Navigation – Plan du site

AccueilVolumes39Protohistoire de l’Algérie

P69

Protohistoire de l’Algérie

Jean-Pierre Laporte
p. 6506-6514

Entrées d’index

Mots clés :

Algérie, protohistoire
Haut de page

Notes de la rédaction

Avec des remarques de N. Aïn Seba, S. Chaker, D. Grébénart, M. Hachid.

Texte intégral

1En 1910, Joseph Déchelette, le créateur du mot « Protohistoire », définissait cette période, en Europe, comme la charnière entre la Préhistoire, âge de la pierre, et l’Histoire, âge de l’écriture, qui correspondait pour lui aux âges du bronze et du fer. Cette définition, qui fit florès, était en elle-même peu précise et posa par la suite quelques difficultés, certains traits « protohistoriques » pouvant commencer avant ou continuer après la Protohistoire proprement dite. Peu à peu, on en est arrivé, toujours en Europe, à des discussions quasi byzantines sur une éventuelle inclusion du Néolithique dans la Protohistoire. Il est évident qu’appliquer des critères flous à des ensembles flous ne permettra jamais d’arriver à des certitudes, et que les contours de la Protohistoire européenne continueront à dépendre de ce que chacun voudra y mettre.

2Pratique, mais déjà fort peu précis en Europe, le mot de Protohistoire est encore plus mal adapté à la description des cultures anciennes de l’Afrique du Nord, en Algérie notamment. Les difficultés logiques ont été soulignées par G. Camps (1961, notamment p. 24-38), elles n’ont pas été résolues depuis, bien au contraire. Les questions théoriques liées à l’absence d’accord sur une définition préalable (chacun adoptant la sienne) sont également présentes, mais se compliquent par le fait de l’immensité des territoires et des périodes concernées, les niveaux de développement et d’organisation pouvant être très différents à une même date dans des régions éloignées ou même voisines. On retient en gros plusieurs types de critères, pas toujours bien élucidés, là encore variables d’un auteur à l’autre, ce qui peut donner des fourchettes de temps très variables : de 7000 à 2000 avant J.-C. pour l’un, de 2000 à 1000 pour l’autre, sans que nul n’ait tort ou raison, puisque chacun raisonne suivant ses propres critères.

3Dès avant 1959, G. Camps, qui a beaucoup scruté ce domaine (1965, 1986, 1987, etc.) employait le terme de Protohistoire, tentait d’étudier et de définir cette période et allait progressivement lui attribuer l’ensemble des monuments funéraires autochtones, mêmes contemporains des premiers siècles historiques. Plus au sud, F. Paris subdivisa en 1996 les vestiges du Haut Niger en « monuments du Néolithique » et « du post-néolithique ». En 2000, M. Hachid, a proposé de distinguer une « période paléo-berbère » et une période « proto-berbère », ce qui souligne utilement l’un des enjeux importants d’une meilleure connaissance de ces monuments et de ces périodes.

4On a noté récemment en Algérie un intéressant effort de conceptualisation présenté à l’important Premier Colloque de Préhistoire Maghrébine tenu à Tamanrasset en 2007. Si l’essentiel des travaux a naturellement porté sur la Préhistoire, un article de S. Iddir (2011) porte explicitement sur la Protohistoire. Les difficultés exposées plus haut subsistent et l’auteur en arrive naturellement au traditionnel catalogue de types de sépultures, définis ici de manière claire et surtout illustrés d’exemples. Les difficultés habituelles se retrouvent dans un important article (Heddouche 2012) sur la Protohistoire en Ahaggar. On peut se demander si le fond de la question a vraiment avancé depuis G. Camps.

5Dans le Nord de l’Algérie, les vestiges protohistoriques sont tangibles (et ô combien répandus), mais la Protohistoire reste introuvable en tant que telle. Cette appellation est un fourre-tout pratique, et non pas un concept opérationnel. Elle ne permet aucune vraie synthèse. Voyons cependant ce que donnent les critères les plus fréquemment appliqués.

6Dans leur approche de cette période dite « proto-historique », divers auteurs ont utilisé la notion d’âge des métaux. Autant que l’on puisse en juger, l’âge du cuivre est très court en Algérie, celui du bronze également. Bien que soigneusement recensées (Grébenart 1988, Lambert 1983, Mauny 1952, Quechon 1989, Tauveron 1992), les trouvailles sont rares et surtout difficiles à mettre en perspective dans un ensemble cohérent. Cette approche « métallique » paraît peu probante en Algérie, compte tenu de la rareté du métal (érosion ? réutilisation ? absence réelle ?) qui prive d’éléments d’information, tout autant que la faiblesse de la recherche et la quasi absence de connaissance du contexte.

7La pauvreté générale du matériel contenu dans les tombes « protohistoriques » a dissuadé d’entreprendre des travaux fort peu propices à des découvertes archéologiques spectaculaires. On en est souvent réduit à produire des cartes de répartition des différents types de monuments funéraires. Ces cartes sont toujours sujettes à compléments, et même à interrogation lorsque des zones de types différents se chevauchent. De toute manière, l’absence, ou du moins la rareté, des datations empêchent de les inscrire dans une perspective chronologique.

8La difficulté, certaine, de l’étude de la poterie « protohistorique » a fait plus ou moins abandonner l’effort typologique entrepris par G. Camps dans les années 1960 sur les céramiques, décorées ou non. Des pans entiers de connaissances manquent encore à l’appel, notamment sur les habitats, permanents ou temporaires, etc.

9Bien que l’on puisse pour certains faire remonter la Protohistoire jusqu’au Néolithique, il semble possible de voir ses débuts de manière plus précise à la « période caballine » au Sahara, où l’art caballin (Lhote 1972) dans son ensemble est rattaché à cette période. Elle voit l’apparition du cheval domestique et du char qui le mettent d’emblée dans un contexte historique, daté pour ses débuts aux alentours du milieu, ou, pour les plus timides, de la fin du 2e millénaire. Par ailleurs, des corrélations ont été établies entre cet art et des monuments protohistoriques, les tumuli « à cratère ». Cette époque voit également l’apparition des premiers caractères alphabétiques libyques, et l’on en arrive ainsi à la question de l’apparition de l’écriture comme éventuelle fin de la Protohistoire.

10Ce n’est parce que l’on ne sait pas bien lire l’écriture libyque que la Protohistoire telle que définie en 1910 pourrait ne pas s’achever dès son apparition. Or cette datation remonte peu à peu dans le temps. En dernier lieu M. Hachid (2007) a proposé de dater certaines inscriptions des alentours de 1000 avant J.-C. Ce vieillissement n’est à notre sens pas près de s’arrêter, sans pouvoir jamais aboutir à une époque précise, compte tenu de ce que l’on croit savoir du mode de formation progressif de cet (ou ces) alphabet(s) (Chaker et Hachi 2000 ; cf. Laporte 2007). Le statut et les fonctions de l’écriture libyco-berbère ne sont manifestement pas celles des « grandes » écritures méditerranéennes qui fondent le passage à l’Histoire (Chaker et Hachi 2000, Chaker 2006). Le terme même « d’écriture » est en fait trompeur. À l’exception des inscriptions (d’ailleurs souvent bilingues libyques et puniques) de Dougga à l’époque de Massinissa/Micipsa, tentative limitée dans le temps et dans l’espace, on peut considérer l’écriture libyco-berbère plus comme un marqueur identitaire (individuel/collectif) que comme un instrument de communication et d’enregistrement. En Afrique du Nord, l’apparition de l’écriture ne contribue pas vraiment, en tous cas à ce que l’on en sait aujourd’hui, à sortir les cultures qui la produisaient des « limbes » protohistoriques. Le critère de l’existence d’une écriture autochtone paraît devoir être définitivement abandonné pour définir la fin de la Protohistoire maghrébine.

Des réévaluations à mener

11Les inlassables efforts de G. Camps devront être repris, probablement en se fixant des objectifs différents, qui ne seraient plus de caractériser « une » Protohistoire unique, mais des champs géographiques et chronologiques plus réduits, liés par des caractères plus ou moins permanents, et présentant entre eux des différences plus ou moins accusées.

12Si, sortant de l’impossible définition unique (et encore moins universelle) de la Protohistoire, on retient des catégories de constats, on pourra aboutir à des résultats réels. Certes, on manque de fouilles et de datations récentes, mais des réévaluations de travaux anciens en Algérie apportent déjà, ou pourraient apporter, un certain nombre d’éléments nouveaux, de nature différente des précédents, apports qui ne vont d’ailleurs pas simplifier les choses.

13Les descriptions remarquablement précises faites par G. Vuillemot (1965) de ses découvertes sur la côte oranaise fournissent une abondante matière à réévaluation, non pas sur les « échelles puniques » qu’il crut trouver en suivant les pronostics de Cintas, mais sur la Protohistoire régionale. Certes, il signala à Portus Magnus (Bettioua, ex-Saint-Leu) un fragment d’inscription punique monumentale. Certes, Les Andalouses lui fournirent des vestiges d’habitats « d’époque punique », mais la majorité du matériel découvert était en fait autochtone et protohistorique. Quant aux vestiges de Mersa Madakh, ce sont ceux non pas d’une « échelle » punique, mais d’un minuscule village libyque de pauvres pêcheurs et ramasseurs de coquillage (Vuillemot 1965, p. 131-155 ; Laporte 2010a et b, à paraître 1). Tout ceci, et notamment les tumuli du Djebel Lindlès, demande à être réinterprété dans une perspective libyque, et non plus punique. Le cas de l’île de Rachgoun* est un peu particulier avec une population ibéro-baléare, installée apparemment vers la fin du VIIIe siècle avant notre ère, et passée sur le continent vers le Ve siècle pour rejoindre Siga, probablement déjà une ville, voire une capitale régionale (Vuillemot 1965, p. 130 ; Torrès Ortiz et Mederos Martin 2010 ; Laporte 2006).

14En 1962, D. Grébenart publiait des tumuli à chapelle de Ferkane (sud des Nemenchas). Consulté par G. Camps, J.-G. Février reconnaissait dans l’un deux, datable des alentours de notre ère, un graffite écrit en néopunique (ibid., p. 195, n. 1).

15Alors que certains archéologues « classiques » le tiraient vers un art gréco-punique et une datation basse (IIe siècle avant J.-C.), G. Camps a souligné à juste titre que le Medracen* était une gigantesque bazina munie d’une « peau » gréco-punique et qu’il remontait à la charnière des IVe-IIIe siècles avant J.-C. (Camps 2010, p. 4847), grâce à des datations C14 de fragments des poutres de cèdre de la galerie intérieure. Cette datation correspond d’ailleurs à l’emploi à Carthage de colonnades joignant l’ordre dorique (pour les colonnes et les chapiteaux) et la corniche en surplomb nommée « gorge égyptienne ». Le souverain numide inconnu qui y fut enseveli était bien en phase avec la dernière mode architecturale de Carthage, et non en retard de plus d’un siècle comme l’aurait voulu naguère l’opinion commune.

16Fouillées par J.-C. Musso de 1966 à 1969, les allées couvertes d’Aït Raouna* (wilaya de Tizi-Ouzou) se sont révélées être des sépultures collectives à décarnisation d’un petit village libyque du IIIe siècle avant J.-C., utilisant de la céramique modelée produite localement, de la céramique tournée sans doute régionale, avec une faible partie (4 %) de poterie à vernis noir provenant du commerce méditerranéen, dont même les fragments étaient réutilisés, ainsi des fonds réaménagés en godets (Laporte 2012).

17Dans le même sens, on a signalé la présence au IIe siècle après J.-C. dans les monts du Mzab, à moins de 200 km du limes romain, de guerriers libyques sahariens à la tête ornée des plumes caractéristiques (Hachid 2007a). Seraient-ils moins « protohistoriques » que leurs collègues repérés plus au sud à des périodes apparemment plus anciennes ? Là encore, pour autant qu’elle ait encore un sens, la limite chronologique supposée entre Protohistoire et Histoire n’est pas efficiente.

18La réévaluation de travaux anciens (vers 1950) dans la nécropole libyque de Djorf Torba, près de Bechar (Lihoreau 1993), pourrait également amener d’intéressants aperçus : elle comportait une série de tumuli simples et de tumuli « à chapelle ». Certains ont livré un peu de matériel dont le total est important ; il comprend une intaille représentant Bacchus, une lance, etc., sans oublier les célèbres dalles peintes de chevaux et de personnages dont certains pourraient avoir été chrétiens.

19Sur l’extraordinaire site de Mecheraa Sfa (28 km à l’ouest de Tiaret), avec pas moins de cinq remparts successifs (non datés) barrant un éperon, coexistent presque tous les types de sépultures « protohistoriques » d’Afrique du Nord (sauf des haouanet*) sans que l’on puisse à ce jour les classer dans le temps (De Bayle et Cadenat 1966). L’un des blocs d’une sépulture mégalithique porte même en relief, donc au plus tard lors de sa construction, une lampe et un oiseau, qui en font une sépulture d’époque chrétienne.

20La limite basse entre Protohistoire et Histoire s’estompe encore avec la découverte par P. Morizot d’une photographie aérienne du camp romain de Sadouri (2e – 3e siècle après J.-C.), abandonné à une date inconnue du IVe siècle (Morizot 2000, p. 70-71, et pl. 12, p. 88 ; autre photo aérienne datée de 1960 : Lenoir 2011, p. 217, col 2, fig. 123 ; Laporte, à paraître 2). L’intérieur du camp est parsemé de grandes bazinas (phénomène déjà connu de Gsell, Atlas archéologique, f. 48, 1) qui l’auraient rendu inutilisable ; elles sont donc postérieures. Après le départ de l’armée romaine, la population libyque des alentours, qui avait continué à vivre selon ses propres coutumes « protohistoriques », s’est réapproprié la surface du camp. Un camp tout ce qu’il y a de plus « historique » et antérieur à des dispositifs considérés comme « protohistoriques » compte tenu de leur typologie.

21L’étude du tombeau d’Abalessa à la fois par la voie historiographique et par des reconnaissances de terrain a permis de l’identifier comme un ighrem (fortin) berbère converti par la suite en tombeau (Hachid 2006). Le mobilier trouvé à l’intérieur a lui aussi été réétudié et donne une idée intéressante du commerce saharien au Ve siècle de notre ère (Grébénart 1962 avec la bibliographie antérieure).

22Plutôt qu’à une résurgence « protohistorique » locale, on peut penser que le plan apparemment saharien des Djedars (Frenda, Tiaret, Ve-VIIe siècles), avait été importé du Sahara après la disparition du pouvoir romain lors de la prise en main par des chefs libyques d’origine saharienne de la population berbéro-romaine d’une région qui avait été en partie romanisée vers 200 après J.-C. (Kadra 1983 ; Laporte 2005, p. 393). Ceci permet de souligner l’importance des échanges entre le Tell et le Sahara, immense et inépuisable réservoir de traditions libyques, réalimentant en formes anciennes de manière continue ou périodique les régions septentrionales plus ou moins punicisées ou romanisées.

23L’une des principales difficultés est la permanence (ce qui ne veut pas dire la fixité) d’un certain nombre de techniques et de formes, mais également parfois la diversité de ces formes à une même période. Cette permanence, certaine, avec des variations régionales importantes, est à la fois un inconvénient et un avantage. Sous ce second aspect, il semble bien que le recours à l’ethnographie, hélas longtemps déconsidéré par les divagations de Frobenius (1916 ; cf. Courtois 1921 et Camps 1961, p. 24-25), peut reprendre sens, pour autant que l’on se presse de recueillir et d’interpréter avec prudence ce qui reste des coutumes traditionnelles authentiques.

24Le grand inconvénient de ce que l’on appelle la Protohistoire en Afrique du Nord est de ne pas permettre de raisonner par tranches chronologiques nettes, susceptibles de donner au premier abord des dates relativement précises. Publications nouvelles et débats sur cette période mal définie sont d’autant plus importants dans le Nord de l’Afrique que c’est là, dans sa partie septentrionale, que se trouve sans doute l’essentiel des origines du monde et de la civilisation berbères, dans leur unité profonde et leurs grandes variations régionales, leurs permanences incontestables et leurs évolutions tout aussi certaines, même si l’on a encore quelque mal à les saisir.

25Le dernier mot revient à ce jour à G. Camps (1987, p. 59), il y a un quart de siècle :

« En face de cette diversité et de ce foisonnement chronologique, ce qui me paraît essentiel n’est pas tant la fixation d’une terminologie (et à tout bien considérer le terme « protohistorique » qui est le plus neutre continue à avoir ma préférence), mais la prise de conscience de l’extraordinaire permanence berbère dans le quart nord-ouest du continent africain. L’ignorer sciemment ou la négliger serait vouloir mutiler l’Histoire du Maghreb et du Sahara ».

26Ce que résume ainsi S. Chaker (correspondance) :

Au fond, « Protohistoire » est le nom de notre grande ignorance des sociétés autochtones. La difficulté majeure provient du caractère « hétérogène/composite » de l’histoire culturelle et sociale de l’Afrique du Nord, où coexistent des cultures parfaitement « historiques » (Carthage, Rome, etc.), qui sont nos principales sources, et une société autochtone peu ou pas documentée.

27En clair, le terme « Protohistoire » est utile surtout par son imprécision, qui permet d’englober des phénomènes très différents dans l’espace et dans le temps, et de mettre en perspective nombre de dispositifs « protohistoriques », facettes diverses d’une même réalité, toujours à recenser et à étudier inlassablement.

Haut de page

Bibliographie

Bayle des Hermens R. et Cadenat P., 1966 – « Le site de Mechera Sfa sur la Haute Mina – éperon barre et nécropoles », Libyca, a.p.e, 14, p. 355-377.

Camps G., 1961 – Aux origines de la Berbérie. Monuments et rites funéraires protohistoriques, Paris, AMG, 629 p.

Camps G., 1965 – « Essai de chronologie des monuments protohistoriques de l’Afrique du Nord », BSPF - Études et travaux, LXII/2.

Camps G., 1986 et 1987 – Protohistoire de l’Afrique du Nord. Questions de terminologie et de chronologie, LAPMO (1987) et texte voisin sous le même titre dans REPPAL, 3, 1987, p. 43-70.

Camps G., 2010 – « Medracen », EB, XXXI, p. 4834-4852.

Chaker S., 2006 – « Signes, écriture et identité chez les Berbères – un cycle transhistorique », De l’écrit africain à l’oral, Le phénomène graphique africain (sous la direction de Simon Battestini), Paris, L’Harmattan, 2006, p. 147-162.

Chaker S. et Hachi S., 2000 – À propos de l’origine et de l’âge de l’écriture libyco-berbère, Études berbères et chamito-sémitiques, Mélanges offerts à Karl-G. Prasse (S. Chaker & A. Zaborski, éd.), Paris/Louvain, Peeters, p. 95-111.

Frobenius L., 1916 – « Der Kleinafricanische Grabbau » [= L’architecture funéraire en Afrique mineure], Prähistoriche Zeitschrift, p. 1-84

Gauthier E.-F., 1921 – « Les premiers résultats de la mission Frobenius », Revue Africaine, 62, p. 47-61.

Grebenart D., 1962 – « Sépultures protohistoriques dans la région de Ferkane », Libyca, a.p.e, IX-X, 1961-1962, p. 171-195, 17 fig.

Grebenart D., 1988 – Les premiers métallurgistes en Afrique occidentale, Paris/Abidjan, Errance/Nouvelles Éditions Africaines.

Grebenart D., 1994 – « Le tombeau d’Abalessa (Hoggar, Algérie). Contribution à l’étude du mobilier funéraire », Antiquités africaines, 30, p. 261-270.

Grebenart D., Ould Khattar M., Tauveron M., 1994 – « L’Age des métaux au Sahara », Milieux, hommes et techniques du Sahara préhistorique. Problèmes actuels, Montignac-Lascaux 20-23 septembre 1988, L’Harmattan, Paris (1994), p. 69-104.

Hachid M., 2006 – « Du nouveau sur le monument d’Abalessa (Ahaggar, Algérie). De la date d’introduction au dromadaire au Sahara central, du personnage d’Abalessa et des inscriptions rupestres libyco-berbères », Sahara, 17, p. 95-120 [Etude systématique des publications antérieures, nouvelles constatations].

Hachid M., 2007a, – « Une découverte de ‘guerriers libyques’ au Mzab et ses conséquences pour l’historiographie du Maghreb », Les Cahiers de l’AARS, 11, p. 85-96.

Hachid M., 2007b – « Le contexte historique et archéologique de l’apparition de l’Algérie libyque. Retour sur la date de l’inscription rupestre d’Azib n’Ikkis (Haut Atlas), et sa troublante convergence avec celles du Sahara central », Actes du colloque international Le libyco berbère ou le tifinagh : de l’authenticité à l’usage pratique, Alger, HCA, p. 17-124.

Heddouche A., 2012 – « Protohistoire de l’Ahaggar central et méridional », Ikosim [Alger], 1, p. 154-164.

Heddouche A., Iddir S., 2007 – « Questionnements sur la « protohistoire » d’Algérie », Athar, 6, p. 178-194.

Iddir S., 2011 – « La Protohistoire en Algérie. Etat de la question », Actes du premier colloque de préhistoire maghrébine (Tamanrasset, 2007), Alger, CNRPAH (2011), t. II, p. 247-258.

Kadra F. K., 1983 – Les Djedars, monuments funéraires berbères de la région de Frenda, Alger, OPU, 379 p.

Lambert N., 1983 – « Nouvelle contribution à l’étude du Chalcolithique de Mauritanie, Métallurgies africaines, Nouvelles contributions », Mémoires de la Société des Africanistes, Paris, p. 63-88.

Laporte J.-P., 2005 – « Les Djedars, monuments funéraires berbères de la région de Frenda et de Tiaret (Algérie) », Identités et cultures dans l’Algérie antique, Publications des Universités de Rouen et du Havre, p. 321-406.

Laporte J.-P., 2006 – « Siga et l’île de Rachgoun », Africa romana, 16/4, 2004 (2006), p. 2531-2597.

Laporte J.-P., 2007 – « Apports récents à la connaissance de la langue libyque dans la frange nord de l’Afrique », Actes du colloque international Le libyco-berbère ou le Tifinagh : de l’authenticité à l’usage pratique, Alger, 21-22 mars 2007, HCA, p. 153-186.

Laporte J.-P., 2009 – « Armée et urbanisme – quelques sites militaires antiques d’Algérie moyenne (est de la Maurétanie césarienne, ouest de la Numidie) et leur devenir », colloque Armée romaine et urbanisme sous le Haut Empire, Lyon, 2008 (2009), p. 22-53.

Laporte J.-P., 2010a – « Numides et Puniques en Algérie », Carthage et les autochtones de son empire du temps de Zama (Hommage à M. H. Fantar, Colloque de Siliana, 2004), Tunis, Tunis, p. 379-393.

Laporte J.-R, 2010b – « La punicisation des territoires numides en Algérie », catalogue de l’exposition Les Phéniciens en Algérie. les voies du commerce entre la Méditerranée et l’Afrique noire, Alger, 2010, éd. L. Manfredi et S. Soltani, p. 44-51.

Laporte J.-P., 2012 – « Allées couvertes de la Kabylie du Djurdjura », Ikosim [Alger], 1, p. 89-114.

Laporte J.-P., à paraître 1 – « Recherches récentes sur l’Algérie libyco-punique, Actes du VIIIe. Congrès des Études Phéniciennes et Puniques, Hammamet, 2009.

Laporte J.-P., à paraître 2 – « Quelques sites notables au sud-ouest de l’Aurès (Sadouri, Doucen, Sidi Khaled, etc.) », Aouras, 8.

Lenoir M., 2011 – Le camp romain. Proche-Orient et Afrique du Nord, BEFAR, 345, 2011, 439 p. (p. 217-219 : Sadouri)

Lhote H. 1971 – « Observations sur quelques tumulus préislamiques du Sahara central ayant livré des restes humains et contribution à l’inventaire des squelettes préhistoriques de la même région », Libyca, XIX, p. 185-194.

Lhote H., 1989 – « Caballin (Equidien) », s.v. « Art rupestre », EB, VI, p. 931-935.

Lihoreau M., 1993 – Djorf Torba, nécropole saharienne antéislamique, Paris, Karthala, 135 p.

Mauny R., 1952 – « Essai sur l’histoire des métaux en Afrique occidentale », BIFAN, XIV, 2, p. 545-595.

Mauny R., 1962 – « Pointes de flèches de cuivre sud-sahariennes », BSPF, LIX/5-6, p. 332-335.

Morizot P., 1996 – « Tombes protohistoriques dans un camp romain du IIIe siècle », 4st Internationale Tagung über Römerzeitliche Hügelgräber, Veszprem, 1996, p. 153-159 [Camp de Sadouri].

Morizot P., 2003 (2000) – « Les recherches en matière de protohistoire dans l’Aurès », Actes du VIIIe colloque international sur l’Histoire et l’Archéologie du Maghreb, Tabarka, mai 2000, Tunis, INP, p. 65-97.

Ould Khattar M., 1989 – « La métallurgie ancienne en Maurétanie », Colloque L’homme du Maghreb et son environnement depuis 100 000 ans, Maghnia, 27-30 novembre.

Paris F. 1990 – « Les sépultures monumentales d’Iwelen (Niger) », JSA, 60/1, p. 47-74.

Paris F., 1996 – Les sépultures du Sahara nigérien du Néolithique à l’Islamisation, Bondy, Orstom, 2 vol.

Quechon G., 1989 – « La fin du Néolithique et les débuts de la métallurgie dans le massif de Termit (Niger) », Colloque L’Homme du Maghreb et son environnement depuis 100 000 ans, Maghnia, 27-30 novembre.

Roset J.-P. 1989 – « Iwelen, site archéologique de l’époque des chars dans l’Aïr septentrional (Niger) », Libya antiqua, p. 121-151.

Savary J.-P., 1966 – Monuments en pierres sèches du Fadnoun. Paris, AMG (Mém. du CRAPE : VI).

Tauveron M., 1988 (1992) – Chalcolithique et Age du Bronze au Maghreb : corpus du mobilier métallique, Paris, CMA.

Torres Ortiz M. et Mederos Martin M., 2010 – « Un nuevo análisis de la necrópolis fenicia de Rachgoun (Argelia) », Carthage et les autochtones de son empire du temps de Zama (Hommage à M. H. Fantar, Colloque de Siliana, 2004), Tunis, 2010, p. 359-378.

Vuillemot G., 1965 – Reconnaissances aux échelles puniques d’Oranie, Autun, 456 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Laporte, « Protohistoire de l’Algérie »Encyclopédie berbère, 39 | 2015, 6506-6514.

Référence électronique

Jean-Pierre Laporte, « Protohistoire de l’Algérie »Encyclopédie berbère [En ligne], 39 | 2015, document P69, mis en ligne le 20 février 2024, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3905 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3905

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Laporte

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search