Navigation – Plan du site

AccueilVolumes37Pères blancs & sœurs blanches : L...

P29

Pères blancs & sœurs blanches : L’œuvre scientifique

Dahbia Abrous et Salem Chaker
p. 6210-6216

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La Société des Missionnaires d’Afrique, dont les membres sont couramment dénommés « Peres Blancs » et « Sœurs Blanches » en raison de la couleur de leur costume, a été fondée en 1868 par le Cardinal Lavigerie, archevêque d’Alger. Son objectif à long terme était d’évangéliser l’ensemble du continent africain. Dans le contexte colonial de la fin du XIXe siècle, l’Afrique du Nord semblait constituer un terrain particulièrement propice à un tel objectif.

2Le Cardinal espérait ressusciter l’ancienne Église d’Afrique et accéder ainsi à l’ensemble du continent. Des postes de mission furent alors ouverts en Tunisie et surtout en Algérie, principalement dans les régions berbérophones considérées, dans une approche sous-tendue par « le mythe berbère », comme pouvant être plus réceptives à cette action d’évangélisation. La charité mais surtout le dispensaire et l’école avaient été conçus comme des moyens privilégiés pouvant permettre l’exercice de cet apostolat. Des postes furent ouverts en Kabylie (perçue par le Cardinal comme « le Liban de l’Afrique ») à partir de 1873, dans le Mzab en 1884 et enfin dans les Aurès en 1893. Les tentatives d’approche faites en pays touareg se soldèrent par un échec et aucun poste de mission n’y fut ouvert.

3Les résultats de cette action d’évangélisation furent très modestes ; en dehors de la Kabylie où elle connut quelques succès localisés, les autres régions se montrèrent réfractaires : le poste ouvert dans les Aurès fut fermé en 1920 ; dans le Mzab, le poste fut maintenu mais deux mots caractérisent la réaction de cette région face aux tentatives d’évangélisation : « hermétisme et courtoisie » (Abrous 2007, p. 88 à 99). Le succès relatif enregistré en Kabylie s’explique par la proximité géographique de la région par rapport à la capitale, sa très grande vulnérabilité après l’insurrection de 1871 dont elle fut le fer de lance et le nombre de postes qui y furent ouverts. Dans cette région, l’apport des missionnaires fit l’objet d’une appropriation sélective : on y privilégia l’école mais l’on resta plus réservé face à l’aspect religieux sans le rejeter totalement.

4Le nombre de Kabyles convertis au christianisme était de 828 en 1920 (Dirèche-Slimani 2001, p. 181) ; il ira ensuite en décroissant. Cette minorité de Kabyles chrétiens constitua une élite intellectuelle et professionnelle qui, dès le début du XXe siècle, connut le chemin de l’exil ; elle ne put donc assurer le rôle de relai dans cette action d’évangélisation comme l’espérait le Cardinal Lavigerie : sa démarche était en effet de « christianiser l’Afrique par les Africains ».

5Les résultats de cette action missionnaire, modestes sur le plan religieux, furent en revanche importants au plan scientifique. Activité missionnaire et souci de connaissance précise des populations à évangéliser furent des objectifs étroitement liés dès la création de la congrégation. Dans les règles fondatrices de l’Ordre, il était exigé des missionnaires de s’adapter au mode de vie des régions dans lesquelles ils exerçaient (habitat, nourriture, costume) et, surtout, d’en maitriser parfaitement la langue ; il leur était aussi demandé d’étudier avec autant de précision que possible tous les aspects de la vie sociale et culturelle de ces régions. Cette obligation fut à l’origine, pour les missionnaires qui exercèrent en Afrique du Nord, de solides vocations de berbérisants. La contribution des Missionnaires d’Afrique aux études berbères remonte au dernier quart du XIXe siècle ; elle peut être abordée et présentée à partir de trois aspects fondamentaux :

  • les archives ;

  • la production scientifique, en particulier le Fichier de Documentation Berbère ;

  • le corpus de textes religieux produits comme supports à l’action d’évangélisation.

Les archives

6Ces archives, disponibles dans les Maisons Généralices des Pères Blancs et des Sœurs Blanches à Rome, sont constituées de plusieurs fonds : chroniques trimestrielles, rapports annuels, etc. L’ouvrage de J.-C. Ceillier contient une présentation précise de ces archives (Ceillier 2008, p. 283 et 284). Les archives relatives à l’Afrique du Nord et notamment aux régions berbérophones commencent à être exploitées (Dirèche-Slimani 2004 ; Abrous 2007). Ces fonds d’archives qui remontent au dernier quart du XIXe siècle sont d’une richesse exceptionnelle : les postes de mission étaient installés au cœur des régions à évangéliser et le travail de missionnaire exigeait, outre la maitrise de la langue locale, une observation très fine du mode de vie des populations auxquelles s’adressait cet apostolat. Les nombreuses « Instructions » du Cardinal recommandaient aux missionnaires et surtout aux supérieurs la rédaction de chroniques régulières – des diaires dans les premières années – destinées à informer la hiérarchie catholique. Tous ces documents auxquels il faut ajouter de nombreuses correspondances, des récits de voyage, etc., constituent un matériau précieux pour analyser de près les dynamiques qui ont traversé ces régions durant un siècle (pour l’Aurès, la Kabylie et le Mzab, voir Abrous 2007). A ces archives écrites, s’ajoute dans les deux Maisons Généralices un fonds iconographique tout aussi riche.

L’activité scientifique

7Cette activité scientifique a eu pour point de départ l’étude de la langue, ici du berbère. On rappellera qu’avant même l’action des Pères Blancs, d’autres religieux chrétiens, de l’Ordre des Jésuites, s’étaient déjà intéressés au berbère de Kabylie : les Pères Creusat (1873) et Olivier (1878). Mais dans le cas des Missionnaires d’Afrique, l’étude de la langue est présentée comme un impératif catégorique dans toutes les Instructions du Cardinal Lavigerie pour tous les postes de mission. La connaissance de la langue, outre le rôle qu’elle joue dans l’intégration du missionnaire, est un atout capital dans l’exercice même de cet apostolat. Lavigerie avait toujours affirmé avec force qu’il fallait prêcher aux Africains dans leurs propres langues.

8Les premiers travaux furent donc des travaux de lexicographie avec, pour objectif immédiat, la traduction des textes religieux en berbère. C’est dans ce contexte que le Père Huyghe publie un Dictionnaire kabyle-français en 1901 puis un Dictionnaire français-chaoui en 1906. Ce souci de connaître la langue et de connaître une société par sa langue est constant, il présidera à la naissance du Fichier de Documentation Berbère (FDB). Cette série publiée de 1946 à 1975, constitue une contribution essentielle des Missionnaires d’Afrique à la connaissance de la langue et de la culture berbère. Dans une notice biographique qu’il a consacrée au Père J.-M. Dallet, le Père J. Lanfry donne des indications précises sur la constitution de ce Fichier, ses objectifs, son contenu... (Lanfry 2001, p. 128 et suivantes). Cette publication domiciliée en Kabylie jusqu’en 1970 (aux At Mangellat, puis à partir de 1947 à Larbaa n At-Yiraten, ex-Fort-National) est un travail d’équipe. Le Centre d’Études Berbères (CEB) réunit dès 1946 les principaux Pères Blancs et Sœurs Blanches berbérisants : les Pères Jean-Marie Dallet, principal artisan du Fichier, Jacques Lanfry, Jean Delheure, Henri Genevois, Sr Louis de Vincennes (Madeleine Allain). A cette publication ont participé aussi « Plus de quarante collaborateurs algériens, une large quinzaine de collaboratrices algériennes » (Lanfry 1974, p. 5) dont les noms figurent dans l’index des auteurs de la Table Chronologique (Lanfry 1974).

9Les travaux de ce Fichier couvrent de manière inégale la Kabylie, le Mzab et Ouargla ; J. Lanfry note que pour la période comprise entre 1946 et 1972 :

« C’est la langue algérienne des Kabylies qui a été scrutée plus que toute autre, et de la Kabylie du Djurdjura surtout, celle qu’on appelle communément Grande Kabylie : près de 280 titres sur un total de quelque 360 articles. Cependant, on compte 70 titres de textes venus du Mzab et de Ouargla, au Sahara algérien. Tardivement, la Libye, avec Ghadamès, apporta sa contribution » (Lanfry 1974, p. 2).

10Les disparités de cette répartition et la place importante qu’y tient la Kabylie s’expliquent par la proximité géographique de cette région ; le nombre de postes missionnaires qui y furent ouverts en fit un terrain privilégié d’enquête linguistique et ethnographique.

11A la différence des archives qui livrent un matériau de base, collecté au jour le jour afin d’informer la hiérarchie catholique des activités de la mission et des obstacles auxquels elle est confrontée, le souci des règles méthodologiques (notamment en matière de collecte) figure dès le premier numéro du Fichier de Documentation Berbère paru en avril 1946 : y sont en effet présentés les éléments de classification du matériau collecté (lieu de collecte, date, informateur ou informatrice). Dans ce numéro est également explicité le système de notation avec « les spécificités des parlers kabyles et sahariens » ; ce système de notation a été progressivement affiné. Il faut souligner ici que les travaux du Fdb ont constitué un moment important dans la notation du berbère en caractères latins : même si les notations du berbère des Pères Blancs sont restées, pour des raisons pratiques évidentes, très phonétiques, elles ont largement inspiré la graphie usuelle actuelle du kabyle, à travers les relais qu’ont été Mouloud Mammeri, son enseignement et ses publications dans les années 1960-70, la mouvance culturelle et universitaire kabyle (en Algérie et surtout en France), dans les années 1970-1990. Le matériau collecté est annoté et, le plus souvent, traduit en français. En fonction des thèmes abordés, les références à la production scientifique berbérisante y sont nombreuses : Basset, Hanoteau et Letourneux, Masqueray, Montagne, etc. De même, l’équipe du Centre d’Études Berbères était en contact permanent avec les universitaires et berbérisants de l’époque : W. Marçais, J. Cantineau, A. Picard, A. Basset, L. Galand... (Lanfry 2001, p. 125, 127).

12Les rédacteurs du Fdb ne sont pas seulement de fins observateurs du terrain berbère (ils y avaient souvent passé deux ou trois décennies), certains d’entre eux, comme le Père J.-M. Dallet, avaient une solide formation de berbèrisant (Lanfry 2001, p. 127). En règle générale, ces missionnaires avaient été, durant leurs études et leur formation, initiés à d’autres langues, grec, latin, hébreu, arabe, ce qui leur avait facilité l’approche du berbère dans sa diversité dialectale et certains d’entre eux, à l’instar des Pères J.-M. Dallet et J. Lanfry, maitrisaient au moins deux dialectes. Cet intérêt porté a la langue explique la très grande richesse du Fichier en matériaux linguistiques, richesse qui permet d’aborder la diversité dialectale, la différence entre les parlers féminins et masculins. Enfin, sur la longue durée, ces matériaux livrent des corpus de référence qui permettent d’analyser les dynamiques qui traversent aujourd’hui le berbère et notamment le kabyle.

13Ces travaux de linguistique ne se réduisent pas à la collecte, ils proposent des analyses fouillées, parmi lesquelles on peut citer celles relatives au système verbal kabyle (Fdb 1953), mozabite (Fdb 1970). A partir de ce socle linguistique fondateur, les travaux du Fichier s’étendent à tous les aspects de la société et de la culture berbère : assemblée villageoise, famille, éducation familiale, économie (agriculture, artisanat) habitat, alimentation, valeur de la terre, pratiques religieuses, croyances, etc.

14On signalera également dans cette série du Fdb d’importants corpus de littérature orale : poésies, contes, proverbes... En matière de littérature écrite, c’est dans le Fdb que sont publiés les premiers textes de littérature écrite kabyle moderne, le théâtre d’abord avec la pièce intitulée « Bu Saber », « cette petite pièce est inspirée d’un conte tunisien paru en avril 1942 dans IBLA [...]. Dans sa première adaptation kabyle, elle fut jouée en juillet 1942 par la troupe scoute de Waghzen » (Fdb, 1948, p. 1). Au théâtre, il faut ajouter l’œuvre de Belaïd Aït Ali parue sous le titre : Les cahiers de Bélaid ou la Kabylie d’antan (Fdb, 1964, 2 volumes). Cette œuvre fut fondatrice dans le processus d’émergence de la littérature kabyle écrite moderne.

15Dans le Fichier, on trouve aussi des allocutions rédigées en kabyle adressées par les missionnaires enseignants à leurs élèves telle cette « Allocution aux anciens élèves des At Yanni » (Fdb, 1948). Dans ce contexte, on notera que les missionnaires avaient crée, en Kabylie au début des années 1940, deux structures d’encadrement culturel : le scoutisme pour les jeunes gens et « La Ruche », encadrée par les Sœurs Blanches, pour les jeunes filles. Bahia Amellal a consacré un ouvrage à ces deux structures (Amellal 2009) et notamment à celle de La Ruche. L’activité de La Ruche (1940-1975) a donné lieu à un bulletin La Ruche de Kabylie dirigé par les Sœurs Blanches et à un corpus de chants en kabyle composés par les « Abeilles », adhérentes à la Ruche. Ce matériau, rendu accessible grâce au travail de B. Amellal, pourrait faire l’objet d’analyses plus approfondies.

16Le Fichier contient enfin une collection de volumes dénommée les Publications du Fdb consacrée à des thèmes précis ; c’est dans cette collection qu’on été publiées deux des quatre monographies villageoises du Père Henri Genevois : celles relatives à Taourirt n At Manguellat en 1962 et à Taguemount Azzouz en 1972. Ces quatre monographies ont été rééditées en 1995 (At Yanni et Taguemount Azzouz) et 1996 (Djemaa-Saharidj et Taourirt n At Manguellat). La Table Chronologique publiée par J. Lanfry en 1974 contient un inventaire précis de l’ensemble des travaux du Fdb de 1946 à 1972. J. Lanfry signale également que : « l’ensemble [des travaux du Fdb] a été très fidèlement recensé dans la Chonique linguistique que L. Galand a donné chaque année à l’Annuaire de l’Afrique du Nord » (Lanfry 2001, p. 130).

  • 1 Société d’Études Linguistiques et Anthropologique de France, fondée par Jacqueline Thomas et Luc Bo (...)

17En dehors du Fichier de Documentation Berbère qui fut son support essentiel, la production scientifique des Missionnaires d’Afrique a été publiée dans la revue IBLA. Enfin et surtout, au cours des années 1980, ont été publiés par les soins de M. Gast et S. Chaker dans la collection qu’ils ont créée à la SELAF1 (intégrée en 1987 dans les Éditions Peeters) les dictionnaires et ouvrages des Pères J.-M. Dallet et J. Delheure (cf. bibl.).

Le corpus de textes religieux

18Il faut rappeler que pour l’Ordre des Missionnaires d’Afrique, la connaissance des langues africaines (ici du berbère) était considérée comme un impératif catégorique car il fallait évangéliser les Africains dans leurs propres langues. On comprendra donc que la traduction de textes religieux (Bible, catéchismes, chants liturgiques) ait très tôt retenu l’attention des missionnaires. Le Fichier de Documentation Berbère contient certains textes composes ou traduits en kabyle en vue de l’usage liturgique tel ce Cantique à Notre Dame, commençant par « Kemmini a Lla Maryama » (Fdb 1947) ou ce Chant pour Noël (Fdb 1948) ; pour ces chants religieux, la musique est également notée. Une exploitation systématique du Fichier et des archives pourrait permettre la constitution d’un corpus plus conséquent. Plus récemment (1987-88), un groupe de Chrétiens kabyles, sous la houlette du R.P. Jacques Lanfry, a réalisé et publié une excellente traduction kabyle des Évangiles. Ces corpus de textes religieux chrétiens constituent une expérience originale en matière de traduction.

19Le travail scientifique des Missionnaires d’Afrique, par sa précision, la finesse des observations qui le sous-tendent, la diversité des champs qu’il aborde et sa durée, représente un apport précieux à la connaissance de la langue et de la société berbères.

Haut de page

Bibliographie

Abrous D., 2007 – La Société des Missionnaires d’Afrique à l’épreuve du mythe berbère, Louvain/Paris, Peeters.

Amellal B., 2009 – La Ruche de Kabylie (1940-1975), préface de Karima Dirèche, Alger, Éd. Achab.

Ath-Mansour-Amrouche F., 1968 – Histoire de ma vie, Paris, Maspéro. (Réédition la Découverte, 1991).

Ceillier J.-C., 2008 – Histoire des Missionnaires d’Afrique (Pères Blancs). De la fondation par Mgr Lavigerie à la mort du fondateur (1868-1892), Pari, Karthala.

Chaker S., 1997 – « L’œuvre scientifique des Pères Blancs : le Fichier de Documentation Berbère, là-bas et ici », Trente ans de diaspora des Chrétiens d’Afrique du Nord, 1966 – 1996, (Actes du colloque du 23 novembre 1996 organisé par l’Association des Chrétiens originaires de Kabylie), Paris, p. 51-55.

Creusat J.-B., 1873 – Essai de dictionnaire français-kabyle Alger, Jourdan, 1873, 374 p.

Dallet J.-M., 1982 – Dictionnaire kabyle-français. Parler des At Manguellat, Paris, SELAF (Peeters).

Delheure J., 1984 – Dictionnaire mozabite-français, Louvain/Paris, SELAF (Peeters).

Delheure J., 1986 – Faits et dires du Mzab, Louvain/Paris, SELAF (Peeters).

Delheure J., 1987 – Dictionnaire ouargli-français, Louvain/Paris, SELAF (Peeters).

Delheure J., 1988 – Vivre et mourir à Ouargla, Louvain/Paris, SELAF (Peeters).

Dirèche-Slimani K., 2001 – « Pères Blancs de kabylie », Hommes et femmes de Kabylie (sous la direction de S. Chaker), t. 1, Aix-en-Provence, Édisud, p. 179-186.

Dirèche-Slimani K., 2004 – Chrétiens de Kabylie : 1873-1954. Une expérience missionnaire dans l’Algérie coloniale, Paris, Éd. Bouchène.

Huyghe G., 1901 (1ère éd. 1896) – Dictionnaire kabyle-français, Paris, Imprimerie nationale, 353 p.

Huyghe G., 1902-3 – Dictionnaire français-kabyle, Malines (Belgique), A. Godenne éditeurs, 893 p.

Huyghe G., 1906 – Dictionnaire français-chaoui, Alger, Jourdan, 750 p.

Huyghe G., 1907 – Dictionnaire chaouïa, arabe, kabyle et fiançais, Alger, Jourdan, 371 p.

Lacoste-Dujardin C., 2005 – Dictionnaire de la culture berbère en Kabylie, Paris, La Découverte. Cf. notice : « Chrétiens », p. 94 ; « J.-M. Dallet », p. 112 ; « Fichier de Documentation Berbère », p. 147-148 ; « H. Genevois », p. 162 ; « J. Lanfry », p. 208-209 ; « Pères Blancs », p. 282.

Lanfry J., 1974 – « Table chronologique et index », Fichier périodique, 124.

Lanfry J., 2001 – « Dallet Jean-Marie », Hommes et Femmes de Kabylie, sous la direction de S. Chaker, t. 1, Aix-en-Provence, Édisud, p. 124 à 131.

Olivier P., 1878 – Dictionnaire français-kabyle, Le Puy, 316 p.

Renault F., 1992 – Le Cardinal Lavigerie, (1825-1892), l’Église, l’Afrique, la France, Paris, Fayard.

Haut de page

Notes

1 Société d’Études Linguistiques et Anthropologique de France, fondée par Jacqueline Thomas et Luc Bouquiaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dahbia Abrous et Salem Chaker, « Pères blancs & sœurs blanches : L’œuvre scientifique »Encyclopédie berbère, 37 | 2015, 6210-6216.

Référence électronique

Dahbia Abrous et Salem Chaker, « Pères blancs & sœurs blanches : L’œuvre scientifique »Encyclopédie berbère [En ligne], 37 | 2015, document P29, mis en ligne le 25 janvier 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3570 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3570

Haut de page

Auteurs

Dahbia Abrous

Articles du même auteur

Salem Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search