Navigation – Plan du site

AccueilVolumes37Peintures murales (Kabylie)

P26

Peintures murales (Kabylie)

Dahbia Abrous
p. 6197-6203

Entrées d’index

Mots clés :

art, Kabylie
Haut de page

Texte intégral

1Dans la construction de la maison kabyle traditionnelle, les travaux extérieurs sont principalement assurés par les hommes. Une fois l’édification achevée et la porte mise en place, l’aménagement intérieur revient aux femmes (Maunier 1930, p. 54-56 et p. 61-62 ; Laoust-Chantréaux 1990, p. 36-37 et p. 48-50). Ces travaux d’aménagement intérieur peuvent connaître de légères variations d’une région à l’autre de la Kabylie mais les techniques de base restent les mêmes et comprennent :

  • L’égalisation et le lissage du sol ;

  • Le crépissage des murs intérieurs ;

  • La fabrication et la décoration des grandes jarres à provision (akufi*, plur. ikufan.).

2L’ornementation intérieure concerne les grandes jarres à provision et les murs ; avant de l’aborder, il est nécessaire d’examiner l’ornementation de la porte car elle constitue, au même titre que le seuil, la frontière entre le dedans et le dehors. Ce sont les vantaux de la porte qui sont décorés ; ces décors extérieurs à motifs géométriques sont signalés pour la quasi-totalité des régions berbères (Abrous 2010, p. 4521). En Kabylie, les décors des portes sont souvent incisés. Certains linteaux sont gravés au couteau et leur « décoration n’est pas sans rappeler celle de la poutre faitière des tentes du Maroc central en particulier » (Laoust-Chantreaux 1990, p. 38). G. Laoust-Chantréaux souligne la « valeur prophylactique » de ces motifs destinés à arrêter les forces maléfiques avant que celles-ci ne franchissent la porte et les deux seuils (amnar ufella : le linteau et amnar n wadda ou amnar, « le seuil »). Différents signes à valeur prophylactique sont signalés au-dessus des portes à Ouargla, par exemple, dont un grand motif ornemental à composition complexe (Delheure 1988, p. 29 et p. 31). À l’intérieur de la maison kabyle, les motifs géométriques ornent les grandes jarres à provisions et les murs : ces jarres, de formes diverses, mais le plus souvent rectangulaires (Maunier 1930, p. 61 ; Laoust Chantréaux 1990, p. 49), sont en poterie crue, construites par les femmes et blanchies comme les murs avec une argile schisteuse (tumlilt) ; elles reçoivent un décor géométrique en relief. Quant aux murs, ils sont décorés à des degrés divers selon les régions ; dans certains villages, ce décor mural est très sobre : « de larges traits d’argile rouge ou d’indigo » (Laoust-Chantréaux 1990, p. 37) ou « un trait de couleur rouge exécuté avec la terre broyée dite lmeɣri » (Genevois 1962, p. 18) ; Genevois poursuit : « il y a des femmes qui agrémentent de toutes sortes de couleurs le soubassement, avec du rouge, du rose, du noir », sans autre précision. Les peintures murales les plus riches et les plus élaborées sont réalisées dans des régions renommées pour la qualité de leurs potières, notamment aux Ouadhias, Kouriet et Maatka. Dans toutes ces régions, ce sont les murs de la pièce principale de la maison qui sont ornés ; seul Frobenius signale l’existence, en Kabylie, d’un habitat souterrain dont « les chambres [...] étaient délicatement décorées » (Frobenius, dossier 1998, cité par Abrous 2010, p. 4520).

3L’ornementation des murs est une activité exclusivement féminine, elle est réalisée par plusieurs femmes, des potières parmi lesquelles se trouve une spécialiste (Maunier 1930, p. 62 ; Virolle-Souibès 1985-86, p. 232).

4Avant la décoration (rrqem en kabyle), les murs intérieurs sont crépis avec un « enduit composé d’argile et de bouse de vache pétries ensemble ; la bouse de vache y est incorporée pour que le crépissage ne se fendille pas » (Devulder 1951, p. 66). Pour le blanchiment des murs, est utilisé un badigeon préparé avec de l’argile schisteuse (tumlilt). Ce sont les soubassements qui sont décorés, ils ne sont pas blanchis : « leur hauteur varie entre 80 cm et 1 m 20. » (Devulder 1951, p. 67). La surface à décorer est enduite par bandes verticales de chaux vive et lissée jusqu’à être polie ; la décoration est exécutée sur cette surface avant que la chaux ne sèche ; c’est une « fresque dans le plein sens du terme », souligne M. Abouda (Virolle-Souibès 1985-86, p. 231 et note 21, p. 243). La surface à décorer est répartie entre les potières par la spécialiste qui, ensuite, trace le premier trait noir. M. Abouda décrit toute la gravité avec laquelle la spécialiste exécute ce tracé inaugural (Virolle-Souibès 1985-86, p. 232 et note 23, p. 243). Les motifs de cette ornementation murale sont ceux que l’on retrouve dans la poterie mais, la surface à décorer étant plus importante, les pinceaux qui servent pour la poterie (poils de chèvre ou de vache réunis par de l’argile) sont remplacés ici par des touffes de laine, de crin ou des tissus (Maunier 1930, p. 62 ; Devulder 1951, p. 67 ; Virolle-Souibès 1985-86, p. 231) ; sur une surface bien lissée et grâce à la précision du trait, les motifs gardent toute leur régularité (voir illustrations).

5Les matières employées pour la coloration sont d’origine minérale : chaux vive (lǧir) pour le blanc qui constitue la couleur de fond, un ocre rouge (lmeɣri), « mélange d’argile et d’oxyde de fer » (Devulder 1951, p. 67 ; Virolle-Souibès 1985-86, note 25, p. 244) et une couleur noire (usgu), « pierre noire [...] c’est une masse à grain fin d’argile contenant une très grosse proportion d’oxyde de fer » (Devulder, ibid.), « oxyde de manganèse » selon Abouda (Virolle-Souibès 1985-86, p. 232). Entre les compositions de motifs géométriques, dessinées en noir et en rouge, sont ménagés des espaces blancs non peints (tiwwura, tibbura, tippura, selon les régions), des « portes » destinées à aérer la décoration (Louis de Vincennes 1971, p. 28-29 ; Virolle-Souibès 1985-86, p. 233). Ce travail d’ornementation, comme celui de la poterie, du tissage ou des labours est entouré de rites, rite d’initiation pour la spécialiste et les potières qui consiste à « lécher le dos d’une salamandre (tagelast bouaman [taglest ou tagdest n waman]) de la tête à la queue et à avaler leur salive mêlée à la sécrétion très amère de la peau de cet animal » (Devulder 1951, p. 68) ; rites d’inauguration : préparer des beignets (ibid.), encenser la maison, saluer le Gardien de la maison (aεssas n wexxam ; Virolle-Souibes 1985-86, p. 23).

6Ce travail, comme les principales étapes de l’édification de la maison, est précédé d’un sacrifice : les femmes égorgent un pigeon pour expulser le mal (Rebbi yerfeε lebla ! « Que Dieu chasse le mal ! » disent-elles) ; elles mélangent ensuite « le sang de la victime aux couleurs rouge (lmeɣri) et noire (usgu) » (Delvuder 1951, p. 69 ; voir aussi Virolle-Souibès 1985-86, p. 231). À ces rites, s’ajoutent quelques empêchements : la maison ne doit être crépie et ornée qu’une seule fois dans l’année par crainte de malheur, de même qu’une femme enceinte ou une femme « atteinte de maladie nerveuse » ne peuvent prendre part à ces travaux d’ornementation que si elles façonnent, l’une, « un sanglier miniature » (ilef), l’autre, une poupée (tislit) », destinés à protéger le fœtus (« qui sera fort comme un sanglier ») dans le premier cas et la femme malade dans le second (Devulder 1951, p. 69).

7A la différence de la poterie, ce travail d’ornementation murale est un travail artistique sans aucune visée utilitaire, l’ensemble des rites qui l’entourent indique clairement, au-delà de son aspect esthétique, une dimension magique.

8Les motifs de cette décoration murale sont les mêmes que ceux qui se trouvent sur la poterie, le tissage ou les tatouages ; la différence réside dans les supports (profil des poteries, surface plane des murs, peau pour les tatouages) et les outils utilisés. Ce décor à motifs géométriques dont les éléments fondamentaux sont le point, la ligne (horizontale, verticale, oblique, lignes parallèles), la croix, le chevron, le triangle, le losange, le cercle) est très stylisé ; il constitue la base de l’art berbère bien au-delà de la Kabylie. À ces motifs, les femmes attribuent des noms qui se référent au règne animal (perdrix, poissons, scorpion, serpent...), végétal (frêne, palmier, feuilles...), aux éléments de la maison traditionnelle (poutres, piliers...) et objets divers (vêtements, bijoux, peignes à carder...). La comparaison faite entre les noms donnés aux motifs dans les travaux de Devulder (1951, p. 71-80 : peintures murales, Kabylie), Laoust-Chantréaux (1990, p. 50 : décors des jarres à provisions, Kabylie) et Brousse (2012, p. 38-54 et Planches 64-74 : tatouages de Biskra et Touggourt) montre que les dénominations ont en commun les noms suivants : « burnous », « pilier », « peigne à carder », « palmier », « serpent », « scorpion », « œil de perdrix » et l’ensemble « hommes - soldats - gardiens » ; ces noms font tous référence à l’environnement naturel et à des éléments culturels de base des sociétés berbères. On notera que ces noms ne correspondent pas toujours aux mêmes motifs graphiques. Ces éléments communs – un travail de comparaison plus précis permettrait de mieux les identifier – constituent probablement le fond le plus ancien ; mais ce répertoire de motifs n’est pas fermé, les femmes innovent en matière de motifs et de dénominations, innovations signalées par plusieurs auteurs : « avion » (Devulder 1951, p. 101 ; Virolle-Souibes 1985-86, p. 228), « réveil » (Balfet 1955, p. 321 et 324), « table » (Virolle-Souibes, ibid. ; Brousse 2012, p. 52).

Archives des « Pères Blancs » (Missionnaires d’Afrique), Maison généralice, Rome.

Archives des « Pères Blancs » (Missionnaires d’Afrique), Maison généralice, Rome.

Fig. 1. Kabylie : Entrée de maison kabyle (1939-1946), s.l. Il s’agit d’un cas excessivement rare de décor peint extérieur.

Fig. 2. Kabylie : Ornementation intérieure de maisons (1939-1946), s.l.

Fig. 3. Kabylie : Peintures murales (1939-1946), s.l. Les stalles de l’addaynin, partie basse de la maison servant d’étable ou de bergerie, avec ouverture sur la grande pièce principale commune pour permettre d’alimenter facilement les bêtes, sont ici richement décorées. Cas aussi très rare car c’était généralement le mur principal de la pièce de la salle commune, visible dès la porte d’entrée, qui était décoré.

Fig. 4. Porte sculptée à Djemaa-Saharidj (Chorfas). Fonds photographique du Centre de Recherche Berbère de l’Inalco (don du R.P. Jacques Lanfry).

Fonds photographiques Marceau Gast (Encyclopédie berbère).

Fonds photographiques Marceau Gast (Encyclopédie berbère).

Fig. 5. Kabylie (Ouadhias – Iwaḍiyen) : Intérieur de maison.

Cliché M. Gast (1964).

Fig. 6. Kabylie (Ouadhias – Iwaḍiyen, Adrar Amellal) : Intérieur de maison.

Cliché M. Gast (1965).

9Pour les peintures murales, les innovations ne portent pas seulement sur les motifs et leurs noms mais aussi sur les couleurs, les colorants minéraux anciens étant remplacés par des couleurs de fabrication industrielle. Ce nouveau choix entraîne non seulement une modification des teintes (apparition du jaune, du vert, du bleu...) mais aussi des techniques (Virolle-Souibes 1985-86, p. 234-239).

Haut de page

Bibliographie

Abouda M., 1985 – Axxam. Maisons kabyles : espace et fresques murales, Paris, éd. Goussainville.

Abrous D., 2010 – « Maison », EB, XXX, Paris/Louvain, Peeters, p. 4518-4525.

Balfet H., 1955 – « La poterie des Aït Smaïl du Djurdjura : Éléments d’étude esthétique », Revue Africaine, t. XCIX, p. 289-340.

Bourdieu P., 2000 – Esquisse d’une théorie de la pratique, précédé de trois études d’ethnologie kabyle, Paris, Éd. du Seuil, p. 61-82.

Brousse L., 2012 – Beauté et identité féminine. Lewcam. Les tatouages feminins berbères. Régions de Biskra et de Touggourt, Boudouaou (Algérie), Éditions Dar Khettab.

Delheure J., 1988 – Vivre et mourir à Ouargla, Paris, SELAF (Peeters).

Devulder M., 1951 – « Peintures murales et pratiques magiques dans la tribu des Ouadhias », Revue Africaine, t. 95, p. 63-102 [a fait l’objet d’un tirage à part, sous forme de fascicule indépendant portant le même titre : Alger, s.d., 40 p.].

Frobenius. L : « Dossier Leo Frobenius et les contes kabyles », Littérature orale arabo-berbère, 26 (Editions du CNRS, Paris), 1998.

Genevois H., 1962 – L’habitation kabyle, Fort National. Fichier de Documentation Berbère.

Laoust-Chntreaux G., 1990 – Kabylie coté femmes. La vie féminine à Aït Hichem 1937-1939, Aix-en-Provence, Édisud.

Maunier R., 1930 – « La construction collective de la maison en Kabylie », Mélanges de sociologie nord-africaine, (chap. VII et VIII), Paris. Librairie Félix Alcan (version synthétique très condensée d’une étude parue sous le même titre dans les Travaux et mémoires de l’Institut d’Ethnologie : III, Paris, 1926).

Moreau J.-B., 2000 – Les grands symboles méditerranéens dans la poterie algérienne, Alger, Éditions à Livre ouvert. (1ère édition : Alger, SNED, 1976).

Nacib Y., 1993 – « Aspects magico-symboliques dans l’imagerie artisanale du Djurdjura », Annuaire l’Afrique du Nord, XXXII, Paris, Éd. du CNRS, p. 125-137.

Servier J., 1985 – Tradition et civilisation berbère, Monaco, Éditions du Rocher.

Vincennes (Sr Louis de), 1971 – « Vie et travaux des potières aux At-Smaεel du Djurdjura », Fort National, Fichier de Documentation Berbère (no 112).

Virolle-Souibes M., 1985-86 – « Fresques kabyles. Entretien avec Mohand Abouda, auteur de Axxam, Maisons Kabyles, espaces et fresques murales », Littérature Orale Arabo-Berbère, 16-17 (Editions du CNRS, Paris), p. 225-246.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Archives des « Pères Blancs » (Missionnaires d’Afrique), Maison généralice, Rome.
Légende Fig. 1. Kabylie : Entrée de maison kabyle (1939-1946), s.l. Il s’agit d’un cas excessivement rare de décor peint extérieur.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3548/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 2. Kabylie : Ornementation intérieure de maisons (1939-1946), s.l.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3548/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Fig. 3. Kabylie : Peintures murales (1939-1946), s.l. Les stalles de l’addaynin, partie basse de la maison servant d’étable ou de bergerie, avec ouverture sur la grande pièce principale commune pour permettre d’alimenter facilement les bêtes, sont ici richement décorées. Cas aussi très rare car c’était généralement le mur principal de la pièce de la salle commune, visible dès la porte d’entrée, qui était décoré.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3548/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Fig. 4. Porte sculptée à Djemaa-Saharidj (Chorfas). Fonds photographique du Centre de Recherche Berbère de l’Inalco (don du R.P. Jacques Lanfry).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3548/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Fonds photographiques Marceau Gast (Encyclopédie berbère).
Légende Fig. 5. Kabylie (Ouadhias – Iwaḍiyen) : Intérieur de maison.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3548/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Fig. 6. Kabylie (Ouadhias – Iwaḍiyen, Adrar Amellal) : Intérieur de maison.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3548/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3548/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dahbia Abrous, « Peintures murales (Kabylie) »Encyclopédie berbère, 37 | 2015, 6197-6203.

Référence électronique

Dahbia Abrous, « Peintures murales (Kabylie) »Encyclopédie berbère [En ligne], 37 | 2015, document P26, mis en ligne le 25 janvier 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3548 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3548

Haut de page

Auteur

Dahbia Abrous

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search