Navigation – Plan du site

AccueilVolumes37Patelle : Subsistance et symbolisme

P20

Patelle : Subsistance et symbolisme

Colette Roubet
p. 6169-6179

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La fréquentation des rivages de l’Afrique méditerranéenne et atlantique attira la curiosité des hommes préhistoriques pour les coquilles vides, la richesse de leur coloris, l’éclat de la nacre, à des fins ornementales. Ce pouvoir attractif n’a plus jamais laissé l’homme indifférent (Camps-Fabrer 1960). Les nasses Nassarius gibbosulus* furent prisées des Hommes Anatomiquement Modernes (HAM)* du Proche-Orient au Maroc, à partir de 100 000 ans (Vanhaeren et d’Errico, EB XXXIII, p. 5256-5258). Ce gastéropode de petite taille, fut au fil du temps associé à d’autres espèces comestibles, désormais pêchées.

2Un rapport direct et fréquent aux ressources malacologiques vivantes s’est installé progressivement au cours du Pléistocène supérieur. Subsistance et parure symbolique ont alors motivé la quête. Si pour les hommes Atériens du littoral les collectes s’inscrivent dans des comportements de subsistance, ponctuels et opportunistes, on constate que leurs successeurs telliens de Mechta-Afalou*, testent, sélectionnent, puis transportent et consomment dans leurs abris diverses ressources halieutiques ; coquilles et restes de poissons sont des témoins conservés depuis 20 000 ans.

3Lorsque sur le littoral vont s’élever durant l’Holocène d’importants amoncellements coquilliers, il s’agira de rebuts accumulés par des pêcheurs prénéolithiques. Les espèces comestibles dominantes seront alors la patelle, la moule et le cardium, parmi d’autres.

4Ces coquilles vides n’ont cessé d’alimenter aussi l’imaginaire des populations littorales et plus encore celles de territoires très éloignés de la mer.

La patelle : marqueur comportemental de l’homme Atérien du littoral algérois

5On peut faire remonter l’attrait gustatif pour les patelles à un contexte culturel Atérien du littoral algérois et reconnaître aujourd’hui in situ le lien direct ayant uni, voilà plus de 30 000 ans, patelles et instruments lithiques, abandonnés près du rivage. Battu par les vents et les vagues, un spot du site du Rocher Plat (fig. 1, no 3) conservait ces témoins matériels. F.-E. Roubet eut le mérite de le signaler oralement en 1965, après sa découverte en décembre 1964 (Roubet 1966a), redonnant à ce littoral célèbre un regain d’intérêt et renvoyant par empathie une image inattendue d’un comportement initié par les hommes Atériens du littoral méditerranéen, pérennisé depuis, au point d’être naturel pour les amateurs de fruits de mer et les pêcheurs actuels. Ce rapport de l’Homme aux ressources malacologiques comestibles sert donc, comme sur d’autres côtes septentrionales, de marqueur géographique et comportemental significatif, prenant au début de cette aventure l’aspect d’une découverte gustative.

6A proximité du lieu-dit « Rocher plat », tout en étudiant de bas en haut la succession stratigraphique des formations quaternaires, F.-E. Roubet découvrit un site tectoniquement moins déformé que d’autres sur cette côte, au substratum marin non immergé. La présentation synthétique des informations de la région s’établit ainsi (Roubet 1969, coupe 25) :

  1. un dépôt marin tyrrhénien gréseux, lumachelle et Pétoncles, conservant parfois quelques Strombes,

  2. un premier dépôt de colluvions rouges continentaux, marneux-gréseux, R Inférieur, archéologiquement stérile,

  3. un premier dépôt dunaire lapidifié,

  4. un second dépôt de colluvions rouges, marneux-gréseux, R1, archéologiquement stérile,

    • 1 Ces dunes lapidifiées ont servi de carrières aux Romains qui ont procédé à l’extraction de pierres (...)

    un second dépôt dunaire lapidifié1,

  5. un troisième dépôt de colluvions rouges, marneux-gréseux, R2 contenant l’Atérien et des patelles consommées, certaines calcinées,

  6. un encroûtement de structure entrecroisée, précède un troisième dépôt dunaire.

7Ces dépôts sont surmontés de séries de sols récents.

8F.-E. Roubet mit en évidence, ici aussi, trois épisodes distincts de colluvions rouges alors qu’en d’autres points connus du littoral, entre Bérard et Tipasa, affectés de mouvements tectoniques et eustatiques, un seul « niveau rouge » avait été classiquement identifié (Balout 1955).

9Cette nouvelle observation précisait mieux désormais la position stratigraphique de l’Atérien littoral algérois, examinée depuis Kouali jusqu’à l’embouchure de l’Oued Tagoureït (fig. 1, no 1-8) (Roubet 1966b, 1969). Prélevant pour datation (Th-U) des échantillons de patelles dans les contextes Atériens de deux nouveaux sites, il obtint pour les Falaises Rouges l’âge de 31 000 BP et pour la Presqu’île du Canal, celui de 32 000 BP (Roubet in Camps 1969, p. 396 ; Roubet in Mammeri, Brahimi 1970, p. 289), (fig. 1, no 3 et 4). Aussi, lorsqu’au Rocher Plat il découvrit à mi-hauteur, dans le dépôt supérieur rouge et gréseux R2, de consistance friable à indurée, un autre petit lot d’objets familiers, groupés sur une superficie d’à peine un demi mètre carré, il en prit grand soin. Sur ces lieux que j’ai observés avec lui, j’ai reconnu chaque pièce de cet assemblage, non roulé, et suivi ses commentaires et interrogations. En relation notamment avec l’isolement de ce contexte culturel réduit et son caractère circonstanciel rendant compte d’un comportement ponctuel, presqu’individuel, très orienté et spécial, passé inaperçu. J’ai été témoin du retrait de ces pièces au burin.

10Ces objets ont été déposés à Alger au CNRPAH. F.-E. Roubet n’a pas eu la possibilité de faire établir les données sédimentologiques, minéralogiques et chronologiques devant accompagner la publication de cette découverte exceptionnelle : « J’ai extrait » a-t-il dit « de cette formation : d’une part un petit lot d’industrie atérienne, d’autre part une lame entière en calcaire dur, gris foncé, qui est l’une des plus grandes – sinon la plus grande – trouvée en milieu atérien in situ (145 mm) (fig. 2). Cette lame qui a fait l’objet d’une communication à la Société d’Histoire Naturelle de l’Afrique du Nord le 10 février 1965, était entourée de coquilles de Patella ferruginea », restes de nourriture (Roubet 1966b, p. 118, note 45), « cette lame avait été difficilement extraite de la formation » (Roubet 1969, p. 149). Il compléta le récit en précisant : « j’ai trouvé en outre, à cet endroit, des fragments d’œuf d’autruche qui étaient en contact avec l’industrie atérienne (éclats, partie proximale d’une lame, pointe pédonculée). C’était la première fois, à ma connaissance, que des vestiges de l’Autruche étaient découverts in situ en milieu Atérien, dans des conditions indiscutables [...] j’ai reconnu aussi [...] une Patella ferruginea complètement calcinée » (Roubet 1966b, p. 127, note 59).

11Sur cette côte algéroise des hommes Atériens ont goûté les patelles fixées aux rochers, après être parvenus à les en détacher, malgré la forte adhérence musculaire du pied et sa fixation à la surface rocheuse irrégulière qu’épouse si bien le rebord de la coquille. On doit le contact extrêmement étroit de cet organe à la roche à une couche de mucus qui rend étanche et remarquable cette adhérence.

12Mais avec quels instruments lithiques les ont-ils détachées ? Le spot du Rocher Plat a livré quatre pièces dont deux cassées ; il s’agit de deux éclats, d’une pointe pédonculée et d’une grande lame (fig. 2). Cette lame entière, sans ébréchure à la pointe ou sur les bords-un peu émoussés-, servit de couteau robuste. Son extrémité distale pointue et déjetée porte un renfort caractéristique et naturel lui donnant une section triédrique, créé par l’arête naturelle du support choisi, que le tailleur a intentionnellement maintenue. F.-E. Roubet a pris soin de conserver sur la face inférieure des témoins de la couche gréseuse qui enrobait la pièce, posée à plat. Mais ce n’est probablement pas avec cette lame que les patelles furent détachées. Leur détachement a pu se produire en faisant levier avec un éclat, qui s’est brisé, puis avec une pointe pédonculée, qui s’est aussi brisée à mi longueur (fragments non retrouvés), tandis que la lame intacte pourrait avoir servi ensuite à couper le muscle. Crue ou/et cuite cette chair ferme et salée fut donc consommée. Pourtant aucune trace de foyer n’a été découverte. Comment expliquer la présence sur ce spot et ailleurs de patelles noircies ? A quoi correspondent les tests d’œuf d’autruche ? A des portions d’une coupe cassée ? Bien des questions sur les formations de ce Quaternaire régional se posent encore que d’autres recherches tentent de résoudre (Saoudi, Bétrouni 1980-1981).

13Dans le site Atérien de la Presqu’île du canal (fig. 1, no 4) un autre exemple a livré les mêmes documents, quoique moins groupés : patelles, éclats pédonculés et lame, tests d’œuf d’autruche, ont été représentés (Roubet 1966b, p. 124 et 125, fig. 3 et 4 ; Roubet 1967), j’ai réuni sur la fig. 3, côte à côte, cette lame plus courte de la Presqu’île du canal (longueur comprise entre 88-92 mm), à l’extrémité brisée et d’actuelles coquilles de Patella ferruginea.

14F.-E. Roubet considérait ces premières patelles dégustées par les Atériens du littoral algérois comme de petites gourmandises accompagnant l’attachement de ces aventuriers et de chacun de nous au rivage méditerranéen.

Les patelles consommées par les hommes de Mechta-Afalou du littoral de l’Algérie orientale

15Les paysages du littoral méditerranéen de la fin du Pléistocène supérieur s’étendaient encore vers 20 000 ans sur plusieurs centaines de mètres au nord de la côte actuelle. Les massifs du Tell nord-africain surplombaient alors de vastes étendues, parfois rocheuses, que fréquentaient les faunes et les hommes de Mechta-Afalou. Mais, lorsque s’amorça le réchauffement climatique de la transition Pléistocène-Holocène et la remontée du niveau marin, vers 11 000 ans, ce trait de côte et ces espaces disparurent ; les eaux ennoyèrent de nombreux sites préhistoriques et leurs caractéristiques environnementales.

16La sinueuse corniche littorale qui longe aujourd’hui le massif oriental des Babors ne laisse qu’à peine entrevoir l’étendue des plaines septentrionales que fréquentèrent les hommes de Mechta-Afalou. C’est en prospectant le massif qu’on découvrit les lieux qu’ils choisirent d’investir. En se répandant à travers le massif, non loin des cours d’eaux et à l’écart des marais du Melbou, ils occupèrent en altitude abris et grottes, tous éloignés de l’ancien rivage. Ces refuges-conservatoires livrent aujourd’hui leur secret. On sait que de nombreuses populations furent inhumées dans le célèbre sanctuaire d’Afalou Bou Rhummel* (Hachi 2003a, 2003b, 2006). On a pu recueillir de nombreux témoins de leur vie de chasseurs et de leur culture ibéromaurusienne. Les contextes chrono-culturels qui en témoignent s’échelonnent sur plus de 10 000 ans, ils résultent d’une longue succession d’installations stables, autour de foyers construits, renfermant divers témoins alimentaires. Tous évoquent des chasses et des collectes en montagne et sur les piémonts ; les ressources halieutiques y sont présentes.

17Nous avons retenu l’abri de Tamar Hat, exploré et fouillé par C. Arambourg (Aramboug, Boule, Vallois et Verneau 1934), puis par C. Brahimi (1969) et E. Saxon (Saxon 1975, Tableau 2) qui a livré une faune abondante (de mollusques terrestres, notamment, faisant de l’Hélix un concurrent des patelles) incluant une documentation malacologique significative. Il en résulte une bonne connaissance des milieux sableux et rocheux, de leur biodiversité et une mise en évidence de la saisonnalité plus propice à l’exploitation de certaines ressources.

18Les recherches multidisciplinaires conduites à Tamar Hat ont permit de scinder les quatre mètres de dépôts accumulés en six périodes successives datées, (Tableau 1) toutes rapportées à l’Ibéromaurusien. Ces subdivisions ont été nommées « zones » (Saxon 1975 ; Close 1980-1981). On notera que la consommation des patelles rivalisa aussi avec d’autres espèces marines comme Homalopoma (532 specimen au total) et Monodonta turbinata (142 specimen) et qu’elle installa des collectes fréquentes, accompagnées d’une vraisemblable consommation sur place. Aussi, en consultant les données quantitatives, prendrons-nous en compte les distances et le transport de la côte à l’abri d’une partie seulement des collectes réelles destinées aux autres membres.

  • La zone 1 contenait dans les niveaux 1 à 15, 304 patelles avec un maximum de 56 et 74 patelles dans les niveaux 7 et 15. Les « layers » 1 (inférieur et supérieur), 9 et 15 ont été datés et l’on constatera sur le Tableau 1 que les toutes dernières fréquentations de l’abri sont contemporaines de l’Holocène et de la remontée du niveau de la mer. On peut mieux comprendre que les niveaux 1-7 en particulier renvoient une consommation de patelles plus affirmée en relation avec un rivage devenu plus proche.

  • La zone 2 a contenu 132 patelles dans les niveaux 16 à 26, avec un maximum de 39 et 30 patelles entre les niveaux 18 et 22, non datés.

  • La zone 3 ne contenait que 13 patelles, distribuées par unité, dans les niveaux 27 à 34, non datés.

  • La zone 4 ne contenait que 11 coquilles de patelles, distribuées entre les niveaux 35 à 50, bien datés dans les « Layers », 44 et 50.

  • La zone 5 ne contenait qu’une patelle entre les niveaux 51 et 70, non datés.

  • La zone 6 n’avait pas de patelle dans les niveaux compris entre 70 et 85 datés de 24 051-21 645 cal BC.

19Cette présentation quantitative des récoltes de patelles, établie à partir des mêmes portions anatomiques (coniques), reste à considérer à ses débuts comme une dégustation originale, quantitativement mal connue, le plus souvent pratiquée peut-être à distance de l’abri. Cette cueillette, entretenue par quelques connaisseurs (zone 5), s’est transmise à leurs successeurs (zone 3). Et l’on a pu constater plus tard que la consommation s’affirmait dans l’abri, au cours des deux dernières périodes. Ce sont les arguments tirés du transport et de la consommation différée, sous abri, loin de la mer, qui traduisent le mieux, à notre avis, le développement gustatif et le partage de ces collectes avec les membres de la communauté. Aussi, en replaçant cette dégustation dans le cadre de la subsistance générale, qui comporte rappelons-le d’autres mollusques, terrestres notamment, pouvons-nous la considérer comme une contribution spéciale, incitatrice de convivialité et d’attachement à ce littoral modifié, mais restant dépendante de conditions saisonnières variables.

20J. Shackleton (1975, p. 217-219) a montré qu’elle pouvait être considérée comme hivernale. L’établissement de la courbe des paléo-températures de la mer (radoucissement après 18 000 ans puis vers 11 000 ans) à partir de la composition isotopique du carbonate de calcium des coquilles, au cours de leur croissance, montre que patelles et Monodonta (158 spécimen au total) furent récoltées vivantes et en hiver.

“The season of death data confirm the hypothesis that Tamar Hat was occupied in the winter months only. The availability of Monodonta is not greater in winter than in summer. As its limited number present in the deposit suggest, it should be regarded as a relish in the diet than an occasionally important food, there is no reason to believe that it would not be collected as often in summer if Tamar Hat was occupied during that season. We conclude that oxygen isotopic analysis provides positive evidence for a winter occupation of the site and no indication of summer occupation”.

La patelle et sa fonction symbolique

21La fonction ornementale de la patelle entière ou partielle est modestement attestée dans la parure préhistorique du Maghreb (Camps-Fabrer 1960, p. 81-82). Pourtant rien dans son anatomie ou la structure de sa matière première ne s’oppose à la perforation ou au façonnage. Cette coquille entière, posée à plat comme en position de vie, offre en effet une assise naturelle stable avec son large bord ovalaire pouvant bien s’appliquer sur un support. D’autre part, sa résistance et sa blancheur satinée intérieure, auraient pu conduire à façonner des rondelles, comme ce fut le cas avec l’arche (area senilis) de Mauritanie des sites côtiers de l’Atlantique.

22Un pendentif original a été reconnu en Tunisie dans la grotte du Néolithique* méditerranéen du Kef el-Agab* (Bardin 1953 ; Vaufrey 1955, p. 306) qui livra d’autres coquilles perforées (unio, pétoncle, cardium). Il s’agit d’un petit pendentif cordiforme, découpé et perforé dans une portion de patelle ou de pétoncle, selon ces deux auteurs. Cet objet de parure entier, perforé dans la région élargie de la pièce, proche du nouveau bord créé, témoigne d’une grande habileté créatrice, soutenue par des qualités techniques et esthétiques.

23Deux autres pendentifs ont été signalés, l’un dans le Constantinois et la grotte du Fort Clauzel (Debruge 1905), l’autre au Maroc, dans celle d’Achakar (Koehler 1931).

24On insistera aussi sur une autre fonction originale de la patelle, remplie lorsqu’elle servit de contenant. La patelle et le pétoncle se voient considérées avec intérêt lorsqu’elles peuvent servir de godet à fard, pour préparer puis appliquer sur le corps de petites quantités de colorants.

25Dans deux gisements atlasiques du Néolithique pastoral de tradition capsienne on a retrouvé ces deux types de coquilles et leur résidu coloré (Roubet 1969 et 1979).

26Dans les Némencha* le Damous el-Ahmar* a livré une large coquille de pétoncle (glycimeris) naturellement perforée au crochet (fig. 4, no 1). A sa périphérie diverses modifications ont entamé son bord externe pour le cranter de façon symétrique (par souci d’imitation de la nature) et pour échancrer le rebord intérieur de la zone du crochet perforé. Sa face externe a subi un aplanissement par frottement pour assurer une stabilité certaine au petit récipient rempli. Sa fonction majeure fut donc de servir de godet pour mélanger et appliquer des colorants (coloration corporelle).

27Dans l’Aurès* la grotte Capéletti de Khanguet si Mohammed Tahar* a livré une patelle dans les ultimes dépôts que couvrait le guano. Cette patelle découverte par J.-B. Capéletti a été remise à Th. Rivière qui vint fouiller la grotte en 1934-1936 (fig. 4, no 2). Cette coquille brisée à une extrémité, pourrait avoir été perforée. Usée sur ses faces et son rebord, elle conserve à l’intérieur un mélange de pigments encroûtés non analysée (Roubet 1979, p. 127, fig. 48 no 2). Les datations des derniers dépôts de cette grotte se situent vers le IVe millénaire BC, contemporain de celui des Nemencha.

Tableau 1. Données chronologiques établies pour l’abri de Tamar Hat (Saxon 1975).

Fig. 1. Localisation des sites Atériens majeurs du littoral entre Bérard et Tipasa (d’après F.-E. Roubet 1966b).

Fig. 2. Grande lame de l’Atérien du Rocher Plat (L. 145 mm) (d’après F.-E. Roubet 1969).

Fig. 3. Grande lame de l’Atérien des Falaises Rouges avec spécimens actuels de Patella ferruginea

Dessin de Y. Assié.

Fig. 4. Godets à fard du Néolithique pastoral atlasique : 1-Pétoncle du Damous el-Ahmar (Némencha) ; 2-Patelle de la grotte Capéletti (Aurès) (d’après C. Roubet 1979)

cl. F.-E. Roubet.

Conclusion

28Au delà des contextes culturels auxquels elles étaient liées, toutes ces coquilles insistent sur la permanence d’une perception plurielle de leur nature intrinsèquement vivante, renvoyée ici par les patelles. La fonction de subsistance de la patelle est parvenue en émergeant, puis en se transmettant sans interruption depuis très longtemps, à s’élever au rang d’un fruit de mer apprécié, comme le pétoncle et la moule ; elle reste liée au goût de chacun et aux circonstances locales, qui conduisent à la considérer sur le littoral africain méditerranéen comme une « gourmandise » occasionnelle plutôt qu’une nourriture substantielle. En revanche sa fonction symbolique en s’inscrivant parmi d’autres faits socioculturels, depuis qu’elle émergea du comportement de l’Homme Anatomiquement Moderne, s’est enracinée et enrichie et entretenue nous permettant de lui reconnaitre une fonction signifiante pérennisée, en passant par l’ethnographie. En suggérant pour les pasteurs Néolithiques des régions continentales, un lointain maritime, presque mythique qu’ils ne firent qu’entrevoir, ces coquilles revivifiées et transformées en pendentif et godet, de surcroît enduits de colorants, portent jusqu’à nous les messages de ces populations rurales et leurs intimes pensées.

Haut de page

Bibliographie

Arambourg C., Boule M., Vallois H.-V., Verneau R., 1934 – Les grottes paléolithiques des Beni Segoual (Algérie), Paris, Masson (Archives de l’Institut de Paléontologie Humaine, mémoire 13). On y trouvera aussi l’étude du site de Tamar Hat, p. 25-35, 68-81.

Balout L., 1955 – Préhistoire de l’Afrique du Nord. Essai de chronologie, Paris, AMG.

Bardin P. 1953 – « La grotte de Kef el-Agab (Tunisie). Gisement néolithique », Libyca, 1, p. 271-308 (p. 292 et Pl. II no 3).

Brahimi Cl., 1969 – « L’industrie lithique de l’Abri de Tamar Hat », Libyca, XVII, p. 35-48.

Camps G. 1969 – « Les activités du Crape durant l’année 1969 », Libyca, XVII, p. 395-401, (datation citée p. 396).

Camps-Fabrer H., 1960 – Parure des temps préhistoriques en Afrique du Nord, Libyca, VIII, p. 9-218.

Camps-Fabrer H., 1966 – Matière et Art mobilier dans la Préhistoire nord-africaine et saharienne, Paris, AMG (Mémoire du Crape : V).

Close A.-E., 1980-1981 – “The Iberomaurusian sequence at Tamar Hat”, Libyca, XVIII-XIX, p. 69-103.

Debruge A., 1905 – « La grotte du Fort Clauzel », XXXIVe Congrès de l’AFAS, Cherbourg, p. 624-632.

Hachi S., 2003a. – Les cultures de l’Homme de Mechta-Afalou, Alger, Cnrpah (Mémoire du Cnrpah, n.s. : 2).

Hachi S., 2003b – Aux origines des Arts Premiers en Afrique du Nord. Les figurines et les objets modelés en terre cuite de l’Abri sous-roche préhistorique d’Afalou, Babors, Algérie. (18 000-11 000 BP), Alger, Cnrpah (Mémoire du Cnrpah, n.s. : 6).

Hachi S., 2006 – « Du comportement symbolique des derniers chasseurs Mechta-Afalou d’Afrique du Nord », Colloque inter-académique, Académie des Sciences et Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Institut de France, Climat, Cultures et Sociétés ». C. R. Palévol, Elsevier, vol. 204, fasc. 1-2, p. 429-440.

Koehler H., 1931 – Lagrotte d’Achakar au Cap Spartel, Bull. de l’Institut d’Études des Religions de l’Evêché de Rabat (Maroc), no 1.

Mammeri M. et Brahimi Cl., 1970. – « Les activités du CRAPE durant l’année 1970 », Libyca, XVIII, p. 289-295 (p. 289).

Roubet C., 1968 – Le gisement du Damous el Ahmar et sa place dans le Néolithique de tradition capsienne, Paris, AMG (Trav. du CRAPE), 144 p.

Roubet C., 1979 – Économie pastorale préagricole en Algérie orientale : le Néolithique de tradition capsienne. Exemple L’Aurès, Paris, CNRS (Études d’Antiquités Africaines), 595 p

Roubet C., 2006 – « Les comportements de subsistance et symboliques des premiers pasteurs néolithiques du Maghreb oriental atlasique », Colloque inter-académique, Académie des Sciences et Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Institut de France, Climat, Cultures et Sociétés ». Palévol, Elsevier, vol. 204, fasc. 1-2, p. 441-451.

Roubet F.-E., 1966a – « Présentation d’une lame exceptionnelle de l’Atérien littoral », Bull. de la Soc. d’Hist. Nat. de l’Afrique du Nord, t. 56, p. 2 (Procès-verbaux de la séance du 10 février 1965).

Roubet F.-E., 1966b – « Présentation comparative d’un gisement côtier des environs de Bérard, à l’Ouest d’Alger », Congrès Préhistorique de France, Ajaccio, p. 109-128.

Roubet F.-E., 1967 – « Nouvelles observations sur la stratigraphie côtière et la présence de l’Atérien, à l’Ouest d’Alger », Bull. de la Soc. d’Hist. Nat. de l’Afrique du Nord, t. 57, p. 146-149 (fig. 1 lame).

Roubet F.-E., 1969 – « Le niveau atérien dans la stratigraphie côtière à l’Ouest d’Alger », Palaeoecologiy of Africa, Cape Town, Balkema, vol. IV, p. 124-129.

Saxon E., 1975 – Prehistoric economies of the Israeli and Algerian littorals, 18 000-8 000 BP, Ph.D., Cambridge. On consultera en particulier p. 150-153, Tableau 2 : Faunal list : Tamar Hat Mollusca.

Shackleton N., 1975 – “Oxygen isotopic demonstration of winter seasonal occupation at Tamar Hat”, in Saxon E., 1975, Prehistoric economies of the Israeli and Algerian littorals, 18 000-8 000 BP, Ph.D., Cambridge, p. 217-219.

Saoudi N et Betrouni M., 1980-1981 – « Stratigraphie des dépôts marins et continentaux quaternaires de la zone de Bérard », Libyca, XVIII-XXIX, p. 9-25.

Vaufrey R,. 1955 – Préhistoire de l’Afrique du Nord, t. 1, Le Maghreb, vol. IV, Paris, Masson (Publications de l’Institut des Hautes Études de Tunis), (p. 306).

Haut de page

Notes

1 Ces dunes lapidifiées ont servi de carrières aux Romains qui ont procédé à l’extraction de pierres de construction pour édifier le port et la ville de Tipasa.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Tableau 1. Données chronologiques établies pour l’abri de Tamar Hat (Saxon 1975).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3490/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Fig. 1. Localisation des sites Atériens majeurs du littoral entre Bérard et Tipasa (d’après F.-E. Roubet 1966b).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3490/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Fig. 2. Grande lame de l’Atérien du Rocher Plat (L. 145 mm) (d’après F.-E. Roubet 1969).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3490/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 3. Grande lame de l’Atérien des Falaises Rouges avec spécimens actuels de Patella ferruginea
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3490/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Fig. 4. Godets à fard du Néolithique pastoral atlasique : 1-Pétoncle du Damous el-Ahmar (Némencha) ; 2-Patelle de la grotte Capéletti (Aurès) (d’après C. Roubet 1979)
Crédits cl. F.-E. Roubet.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3490/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Colette Roubet, « Patelle : Subsistance et symbolisme »Encyclopédie berbère, 37 | 2015, 6169-6179.

Référence électronique

Colette Roubet, « Patelle : Subsistance et symbolisme »Encyclopédie berbère [En ligne], 37 | 2015, document P20, mis en ligne le 25 janvier 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3490 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3490

Haut de page

Auteur

Colette Roubet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search