Navigation – Plan du site

AccueilVolumes39Protohistoire de la Mauritanie : ...

P73

Protohistoire de la Mauritanie : le peuplement berbère

Robert Vernet
p. 6563-6573

Entrées d’index

Mots clés :

Mauritanie, protohistoire
Haut de page

Texte intégral

1À l’exception d’une mince bande sahélienne, la Mauritanie d’aujourd’hui est un pays désertique de plus d’un million de km2. C’est une région de contacts : d’une part entre Afrique du Nord et Sahel tropical et, d’autre part, entre Sahara atlantique et Sahara central. De courtes périodes humides permettent à la vie de prospérer – le désert pouvant se rétracter ou déborder largement, au nord comme au sud.

2Les hommes ont suivi, de tous temps, les « migrations des isohyètes » (Devisse 1982), tant à partir du nord que du sud, occupant d’immenses espaces d’abord colonisés par la flore et la faune, et parcourus de réseaux hydrographiques fonctionnels. Dans l’espace comme dans le temps, les peuplements, les idées et les biens se sont croisés ou succédés, avant de reculer devant le retour de l’aridité, voire de laisser totalement vide, à plusieurs reprises, le Sahara.

3La configuration humaine actuelle est la résultante de plusieurs millénaires d’une évolution complexe à la fin du Néolithique, époque où s’achève la dernière grande période humide dans le Sahara. Aujourd’hui coexistent une population d’origine septentrionale, elle-même diverse – les « Maures » – et des populations noires – Soninkés, Peuls et Wolofs – dont le centre de gravité est sahélien, l’ensemble étant beaucoup plus interpénétré qu’il n’y paraît, ce qui tempère les antagonismes historiques.

Les traces actuelles du peuplement berbère

4Le zenaga*, la langue berbère de Mauritanie, n’est plus parlé que par un très petit nombre de locuteurs adultes, isolés au sud-ouest de la Mauritanie. L’abandon du zenaga a mis plus de six siècles à être effectif, depuis l’arrivée dans le sud marocain aux XIIIe-XIVe siècles des arabes Beni Hassan, fraction des Beni Maqil. Cependant, dès l’épisode almoravide (XIe siècle), les prémices d’une arabisation culturelle se sont faites sentir. Dans faire « maure » actuelle, l’arabe ḥassaniya règne sans partage. Mais la toponymie et quelques éléments de vocabulaires spécialisés (pêche sur le littoral atlantique, élevage, agriculture, mode de vie nomade...) montrent l’ancienneté du berbère dans la région.

Les traces historiques

5Elles sont à la fois très discrètes et omniprésentes.

6Les géographes arabes : s’ils ont été nombreux à écrire sur le sud-ouest saharien et sahélien, certains d’entre eux se distinguent par la qualité de leurs informations, comme Ibn Hawqal (Xe siècle), al-Bakri (XIe), al-Idrisi (XIIe), Ibn Idari et Ibn Khaldun (XIVe). Mais seuls Ibn Battuta (XIVe) et Léon l’Africain (XVIe) ont voyagé dans la région.

7Ils fournissent un cadre assez précis du peuplement de la Mauritanie dans la première moitié du dernier millénaire. C’est le monde sanhadja (arabisation du mot Iẓnagen), probablement alors encore assez proche du monde touareg voisin, comme le montre Ibn Battuta (Ould Cheikh 1985, 2008 ; Bonte 2008), de l’oued Sous au nord, à Tombouctou et au fleuve Sénégal au sud. Il est divisé en plusieurs grands ensembles (Lamta* au nord, Massufa* dans le Tiris Zemmour, Lamtouna* dans l’Adrar et Gudala sur le littoral atlantique), parfois regroupés en de puissantes confédérations, mais souvent en rivalité, comme l’illustre le mouvement almoravide au XIe siècle, initié en pays gudala, mais très vite dominé par les Lamtouna - avant que les Massufa ne prennent le dessus et ne maîtrisent l’espace économique entre Sahara et Mali (carte 1). Awdaghost* est depuis le IXe siècle une ville florissante, dans un contexte de rivalités politiques, commerciales et religieuses entre les Berbères de l’ouest et ceux de l’est (Zénètes), pour le contrôle des axes de circulation sahariens.

8Les écrits européens : dans le cadre des navigations portugaises le long du littoral atlantique au cours de la deuxième moitié du XVe siècle et au XVIe, plusieurs chroniqueurs européens (Zurara, Ca da Mosto, Duarte Pacheco et Fernandes) décrivent la Mauritanie occidentale et l’Adrar, tout en ayant eu accès aux auteurs arabes. Ils montrent une coexistence ancienne entre les ethnies régionales. On parle « azénègue » et non arabe (mais les ancêtres des Imraguens, pêcheurs tributaires du littoral, sont bien distingués et Zurara note même la présence d’une écriture particulière : le tifinagh ?) Cependant les conflits étaient nombreux et s’apprêtaient à tourner à l’avantage des Arabes (Mauny 1961).

Le peuplement du sud-ouest saharien au début du dernier millénaire

Le peuplement du sud-ouest saharien au début du dernier millénaire

Carte 1

9Les cartographes : si l’Antiquité ne connaît pas l’ouest africain, les cartes élaborées à partir des géographes arabes, en particulier celle d’Ibn Saïd (1282) et celles de l’école de cartographie de Majorque, au XIVe siècle, et de leurs successeurs, commencent à intégrer des informations sur le littoral comme sur le Sahara. Mais il faut attendre les voyages portugais, au XVe, pour que soient intégrées des notions, même partielles, de la géographie régionale et en particulier des toponymes, comme celui d’Arguin.

10L’archéologie : Elle est représentée essentiellement par les fouilles d’Awdaghost, de Koumbi Saleh et d’Azougui. Elles confirment et précisent les données fournies par les textes et la cartographie.

Esquisse du peuplement du sud-ouest saharien à l’époque historique

Avant les Almoravides

11Le peuplement historique du pays depuis 2000 ans montre l’imbrication de populations berbères venues du nord au fil des siècles et de populations soudaniennes venues du Sahel. La chronologie est mal connue. Ces groupes croisent alors des populations antérieurement installées, comme les Bafur ou les Gangara.

12Les Bafur : Leur présence antérieure aux Sanhadja dans l’Adrar fait consensus (Bonte 2008), y compris dans la mémoire des habitants actuels (Mauny 1961, p. 458). Mais leur nom n’apparaît qu’avec les Portugais (« montagne des Bafur »), les écrits arabes ne les citant pas, peut-être à cause de leur hétérodoxie religieuse. Ils sont certainement la résultante complexe du peuplement du nord de la Mauritanie à la fin du Néolithique, avec deux composantes, l’une septentrionale berbère –, l’autre soudanienne. Ce sont des chasseurs (avec des chiens), des agriculteurs dans les vallées et les dépressions. Ils sont relativement sédentaires (cases en pierre), ne sont pas musulmans et ne possèdent pas de chameaux. Ils sont associés aux sources, aux sites défensifs, aux constructions en pierre, à différents types de monuments funéraires, enfin à des palmeraies « spontanées », dites bafur, différentes des palmeraies plantées de l’époque historique.

13Ils sont progressivement chassés vers le sud à partir des Almoravides. Leur mémoire perdure encore aujourd’hui, bien qu’ils se soient fondus dans des groupes zenaga arabisés ensuite.

14Les Berbères : Les Sanhadja (qualifiés en arabe de mulathamun, « les voilés ») représentent le fond de peuplement autochtone, venus du nord entre la fin du Néolithique (4500-2000 cal BP) et celle du premier millénaire A.D. Ils sont parfois organisés en confédérations, comme celle des Anbya*, au VIIIe siècle, entre Sijilmassa et Aoudaghost, sans doute avec une forte présence des Lamtouna. Ils sont spécialisés dans l’élevage et le transport caravanier – chamelier depuis que la désertification ne permet plus guère l’usage du cheval. Le tarīq al-Lamtūnī passe naturellement par l’Adrar. Il n’y a cependant pas de véritable axe commercial transsaharien avant le Xe siècle, mais plutôt des échanges régionaux : le sel d’Awlil, sur la côte atlantique, contre l’or sahélien.

15Les populations soudaniennes : Dans le sud de la Mauritanie – mais sans doute jusque dans l’Adrar, puisqu’un chroniqueur maure signale des conflits entre Lamtuna et Soninkés, à Idjill, et Peuls dans l’Adrar (Ould Mohamed Baba 2005, p. 57) –, des populations originaires du Sahel partagent l’espace avec Bafur et Sanhadja. C’est le cas des Gangara, dont on pense qu’ils pourraient être les descendants des hommes de la culture néolithique de Tichitt, installés comme agriculteurs dans le Tagant et l’Assaba ; mais aussi des populations du fleuve Sénégal, Peuls, Sérères et Wolofs, dont on retrouve des habitats jusqu’au nord de Nouakchott encore au XIe siècle.

16Un écrit portugais signale dans l’Adrar la présence d’agriculteurs « barbaros » – noirs (soninkés ?)-, à côté des Bafur et des Berbères. Mais déjà, au XIIe, le même vocable est employé par le Kitāb al-Istibṣār pour une population soninké du Zafun, au sud de Ghana, qui aurait aussi habité Tichitt (Lewicki 1990, p. 338).

17D. Robert-Chaleix explicite le déplacement vers le sud du centre de gravité de la Mauritanie occidentale au début des temps historiques en écrivant (1986, p. 55-56) :

« La limite entre le monde saharien et les pays noirs, envisagée comme une ligne de contact entre un monde nomade et oasien connu sur la rive nord du Sahara, et un monde sédentaire vivant essentiellement de l’agriculture, semble s’être située, dans les derniers siècles du premier millénaire de notre ère, au voisinage du 18e parallèle, c’est-à-dire non loin de Nouakchott pour les régions côtières, aux confins méridionaux de l’Aouker occidental, à la rive sud de l’Aouker du Hodh plus à l’est ; elle a pu être plus septentrionale pour l’ensemble des plateaux du Tagant et de l’Assaba. »

Le bouleversement almoravide et l’avancée des Arabes

18L’islamisation du sud-ouest saharien et sahélien a commencé dès le VIIIe siècle, avec le début de la pénétration arabe : Berbères puis, rapidement, Soudaniens, sont convertis (le pouvoir sanhadja d’Awdaghost au Xe, à l’ibadisme ; le Tekrour, milieu XIe, au sunnisme). Au milieu du XIe siècle, le mouvement almoravide est né d’une prédication en milieu sanhadja, en particulier chez les Lamtuna de l’Adrar. Les Almoravides contrôlent assez vite l’axe Sijilmassa/Awdaghost, jusqu’alors sous la suzeraineté du Ghana, et la route contrôlée par les commerçants ibadites. Ils s’allient au royaume du Tekrour, principale puissance sahélienne de la région le Mali prendra le relais au XIIIe siècle. Le chef des Almoravides du sud-ouest saharien lutte jusqu’à sa mort en 1087 (tué par un archer noir dans le Tagant) pour unifier la région. Il aurait progressivement chassé des populations soudaniennes et bafur de l’Adrar et du Tagant, et même du Zemmour.

19Aux XIIIe et XIVe siècles se place une réorganisation économique, religieuse et culturelle à partir des qsur, liée à l’influence sahélienne jusque dans l’Adrar les royaumes soudaniens ayant la prééminence, mais sans entraver l’expansion des Sanhadja.

20Du XVe au XVIIe siècles, l’implantation de tribus arabes venues du Maroc se traduit par une progressive suprématie des Hassan qui prennent le dessus sur les tribus berbères et mettent en place le modèle arabe de la société maure.

21La complexité ethnique et culturelle de la région est très marquée. Les populations sont mêlées, en particulier Berbères et Soninkés, comme le montrent les origines de Walata et de Tichitt et l’utilisation de l’azzer, un dialecte soninké qui a servi de langue véhiculaire dans le cadre d’activités économiques comme l’agriculture et le commerce, de l’Adrar au nord de la boucle du Niger. Un autre exemple est celui du roi du Zafun, un État soninké post-almoravide, au XIIe siècle, qui est nomade et voilé, comme les Berbères de la région qu’il domine.

Les ancêtres des Berbères dans la préhistoire mauritanienne

22Il est très difficile de trouver des traces incontestables de la présence berbère en Mauritanie au cours des siècles précédant l’Histoire. A priori, relier au monde berbère les manifestations culturelles dont le centre de gravité est parfois très au nord et la limite méridionale en Mauritanie centrale paraît logique : mais est-ce scientifiquement acceptable ? C’est pourtant le seul moyen de parvenir à décrire le paysage humain dans le plus lointain passé de la Mauritanie. On l’utilisera prudemment.

Les traces concrètes de la présence berbère sont rares

23Les traces rupestres : Ce sont essentiellement de nombreuses gravures en écriture tifinagh. Moins précises, les rupestres appelés dans le passé « libyco-berbères » : chars, personnages de chasseurs ou de guerriers, chevaux, chameaux et chameliers, armes métalliques (carte 2)... On constate en particulier la présence de plusieurs ensembles successifs, étalés dans le temps.

24La cartographie des aires de répartition des cultures connues l’indique également. Dès le début du Néolithique, la culture des armatures « en Tour Eiffel », répandue dans le Sahara septentrional, est présente au nord-est de la Mauritanie. Certains types de tombes, comme celles en croissant ou à antennes ou les tombes à chapelle, plus tardives et qui jalonnent le Hank, axe de pénétration de la Saoura vers l’Adrar (Camps 1984), sont aussi des marqueurs. Enfin, la répartition des types de céramique (forme, techniques de fabrication, décors) fournit des informations géographiques (poterie à fond conique, dont la répartition indique une prévalence septentrionale). Néanmoins, ce type de raisonnement peut être trompeur.

25Les restes anthropiques pourraient évidemment être les meilleurs marqueurs, mais ils sont très rares en Mauritanie et se limitent à une série assez mal datée du golfe d’Arguin, montrant des affinités cromagnoïdes (Petit-Maire et Dutour 1987) et à une série modeste, datée vers 3500 cal BP d’un site à 19° nord (Bathily et al., 1998), montrant un peuplement méridional.

26Les chars : on compte environ 200 chars dans l’ouest du Sahara, dont une majorité en Mauritanie. Les chars ont été introduits dans le Sahara par des Berbères venus des marges méridionales de l’Afrique du nord, au cours du premier millénaire avant J.-C. Le contexte culturel est celui d’éleveurs de bovins supplantant progressivement les populations locales, dans un milieu qui se dégrade. Les gravures d’El Rhallaouiya, dans l’Adrar, montrent que les chars apparaissent avec l’ensemble de boeufs gravés le plus récent et avec la métallurgie du cuivre, mais avant les tifinagh, qui précèdent eux-mêmes les gravures libyco-berbères classiques et les chameliers (Vernet 1996 a et b) (carte 2).

Une hypothèse à confirmer : le cuivre d’Akjoujt

27L’Afrique de l’Ouest est, semble-t-il, passée directement du Néolithique à l’Age du Fer, sauf dans la région d’Akjoujt, en Mauritanie et dans l’Aïr, au Niger. Des gravures rupestres de haches, d’armatures et de poignards manifestement métalliques, importés d’Espagne il y a au moins 4000 ans, ou fabriqués au Maroc, sont connus jusqu’au Sahara occidental (Seguiet el-Hamra et région de Bir Moghreïn) et dans l’Adrar des Ifoghas. La métallurgie a donc accompagné les populations berbères dans leur progression saharienne à la fin du Néolithique. Avant le chameau, le métal a pu être la cause de leur supériorité sur les groupes dépourvus de métallurgie.

28La métallurgie du cuivre d’Akjoujt est datée entre 3000 et 2500 cal B.P. De nombreux objets en cuivre ont été récoltés entre Adrar, Atlantique et région de Nouakchott (carte 2). Plus au sud, quelques importations ont eu lieu sur le fleuve Sénégal, où le fer est déjà connu. Il semble s’agir d’un faciès régional d’un Néolithique altéré par une mutation rapide sans que l’on puisse encore affirmer une invention locale ou une influence liée à un groupe humain d’origine septentrionale. La fin de l’épisode correspond à la fois à l’installation définitive de l’aridité et à une nouvelle poussée berbère, porteuse de la métallurgie du fer qui va s’imposer dans l’ouest du Sahara – mais certainement pas dans la zone sahélienne qui la connaissait déjà (Vernet 2012).

Répartition géographique des principaux marqueurs culturels au sud-ouest du Sahara à la charnière Néolithique/Histoire

Répartition géographique des principaux marqueurs culturels au sud-ouest du Sahara à la charnière Néolithique/Histoire

Carte 2

Eléments de chronologie

29On distingue à la fin du Néolithique régional plusieurs étapes dans l’arrivée de groupes berbères nouveaux.

  • La crise aride autour de 4500 cal B.P., qui marque le début du Néolithique récent, montre une présence berbère de plus en plus forte. La culture de la poterie conique de la Dhraïna, dans la région de Nouakchott, apparaît juste après la crise, en amenant sans doute l’élevage : les seuls autres pots coniques connus proviennent du Zemmour et d’Algérie.

  • Au premier millénaire avant J.-C., les manifestations rupestres fournissent de nombreux éléments : d’abord les chars, les chevaux et les cavaliers (mais les chars sont parfois tirés par des bœufs), puis, dans des superpositions pas toujours claires, les tifinagh, les chasses à l’autruche et à la gazelle par des cavaliers (parfois avec des coiffures à plumes et des bouchers ronds) et des chiens, enfin, les mêmes chasses par des chameliers. C’est le monde dit « libyco-berbère », à la définition parfois imprécise.

30Plusieurs de ces groupes ont des pratiques funéraires particulières, par exemple les « tombes à chapelle », dont G. Camps (1986) écrit qu’elles datent des derniers siècles avant notre ère et des premiers après et sont l’œuvre des Gétules, éleveurs nomades et cavaliers redoutés répandus dans le Nord et l’Ouest du Sahara (ils peuvent y croiser des Mélanogétules* et des Aethiopes*, comme autour de l’oued Draa* : Desanges, 1998). Ils seraient les ancêtres des Gudala (Camps 1999). La tombe à chapelle d’el-Mreïti, sur le Hank, étudiée par Chapelle et Monod (1937), comportait par ailleurs des peintures dont le chameau est absent.

Conclusion

31La région comprise entre l’Adrar, le nord de la boucle du Niger et le fleuve Sénégal, a donc été une zone de contact entre deux mondes : celui du Néolithique saharien et celui des premières sociétés paysannes sahéliennes, déjà bien différenciées comme le montre la variété des cultures. Un exemple caractéristique se trouve dans le Tagant, il y a plus de 2000 ans, où l’absence de tifinagh et de graffiti « libyco-berbères » indique que les nomades berbères, qui ont probablement joué un rôle dans la déclin des villages entre Tichitt et Walata, n’ont pu s’implanter dans cette région, sans doute fermement tenue par les Gangara. Mais le phénomène, lié aux divers épisodes arides qu’a connus la région, est plus ancien. Il a débuté au Néolithique moyen, quand des cultures aux origines diverses occupaient des aires voisines. À l’inverse, des groupes humains sont remontés parfois très au nord lorsque les précipitations le permettaient (Maley & Vernet 2013).

32C’est ainsi qu’à la fin du Néolithique, le paysage humain de la Mauritanie montre une imbrication de populations variées, pratiquant une économie nomade de chasseurs et d’éleveurs, avec quelques zones où la sédentarité est plus forte et où l’agriculture peut être présente (vallées de plateaux, oasis, culture de Tichitt et, au sud, sur les fleuves Sénégal et Niger et leurs affluents). Les Berbères ont atteint le Sahel, des ancêtres des ethnies soudaniennes ont vécu dans l’Adrar, voire dans le Zemmour. Bien que l’archéologie n’apporte encore que peu d’éléments concrets, ce sont ces Berbères qui apparaîtront dans l’histoire, d’abord sans doute avec les mystérieux Bafur, puis avec les tribus Sanhadja décrites par les géographes arabes.

33→ aussi « Mauritanie » (M31), EB XXXI, 2010 (A.-W. Ould Cheikh & C. Taine-Cheikh).

Haut de page

Bibliographie

Bathily M.S., Ould Khattar Md, Vernet R., 1998 – Les sites néolithiques de Khatt Lemaïteg (Amatlich) en Mauritanie occidentale, Nouakchott, CRIAA, 233 p.

Bonte P., 2008 – L’émirat de l’Adrar mauritanien. Harîm, compétition et protection dans une société tribale saharienne, Paris, Karthala, 576 p.

Camps G., 1986 – « Funerary monuments with chapels from the northern Africa », The African ArchaeologicaI Review, 4, p. 161-164

Camps G., 1999 – « Gudâla/Guezula », EB, 21, Aix-en-Provence, Édisud, p. 3223-3224.

Chapelle J., Monod TH., 1937 – « Note sur la grande sépulture d’El Mreïti », BCEHSAOF, t. 20, no 4, p. 507-521.

Daveau S., 1970 – « Itinéraire de Tamadalt à Awdaghast selon al Bakri », Tegdaoust I. Recherches sur Awdaghost, D. et S. Robert, J. Devisse éds., Paris, Arts et Métiers Graphiques, p. 33-37.

Desanges J., 1998 – « Gétules », EB, 20, Aix-en-Provence, Édisud, p. 3063-3065.

Devisse J., 1982 – « L’apport de l’archéologie à l’histoire de l’Afrique occidentale, entre le Ve et le XIIe siècle », CRAIBL, janv.-mars, P. 156-176.

Lewicki T., 1990 – « Le rôle du Sahara et des Sahariens dans les relations entre le Nord et le Sud », Histoire Générale de l’Afrique, t. III : L’Afrique du VIIe au XIe siècles, Paris, UNESCO, p. 303-339.

Maley J., Vernet R., 2013 – « Peuples et évolution climatique en Afrique nord-tropicale, de la fin du Néolithique à l’aube de l’époque moderne », Afriques [en ligne], 04 | 2013. URL : http://afriques.revues.org/

Mauny R., 1961 – Tableau géographique de l’Ouest africain au Moyen Age, Dakar, IFAN, 588 p.

Ould Cheikh A.-W., 1985 – Nomadisme, islam et pouvoir politique dans la société maure, Paris, Université Paris V.

Ould Cheikh A.W., 2008 – « Préface », à C Taine-Cheikh, Dictionnaire zenaga-français, Köln, Rüdiger Köppe, p. XII-XXXIII.

Ould Mohamed Baba E., 2005 – L’histoire du sud-ouest saharien à travers l’étude onomastique : du Sahara Sanhadja au Trab al-Bidan, Thèse, Université Aix-Marseille I, 304 p.

Petit-Maire et al., 1979 – Le Sahara atlantique à l’Holocène. Peuplement et écologie, Alger, (Mém. CRAPE : 28), 302 p.

Robert-Maleix D., 1986 – « Nouveaux sites médiévaux mauritaniens : un aperçu sur les régions septentrionales du Bilad es Sudan », Actes du IVe colloque euro-africain sur l’histoire du Sahara et des relations transahariennes entre le Maghreb et l’ouest africain du Moyen-Age à la fin de l’époque coloniale. Erfud (Maroc), oct. 1985 – Bergame (Italie), 1986, p. 46-58.

Vernet R., 1996a – « Le site rupestre d’El Rhallaouiya (Adrar de Mauritanie) », Beiträge zur Allgemeinen und Vergleichenden Archäologie, Bd. 16, Mainz, p. 109-137.

Vernet R., 1996b – « Un exemple de corrélation entre char et métal dans l’art rupestre mauritanien », Préhistoire de l’Afrique de l’Ouest, Paris, Sepia, p. 69-73.

Vernet R., 2012 – « Le Chalcolithique de Mauritanie (3000-2500 cal B.P.). État de la question » Sahara, 23, p. 7-18.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le peuplement du sud-ouest saharien au début du dernier millénaire
Légende Carte 1
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3930/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Répartition géographique des principaux marqueurs culturels au sud-ouest du Sahara à la charnière Néolithique/Histoire
Légende Carte 2
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/3930/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 948k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Vernet, « Protohistoire de la Mauritanie : le peuplement berbère »Encyclopédie berbère, 39 | 2015, 6563-6573.

Référence électronique

Robert Vernet, « Protohistoire de la Mauritanie : le peuplement berbère »Encyclopédie berbère [En ligne], 39 | 2015, document P73, mis en ligne le 20 février 2024, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3930 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3930

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search