Navigation – Plan du site

AccueilVolumes37Père (Kabylie)

P28

Père (Kabylie)

Camille Lacoste-Dujardin
p. 6209

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1A l’exception des Touaregs sahariens, les sociétés berbères du Maghreb sont patrilinéaires : les lignées s’y comptent exclusivement de père en fils, tandis que les filles, dit-on en Kabylie, « vont enrichir la maison des autres »... en hommes : indispensables pourvoyeurs de ressources en même temps que défenseurs tant de la famille que de la société. Aussi, tout homme est-il tenu d’assurer la descendance et la prospérité familiale par des fils, que, dans les vœux exprimés aux mariages, on lui souhaite au nombre de sept. Seul, en effet, le père d’une descendance assurée par de nombreux garçons bénéficie d’autorité et de considération au sein de la société villageoise. A l’opposé, la pire infortune d’un homme est d’être amengur (sans descendance masculine). L’existence de plusieurs hommes dans la famille est en effet indispensable à assurer de façon constante à la fois la sécurité de la maisonnée et ses ressources que le père peut partir quêter au loin, sans abandonner sa famille sans défense, si un autre homme peut assurer une présence défensive au foyer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Lacoste-Dujardin, « Père (Kabylie) »Encyclopédie berbère, 37 | 2015, 6209.

Référence électronique

Camille Lacoste-Dujardin, « Père (Kabylie) »Encyclopédie berbère [En ligne], 37 | 2015, document P28, mis en ligne le 25 janvier 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3568 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3568

Haut de page

Auteur

Camille Lacoste-Dujardin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search