Navigation – Plan du site

AccueilVolumes37Parure funéraire préhistorique en...

P17

Parure funéraire préhistorique en Afrique du Nord

Louiza Aoudia-Chouakri
p. 6149-6152

Entrées d’index

Mots clés :

parure, préhistoire
Haut de page

Texte intégral

1Le mobilier funéraire, en général, est difficile à définir dans la mesure où les fouilles archéologiques appartiennent à une époque où seuls les objets exceptionnels étaient signalés. Pour ce qui est des sépultures les plus anciennes, aucun élément de parure n’a jamais été signalé pour la culture iberomaurusienne*. Du moins, aucun objet porteur des critères que nous sommes capables de reconnaître (Aoudia-Chouakri 2013).

2En ce qui concerne le Capsien*, seule la fouille du site de Medjez II* qui est l’une des plus récentes, a montré la présence de divers objets découverts en relation avec les squelettes (Camps-Fabrer 1975 ; Aoudia-Chouakri 2013). Néanmoins, les objets de type parure sont rares. En effet, seul l’adulte H1 a été accompagné d’une défense de sanglier perforée (fig. 1) et d’une perle tubulaire en os. L’immature E2 est accompagné d’un fragment de coquillage.

Fig. 1. Dent de sanglier perforée accompagnant l’individu H1 de la sépulture 1 du site de Medjez II. Modifié d’après Camps-Fabrer 1975, p. 280

3D’un autre côté, deux sépultures avec une parure bien plus élaborée, découvertes en contexte Capsien (Aïn Méterchem* et Bekkaria 6), ont suscité de vives discussions quant à leur attribution culturelle (Vaufrey 1955 ; Camps-Fabrer 1960 ; Perpère 1971 ; Vallois 1980). La première découverte, la sépulture 6 de Bekkaria, a livré une parure qui s’est présentée en deux concentrations derrière le tronc de l’individu. La première, la plus proche du dos a contenu : une plaquette en œuf d’autruche perforée et des plaquettes gravées, des coquilles marines complètes et fragmentaires, une plaquette de calcaire perforée et trois grains d’enfilage en test d’œuf d’autruche. La seconde concentration a contenu 10 coquilles marines, une plaquette de nacre doublement perforée, un fragment allongé et étroit de nacre, trois pendeloques d’os perforées, 6 perles allongées rougeâtres et pas moins de 1 635 grains d’enfilage en test d’œuf d’autruche (Le Dû, Serée de Roch 1953).

4Le second cas, la sépulture d’Aïn Méterchem, a livré 823 grains d’enfilage en test d’œuf d’autruche. Ces 823 rondelles étaient réparties à plusieurs endroits du squelette. Vallois et Perpère, qui ont tous deux étudié ce cas, ont conclu que l’individu devait porter une coiffe cousue de ces perles, un collier et un pagne (Perpère 1971 ; Vallois 1980). Les perles en test d’oeuf d’autruche sont d’ordinaire présentes en quantité très réduite dans les sites capsiens (entre 1 et 5 perles, à l’exception du site de Redeyef qui a livré 38 perles). Ceci a constitué le premier argument d’une mise en question de l’âge capsien de ces deux sépultures (Vaufrey 1955 ; Camps-Fabrer 1960). Le second argument a été fourni par une étude technique des perles de l’Ain Meterchem qui a démontré qu’elles ont été fabriquées en série et non pas à l’unité (Perpère 1971). La fabrication en série se fait généralement à l’aide d’une pierre à rainure connue au Néolithique mais pas dans les sites capsiens (Camps-Fabrer 1960 ; Perpère 1971). Néanmoins, les grains d’enfilage présentant les caractéristiques de fabrication en série sont quand même connus dès le Capsien typique (Camps-Fabrer 1960, p. 154). De plus, d’autres moyens que la pierre à rainure sont aujourd’hui connus pour la confection de rondelles en série (par frottement d’un boudin de perles sur une meule dormante ou encore à l’aide d’une pièce de bois (Camps-Fabrer 1960, p. 154 ; Perpère 1971, p. 84). Pour cette raison, Perpère commence son étude en écrivant :

« Il nous sera donc possible, dans l’état des connaissances actuelles, de dire si les rondelles d’Aïn Meterchem ont été fabriquées une à une ou en série, mais il sera dangereux d’être tout à fait affirmatif sur leur âge. » (Perpère 1971, p. 84).

5Elle se contente de conclure que les perles d’Aïn Meterchem ont été fabriquées selon une technique en série bien connue au Néolithique. Vallois (1980) reprend ces mêmes arguments pour défendre l’âge capsien de ces sépultures et ajoute que le squelette était pris dans une couche capsienne.

6Pour ce qui est des sépultures néolithiques, les éléments de parure accompagnant les défunts sont aussi rares que dans les cultures précédentes. C’est la fouille récente du site marocain d’El-Mnasra (région de Rabat) qui a permis la mise au jour de deux éléments de parure accompagnant un défunt. En effet, à proximité immédiate de la sépulture 1 gisait une canine inférieure perforée appartenant à un canidé. Le second élément est une vertèbre de requin perforée trouvée près des membres inférieurs de ce squelette (El Hajraoui et al. 2012).

Haut de page

Bibliographie

Aoudia-Chouakri L., 2013 – « Pratiques funéraires complexes : réévaluation archéo-anthropologique des contextes ibéromaurusiens et capsiens. Paléolithique supérieur et Epipaleolithique, Afrique du nord-ouest ». Université de Bordeaux 1. 485 p.

Camps-Fabrer H., 1960 – « Parures des temps préhistoriques en Afrique du Nord », Libyca, VIII, p. 11-199.

Camps-Fabrer H., 1975 – « Un gisement de facies Sétifien : Medjez II. El Eulma (Algérie) », Paris, CNRS (Antiquités Africaines), 448 p.

Lacombe J-P., Oujaa A., 2012 – « L’occupation humaine néolithique » in M. A. El Hajraoui, R. Nespoulet, A. Debenath et H. L. Dibble : « Préhistoire de la région de Rabat-Témara », Villes et sites archéologiques du Maroc (VESAM), vol. III p. 122-135.

Le Du R., Seree de Roch E., 1953 – « Le gisement capsien de Bekkaria (commune mixte de Morsott, département de Constantine) », Libyca, I, p. 141-155.

Perpere M., 1971 – « Rondelles d’enfilage en test d’œuf d’autruche d’Ain Metherchem (Tunisie) », L’Anthropologie, 73 (1-2), p. 83-88.

Vallois H. V., 1980 – « La sépulture et la parure de l’Homme capsien d’Aïn Méterchem (Tunisie) », Bull. Soc. Préhist. Fran., 77 (5), p. 136-140.

Vaufrey R., 1955 – Préhistoire de l’Afrique, t. 1. Maghreb, Paris, Inst. des Hautes Études de Tunis / Éd. Masson. 458 p.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Dent de sanglier perforée accompagnant l’individu H1 de la sépulture 1 du site de Medjez II. Modifié d’après Camps-Fabrer 1975, p. 280
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3458/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louiza Aoudia-Chouakri, « Parure funéraire préhistorique en Afrique du Nord »Encyclopédie berbère, 37 | 2015, 6149-6152.

Référence électronique

Louiza Aoudia-Chouakri, « Parure funéraire préhistorique en Afrique du Nord »Encyclopédie berbère [En ligne], 37 | 2015, document P17, mis en ligne le 25 janvier 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3458 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3458

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search