Navigation – Plan du site

AccueilVolumes39Protohistoire de la Libye

P70

Protohistoire de la Libye

Élodie de Faucamberge
p. 6515-6528

Entrées d’index

Mots clés :

Libye, protohistoire
Haut de page

Notes de la rédaction

Mes remerciements à Jorge Onrubia Pintado qui m’a confié la rédaction de cette notice. Je tiens également à remercier la Mission Archéologique Française pour la Libye Antique et tous ses membres, ainsi que le Département des Antiquités de la Libye.

Texte intégral

1Durant l’Antiquité, le nom de Libye s’appliquait à tout le territoire nord-africain compris entre la vallée du Nil et l’Atlantique. Dans cette notice consacrée à la Protohistoire, il ne sera traité que de deux régions de la Libye actuelle (fig. 1), le Fezzan et la Cyrénaïque (la Tripolitaine et la Syrtique, ou Grande Syrte, étant surtout connues à partir des périodes punique et romaine). Les populations protohistoriques de ces deux régions ont été influencées de manière décisive par les apports extérieurs et les contacts avec l’étranger. Les recherches archéologiques nous apprennent que la civilisation garamante naît au Fezzan au début du Ier millénaire av. J.-C. ; ses premiers contacts se font avec l’Égypte. Quelques siècles plus tard, la région se tourne vers les emporia puniques de Tripolitaine, mais c’est avec les cités romaines que les échanges commerciaux atteignent leur apogée. Cette grande civilisation saharienne qui a duré près d’un millénaire et n’a jamais été ni annexée ni conquise, va disparaître peu après la chute de l’Empire romain.

Fig. 1. Carte de la Libye et des sites mentionnés dans le texte.

2La Cyrénaïque, au nord-est de la Libye, se trouve à proximité immédiate de l’Égypte et possède une longue façade maritime avec la Méditerranée. La Protohistoire cyrénéenne n’est pour le moment renseignée que par les sources égyptiennes ; elle est marquée par trois faits majeurs : ses relations avec l’Égypte dès la fin du IVe millénaire, le débarquement des Peuples de la Mer deux millénaires plus tard et la colonisation grecque dans le troisième quart du VIIe siècle av. J.-C.

Les Garamantes

3Ces quinze dernières années, beaucoup de travaux de terrain ont été réalisés et ont donné lieu à de nombreuses publications sur les Garamantes, qui s’ajoutent aux premières recherches commencées dès le début du XXe siècle. À la fin des années 1990, presque simultanément, deux missions sur les Garamantes ont été organisées au Fezzan. La première, italo-libyenne, s’est concentrée dans l’oued Tanezrouft (sous la direction de M. Liverani de 1997 à 2001, puis de S. Di Lernia) ; la deuxième, anglaise, a été conduite par D. Mattingly (1997-2002) dans l’oued Ajal (fig. 2).

Fig. 2. La région du sud-ouest du Fezzan.

L’émergence de la civilisation garamante

4L’important assèchement climatique survenu dans le sud-ouest du Fezzan dès la seconde moitié du IVe millénaire BP (Cremaschi & Di Lernia 1999) oblige les populations qui occupaient depuis l’Holocène tout le territoire (massif, plateau, basses terres) à se réfugier auprès des derniers cours d’eau et dans les oasis. Au début du Ier millénaire av. J.-C., la vallée de l’oued Ajal au nord du Messak Settafet commence à s’urbaniser, les sites s’implantent sur le bord de l’escarpement rocheux (Mattingly 2006), et se regroupent autour des oasis dans la vallée de l’oued Tanezrouft (Castelli et al. 2005). Pour l’oued Ajal, la période garamante a été subdivisée en quatre phases : ancienne (1000-500 av. J.-C.), proto-urbaine (500-1 av. J.-C.), classique (1-300 ap. J.-C.) et récente (300-700 ap. J.-C.) (Mattingly 2006). Dans l’oued Tanezrouft, la chronologie est sensiblement la même malgré un démarrage un peu plus tardif (Di Lernia & Merighi 2006).

5Zinkekra, dans le Fezzan nord, est le plus ancien village fortifié découvert ; il montre également la plus ancienne évidence d’agriculture de la région (Mattingly et al. 2003). C’est à peu près au moment où l’on enregistre un déclin de l’occupation de cette ville qu’est fondée Garama (Germa), vers le milieu du Ier millénaire av. J.-C., la future capitale du royaume. L’aspect urbanisé commence alors à dominer le paysage de l’oued Ajal, tandis que de petits villages ruraux fleurissent dans la vallée de l’oued Tanezrouft ; Fewet, près de Ghat, en est à l’heure actuelle le plus ancien exemple (Castelli et al. 2005). Au début de son occupation, ce village semble ne pas avoir été impliqué dans les échanges avec l’extérieur ; ce n’est qu’à partir de la fin du Ier siècle av. J.-C. que le commerce avec les cités romaines de la côte tripolitaine prend de l’importance (Mori 2010). À Garama, l’architecture publique de la période classique atteint son apogée, la complexification sociale et l’enrichissement des classes d’élites se manifestent dans leurs monuments funéraires, de véritables « tombes royales » qui comprennent désormais stèles et tables d’offrandes (Mattingly et al. 2003). Dans l’oued Tanezrouft, l’émulation est également sensible mais plus discrète : les tombes apparaissent comme le reflet local et plus modeste des nécropoles septentrionales (Castelli et al. 2005). Au cours de cette période, plusieurs citadelles, comme celle d’Aghram Nadharif, y sont construites ; elles semblent faire partie d’un réseau de postes de contrôle du trafic caravanier (Liverani 2000) : la zone de Ghat, point d’accès vers le Tassili algérien et les routes sub-sahariennes, est en effet hautement stratégique. La dernière période garamante marque le début du déclin de la civilisation, dû sans doute à la combinaison de plusieurs facteurs, politiques, économiques et climatiques. Dans l’oued Ajal, le nombre de structures défensives s’accroît (enceintes de villes, qasr), pour parer soit à des pressions externes soit à des troubles internes (Mattingly 2006). Les échanges commerciaux avec le Nord périclitent avec le déclin de l’Empire romain (Liverani 2000). L’important assèchement climatique de la zone fezzanaise a certainement aussi contribué à l’effondrement du royaume garamante, dès le IVe siècle ap. J.-C. (Castelli et al. 2005), période à laquelle les foggaras (voir infra) commencent à être progressivement abandonnées (Wilson 2006).

Ressources agricoles

6La plus ancienne trace d’agriculture (env. 900-400 av. J.-C.) vient de Zinkekra (van der Veen 2006), où l’on observe dès l’origine un assortiment diversifié de fruits et de céréales pleinement domestiqués (blé amidonnier, blé tendre, orge à six rangs, dattes, raisins, figues), signes d’un système d’agriculture bien développé. Les études archéo-botaniques ont aussi mis en évidence des restes de fruits de plantes sauvages et des herbes aromatiques. À la période récente, des céréales africaines (millet perle et sorgho) font leur apparition comme cultures secondaires aux côtés du blé et de l’orge, toujours prédominants, pouvant faire penser à deux récoltes successives au cours de l’année. Les plus anciens noyaux de dattes retrouvés dans un tumulus de l’oued Tanezrouft (seconde moitié du IVe millénaire BP) faisaient partie d’une offrande funéraire et ont certainement été importés d’Égypte (Cottini & Rottoli 2002) ; il s’avère que le palmier-dattier, probablement obtenu par l’intermédiaire des Puniques, ne sera domestiqué que dans la première moitié du Ier millénaire av. J.-C. (van der Veen 2006). Grâce à Hérodote (IV. 183), nous savons qu’au Ve siècle av. J.-C., le palmier-dattier faisait déjà partie du paysage oasien nord-africain.

7Le bétail domestique (bœufs, chèvres et moutons) est un cheptel hérité des populations néolithiques ; il garde un rôle essentiel chez les Garamantes. D’ailleurs les restes de plusieurs animaux domestiques et sauvages, mis au jour dans des contextes funéraires, représentent apparemment les restes de repas rituels. À Garama, le cheval et le chameau n’apparaissent qu’à la fin de la période classique (Grant 2006). Dans la citadelle d’Aghram Nadharif, le chameau semble avoir été occasionnellement consommé, contrairement au cheval qui pouvait posséder un statut privilégié. Le bœuf, avant le cheval et le chameau, a pu servir de bête de somme et être utilisé pour le labour des champs ainsi que pour le transport de marchandises lourdes.

8Le sel fut très certainement une ressource majeure pour les Garamantes, particulièrement à l’exportation, mais sans doute aussi utilisé localement pour le bétail. La présence de vestiges de grands talus sur les sebkhas de la région fait penser à une exploitation à grande échelle des salines (Mattingly 2006).

Technologie, industrie et artisanat

9La foggara* est un système d’irrigation qui permet, par le creusement de puits liés à une galerie souterraine, l’écoulement par pendage naturel de la nappe phréatique vers les terres cultivées. Le Fezzan sud-occidental représente l’une des plus grandes concentrations mondiales de foggaras (Wilson 2006) ; leur nombre a été évalué à 600, ce qui correspond à environ 100 000 puits et plusieurs milliers de kilomètres de canaux souterrains (Mattingly et al. 2003). Ces systèmes d’irrigation ont permis, dans une zone presque entièrement dépendante de ses ressources souterraines, de développer la culture de céréales de manière extensive, et n’ont pas été étrangers à l’essor de la société garamante. Le creusement des galeries et des puits, et leur entretien ont certainement été réalisés par des esclaves (Wilson 2006 ; Lhote 1982). Le passage d’Hérodote (IV.183) sur la chasse aux Éthiopiens troglodytes par les Garamantes sur leurs chars à quatre chevaux est communément interprété comme des razzias d’esclaves. Pour D. Mattingly (2006), ceux-ci étaient en premier lieu affectés aux foggaras et aux travaux agricoles, une minorité seulement était vendue aux cités côtières. Selon A. Wilson (2006), la technologie des foggaras a pu parvenir au Fezzan depuis l’Égypte, qui l’avait elle-même apprise des Perses achéménides, soit vers le milieu du VIe siècle av. J.-C. Les caractéristiques géomorphologiques de l’oued Tanezrouft (marnes) rendaient impossible la construction de canaux souterrains et donc, de foggaras ; le système d’irrigation se présentait ici comme un réseau à petite échelle de canaux superficiels (Mori 2010).

10De nombreux sites de l’oued Ajal, comme Garama, ont montré que la métallurgie du fer et du cuivre se pratiquait dans les mêmes foyers (Mattingly 2006) et la présence de petits moules en céramique indiquerait le moulage de lingots de cuivre (Mattingly et al. 2003). Les objets et outils en bronze trouvés à Garama ainsi que près de Fewet (Castelli et al. 2005) furent sans doute importés à l’état fini à partir de la côte. Il faut noter aussi la présence de quelques deniers en argent à Saniat Gibril (Mattingly et al. 2003) et d’objets et de barres en or à Garama (Mattingly 2006), témoignant de la circulation des métaux précieux. Aucune évidence de frappe de monnaie n’a été découverte et la grande rareté des pièces romaines peut faire penser que jusqu’à très tardivement, les échanges commerciaux ont été fondés sur le troc ; les petits lingots de cuivre, le sel, ou d’autres marchandises, ont pu servir d’unité de compte ou de mesure.

11Les fouilles menées sur les sites de l’oued Ajal, à Zinkekra et à Garama, ont mis en évidence des activités de joaillerie (Mattingly 2006). Les Garamantes travaillaient sous forme de perles la cornaline rouge (carboncle garamante ou pierre carthaginoise), la turquoise (amazonite), mais aussi la coquille d’œuf d’autruche (une tradition bien plus ancienne), la pierre, le verre et la faïence. Des objets en ivoire ont été trouvés à Garama, notamment des fragments de bracelets (Mattingly 2006). La céramique est abondante sur les sites de l’oued Tanezrouft et de l’oued Ajal ; le type prédominant est toujours la céramique locale faite à la main, même lorsqu’augmentent les importations d’amphores romaines de types tripolitains dans les deux premiers siècles après J.-C. (Liverani 2000). En quantités moins importantes figurent également des vaisselles grossières, de la céramique fine et des lampes (Gatto 2010). À la période récente, la céramique locale présente un nouveau type de décor obtenu par impression roulée au moyen d’une cordelette torsadée (Castelli et al. 2005).

Le commerce transsaharien

12Le royaume garamante n’aurait jamais pu prospérer s’il n’avait été situé dans une zone-clé du Sahara central, au cœur d’un long réseau d’échanges reliant l’Afrique sub-saharienne à la côte méditerranéenne, ce qui lui a permis de commercer avec les Puniques puis les Romains. Les Garamantes exportaient du sel, des pierres semi-précieuses (sous forme brute et travaillée), des produits agricoles et une partie de leurs esclaves. Du Sud, ils obtenaient des marchandises qu’ils faisaient transiter vers le Nord : métaux (dont de l’or), ivoire et bêtes sauvages pour les arènes du monde romain (Mattingly 2006). En échange, les Garamantes obtenaient des objets de luxe et de l’huile d’olive (Liverani 2000). Ils auraient aussi pu commercer des chevaux dressés, une marchandise précieuse à destination des cités septentrionales. La zone Acacus-Tassili représente en effet l’un des plus riches centres d’art rupestre nord-africain, notamment en ce qui concerne les représentations de chars (Lhote 1982). Les chars figurés à plusieurs timons et barre de traction auraient servi, selon J. Spruytte (1986), à débourrer les chevaux puis à les dresser pour l’attelage de biges, triges et quadriges ; le quadrige, selon Hérodote (IV. 189), étant un mode d’attelage que les Grecs ont appris des Libyens.

13Selon M. Liverani (2000), la description au Ve siècle av. J.-C. par Hérodote des populations libyennes de l’intérieur du pays (IV. 181-185) se présente sous la forme d’un itinéraire caravanier : le trajet commencerait au Nil pour ensuite relier les oasis de Siwa, Augila et Zillah, puis passerait au cœur du pays garamante pour ensuite rejoindre Ghat. L’itinéraire continuerait alors vers le massif de l’Ahaggar, pour enfin atteindre le Niger puis le Mali. Pour M. Liverani, ces trajets n’ont pu se faire sans l’aide du chameau. Celui-ci serait ainsi arrivé d’Arabie en Afrique du Nord avant le milieu du Ier millénaire av. J.-C. ; il est en tout cas représenté sur les monuments égyptiens dès le VIIe siècle (période saïte) (Bates 1914).

  • 1 De la céramique grecque à vernis noir de la fin du Ve/début du IVe siècle av. J.-C. a été trouvée à (...)

14Les plus anciens contacts à longue distance de la zone du sud-ouest fezzanais ont été établis avec l’Est. L’Égypte, dès le Néolithique, a joué le rôle de diffusion vers l’Afrique de ce qu’elle a elle-même produit, ou obtenu du Proche-Orient : chèvres, moutons, blé, orge, dattes, raisin, figues (Van der Veen 2006). La présence en outre d’outils prédynastiques dans la phase récente du Néolithique (Cremaschi & Di Lernia 1999), montre que par le moyen de relais, existait dès cette période une circulation de gens et de biens, de l’Égypte jusqu’au Sahara central. Les Garamantes semblent aussi avoir été en contact (indirect) avec les populations du nord de la Cyrénaïque. À partir de la colonisation grecque du littoral nord-oriental, correspondant ici à la période proto-urbaine, les Garamantes ont pu se faire importer des céramiques fines1. Au cours de la période récente, la présence de céréales africaines et celle du type de décor céramique à la roulette indiquent que la zone se tourne vers le Sud.

La Cyrénaïque

15Si nos connaissances sur les Garamantes ont fortement progressé cette dernière décennie, la situation reste moins favorable pour la Cyrénaïque où les populations protohistoriques et leur mode de vie ne nous sont pas plus connus qu’au début du siècle dernier, lorsque parut l’ouvrage d’O. Bates, Eastern Libyans. La période protohistorique en Cyrénaïque n’a jamais fait l’objet de programmes de grande envergure ; les investigations sur la période préhistorique (et l’art rupestre) ont été rares, et seuls les sites antiques bénéficient de recherches soutenues depuis plusieurs décennies. La Protohistoire de la Cyrénaïque est cependant documentée dès la fin du IVe millénaire av. J.-C. par les sources égyptiennes.

La Libye orientale et l’Égypte

16Comme l’écrivait O. Bates (1914), « Toute l’Afrique à l’ouest du Nil était pour les Égyptiens terra incognita ». Les tribus mentionnées dans la littérature, l’épigraphie ou l’iconographie égyptiennes et généralement rattachées à la Libye sont les Tjehenu, les Temehu, les Lebu (ou Rebu) et les Meshwesh. Leur nom a souvent été substitué à celui de Libyen, or, d’une part, il faudrait déjà définir ce que l’on entend par « Libyen », d’autre part, ce terme générique ne traduit pas la nuance des rapports que les Égyptiens ont eus avec ces différentes tribus. L’ethnonyme Tjehenu apparaît dès le début de la période dynastique, tandis que c’est sous Pépi Ier (VIe dynastie) que l’on remarque pour la première fois le nom des Temehu (Conney 2011). Les noms Tjehenu et Temehu ne sont pas mentionnés au cours des périodes intermédiaires. Les Meshwesh et les Lebu font leur apparition dans les textes du Nouvel Empire ; les premiers sous Touthmôsis III, les seconds sous Ramsès II.

17Le terme Tjehenu apparaît dès la toute fin du IVe millénaire av. J.-C. sur une palette, dite « palette des Libyens » ou « des villes », et serait l’un des plus anciens hiéroglyphes découverts (Cooney 2011). Sur l’une des faces de la palette se distinguent trois rangées d’animaux domestiques surmontant des arbres à côté desquels figure le proto-hiéroglyphe Tjehenu. Pendant près de huit siècles, ce nom sera le seul employé dans les annales égyptiennes pour désigner les populations occidentales. Sous Snéfrou (IVe dynastie) est sans doute organisée la première razzia contre les Tjehenu, relatée par la pierre de Palerme. Sous l’Ancien Empire, le Tjehenu est représenté avec les cheveux longs, un baudrier, un étui phallique et une queue animale. À partir de la XVIIIe dynastie, son iconographie change. Dans la tombe d’Anen, il possède des cheveux courts, une boucle (ou tresse) de cheveux sur le côté, une jupe courte, une longue cape et deux plumes – supposées d’autruche – dans les cheveux. Dans les textes de l’Ancien Empire, la localisation du territoire des Tjehenu est vague ; elle est supposée à l’Ouest car le Tjehenu est souvent confronté au Syrien et au Nubien. Au Nouvel Empire, il est clairement indiqué comme étant à l’ouest de l’Égypte mais sans plus de précision car il semblerait que les Égyptiens n’y soient jamais allés.

18Le mot Temehu apparaît tôt dans l’histoire de l’Égypte, et s’avère souvent lié au terme Tjehenu au cours du Moyen Empire. Cependant, il semble presque toujours désigner un territoire et non pas une population, contrairement au mot Tjehenu. Au Moyen Empire, plusieurs textes indiquent que le territoire Temehu se trouve à l’ouest du Nil, qu’il est accessible par voie de terre et peut être atteint en passant par les oasis (Cooney 2011).

  • 2 Sherden, Sheklesh, Akawasha, Lukka, Tursha.

19Séti Ier et ses successeurs, Ramsès II, Mineptah et Ramsès III vont, pendant près d’un siècle, devoir faire face à une pression croissante venue de l’Ouest. Les égyptologues reconnaissent que Mineptah, lors de la cinquième année de son règne, dut affronter l’une des plus sérieuses menaces étrangères qu’ait connue l’Égypte. La grande inscription du temple de Karnak et la stèle d’Israël indiquent que les Peuples de la Mer2, les Meshwesh et les Lebu, se sont rassemblés en pays Tjehenu avant d’affronter les troupes de Pharaon sur le champ de Perire (Cooney 2011). Les Égyptiens firent plusieurs milliers de morts et de prisonniers ; d’après le nombre de tués, il apparaît que les Peuples de la Mer représentaient environ un tiers des effectifs (Gostynski 1975). Le butin rapporté en Égypte fut considérable et comprenait les possessions du chef Meryey (argent, or, vaisselles en bronze, trônes) ainsi que du bétail et des armes (Bates 1914). Au tout début du XIIe siècle, Ramsès III dut lui aussi faire face aux tentatives d’invasions occidentales qu’il réussit à repousser en l’an 5 et en l’an 11 de son règne. La première campagne l’opposait aux Lebu, Meshwesh et Seped. Bien que le combat eût lieu en territoire Temehu, aucun prisonnier figuré dans les scènes de bataille du temple de Medinet Habou n’est référencé comme tel (Cooney 2011). Les principaux ennemis des Égyptiens lors de la deuxième campagne sont les Meshwesh, menés par Kaper et ses fils. Ils furent vaincus à Hawt-sha, et le butin comprenait notamment du bétail, des armes, des chevaux et près de cent chars (Bates 1914). Les murs du temple de Medinet Habou, qui illustrent les victoires de Ramsès III, figurent pour la première fois dans l’histoire de l’Égypte les Lebu et les Meshwesh (Cooney 2011). Les Lebu sont vêtus d’une jupe et d’une cape, portent une barbe ainsi qu’une boucle de cheveux sur le côté ; seuls leurs chefs possèdent une plume sur la tête. Les Meshwesh leur ressemblent beaucoup, et portent en plus l’étui phallique. Ramsès III mit définitivement fin aux conflits avec l’Ouest ; après sa victoire, les Lebu et les Meshwesh furent déportés en Égypte.

Territoires libyens

  • 3 L’huile Tjehenu (souvent notée aussi « huile de Libye ») est mentionnée dès le règne de Djer, phara (...)

20Il est légitime de se demander si ces quatre tribus, qui ont différemment interagi avec les Égyptiens au cours de la période dynastique, sont toutes « libyennes ». La forteresse de Zawiyet Umm el-Rakham, bâtie sous Ramsès II, a révélé deux inscriptions mentionnant les Tjehenu, mais il est également clairement indiqué qu’elle a été construite sur le territoire Temehu (Cooney 2011). Étant donné que cette forteresse et l’oasis de Siwa semblent être l’ultime limite de l’avancée égyptienne vers l’Ouest jusqu’à la fin des conflits, on peut imaginer que le territoire Tjehenu se situe au-delà de celui des Temehu, et la région qui apparaît en premier comme la plus clémente et favorable est celle du Djebel Akhdar – la Montagne Verte-, au nord de la Cyrénaïque, avec son paysage méditerranéen (fig. 3). Cette zone pourrait tout à fait représenter l’ancien territoire Tjehenu si l’on considère que l’« huile Tjehenu », importée en Égypte dès le début de la période dynastique est de l’huile d’olive, donc provenant d’un arbre méditerranéen3.

21Entre la Cyrénaïque et le Nil, se trouve le plateau semi-désertique de la Marmarique. Cette région semble avoir été le domaine de populations nomades ou semi-nomades connues par les Égyptiens sous le nom de Temehu. Ces populations auraient pu être impliquées dans des échanges entre l’Égypte et la Cyrénaïque depuis le Néolithique, et jouer le rôle d’intermédiaires, restant ainsi neutres dans les conflits. Cette hypothèse serait en accord avec les découvertes archéologiques faites en Égypte actuelle, près de Marsa Matrouh et à Zawiyet Umm el-Rakham (Cooney 2011). Aux côtés d’éléments égyptiens ou provenant d’Égypte et de céramiques et objets en bronze importés de Méditerranée se trouvaient de la céramique locale faite à la main, des outils en pierre et de la coquille d’œuf d’autruche. Cependant aucun de ces éléments pris individuellement ou dans leur ensemble n’est assez caractéristique pour permettre de définir une culture ou une identité « libyenne ». D’ailleurs, sommes-nous ici véritablement en territoire « libyen » ou encore sous influence égyptienne ?

Fig. 3. Le Djebel Akhdar (Cyrénaïque).

22Il semblerait que ni le territoire des Meshwesh ni celui des Lebu ne soient mentionnés dans les textes égyptiens, ce qui pourrait faire penser qu’ils venaient de régions plus éloignées. O. Bates (1914) situe les Meshwesh au sud-ouest du Djebel Akhdar, en Syrtique, tandis que pour W. Cooney (2011), les Lebu apparaissant subitement sous Ramsès II aux côtés des Peuples de la Mer ne seraient pas d’origine africaine, et ce, bien qu’ils aient laissé postérieurement leur nom à la Libye.

Les contacts avec la Méditerranée

  • 4 Il existerait un sceau minoen trouvé dans un niveau archaïque de Tocra (Vickers & Reynolds 1971-197 (...)

23Près de huit siècles avant que les Grecs, plus exactement les Théréens selon le témoignage d’Hérodote, ne colonisent le nord de la Cyrénaïque, les Peuples de la Mer débarquaient à l’ouest de l’Égypte et très certainement dans cette région du nord-est de la Libye. Plusieurs indices nous laissent penser qu’à partir de cette période, les Cyrénéens sont restés en contact avec le monde méditerranéen par le biais d’échanges commerciaux et de migrations de populations : tout d’abord avec les Minoens4, la Crète n’étant qu’à une journée de navigation (Bates 1914), puis avec les Mycéniens. Les Phéniciens qui vont dominer quelques siècles plus tard le commerce en Méditerranée devaient certainement mouiller au niveau de la Cyrénaïque lorsqu’ils longeaient la côte africaine. D’ailleurs, de l’autre côté du golfe de Syrte, les emporia de Lepcis Magna, Oea et Sabratha, témoignent de l’influence et de la grandeur des Phéniciens d’Afrique, les Puniques. Si les Théréens semblent avoir eu beaucoup de mal et mis beaucoup de temps, non seulement à trouver la Libye, mais par la suite à s’y installer (Hérodote IV. 147-158), la Libye « riche en troupeaux » était déjà connue de la Pythie (IV. 155 et 157), et de Ménélas (chant IV de l’Odyssée) qui conte ses aventures « dans cette Libye où [...] tout homme a son content de fromage, de viande et de laitage frais », donc selon l’âge admis d’Homère, un siècle avant la date traditionnelle de la colonisation de la Cyrénaïque. Ceci serait en accord avec les découvertes de fragments de céramiques archaïques méditerranéennes datés d’entre la fin du VIIIe et le milieu du VIIe siècle av. J.-C. mis au jour sur le site de Cyrène, et précédant donc la fondation de la cité en 631 av. J.-C. (Luni et al. 2010).

Les richesses de la Cyrénaïque

24Les mentions faites dans les textes égyptiens de butin consistant en bétail (bœufs, ânes, chèvres et moutons) et sa réputation préétablie auprès des Grecs font penser qu’une des grandes richesses de la Cyrénaïque était son élevage. L’huile d’olive a également pu très tôt acquérir une forte valeur marchande, il faudrait, pour le confirmer, retrouver des pressoirs protohistoriques en Cyrénaïque. Cette région possédait d’autres biens à échanger, comme du bois de diverses essences, des céréales au vu du potentiel agricole du Djebel et du silphium, une plante aux nombreuses vertus qui fit la fortune de Cyrène à l’époque antique mais devait être connue antérieurement. Enfin, les populations cyrénéennes auraient pu échanger certains produits dérivés : miel, cire, résine, œufs et plumes d’autruche, peaux animales et cuirs, laines. Sous Hatchepsout, l’obélisque de Karnak indique que les Tjehenu apportèrent « de l’ivoire et 700 défenses » ainsi que des peaux de panthères (Bates 1914). C’est la première mention de tribut (ou de butin) du territoire des Tjehenu qui comprend autre chose que du bétail et de l’huile (Cooney 2011) renforçant l’idée que ces produits, rares et luxueux, sont exogènes à faire Tjehenu.

Le char, le cheval et le métal

  • 5 L’une des plus septentrionales de la Libye selon Yves Gauthier ; communication personnelle.

25Il est généralement admis que le cheval et le char (indissociables car pendant plusieurs siècles, le cheval ne sera pas monté) auraient été connus des « Libyens » de la côte nord-est, soit par les Hyksôs, à la fin de leur domination sur l’Egypte (XVIe siècle), soit par les Peuples de la Mer donc au plus tard au XIIIe siècle (Camps 1993). Ce serait par le biais de l’Egypte ou de la Cyrénaïque que les Garamantes auraient obtenu le cheval, attelé également. Il existe dans le Djebel Akhdar une série de gravures rupestres dans l’abri de Kaf Tahr (Marini et al. 2010) que l’on peut attribuer avec une certaine confiance à la période protohistorique. Ces gravures ont été réalisées à la manière d’une frise narrative : à l’extrémité gauche de la paroi se trouvent un guerrier, plus loin sur sa droite une gravure de char5 qui semble faire sens avec les deux chevaux figurés à l’extrémité droite de la paroi. L’on remarquera que le guerrier représenté à Kaf Tahr possède une épée et un bouclier rectangulaire et se distingue en cela des « guerriers libyens » du Sahara central, représentés armés d’un javelot et d’un bouclier rond (Lhote 1982). Ces gravures posent la question de l’emploi des matériaux utilisés pour l’équipement du guerrier, la fixation des pièces du char et l’attelage des chevaux.

  • 6 Fouille toujours en cours (Élodie de Faucamberge, Mission Archéologique Française pour la Libye Ant (...)

26Pour le moment, dans le Djebel Akhdar, seuls trois éléments en métal découverts en contexte stratigraphique seraient vraisemblablement à rattacher à la période protohistorique : il s’agit d’une tête de lance en fer et d’un disque en bronze dans la grotte d’Haua Fteah (McBurney 1967), et d’un disque de bronze d’aspect identique dans l’abri d’Abou Tamsa6. Les deux sites, à environ 9 km à l’est d’Apollonia, sont à quelques centaines de mètres l’un de l’autre et à proximité immédiate du littoral. Dans les deux cas, les objets ont été trouvés dans des niveaux à caractère fortement néolithique ; aucun n’a pour l’instant été daté. Dans l’attente de la mise en évidence d’activités de métallurgie dans le nord de la Cyrénaïque, il convient de considérer ces objets comme importés. Il faut savoir que l’Égypte connaît le travail du bronze depuis le début du dynastique, mais que son utilisation massive ne se produit qu’au Nouvel Empire (Garenne-Marot 1984). L’âge du Bronze en Afrique du nord-est n’a sans doute réellement pris son essor qu’avec la fréquence accrue de la navigation (et donc du commerce) en Méditerranée. Il se peut qu’une tradition Éthique ait survécu longtemps en Cyrénaïque ; d’une part, la région était totalement dépendante des apports extérieurs pour s’approvisionner en cuivre et en étain, d’autre part, les silex étaient abondants et de bonne qualité ; les métaux et alliages auraient alors été réservés à des usages précis ou prestigieux.

Les sites protohistoriques

  • 7 Comme le port grec d’Apollonia, aujourd’hui totalement immergé.

27Les populations ayant habité le Djebel Akhdar disposaient de tout ce qui était nécessaire pour un mode de vie sédentaire à la fin du Néolithique : des sources d’eau, des matériaux (silex, calcaire, argile, bois) et des terres arables. Leur type d’habitat, en matériaux périssables ou en dur, reste à déterminer mais il semble peu probable que les grottes du Djebel aient constitué un habitat permanent comme le supposait O. Bates (1914). On peut avancer plusieurs raisons sur la présupposée « absence » de sites protohistoriques, notamment le manque de recherches archéologiques et le problème de visibilité des sites : certains peuvent être engloutis7, d’autres, totalement dissimulés par la végétation, voire l’urbanisation moderne. Les recherches menées par T. H. Carter (1963) se sont concentrées sur des sondages de sites antiques et ont, probablement, été mal orientées. L’hypothèse que les sites protohistoriques des Cyrénéens se trouvent dans des contextes autres que les sites historiques est étayée par le passage d’Hérodote indiquant qu’après que les Théréens ont passé sept années à Asiris, les Libyens décidèrent de les conduire sur le site de la future Cyrène, tout en évitant de leur montrer leur plus beau site (IV. 158). Pour le moment, les évidences de contacts précoloniaux avec les Méditerranéens ont été faites sur des sites antiques, tandis que les rares indices indigènes de la période protohistorique ont été découverts en contexte préhistorique. Nos connaissances sur la Protohistoire de la Cyrénaïque restent fortement lacunaires et il est à espérer qu’à l’instar du sud-ouest du Fezzan, il sera un jour possible d’y créer un lien entre les sources écrites, les figurations rupestres et l’archéologie.

Haut de page

Bibliographie

Bates O., 1914 – The Eastern Libyans. An Essay, Londres, Macmillan & Co. (réimpression Forgotten Books, 2012).

Camps G. et Chaker S., 1993 – « Cheval », Encyclopédie Berbère, volume 12, p. 1907-1910.

Carter T. H., 1963 – « Reconnaissance in Cyrenaica », Expédition, t. 5, no 3, p. 18-27.

Castelli R., Cremaschi M., Gatto M. C., Liverani M., Mori L. 2005 – « A preliminary report of excavations in Fewet, Libyan Sahara », Journal of African Archaeology, vol. 3 (1), p. 69-102.

Cooney W., 2011 – Egypt’s encounter with the West : Race, Culture and Identity, Unpublished theses, Durham, Durham University.

Cottini M., Rottoli M., 2002 – « Some information on archaeobotanical remains », in S. Di Lernia, G. Manzi (éd.), Sand, stones, and bones : the archaeology of death in the Wadi Tanezrouft Valley (5000-2000 BP), Firenze, All’insegna del giglio, p. 169-180.

Cremaschi M. et Di Lernia S. (éd.) M., 1999 – Wadi Teshuinat - Palaeoenvironment and Prehistory in south-western Fezzan (Libyan Sahara), Firenze, All’insegna del giglio.

Di Lernia S., Merighi F., 2006 – « Transitions in the later Prehistory of the Libyan Sahara as seen from the Acacus mountains » in D. Mattingly, McLaren S., Savage E. (éd.), The Libyan desert : natural resources and cultural heritage, London, Society for Libyan Studies (monograph 6), p. 111-121.

Garenne-Marot L., 1984 – « Le cuivre en Égypte pharaonique : sources et métallurgie », Paléorient, vol. 10, no 1, p. 97-126.

Gatto M. C. 2010 – « The Garamantes of the Fazzan : imported pottery and local productions », Bolletino di Archeologia on line, volume spéciale (A/A10/3), p. 30-38.

Godron G., 1990 – « La politique extérieure de l’Égypte sous les deux premières dynasties », Dialogues d’histoire ancienne, 16/1, p. 47-61.

Gostynski T., 1975 – « La Libye Antique et ses relations avec l’Égypte », Bulletin de l’IFAN, t. 37, série B, p. 473-588.

Grant A., 2006 – « Animal bones from the Sahara : diet, economy and social practices », in D. Mattingly, McLaren S., Savage E. (éd.), The Libyan desert : natural resources and cultural heritage, London, Society for Libyan Studies (monograph 6), p. 179-185.

Hérodote L’Enquête (livres I à IV), traduction d’Andrée Barguet, Paris, Gallimard (1985).

Homère L’Odyssée, traduction de Victor Bérard, Paris, Librairie Arman Colin (1931).

Lhote H., 1982 – Les chars rupestres sahariens : des Syrtes au Niger, par le pays des Garamantes et des Atlantes, Toulouse, Éditions des Hespérides.

Liverani M. 2000 – « The Libyan caravan road in Herodotus IV. 181-185 » » Journal of the Economic and Social History of the Orient, vol. 43, no 4, p. 496-520.

Luni M., Mei O., Cardinali C., Uttoveggio F., 2010 – « Tracce della fraquentazionde libya nel sito di fondazione di Cirene », Bolletino di Archeologia on line, volume speciale (A/A10/1), p. 1-16.

Marini S., de Faucamberge É., Nasser Katab M„ 2010 – « Découverte d’un site d’art rupestre en Cyrénaïque (Libye) : Kaf Tahr », L’Anthropologie, volume 114, no 2, p. 275-287.

Mattingly D., 2006 – « The Garamantes : the first Libyan state », in D. Mattingly, McLaren S., Savage E. (éd.), The Libyan desert : natural resources and cultural heritage, London, Society for Libyan Studies (monograph 6), p. 189-204.

Mattingly D., Reynolds T., Dore J., 2003 – « Synthesis of Human activities in Fezzan », in D. Mattingly (éds), Archaeology of Fezzan, vol. 1 (Synthesis), London, Society for Libyan Studies (monograph 5), p. 327-374.

Mcburney C.B.M., 1967 – The Haua Fteah (Cyrenaica) and the Stone Age of the south-east Mediterranean, London, Cambridge University Press.

Mori L. 2010 – « Between the Sahara and the Mediterranean coast : the Archaeological research in the oasis of Fewet (Fazzan, Libyan Sahara) and the rediscovery of the Garamantes », Bolletino di Archeologia on line, volume speciale (A/A10/2), p. 17-30.

Spruytte J., 1986 – « Figurations rupestres sahariennes de chars à chevaux : recherches expérimentales sur les véhicules à timons multiples », Antiquités africaines, t. 22, p. 29-55.

Van der Veen M., 2006 – « Food and farming in the Libyan Sahara », in D. Mattingly, McLaren S., Savage E. (éd.), The Libyan desert : natural resources and cultural heritage, London, Society for Libyan Studies (monograph 6), p. 171-178.

Vickers M. J., Reynolds J. M., 1971-72 – « Cyrenaica 1962-1972 », Archaeological reports, vol. 18, p. 27-47.

Wilson A., 2006 – « The spread of foggara-based irrigation in the ancient Sahara », in D. Mattingly, McLaren S., Savage E. (éd.), The Libyan desert : natural resources and cultural heritage, London, Society for Libyan Studies (monograph 6), p. 205-216.

Haut de page

Notes

1 De la céramique grecque à vernis noir de la fin du Ve/début du IVe siècle av. J.-C. a été trouvée à Garama (Liverani 2000), tandis que de la céramique hellénistique a été découverte dans la citadelle d’Aghram Nadharif (Gatto 2010).

2 Sherden, Sheklesh, Akawasha, Lukka, Tursha.

3 L’huile Tjehenu (souvent notée aussi « huile de Libye ») est mentionnée dès le règne de Djer, pharaon de la Ie dynastie, c’est-à-dire à la fin du IVe/début du IIIe millénaire av. J.-C. (Godron 1990). Les références à cette huile, très certainement de l’huile d’olive, sont particulièrement nombreuses au Moyen Empire (Cooney 2011)

4 Il existerait un sceau minoen trouvé dans un niveau archaïque de Tocra (Vickers & Reynolds 1971-1972).

5 L’une des plus septentrionales de la Libye selon Yves Gauthier ; communication personnelle.

6 Fouille toujours en cours (Élodie de Faucamberge, Mission Archéologique Française pour la Libye Antique).

7 Comme le port grec d’Apollonia, aujourd’hui totalement immergé.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte de la Libye et des sites mentionnés dans le texte.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3907/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 2. La région du sud-ouest du Fezzan.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3907/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Légende Fig. 3. Le Djebel Akhdar (Cyrénaïque).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3907/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élodie de Faucamberge, « Protohistoire de la Libye »Encyclopédie berbère, 39 | 2015, 6515-6528.

Référence électronique

Élodie de Faucamberge, « Protohistoire de la Libye »Encyclopédie berbère [En ligne], 39 | 2015, document P70, mis en ligne le 20 février 2024, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3907 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3907

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search