Navigation – Plan du site

AccueilVolumes39Protohistoire du Maroc

Entrées d’index

Mots clés :

Maroc, protohistoire
Haut de page

Notes de la rédaction

Cette notice a bénéficié des relectures attentives et des suggestions de J. Onrubia-Pintado

Texte intégral

1En dépit de plus d’un siècle de recherches archéologiques au Maroc, il est actuellement encore difficile d’établir un cadre chronologique unanimement accepté pour la Protohistoire locale. Si l’on s’accorde en général à faire coïncider ses débuts avec les premières apparitions d’objets métalliques à la fin du Néolithique*, vers la moitié du troisième millénaire avant J.-C., sa fin est en revanche très imprécise et incertaine. Si les bandes littorales méditerranéennes et atlantiques de la péninsule Tingitane et leurs arrière-pays sont entrés dans l’histoire de l’Antiquité vers le VIIIe siècle av. J.-C, date à laquelle remontent les plus anciens témoignages de la présence phénicienne ; dans les autres régions continentales, on n’a pas le même schéma évolutif. Ces dernières étaient à la marge de cet événement historique. Pendant les siècles de la « présence phénicienne », seuls les centres urbains ont cessé d’appartenir à la Protohistoire ; les campagnes par contre restèrent fidèles à leurs modes de vies protohistoriques.

2La colonisation romaine ne peut être non plus considérée comme limite finale de la Protohistoire dans toutes les régions marocaines. Rome n’a pratiqué au Maroc qu’une occupation très limitée ; elle s’est emparée des plaines fertiles du nord-ouest du pays. Au-delà du territoire contrôlé par Rome, délimité par le triangle Tingis-Volubilis-Sala, les autres régions ne sont pas mieux connues qu’aux époques antérieures. Il faudra attendre la conquête musulmane pour pouvoir disposer d’écrits concernant toutes les villes et les campagnes du Maroc.

3La Protohistoire du Maroc concerne une fourchette chronologique allant globalement de la fin du Néolithique récent jusqu’à la période phénicopunique et la période romaine ; elle se prolonge dans les zones montagneuses et sud-atlasiques jusqu’à la période préislamique, et parfois même jusqu’à l’islamisation définitive, à des époques tardives.

4L’apparition de l’alphabet libyque* n’a pas suffit pour sortir le Maroc de la pénombre de l’Histoire. Pendant longtemps, l’inscription libyque découverte par Jean Malhomme dans le site d’Azib n’Ikkis, au plateau du Yagour*, a été considérée, par plusieurs chercheurs, comme étant vraisemblablement la plus ancienne forme d’écriture découverte jusqu’ici au Maroc. Elle était associée à un anthropomorphe se rattachant à un contexte culturel de l’Age du Bronze. Selon Gabriel Camps, cette inscription serait antérieure au VIIe siècle avant J.-C. Malgré la multiplication des découvertes d’inscriptions libyques, les tentatives de déchiffrement ont rarement abouti. En fait, très peu de chercheurs s’y sont intéressés. L’absence de datation a été dissuasive et a de tout temps constitué un handicap à l’avancement des recherches dans ce domaine. Il est vrai que cette écriture n’a pas connu une large utilisation et a servi essentiellement à rédiger des messages courts, notamment des dédicaces et des épitaphes.

5Les chercheurs dans le domaine de la protohistoire marocaine sont confrontés à de nombreuses interrogations. À quoi est due la rareté, pour ne pas dire l’absence, d’habitats protohistoriques ? Inversement, quelle explication donner à la diversité des monuments funéraires, et leur grande concentration en des endroits bien définis ? Ces nécropoles seraient-elles l’œuvre de populations sédentaires ? La proximité géographique récurrente entre nécropoles tumulaires, gravures rupestres et activités minières témoignerait-elle de leur probable contemporanéité ? Comment expliquer la richesse en figurations métalliques gravées sur les rochers, alors qu’il n’y a que très peu d’objets en métal ?

L’Âge du Cuivre

6La question de l’existence d’un Âge des métaux en Afrique du Nord a fait couler beaucoup d’encre. Elle a été à l’ordre du jour lors de nombreux congrès archéologiques. Lors du IIème Congrès Panafricain de Préhistoire de 1952, presque tous les chercheurs furent d’accord sur le fait que les populations d’Afrique du Nord avaient ignoré l’usage des métaux jusqu’aux premiers contacts avec les Phéniciens et les Romains. Maurice Antoine affirmait que les Phéniciens avaient rencontré des populations vivant encore au stade néolithique et Bernardo Sáez-Martin s’est exprimé dans le même sens en doutant de l’existence d’un Âge des métaux. Jusqu’en 1960, l’opinion dominante au sein de la communauté scientifique était que les populations paléo-berbères étaient passées directement du Néolithique à l’Âge du Fer sans connaître auparavant l’usage du cuivre et du bronze. C’est à Gabriel Camps et à Georges Souville que revient le mérite d’avoir, les premiers, réfuté de telles hypothèses et d’avoir rassemblé les documents archéologiques permettant d’affirmer l’existence d’un Âge des métaux en Afrique du Nord, surtout dans sa partie occidentale. C’est en suivant les courants de la civilisation du vase campaniforme, déjà connue en Europe, que l’on s’est rendu compte que cette civilisation s’était également développée au Maroc et qu’elle avait été accompagnée par la diffusion d’objets en métal.

La civilisation campaniforme

7Alors que l’Andalousie et le sud du Portugal avaient connu une culture campaniforme très développée, le Maroc, pourtant très proche, n’a livré que récemment des tessons identifiables comme campaniformes. C’est à Alberto del Castillo que l’on doit la première identification de la céramique campaniforme marocaine, lors du premier Congrès archéologique du Maroc espagnol, tenu à Tétouan en 1953.

8Antérieurement, d’autres tessons campaniformes avaient été découverts, sans être explicitement rattachés à cette civilisation ; ce fut le cas de certains tessons découverts dans les grottes d’Achakar et de Dar-es-Soltan. Depuis, nos connaissances sur le Chalcolithique du Maroc ont nettement évolué. La civilisation du vase campaniforme est attestée dans diverses régions du Maroc : péninsule Tingitane, plaines du Gharb, région de Rabat-Casablanca, plateaux de Zemmour, plateaux du Saïs et Rif Oriental. La quasi totalité des tessons campaniformes trouvés au Maroc provient des grottes : Achakar au Cap Spartel, Ghar Cahal (Ceuta), Kehf Taht el-Ghar (Tétouan), Mehdia (Kénitra), Contrebandiers (Témara), Dar es-Soltane (Rabat), Kehf el-Baroud (Ben Slimane). Toutefois, on n’est pas en mesure de pouvoir affirmer que l’habitat en grotte était le plus fréquent à cette époque ou s’il s’agit, tout simplement, du hasard des découvertes. Des habitats campaniformes de plein-air viennent d’être identifiés récemment par Alain Rodrigue dans la basse vallée de l’Oued Sebou (plaine du Gharb), à N’ghar, à Nador Klalcha et à Aïn Fouarat. Jusqu’aux années 1980, on croyait que la pénétration d’objets campaniformes au Maroc avait été uniquement littorale. Ceci a amené plusieurs auteurs à affirmer que les éléments essentiels de cette civilisation ont été importés de la péninsule Ibérique. Or, les découvertes de ces dernières années ont prouvé que la civilisation du vase campaniforme a connu une large extension, non seulement le long des côtes, mais également dans des zones nettement continentales, telles que les plaines du Saïs, les montagnes du Rif et la meseta atlantique. Les preuves d’une extension continentale sont de plus en plus nombreuses : grotte d’Aïn Smen près de Fès (découverte de Charles Rivolier) ; abri de Hassi Ouenzga au Rif Oriental (découverte de l’équipe maroco-allemande), grotte d’Ifri n’Amr ou’Moussa aux plateaux de Zemmour (découverte de Youssef Bokbot). Avec le développement des connaissances sur cette période, on commence à remettre en cause les théories diffusionnistes et à penser de plus en plus que certains objets ont vraisemblablement été fabriqués sur place.

L’Âge du Bronze

9L’étude de l’habitat de l’Age du Bronze a rarement retenu l’attention en ce qui concerne la Protohistoire marocaine. Traditionnellement, les cultures de cette période sont définies plutôt par les sépultures, leur mobilier et les rites funéraires. L’état actuel de la recherche protohistorique au Maroc ne permet pas encore d’établir, sans rencontrer de sérieuses difficultés, des corrélations entre les grottes et les habitats de plein air d’une part et entre ces derniers et les nécropoles qui leur sont contemporaines.

L’art rupestre

10Au Maroc, l’art rupestre constitue une source privilégiée pour l’étude de l’Âge du Bronze. La distribution des sites rupestres suit les caractéristiques géophysiques du milieu, sur la base duquel on peut distinguer un domaine présaharien et un domaine montagnard.

11Le premier s’étend dans le sens sud-ouest/nord-est sur les piémonts méridionaux de l’Anti-Atlas et en proximité de l’oued Draa et de ses affluents. Les thèmes majoritaires concernent la chasse et la faune sauvage et les représentations de bovinés, dont on peut deviner l’importance dans une économie pastorale.

12Le domaine montagnard s’étend sur le Haut-Atlas central avec trois grands complexes majeurs : Oukaïmedden*, Yagour* et Rhat. Les thèmes communs et plus fréquents sont les armes métalliques (poignards, hallebardes, haches, boucliers, etc.), côtoyant des thèmes liés à la faune domestique et sauvage.

13La cuvette de haute montagne d’Oukaïmedden (2600 m d’altitude) abrite l’un des plus importants sites archéologiques d’art rupestre de toute l’Afrique du Nord. Oukaïmedden est un pâturage d’été, exploité depuis la préhistoire jusqu’à nos jours. De ce fait, il constitue un point de rassemblement estival des tribus de transhumants du Haut-Atlas Central, ce que confirme d’ailleurs l’étymologie (cf. notice O47, EB XXVI, 2013). Les transhumants des époques préhistoriques ont laissé les traces indélébiles de leurs passages saisonniers, sous la forme d’art figuratif ou schématique gravé sur les dalles rocheuses : animaux sauvages (éléphants, félins, antilopes, oryx, rhinocéros, autruches, etc.), animaux domestique (bovins, caprins, chiens, cheval), figures anthropomorphes et armes métalliques (poignards, javelots, haches, épées, boucliers, hallebardes).

14Les gravures de la région du Haut-Atlas marocain ne sont connues que depuis peu, du moins par rapport à celles d’autres régions du Maghreb. Les premières figures ont été découvertes à Oukaïmedden en 1949. Tout au long des années 1950, Jean Malhomme a documenté plus de deux cents gravures. Ce travail était associé à d’autres réalisés dans les grands sites d’art rupestre de l’Atlas marocain, spécialement sur le plateau de Yagour, situé à environ 25 km au nord-ouest d’Oukaïmedden, et qui était également à l’époque une zone d’occupation saisonnière pour ses pâturages. Cette entreprise colossale donnera lieu à une série de publications qui culminent avec son Corpus des gravures rupestres du Grand Atlas (Malhomme 1959 et 1961). Les travaux de terrain les plus récents, menés sur les gravures d’Oukaïmedden, datent de 2008-2012. Ils sont dus à une équipe mixte maroco-espagnole (INSAP-Université Complutense de Madrid), dirigée par Y. Bokbot et Marisa Ruiz-Galvez Priego.

15La Préhistoire récente et la Protohistoire de cette zone de haute montagne reste très largement méconnue. Les recherches y ont été relativement rares et ont été principalement axées sur les représentations rupestres. Le caractère descriptif de la grande majorité de ces travaux n’a pas permis d’ouvrir des pistes de recherches permettant de faire avancer les connaissances scientifiques. La recherche de sites d’habitats ou de campements de passage a été complètement négligée. La communauté scientifique a de tout temps attribué les figurations rupestres de l’Oukaïmedden à l’Âge du Bronze, tout en les rattachant du point de vue culturel au sud de la péninsule Ibérique, notamment à El Argar.

16Malgré un siècle de recherches personne n’avait jusque là découvert les lieux d’habitat de ces transhumants préhistoriques. Pour combler cette lacune, l’équipe mixte maroco-espagnole a multiplié les sondages pour obtenir des informations sur les habitats, qui permettraient de relier les gravures à l’occupation humaine de la vallée, mais aussi d’obtenir des informations sur l’économie et l’évolution du paysage. Un des sondages installés en octobre 2010 dans la première plateforme Agni Aourigh a permis d’identifier un site d’habitat qui remonte au Néolithique final, datant de 3900 à 2800 ans avant J.-C. L’équipe archéologique a identifié le sol d’occupation d’une cabane préhistorique, où gisait une multitude d’outils en pierre, taillés dans des blocs de silex, ainsi que plusieurs fragments de vases décorés. Le matériel archéologique exhumé présente des affinités culturelles sahariennes indéniables.

Les monuments funéraires

17C’est en suivant les courants du phénomène mégalithique, traditionnellement lié en Europe occidentale à la Protohistoire, que l’on s’est rendu compte que ce phénomène s’était aussi développé en Afrique du Nord. Mais le Maroc n’a été que très peu touché par ce que l’on appelle « mégalithisme ».

18Dans le Nord marocain, notamment dans la région de Tanger, mais aussi autour de Larache et de Tétouan, existent des nécropoles mégalithiques. Celles-ci rassemblent des tombes en forme de coffres, formés de dalles posées de chant ou de murs en pierres sèches mais surmontés d’une seule dalle. La présence de ces dalles monolithiques qui affleurent à la surface du sol permet de ranger ces tombes dans la catégorie des dolmens, mais elles sont plus proches des cistes du Bronze ibérique que des autres ensembles mégalithiques du Maghreb central et oriental.

19A la suite des travaux d’André Jodin et de Michel Ponsich, il est maintenant sûr que la région de Tanger a connu une occupation relativement intense pendant l’Âge du Bronze. Cette occupation est matérialisée par dix-sept nécropoles dont on ignore les habitats correspondants. Contrairement à l’occupation restreinte du sol, on assiste à partir de l’Âge du Bronze à une extension de l’activité humaine sur les bordures des lagunes et des embouchures des vallées.

20André Jodin pensait que les peuplades « mégalithiques » venues de la péninsule Ibérique s’étaient contentées d’occuper la région de Tanger, mais n’étendirent pas plus loin leur zone d’influence, renonçant à faire adopter à l’intérieur du Maroc leurs coutumes funéraires. Effectivement, les cistes mégalithiques semblent strictement localisées dans l’arrière pays de Tanger, et plus précisément à l’ouest du méridien de Tanger. Ce qui nous amène à supposer que ce mode d’inhumation a été transmis aux populations tangéroises par la voie atlantique. À l’est du méridien de Tanger, une seule ciste mégalithique a été signalée dans le haut Oued Laou, près de Chaouen.

21Les correspondances de cet horizon tangérois avec les manifestations du Bronze ancien de la façade atlantique de la péninsule Ibérique, et principalement avec le Bronze du sud-ouest ibérique et les inhumations en ciste de la province de Huelva, semblent prouver l’existence d’une incontestable unité culturelle entre les deux façades océaniques du détroit de Gibraltar.

22Les nécropoles à cistes mégalithiques seraient l’indice d’un processus d’« atlantisation » dont l’origine remonterait au moins au début de la civilisation du vase campaniforme. L’influence hispanique se confirme encore dans les traditions funéraires du premier Âge du Bronze du Maroc septentrional.

Transition Bronze Final – Âge du Fer

23L’extrême rareté des habitats protohistoriques en Afrique du Nord, a amené plusieurs historiens et archéologues à invoquer une économie pastorale nomade succédant à un paysannat sédentaire du Néolithique. De nombreux auteurs anciens et modernes n’hésitent pas à donner une image bien sombre des populations du Maghreb, qu’ils qualifient de « sauvages », encore réduites à tailler leurs outils dans le silex, condamnées à un état de stagnation et d’isolement que seule l’arrivée des Phéniciens et des Romains aurait rompu.

24Quel était en fait l’état de civilisation des Libyens occidentaux avant l’arrivée des Phéniciens ? Actuellement, l’évidence de l’agriculture et de l’habitat sédentaire pré-phénicien n’est plus à démontrer. Avec le développement de la recherche archéologique, il est maintenant établi qu’à l’arrivée de ces navigateurs, les Libyens n’étaient pas des aborigènes encore installés dans la primitivité préhistorique.

25Toutefois, certains auteurs anciens donnaient déjà des informations capitales pour la connaissance des sociétés autochtones du Maroc protohistorique. Les renseignements fournis par le Périple d’Hannon éclairent sur la nature des échanges commerciaux entre Libyens et Phéniciens : les locaux offrent peaux de fauves et d’animaux domestiques, défenses d’éléphants, mais aussi du vin, contre d’autres produits apportés par les Phéniciens dont de l’huile parfumée, des pierres d’Egypte et de la céramique attique. Les autochtones sont décrits comme étant beaux, barbus et ayant de longs cheveux. Ils maîtrisent l’artisanat puisqu’ils portent des peaux tachetées et confectionnent leurs phiales, des anneaux pour leurs femmes et des ornements pour leurs chevaux, avec cette matière tant prisée des Phéniciens qu’est l’ivoire. Leur société dénote une organisation sociale hiérarchisée puisqu’ils ont comme chef un roi et qu’il y a parmi eux des cavaliers, lanceurs de javelots et archers.

26Quand le Pseudo-Scylax parle du commerce phénicien avec les régions atlantiques du Maroc, il trace une image précise et fort différente de celle décrite par d’Hérodote. Les Phéniciens n’ont plus affaire à des indigènes primitifs et craintifs, qui fuient tout contact avec les peuples civilisés. Les « Éthiopiens »* habitent une ville et reçoivent des marchandises variées, qui indiquent un mode de vie relativement évolué. Ce passage du Pseudo-Scylax pourrait se rapporter au commerce avec la ville antique de Lixus ; d’autant que dans un autre passage, il indique que les Éthiopiens ont aussi une grande ville où vont les vaisseaux des marchands phéniciens.

27Paradoxalement, chaque fois que l’on trouvait de la céramique d’importation phénicienne ou punique dans un site côtier du Maghreb, la majorité des fouilleurs pensaient immédiatement à une occupation des lieux par ces marins orientaux. Il faut rendre hommage à Gabriel Camps qui s’est fermement opposé à cette manière d’interpréter les documents archéologiques : « Que des bourgades littorales reçoivent, dès leur origine, les productions méditerranéennes carthaginoises, ioniennes, attiques est un fait tellement normal et universel qu’il ne peut être présenté comme un argument scientifiquement valable en faveur de leur origine propre ;... » (Camps 1979, p. 48).

28Paul-Albert Février s’était aussi demandé si tous ces comptoirs ou petites agglomérations avaient été réellement créées par les Phéniciens et si l’on ne devait pas les considérer comme autochtones. Pour lui, il ne faisait aucun doute que des bourgades indigènes existaient bien avant la création des comptoirs commerciaux. Des comptoirs ont fort bien pu être créés, mais à côté de villes plus anciennes fondées par les autochtones. Dès la plus haute antiquité, le Pseudo-Scylax distinguait sur l’oued Loukkos une ville phénicienne et une ville peuplée de Libyens. Ce témoignage est sans doute plus proche de la réalité : les Phéniciens, pour échanger leurs produits, choisissaient logiquement de s’implanter là où il y avait déjà une occupation humaine assez importante.

29François Villard concluait aussi que les villes du littoral nord-africain qualifiées de phéniciennes pourraient avoir une origine antérieure. Il a également noté que la naissance de la civilisation urbaine au Maroc paraissait ne pas être le fruit d’une colonisation. Maurice Euzennat, de son côté, a attiré l’attention sur le fait qu’il ne convenait pas de faire à l’influence punique une part trop belle. Le développement de la civilisation urbaine au Maroc, qui se place dans le courant du VIe siècle av. J.-.C, est le résultat de l’intensification des contacts commerciaux avec les Phéniciens de Gadès, les Carthaginois et les Grecs, mais il ne semble pas être le fruit d’une colonisation. Selon ce même auteur, quand la tradition antique qualifie une ville de phénicienne, cela veut seulement dire que ses habitants avaient adopté la langue et les mœurs des Phéniciens, mais cela n’implique pas qu’elle ait été fondée par ces derniers.

30Dans cette même lignée, Jorge Onrubia-Pintado et moi-même avons procédé au réexamen des collections archéologiques retirées des anciens sondages pratiqués dans la ville antique de Lixus et dans l’île de Mogador sur la côte atlantique. Dans le cas précis de Lixus, ces recherches nous ont conduits à la réévaluation de plusieurs éléments archéologiques.

31Les sondages effectués par Miguel Tarradell dans la ville antique de Lixus ont donné, à la base de la stratigraphie, un niveau d’occupation caractérisé par une grande abondance de la céramique modelée que l’auteur qualifie de « tradition néolithique ». Les fouilles entreprises ultérieurement dans le même site par Michel Ponsich ont confirmé l’existence de ce niveau archéologique. La céramique qui le compose est modelée, lisse en général, et certains tessons sont polis. La surface des vases est rarement décorée ; il existe cependant parfois un décor matérialisé par une bande horizontale qui entoure le haut du vase. Cette bande est soit en relief à impressions digitales, soit constituée d’un alignement de motifs impressionnés.

32Mais, l’élément le plus déterminant quant à la chronologie de ce site, est la découverte, que nous avons faite dans les réserves des musées de Tétouan et de Tanger, d’un type de céramique nouveau dit « à graffito », jusqu’alors inconnu en Afrique du Nord et dont les analogies se retrouvent dans certains types de céramique pré-phénicienne du sud de la péninsule Ibérique.

33Dans l’ensemble, les formes et les décors des poteries modelées des niveaux inférieurs de Lixus sont identiques à ceux des niveaux de l’Âge du Bronze des grottes de Char Cahal et Cahf Taht el-Ghar. Ce mobilier céramique n’est pas un fait isolé. Il est associé à des structures d’habitat relativement archaïques. Michel Ponsich avait remarqué que certains procédés de construction de murs ou de murailles préromaines de Lixus ne coïncident pas avec ceux de l’Orient phénicien, et que la ville s’ouvrait sur la campagne par une porte, composée d’appareillage mégalithique, antérieure à la porte punique. Cette porte accède à un chemin bordé de tombes très anciennes. De même, Gabriel Camps a noté que beaucoup de villes préromaines nord-africaines possèdent, aux portes du centre primitif, des nécropoles mégalithiques répondant à des rites funéraires totalement étrangers à ceux des Romains et des Phéniciens. Ces sépultures sont l’œuvre des populations berbères anciennes qui habitaient ces villes antérieurement à tout contact ou implantation étrangère. Ce constat s’applique à la ville antique de Lixus.

34Déjà, au début du XXe siècle, Paul Pallary avait signalé que les dolmens étaient très nombreux entre la ville de Larache et les ruines de Lixus. Il en déduit que le mode d’inhumation dolménique était bien autochtone dans cette zone. Nos propres prospections dans la zone extra-muros de ce même site, nous ont conduits à découvrir un monument mégalithique composée d’un couloir de grandes dalles jointes, plantées verticalement, dont la couverture est assurée par cinq dalles transversales juxtaposées. Dénommé localement Al-Qantara (le pont), ce monument qui correspond du point de vue typologique à une allée couverte, reste un spécimen unique dans tout le Maroc, quoique sur la butte où il se trouve, nous avons remarqué plusieurs grandes dalles de même type. Nous avons de sérieuses raisons de penser que l’allée couverte d’Al-Qantara faisait partie d’un ensemble de tombes mégalithiques.

35Il est d’ailleurs étonnant de constater qu’aucune tombe phénicienne n’a été découverte à Lixus, ni dans ses environs. Les seuls monuments funéraires remontant à cette époque se rattachent à des populations inhumées selon les rites autochtones. Ainsi, la nécropole de Raqqada, qui fut découverte lors d’une fouille de sauvetage en 1999, était fort vraisemblablement utilisée par les habitants de la ville de Lixus durant la deuxième moitié du VIe et tout le long du Ve siècle av. J.-C. Elle a livré un mobilier funéraire très riche et d’une rareté exceptionnelle au Maroc et dans l’Extrême-Occident, composé de vases en bronze importés de Chypre, ainsi que des vases en pâte de verre polychrome et des bijoux importés de la Méditerranée centrale ou orientale.

36La présence d’objets de luxe, très rares en Méditerranée occidentale, dans les tombes de populations autochtones de Lixus ou de ses environs immédiats, apporte la preuve de l’importance de la ville de Lixus, du dynamisme de son port, et de la naissance d’une élite sociale libyque, qui a tiré profit du commerce avec l’extérieur.

37Cette occupation autochtone à Lixus se confirme d’autant plus que le site et ses environs immédiats ont livré des objets métalliques attribuables à l’Âge du Bronze. Bernardo Sáez-Martin avait annoncé, lors du IIème Congrès Panafricain de Préhistoire d’Alger en 1952, la découverte d’une épée en bronze à l’embouchure du Loukkos, à quelques centaines de mètres de Lixus. Cette épée a été rattachée au type de « Rosnoën » qui appartient à la phase de transition Bronze moyen - Bronze final. Par ailleurs, Enrique Gozalbes-Gravioto a signalé la présence d’une hache plate dans les collections du Musée de Tétouan dont la provenance pourrait être le site de Lixus. Malheureusement, ces éléments archéologiques importants sont atteints uniquement par des sondages limités. Le souci de sauvegarde et de mise en valeur de l’architecture monumentale punique et romaine a empêché les archéologues de pratiquer des fouilles en extension dans les couches antérieures.

38Pour échapper à ce blocage méthodologique, il était indispensable de découvrir un site contemporain n’ayant pas connu par la suite de phase urbaine. Les prospections effectuées en 1989-1992 dans la région Jbala-Ghomara par une équipe mixte maroco-espagnole, dirigée par Jorge Onrubia-Pintado et moi-même, ont permis la découverte d’un site d’habitat contemporain des niveaux inférieurs de Lixus, qui n’a pas connu par la suite de phase urbaine. La plateforme de Kach Kouch, d’environ 40 m de diamètre, est située dans la vallée de l’oued Laou, à 9 km à vol d’oiseau de la côte méditerranéenne. Les fouilles archéologiques dont le site a fait l’objet en 1992 ont livré un habitat rural composé de cabanes avec une toiture supportée par des poteaux et des murs en branchage et torchis.

39Les fouilles réalisées dans ce site d’habitat perché de Kach Kouch ont livré plusieurs documents archéologiques d’intérêt majeur. Elles ont révélé à la communauté scientifique un site rural situé chronologiquement entre le IXe et le VIIe siècle avant J.C. ; ce qui est en soi une première dans l’archéologie marocaine où les témoins de cette période ont été toujours découverts dans des milieux urbains recouverts par une stratigraphie importante.

40Le matériel archéologique exhumé à Kach Kouch compte plusieurs récipients en céramique modelée, des coupes carénées à engobe rouge phénicien, des urnes à décors peints et amphores « Rachgoun 1 », des récipients de transport et de stockage dont certains furent vraisemblablement réutilisées pour d’autres usages. L’ensemble permet a priori d’attribuer à cette occupation une datation large allant du VIIIe au VIe siècle av. J.-C. À en juger d’après les éléments indiqués, l’identité des occupants des lieux ne fait aucun doute : il s’agit d’une communauté rurale autochtone ouverte sur les produits du commerce méditerranéen.

41Non loin du site rural de Kach Kouch, une équipe d’archéologues espagnols a découvert en 2004-2005, un site contemporain, de caractère proto-urbain à Ceuta, lors des travaux d’aménagements de la place de la Cathédrale. La plus ancienne occupation du site de Ceuta (phase I), antérieure à une construction de plan orthogonal (fin VIIIe/dernier tiers du VIIe), est caractérisée par la présence de traces de cabanes ; le mobilier comporte notamment des amphores phéniciennes occidentales (T-10111) et des plats à engobe rouge phénicien. Ces vestiges sont vraisemblablement à rattacher à des populations autochtones. Quant à l’occupation qui lui succède (phase II), elle correspond aux débuts de l’urbanisation de la zone et comporte un matériel caractéristique datable du second et du troisième quart du VIIe siècle av. J.-C., et correspond à une phase culturelle différente.

42Tout récemment une équipe maroco-italienne, dirigée par Mohamed Kbiri-Alaoui et Cinzia Vismara, a découvert et fouillé un site analogue sur la côte méditerranéenne. Il s’agit du site de Sidi Driss situé à mi-chemin entre Al-Hoceima et Nador. Il occupe la dernière colline qui domine l’embouchure de l’Oued Amekrane, sur sa rive gauche. Il s’agit d’un habitat côtier contemporain de l’expansion phénicienne, sous-jacent au village actuel de Sidi Driss. Le matériel archéologique recueilli en surface permet d’attribuer l’occupation la plus ancienne au VIIIe-VIIe siècles av. J.-C.

43Différents types d’amphores de Sidi Driss pourraient se rattacher aux types Rachgoun 1 et 4. Les exemplaires les plus proches de point de vue typologique des amphores de Sidi Driss sont ceux de Mersa Madakh, sur la côte oranaise voisine. Ce matériel propre à l’horizon phénicien d’Occident coexiste avec une céramique modelée de tradition autochtone, décorée d’impressions digitales, analogue à celle qu’on trouve habituellement dans les niveaux d’Age du Bronze dans les grottes du nord-ouest marocain.

44Sur la côte atlantique, à quelques 600 km au sud de Lixus, Pierre Cintas avait recueilli un type de céramique modelée dans les couches les plus profondes de l’îlot de Mogador. Il en avait conclu que c’était une céramique locale antérieure au comptoir punique découvert sur ce site. Elle est généralement lisse ou polie. Les formes sont peu variées : de grands vases à fond plat, munis de cordons appliqués décorés, soit d’impressions digitales, soit d’incisions faites à l’ongle. Ces cordons sont horizontaux autour du col et serpentiformes sur la panse. Cette céramique présente les mêmes caractéristiques que celles des vases trouvés dans les niveaux les plus récents des grottes d’El-Khil, de Ghar Cahal, de Cahf Taht el-Ghar et de Dar es-Soltane. Elle est tout à fait comparable à celle des niveaux profonds de Lixus. André Jodin a remarqué la ressemblance de cette céramique avec celle de l’Âge du Bronze européen.

45Les fouilles conduites entre 2004 et 2009 sur le site de Mogador par la mission maroco-allemande INSAP-DAI Madrid, ont confirmé la présence de ce type de céramique. La position stratigraphique des niveaux qui l’ont livré n’est pas tout à fait claire. Mais il semble qu’elle n’a été localisée que dans les niveaux les plus profonds. Les niveaux inférieurs de la stratigraphie de la zone du tertre mise en évidence lors de la campagne de fouilles de 2007, correspondent à l’époque néolithique (autour de 6000 av. J.-C.) et à l’occupation contemporaine des premiers contacts avec les Phéniciens (VIIe s. av. J.-C.).

46Les fouilles ont également mis au jour des structures de fours, des tuyères et des scories de fer qui constituent les plus anciens témoignages d’activités métallurgiques liées au fer au Maroc. Selon des travaux de prospections effectués récemment, le minerai de fer proviendrait de gîtes situés à une dizaine de kilomètres au nord d’Essaouira.

47Si on élargit le champ d’action à la rive nord de la Méditerranée occidentale où des problèmes similaires se posent, on trouvera des réponses à nos questions. Les travaux archéologiques en Espagne et en France ont démontré la complexité du phénomène de l’hellénisation du littoral et de son arrière pays. Il y a eu certes des colonies et des comptoirs, mais il a existé certainement aussi de nombreuses agglomérations autochtones où des échanges commerciaux ont été effectués et où s’est développée une civilisation originale par contact plus ou moins étroit avec le monde grec.

48Au Maroc, comme dans le reste du Maghreb, les diverses occupations protohistoriques dans les sites que l’on a qualifié à tort de phéniciens ou de puniques ouvrent le débat sur le délicat problème de l’émergence des bourgades paléo-berbères à caractère proto-urbain. Cette apparition est difficile à saisir historiquement, faute de chronologie vraiment précise. Toutefois, cette émergence est vraisemblablement liée au développement de la métallurgie qui a permis une mise en culture plus vaste et une meilleure productivité, ce qui offrait la possibilité d’un essor démographique nécessaire à tout accroissement du potentiel socio-économique de ces communautés. L’ouverture sur le commerce méditerranéen est à prendre également en considération, même si ces échanges commerciaux sont encore mal identifiés.

49Les nécropoles mégalithiques de la campagne de Tanger dont on a parlé plus haut ont contribué à avoir une vision plus claire des groupes humains de la fin de l’Âge du Bronze. Elles indiquent la présence dès le VIIIe s. av. J.-C., d’agglomérations rurales où vivaient des populations encore imprégnées de traditions de l’Âge du Bronze. Car dans ces mêmes nécropoles apparaissent, à côté des cistes mégalithiques du Bronze ancien et moyen, des sépultures présentant une architecture et des rites funéraires quelque peu différents. Ce témoignage de coexistence sans transition entre la civilisation libyque du Bronze tardif et celle de Libyens phénicisés du VIIIe-VIIe s. av. J-C, donne l’image qui correspond le mieux à l’habitat protohistorique de Kach Kouch, et à l’occupation la plus ancienne de Lixus et de Mogador.

50Cette symbiose entre substrat autochtone et apports exogènes est également perceptible très loin du littoral, dans la nécropole para-mégalithique de Tayadirt, située dans la haute Moulouya. Une des sépultures de ce complexe est composée d’une enceinte en forme de parallélogramme, d’un couloir, d’une chambre funéraire et d’un caisson. Ce monument se rapproche de certains dolmens à couloir non couvert, un type de tombe jusqu’à présent inconnu au Maroc.

51Nicole Lambert et Georges Souville ont montré l’influence punique qui apparaît dans le mobilier de cette nécropole. La figurine en bronze du tumulus no 1 est une réplique presque exacte de l’attache d’une anse de jarre en bronze trouvée dans la nécropole d’Ampurias en Espagne. Les deux figurines se superposent exactement : même dimensions, même profil, même dessin. La présence de cette figurine à Tayadirt, permet de penser que ce monument ne remonte pas au-delà du IIe siècle av. J-C.

52Ces éléments architecturaux et rituels sont à mettre en rapport avec d’autres indices fort intéressants. La région environnante de Tayadirt est riche en gisements miniers (plomb, cuivre, argent et or) dont certains ont connu une exploitation ancienne. La localisation de cette nécropole à proximité des mines de plomb argentifère et de cuivre d’Ahouli et Mibladen laisse supposer que cette culture régionale s’est fondée, sur le plan économique, sur l’exploitation des gisements de métaux. Selon André Jodin, les mines de la haute Moulouya ont livré des lampes antiques accompagnant des pics de pierre.

53L’architecture funéraire est très originale, formant un type inconnu des autres régions du Maroc et d’Afrique du Nord. Les rites funéraires reflètent probablement une influence orientale sémitique, notamment le rite de libation et la pratique d’offrandes animales. Le mobilier archéologique laisse transparaître l’influence des goûts puniques. Cette pénétration profonde d’influences orientales dans l’hinterland marocain est vraisemblablement à mettre en relation avec des isolats ethnico-religieux, formant très probablement des étapes jalonnant une route commerciale à la recherche de l’or et d’autres produits du commerce carthaginois.

Tombes monumentales et hiérarchisation sociale

54Le plus célèbre des monuments marocains de type mégalithique pouvant être attribuable à la Protohistoire est celui de Mezora* (ou Mzora ; cf. notice M103, EB XXXI, 2010). Ce tertre à enceinte de monolithes est, en l’état actuel des connaissances, unique en Afrique du Nord. Mais, en l’absence de rapport de fouilles, sa datation pose un réel problème.

55En fait, le tumulus de Mzora ne se différencie des autres tertres du nord-ouest du Maroc que par les dimensions plus importantes des monolithes de l’enceinte. Gabriel Camps a noté que même si ce caractère n’est pas typiquement africain, il représente cependant le développement, dans le sens vertical, des pierres souvent placées à la base des tumulus nord-africains. Mais le gigantisme qui a servi de critère pour rattacher Mzora au mégalithisme ibérique, n’est pas un phénomène étranger aux monuments funéraires du nord-ouest marocain. D’autres grands tertres ont été signalés dans le Maroc septentrional. Le tumulus de Sidi Khelili mesure 90 m de long, 30 m de large et 8 m de haut. Celui de Nouillat Kebira mesure 41 m de diamètre et 8 m de haut. Enfin, le grand tertre identifié par Danilo Grébénart dans la région de Taza mesure une centaine de mètres de diamètre à la base et une quinzaine de mètres de hauteur. Le monument de Mzora présente toutefois des influences venant de l’Atlantique. Il semble qu’il est orienté à l’ouest ; en tous cas, la localisation des deux grands monolithes le laisse supposer. Une telle orientation est rare, sinon absente dans les monuments funéraires protohistoriques du Maroc. Il semble qu’à cette époque on orientait les sépultures soit vers l’est, soit vers le sud-est.

56Miguel Tarradell et Gabriel Camps ont considéré le tumulus de Mzora comme un monument indigène construit vraisemblablement à l’époque préromaine pour un chef ou roi maure de la région. Ce qui amène à poser la question de la hiérarchisation sociale dans le nord-ouest de l’Afrique.

57A Sidi Slimane du Gharb, l’élimination d’une butte anthropique, située au centre du souk hebdomadaire, a révélé un monument funéraire en forme d’habitation cachée sous le tertre. Cette habitation excentrée comporte un couloir, une cour et une chambre funéraire couverte de rondins de thuya. Deux corps reposent dans la chambre, et deux autres dans le couloir et dans la cour, sans doute deux serviteurs enterrés après immolation pour garder la sépulture des chefs. On a retrouvé des pièces d’ivoire qui devaient faire partie d’un coffret. Non loin, une inscription libyque se rapporterait à l’inhumation de deux personnages, un père et son fils. La date du monument pourrait être fixée par les amphores qui y ont été trouvées au IVe-IIIe siècle av J.-C.

58S’il est bien vrai que deux serviteurs y ont été immolés pour accompagner leurs maîtres dans l’au-delà, on possède là une indication du plus haut intérêt, car ces sacrifices humains représentent un rite essentiel du pouvoir dans les sociétés de classes en formation. La question de l’émergence des royaumes maurétaniens est donc sans doute en rapport avec ces grands tombeaux, que l’on a tendance à dire princiers. Leur importance est à prendre en considération parce qu’ils supposent un pouvoir assez fort pour requérir un surtravail considérable, mais aussi parce qu’ils dénotent une sur-naturalisation des chefs tribaux en train de devenir des rois.

59Le cas du Maroc du nord-ouest, avec plusieurs grandes sépultures de ce type, montre-t-il une étape intermédiaire où de puissants chefs de confédérations de tribus s’imposent ? Il est clair en tout cas que ces chefs profitent d’un accroissement marqué des forces productives lié probablement à l’utilisation d’un araire, si archaïque fût-il, qui entraîne un considérable développement de la production et un remarquable essor démographique. L’organisation du travail de la terre et la répartition du produit social nécessitent une autorité plus forte, s’exerçant sur de plus vastes espaces.

60Tout porte à penser que des confédérations puissantes, sinon des royaumes, se seraient constitués au Maroc dès le IVe siècle avant l’ère chrétienne. Que les origines des dynasties maurétaniennes restent mystérieuses n’a rien d’étonnant. Leur pouvoir, qui finit par s’étendre à des territoires immenses, est en fait issu de celui de chefs de tribus qui ont réussi à élargir de plus en plus leur champ d’action et de domination.

La Protohistoire du Maroc présaharien

61La Protohistoire du Maroc présaharien est représentée, presque exclusivement, par des monuments funéraires. Cet état de fait est dû particulièrement à la facilité de repérage de ce type de monuments sur le terrain car ils se distinguent parfaitement des sépultures puniques, romaines et musulmanes. En outre, les fouilleurs préféraient fouiller les monuments funéraires qui, étant des structures closes bien délimitées, offraient la certitude d’y trouver des squelettes et du mobilier funéraire, parfois des objets de valeur en céramique ou en métal, parfois précieux.

62Ces monuments funéraires se présentent sous forme d’amas de pierres ou de monticules en terre, cachant des chambres funéraires, construites au-dessus du sol ou creusées sous le niveau du sol. Ces chambres sont parfois dotées d’aménagements architecturaux assez complexes. Un nombre non négligeable de ces monuments sont en relation directe ou indirecte avec des stèles portant des inscriptions libyques. Il existe également une récurrence géographique et topographique entre les monuments funéraires et les gravures rupestres.

63Ces monuments sont soit isolés, soit organisés en petits groupes, mais parfois ils constituent de véritables nécropoles où on les compte par centaines, voire par milliers. Ces types de sépultures sont souvent connus des populations locales qui les désignent par diverses appellations berbères ou arabes (dialectal) : akerkur*/ikerkar (ar. dial. : kerkur/kraker), rrjem/larjam, imirš/imaršen, amariy/imariyn (= « tertres, amas de pierres »), qbur lahlaliyin (« tombes des Hilaliens [ ?] »), mdinet lihud (« cité des Juifs »), qbur ljuhala (« tombes des païens ») ou qbur lbartqiz (« tombes des Portugais »). Ces tombeaux sont attribués par les traditions locales à des populations étrangères, souvent juives, païennes ou portugaises.

64En fait, malgré leur nombre qui dépasse les dizaines de milliers, les tombes tumulaires qui ont bénéficié de fouilles méthodiques ne dépassent pas quelques dizaines. L’âge de ces cimetières est loin de pouvoir être établi avec précision. Leur diversité typologique semble autoriser une chronologie longue, pouvant s’étendre du Néolithique final jusqu’à la généralisation définitive des pratiques et des rites funéraires liés à l’expansion de l’islam.

65Les groupements de monuments les plus importants se situent au sud de l’Atlas et dans l’Oriental, dans des zones steppiques ou présahariennes. Ces nécropoles suivent des grands axes de circulation : on les trouve le long de l’oued Draa, de l’oued Ziz, de l’oued Guir et de l’oued Noun. Il en ressort que ces grandes vallées ont joué un rôle important en facilitant les contacts et les influences culturelles. À travers l’oued Ziz et l’oued Guir et leurs prolongements sahariens respectifs, l’oued Daoura et l’oued Saoura et la vallée de l’oued Moulouya, on peut atteindre la Méditerranée au nord et le Sahara au sud. C’est à travers ces voies naturelles de passages que le Tafilalet et le Draa ont été en contact à la fois avec les civilisations du monde méditerranéen et du monde saharien. La découverte d’éléments de parures à caractères puniques dans des sépultures protohistoriques du Tafilalet (Erfoud, Bouïa et Taouz) fournit autant de témoins de cette ouverture au commerce méditerranéen. Le Tafilalet et le Draa étaient autrefois un grand carrefour où les influences méditerranéennes et sahariennes se croisaient amenant parfois à une certaine fusion.

66La nécropole tumulaire préislamique de Tamrhalt-n-Zerzem, dans l’oued Noun (Anti-Atlas occidental), fouillée par une équipe mixte maroco-espagnole dirigée par Jorge Onrubia-Pintado et moi-même, a contribué à la reconstitution des pratiques, des rites et de l’architecture funéraire des populations protohistoriques et préislamiques de ces régions.

67Les analyses au C14 effectuées sur des échantillons provenant des dépôts funéraires de deux tumulus ont fourni des dates largement contemporaines qui s’étalent, en années calendaires, entre le IIe et le IVe siècle de l’ère chrétienne. Un de ces deux tumulus a été réutilisé : sa datation entre la fin du VIIIe et le Xe siècle après J.-C. prouve la perpétuation des traditions funéraires préislamiques jusqu’à une période avancée et apporte une donnée digne d’être versée au débat sur la chronologie et la portée réelle de l’islamisation de ces territoires.

68Durant l’Âge du Fer, il semblerait que cette bande présaharienne, notamment le Tafilalet, le Draa et l’oued Noun, ait joué le rôle d’intermédiaire entre le Maroc septentrional et le Sahara. Les villes caravanières médiévales de Sijilmassa, Tamdoult, Noul Lamta et Tagaoust vont hériter de ce rôle stratégique, puisqu’elles vont constituer un noeud de communication, relais et entrepôts pour les caravanes de l’Egypte au Soudan, par où passaient toutes les marchandises acheminées vers la Méditerranée et l’Europe.

Haut de page

Bibliographie

Aranegui-Gascó C., 2001 – Lixus. colonia fenicia y ciudad pnico-mauritana, (Saguntum. Papeles del Laboratorio de Arqueologia de Valencia, Extra 4), Valence, Universidad de Valencia.

Вokbot Y., 1991 – Habitats et monuments funéraires du Maroc protohistorique, Thèse de Doctorat. Aix-en-Provence, 549 p.

Bokbot Y., 1998 – « Une céramique à graffito à Lixus », Bulletin d’Archéologie Marocaine, XVIII, p. 321-323.

Bokbot Y., 2001 – « Protohistoire du Maroc présaharien. Bilan et perspectives. », Actes du Colloque International 1ères Journées Nationales d’Archéologie et de Patrimoine, (Rabat 1-4 juillet 1998). Rabat, INSAP. p. 90-98.

Bokbot Y., 2003 – « Tumulus protohistoriques du pré-Sahara marocain, Indices de minorités religieuses ? », Actes du VIIIe Colloque International sur l’Histoire et l’Archéologie de l’Afrique du Nord, (Tabarka, 8-13 mai 2000), Tunis, Édition de l’ΝΡ, p. 35-45.

Bokbot Y., 2005 – « La civilización del vaso campaniforme en Marruecos y la cuestión del sustrato calcolítico precampaniforme », El Campaniforme en la Península Ibérica y su contexto europeo, Valladolid, Universidad de Valladolid (Serie Arte y Arqueologia, no 21), p. 137-159.

Bokbot Y., 2006 – « Réflexions sur le substrat Amazigh dans les villes et comptoirs phénico-puniques du Maghreb occidental », Hespéris-Tamuda, XLI, p. 9-23.

Bokbot Y., 2008 – « Le cromlech de Mzora, témoin du mégalithisme ou symbole de gigantisme de pouvoir ? », La pierre et son usage à travers les âges (Jardin des Hespérides, Revue de la Société Marocaine dArchéologie et de Patrimoine, 4, mai-octobre 2008), Rabat, p. 25-29

Bokbot Y. et Ben-Nçer A., 2008 – « Découvertes campaniformes récentes dans les plateaux de Zemmour (Maroc) », Actes du Meeting Annuel “Archéologie et Gobelets”. Bell Beaker in every day life (Florence-Siena-Villanueva sul Clisi, 12-15 Mai 2006) (Millenni, Studi di Archeologia Preistorica, 6, Collection du Musée et Institut Fiorentino de Préhistoire). Florence, p. 327-330.

Bokbot Y., Cressier P., Delaigue M.-Ch., Izquierdo R., Mabrouk S., Onrubiapintado J., 2002 – « Enceintes refuges, greniers fortifiés et qasbas. Fonction, périodisation et interprétation de la fortification en milieu rural présaharien », Mil Anos de Fortificaçoes na Peninsula Iberica e no Maghreb (500-1500). Actas do Simposio Internacional Sobre Castelos (Palmela 8-12 avril 2000), Lisboa 2002, p. 213-227.

Bokbot Y. et Montero-Ruiz I., 2012 – “Metalurgia pré-islamica en Marruecos. Nuevos análisis y valoración comparativa con la metalurgia de la Península Ibérica”, Actas de IX Congresso Ibérico de Arqueometria (Estudos Arqueologicos de Oeiras, 19), Lisbonne, p. 113-118.

Bokbot Y. et Onrubia-Pintado, J., 1992 – « La basse vallée de l’Oued Loukkos à la fin des temps préhistoriques », Actes du Colloque International « La ville antique de Lixus » (Larache, 8-11 novembre 1989) (Collection de l’Ecole Française de Rome : 166), Rome, EFR, p. 17-26

Bokbot Y. et Onrubia-Pintado, J., 1995 – « Substrat autochtone et colonisation phénicienne au Maroc. Nouvelles recherches protohistoriques dans la péninsule Tingitane » Actes du 118e Congrès National des Sociétés Historiques et Scientifiques (Pau, 1993), Paris, Éd. du CTHS, p. 219-231.

Вokbot Y., Onrubia-Pintado J., Rodríguez-Rodríguez A., Rodriguez Santana, C.G., Velasco Vázquez, J. et Amarir A., 2008 – « Le complexe cultuel et funéraire préislamique d’Adrar Zerzem (Anti-Atlas, Maroc). Résultats préliminaires », Lieux de cultes. Aires votives, temples, églises, mosquées. Actes du IXe Colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord antique et médiévale, (Tripoli, 19-25 février 2005), Paris, Éd. du CNRS. p. 23-33.

Bokbot Y., Onrubia-Pintado J. et Salih A., 2011 – « Néolithique et protohistoire dans le bassin de l’Oued Noun (Maroc présaharien). Quelques données préliminaires », Actes du1er colloque de Préhistoire Maghrébine (Tamanrasset, 5-7 novembre 2007), Alger, CNRPAH. p. 305-322.

BOKBOT Y. et al. 2009 – « Arte rupestre, paisaje y poblamiento en el Alto Atlas. Primera campaña en el valle de Oukaimeden », Informes y trabajos, 3 (Excavaciones en el exterior 2008. Instituto del Patrimonio Cultural de España). p. 173-179.

Bokbot Y. et al., 2010 – “Rock art, landscape and prehistoric seulement at High Atlas (Morocco)”, XXXVIII Annual Conference on Computer Applications and quantitative Methods in Archaeology (CAA), (Grenade, 6-9 avril 2010).

Bokbot Y. et al., 2011 – « Informe de la campaña 2009 en el Agdal de Oukaimeden (Alto Atlas, Marruecos)”, Informes y trabajos, 5 (Excavaciones en el exterior 2009, Instituto del Patrimonio Cultural de España). p. 222-243

Bokbot Y. et al., 2013 – « Cuarta campaña de campo en Oukaïmeden (Alto Atlas) y nuevos datos sobre la gestion de recursos críticos en un tipo de valle alpino en la Prehistoria », Informes y trabajos, 9 (Excavaciones en el exterior 2011, Instituto del Patrimonio Cultural de España). p. 470-489.

Camps G., 1974 – « Réflexion sur l’origine protohistorique des cités en Afrique du Nord », Travaux du LAPEMO, 1974, p. 9.

Camps G., 1979 – « Les Numides et la civilisation punique », Antiquités africaines, 14, p. 43-53.

El Khayari A., 2007 – « La présence phénicienne au Maroc », Les Dossiers d’Archéologie, Hors série no 13, novembre (« La Méditerranée des Phéniciens »), p. 56-59.

Février P.-A., 1967 – « Origine de l’habitat urbain en Maurétanie césarienne », Journal des Savants, 2. p. 107-123.

Gozalbes-Cravioto E., 1975 – « Las edades del cobre y bronce en el N-O de Marruecos », Cuadernos de la Biblioteca Española de Tetuán, 12, p. 7-32

Grillo W.F., 2003 – Recherches archéologiques maroco-italiennes 2002-2003, Instituto Italiano di Cultura, Edizioni Quassar, Roma.

Jacques-Meunié D., 1958 – « La nécropole de Foum le Rjam. Tumuli du Maroc présaharien », Hespéris, LV, p. 95-142.

Jodin A., 1957 – « Note préliminaire sur l’établissement préromain de Mogador », Bulletin d’Archéologie Marocaine, II. p. 9-40.

Jodin A, 1964 – « Les gravures rupestres du Yagour (Haut-Atlas). Analyse stylistique et thématique », Bulletin d’Archéologie Marocaine, V. p. 47-116.

Jodin A., 1966 – « Les gisements de cuivre du Maroc et l’archéologie des métaux (gravures rupestres et tumulus) », Bulletin d’Archéologie Marocaine, VI. p. 11-27.

Jodin A., 1966 – « Les gravures rupestres de l’Oukaïmeden (Haut-Atlas). Documents inédits », Bulletin d’Archéologie Marocaine, VI. p. 29-54.

Jodin A., 1966 – Mogador. Comptoir phénicien du Maroc atlantique (ETAM, II). Rabat.

Kbiri-Alaoui M., Siraj A. et Vlsmara C., 2004 – « Recherches archéologiques maroco-italiennes dans le Rif », L’Africa Romana XV (Tozeur, 2002), Rome, p. 567-604.

Koehler H., 1932 – « Les civilisations mégalithiques du Maroc, 1, Menhir de Mesora », Bulletin de la Société Préhistorique Française, 29, p. 413-420.

Malhomme J., 1954 – « Représentations des haches du Bronze (Grand Atlas) », Bulletin de la Société de Préhistoire du Maroc, 7-8, p. 3-7.

Malhomme J., 1958-59 – « Les représentations de hallebardes du Grand Atlas. Les techniques d’incision », Bulletin d’Archéologie Marocaine, III, p. 371-77.

Malhomme J., 1959 – Corpus des gravures rupestres du Grand Atlas (1ère partie). (Publications du Service des Antiquités du Maroc, 13), Rabat, Service des Antiquités du Maroc.

Malhomme J., 1961 – Corpus des gravures rupestres du Grand Atlas (2e partie) (Publications du Service des Antiquités du Maroc, 14), Rabat, Service des Antiquités du Maroc.

Marzoli D. et El Khayari A., 2010 – « Vorbericht Mogador (Marokko) 2008 », Deutsches Archäologisches Institut, Abteilung Madrid 5, p. 161-108.

Ponsich M., 1969 – « Influences phéniciennes sur les populations rurales de la région de Tanger », Tartessos y sus problemas. V Symposium Internacional de Prehistoria peninsular, p. 173-184.

Ponsich M., 1981 – Lixus. Le Quartier des temples (ETAM, IX), Rabat.

Ponsich M., 1988 – « Implantation rurale du Maroc phénicien », Dossiers Histoire et Archéologie, 132, p. 84-47.

Rodrigue A., 1999 – L’art rupestre du Haut Atlas marocain, Paris, L’Harmattan.

Ruiz-galvez Priego M., 1983 – « Espada procedente de la ría de Larache en el Museo de Berlín Oeste », Homenaje al Profesor Martin Almagro-Basch, Madrid, Ministerio de Cultura, t. II, p. 63-68.

Ruhlmann A., 1939 – « Les tumuli dans les recherches de préhistoire dans l’extrême sud marocain », Bulletin de la Société de Préhistoire du Maroc, V. p. 42-51.

Salih A. et al., 1998 – « L’aire rupestre de l’Oukaïmeden, Haut-Atlas, Maroc. Occupation humaine et économie pastorale », Beiträge zur Allgemeinen und Vergleichenden Archäologie, 18, p. 253-295.

Sbihi-alaoui F.Z. et Searight S., 1997 – « Rock art in Morocco », Proceedings of the Prehistoric Society, 63, p. 87-101.

Searight S., 2004 – The Prehistoric Rock Art of Morocco. A study of its extension, environment and meaning (BAR International Series, 1310), Oxford, Archaeopress.

Searight S. et Hourbette, D., 1992 – Gravures rupestres du Haut Atlas, Casablanca, Éd. Belvisi.

Simoneau A., 1968 – « Recherches sur les gravures rupestres du Haut-Atlas marocain », Bulletin de la Société Préhistorique Française, 65/2, p. 642-53.

Simoneau A., 1977 – Catalogue des sites rupestres du Sud marocain, Rabat, Ministère d’État chargé des Affaires Culturelles.

Souville G., 1995 – « Pénétrations atlantiques des influences ibériques au Maroc protohistorique », ӀI° Congreso Internacional El Estrecho de Gibraltar (Ceuta, novembre 1990), Madrid, UNED, t. Il, p. 245-292.

Souville G., 1973 – Atlas préhistorique du Maroc atlantique, Paris, CNRS.

Tarradell M., 1952 – « El túmulo de Mzora », Archivo de Prehistoria Levantina, 3. p. 229-239.

Tarradell M., 1954 – « Las excavaciones de Lixus », IV Congreso Internacional de Ciencias Prehistóricasy Protohistóricas, Madrid. p. 789-796.

Tarradell M., 1960 – Historia de Marruecos. Marruecos Púnico, Tétouan, Editorial Cremades.

Villada Paredes F., Ramon Torres J., Suárez Padilla J., 2010 – Elasentamiento protohistórico de Ceuta : indigenas y fenicios en la orilla norteafricana del estrecho de Gibraltar, Ceuta.

Villada Paredes F., Ramon Torres J., Suárez Padilla J., 2011 – « Excavación arqueológica de la plaza de la Catedral de Ceuta : una nueva secuencia estratigráfica en el Istmo desde la Protohistoria a nuestros días », Arqueología y Turismo en el Circulo del Estrecho (Colección de Monografías del Museo Arqueologóco de Tetuán, 3). Publicaciones de la Universidad de Cádiz. p. 381-403.

Villard F., 1960 – « Céramique grecque du Maroc », Bulletin d’Archéologie Marocaine, IV. p. 1-26.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Youssef Bokbot, « Protohistoire du Maroc »Encyclopédie berbère, 39 | 2015, 6545-6563.

Référence électronique

Youssef Bokbot, « Protohistoire du Maroc »Encyclopédie berbère [En ligne], 39 | 2015, document P72, mis en ligne le 20 février 2024, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3914 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3914

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search