Navigation – Plan du site

AccueilVolumes37Pêche (Souss)

P23

Pêche (Souss)

Abdellah El Mountassir
p. 6191-6194

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Lors de son voyage dans le Souss en 1921, Emile Laoust fut surpris de constater une vie maritime intense dans les communautés berbères Ichelheyn de la côte atlantique du Sud-ouest marocain. Son constat témoigne d’un profond attachement des populations berbères au monde de la pêche et de la mer, qu’on a souvent mis en doute. Je cite :

« C’est une formule généralement admise : les Berbères n’ont jamais été portés vers la navigation, et, à l’heure actuelle, on ne signale plus de populations maritimes berbères. Aussi notre surprise fut-elle grande lorsque, au printemps de 1921, en nous rendant dans le Sous par la route du littoral, il nous a été permis de constater l’existence de populations berbères vivant uniquement du produit de leur pêche et faisant usage d’un vocabulaire maritime composé d’emprunts étrangers et aussi – et c’est là la nouveauté- d’un nombre respectable d’expressions purement berbères. », (Laoust 1923, p. 237).

2A la suite de ses enquêtes dans ces zones maritimes du Souss, Laoust a relevé presque 500 termes et expressions appartenant au champ lexical maritime (poissons, techniques et matériel de pêche, types d’embarcation, etc.). Notons qu’une partie de ce vocabulaire berbère a été recueilli par cet auteur dans les zones maritimes aujourd’hui arabisées comme Mogador (Essaouira), Safi et Mazagan (El-Jadida).

3Les activités de pêche traditionnelle étaient importantes pour les communautés berbères des côtes atlantiques du Sud-ouest marocain, et ce depuis longtemps. On sait qu’aux XVe et XVIe siècles, des explorateurs et des voyageurs espagnols et portugais qui sillonnaient les côtes atlantiques du Sud du Maroc ont également souligné l’importance de ces activités dans la vie quotidienne de ces populations. (Cenival 1934 ; Cenival et Monod 1938).

4D’ailleurs, pendant cette période d’activités intenses de la pêche, certaines localités ont été implantées dans la zone littorale du Souss. C’est le cas de Tarrast, sur l’embouchure de l’oued Souss, où, il y a une soixantaine d’années, cette localité était encore un petit village de pêcheurs originaires d’Iḥaḥan (extrême ouest du Haut-Atlas). Aujourd’hui, Tarrast est devenue une grande agglomération de la banlieue de la ville d’Agadir.

5Lors de mes premières enquêtes linguistiques menées dans la zone littorale du Souss pendant l’été 1985, j’ai rencontré plusieurs anciens pêcheurs ing°maren qui ont conservé des souvenirs d’une importante activité de pêche traditionnelle dans cette région. Il y avait, tout au long de cette côte atlantique du Sud-ouest marocain qui va de Sidi Megdul (Essaouira) jusqu’au sud d’Ifni (environ 400 km de littoral), plusieurs petits ports de pêche (iftasen, sing. aftas) et chantiers de construction de pirogues (igran, sing. iger), qui étaient connus dans le passé par leur intense activité maritime : Tafeḍna, Timzgida n Uftas, Imswan, Tigurramin, Tigert, Aɣruḍ, Imi n Waddar, Taɣazut, Tamraɣt, Agadir n Ayt Funti, Tarrast, Tifnit, Masst, Aglu, Sidi Bulfḍayl, Mirlleft, etc. Le plus important centre de pêche artisanale de la région était aftas n Ugadir n Iġir, connu aussi comme Agadir n Ayt Funti. C’est à ce même emplacement qu’a été construit l’actuel port d’Agadir.

6La plupart des pêcheurs appartenaient à la confédération d’Iḥaḥan et d’Ayt Baεmran (Sud-ouest de la plaine du Souss). Actuellement, à cause de l’industrialisation du domaine de la pêche dans cette région, plusieurs de ces petits ports ont cessé leurs activités, et ce, depuis plusieurs années. Aujourd’hui, les noms de ces petits ports abandonnés font partie de la toponymie maritime du Souss : Tafeḍna, Tigurramin, Tigert, Ayruḍ, Imi n Waddar, Tarrast, etc. D’autres ports, par contre, continuent encore leurs activités ; c’est le cas d’Imswan, à 90 km au nord d’Agadir, qui a connu ces dernières années une urbanisation intense et une importante activité de pêche en mer.

7La plupart des anciens petits ports du Souss étaient au départ des abris naturels qui permettaient l’échouage des pirogues. Ces lieux peu profonds du rivage sont appelés en tachelhit aftas, ou la forme du féminin taftast. Nous retrouvons ce terme dans la toponymie maritime tachelhit, par exemple Timzgida n Uftas, situé à une dizaine de kilomètres au nord d’Imswan.

  • 1 Bi-iɣrruba (ou parfois la forme bu-uɣrrabu), qui signifie littéralement « possesseur de pirogues », (...)

8Il est important de rappeler que Tigert (à 60 km au nord d’Agadir) était également le seul grand chantier maritime de construction de pirogues iɣrruba (sing. Aɣrrabu) dans le Souss. Les charpentiers id bi-yġrruba1 les plus réputés sont pour la plupart originaires de Ayt Tamer et d’Iḥaḥan à l’ouest du Haut-Atlas occidental. Lors de mes enquêtes dans cette zone, plusieurs personnes m’ont signalé le nom de la famille Ayt U-Bihi, originaire de la localité d’Aferni dans le Haut-Atlas occidental, qui était l’une des familles de charpentiers les plus célèbres de Tigert. Ce chantier, comme c’est le cas des autres, a abandonné ses activités depuis une cinquantaine d’années. Les pirogues berbères ne sont plus utilisées dans la pêche actuelle ; elles sont remplacées par de petites barques anfluk, pl. inflak équipées d’un moteur.

9Pour la capture des poissons, les pêcheurs ing°maren utilisent un filet ššebket (appelé aussi tašbkit). Parfois, le filet est parsemé d’hameçons tukaḍ (sing. tukṭ). Dans certaines zones, on se sert du filet pour la pêche sur le littoral : au moment de la marée basse asraḥ, on fixe les deux extrémités du filet sur la plage, et quant la mer remonte vers le rivage iɣ-d iɣli lbḥer, on récupère le filet avec sa capture. Pour la pêche à la ligne taɣalimt, on se sert souvent de morceaux de poulpes azayz comme appât asensi.

10Chaque localité maritime a ses propres fonds poissonneux adɣar n iselman. Les pêcheurs ing°maren connaissent bien ces lieux, où souvent la capture est meilleure. Ces endroits dans la mer portent des noms. Les plus connus à Taɣazut (à une vingtaine de km au nord d’Agadir) par exemple sont Aẓru n Tɣazut, Bi-yirden et Iggi n Tmzgida.

11Il est important de préciser qu’une bonne partie des petits ports iftasen du Souss portent des noms de marabouts ig°rramen. Ces derniers constituent des protecteurs bu-tlila (tilila « secours ») pour les pêcheurs et les lieux de pêche. Les plus connus dans la région sont Sidi Wassay (Masst), Bu-lqnadil (Agadir), Sidi Kawki et Sidi Megdul (Iḥaḥan et Essaouira). Pour espérer une bonne capture de poissons, les pêcheurs d’Iḥaḥan invoquent par exemple ag°rram Sidi Megdul dans un refrain qu’ils chantent au moment de la pêche :

A Sidi Mgdul,

Ô Sidi Megdul

A’amqran n Iḥaḥan

Seigneur des Iḥaḥan

Asi-d iselm(i)

Procurez-nous du poisson.

12Aujourd’hui, une bonne partie des populations de cette zone côtière du Souss a conservé un vocabulaire maritime autochtone (noms des poissons et des coquillages, techniques et matériel de pêche, toponymes maritimes, etc.), mais ce vocabulaire reste presque inconnu des populations berbères vivant à l’intérieur des terres (où l’usage de la terminologie maritime est très limité).

13Dans le vocabulaire maritime tachelhit, certains termes proviennent du langage terrien (v. notice Poisson). Le verbe g°mer signifie « pêcher », et le même terme veut dire en langage terrien « chasser ». On emploie souvent l’expression tag°mert n lbḥer pour parler de la pêche en mer, et le terme tag°mert tout court pour désigner la chasse. Notons que ce verbe est attesté dans d’autres parlers berbères (Maroc central, kabyle, touareg) avec le sens de « chasser, aller à la chasse » ou avec des significations plus ou moins proches « cueillir, buriner, collectionner, etc. ». Autres exemples qui illustrent cet emploi du langage terrien dans le vocabulaire maritime : « tendre un filet pour la pêche » et « tendre un piège pour la chasse » sont exprimés par le même terme en tachelhit mdi. Le mot iger, connu dans beaucoup de parlers berbères avec le sens de « champ cultivé, champ de céréales », est employé dans le vocabulaire maritime tachelhit avec le sens de « chantier maritime de construction de pirogues ». Les termes tamda « étang », tafrawt « bassin » et asaru « canal d’eau », qui appartiennent au vocabulaire de l’espace aquatique terrestre, désignent dans le contexte maritime les différents courants marins.

Haut de page

Bibliographie

Cenival P. de, 1934 – « Chronique de Santa Cruz du cap de Gué (Agadir) », in Publ. de la section Historique du Maroc, 8°, 170 p., Paris, Geuthner.

Cenival P. de, Monod Th., 1938, [traduction] – Description de la côte d’Afrique : de Ceuta au Sénégal par Valentin Fernandes (1506-1507), Paris, Librairie Larose.

Laoust E., 1923 – « Pêcheurs berbères du Sous », Hespéris, III, p. 237-264, et p. 297-361.

Montagne R, 1923 – « Les marins indigènes de la zone française du Maroc », Hespéris, III, p. 175-215.

Montagne R, 1927 – « La pêche maritime chez les Berbères du Sud Marocain », L’Afrique française, p. 180

Serra L., 2010 – « Mer », Encyclopédie Berbère, XXXI, Paris/Louvain, Peeters, p. 4867-4871.

Haut de page

Notes

1 Bi-iɣrruba (ou parfois la forme bu-uɣrrabu), qui signifie littéralement « possesseur de pirogues », est attesté dans l’anthroponymie locale. Ceci témoigne de la présence du monde de la mer et de la pêche dans la culture du Souss.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abdellah El Mountassir, « Pêche (Souss) »Encyclopédie berbère, 37 | 2015, 6191-6194.

Référence électronique

Abdellah El Mountassir, « Pêche (Souss) »Encyclopédie berbère [En ligne], 37 | 2015, document P23, mis en ligne le 25 janvier 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3523 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3523

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search