Navigation – Plan du site

AccueilVolumes37Perorsi

Entrées d’index

Mots clés :

antiquité, tribu
Haut de page

Texte intégral

1Selon Pline l’Ancien (V, 10) citant Agrippa et à travers celui-ci, dans une mesure inconnue, Polybe, les Perorsi sont des Éthiopiens* riverains de l’océan auxquels font suite, pour qui vient du détroit de Gibraltar, d’autres Éthiopiens, les Darathitae (cf. Daradae*) dont le nom indique une situation proche de l’embouchure de l’oued Draa. Comme Strabon ignore pour sa part les Perorsi, il se pourrait que Pline s’inspire ici d’Agrippa plutôt que de Polybe. Dans un autre passage (V, 15-16), Pline paraît ne pas les situer loin d’un fleuve Ger atteint par Suétonius Paulinus dans une campagne qui se déroula principalement dans l’Atlas, ce qui les rejetterait dans l’intérieur des terres. Mais ils ont pu être confondus par le Naturaliste avec les Pharusii*. Pline mentionne encore deux fois les Perorsi : ils touchent à l’océan à la lisière de la Maurétanie (V, 43) et semblent voisins des Hesperioe ou Éthiopiens occidentaux (VI, 195), alors qu’on serait enclin à se demander s’ils n’en faisaient pas partie (cf. Hesperii*). Quoi qu’il en soit, les Perorsi sont bien apparemment une population côtière et colorée. Au reste il semble que, selon les sources antiques, le peuplement éthiopien se soit concentré sur le littoral du sud de la Maurétanie (« Éthiopiens parocéanites »), laissant l’Atlas aux Gétules

2Ptolémée (IV, 6, 5, Müller, p. 744) fait des Perorsi un des peuples majeurs de la Libye Intérieure. Il les place à l’est des Daradae, qui habitent près de l’embouchure du Draa, et leur assigne le secteur qui s’étend entre la mer et la montagne dite Théôn Okhêma (Support des dieux), comme s’il était tenté de reprendre le vieux schéma de l’océan méridional, alors qu’il va l'abandonner au profit de l’hypothèse d’une « terre inconnue ». Plus loin (IV, 6, 6, p. 745) Ptolémée, en faisant état de peuples moins importants, précise qu’entre les Leukaethiopes (cf. Leucoe Aethiopes*) ou « Éthiopiens Blancs » et les Perorsi, s’étend la « Plaine Rouge » ou plutôt la « Plaine d’un rouge de feu ». Ces deux passages mettent chacun les Perorsi en rapport avec un element du materiel topographique du Périple d’Hannon (plaine aux feux : § 13 ; Théon Okhêma : § 16). Un auteur tardif, le Géographe de Ravenne, mentionne (III, 11), après les Getulidare (cf. Darae*) et à la fin d’une liste des « cités » de la Maurétanie Gaditane (nom par lequel il désigne la Maurétanie Tingitane de ses prédécesseurs), Paurisii (= Pharusii) et Perora, en quoi il faut peut-être reconnaître les Perorsi. Mais surtout, il invente une Mauritania Perosis (I, 3 ; III, 9 ; 10 ; 12) désolée située en bordure de l’océan méridional, sur le méridien de l'Oranie et de la Gétulie. On peut penser que le qualificatif Perosis a été inspiré par les Perorsi. Mais il semble que les Perorsi, bien qu’éthiopiens, n’aient pas toujours été clairement distingués des Pharusii, puisque ce sont ces derniers que Pline (V, 46) considère comme ayant été des Perses à l’origine (quondam Persae), alors que le nom des Perorsi se prête encore mieux au jeu de mots approximatif qui a fait naître cette théorie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jehan Desanges, « Perorsi »Encyclopédie berbère, 37 | 2015, 6216-6217.

Référence électronique

Jehan Desanges, « Perorsi »Encyclopédie berbère [En ligne], 37 | 2015, document P30, mis en ligne le 25 janvier 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3576 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3576

Haut de page

Auteur

Jehan Desanges

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search