Navigation – Plan du site

AccueilVolumes37Pèlerinage

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Dans la littérature ethnographique de l’époque coloniale, les pèlerinages étaient rangés dans la rubrique du culte des saints et de l’hagiographie. Les études qui leur étaient directement consacrées furent donc rares à cette époque et le phénomène du pèlerinage dans les pays d’Afrique du Nord était considéré essentiellement sous l’angle du Hadj qui attirait, chaque année, les musulmans à la Mecque.

2En fait, ce peu d’intérêt pour la multitude de pèlerinages locaux que l’on pouvait observer porte la marque du partage entre les deux grandes approches du religieux qui prévalaient alors, à savoir d’une part, l’orientalisme focalisé sur l’aspect « savant » dans l’islam, à partir de la tradition écrite qui est progressivement découverte et étudiée et, d’autre part, l’ethnographie d’abord spontanée puis plus ou moins professionnelle qui s’intéressera au vaste domaine de l’islam dit « populaire » renvoyant surtout au culte des saints appelé aussi « maraboutisme ».

3La multiplication des études descriptive sur les confréries religieuses (ṭuruq, sing, ṭariqa) ainsi que sur le « maraboutisme » et le culte des saints permettront de jeter une lumière plus vive sur les nombreux pèlerinages qui rassemblent des foules de pèlerins plus ou moins importantes selon les saints en question.

Définition

4Par pèlerinage, on entend généralement un déplacement plus ou moins long, dans le temps et l’espace, effectué individuellement ou collectivement et entrepris dans un esprit de dévotion (avec l’idée de communion) vers un lieu considéré comme sacré. Sur ce lieu dans lequel a vécu un saint personnage et où se trouve son mausolée, est célébré un culte avec un (ou des) rite(s) particulier(s).

5C’est pour cela qu’en règle générale, les pèlerinages s’articulent au culte des saints. Ce culte s’appuie à la fois sur les récits hagiographiques et sur les rituels qui se déroulent dans le cadre du pèlerinage. Les récits transmis oralement mais aussi par écrit (en fonction du contexte rural ou urbain et également du statut du saint et de ses descendants) sont censés fournir des explications à certains actes ritualisés dont les pèlerins ignorent souvent le sens.

Les registres

6Le phénomène pèlerinage est à mettre en relation avec plusieurs registres. A la base du pèlerinage, se trouve le renouvellement (le plus souvent annuel) du lien qui rattache une ou plusieurs communautés à un saint considéré comme fondateur et/ou patron de ces communautés. Ce lien garantit la protection que le saint exerce sur la communauté. Dans ce sens, l’interruption du pèlerinage annuel (ou parfois, d’une partie seulement du rituel) que l’on observe parfois est censé entraîner la colère du saint ; colère qui se manifeste par l’apparition de désordres au sein de la communauté.

7D’un autre côté, le pèlerinage est l’occasion pour les pèlerins de formuler diverses demandes au saint qui est censé les satisfaire grâce à son statut d’intermédiaire entre la communauté et le prophète voire même avec Dieu. Car le saint est porteur de baraka, une notion essentielle qui se trouve au fondement de ce lien et qui permet la reproduction du contrat de protection qu’exerce le saint et, en retour, de la soumission de la communauté.

8Cette soumission a un contenu politique (au sens large) et économique. Sur le plan politique, le saint est incontestablement détenteur de pouvoir et d’autorité. Ce pouvoir s’exerce en sa faveur et en faveur de ses descendants bien sûr, mais il peut également s’exercer en faveur d’une autorité supérieure au saint, à savoir le chef de la confrérie ou bien le détenteur du pouvoir suprême (l’émir ou le sultan).

9Sur le plan économique, le pèlerinage est l’occasion pour les membres de la communauté de reverser une partie du surplus agricole aux descendants du saint. Ce surplus se concrétise par des dons en nature en milieu rural et souvent en espèces en milieu urbain. On notera que la nature du don (par exemple un mouton) est souvent justifiée dans le récit hagiographique par une anecdote mettant en relation le saint et l’ancêtre de telle ou telle famille ou tribu.

10Un autre registre, et non des moindres, est constitué par l’aspect festif qui permet à une communauté ou à un ensemble de communautés de resserrer les liens qui les unissent mais que le quotidien desserre quelque peu pour des raisons pratiques. C’est pour lutter contre le relâchement des relations entre des communautés en principe solidaires que les retrouvailles ayant lieu au moment des pèlerinages collectifs débouchent souvent sur des réjouissances populaires qui constituent des moments forts de la vie communautaire à l’échelle du terroir, de la sous-région voire de la région entière.

11Le phénomène pèlerinage, considéré ici sous son aspect essentiellement collectif, est structuré autour de plusieurs éléments invariants.

Les invariants

12Les invariants qui constituent la structure du pèlerinage sont les suivants :

131- Objet du pèlerinage : Visite à un saint. Le saint est porteur de baraka qui se transmet à ses descendants et au lieu dans lequel il repose.

142- Le lieu : L’espace où se trouve le Mausolée du saint est considéré comme empreint de sa baraka (principe bénéfique) qui se diffuse au village, au quartier de la ville voire même à toute la ville.

153- Gestion du lieu : Le plus souvent, cette gestion est prise en charge par les descendants du saint qui supervisent le rituel et s’occupent de l’accueil des pèlerins. Les repas communiels sont à la charge des descendants du saint qui font appel pour leur préparation à une main d’œuvre (généralement féminine) villageoise.

164- Les demandes ou attentes des pèlerins : On sollicite d’abord l’intercession du saint (auprès du prophète et/ou de Dieu). Les demandes sont de plusieurs ordres : guérison, mariage, avoir des enfants, réconciliation entre individus ou communautés en conflit, récoltes abondantes liées à une nature bénéfique, etc.

175- Manifestations rituelles : Le pèlerinage comprend généralement plusieurs séquences rituelles combinant des prières collectives à des endroits précis (stations) tout au long d’un parcours donné, le chaulage du mausolée du saint, une visite au cimetière ou à l’endroit où se trouve le mausolée (gubba/taqubett) du saint, récitation de la fatiḥa en présence des descendants du saint qui donnent alors leurs bénédictions aux pèlerins, des rencontres entre groupes de pèlerins avec parfois des simulations de combats ainsi que des scènes de fraternisation. Parmi les rituels, il y a également les offrandes et dons, les sacrifices et même, autrefois, des séances de divination / prédictions.

186- Manifestations culturelles : Les manifestations culturelles constituent souvent l’aspect le plus visible des réjouissances liées aux pèlerinages. Selon l’importance du saint visité, ces manifestations culturelles gagnent en importance et en diversité. Cette diversité est en relation avec le fait que les pèlerins présents peuvent appartenir à des communautés hétérogènes au niveau linguistique et du mode de vie.

19Il s’agissait surtout de chants et danses exécutés de manière collective avec une séparation des sexes, les hommes à l’extérieur de l’enceinte sacrée et les femmes le plus souvent à l’intérieur d’une habitation, ou de manière mixte.

20Les chants pouvaient ne comporter que des thèmes religieux (dikr) ou bien mêler le profane et le religieux. Les danses étaient effectuées par les membres des communautés des deux sexes, mais il pouvait y avoir des sortes de représentations effectuées par des membres de confréries particulières. Parallèlement à ces chants et danses exécutés de manière souvent fort bruyante (baroud) jusque tard dans la nuit, il pouvait y avoir dans des lieux retirés (au sein de la zawiya ou à l’intérieur des mosquées) des séances de récitation du coran ou d’autres textes religieux (le plus célèbre étant la borda).

217- Manifestations commerciales : Les pèlerinages sont souvent le prétexte à des échanges commerciaux (foires, marchés) qui se tiennent dans des lieux réservés à la périphérie du village ou du quartier. On notera que les pèlerinages non liés au calendrier lunaire et qui s’effectuaient donc chaque année à un moment fixe étaient souvent liés à la période des récoltes (fin juin, début juillet).

22D’une manière générale, ces foires se tenant à l’occasion des pèlerinages avaient lieu dans des endroits où se retrouvaient des communautés aux modes de vie différents et source de complémentarité (agriculteurs, éleveurs et artisans).

Typologie des pèlerinages

23Cette diversité des communautés (avec leur complémentarité) pouvait renvoyer directement au statut du saint fondateur. En effet, ce dernier pouvait n’exercer son autorité que sur les membres d’un petit village ou, au contraire, être reconnu par plusieurs communautés appartenant à un espace plus ouvert et moins confiné. Cette ouverture au plan de l’espace et cette diversité des communautés pouvaient d’ailleurs être source de rivalité et de conflits qui trouvaient leur résolution (au moins au plan symbolique) dans l’action du saint (de son vivant) et surtout dans les retrouvailles des membres des communautés au moment des pèlerinages.

24Ces données qui tiennent à la fois de la nature des communautés concernées par le pèlerinage et du profil général du saint en question contribuent à l’identification de différents types de pèlerinages au Maghreb. Nous avons ainsi :

  • les pèlerinages purement locaux qui ne concernent qu’une seule communauté villageoise et dont l’influence du saint patron ne s’exerce qu’intra muros. Dans ce cas, les déplacements des pèlerins sont très courts et les réjouissances se limitent souvent au strict minimum. On notera cependant que ces villageois peuvent participer à des pèlerinages plus importants en se rendant auprès d’un autre saint dont le statut est supérieur à leur patron dans la hiérarchie.

  • Les pèlerinages qui concernent un saint dont l’influence s’exerce sur un espace se trouvant à la confluence de deux ou plusieurs terroirs. A ce niveau, l’action exercée par le saint dépasse les limites territoriales de communautés homogènes pour prétendre à la gestion d’ensembles humains plus vastes. En retour, les réjouissances gagnent en richesse avec une organisation plus complexe et, souvent, des rituels qui symbolisent l’inclusion de groupes rivaux dans un ensemble plus apaisé grâce à l’autorité du saint.

  • Au-dessus de ces cas, il pouvait y avoir des pèlerinages regroupant à un moment ou à un autre les communautés de toute une région. Dans ce cas, ce sont moins les pèlerins des communautés qui se mettent en mouvement pour converger vers un seul lieu qu’un lignage religieux qui suit une série de stations en visitant des communautés différentes. Après la réception des membres du lignage religieux des membres de chaque communauté visitée peuvent se joindre au groupe pour grossir les rangs d’une procession de pèlerins qui se dirige souvent vers un lieu précis dans lequel se déroulera un rituel particulier. Ce phénomène d’inversion permet aux membres du lignage religieux de visiter l’ensemble des communautés soumises à l’ancêtre fondateur pour raffermir le lien et par conséquent renforcer l’autorité du saint. Le pèlerinage est également l’occasion de percevoir des dons en nature ou en espèces fournis part les communautés visitées.

25Quel que soit le type de pèlerinage, il faut rappeler que les discours (récits) et les actes (rituels) ou l’ensemble des manifestations culturelles qui sont à l’œuvre à l’occasion de ces pèlerinages contribuent au renforcement de ces identités culturelles qui regroupent des communautés de base et des ensembles de communautés qui peuvent être liées par des relations contradictoires de conflit et de solidarité ou de complémentarité. Le pèlerinage au mausolée du saint permet de réaffirmer régulièrement un lien vertical qui transcende le plan horizontal constitué par les rivalités inter-communautaires qui traduisent souvent un sentiment aigu de besoin d’égalitarisme. Mais il ne faut pas oublier, ainsi que nous l’avons vu plus haut, que les saints eux-mêmes sont inclus dans une relation verticale porteuse de hiérarchisation.

26Le phénomène des pèlerinages était porteur de ce que Louis Massignon appelait très justement une « géographie spirituelle ».

Évolutions actuelles

27Bien que souvent encore à l’œuvre, le contexte traditionnel dans lequel avait lieu ces pèlerinages a été largement débordé par des éléments liés au présent. L’une des sources principales de ces bouleversements est l’émergence d’États-nations qui, souvent pour pallier à un déficit de présence ancienne dans l’ensemble du territoire national, profitent de l’ancrage à la fois historique et culturel de ces pèlerinages pour tenter de s’enraciner dans la vie locale et régionale. Cette immiscion se manifeste souvent par l’intervention des autorités locales et régionales dans le déroulement de la fête qui se traduit par l’obligation de faire flotter l’emblème national sur le mausolée du saint ainsi que dans les rues du village ou du quartier, la prise en charge du lieu où se tient la foire ou le souk, l’organisation de la circulation piétonnière et/ou routière par des éléments de la police nationale ou de la gendarmerie, etc. Ces interventions sur l’espace dans lequel se déroule le pèlerinage ont pour finalité de rendre concret le contrôle exercé par les agents de l’État sur les lieux et les populations locales. C’est parfois le premier responsable de l’administration locale ou régionale qui procède à l’ouverture de la fête en lisant un discours qui, bien sûr, rend d’abord hommage à l’autorité politique nationale avant de « nationaliser » le saint (ses actions passées et celles de ses descendants) qui fait l’objet du pèlerinage.

28Ces interventions des responsables administratifs, politiques ou religieux locaux qui agissent comme représentants du pouvoir central visent à rajouter à l’identité locale et régionale exprimée spontanément par les communautés, des éléments de l’identité culturelle dite nationale, élaborée au niveau central, qui entrent souvent en conflit souterrain ou déclaré avec le local. Cette concurrence imposée par le haut par les relais locaux du pouvoir central peut provoquer l’affaiblissement voire la disparition de certains éléments des rituels et des croyances des pèlerins. Encore faut-il préciser que ces relais formant la notabilité locale étaient encore, il y a quelques années, à la fois le produit et les représentants de cette tradition culturelle locale et régionale.

29Cette érosion des rituels parfois complexe qui accompagnent les pèlerinages ne date pas des indépendances. C’est ainsi que dans les années 1940, dans un contexte historique marqué par la colonisation, des religieux algériens appartenant au mouvement des « Oulémas » du Cheikh Ben Badis ont milité (il n’y a pas d’autre terme) pour la disparition d’un rituel important qui se déroulait dans le massif de l’Aurès (autour du Djebel Bous). Dès son émergence, ce mouvement des Oulémas a manifesté un rejet radical des pratiques et des croyances populaires parfois très anciennes participant en cela au vaste processus de transformation socio-économique et culturel entamé par la colonisation dans les différents pays d’Afrique du nord.

30Plus près de nous, ce sont les éléments de la mouvance salafiste (parfois fortement influencés par l’idéologie wahhabite d’Arabie Saoudite) qui se sont attaqués de manière souvent violente aux pèlerinages et au culte voué aux saints tutélaires.

31On assiste même à des renversements de situations en ce sens que le pouvoir central qui s’était opposé aux pèlerinages et aux cérémonies liées aux ziyara en marginalisant les zawaya (au nom d’une certaine modernité mais également par le refus de tolérer des formes de pouvoir autres que le sien) revient sur cette position reprise depuis les années 1990 par les salafistes wahhabites et, pour s’opposer à eux (car ils remettent en question le magistère des agents de l’État au plan religieux), tolère voire même encourage ces pratiques et croyances en vue de redynamiser l’islam confrérique considéré comme pacifique et véhiculant un islam apaisé.

32Il reste à noter que depuis le début de ce XXIe siècle, la ratification par les États du Maghreb de la Convention de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco constitue, en principe, une sérieuse garantie pour le respect des pèlerinages et des pratiques culturelles (chants, danses, récits...) qui les accompagnent. Il est ainsi permis de penser que dans le cadre des opérations d’inventaires de ces éléments du patrimoine culturel immatériel, des équipes de chercheurs et d’étudiants entament un véritable travail de recensement et de description de tous ces pèlerinages qui continuent d’être pratiqués, surtout en milieu rural.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rachid Bellil, « Pèlerinage »Encyclopédie berbère, 37 | 2015, 6203-6208.

Référence électronique

Rachid Bellil, « Pèlerinage »Encyclopédie berbère [En ligne], 37 | 2015, document P27a, mis en ligne le 25 janvier 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3553 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3553

Haut de page

Auteur

Rachid Bellil

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search