Navigation – Plan du site

AccueilVolumes37Pharousii / Pharusii / Perusii

P31

Pharousii / Pharusii / Perusii

Jehan Desanges
p. 6217-6219

Entrées d’index

Mots clés :

antiquité, tribu
Haut de page

Texte intégral

1D’après un tableau général des peuples de l’Afrique emprunté à Posidonius (début du Ier siècle avant notre ère), Strabon (II, 5, 33) situe les Pharousii, avec les Garamantes* et les Nigrites*, dans un registre s’insérant entre les Éthiopiens de l’extrême Sud et les Gétules*, plus au nord. Ailleurs (XVII, 3, 3), il mentionne à nouveau les Pharousii, déjà connus d’Artémidore (St. de Byzance, Meineke : 659), avec les Nigrites, pour observer que ces peuples vivraient à trente jours de marche de Lynx (Lixos, immédiatement au nord de Larache sur la côte atlantique du Maroc), ce qui fait quelque 900 km. Selon la tradition, dans des temps anciens, associés aux Nigrites, ils auraient ravagé « trois cents » villes phéniciennes sur la côte océanique. Strabon (XVII, 3, 7) nous apprend encore que Pharousii et Nigrites habitent « au-dessus » des Maurousii*, c’est-à-dire au sud de ceux-ci, près des Éthiopiens Hesperii* ou d’Occident, que ce sont des archers comme les Éthiopiens et qu’ils utilisent des chars à faux. Se mêlant peu aux Maurousii dont les sépare un désert, ils se rendent parfois à Cirta (Constantine) par des lieux marécageux (sans doute les chotts du Sud oranais) en fixant des outres d’eau sous le ventre de leurs chevaux. Certains vivent en troglodytes.

2La première mention des Pharousii est probablement due à Dalion (IIIe siècle avant notre ère) sous la forme Perusii (Pline l’Ancien VI, 194). Dalion les mettait en rapport avec le haut Nil, supposé avoir sa source à l’occident de la Libye, ce qui explique l’évocation par Strabon (XVII, 3, 7) de pluies d’été chez les Pharousii. On rapprochera de l’ethnonyme Perusii le nom Pherusa attribué à Pompéi à une femme représentée avec des cheveux crépus et une carnation sombre (Étienne : 141).

3Après Strabon, les Pharusii sont deux fois mentionnés par Méla. En I, 22, dans un tableau ethnographique de l’Afrique qui se poursuit en I, 23, et pourrait, comme celui de Pline, remonter à Posidonius (à noter l’absence des Pharusii dans l’esquisse d’une histoire du peuplement de la Libye proposée par Salluste, Jugurtha, XVIII, qui, toutefois, situe les Perses, compagnons d’Hercule, au plus près de l’océan), et en III, 103, passage où Méla insiste sur leur sauvagerie et leur indigence et les localise sur le littoral océanique au nord des îles Fortunées (nos Canaries) et au sud des Nigrites et Gétules. Pline l’Ancien (V, 43) les considère comme des Éthiopiens, tout comme les Nigrites et les Perorsi* leurs voisins, les premiers semblant établis plus à l’intérieur et les seconds atteignant l’océan. De plus, il qualifie les Pharusii de « gymnètes » (lestes, car vêtus et armés à la légère), ce qui pourrait être mis en rapport avec leur troglodytisme signalé par Strabon, les Troglodytes passant, depuis Hérodote, pour être rapides à la course, cf. aussi Périple d’Hannon, 7. Enfin, dans un autre passage (V, 46), Pline prétend que les Pharusii furent jadis des Perses (Persae), compagnons d’Hercule. Ce compagnonnage était déjà signalé par Méla (III, 103), qui note la richesse passée des Pharusii contrastant avec leur misère actuelle, mais sans en faire des Perses. De toute évidence, la légende a trouvé sa justification dans un rapprochement phonétique très approximatif entre le nom des Pharusii et celui des Persae, alors même que l’ethnonyme Perorsi s’y prêtait mieux.

4L’assimilation mythique des Pharousii aux Perses pourrait expliquer que Strabon (XVII, 3, 7) leur ait attribué des chars à faux, arme étrange qui n’est guère attestée que chez les Perses, comme l’a remarqué à juste titre G. Camps (p. 32). Gsell (p. 295-296), pour sa part, estimait que Pharousii et Perorsi « ne sont que deux transcriptions d’un même nom africain ». Toutefois, Ptolémée les distingue. Pour lui, les Perorsi sont un peuple majeur de Libye Intérieure (IV, 6, 5, Müller : 744), les Pharousii un peuple mineur (IV, 6, 6, p. 745) qu’il situe au nord du mont Sagapola (non identifié, peut-être l’Atlas du Sous) et qu’un peu plus loin (p. 747) il identifierait, selon certains manuscrits, en abrégeant peu clairement leur nom, aux riverains du fleuve Anatis*, ce qui les placerait dans une position plus septentrionale qu’on ne s’y attend. N’oublions pas cependant que la documentation de Ptolémée sur l’Afrique, et tout particulièrement sur sa partie occidentale, est des plus livresques. La distinction qu’il observe entre les deux ethniques ne saurait constituer la preuve que ceux-ci désignent des populations réellement distinctes. Encore moins probante à cet égard est la mention par le Ravennate (III, 11) de Paurisi et Perora dans le Sud de la Maurétanie après Getulidare, un pseudo-toponyme qui consigne à l’évidence la mention de Gétules de l’oued Dara (Draa) sur l’itinéraire ou la carte consultée. Mais si l’on prend à la lettre ce témoignage tardif, Pharusii et Perorsi, distincts ou confondus, seraient à situer en position très méridionale dans le cadre de la Maurétanie atlantique.

Haut de page

Bibliographie

Camps G., 1960 (1961) – Aux origines de la Berbérie : Massinissa ou les débuts de l’Histoire (= Libyca : arch.-épigr., VIII), Alger.

Étienne R., 1966 – La vie quotidienne à Pompéi, éd. Hachette, Paris.

Gsell S., 1913 – Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, tome I, éd. Hachette et Cie, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jehan Desanges, « Pharousii / Pharusii / Perusii »Encyclopédie berbère, 37 | 2015, 6217-6219.

Référence électronique

Jehan Desanges, « Pharousii / Pharusii / Perusii »Encyclopédie berbère [En ligne], 37 | 2015, document P31, mis en ligne le 25 janvier 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3580 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3580

Haut de page

Auteur

Jehan Desanges

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search