Navigation – Plan du site

AccueilVolumes37Phazanii

Entrées d’index

Mots clés :

antiquité, tribu
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le nom arabe actuel du lieu, Ras el-Aïn (« Tête de la source ») pourrait confirmer l’hypothèse de G (...)

1Les Phazanii sont mentionnés par Pline l’Ancien (V, 35) après la région désolée qui s’étend « au-dessus », c’est-à-dire en hinterland, de la Petite Syrte. Ils possèdent les villes d’Alele*, Cilliba et Cidamus* (Ghadamès) et sont séparés des Garamantes* par le mont Ater. P. Trousset a proposé, après M. Euzennat, d’identifier Cilliba avec Tillibari (Remada) et, après G. Mercier, Alele avec Talalati (Ras el-Aïn1, non loin du djebel Tlalet). Le nom des Phazanii représente peut-être le second élément de celui des Gamphasantes* d’Hérodote (IV, 174 : restitution de l’ethnique, corrompu dans les manuscrits, grâce aux témoignages de Méla et de Pline), le seul peuple mentionné comme habitant la zone des bêtes sauvages (Thériôdês). Il apparaît dès lors que les Phazanii occupaient l’arrière-pays de la Petite Syrte, peut-être jusqu’aux abords septentrionaux de la Hammada el-Homra (sur l’abondance des bêtes sauvages en arrière de la Petite Syrte, cf. Pline, V, 26).

2Ptolémée (G., IV, 7, 10, Müller p. 785) fait état, sans les nommer, des peuples de la Phazanie et de la Bakalitis (ou pays des Bakales*), dans une énumération qui va de l’Ethiopie subégyptienne jusqu’aux Daradae* de l’oued Draa, dans le Sud du Maroc. On ne peut proposer à partir de ce passage trop vague aucune localisation précise, mais il est très vraisemblable que la Phazanie de Ptolémée est le pays des Phazanii de Pline. En revanche, le Fezzan actuel est sensiblement plus méridional et correspond plutôt au pays des Garamantes. Le nom de région Phazania a été utilisé comme anthroponyme, indiquant sans doute l’origine, cf. Phazania Saturnina (Inscriptions latines de Tunisie, no 577) et peut-être Fezinis (nom, au génitif, du père d’un chamelier) sur un ostracon de Bou Njem (no 80, p. 188).

Haut de page

Bibliographie

Marichal R., Les ostraca de Bu Njem, Suppléments de « Libya Antiqua » – VII, Tripoli, 1992.

Merlin A., Inscriptions latines de la Tunisie, Paris, 1944.

Haut de page

Notes

1 Le nom arabe actuel du lieu, Ras el-Aïn (« Tête de la source ») pourrait confirmer l’hypothèse de G. Mercier et P. Trousset tendant à identifier Alele avec Talalati ; le nom arabe pourrait n'être que la traduction d'un groupe nominal berbère dont le premier élément serait Tala, « source, fontaine » et le second Alele (alili, « laurier-rose » ?), < *Tala (a)lili. Si l’on peut avoir des hésitations sur l'identification du second élément, la correspondance el-Aïn = Tala est quasiment certaine [S.C.].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jehan Desanges, « Phazanii »Encyclopédie berbère, 37 | 2015, 6219-6220.

Référence électronique

Jehan Desanges, « Phazanii »Encyclopédie berbère [En ligne], 37 | 2015, document P32, mis en ligne le 25 janvier 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3583 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3583

Haut de page

Auteur

Jehan Desanges

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search