Navigation – Plan du site

AccueilVolumes39Protohistoire du Mali et du Niger

P71

Protohistoire du Mali et du Niger

Christian Dupuy
p. 6529-6544

Entrées d’index

Mots clés :

Maurétanie, protohistoire
Haut de page

Texte intégral

1Au IXe siècle apr. J.-C., les manuscrits arabes relatifs au Bilād al-Sūdān (= « pays des Noirs ») rapportent l’existence d’un important royaume dans la moyenne vallée du Niger, le royaume de Kawkaw (= Gao) qui participe au commerce transsaharien arabo-berbère (Cuoq 1984, 1985). À partir du XIe siècle apr. J.-C., l’utilisation locale de l’écriture arabe fait basculer la région dans l’histoire (Moares Farias 2003 ; Triaud 2005). Ici comme ailleurs, en Afrique et hors d’Afrique, l’avènement de la monarchie et le passage à l’écrit qui lui est souvent consécutif, n’auraient pu se réaliser sans les surplus alimentaires générés par l’agriculture, indispensables pour nourrir les improductifs attachés à la couronne. Autrement dit, la naissance de l’agriculture a été l’élément déclencheur qui a permis au Sahel d’entrer dans l’antichambre de l’histoire, c’est-à-dire dans la protohistoire. C’est pourquoi on place en limite haute du cadre chronologique pour la protohistoire du Mali et du Niger la date d’apparition de l’agriculture, d’autant qu’avec elle s’opère un important virage sociétal qui a déterminé en grande partie l’organisation de la ruralité ouest africaine. L’économie de production de nourriture végétale implique en effet un attachement accru à la terre, une gestion nouvelle des sols, des rituels en accord avec les cycles agraires, des préoccupations religieuses visant à favoriser la régénération de la végétation. Elle nécessite en outre des dispositions particulières pour la protection des cultures, la conservation des semences et des récoltes, la consommation différée des produits vivriers et leur préparation alimentaire. Quand ce tournant a-t-il été pris ? Suivant quels enchaînements sociopolitiques la royauté a-t-elle fini par s’affirmer ? Quelles avancées technologiques l’ont favorisée ?

Le IIIe millénaire av. J.-C. (fig. 1)

2Les examens sous fort grossissement de tessons exhumés de plusieurs sites archéologiques du Bas Tilemsi – un affluent de la rive gauche du Niger à hauteur de Gao –, ont révélé des empreintes d’épillets de mil* de morphologie domestique (Manning et al. 2011). Leur présence résulte de l’ajout de balle de céréales dans l’argile qui était destinée au montage des pots. La quantité de 14C émise par les résidus organiques non consumés présents dans ces tessons et, parallèlement, les mesures OSL effectuées sur les petits cristaux inclus dans l’argile, permettent de dater cette production céramique de la fin du IIIe millénaire av. J.-C. L’agriculture du mil se trouve ainsi démontrée dès cette époque. Précisons d’autre part que la pratique de l’élevage est attestée dans le nord du Niger à la charnière des VIe-Ve millénaires av. J.-C. par des sépultures de taurins (Paris 1998) et dans le nord du Mali à un moment ou à un autre entre les VIe et IVe millénaires av. J.-C. par l’art rupestre de l’Adrar des Iforas* (Dupuy 1989 et 1999). L’élevage précèderait donc l’agriculture à ces latitudes. Le conditionnel s’impose, étant donné qu’un certain laps de temps sépare toujours les premières expérimentations agricoles de la transformation morphologique de la plante cultivée. De fait, le début de l’agriculture du mil est forcément plus ancien que les âges fournis par la céramique du Bas Tilemsi. Les spécialistes de la génétique du mil en situent l’avènement à la charnière des IVe-IIIe millénaires av. J.-C. sur la frange sahélienne de l’Afrique de l’Ouest (Clotault et al. 2011). C’est cette estimation que nous retenons comme limite chronologique haute pour la protohistoire du Sahel. Celle-ci conduit à porter un nouveau regard sur quelques découvertes archéologiques réalisées dans les années 1990 au Mali et au Niger. Ainsi en va-t-il pour les onze enceintes circulaires ou elliptiques du pourtour nord occidental de l’Adrar des Iforas délimitées par un double alignement de pierres entre lequel avait été probablement dressées des espèces végétales agressives : épineux, euphorbiacées... (Raimbault 1995 et fig. la). Des datations sur charbons situent leur occupation aux IVe-IIIe millénaires av. J.-C. Les plus grandes structures circonscrivent des surfaces de l’ordre de onze hectares. Des groupes s’adonnaient à leurs activités domestiques dans ces espaces protégés où l’on retrouve des haches et herminettes, des anneaux de pierre, du matériel de broyage assez abondant, des outils taillés, des éclats de taille, de la poterie et des restes de taurin. Les haies dressées autour de ces hameaux n’auraient-elles pas visé à protéger quelques champs de mil contre l’appétit des animaux sauvages plutôt qu’à freiner les intentions malveillantes d’hypothétiques assaillants ? Seules des fouilles permettront d’en savoir plus. Les premières sépultures monumentales en pierres du Sahara méridional datées du IIIe millénaire av. J.-C. méritent, elles aussi, que l’on s’y penche de nouveau (Paris 1996, Paris et Saliège 2010). Ces tombes consistent en des plates-formes circulaires et en des tumulus à couloir et enclos ou en croissant (fig. 1b, le et 1d). L’orientation des tumulus ne semble rien devoir au hasard (Gauthier et Gauthier 2008). Cinquante-six monuments fouillés par Fr. Paris (1996) dans le nord du Niger ont révélé des sépultures individuelles d’homme, plus rarement d’enfant et une inhumation de femme sous un tumulus à croissant. Le mobilier funéraire est rare et rustique. Les dimensions imposantes des superstructures, leur nombre limité par site et leur étalement spatio-temporel, permettent de les attribuer à des populations mobiles et d’y voir les sépultures de sujets au statut social important. L’hypothèse selon laquelle des éleveurs nomades ou transhumants en auraient été les auteurs n’est plus la seule envisageable. Compte tenu des dates aujourd’hui disponibles, on ne peut exclure que des céréaliculteurs qui pratiquaient une agriculture itinérante sur brûlis, aient joué un rôle déterminant dans l’avènement de cette tradition. La prudence toutefois s’impose tant la composition du peuplement au IIIe millénaire av. J.-C. reste difficile à saisir à travers les sites d’occupation. Les gisements archéologiques inventoriés dans les plaines alluviales livrent des sépultures humaines en pleine terre parfois aux côtés de sépultures animales (taurins, chèvres, moutons, chiens), des objets usuels (céramique parfois dégraissée à la balle de céréales, matériel lithique, industrie osseuse) et des déchets de cuisine comprenant des ossements d’animaux domestiques (bœufs, chèvres et moutons) et d’animaux sauvages, des arêtes de poissons, des coquilles de mollusques, des restes végétaux (Manning 2011 ; Paris 1984, 1992 et 1998 ; Raimbault 1994 ; Sereno et al. 2008). Des groupes aux modes de subsistance plus ou moins spécialisés se côtoyaient-ils en ces lieux ? Ou bien faut-il se ranger à l’idée de populations qui s’adonnaient, selon les ressources disponibles, à la chasse, à la pêche, à la cueillette, à la collecte, à l’élevage et à l’agriculture ? On en saura probablement plus sur la nature des occupations lorsque des décapages sur de grandes surfaces auront été réalisés, à condition que quelques structures domestiques puissent être mises en évidence et quelques activités ainsi appréhendées. Parallèlement, la multiplication des analyses biogéochimiques sur les ossements humains issus des sépultures pourraient nous renseigner sur les habitudes culinaires et, par là, sur les modes de subsistance (Finucane et al. 2008 ; Sereno 2008). Dans l’attente de ces développements, retenons que la « miliculture » (mot emprunté à S. Tostain 1998) a donné à la société un nouveau levier pour pallier les déficiences du milieu naturel à une époque où l’évolution des paysages dans le sud du Sahara indique une baisse de la pluviosité (Le Drezen 2008 ; Lézine et al. 2011 ; Petit-Maire et al. 1983). Cependant la nouvelle économie a ses contraintes : elle impose sélection et conservation des semences, semailles, entretien des cultures, surveillance des champs, stockage des grains, protection des récoltes. Malgré cela, son succès est rapide (Manning 2010). Sa propagation en quelques siècles dans une vaste aire géographique au cours du IIe millénaire av. J.-C. pourrait témoigner de sa nécessité.

Fig. 1. Vestiges du IIIe millénaire av. J.-C. Sources : a. Vue partielle de la base d’un mur à double alignement de pierres circonscrivant un espace anciennement habité à Anezrouft dans le Sahara malien (d’après M. Raimbault 1995 : 116) ; b. Monument en plate-forme d’Iwelen au nord-est de l’Aïr (d’après Fr. Paris 1996 : 564) c. Tumulus à couloir et enclos d’Emi Lulu dans le Ténéré du Tafassasset (d’ après Fr. Paris 1996 : 470) ; d. Tumulus en croissant de l’Adrar Bous en bordure nord orientale de l’Aïr (d’après Fr. Paris 1996 : 524)

Le IIe millénaire av. J.-C. (fig. 2)

3A partir de 1.700 av. J.-C., du mil de signature génétique ouest africaine est introduit et cultivé en Inde (Fuller 2003 ; Manning et al. 2011). Suivant un cheminement inverse, une tradition hippomobile se transmet de proche en proche des pays du Levant méditerranéen à la vallée du Nil et au Sahara jusque dans l’Aïr et dans l’Adrar des Iforas, voire, peut-être, jusqu’à l’ouest de Goundam dans la moyenne vallée du Niger comme le suggèrent ici quelques gravures rupestres de chars* (Camps 1993 ; Dupuy 2006 ; Lhote 1982 ; Trost 1997). Des motifs épars très particuliers intégrés dans les expressions peintes et gravées du Sahara de l’époque des chars, attestent de l’ouverture de l’Afrique septentrionale aux mondes méditerranéens du Chalcolithique et de l’âge du Bronze. Ceux réalisés dans l’Adrar des Iforas consistent en quarante six ovales à double ponctuation évoquant les idoles à tête de chouette de la Péninsule ibérique du Néolithique final à l’âge du Bronze* (fig. 2a), en deux spirales développées en méandres apparentées aux motifs prisés en Égée vers le milieu du IIe millénaire av. J.-C. (fig. 2b) et, fait singulier, en une « rose camunienne » comparable aux dizaines d’exemplaires de ce dessin combien spécifique gravé dans le val Camonica (Lombardie, Italie) à un moment ou à un autre entre les âges du Bronze et du Fer ancien (Dupuy 2010 et fig. 2c). Autre fait marquant : les véhicules qui roulent au Sahara, comme le montrent les représentations les plus détaillées, sont différents de ceux utilisés dans la vallée du Nil et autour de la Méditerranée (Camps 1993 ; Spruytte 1977 et 1996). Les plates-formes reposent sur des timons droits et sont laissées nues, hormis quelques unes équipées d’arceaux latéraux. Les guides vont directement des mains des cochers à la tête des chevaux sans passer par des clés fixées sur des jougs d’encolure en l’occurrence absents. Ces singularités (d’autres particularités existent que nous ne pouvons présenter dans le cadre de cette notice) attestent de fabrications locales pour satisfaire aux attentes de prestige d’une classe sociale dominante. Se dessine ainsi un peu plus la société pyramidale que laissaient déjà entrevoir les sépultures monumentales du millénaire précédent. D’autres savoir-faire que le charronnage se développent, en particulier dans l’Adrar des Iforas où sont figurés des objets coudés sans équivalence connue (fig. 2d). Les lames aux profils variés – foliacées, triangulaires, en croissant ou en demi-lune – sont pourvues d’un crochet à leur base (fig. 2e). Ces formes suggèrent l’emploi du métal. La question d’une métallurgie dans le nord du Mali se trouve de fait posée (Dupuy et al. 2001-2002). Les explorations archéologiques menées dans le nord du Niger au cours des années 1990 ont permis les découvertes de petits objets en cuivre* et de menus déchets cuprifères aux côtés d’os brûlés, de charbons et d’une céramique à dégraissant végétal, tous datés au 14C du IIe millénaire av. J.-C. (Bernus et al. 1999 ; Paris et al. 1992). Malheureusement la contemporanéité de ces divers artefacts retrouvés en surface est conjecturale. De nouvelles prospections s’imposent pour faire avancer ce dossier. Les analyses biogéochimiques réalisées sur des squelettes du Sahara malien et nigérien révèlent chez certains individus des teneurs en 13C deux à trois fois supérieures à celles mesurées sur les ossements de personnes enterrés sous des tumulus à cratère dans le nord de l’Air (Bernus et al. 1999). Les valeurs obtenues traduisent, pour les premiers, une alimentation à base de céréales de type C4 dont fait partie le mil et, pour les seconds, une nourriture à base de protéines animales. Ces résultats dénotent des modes de subsistances différentiés que l’on peut lier à des spécialisations économiques déjà marquées avec, d’un côté, des agriculteurs s’alimentant de céréales et, de l’autre, des éleveurs se nourrissant surtout de lait et de viande, sans omettre la présence probable à leur voisinage de chasseurs, cueilleurs, pêcheurs (MacDonald et Van Neer 1994).

Fig. 2. Gravures rupestres de l’Adrar des Iforas datables du IIe millénaire av. J.-C. Sources : a. Ovale à double ponctuation imbriqué dans un U dont la branche montante gauche se termine par un motif évoquant une « hache pelte » à manche coudé comparable à celles que l’on retrouve gravées dans le Haut Atlas marocain et sur son piémont méridional aux côtés de hallebardes, de poignards et de pointes à soie caractéristiques du Bronze ancien ibérique (Issamadanen* ; hauteur : 30 cm) ; b. Spirale développée en méandres sur une dalle horizontale, comparable aux motifs de même complexité gravés et peints en quelques exemplaires dans des régions plus septentrionales (Asenkafa ; longueur : 1,20 m) ; c. Motif à quatre appendices coudés dans le sens antihoraire associé à neuf cupules : une cupule est au centre, quatre autres sont disposées à équidistance entre les appendices, les quatre restantes en marquent les extrémités ; tous ces éléments se trouvent associés à l’identique sur les dizaines de « roses camuniennes » gravées dans le val Camonica (Issamadanen* ; longueur : 35 cm) ; d. Paire d’objets coudés figurés à côté d’un char à timon unique (Tirist ; hauteur des objets : ~ 25 cm) ; e. Objets coudés brandis à bout de bras par des humains minimisés sans coiffure, ni parure ou vêtement détaillés (Adarmolen ; hauteur des objets : ~ 25 cm)

Clichés C. Dupuy

Le Ier millénaire av. J.-C. (fig. 3)

4L’aridité s’accentue. Les sites d’occupation se multiplient et s’étendent dans les secteurs du Sahel favorisés par la géographie. Du minerai cuprifère est traité dans des bas-fourneaux autour d’Agadez (Grébénart 1985 et 1988). Des alènes, aiguilles, pointes de lance en cuivre sont martelées et abrasées dans une zone d’habitat à Iwelen (Roset 2007). Un sujet est inhumé un anneau de cuivre au bras sous une bazina* à alignement à In Tuluk dans l’Ighazer entre 770 et 400 av. J.-C. (Paris 1996). Des centaines de porteurs de lance à large pointe métallique sont figurés sur les rochers à l’air libre en bordure des vallées de l’Adrar des Iforas et de l’Aïr en contexte iconographique riche de taurins (Dupuy 1998 ; Lhote 1972, 1979 et 1987 ; Roset 1988). Quelques uns appliquent leur arme sur des lions, des éléphants, des rhinocéros ou des girafes souvent miniaturisés (fig. 3a et 3b). L’esprit de domination qui se dégage de ces tableaux est souvent caractéristique des sociétés dirigées par des aristocraties guerrières. Plaident également en faveur de cette organisation politique les cinq porteurs de lance figurés debout sur la plate-forme de chars attelés à deux chevaux* de front (fig. 3c). Ces animaux avaient besoin de céréales pour fournir des efforts soutenus ; ce qui nécessitait d’importantes réserves de grains. Qui d’autres que des guerriers, membres de l’élite, pouvaient entretenir et mener de tels attelages ? Plus au sud, des groupes s’installent pour la première fois durant le IIIe siècle av. J.-C. au cœur de la plaine d’inondation du Niger sur des levées alluviales naturellement protégées par la crue saisonnière du fleuve où ils s’adonnent à la céréaliculture (McIntosh et McIntosh 1980 ; McIntosh 1994) pendant que d’autres construisent, à une centaine de kilomètres de là, des dizaines de greniers tronconiques en argile dans des grottes de la falaise de Bandiagara (Bedaux 1972 ; Bedaux et al. 1983 ; Huysecom 2009). L’insécurité pourrait avoir motivé ces nouvelles stratégies. Le riz, le sorgho et, peut-être, le fonio sont alors consommés dans la moyenne vallée du Niger (McIntosch 1994 ; Murray 2005 ; Takezawa et Cissé 2004). Quelques artefacts en fer* apparaissent, çà et là, dans les niveaux archéologiques des derniers siècles av. J.-C. (Bedaux et al. 2005 ; McIntosch 1994 ; Ozainne 2013). Aucun four de réduction n’est daté avec certitude de cette époque. Les rares scories de taille réduite et éparses mises au jour pourraient témoigner du raffinage et du forgeage local de fer brut importé. Toutefois, aucune battiture n’est signalée à leur entour ; ce qui laisse supposer que ces déchets métallurgiques ne sont pas dans leur position originelle. Les figures de porteurs de lance en contexte riche de représentations schématiques de taurins s’étendent jusque dans les massifs tchadiens (Dupuy 2011). Les sépultures monumentales qui, à cette époque, consistent en des tumulus à plate-forme ou à cratère et en des monuments à alignement, délimitent de vastes aires géographiques (Gauthier et Gauthier 2008 ; Paris 1996). À l’instar de l’art rupestre, elles témoignent des valeurs et des croyances qui se transmettent et s’acquièrent à grande échelle au Cuivre ancien par-delà les clivages communautaires délicats à appréhender par l’archéologie. L’existence d’un commerce transsaharien reste difficile à saisir. On peut seulement ranger dans ce dossier la gravure d’un char à deux brancards découverte à Arkana au Djado (Striedter 1988 et fig. 3d) renvoyant à une technologie connue en Méditerranée à partir du VIIe siècle av. J.-C. (Camps 1993). Les cultures nouvelles du mil et du sorgho à Germa (Fezzan*, Libye) à partir du IVe siècle av. J.-C. pourraient découler de relations nord-sud/sud-nord (Pelling 2008), quoiqu’une introduction de cultivars asiatiques à partir du littoral méditerranéen ne puisse être exclue.

Fig. 3. Gravures rupescres du Sahara méridional datables du Ier millénaire av. J.-C. Sources : a. Porteurs de lance fortement sexués entourant un éléphant – Adarmolen dans l’Adrar des Iforas (hauteur des chasseurs : ~ 20 cm) ; b. Porteur de lance de taille disproportionnée appliquant la pointe de son arme sur l’échine d’une girafe ; un bige est dessiné à droite de la paroi – Iwelen dans l’Air (hauteur du personnage : ~ 1m ; cliché Y. Assouad) ; c. Chevaux conduits par un aurige armé d’une lance ; l’attelage est dessiné à côté d’un lion et de trois girafes, partiellement superposés à des figures de girafes de patine plus sombre, donc de réalisation plus ancienne – Tagueït dans l’Air (longueur de l’attelage : ~ *50 cm ; cliché M. Bruggmann) ; d. Véhicule à brancards, plateforme rectangulaire et entretoise, équipé de deux roues à six rais – Arkana dans l’Enneri Domo (longueur du char : ~ 50 cm ; cliché M. Bruggmann)

Cliché C. Dupuy

Le Ier millénaire apr. J.-C. (fig. 4)

5Plusieurs types de bas-fourneaux destinés à réduire le minerai de fer apparaissent dans les bassins des fleuves Niger et Sénégal (Dupuy et al. 2001-2002 ; Grébénart 1985 et 1988). Des bols à profil caréné décorés de cannelures déjà présents dans quelques gisements du millénaire précédent, se retrouvent désormais sur la majeure partie du Sahel (Bedaux et al. 2005 ; McIntosh 1994 ; Ozainne 2013 ; Park 2010 ; Raimbault et Sanogo 1991 ; Roset 2007 ; Treinen-Claustre 1982). L’usage de la peinture pour décorer la poterie se généralise dans la moyenne vallée du Niger et ses proches bassins versants (Cissé et al. 2013, p. 31). Les dernières expressions rupestres réalisées dans l’Aïr et dans l’Adrar des Iforas renvoient à des traditions prisées par les Touaregs : chasse à courre, port de javelots et d’habits bien couvrants, utilisation d’une écriture* composée de signes très semblables aux tifinagh dont se servent ces pasteurs nomades pour transcrire quelques messages dans leur langue berbère (fig. 4a et 4b). Ces thèmes et ces inscriptions se répartissent sur la majeure partie de leur domaine (Calegari 1989 ; Dupuy 1998). Aussi est-il logique de les attribuer à des groupes qui leur étaient culturellement apparentés. Cette présence berbère, fortement suggérée par l’art rupestre, est documentée par les fouilles. Trois tombes étudiées dans l’Aïr et ses environs par Fr. Paris (1996) ont livré un matériel de facture manifestement berbère. La première est un tumulus à cratère édifié sur une plate-forme gravillonnée sous lequel était inhumée une femme parée d’un anneau en bronze à chaque cheville et d’un bracelet en corne à chaque bras, coiffée d’un voile de coton et vêtue d’une tunique en laine dont les motifs et la technique de tissage témoignent d’une influence, sinon d’une origine septentrionale, Cyrénaïque/Sud tunisien (Paris 2001 et fig. 4c). Les datations donnent pour cette sépulture un âge moyen compris entre 780-945 apr. J.-C. La seconde est une bazina à alignement datée sur fragments osseux de 890-1025 apr. J.-C. Un petit bol en terre cuite à fond conique et à embase plate, pourvu d’une oreille en partie haute, était placé dans la chambre funéraire (fig. 4d). Son décor d’incisions parallèles croisées en losanges évoque les motifs rectilinéaires de la poterie berbère de l’Afrique du Nord protohistorique et historique. La troisième tombe de même architecture que la seconde, est sensiblement contemporaine des deux précédentes par le bol en terre cuite entièrement décoré de triangles incisés et muni de deux anses latérales raccordées à une embase creuse qui était placé dans la chambre funéraire (fig. 4e) : sa forme et son décor l’apparentent aux poteries retrouvées dans des tombeaux datés du milieu du Ier millénaire apr. J.-C. situés plus au nord, à Abalessa* dans l’Ahaggar et à Germa au Fezzan méridional (Camps 1974). Plus au sud, à Kissi (nord-est du Burkina-Faso), les fouilles de sépultures datées du Ier millénaire apr. J.-C. ont permis les découvertes de bijoux en laiton, de poignards en fer à lame courbe, d’épées, de tissus en laine, de cauris, de perles tubulaires en cornaline et de perles en verre, qui constituent autant de produits de luxe issus de l’Afrique méditerranéenne alors largement ouverte au commerce international (Magnavita 2009). Les sépultures en jarres dans le Delta intérieur du Niger (Kiethega et al. 1993), le mégalithisme au nord-ouest de la plaine d’inondation (Dembelé et Person 1993), la statuaire de terre cuite anthropomorphe à fonction d’effigie placée à la verticale de sépultures de notables à l’est de la boucle du Niger (Gado 1993), témoignent de traditions culturelles locales. Quant aux inhumations sous superstructure lithique pratiquées depuis trois millénaires sur la frange méridionale du Sahara, elles se rencontrent désormais jusque dans les moyennes vallées du Niger et du Sénégal (Dupuy et al. 2006 ; Kiethega et al. 1993). Le poulet et le dromadaire* sont introduits dans ces mêmes vallées aux alentours du IVe siècle apr. J.-C. (Dupuy 2009 ; MacDonald 1995). Des dizaines de milliers de creusets et de moules sont utilisés à Marandet dans le sud d’Agadez pour l’obtention d’un alliage cuivre-plomb durant la deuxième moitié du Ier millénaire apr. J.-C., l’origine du plomb demeure inconnue (Garenne-Marot et Hurtel 1993 ; Grébénart 1988). Du blé en provenance des oasis sahariennes, voire du Maghreb, est consommé au VIIIe siècle apr. J.-C. à Essouk dans l’Adrar des Iforas (Nixon et al. 2011a). Sa culture locale par irrigation est envisageable. La découverte dans ce même site et, plus au sud, à Gao et ses alentours (Insoll 1996 et 2000), de tessons percés suggère l’usage de couscoussiers pour une cuisson à la vapeur de couscous de céréales à partir de la fin du Ier millénaire apr. J.-C., annonciatrice de la « civilisation du couscous » de mil et de sorgho de l’Afrique de l’Ouest documentée par les textes arabes, puis européens (Chastanet 2010). C’est de cette même époque que sont datés les plus anciens vestiges d’une exploitation de l’or dans le sud du Sahara. Tous proviennent d’Essouk. Il s’agit, d’une part, de deux fragments de creusets qui étaient destinés au raffinage de pépites et de paillettes d’or et, d’autre part, de trois fragments de moules en céramique aménagés de plusieurs cupules dans lesquelles était versé l’or liquide purifié (Nixon et al. 2011b ; 2013). Une cache à Gao datée des IXe-XIe siècles a livré des dents d’hippopotames probablement destinées à approvisionner le Maghreb en ivoire* (Insoll 1996). Vers le IXe siècle apr. J.-C., l’agglomération de Djenne-jéno est ceinte d’un puissant mur à base de briques de terre crue. On ne sait si une monarchie s’y affirme alors. À quelques quatre cents kilomètres de là, à l’est de la boucle du Niger, sont construits au Xe siècle apr. J.-C. des bâtiments rectangulaires aux murs constitués de tablettes de schiste bien appareillées au voisinage d’une maison à piliers dans laquelle ont été retrouvés divers biens précieux : objets et perles de verre dont la composition chimique renvoie au Moyen-Orient, céramique vernissée produite au Maghreb, objets de cuivre probablement importés de Tunisie parmi lesquels dominent les croissants (la question de leur utilisation comme monnaie locale ou comme poids à peser est posée), deux fragments d’or et une épée à lame de fer incrustée de laiton (Cissé 2010 ; Cissé et al. 2013). Tout donne à penser que ce complexe architectural aux débouchés des pistes chamelières contrôlées par les Berbères et parcourues depuis deux siècles par des marchands arabes, faisait partie intégrante d’un quartier résidentiel lié au royaume de Kawkaw auquel les premiers textes arabes font référence comme indiqué au début de cette notice. Au terme de quatre millénaires de protohistoire, le Mali et le Niger se trouvent désormais placés au seuil de l’histoire.

Fig. 4. Documents du Ier millénaire apr. J.-C. Sources : a. Cavalier et méhariste pourchassant des gazelles – Imeden dans l’Adrar des Iforas (longueur de la composition : ~ 1,50 m ;) ; b. Porteur de javelots entouré de chevaux et d’inscriptions libyco-berbères disposées verticalement – Deladjou dans l’Adrar des Iforas (hauteur du personnage : ~ 1,40 m ; cliché C. Dupuy) ; c. Voile de coton avec broderies de laine bleue et tunique de laine de couleur rouge, verte et bleue, vêtements qui étaient portés par une femme inhumée dans un rumulus à cratère – Iwelen dans l’Aïr (d’apres Fr. Paris 1996 : 211) ; d. Petit récipient décoré par incision – Tuluk dans l’Ighazer (hauteur : 8 cm ; d’après Fr. Paris 1996 : 249) ; e. Vase a anses latérales décoré par incision – Tegaza dans l’Ighazer (hauteur : 16 cm ; d’après Fr. Paris 1996 : 249)

Cliché C. Dupuy

Haut de page

Bibliographie

Bedaux R. Μ. A., 1972 – « Tellem, reconnaissance archéologique d’une culture de l’Ouest africain au Moyen-Age : recherches architectoniques », Journal de la Société des Africanistes, 42, p. 103-185.

Bedaux R. M. A., Lange A. G., 1983 – « Tellem, reconnaissance archéologique d’une culture de l’Ouest Africain au Moyen Age : la poterie », Journal des Africanistes, 53, 1-2, p. 5-59.

Bedaux R. M. A., Polet J., Sanogo K., Schmidt A. (dir.), 2005 – Recherches archéologiques à Dia dans le Delta intérieur du Niger (Mali) : bilan des saisons de fouilles 1998-2003, Leiden, CNWS publications Vol. 144, Mededelingen van het Rijksmuseum voor Volkenkunde (RMV), 33.

Bernus É., Cressier P., Durand A., Paris F., Saliege J.-F., 1999 – Vallée de l’Azawagh (Sahara du Niger), Saint-Maur, Éditions Sépia, Études nigériennes, 57.

Calegari G., 1989 – Le incisioni rupestri di Taouardei (Gao, Mali). Problematica generale e repertorio iconografico, Milan, Mem. Soc. It. Sc. Nat, XXV, 1.

Camps G., 1974 – « L’âge du tombeau de Tin Hinan, ancêtre des Touaregs du Hoggar », Zéphyrus, XXV, p. 497-516.

Camps G., 1993 – « Chars (art rupestre) », Encyclopédie berbère, XII, Aix-en-Provence, Édisud, p. 1877-1892.

Chastanet M., 2010 – « Couscous ‘à la sahélienne’ (Sénégal, Mali, Mauritanie) », in H. Franconie, M. Chastanet, F. Sigaut (dir.), Couscous, boulgour et polenta. Transformer et consommer les céréales dans le monde. Paris, Éditions Khartala, p. 149-187.

Cisse M., 2010 – Archaeological Investigations of Early Trade and Urbanism at Gao Saney (Mali), Houston (Texas), Thesis, Rice University.

Cisse M., Mcintosh S. K., Dussubieux L., Fenn T., Gallagher D., Smith A. C., 2013 – « Excavations at Gao Saney : New Evidence for Settlement Growth, Trade, and Interaction on the Niger Bend in the First Millennium CE », Journal of African Archaeology, 11/1, p. 9-37.

Clotault J., Thuillet A.-C., Buiron M., de Mita S., Couderc M., Hauss μανν B. I. G., Mariac C., Vigouroux Y., 2011 – « Evolutionary history of pearl millet (Pennisetum glaucum [L.] R. Br.) and selection on flowering genes since its domestication », MBE Advance Access published November 22, Downloaded from http://mbe.oxfordjournals.org/at INRA Institut National de la Recherche Agronomique on November 29, p. 1-51.

Cuoq J., 1984 – Histoire de l’islamisation de l’Afrique de l’Ouest des origines à la fin du XVIe siècle, Paris, Librairie orientaliste P. Geuthner.

Cuoq J., 1985 – Recueil des sources arabes concernant l’Afrique occidentale du VIIIe au XVIe siècle (Bilâd al-Sûdân), Paris, Éditions du CNRS.

Dembele M., Person A., 1993 – « Tondidarou, un foyer original du mégalithisme africain dans la vallée du fleuve Niger au Mali », Vallées du Niger, Paris, Editions de la Réunion des musées nationaux, p. 441-455.

Dupuy C., 1989 – « Les gravures naturalistes de l’Adrar des Iforas (Mali) dans le contexte de l’art rupestre saharien », Travaux du LAPMO, p. 151-174.

Dupuy C., 1998 – « Réflexions sur l’identité des guerriers représentés dans les gravures de l’Adrar des Iforas et de l’Aïr », Sahara, 10, p. 31-54.

Dupuy C., 1999 – « L’art rupestre à gravures naturalistes de l’Adrar des Iforas (Mali) », Sahara, 11, p. 69-86.

Dupuy C., 2006 – « L’Adrar des Iforas à l’époque des chars : art, religion, rapports sociaux et relations à grande distance », Sahara, 17, p. 29-50.

Dupuy C., 2009 – « L’apparition et l’expansion du Camelus dromedarius dans le Nord de l’Afrique (Vallée du Nil, Maghreb, Sahara, Sahel) », Le Saharien, 190, p. 6-10. http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00724051

Dupuy C., 2010 – « Une gravure rupestre dans l’Adrar des Iforas (Mali) identique aux « roses camuniennes » du val Camonica (Italie)... », Cahiers de L’Association des Amis de l’Art Rupestre Saharien, 14, p. 117-126. http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00624486/fr/

Dupuy C., 2011 – « Quel peuplement dans l’Adrar des Iforas (Mali) et dans l’Air (Niger) depuis l’apparition des chars ? », Bulletin de la Société d’études et de recherches préhistoriques des Eyzies, 60, p. 21-48. http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00624542/fr/

Dupuy C., Fluzin P., Ploquin A., Durand A., Rolando C., 2001-2002 – « Nouvelles données sur l’Âge ancien des métaux au Mali », Sahara, 13, p. 61-90.

Dupuy C., Saliege J. F., Tavier M., 2006 – « Trois inhumations sous tumulus pierrier à Dialaka (Ouest malien, bassin supérieur du Sénégal) », in C. Descamps, A. Camara (dir.), Senegalia. Études sur le patrimoine ouest-africian. Hommage à Guy Thilmans, Saint-Maur-Des-Fossés, Éditions Sépia, p. 239-249.

Finucane B., Manning K., Toure M., 2008 – « Late Stone Age subsistence in the Tilemsi Valley, Mali : Stable isotope analysis of human and animal remains from the site of Karkarichinkat Nord (KN05) and Karkarichinkat Sud (KS05) », Journal of Anthropological Archaeology, 27, p. 82-92.

Fuller D. Q., 2003 – « African crops in prehistoric South Asia : a critical review », in K. Neumann, S. Kahlheber, E. A. Butler (dir.), Food, Fuel and Fields : Progress in Afican Archaeobotany. Cologne, Heinrich-Barth Institut, p. 239-271.

Gado B., 1993 – « Un ”village des morts“ à Bura en République du Niger. Un site méthodiquement fouillé fournit d’irremplaçables informations », in Vallées du Niger, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, p. 365-377.

Garenne-Marot L., Hurtel L., 1993 – « Le cuivre : approche méthodologique de la métallurgie du cuivre dans les vallées du Niger et au sud du Sahara », Vallées du Niger, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, p. 320-333.

Gauthier Y., Gauthier C., 2008 – « Monuments en trou de serrure, monuments à alignement, monuments en « V » et croissants : contribution à l’étude des populations sahariennes », Cahiers de l’AARS, 12, p. 105-124.

Grebenart D., 1985 – Le Néolithique final et les débuts de la métallurgie (II). La région d’In Gall-Tegidda-n-Tessemt (Niger). Programme archéologique d’urgence, 1977-1981, Niamey-Paris, Études nigériennes, 49.

Grebenart D., 1988 – Les premiers métallurgistes en Afrique occidentale, Paris, Editions Errance.

Huysecom E., 2009 – « Une réévaluation des cultures Toloy-Tellem par l’étude de l’architecture funéraire de la falaise à Pégué-Sanga, Dourou-Boro et YawaVaches », Jahresbericht SLSA, 2008, p. 116-121.

Insoll T., 1996 – Islam, Archaeology and History : Gao Region (Mali) ca AD 900-1250, Oxford, BAR S647.

Insoll T., 2000 – Urbanism, Archaeology and Trade : Further Observations on the Gao Region (Mali). The 1996 Fieldseason Results, Oxford, BAR S829.

Kiethega J.-B., SIDIBE S., BEDAUX R. M.A., 1993 – « Les pratiques funéraires », Vallées du Niger, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, p. 425-440.

Le Drezen Y., 2008 – Dynamiques du paysage de la vallée du Yamé depuis 4000 ans. Contribution à la compréhension d’un géosystème soudano-sahélien (Ounjougou, Pays Dogon, Mali), Caen, Thèse de doctorat, Université de Basse-Normandie.

Lezine A. M., Hely C., Grenier C., Braconno P., Krinne G., 2011 – « Sahara and Sahel vulnerability to climate changes, lessons from Holocene hydrological data ? », Quaternary Science Reviews, 30 (21-22), p. 3001-3012. http://dx.doi.org/10.1016/j.quascirev.2011.07.006

Lhote H., 1972 – Les gravures du Nord-Ouest de l’Aïr, Paris, Arts et Métiers graphiques.

Lhote H., 1979 – Les gravures de l’oued Mammanet, Dakar, Les Nouvelles Éditions africaines.

Lhote H., 1982 – Les chars rupestres sahariens ; des Syrtes au Niger par le pays des Garamantes et des Atlantes, Toulouse, Édit. des Hespérides.

Lhote H., 1987 – Les gravures du pourtour occidental et du centre de l’Aïr, Paris, Édit. Recherches sur les civilisations, 70.

Macdonald K. C., 1995 – « Why Chickens ? The centrality of the domestic fowl in West african ritual and magic », in K. Ryan, P.J. Crabtree (dir.), The symbolic role of animals in archaeology, Philadelphia, MASCA, p. 50-56.

Macdonald K. C., van Neer W., 1994 – « Specialised fishing peoples in the Later Holocene of the Mema region Mali », in W. van Neer (dir.), Fish Exploitation in the Past. Meeting of the ICAZ Fish Remains Working Group, Annales du Musée Royal de l’Afrique Centrale, série sciences zoologiques, 274, p. 243-251.

Magnavita S., 2009 – « Sahelian Crossroads : Some Aspects on the Iron Age Sites of Kissi, Burkina Faso », in S. Magnavita, L. Kote, P. Breunig, O. A. Ide (dir.), Crossroads. Cultural and technological developments in first millenium BC/AD West Africa, Journal of African Archaelogy Monograph Series, 2, p. 79-104

Manning K., 2010 – « A developmental history for early West African agriculture», in P. Allsworth-jones (dir.), African Archaeology : new developments, new perspectives, Oxford, BAR International Series 2164, p. 43-52.

Manning K., 2011 – « The First Herders of the West African Sahel : Inter-site Comparative Analysis of Zooarchaeological Data from the Lower Tilemsi Valley, Mali », in H. Jousse, J. Lesur (dir.), Recent advances in archaeozoology, Frankfort, Africa Magna Verlag, p. 75-85.

Manning K., Pelling R., Higham T., Schwenniger J.-L, Fuller D. Q., 2011 – « 4500-Year old domesticated pearl millet (Pennisetum glaucum) from the Tilemsi Valley, Mali : new insights into an alternative cereal domestication pathway », Journal of Archaeological Science, 38, p. 312-322.

Mcintosh S. K. (dir.), 1994 – Excavations at Jenné-Jeno, Hambarketolo and Kaniana (Inland Niger Delta, Mali), the 1981 Season. Berkeley and Los Angeles, University of California Press, 20.

Mcintosh S. K., Mcintosh R. J., 1980 – Prehistoric investigations in the Region of Jenne, Mali : a study in the developpment of Urbanism in the Sahel, Oxford, Cambridge Monographs in African Archaeology 2, BAR International Series 89.

Moares Farias (de) P. F., 2003 – Arabic Medieval Inscriptions from the Republic of Mali. Epigraphy, Chronicles and Songhay-Tuareg History, Oxford University Press, The British Academy.

Murray S., 2005 – « Recherches archéobotaniques », in R. M. A. Bedaux, J. Polet, K. Sanago, A. M. Schmidt (dir.), 2005, Recherches archéologiques à Dia dans le Delta intérieur du Niger (Mali) : bilan des saisons de fouilles 1998-2003, Leiden, CNWS publications Vol. 144, Mededelingen van het Rijksmuseum voor Volkenkunde (RMV), 33, p. 386-400.

Nixon S., 2013 – « Tadmekka. Archéologie d’une ville caravanière des premiers temps du commerce transsaharien », in T. Vernet, C. Lefebvre, R. Seignobos (dir.), Histoire et archéologie du Sahel ancien : nouveaux regards, nouveaux chantiers, Paris, Afriques, Débats, méthodes et terrains d’histoire, 04, http://afriques.revues.org/1237.

Nixon S., Murray M. A., Fuller D. Q., 201 la – « Plant use at an early Islamic merchant town in the West African Sahel : the archaeobotany of Essouk-Tadmakka (Mali) », Veget. Hist. Archaeobot., 20, 3, p. 223-239.

Nixon S., Rehren T., Guerra F. M., 2011b – « New light on the early Islamic West African gold trade : coin moulds from Tadmekka », Antiquity, 85, p. 1353–1368.

Ozainne S., 2013 – Un Néolithique Ouest-africain. Cadre chrono-culturel, économique et environnemental de l’Holocène récent en Pays dogon (Mali), Frankfort, Africa Magna Verlag, Journal of African Archaeology Monograph Series, 8.

Paris F., 1984 - Les sépultures du Néolithique final à l’Islam Atlas (III). La région d’In Gall-Tegidda-n-Tessemt (Niger). Programme archéologique d’urgence, 1977-1981, Niamey-Paris, Études nigériennes, 50.

Paris F., 1992 – « Chin Tafidet, village néolithique », Journal des Africanistes, 62, 2, p. 33-53.

Paris F., 1996 – Les sépultures du Sahara nigérien du Néolithique à l’Islamisation, Paris, Orstom Éditions, collection études et thèses, 2 tomes

Paris F., 1998 – « Les inhumations de Bos au Sahara méridional au Néolithique », Archaeozoologia, IX, 1-2, p. 113-122.

Paris F., Person A., Quechon G., 1992 – « Les débuts de la métallurgie au Niger septentrional (Aïr, Azawagh, Ighazer, Termit) », Journal des Africanistes, 62, 2, p. 55-68.

Paris F., 2001 – « Une des dernières sépultures préislamiques d’Iwelen – Premiers résultats », L’Homme maghrébin et son environnement depuis 100 000 ans. Actes du colloque international de Maghnia, Alger, Cnrpah, p. 343-359.

Paris F., Saliege J.-F., 2010 – « Chronologie des monuments funéraires sahariens. Problemes, méthodes et résultats », Les Nouvelles de l’Archéologie, 120-121, p. 57-60.

Paru P. D., 2010 – « Prehistoric Timbuktu and its hinterland », Antiquity, 84, p. 1076-1088

Pelling R., 2008 – « Garamantian agriculture : the plant remains from Jarma, Fazzan », Libyan Studies, 39, p. 41-71.

Petit-Maire N. et Riser J. (dir.), 1983 – Sahara ou Sahel ? Marseille, Laboratoire de géologie du quaternaire.

Raimbault M., 1994 – Sahara malien : environnement, populations et industries préhistoriques, Aix-en-Provence, Université de Provence, Thèse de l’Université, 3 tomes.

Raimbault M., 1995 – « La culture néolithique des ‘villages à enceinte’ dans la région de Tessalit, au nord-est du Sahara malien », in R. Chenorkian (dir.), L’homme méditerranéen. Mélanges offerts à Gabriel Camps, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, p. 113-125.

Raimbault M., Sanogo M., 1991 – Recherches archéologiques au Mali : les sites protohistoriques de la zone lacustre. Paris, ACCT-Karthala.

Roset J.-P., 1988 - « Iwelen, un site archéologique de l’époque des chars dans l’Air septentrional, au Niger », Presses Universitaires de France, Études et documents UNESCO, 11, p. 121-155.

Roset J.-P., 2007 – « La culture d’Iwelen et les débuts de la métallurgie du cuivre dans l’Air, au Niger », in J. Guilaine (dir.), Le Chalcolithique et la construction des inégalités. Tome II : Proche et Moyen-Orient, Amérique, Afrique, Paris, Éditions Errance, p. 107-136.

Sereno P. C, Garcea E. A. A., Jousse H., Stojanowski C. M., Saliege J.-F., Maga A., Ide O. A., Knudson K. J., Mercuri A. M., Stafford T. W., Kaye T. G., Giraudi C., N’siala I. M., Cocca E., Moots H. M., Dutheil D. B., Stivers J. P., 2008 – « Lakeside Cemeteries in the Sahara : 5000 Years of Holocene Population and Environmental Change », PLoS ONE, Vol. 3, Issue 8, p. 1-22.

Spruytte J., 1977 – Études expérimentales sur l’attelage, Paris, Crépin-Leblond.

Spruytte J., 1996 – Attelages antiques libyens, Paris, Édit. de la Maison des Sciences de l’Homme.

Striedter K. H., 1988 – « Rock Art Research on the Djado Plateau (Niger) : a Preliminary Report on Arkana », Rock Art in the Old World. Symposium of the AURA Congress, Darwin (Australia). New Delhi, Indira Gandhi National Center for the Arts, Rock Art Series, 1, p. 113-128.

Takezawa S., Cisse M., 2004 – « Domestication des céréales au Mema, Mali », in S. Sanogo, T. Togola (dir.), Congrès de l’Association panafricaine de préhistoire et disciplines assimilées, Bamako, Institut des Sciences Humaines, p. 105-121.

Tostain S., 1998 – « Le mil, une longue histoire : hypothèses sur sa domestication et ses migrations », in M. Chastanet (dir.), Plantes et paysages d’Afrique. Une histoire à explorer, Paris, Karthala-CRA, p. 461-490.

Treinen-Claustre Fr., 1982 – Sahara et Sahel à l’Age du fer. Borkou, Tchad, Paris, Mémoire de la Société des Africanistes.

Triaud J.-L., 2005 – « L’éveil à l’écriture. Un nouveau Moyen Âge sahélien. À propos de l’ouvrage de Paulo Fernando de Moraes Farias, Arabic Medieval Inscriptions from the Republic of Mali. Epigraphy, Chronicles and Songhay-Tuareg History », Afrique & histoire, 2, 4, p. 195-243.

Trost F., 1997 – « Gravures et peintures rupestres de Tonja (Mali) », Sahara, 9, p. 51-62.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Vestiges du IIIe millénaire av. J.-C. Sources : a. Vue partielle de la base d’un mur à double alignement de pierres circonscrivant un espace anciennement habité à Anezrouft dans le Sahara malien (d’après M. Raimbault 1995 : 116) ; b. Monument en plate-forme d’Iwelen au nord-est de l’Aïr (d’après Fr. Paris 1996 : 564) c. Tumulus à couloir et enclos d’Emi Lulu dans le Ténéré du Tafassasset (d’ après Fr. Paris 1996 : 470) ; d. Tumulus en croissant de l’Adrar Bous en bordure nord orientale de l’Aïr (d’après Fr. Paris 1996 : 524)
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3924/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 533k
Légende Fig. 2. Gravures rupestres de l’Adrar des Iforas datables du IIe millénaire av. J.-C. Sources : a. Ovale à double ponctuation imbriqué dans un U dont la branche montante gauche se termine par un motif évoquant une « hache pelte » à manche coudé comparable à celles que l’on retrouve gravées dans le Haut Atlas marocain et sur son piémont méridional aux côtés de hallebardes, de poignards et de pointes à soie caractéristiques du Bronze ancien ibérique (Issamadanen* ; hauteur : 30 cm) ; b. Spirale développée en méandres sur une dalle horizontale, comparable aux motifs de même complexité gravés et peints en quelques exemplaires dans des régions plus septentrionales (Asenkafa ; longueur : 1,20 m) ; c. Motif à quatre appendices coudés dans le sens antihoraire associé à neuf cupules : une cupule est au centre, quatre autres sont disposées à équidistance entre les appendices, les quatre restantes en marquent les extrémités ; tous ces éléments se trouvent associés à l’identique sur les dizaines de « roses camuniennes » gravées dans le val Camonica (Issamadanen* ; longueur : 35 cm) ; d. Paire d’objets coudés figurés à côté d’un char à timon unique (Tirist ; hauteur des objets : ~ 25 cm) ; e. Objets coudés brandis à bout de bras par des humains minimisés sans coiffure, ni parure ou vêtement détaillés (Adarmolen ; hauteur des objets : ~ 25 cm)
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3924/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 533k
Légende Fig. 3. Gravures rupescres du Sahara méridional datables du Ier millénaire av. J.-C. Sources : a. Porteurs de lance fortement sexués entourant un éléphant – Adarmolen dans l’Adrar des Iforas (hauteur des chasseurs : ~ 20 cm) ; b. Porteur de lance de taille disproportionnée appliquant la pointe de son arme sur l’échine d’une girafe ; un bige est dessiné à droite de la paroi – Iwelen dans l’Air (hauteur du personnage : ~ 1m ; cliché Y. Assouad) ; c. Chevaux conduits par un aurige armé d’une lance ; l’attelage est dessiné à côté d’un lion et de trois girafes, partiellement superposés à des figures de girafes de patine plus sombre, donc de réalisation plus ancienne – Tagueït dans l’Air (longueur de l’attelage : ~ *50 cm ; cliché M. Bruggmann) ; d. Véhicule à brancards, plateforme rectangulaire et entretoise, équipé de deux roues à six rais – Arkana dans l’Enneri Domo (longueur du char : ~ 50 cm ; cliché M. Bruggmann)
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3924/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
Légende Fig. 4. Documents du Ier millénaire apr. J.-C. Sources : a. Cavalier et méhariste pourchassant des gazelles – Imeden dans l’Adrar des Iforas (longueur de la composition : ~ 1,50 m ;) ; b. Porteur de javelots entouré de chevaux et d’inscriptions libyco-berbères disposées verticalement – Deladjou dans l’Adrar des Iforas (hauteur du personnage : ~ 1,40 m ; cliché C. Dupuy) ; c. Voile de coton avec broderies de laine bleue et tunique de laine de couleur rouge, verte et bleue, vêtements qui étaient portés par une femme inhumée dans un rumulus à cratère – Iwelen dans l’Aïr (d’apres Fr. Paris 1996 : 211) ; d. Petit récipient décoré par incision – Tuluk dans l’Ighazer (hauteur : 8 cm ; d’après Fr. Paris 1996 : 249) ; e. Vase a anses latérales décoré par incision – Tegaza dans l’Ighazer (hauteur : 16 cm ; d’après Fr. Paris 1996 : 249)
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3924/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Dupuy, « Protohistoire du Mali et du Niger »Encyclopédie berbère, 39 | 2015, 6529-6544.

Référence électronique

Christian Dupuy, « Protohistoire du Mali et du Niger »Encyclopédie berbère [En ligne], 39 | 2015, document P71, mis en ligne le 20 février 2024, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3924 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3924

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search