984, p. 507-520).

84On ne s’intéressera ici qu’aux formes participiales dont la configuration, au regard de la langue de référence, m’incite à penser qu’il s’agit d’un parler tout à fait à la marge en raison d’« innovations » qui peuvent paraître aberrantes quand elles font figure de redondances dans une même forme syntaxique.

85A l’aoriste, rien ne peut expliquer le n--- préfixé au masc., au fém. et au plur., qui est habituellement la désinence de la forme négative dans les parlers proches. Il se trouve, en effet, à la forme négative wər n--- concomitamment avec les marques suffixées qui sont habituellement neutralisées par ce préfixe unique n---. Cette construction de la négation est identique aux trois aspects.

86A l’accompli et à l’inaccompli, les désinences préfixées de genre n’existent pas.

87En somme, l’aoriste-futur n’est pas seulement réalisé avec la modalité šar mais avec šar n---. Le n---est généralisé à l’aoriste affirmatif et à la forme négative des trois aspects. Le genre n’est marqué que par des suffixes aux formes affirmative et négative.

88Il semble qu’on soit en présence de régularisations automatiques qui, d’un point de vue du fonctionnement, sont à rapprocher de celles de la tawellemmet 2, même si elles sont d’une autre nature : elles se font dans ce dernier parler par l’emploi uniforme du préfixe i--- à toutes les formes et à tous les aspects, genre et nombre, de la forme affirmative, alors que la forme négative est conforme à la tawellemmet 1 ur (za) n---. Ici, c’est le préfixe n--- qui est généralisé, sauf à l’inaccompli et accompli affirmatifs.

89On aura noté aussi la spécificité de la modalité de l’aoriste šar qui fonctionne comme e/he/za de la région et non comme mar--- et mad--- dans les parlers du Mali. La négation ur/wər reste autonome, non susceptible de recevoir un suffixe.

90D’un point de vue syntaxique, les réalisations participiales de ce parler sont donc atypiques et semblent faites d’emprunts mal intégrés comme le montrent, sur un autre registre, les emprunts de textes oraux aux « anciens maîtres » dans lesquels il est difficile de reconnaître l’homogénéité et la cohérence des originaux.

*

91La forme participiale, particulièrement celle de l’aoriste-futur (aoriste avec préverbe), apparaît bien, dans l’ensemble du système verbal, comme le lieu où s’opèrent le plus de variations : ces particularismes régionaux ont à voir avec la sociolinguistique. Il n’est pas exclu de relever d’autre formations, variant avec l’environnement, les contacts et l’évolution constante de la langue. Ce fonctionnement très diversifié peut s’interpréter provisoirement comme le résultat de régularisations, de simplifications et d’amalgames.

92Les particules modales de l’aoriste présentent non seulement des variétés de forme mais entraînent aussi une grande variété de fonctionnement syntaxique puisqu’elles peuvent, ou non, être porteuses des indices participiaux et jouer vraisemblablement un rôle sur la place des satellites.

93Elles sont, respectivement, dans l’ensemble de faire berbérophone :

au nord : ara, ad, rad, ɣa, ɣra
au sud : za/ze, e/he, mar---, mad---, šar

94Dans les parlers touaregs, outre les particules modales de l’aoriste, la particule de négation ur/wər peut être porteuse des désinences post-thématiques aux trois aspects (tadghaq, chemenammas) ou seulement à l’inaccompli et à l’accompli (taneslemt). A l’aoriste, pour les cas cités, le processus alterne entre les deux types de particules, modale ou de négation.

95Les données en taneslemt et chez les Chemenammas, où c’est la particule modale qui assume les marques participiales et non pas la particule de négation, celles de la tawellemmet et de la taneslemt où un satellite (S) peut s’interposer soit entre la négation et le participe wər S n---, soit entre la négation et la particule modale wər S za n--- en tawellemmet, toutes ces données conduisent à s’interroger sur l’hypothèse de K.-G. Prasse (1973) concernant la nature de la particule de négation, au regard de la construction de la proposition relative-sujet.

96Il note en effet : « lorsque les verbes sont niés par la négation wər (ur), ils n’ont pas de forme participiale. C’est la négation elle-même qui assume alors la forme participiale qui diffère cependant légèrement de la norme : m.sg. wərăn, f.sg. wərăt, masc. et fém.pl. wərăn... La forme participiale de la négation semble montrer que celle-ci est un ancien verbe (« ne pas être ») dont le verbe principal était le sujet (l’objet ?) » (Prasse 1973, VI-VII, p. 12 ; 1972, III, p. 244).

97En regard des documents sur des parlers touaregs, peu ou pas connus il y a trois décennies, on peut se poser deux questions : ou bien il y avait une norme, celle reconstruite par Prasse – et il faudrait pouvoir s’entourer de quelque certitude – et dans ce cas, les attestations actuelles des parlers mentionnés ne correspondant pas à la description retenue sont des déviances et n’infirmeraient pas, à ce titre, cette hypothèse. On bien, la forme participiale négative se prête à différents types de combinaisons, avec l’une ou l’autre particule en jeu, modale ou de négation, et il serait alors hasardeux de retenir une seule réalisation comme originelle. Par ailleurs, le fonctionnement de la négation dans les parlers maghrébins où ur joue le même rôle devant le participe que devant la forme conjuguée, avec presque autant de situations syntaxiques que de parlers existants, à l’aoriste-futur – ur n--- ara (taqbaylit), ur rad i -inacc- (tashelhiyt), ur i -inacc (tarifit), ur i---n (tamazight) – semble montrer que cette très grande variété synchronique rend fragile toute reconstruction qui, nécessairement privilégierait une interprétation : celle qui considérerait, en diachronie, que ces constructions sont le résultat d’une évolution et ne représentent pas la forme ancienne originelle. Cette préférence diachronique semble difficile à retenir actuellement.

98L. Galand rappelle (2006) que A. Basset avait émis aussi l’idée que la particule de négation u / wər pourrait être un ancien verbe auxiliaire. Les opinions sur ce sujet animent la recherche depuis longtemps sur une question qui n’est pas close.

RÉCAPITULATIF DES FORMES RÉGIONALES

RÉCAPITULATIF DES FORMES RÉGIONALES
Haut de page

Bibliographie

Aghali-Zakara M., 1996 – Éléments de morphosyntaxe touarègue, Paris, Centre de recherche berbère, GETIC/INALCO.

Aspinion R., 1953 – Apprenons le berbère. Initiation aux dialectes chleuhs, Rabat, Moncho.

Basset A., 1949 – « Sur le participe berbère », Comptes rendus du GLECS V, 1948-1951, p. 34-36.

Basset A., 1969 – La langue berbère (1952), Oxford, Univ. Press.

Bentolila F., 1981 – Grammaire fonctionnelle d’un parler berbère : Aït Seghrouchen d’Oum Jeniba (Maroc), Paris, Selaf.

Biarnay S., 1908 – Etude sur le dialecte berbère de Ouargla, Paris, E. Leroux.

Chaker S., 1983 – Un parler berbère d’Algérie (Kabylie) : syntaxe (1978), Aix-en-Provence/Marseille, Univ. de Provence.

Cortade J.-M., 1969 – Essai de grammaire Touareg (dialecte de l’Ahaggar), Alger, Institut de Recherches Sahariennes / Univ. dAlger.

Delheure J., 1987 – Dictionnaire Ouargli-Français, Paris, Selaf.

Drouin J., 1979-84 – « Nouveaux éléments de sociolinguistique touarègue : un parler méridional nigérien, la tameseghlalt », Comptes rendus du GLECS, XXIV-XXVIII, p. 507-520.

Drouin J., 1996 – « Les formes participiales en berbère : essai de dialectologie comparée », Littérature Orale Arabo-berbère 24, Paris, CNRS (UPR 414), p. 233-260.

Foucauld Ch. de, 1920 – Notes pour servir à un essai de grammaire touarègue (dialecte de l’Ahaggar), publiées par R. Basset, Alger.

Foucauld Ch. de, 1922 – Textes touareg en prose (dialecte de l’Ahaggar), publiés par R. Basset, Alger Jourdan (v. Proverbes : 137-219). Rééd. par S. Chaker, H. Claudot, M. Gast, Edisud, 1984.

Fraternité Ch. de Foucauld, 1968 – Initiation à la langue des Touaregs de l’Aïr, Agadès, Niger (v. p. 27, 81, 98).

Galand L., 1974a – « Introduction linguistique », p. 15-41 in Petites Sœurs de Jésus Contes Touaregs de l’Aïr. Paris, Selaf.

Galand L.,1974b – « Défini, indéfini, non-défini : les supports de détermination en touareg », BSLP, p. 205-224.

Galand L., 1988a – « Le Berbère », p. 207-242 in J.Perrot (éd.) Les langues dans le monde ancien et moderne, Paris, CNRS.

Galand L., 1988 b – « Typologie des propositions relatives : la place du berbère ». Lalies, 6, p. 81-101.

Galand L., 2006 – « Le participe berbère », A. Mettouchi et A. Lonnet (éds), Les Langues chamito-sémitiques (afro-asiatiques), vol. 2, Paris, Ophrys, (= Faits de Langues, 27), p. 45-63.

Hanoteau A., 1896 – Essai de grammaire de la langue Tamachek’, Alger, Jourdan.

Lanfry J., 1968 – Ghadamès. Etude linguistique et ethnographique, t. 1. Fort-National (Algérie), Fichier de documentation Berbère.

Laoust E., 1939 – Cours de berbère marocain (dialectes du Maroc Central), Paris, Geuthner.

Loubignac, 1924 – Etude sur le dialecte des Zaïans et Aït Sgougou, Paris, E. Leroux.

Mercier G., 1896 – Le Chaouïa de l’Aurès, Paris, E. Leroux.

Pencohen Th-.G., 1973 – Etude syntaxique d’un parler berbère (Ait Frah de l’Aurès). Napoli, Istituto Universario orientale (= Studi Magrebini vol. V).

Prasse K.G., 1972 – Manuel de grammaire touarègue (tahaggart), I-III : Phonétique. Ecriture. Pronom. Copenhague, Akademisk Forlag.

Prasse K.G., 1973 – Manuel de grammaire touarègue (tahaggart), VI-VII : le Verbe. Copenhague, Akademisk Forlag.

Renisio A., 1932 – Etude sur les dialectes berbères des Beni Iznacen du Rif et des Senhaja de Sraïr. Paris, E. Leroux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jeannine Drouin, « Participe (formes régionales) »Encyclopédie berbère, 37 | 2015, 6133-6149.

Référence électronique

Jeannine Drouin, « Participe (formes régionales) »Encyclopédie berbère [En ligne], 37 | 2015, document P16, mis en ligne le 25 janvier 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3450 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3450

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search